Une belle éloge du sens critique et de l’exploration , par Roger Bacon

roger_bacon_savant_alchimie_medecine_medieval_moyen-age_passion« Ne lisez pas pour contredire ou pour réfuter, ni pour croire et pour accepter sans approfondir, mais pour peser et pour réfléchir. »
Roger Bacon (1214-1294), « Docteur admirable », philosophe, savant, médecin, linguiste, astrologue et alchimiste.

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoilà une belle éloge du sens critique de la part d’un des grands savants du moyen-âge central. Elle n’a pas pris une ride et même peut-être n’a-t’elle jamais été aussi pertinente en ces temps d’inflation et de surabondance de l’information où nous sommes rendus.

D’une certaine manière, cette citation médiévale pleine de sagesse recoupe une phrase que je lisais l’autre jour et qui faisait remarquer qu’à l’ère de l’information, chacun peut trouver les ouvrages, ressources, articles, sites, etc, sur à peu près tous les sujets. Me concernant, je n’en finis pas  d’être confondu par la masse des ouvrages et des sources qui ont été numérisés et qui sont désormais disponibles par le simple canal du web. Il y a encore à peine vingt ans, il aurait fallu écumer bien plus d’une seule alchimie_mystique_science_medievale_roger_baconbibliothèque pour accéder à une telle richesse livresque et documentaire. Même si j’aime les livres papiers, je dois admettre que cette petite révolution moderne est largement bienvenue.

Au fond, disait encore l’auteur de la phrase, « dans ce contexte, il y a, en quelque sorte, de moins en moins d’excuses à l’ignorance » et il encourageait les gens à fouiller, à chercher par eux-mêmes. Je sais que cela n’est pas du goût de tout le monde. C’est un choix, il faut se garder de juger, on peut avoir des difficultés à trouver l’énergie pour creuser ou s’informer, ou simplement ne pas en avoir l’envie, ni la curiosité.  D’une certaine manière, nos sociétés s’arrangent toujours pour nous faire courir après l’argent, le travail et finalement le temps, jusqu’au moment où il ne nous en reste plus. C’est un piège dans lequel nous tombons souvent et qui s’accompagne presque toujours du sentiment que nous manquons de temps pour tout quand, au final, nous en prenons aussi pour d’autres choses. Tout est vraiment question de choix, en définitive, mais, en tout cas, concernant l’information, tout est là, à disposition et aujourd’hui, comme au XIIIe siècle, il faut, avec Roger Bacon, approfondir pour trier et peser!  

En vous souhaitant une belle journée!
Fred
« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publilius Syrus   Ier s. av. J.-C

Histoire ou presque : les chroniques de Saint-louis de Jean de Joinville

blanche_de_castille_saint_louis_de_joinville_humour_medieval

Novembre 1252, le roi Saint Louis est effondré, sa mère, la reine mère Blanche de Castille n’est plus. Des légendaires tensions entre elle et sa belle fille, la reine Marguerite de Provence, il ne reste plus rien, que le vide.

La version officielle

A_lettrine_moyen_age_passionlors, sur la question du deuil de la reine mère par sa bru, nous avons, bien sûr, le « témoignage » de Jehan de Joinville. Ah le voilà lui encore! le Mossieur « je me la raconte parce que je connais du monde », le Massimo Gargia de la Jet du XIIIe, certes, en moins gigolo quand même, mais bon … Et bien voilà ce qu’il nous dit de tout cela, lui .

  » (…) Madame Marie de Vertus, moult bonne dame, et moult sainte femme, me vint dire que la reine [Marguerite] menoit moult grand deuil, et me pria que j’allasse vers elle pour la réconforter. Et quand je vins là je trouvai qu’elle pleuroit, et je lui dis que vrai dit celui qui dit que l’on ne doit femme croire à pleurer ; car c’étoit la femme que plus vous haïssiez, lui dis-je, et vous en menez tel deuil ! et elle me dit que ce n’étoit pas pour elle qu’elle pleuroit, mais pour le mésaise que le roi avoit, et pour sa fille (qui puis fut reine de Navarre), qui étoit demeurée seule en la garde des hommes ».
Jean de Joinville – Chronique de Saint Louis

Et gnagnagni et gnagnagna, et moult par ci et moult par là, comme si il ne  pouvait pas juste dire ‘beaucoup ». Nonnnnn, trop banal bien sûr! Il faut encore qu’il nous colle des petits effets de style façon soirée cocktail, je cause riche et tout. Vous voyez, lui, je suis sûr que s’il était encore là, ce serait le genre à demander deux olives dans son martini, histoire de bien marquer le coup et de se faire remarquer.

Verum non semper sine dolore

E_lettrine_moyen_age_passiont bien non, Messieurs les historiens! C’est trop facile! Cette fois encore nous ne reculerons pas et nous crierons bien haut la vérité! Parce qu’alors, oui je sais, figurez-vous même que je le vois venir, à force. On va encore venir me dire, « mon petit vieux, vous êtes à l’Ouest, ça ne s’est pas passé du tout comme vous le dites dans votre illustration. Relisez vos classiques! » Seulement voilà, Messieurs les « je sais toujours tout mieux que tout le monde »,  il se trouve qu’à l’Ouest ou pas, le petit vieux, comme vous dites si bien, il a aussi ses sources. Ah! Et non, ne vous en émerveillez point (moi aussi je peux le faire!), le sire De Joinville n’est peut-être pas non plus le seul à avoir assister à tous ces événements. Ah! Il y avait peut-être même dans le secteur, des gens de maison et s’ils n’ont pas laissé, eux, de chroniques écrites en belles lettres, genre « j’me la pète avec ma super plume », peut-être même aussi que ces gens ont transmis l’histoire véritable à leurs descendants pour qu’elle  nous jetset_medievalparvienne dans toute sa cinglante vérité. Ah, ça fait mal hein? Oui ça fait mal! Bien sûr que ça fait mal! Mais la vérité n’est-elle pas toujours un peu douloureuse? Comme on dit en latin, « Verum non semper sine dolore? », enfin c’est surtout google translate qui le dit mais je pense que vous avez cerné l’idée.

Mais heureusement, vous, fidèles amis et lecteurs, vous qui nous connaissez, vous qui vous tenez fiers et droits, résolument de notre côté et de celui de la vérité, (non mais si forcément vous êtes d’accord, ne faites pas cette tête, sinon au pire faîtes comme si je vous expliquerai plus tard). Oui, vous mes amis, vous savez que notre approche de l’Histoire ne se contente pas des quelques sources « officielles » et poussiéreuses qui nous sont parvenues! Oh ça non! A la tranquilité placide des études de bibliothèque, nous c’est l’aventure du terrain qui nous meut; cette recherche effrénée de chaque instant qui nous pousse à traquer l’Histoire, à la débusquer au coeur de notre monde même, dans le témoignage de la descendance encore bien vivante; tous ces gens au milieu de nous, si proches, et dont nul ne pourrait soupçonner qu’ils ont conservé, en secret, la vérité historique authentique, celle que l’on n’ose pas dire, celle qui dérange, celle qui déchire le voile des illusions, Oui, il faut oser! Oui, il faut de l’aplomb, peut-être même une certaine dose de témérité, ne pas avoir peur de se dresser à la face au monde et de lui crier la vérité au visage, une fois découverte, dusse-t’elle être stupéfiante et quelquefois aussi, c’est vrai, dure à entendre. Bon là, en l’occurrence, ça va encore, Marguerite de Provence qui envoit un fion à feu sa belle mère et à De Joinville, ça ne casse pas non plus trois pattes à un canard mais bon, c’est pour dire.

Les méandres de la vérité

D_lettrine_moyen_age_passion‘autant que cette fois-ci, je défie quiconque de remettre en cause la fiabilité de nos sources sur cette question et sur les mots exacts prononcés lors de cet échange entre Jean de Joinville et Marguerite de Provence qui, à l’évidence, bien qu’ayant un joli prénom de fleur, savait aussi se montrer peau de vache. Ce jour là, mes amis, oui ce jour là même!, Irma Jombières, lavandière du roi, revenait du lavoir, une panière de linge de corps sous le bras et comme elle passait devant la pièce où se tenait De Joinville et la reine de France, elle surprit la totalité de la conversation. La vrai, l’authentique, pas celle gribouillée par De Joinville entre deux martinis, non. Bon d’accord peut-être pas entre deux martinis mais je me comprends…

Entre vous et moi, je vous le demande, solennellement, les yeux dans les yeux, pensez-vous vraiment qu’Irma aurait eu la mesquinerie d’inventer toute cette histoire quand elle la rapporta au soir à une voisine de confiance qui, elle-même, la transmit cette même fin de semaine, à un cousin de province qui fit, à son tour, jurer à ses enfants, après leur avoir contée, d’en conserver le secret et de se le passer de génération en génération? Plus proche de nous, vous aventureriez-vous véritablement à soutenir que quelqu’un qui, il y a une cinquantaine d’années de cela et plus de sept siècles après, aurait, dans son enfance, et plus précisément en classe de CE1, côtoyé le lointain descendant du fameux cousin de province de la voisine de notre bonne et honnête lavandière, oseriez-vous, lavandiere_mere_denisvraiment soutenir, disais-je, que ce quelqu’un aurait eu pu trouver quelque intérêt à échafauder tout ceci de toute pièce en nous le rapportant, il y a encore à peine quelques jours? 

Bien sûr que non, vous n’auriez jamais cette mesquinerie et nous le savons bien, va. Vous restez simplement comme nous, muet, face à l’évidence cuisante de la preuve. Et c’est dans ces moments là, voyez-vous, que je me dis qu’il est heureux de voir que le bon sens est encore de ce monde! J’ose à peine en caresser l’espoir que vous puissiez même partager avec nous ce sentiment ému qui nous vient toujours spontanément, face aux méandres que peut emprunter la vérité historique pour parvenir jusqu’à nous. Ah la coquinette, au fond, c’est un peu comme si elle nous choisissait finalement. A dire vrai, nous ne parvenons toujours pas à nous l’expliquer. Nous nous sentons simplement le témoin privilégié de tout cela, même s’il reste dur de faire l’économie des questions qui nous reviennent sans cesse: pourquoi nous? Qu’avons-nous donc de si spécial? L’avons-nous vraiment mérité? Il nous faut rester modeste mais sans doute  que la réponse est oui. Au fond, qui pouvons-nous si la vérité nous choisit et surtout qui serions-nous pour refuser un don si grand pour la découvrir?

A toi Marcel

A_lettrine_moyen_age_passionussi, aujourd’hui nous sommes fiers de le crier haut et fort : Oui, Marcel, propriétaire de la Casse Automobile Marcel Martinez et Fils, de la banlieue de Poissy, Oui! Grâce à toi une autre vérité historique est révélée ce jour-même, à la grande lumière! Et ce n’est pas pour le rabais que tu nous as fait sur le carburateur de R16 et l’aile avant gauche oxydée de Simca 1100 (dont nous n’avons pas encore percé l’utilité mais que tu as insisté pour nous céder en maigre tribut de la précieuse anecdote) que nous voulons ici te rendre hommage, mais c’est bien pour avoir eu le verite_historiquecourage immense de te dresser face à l’Histoire. Oui Marcel! Cet article est le tien. Il est à toi, humble témoin de l’Histoire, et nous n’en sommes, nous, que le modeste scribe. J’entends encore tes derniers mots avant que nous nous séparions.

« – Bon mais là, franchement, en plus déjà que je vous raconte tout ça qui m’avait dit l’collègue quand qu’on était gamin, vous faites vraiment une affaire vous verrez; ça, même aux collectionneurs, j’leur vends pas normalement. Mais vous êtes sûr, par contre, vous voulez vraiment pas la roue de tracteur? Vous qu’êtes passionné d’Histoire c’est un modèle des années 80… »

Je lui répondais gentiment que j’étais venu en bus et que déjà l’aile de Simca 1100 risquait de passer limite, ce qu’il comprit dans sa grande mansuétude. Et puis, je m’éloignais. Tout était dit. Mais en chemin, je repensais à tout cela. Dans le fatras des allées bordées des carcasses rouillées de tous ces chars modernes au rebut, au milieu des aboiements des trois bergers allemands enchaînés à l’entrée de l’établissement qui avaient menacé, à tout instant, de venir boulotter les parties les plus charnues de mon anatomie, qui eut pu supposer, un seul instant, que sous l’apparent cambouis de l’obscurantisme, se tenait en ce lieu de fin des temps, une vérité de nature à changer la face de l’Histoire, n’en déplaise à monsieur de Joinville. Qui?

 histoire_ou_presque_humour_medieval_chronique_historien_moderne

Une belle journée à tous!

Fred
Pour moyenagepassion.com

Fond d’écran HD gratuit : châteaux-forts, mottes castrales et monde médiéval

Bonjour à tous,

U_lettrine_moyen_age_passionn petit cadeau du jour pour vous : un peu d’infographie haute définition  autour de nos créations et reconstitutions historiques – mottes castrales et autres châteaux forts -, à utiliser comme fond d’écran, si le coeur vous en dit.

Mottes castrales ; monde médiéval, fond d'écrans gratuit
Mottes castrales ; monde médiéval, fond d’écrans gratuit

POUR UTILISER CETTE IMAGE COMME FOND D’ECRAN
Cliquez droit sur l’image et enregistrez-là sur votre disque dur.

A partir de là il vous suffit de vous rendre dans les paramètres d’affichage (clic droit sur le bureau Windows, « personnaliser ») et de l’ajouter comme fond d’écran.

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour l’instant, toutes nos créations sont réalisées à l’aide du moteur du jeu medieval engineers. Le jeu propose un mod créatif et un mode survie. Il est en alpha et « early version » ce qui veut dire qu’il est moins cher qu’il ne le sera au lancement, mais  medieval_engineers_jeu_video_logo_construction_châteauxégalement qu’il est encore en développement. Si vous voulez l’essayer et acquérir la version alpha, suivez simplement ce lien.

Une belle journée à vous tous !
Fred

Knightsbury : balade virtuelle dans l’Angleterre du XIVe siècle

Sujet : ville médiévale, balade virtuelle, mondes 3D
Période : moyen-âge tardif
Programme utilisé : blender + unity 3D, infographie 3D
Infographiste : Manorial, blender artist.

D_lettrine_moyen_age_passionans la série « balades virtuelles » et mondes 3D reconstitués à partir de sources historiques. voici encore une vidéo qui nous transporte dans le monde médiéval et dans le moyen-âge tardif. Knightsbury est une ville fictionnelle mais qui se base sur des éléments d’époque. Elle est réalisée par une équipe d’infographistes utilisant le programme d’infographie 3D Blender, programme extrêmement complet bien qu’un peu fastidieux à prendre en main mais qui à l’avantage d’être totalement gratuit. infographie_3D_ballade_virtuelle_moyen-age_monde_medievalL’infographiste qui chapeaute la réalisation de cette ville médiévale a étudié l’Histoire et l’archéologie à l’Université de Londres. Voilà ce qu’il dit de l’ambition initiale de ce projet:

« La question qui nous a fait nous lancer sur ce projet est: qu’est-ce que ça faisait de vivre dans le passé? Comment était-ce de vivre dans une ville médiévale?  Une chose est de se promener à travers les rues et regarder l’architecture, une autre est de combiner cela avec une immersion totale réelle dans le passé :  au fil de la promenade, des panneaux d’information apparaîtront pour en apprendre plus plus sur la vie citadine de l’époque, sur les lois, les codes, les techniques de construction etc. même si beaucoup de choses seront appris en observant simplement ce qui se passe tout autour. De toute évidence, une compréhension précise à 100% du passé est loin d’être possible; Cependant, une étude approfondie de toutes les sources que le Moyen Age nous a laissé – des documents ou poèmes jusqu’aux fresques, des manuscrits enluminés, des vestiges archéologiques – peut nous fournir les éléments qui, une fois réunis, peuvent éclairer notre compréhension de ce qui forme, en partie, notre style de vie aujourd’hui. »
Source :  forum blenderartists

moyen-age_tardif_reconstitution_ville_medieval_mondes_3D_infographie_3D

L_lettrine_moyen_age_passion‘intention était de pousser l’expérience plus loin et de permettre à l’utilisateur de se promener librement dans la ville en l’informant au fil de ses pérégrinations. Il semble pour l’instant que le projet soit resté au point mort. Il faut dire que le passage de la simple 3D avec vidéo à un monde interactif fait appel à d’autres ressources au niveau programmation. Cela complique donc un peu, même en se servant d’outils de type Unity 3D. Peut-être l’avenir permettra-t-il à la partie plus interactive du projet de voir le jour? En attendant, on peut déjà saluer l’impression de réalisme et le  travail fait sur cette ville anglaise du XIVe siècle.

En vous souhaitant une belle journée!

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

La housse partie : un fabliau médiéval du trouvère Bernier, adapté en français moderne

fabliau_moyen-âge_trouvere_bernier_la_housse_partie_monde_medievalSujet : fabliau
Titre ; la housse partie
Auteur présumé : le trouvère Bernier
Période : XIIIe siècle, moyen-âge central
Tiré de  l’ouvrage : morceaux choisis des auteurs français, moyen-âge et seizième siècle. XIXe siècle.
Auteur : Louis Petit de Julleville

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui nous vous proposons une adaptation, traduction et mise en vers d’un fabliau du moyen-âge, plus précisément du XIIIe siècle, qui a pour titre: « La housse partie ». En français moderne, on pourrait traduire ce titre par « la couverture partagée » ou « coupée en deux ». Au passage, il est intéressant de noter que l’espagnol a gardé du latin ce sens de « partager » : « compartir » partager des biens de la nourriture avec autrui et encore « partir »: séparer, couper en deux. Dans le mot « partir » en français, l’étymologie est la même et vient du latin « partire » (séparer) et  il y a encore finalement ce sens de séparation mais le verbe « partir » dans le sens de « faire des parts » n’est plus usité.

Ce fabliau « la housse partie » est attribué au trouvère Bernier et nous l’avons tiré d’un ouvrage du XIXe siècle, « Morceaux choisis des auteurs français, moyen-âge et seizième siècle », de Louis Petit de Julleville (1841-1900), érudit, docteur es lettres et professeur de littérature médiévale. La version de ce fabliau que nous trouvere_bernier_XIIIe_moyen_age_fabliau_la_housse_partieprésentons ici est la même que la sienne, à ceci près bien sûr que nous l’avons adapté en vers. C’est une version un peu raccourcie qui passe, assez rapidement,  sur l’introduction du fabliau pour aller au coeur de l’histoire et jusqu’à sa fin.

Vous noterez, au passage, les similitudes du langage employé dans ce fabliau avec celui de Rutebeuf – le testament de l’âne – que nous avions déjà adapté en vers ici et même mis en lecture audio. Je ne parle pas, bien sûr, que du vocabulaire mais également des tournures et du style.

Le Début de l’histoire

Pour permettre à son fils de marier une noble, un riche bourgeois d’Abbeville lui a cédé tous ses biens; l’homme vit donc, désormais, chez le couple mais sa belle fille, lassée de l’entretenir presse son mari de mettre son père dehors ce que l’époux ingrat autant que soumis consent finalement à faire.

La couverture partagée »
Traduction, adaptation en vers

Celui qui sa femme redoute
Maintenant vient trouver son père
Et lui dit  d’un air empressé
« Père, père, allez-vous en.
Allez chercher pitance ailleurs,
On vous a donné à manger
En ce logis douze ans ou plus
Mais faîtes vite et sans tarder »
Le père l’entend, durement pleure,
vient à maudire le jour et l’heure
Qui  l’ont fait vivre si  longtemps:
« Ha! Beau doux fils que me dis-tu?
Par Dieu, si honneur tu me portes
Laisse-moi ici devant la porte
J’y occuperais peu de place
ne demanderais point de feu
ni courte-pointe ni tapis
Je me tiendrai dehors, ici
sous le couvert de l’appentis
fais-moi porter un peu de paille.

(Le fils, hélas, reste intraitable,
Et voilà le père qui s’en va,
Mais avant de sortir de là
Il supplie encore son fils
de lui concéder un service)

« Beau doux fils, tout mon coeur tremble
Je redoute tant la froidure
Donne moi une couverture
De celle dont tu couvres ton cheval
Que le froid ne me fasse mal. »
Pressé de s’en débarrasser
et voyant qu’il ne peut le faire
s’il ne lui donne quelque chose
Avant que son père s’en aille
L’homme fait appeler son fils
Quand il l’appelle l’enfant accourt
« Que vous plait sire? » dit l’enfant
« Mon cher fils, je te demande
Si tu trouves l’étable ouverte,
donne à mon père la couverte
qui est sur mon cheval noir.

(L’enfant descend à  l’écurie,
Prend la couverte sur la bête,
La coupe en deux et s’en revient
Une moitié dans une main.
« Pourquoi donc l’as-tu coupée? »
Demande le père irrité.
Donne-lui au moins les deux moitiés! »)

« Je n’en ferais rien, dit l’enfant
Avec quoi seriez-vous payé?
Je vous en garde l’autre moitié!
Car de moi vous n’aurez pas plus
Et si je suis un jour le maître
je serais juste avec vous
Comme vous le fûtes envers lui.
Et comme il vous légua ses biens
Pareillement je les veux bien
Et de moi, alors n’obtiendrez
Qu’autant que vous lui donnerez
Si le laissez mourir chétif
Tel ferais de vous si je vis
Le père l’entend et puis soupire
entre en lui-même et réfléchit
Et des paroles que l’enfant dit
L’homme, un grand exemple, prit
Lors, vers son père tourna le chef,
« Père fait-il, revenez donc là,
C’était le Diable et le péché
qui, par ma bouche, s’exprimaient
Mais qu’a Dieu plaise, ce ne peut-être
Et je vous fais seigneur et maître
de ma maison à tout jamais… »

fabliau_medieval_trouvere_bernier_moyen-age_la_housse_partie

Le texte original en vieux français

Cil qui sa fame doute et crient
Maintenant a son père vient,
Ce li ad dit isnelement :
« Pères, pères, alés vous enl…
Alès vous aillors porchacier.
On vous a doné a mangier
En cest ostel douze ans ou plus.
Mes fetes tost, si levés sus… »
Li peres l’ot, durement pleure,
Sovent maudit le jor et l’eure
Qu’il a tant au siècle vescu :
« Ha, biaus dous fis, que me dis-tu?’
Por Dieu itant d’onor me porte
Que ci me lesses a ta porte.
Je me girrai en poi de leu.
Je ne te quier ne point de feu,
Ne coûte pointe ne tapis,
Mes la fors sous cel apenlis
Me fai baillier un pou d’es train. »

(Comme le fils reste intraitable,  le vieillard s’éloigne mais avant de sortir, il supplie qu’on lui donne au moins une couverture pour se prémunir du froid.)

Biaus dous fis, tos li cuers me tremble,
Et je redout tant la froidure.
Done moi une couverture
De qoi tu cuevres ton cheval,
Que li frois ne me face mal. »
Cil qui s’en bee a descombrer
Voit que ne s’en puet délivrer
S’aucune chose ne li baille.
Por ce que il veut qu’il s’en aille,
Commande son fil qu’il li baut.
Quant on le huche, l’enfes saut :
« Que vous plest, sire? dist l’enfant.
« Biaus fis, fet-il, je te commant
Se tu trueves l’estable ouverte
Done mon pere la couverte
Qui est sus mon cheval morel… »

(L’enfant descend à l’écurie, trouve la couverture, la coupe en
deux et en rapporte la moitié  : « Pourquoi l’as-tu coupée?, demande le père irrité. Donne-lui au moins les deux parts! »)

 » Non ferai, dit l’enfes, sens doute .
De qoi seriiés vous paiié?
Je vous en estui la moitié,
Que ja de moi n’en avrés plus,
Si j’en puis venir au desus.
Je vous partirai autressi
Comme vous avés lui parti.
Si comme il vous dona l’avoir
Tout ausi je le vueil avoir.
Que ja de moi n’en porterés
Fors que tant com vous li donrés.
Se le laissiés morir chetif,
Si ferai je vos, se je vif. »
Li peres l’ot, parfont souspire,
Il se repensse et se remire ;
Aus paroles que l’enfes dist,
Li peres grant exemple prist.

Vers son pere torna sa chiere:
« Peres, fet-il, tornés arriere.
C’estoit enemis et pechié
Qui me cuide avoir aguetié :
Mes se Dieu plest, ce ne puet estre
Or vous fas-je seignor et mestre
De mon ostel a tos jors mes…. »

Voilà, mes amis, un peu de saveur médiévale sur la gratitude des enfants que nous aurons réussi à partager, nonobstant la mauvaise humeur manifeste de l’équidé atrabilaire qui s’est invité sur cette page et qui, visiblement n’aura pas apprécié l’histoire, on se demande bien pourquoi. Quoiqu’il en soit et concernant notre fabliau, il est heureux que les temps aient changé!

Fred
pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

mottes castrales, archéologie médiévale et histoire des châteaux : teaser, projet en cours.

mottes_castrales_archeologie_medievale_medieval_engineers_histoire_chateaux_forts
Reconstitution d’une Motte Castrale, XIe, début du XIIe

Bonjour à tous,

J_lettrine_moyen_age_passione vous propose, aujourd’hui, de découvrir, en exclusivité, quelques images d’un projet de reconstitution « historique » auquel nous sommes attelés depuis quelques temps et sur lequel nous avons déjà empilé quelques sérieuses heures.

L’idée est de reconstituer une motte castrale de la fin du XIe, début du XIIe siècle, en nous servant d’une main de la sandbox du jeu Medieval Engineers et de l’autre main de sources archéologiques et historiques  entre lesquelles : le dictionnaire raisonné d’architecture médiéval de Eugène Viollet le Duc, les chroniques du curée d’Ardre et encore divers autres documents sur des sites existants actuellement fouillés par les archéologues. S’il ne s’agit pas d’une motte ayant précisément existé, mais plutôt d’un hybride qui réunit les caractéristiques de plusieurs ayant quant à elles existé, cette motte castrale se situe donc au plus près du champ des possibles. Il faudra encore quelques heures pour boucler ce monde mais une fois fini, nous nous en servirons pour réaliser quelques vidéos sur l’histoire des châteaux forts et notamment, en l’occurrence, des châteaux à mottes.

Le site naturel : plaine et rivières

Reconstitution d'une Motte Castrale, XIe, début du XIIe
Motte castrale du XIe, XIe reconstituée en 3D

Même si nous voyons quelques montagnes au loin, notre motte castrale se trouve en plaine. A l’image du site de la Tusque, à Sainte-Eulalie d’Ambarès, décrit par Viollet le Duc dans son dictionnaire d’architecture médiévale, l’enceinte a tiré avantage de la présence des deux ruisseaux qui la borde. Elle bénéficie donc de cette protection naturelle. Sur le plus grand des deux cours d’eau, un barrage a également été ménagé pour inonder le fossé, au pied de la motte.

Une hauteur exceptionnelle

motte_castrale_archeologie_histoire_medievale_chateaux_forts_medieval_engineers
La motte castrale la plus haute du monde!

A_lettrine_moyen_age_passionu vue de sa hauteur, on doit supposer que cette motte est partiellement artificielle. Elle dépasse  de près de dix mètres celle du château de Gisors. Sauf erreur de ma part, si une motte telle que la notre avait été élevée totalement artificiellement, à ce jour, elle détiendrait le record de la plus haute motte castrale jamais construite. Le plateau de cette création virtuelle culmine en effet à une hauteur supérieure à trente deux mètres. et vous êtes donc, techniquement en face de la motte castrale la plus haute jamais construite. Je n’en suis pas peu fier je dois dire, mais il faut admettre que les pelletées de terre virtuelle sont bien plus légères que les réelles. Outre le fait qu’il soit du plus bel effet visuel et nous aide à percevoir encore mieux, l’effet symbolique de ce type de construction  sur qui se trouve au pied, ce gigantisme de circonstance nous permettra encore d’aborder la question de la taille moyenne des mottes castrales et de pouvoir ainsi remettre en échelle les créations du passé.  Il n’est pas impossible également que dans une future vidéo, cette motte n’accueille un château du type de celui de Gisors, si ce n’est une réplique de ce dernier, mais j’en dit déjà trop.

motte_castrale_feodale_reconstitution_histoire_des_chateaux_forts_archeologie_monde_medieval
La rampe d’accès du château à motte

Au vue de la taille de l’élévation et même de l’enceinte, on peut également déduire que le seigneur qui l’a faite construire était relativement aisé mais qu’en plus, il n’était peut-être pas aussi pressé par le contexte que certains ont pu l’être à l’époque (qui ont érigé quelquefois des mottes en à peine quelques jours). De la motte prestige à la motte guerrière, réponse immédiate à l’envahisseur ou au voisin plein de convoitise, de la motte du seigneur aisé à celle du seigneur chiche ou de peu de moyens,  la disparités des statuts et des situations se donnent à voir dans les architectures. Ici, nous avons pris  résolument le pari du prestige et de la grandeur. Point de pierre donc encore pour ce seigneur dans ce XIe finissant, il trouve son luxe et affirme sa grandeur avec le bois, mais en revanche, il ne badine pas.

La tour maîtresse : inspirée des chroniques du curée d’Ardre et de Viollet le duc.

archeologie_motte_castrale_donjon_bois_chronique_curee_ardre_histoire_medievale_chateaux_forts_
Une tour maîtresse de bois (donjon) digne d’un prince et historiquement inspirée

A_lettrine_moyen_age_passionu sommet de la motte, nous avons  juché un grand donjon, spacieux et doté de tout le  confort nécessaire à la vie du seigneur et de ses gens, familles, « gens de maison », et garnison d’élite.  Son intérieur et la disposition des différents espaces  de cette grande tour maîtresse s’inspirent, en grande partie, des descriptions que l’on trouve dans les chroniques du curée d’Ardre. Du point de vue défensif, cette grande tour est, bien sûr, entourée d’une chemise de bois sur le haut de la motte, mais le dispositif est également doublé au pied de butte. L’accès à l’intérieur du donjon ne se fait que depuis le premier étage et au moyen d’un dispositif que l’on peut relever ou baisser. Le bâtiment est aussi nanti de force hourds sur son pourtour ainsi que de quelques autres mécanismes de défense supplémentaires que nous vous présenterons dans la vidéo. Son intérieur prétend également refléter l’obsession de sécurité et de protection personnelle que les seigneurs francs exigeaient de ce type de bâtiments. La barbacane, à l’entrée de l’enceinte, comme celle au sommet de la motte tâche de suivre les études faites par Jean Mesqui sur les portes des châteaux et enceintes, au XI et XIIe siècle.

Côté Basse-cour

O_lettrine_moyen_age_passionn trouvera dans la basse-cour, une église à l’architecture inspirée des églises d’Art Roman des XIe et XIIe siècles mais faite de bois et non encore de pierre. Tous les châteaux à mottes n’ont pas accueilli d’église en leur enceinte, mais ça a été le cas d’un certain nombre d’entre eux et celui que nous avons réalisé en compte une.

Il y aura encore dans cette basse-cour tous les bâtiments nécessaires à la vie du château à mottes, tels que les décrit Viollet le Duc, mais aussi quelques autres auteurs, historiens ou archéologues, ayant écrit sur la question:  écurie du seigneur, magasins, artisans mais encore, ici,  quelques paysans qui y cultivent ou qui y élèvent des bêtes et se qui sont rangés sous la protection de la motte et de son seigneur. Nous vous présentons ici quelques photos et captures de certaines de ces constructions.

ferme_mayson_paysanne_grange_medieval_moyen_age_motte_castrale_basse-cour
Une ferme étable, destinée à l’élevage bovin
ecurie_medieval_moyen_age_chateaux_de_bois_motte_castrale_basse-cour
Les écuries du Seigneur de la motte castrale
forgeron_medieval_moyen_age_chateaux_de_bois_motte_castrale_basse-cour
Un forgeron dans la basse cour de notre motte castrale avec étal pour la vente et attache pour ferrer les chevaux.
charpentier_moyen_age_chateaux_de_bois_motte_castrale_basse-cour
Un artisan charpentier, indispensable pour la création et la réparation de notre château et enceinte de bois
eglise_romane_bois_moyen-age_histoire_medievale_basse_cour_motte_castrale_feodale
Une église de bois, inspirée de l’art et l’architecture romane des XI, XIIe siècle
eglise_romane_bois_moyen-age_histoire_medievale_chateaux_mottes_castrale
Le petit cimetière derrière notre ‘église du XIe siècle

La série de vidéos sur cette motte castrale suivra bientôt. Il reste encore quelques détails à finaliser pour que cet univers soit prêt. Vous en serez, bien entendu, les premiers avertis!

En attendant, une très bonne journée à tous et longue vie!

Fred
Pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

L’expérience du Un avec Maître Eckhart

moyen-age_chretien_mystique_chrétienne_maitre_eckhart« La connaissance, c’est l’expérience que fait l’homme de l’unité qui unit tous les hommes. »
Citation médiévale, mystique chrétienne

Maître Eckhart (1260-1328), théologien, philosophe et grand mystique chrétien et dominicain du moyen-âge.

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoilà encore une belle citation de maître Eckhart, l’un des mystiques les plus profonds que les dominicains et le monde médiéval nous aient légué. Au delà des formules ou des mots, cette connaissance que l’on peut toucher et de laquelle il parle, se fond chez lui avec le concept de Un taoïste. Le Un de l’unité du monde. Rien n’est séparé, pas même un être, pas même une mouche. Cette connaissance est une expérience directe, non livresque, et comme toujours, elle repose et se niche dans la méditation silencieuse plus que dans la glose. Les mots de Maître Eckhart se lisent toujours à travers sa pratique, avec l’âme ou le coeur, plutôt qu’avec la tête.