Chroniques de Saint Louis: histoire médiévale (ou presque), citations oubliées du moyen-âge

humour_histoire_-monde_medieval_saint_louis_chronique_de_joinville

« Dites voir mon petit joinville, avec tout le respect que je dois au sérieux que vous mettez dans votre travail et sans vouloir aucunement vous offenser, ça vous ennuierait de sortir de ma piaule? Non parce que là, vous continuez de gratter avec votre plume et outre le fait que ça fait un petit bruit très agaçant, la nuit est tombée depuis un moment et j’aimerais bien partager un peu d’intimité avec ma tendre et chère… «  Louis IX, Saint Louis à Sire de Joinville (1252 par là).

Quelques précautions additionnelles

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour autant que nous vérifions avec grande minutie nos sources, le sérieux nous commande tout de même, aujourd’hui, quelques précautions sur cette citation qui oscille entre devoir de l’historien et devoir(s) régalien. En effet, « les chroniques du très chrétien roi Louis » sont supposées, tout de même, avoir été rédigées de manière posthume, par le Sire Jean De Joinville, à la demande de la petite fille par alliance de Saint-Louis, Jeanne de Navarre (au passage, elle était drôlement bien cette petite). Si elle était avérée, cette citation pourrait donc être de nature à faire littéralement voler en éclat une partie de l’Histoire de France; nous en sommes tout à fait conscient et la prudence nous pousse, encore, à y mettre quelques réserves. Une vérité se fait jour ici, toutefois, qui demeure indiscutable et c’est sans doute là tout l’énorme apport historique que nous pouvons déjà retirer de cet saint_louis_de_joinville_chroniques_humour_medieval_moyen-age_citationséchange: le petit grattement de la plume sur le parchemin était considéré, déjà à l’époque médiévale, comme un « petit bruit très agaçant ». Ne reculant jamais devant le devoir d’information et de restitution, nous avons d’ailleurs reproduit l’expérience, ici-même et avons pu faire ainsi le constat que nous étions effectivement très agacé.

Sur la question épineuse des sources

B_lettrine_moyen_age_passionien entendu, nous ne pouvons pas, vous le comprendrez aisément, donner trop de précisions sur nos sources. Sachez toutefois, pour les plus sceptiques d’entre vous (et de grâce, qu’on ne me prenne pas pour un ingénu, voir une truffe, je sais qu’il en y en a!), sachez, disais-je, que concernant cette citation de Saint-Louis, elle nous a été rapportée par un excellent ami de notre voisinage immédiat, sarrasin et primeur de son état, dont un des lointains descendants originaire de Tunis, nous a-t’il confié, aurait bien connu Saint Louis. Voici d’ailleurs ce qu’il a conclu après nous avoir fait la part de cette anecdote toute à fait exclusive que seule une longue relation de confiance patiemment établie entre lui et votre serviteur, nous-même donc,  aura permis de  faire resurgir à la lumière:

« Mi ça si sûr, Missieu Fred, ci coum ça il a dit San loui, pas atromen. Alors, sinon… ine tronche pastéque, in kilo toumates, trente deux mérguiz i l’harissa, ça fi 12 euros sa vo pli, »

saint_louis_chronique_de_joinville_sources_historiques_medievales

Voila de quoi clouer le bec, je pense, à tous les « Mossieurs je doute de tout ». J’ajoute et j’en finis que nous ne sommes pas, hélas, en mesure d’affirmer si le bon Sire Jean De Joinville serait finalement sorti de la chambrée du bon roi, à l’issue de l’échange; eu égard à ce que l’Histoire nous rapporte du grand charisme de Saint-Louis, nous ne pouvons, bien entendu, que le supposer.

Votre dévoué serviteur.
Frédéric EFFE

pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes formes »

___________________________________________________________________________
Chroniques de Saint Louis: histoire médiévale (ou presque), citations oubliées du moyen-âge, petit bruit agaçant, devoir de mémoire, devoir de l’historien, devoir régalien et plus si affinités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *