Moyen-âge réel et moyen-âge imaginaire, un colloque de la Sorbonne autour de Kaamelott

kaamelott_alexandre_astier_legende_medievale_roi_arthur_moyen_age_passionSujet : moyen-âge réel et historique, moyen-âge représenté, engouement pour le moyen-âge, série télévisée,  Alexandre Astier, légendes Arthuriennes, quête du Graal.
Evénement :  Colloque Université de la Sorbonne
Titre  : Kaamelott, la (re)lecture de l’Histoire
Dates : 24 et 25 mars 2017

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionlors voilà, nous sommes doublement en joie aujourd’hui et cela nous  fait extrêmement plaisir de pouvoir poster cette information parce que cette interrogation est au coeur de notre  site depuis sa création et, cette fois, c’est la Sorbonne qui pose la question et tente d’y apporter des réponses.  Quelle est la distance du moyen-âge réel et historique  au moyen-âge représenté ? Que reste-t-il du moyen-âge  universitaire patiemment approché et reconstitué par nos historiens et les représentations hors des laboratoires de recherches ? Que nous apprend notre vision moderne et profane du moyen-âge sur notre propre monde ? Pourquoi vient-il  résonner encore de sa puissance évocatrice jusque dans nos fêtes, nos événements, nos goûts littéraires, nos voyages imaginaires et comment le fait-il ? Quel est ce désir de moyen-âge ? Que nous dit-il sur nous-mêmes sur nos aspirations, nos rêves ?

On ne peut approcher ces questions sans mettre en miroir constant   le moyen-âge historique et le moyen-âge rêvé ou imaginaire et c’est vraiment tout l’objet de  ce que nous faisons, ici, sur ce site, en tentant constamment d’ouvrir des pistes, de jeter des ponts et de mieux tracer les frontières entre tous ses différents « moyen-âge(s)’. Alors JOIE! Les 24  et 25 mars prochain, la prestigieuse université de la Sorbonne se penchera sur ces questions fascinantes, à l’occasion d’un colloque de deux jours, en prenant (de surcroît!) rien moins que l’excellente série télévisée Kaamelott d’Alexandre Astier pour point de départ!

moyen-age_reel_historique_moyen-age_represente_moderne_colloque_universite_sorbonne_kaamelott

Voilà  donc le digest de cet événement/conférence   à la Sorbonne.

« La série Kaamelott, écrite et réalisée par Alexandre Astier entre 2005 et 2010, a rencontré un important succès tant public que critique. L’enjeu de cette journée d’études n’est pas de lister les anachronismes et autres erreurs historiques de la série, mais au contraire de s’interroger sur les représentations historiques construites par la série, pour déconstruire le Moyen Âge de Kaamelott comme cela a pu être fait pour d’autres cycles littéraires contemporains. Le tout visant à mieux comprendre, peut-être, les façons dont le Moyen Âge est perçu, compris et réinventé au-delà des seuls cercles universitaires. »
Présentation du colloque Kaamelot – une (re)lecture de l’Histoire – Sorbonne

Vous pourrez également retrouver toutes les informations le concernant sur le site web de la Sorbonne. Vous y trouverez notamment un entretien du co-organisateur de  l’événement Florian Besson, Doctorant à Paris-Sorbonne, et lui même grand fan de la série Kaamelott (comme quoi on peut être sérieux, rigoureux et savoir apprécier les bonnes choses). Je salue encore ici sa merveilleuse initiative !

Je ne sais pas s’il reste encore des places,  mais  je vous conseillerais assez de vous en préoccuper rapidement si vous comptez vous y rendre!

Une très belle journée à tous
Frédéric EFFE.

Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

La « paix » de Rutebeuf et quelques reflexions sur le « je » et le « jeu » du poète médiéval

pauvre_rutebeuf_poesie_medievale_occitan_joan_pau_verdierSujet : poésie médiévale, poésie réaliste, satirique, trouvère, vieux français, langue d’oil, adaptation, traduction
Période : moyen-âge central, XIIIe siècle
Auteur ; Rutebeuf (1230-1285?)
Titre : La paix de Rutebeuf

Bonjour à tous,

S_lettrine_moyen_age_passion‘il n’a pas inventé l’usage du « Je » dans la poésie médiévale, Rutebeuf s’est mis en scène de telle manière dans son oeuvre qu’il semble bien avoir avoir ouvert les portes d’un genre  à part entière dans cet exercice.

deco_frise_medevial_eustache_deschampsBien sûr, il ne s’agit pas avec lui  du « Je » de l’amant transis de l’amour courtois, condamné à convoiter un impossible objet de désir et prisonnier de sa « noble » passion. Non. Le « Je » de Rutebeuf, est bien plus proche de celui de la poésie des Goliards. et c’est aussi celui de l’homme en prise avec son temps, son quotidien, ses travers et ses misères. Il  évolue dans un espace tout à la fois, psychologique, ontologique, social et politique. Il ouvre sur la complainte, la moquerie, la satire sociale et l’auto-dérision, et comme toute satire, il contient encore,  dans le creux de ses lignes, une forme de poésie morale. Dans cet espace où il se tient à découvert, Rutebeuf fait de lui-même, tout à la fois son perpétuel sujet et objet, geignant autant qu’il se rit de ses propres déboires et de ses infortunes, dans une logorrhée qui pourrait, par instants, par ses redondances, donner le  vertige.

De l’auteur à la scène et du je au jeu

e fait, sans parler de ses jeux de langage et de mots qu’il nous coûte parfois de comprendre avec le recul du temps, la limite est si ténue chez lui du drame au rire qu’on a encore du mal, quelquefois, à remettre en perspective son humour. Il est jongleur et trouvère. Ces textes sont donc souvent, on le suppose, joués devant un public  de nobles et de gens de cour mais pas uniquement (voir article sur la place de Grève).

Dans ce passage de l’écrit à l’oral, ou dit autrement des textes qui deco_frise_medevial_eustache_deschampsnous sont parvenus de Rutebeuf au personnage scénique qu’il s’était composé, on peut se demander jusqu’à quel point il forçait le trait dans ses lectures publiques. Allait-il jusqu’à la caricature? Pardon d’avance pour cet anachronisme, mais par instants, il est plaisant d’imaginer que, peut-être, il mettait dans son jeu une touche de Comedia dell’arte, ou disons, pour être plus conforme à son époque, de « farce », que la lecture de ses textes ne peut seule refléter: des rires ajoutés, des regards silencieux et des sous-entendus, le jeu peut-être de ses mains, le mouvement de ses yeux qui roulent de manière comique, etc… Tout s’éclairerait alors différemment et c’est un autre Rutebeuf qui prendrait vie sous nos yeux. Dans sa dimension scénique et  la   distance de  la personne au personnage, dans celle encore du texte littéral à sa représentation, le poète et ses mots prendraient, tout à coup, une autre épaisseur faisant naître une infinité de nuances et de degrés que nous avons peut-être perdu en cours de route.

rutebeuf_poesie_satirique_morale_medievale_la_paix_moyen_age_central_003

B_lettrine_moyen_age_passionien sûr, dans cette vision théâtralisée et hypothétique qui n’engage que notre imagination et, à travers la « farce » que deviendrait alors sa prestation, les lignes du drame demeureraient sous le vernis des facéties de l’acteur. Mais pour faire rire en public, avec certains de ses textes, ne fallait-il pas que son jeu rééquilibre ce « Je » en déséquilibre permanent et en perpétuel  disgrâce ? Ou n’est-ce qu’un effet du temps que de penser qu’il fallait nécessairement que Rutebeuf en rajoute pour couvrir d’un voile de pudeur et d’humour cette inflation de « Je » qui sombre, si souvent, dans l’auto-apitoiement ? Alors, un brin de caricature scénique pour
ne pas que le tout demeure trop indigeste est-il plausible ? L’hypothèse reste séduisante, mais hélas invérifiable.

deco_frise_medevial_eustache_deschampsBien sûr, peut-être encore que certains de ses textes,  en forme de règlement de compte « moral », laissent  si peu de place à l’humour qu’ils n’étaient pas destinés à être lus publiquement ou peut-être seulement devant une audience choisie? Comment faire le tri? Nous en savons, au fond, si peu sur lui.  C’est un peu le cas de cette poésie du jour aux traits satiriques, amers et acides dans laquelle on n’a tout de même du mal  à  entrevoir l’humour, même en le cherchant bien.  De la même façon, si nous ne savons plus avec certitude à qui Rutebeuf destinait les vers de cette « paix », on s’imagine bien que certains de ses contemporains ne pouvaient l’ignorer. Le texte en question  pourrait prendre alors les contours d’un véritable affront pour celui auquel il se destinait et on a du mal à l’imaginer jouer devant un parterre de nobles visés directement ou indirectement par ses lignes. Et s’il l’a fait, on a du mal croire que la barrière du pseudonyme dont il s’est affublé comme une excuse préalable de sa rudesse ait pu suffire, seule, à lui servir de rempart.

rutebeuf_poesie_satirique_morale_medievale_la_paix_moyen_age_central_002

La « Paix » de Rutebeuf

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, l’auteur médiéval nous parle encore de ses déboires en amitié comme il le faisait dans son « dit de l’Oeil ». Il en profite pour dresser le portrait acide d’un « ascenseur social » qui élevant vers les sommets « l’homme de condition moyenne » (qui   est en réalité un noble de petite condition) au rand de seigneur lui fait laisser derrière lui ses amis, et notamment l’auteur lui-même qui règle  ici ses comptes. Jeux de cour, flatterie, voilà l’ami transfiguré, manipulé  et entouré de parasites. Et lui deco_frise_medevial_eustache_deschamps encore, pauvre Rutebeuf, victime laissée à la porte d’une réussite et d’une amitié qui  se sont refermées devant lui, trace de sa plume vitriolée l’ingratitude de l’ami, tout en nommant sa poésie d’un titre qui vient, tout entier, en contredire le propos.  Il est en paix, dit-il et pourtant, il tire à boulets rouges tout du long, sur celui qui, à la merci de ses flatteurs et plein de son nouveau statut, l’a trahi.

Pour le reste, « Benoit est qui tient le moyen » dira quelques deux siècles plus tard Eustache DESCHAMPS paraphrasant Horace et Rutebeuf  encense ici, d’une certaine façon, cette même médiocrité dorée ou la « voie moyenne » qui préfère la fraicheur de l’ombre aux lumières du pouvoir et de la trop grande richesse affichée. Assiste-t’on ici à la naissance d’une poésie « bourgeoise »? Plus que de bourgeoisie, en terme de classe, nous sommes bien plutôt face  à la  petite noblesse et à la poésie de clercs qui en sont issus. La référence à  cet « homme de condition moyenne » ou ce  « moyen » là se situe déjà au dessus des classes populaires ou bourgeoises d’alors.

rutebeuf_poesie_satirique_morale_medievale_la_paix_moyen_age_central_001

Les paroles en vieux français
& leur adaptation en français moderne.

C’est la paiz de Rutebués

Mon boen ami, Dieus le mainteingne!
Mais raisons me montre et enseingne
Qu’a Dieu fasse une teil priere:
C’il est moiens, que Dieus l’i tiengne!
Que, puis qu’en seignorie veingne,
G’i per honeur et biele chiere.
Moiens est de bele meniere
Et s’amors est ferme et entiere,
Et ceit bon grei qui le compeingne;
Car com plus basse est la lumiere,
Mieus voit hon avant et arriere,
Et com plus hauce, plus esloigne.

Mon bon ami, Dieu le protège!
Mais la raison m’invite  et m’enseigne
A  faire à Dieu une prière:
S’il est de condition moyenne, Dieu l’y maintienne!
Car quand il s’élève en seigneur.
J’y perds  bon accueil et honneurs,
L’homme moyen a  de belles manières
Son amitié est droit et sincère.
Et  traite bien ses compagnons (sait gré à qui le fréquente)
Car plus basse est la lumière,
Plus elle éclaire de tous côtés,
Et plus elle  s’élève, plus elle s’éloigne.

Quant li moiens devient granz sires,
Lors vient flaters et nait mesdires:
Qui plus en seit, plus a sa grace.
Lors est perduz joers et rires,
Ces roiaumes devient empires
Et tuient ensuient une trace.
Li povre ami est en espace;
C’il vient a cort, chacuns l’en chace
Par groz moz ou par vitupires.
Li flateres de pute estrace
Fait cui il vuet vuidier la place:
C’il vuet, li mieudres est li pires.

Quand le moyen devient grand Sire,
Lors vient  flatterie et médisance:
Qui mieux les pratique, plus reçoit ses grâces.
Lors sont perdus les jeux, les rires,
Son royaume devient empire
Et tous prennent ce même chemin.
L’ami pauvre  en est écarté;
S’il vient  à  la cour, on   l’en chasse
Par l’injure ou  les grossièretés.
Le flatteur de vil extraction
Vide l’endroit de  qui  il veut:
Et s’il veut, fait passer le meilleur pour le pire.

Riches hom qui flateour croit
Fait de legier plus tort que droit,
Et de legier faut a droiture
Quant de legier croit et mescroit:
Fos est qui sor s’amour acroit,
Et sages qui entour li dure.
Jamais jor ne metrai ma cure
En faire raison ne mesure,
Ce n’est por Celui qui tot voit,
Car s’amours est ferme et seüre;
Sages est qu’en li s’aseüre:
Tui li autre sunt d’un endroit.

L’homme puissant qui croit le flatteur
Fait souvent  plus de tord que de bien,
Et facilement manque de droiture
Puisque aisément il donne ou reprend  sa confiance:
Fou est celui qui se fie à  son amitié* (*bons sentiments)
et sage, qui reste auprès de lui sans cesse.
Jamais plus je ne mettrai mes attentions
sans compter et sans mesurer,
Si ce n’est pour celui qui voit tout,
Car son amitié est  ferme et solide;
Sage est  qui se fie à lui:
Les autres  sont tous les mêmes.

J’avoie un boen ami en France,
Or l’ai perdu par mescheance.
De totes pars Dieus me guerroie,
De totes pars pers je chevance:
Dieus le m’atort a penitance
Que par tanz cuit que pou i voie!
De sa veüe rait il joie
Ausi grant com je de la moie
Qui m’a meü teil mesestance!
Mais bien le sache et si le croie:
J’avrai asseiz ou que je soie,
Qui qu’en ait anui et pezance.

J’avais un bon ami en France,
La  malchance* me l’a fait perdre. (malheur)
De toute part Dieu me guerroie,
De toute part, je perds mes moyens de subsister:
Dieu me compte pour pénitence
Que d’ici peu,  je ne verrais plus!
Qu’avec sa vue, il ait tant de joie
Qu’il m’en reste avec la mienne
Celui qui  m’a mis dans un tel pas!
Mais qu’il sache bien et qu’il le croit:
J’aurais assez ou que je sois,
Qui  que cela gène ou ennuie.

Explicit.

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Le chant d’honneur de François 1er, roi poète et quelques réflexions sur l’esprit chevaleresque médiéval

poesie_medievaleSujet ; poésie médiévale, littérature, vieux français, François  1er, roi poète, chevalier et mécène, honneur, chevalerie
Période : moyen-âge tardif, début renaissance
Ouvrage : Poésie du roi François  1er,  de Louis de Savoie…, Aimé Champollion Figeac (1847)

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous approchons aujourd’hui la toute fin du moyen-âge et même le  début de la renaissance avec le roi François 1er qui prit Clément Marot sous son aile et qui fut un  roi mécène, grand amateur d’art,  autant qu’un roi poète. On en fait, à raison,  le roi de la transition  du moyen-âge finissant vers le siècle des lumières et pour autant qu’il se situe dans cet entre-deux,  il est aussi  un roi chevalier, symbole et porteur de valeurs de bravoure et d’honneur héritées  du monde médiéval.

francois_1er_poesie_litterature_medievale_renaissance_chevalerie_honneur_valeur_moyenage_tardif_pavieDans les vers  que nous vous proposons aujourd’hui, le roi de France nous relate sa capture à la bataille de Pavie contre les armées de l’empereur Charles Quint et, à travers cet extrait,  il nous donne aussi  une définition  du sens de l’honneur.

(ci-contre, le roi François 1er  capturé sur le champ de bataille à  Pavie 1525.)

Il est intéressant de voir comment après avoir été mis à mal par la guerre de cent ans et les archers longs d’Angleterre à l’occasion de diverses batailles, après avoir encore été remis en question dans  son efficacité même par l’artillerie et la poudre qui prend sur les champs de bataille  de plus en plus d’importance, la chevalerie, et surtout son esprit, demeurent encore prégnants dans ce moyen-âge finissant.

Pourtant si cet esprit chevaleresque et ses valeurs traversent le moyen-âge littéraire et militaire sans  pour autant toujours se superposer  parfaitement, de Roland de Roncevaux à  François 1er, sans doute faut-il voir quelques nuances ou quelques variations dans cette notion d’honneur dont il est ici question. Si cette dernière  reste au centre des valeurs chevaleresque et si elle commande, à travers les âges et depuis l’antiquité, de ne pas fuir au combat, elle voit Roland se sacrifier et mourir, quand François 1er ne va pas jusqu’à y perdre sa vie mais rend les armes sur le champ de bataille.  Il ne s’agit donc plus ici de triompher ou périr, mais  de ne point  fuir tout en préservant sa vie, dusse-t-on se retrouver vaincu et captif. Il n’est pas question bien évidement, en disant cela, de juger mais simplement de souligner qu’au fond et, entre les deux, les valeurs attachées à l’héroïsme ont un peu glissé et changé, même s’il faut encore rappeler les précautions que nous prenions plus haut et se souvenir que chevalerie littéraire  et  faits historiques ne se recoupent pas nécessairement.

francois_1er_roi_poete_mecene_chevalier_poesie_litterature_moyen-age_tardif_renaissance_honneur_chevaleresque
Portrait de François 1er à cheval, peinture de Jean CLOUET (1480-1541)

Valeurs chevaleresques
contre stratégie militaire ?

A_lettrine_moyen_age_passion travers tout cela, i demeure intéressant  de voir combien les valeurs de la chevalerie française et leur prégnance dans les mentalités médiévales ont fini, à de nombreuses reprises, par s’imposer sur le terrain, presque à l’encontre  de la stratégie militaire.

Même si  la notion d’honneur dont nous parle François 1er dans cette poésie, n’est déjà plus tout à fait la même qu’un siècle auparavant, nous retrouvons ici  ce même  constat qui a peut-être, en partie, expliqué la défaite d’Azincourt. En ne reculant pas et en se laissant prendre dans un acte  certes héroïque, mais finalement militairement peu judicieux, le roi fait prisonnier devra concéder la Bourgogne et bien d’autres choses encore, à l’occasion du traité de Madrid (1526).  Il en mesurera d’ailleurs lui–même le lourd prix dès le lendemain  de sa capture en écrivant ces lignes à sa mère, la duchesse d’Angoulême :

« Madame, pour vous faire savoir comment se porte le reste de mon infortune, de toutes choses ne m’est demeuré que l’honneur et la vie qui est sauve. »
François 1er, à sa mère, la Duchesse d’Angoulême,

La bataille de Pavie, Huile de Joachim Patinier 1530, Musée de Vienne, Autriche.
La bataille de Pavie, Huile de Joachim Patinier 1530, Musée de Vienne, Autriche.

De nos jours, on admettrait aisément,  qu’un chef de guerre puisse reculer pour ne pas être pris, quitte à revenir plus tard à ou un moment plus propice, sans que son  honneur soit en péril. Et si l’on voulait encore se convaincre des nuances  changeantes que peuvent revêtir les mots dans leur traversée du temps,  on se souviendra encore que l’honneur, au sens d’homme d’honneur « moderne », soit respectueux de sa parole donnée ou de ses engagements,  ne s’applique pas non plus dans le contexte puisque peu après la bataille de Pavie, François 1er signera  le traité de Madrid et une fois relâché,  ne le respectera pas.  Devant l’histoire, il ne sera  pas, cela dit, le premier roi qui  s’engagera sur des traités avec ses ennemis pour ensuite ne pas les respecter.

Pour creuser un peu ces aspects   d’honneur à travers les âges, je vous conseille l’article « Pour un histoire de l’honneur » de  Léon E Halkin sur persée.

L’honneur  chevaleresque
à travers la poésie de François 1er

Trop tost je veiz ceux-là qu’avoys laissez
De tout honneur et vertu délaissez ;
Les trop meschants s’enfuyoient sans combat
Et entre eulx tous n’avoyent autre débat
Si n’est fuyr ; laissant toute victoire,
Pour faire d’eulx honteuse la mémoire.
Malheureux las ! et qui vous conduisoit
A telle herreur, ne qui vous advisoit
Habandonner, fuyans en désaroy,
Honneur, pays, amys et vostre roy ?

Maie pour venir à mon premier propos
Quand, indignes de vertus et repoz,
Je \eiz mes gens par fuyte trop honteuse
A leur honneur et à moy dommaigeuse.
Triste regret et peine tout ensemble,
Deuil et despit en mon coeur si s’assemble :
Autour de moi en regardant ne veiz
Que peu de gens des miens à mon advys ;
Et à ceulx-là confortay sans doubtanoe
De demourer plustost en espérance
D’honneste mort ou de prise en effect,
Qu’envers l’honneur de nous fut rien forfaicl.

De toutes pars lors despouillé je fuz,
Rien n’y servit deffence ne refuz ,
Et la manche de moi tant estimée (3)
Par lourde main fut toute despecée.
Las ! quel regret en mon cueuir fut bouté.
Quant sans deffence ainsy me fut ostá
L’heureux présent par lequel te promys
Point ne fouyr devant mes ennemys.
Mais quoy ! j’estois soub mon chevàl en terre,
Entre ennemys alors porté par terre.
Las ! que diray, cela ne. veulx nyer,
Vaincu je fuz et rendu prisonnier.

(3) Manche.  pièce d’étoffe que les chevaliers portaient dans les tournois en souvenir de la dame de leurs pensées.

En vous souhaitant une belle journée.
Fred

Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Une petite affiche Kaamelott trilogie détournée pour égayer votre journée

kaamelott_alexandre_astier_legende_medievale_roi_arthur_moyen_age_passionSujet:  Kaamelott, roi Arthur, trilogie, cinéma,  légendes arthuriennes, Graal,  humour, humour médiéval, hommage, fan. détournement affiche cinéma.
Auteur:  Alexandre Astier
Période: haut moyen-âge, moyen-âge central
Série culte : Kaamelott, M6, Calt production
Média : détournement, affiche de cinéma

Bonjour à tous,

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour ceux qui attendent avec impatience le retour du roi, non pas celui du Seigneur des anneaux, mais bien le mythique Arthur de Bretagne campé par Alexandre Astier dans la série télévisée Kaamelott, je vous poste  encore une petite affiche détournée maison pour commencer la journée.  Au vue des millions de fan de la série des légendes arthuriennes revisitées à la façon d’Alexandre Astier, voilà bien un revenant que personne ne se plaindra de voir revenir.

Pour être tout à fait juste , la punch line de l’affiche originale et notamment les mots « Habité par la vengeance »  ne correspondent pas tout à fait à l’esprit de ce Kaamelott trilogie sur grand écran tant attendu. A ce stade de l’histoire, Arthur a lui-même laissé le pouvoir à Lancelot  et il est question de son retour pour reprendre son trône, mais la vengeance n’est pas ce qu’il anime. Au sortir du livre V, le  combat  qu’il achevait de livrer restait plutôt contre lui-même et c’est de ses propres doutes et fantômes qu’il devait se relever.

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Manuscrits et codex anciens du moyen-âge central au moyen-âge tardif: au fil de l’exploration

manuscrits_codex_anciens_exploration_poesie_litterature_musique_medecine_monde_medieval_moyen_ageSujet : manuscrits anciens, codex, ouvrages anciens,  découverte. médecine, littérature, poésie, musique, chansons médiévales.  découverte, exploration du monde médiéval
Période : bas moyen-âge
Médias : sources et articles.

Bonjour à tous,

I_lettrine_moyen_age_passion copial demeure difficile de s’intéresser  sérieusement au moyen-âge sans effectuer des recherches à la source des documents, codex et autres manuscrits anciens qu’il nous a légués. Après plus d’une année d’exploration de la médecine, la poésie, la littérature, les enluminures, les chansons et la musique en provenance du monde médiéval, nous en avons identifié pour vous un certain nombre.

Comme ils touchent des catégories variées du site, Ils sont  un peu disséminés dans ses contenus et ne se trouvent pas regroupés sous un item de menu séparé, aussi pour faciliter vos recherches sur la question,  et si vous êtes intéressés par le sujet, il peut vous être utile d’utiliser ce  lien :

Explorez les manuscrits anciens sur moyenagepassion.com

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

La résonance du moyen-âge chrétien et de ses valeurs, selon le grand Carl Jung

Sujet : citation moyen-âge, Carl G. Jung,   psychologie, histoire, monde médiéval, moyen-âge chrétien.

Carl_jung_citation_histoire_monde_medievale_moyen-age_chretien

Bonjour à tous,

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour le cas où nous doutions encore de l’ancrage et de la résonance du moyen-âge chrétien jusque  dans notre monde moderne et jusque dans les couches les plus profondes  de notre  psyché, cette citation du grand  Carl Jung (1875-1961)   vient aujourd’hui nous le rappeler.  Et si certains aspects de cette réalité sont même quelquefois descendus sous le seuil de notre visibilité,  les faits demeurent, on ne peut  simplement effacer  d’un simple coup de gomme  plus de  mille cinq cents ans d’histoire.

« Notre mentalité tout entière, nos conceptions des choses sont nées du moyen âge chrétien, qu’on le veuille ou non. Le « siècle des lumières » n’a rien effacé; l’empreinte du christianisme se retrouve jusque dans la façon dont l’homme voulut rationaliser le monde. La vision chrétienne du monde est, par suite, une donnée psychologique qui échappe aux explications intellectuelles. C’est un passé qui, dans ses traces et ses conséquences, sera, comme tout passé, un éternel présent. Nous sommes, une fois pour toutes marqués, au coin du christianisme. Mais il n’en est pas moins vrai que nous portons également le signe de ce qui l’a précédé. »
C.G. Jung, (1875-1961), L’Homme à la découverte de son âme.

En vous souhantant une merveilleuse journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses  formes.

La plus ancienne chanson anglaise connue et une estampie du XIIIe siècle

musique_danse_moyen-age_ductia_estampie_nota_artefactumSujet : musique, danse, médiévale, estampie, Anon,  Poésie, chanson,
Période : XIIIe, moyen-âge central
Auteur :  anonyme
Manuscrit ancien :  MS Rawl G 22, Bodleian  Library, Oxford.
Interprète :   Ensemble Belladonna
Titre:  Miri(e) it is while sumer ilast
Album: Melodious Melancholye(2005) The sweet sounds of medieval England

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous vous proposons aujourd’hui d’aller promener nos pas du côté du XIIIe siècle et de l’Angleterre du moyen-âge central avec une estampie aux paroles bucoliques et qui nous parle d’un orage d’été.

manuscrit_ancien_musique_chanson_medievale_estampie_moyen-age_central_MS_G22Techniquement cette chanson est extraite d’un fragment de manuscrit ancien référencé MS Rawl G. 22,  daté de 1225, sur lequel  se trouvent trois chansons, l’une  en anglais, celle d’aujourd’hui, et deux autres en français. L’ouvrage était au départ un psautier et ce qu’il en demeure, est conservé à la bibliothèque Bodleian (Bodleian Library) de l’Université d’Oxford.

La pièce du jour « Miri(e) it is while sumer ilast » est considérée comme l’une des plus anciennes chansons écrites en anglais. On l’a retrouvée avec les deux autres chansons et leurs annotations musicales au début du livre de psaumes. Sa rédaction est anonyme et ultérieure à  la création du manuscrit et c’est donc par un miraculeux hasard que ce parchemin, même fortement détérioré,  est  parvenu  jusqu’à nous.

L’ensemble Belladonna

L_lettrine_moyen_age_passion‘ensemble Belladonna est formé d’un trio de musiciennes créé dans le courant de l’année 1997, Venues respectivement du Canada, de Suède et d’Allemagne – une harpiste, une violoniste et une vielliste. – les trois artistes  se sont intéressées de près dès leur formation aux musiques anciennes sur une période qui couvre le moyen-âge central  jusqu’au début de la ensemble_belladonna_musique_medievale_estampie_moyen-age_renaissancerenaissance.

Ci-contre le trio Belladonna. Miriam Andersén (voix et  harpe), Rebecca Bain (voix & violon), Susanne Ansorg (violon & rebec)

A ce jour et sauf erreur de notre part, l’ensemble Belladonna n’a produit qu’un seul album dont le titre que nous vous proposons aujourd’hui est extrait:  « Melodious Melancholye »: The sweet sounds of medieval England  (les doux sons de l’Angleterre médiévale).  Aucun site web ou page facebook n’existent à notre connaissance les concernant, aussi il reste difficile de connaître leur actualité ou même de savoir si les trois musiciennes continuent de se produire ensemble. Dommage. Quoiqu’il en soit leur album peut être trouvé en ligne, à la Fnac ou sur Amazon.

musique_medievale_estampie_moyen-age_central_ensemble_belladona_manuscri_ancien

Les paroles de la chanson médiévale
Miri it is while sumer ilast

A_lettrine_moyen_age_passionu vue de l’état du manuscrit, seulement un verset de cette chanson a survécu au temps. Nous vous le proposons donc dans sa version originale et en anglais ancien, ainsi que son adaptation en français.

Miri it is while sumer ilast with fugheles song, oc nu
neheth windes blast and weder strong. ei ei what this
niht is long. and ich with wel michel wrong, soregh and
murn and fast.

Que l’été est amusant, lorsque les oiseaux chantent. Ah,
mais voilà que la tempête et l’orage arrivent! Ah, que
cette nuit est longue, et je n’ai que souci et tristesse.

manuscrit_ancien_musique_danse_medievale_XIIIe_chanson_anglaise_moyen-age_central

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes