El mestre, une chanson catalane ancienne par l’ensemble Hirundo Maris

musique_danse_medievale_enluminures_moyen-age_central_et_tardif_XIVeSujet : musique, chanson ancienne, folklore catalan, musique ancienne, langue catalane
Période :  moyen-âge central, XIIIe siècle ?
Auteur original: ?
Interprète : Arianna Savall, Petter Udland Johansen et Hirundo Maris
Titre:  El Mestre
Album : Chants du Sud et du Nord
Editeur : Universal Music (2012)

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous explorons une chanson ancienne qui nous vient des terres de Catalogne. Elle est interprétée par le groupe Hirundo Maris, ce qui va nous fournir une excellente occasion de parler de cette formation et de sa talentueuse fondatrice, l’artiste, compositeur, chanteuse et musicienne Arianna Savall. 

Arianna Savall, soliste soprano, harpiste & artiste accomplie

Même si Jordi Savall est, pour notre plus grand bonheur, encore très actif sur la scène musicale, si l’on doutait encore que sa relève ne soit assurée, nous n’avons aucun souci à nous faire. Ferran et Arianna, les deux fruits de l’union du grand maître musique et joueur de vielle catalan avec la chanteuse lyrique soprano Montserrat Figueras sont en effet devenus, à leur tour, de brillants artistes, chanteurs et musiciens. Aujourd’hui, c’est de sa fille, la talentueuse Arianna Savall, que nous voulons vous parler.

arianna_savall_musiques_chansons_poesie_anciennes_medievalesNée en 1972, cette belle artiste a sans nul doute hérité de la passion familiale pour les arts et la musique ancienne et elle marche résolument sur leurs traces,  en y ouvrant ses propres voies artistiques.

Après avoir étudié le chant lyrique et la harpe classique dans la région de Barcelone et au Conservatoire de Terrassa, puis s’être dotée d’une spécialisation dans l’interprétation baroque de son instrument de prédilection, Arianna a, comme d’autres artistes déjà mentionnés ici, suivi les cours de la Schola Cantorum Basiliensis de Bâle, école suisse de renom dans le domaine des musiques anciennes,

Dès ses débuts de carrière, à la fin des années 90. ses premiers enregistrements et son premier album aux côtés de Montserrat Figueras, seront primés et salués par un Diapason d’or. Dans la décennie qui suivra, elle poursuivra son parcours en famille, en jouant avec le célèbre Hespérion XXI de Jordi Savall, mais elle démontrera aussi ses grandes qualités vocales à l’Opéra, pour finalement, en 2003, enregistrer un premier album. Composé par ses soins, elle y donnera à la fois de la voix et de la harpe et l’album, ayant pour titre Bella Terra, sera extrêmement bien accueilli du public.

arianna_savall_hirundo_maris_Petter_Udland_Johansen_musiques_chanson_traditionnelle_anciennesEn 2009, elle créera avec l’artiste, chanteur et violoniste norvégien Petter Udland Johansen qui se trouve être aussi son compagnon, la formation  Hirundo Maris, toute entière dédiée au répertoire des musiques anciennes, du moyen-âge à la période baroque. Depuis sa création, l’ensemble a déjà produit quatre albums et nous leur devons l’interprétation de la pièce du jour. Arianna s’y adonne avec une grande virtuosité et une voix splendide,  pleine de justesse et de sensibilité.

Aujourd’hui, Arianna Savall et sa formation Hirundo Maris se produisent en concert dans toute l’Europe et même jusqu’en Asie. Pour consulter leur actualité et leur discographie, vous pouvez valablement consulter le site web officiel  de l’artiste à l’adresse suivante : ariannasavall.com

Hirundo Maris
et les « Chants du Sud et du Nord »

Sorti en 2012, l’album « Chants du Sud et du Nord » de Hirundo Maris a été inspiré, au départ, par la chanson catalane « el mariner ». Cette dernière conte l’histoire d’une damoiselle des bords de la méditerranée, tombée amoureuse d’un guerrier et chevalier du nord. A l’image de la chanson, l’album est le fruit d’une union, mais c’est aussi celui de la rencontre entre deux univers musicaux et culturels; les deux artistes y explorent le répertoire ancien et traditionnel des musiques à la fois catalanes et norvégiennes mais aussi séfardi, pour nous proposer un voyage des rives anciennes de la méditerranée jusqu’à la mer du nord, à la recherche des similitudes, des différences, et de possibles et subtiles convergences entre musiques et chants des peuples viking, des hirundo_maris_arianna_savall_musiques_anciennes_medievales_traditionnelles_album_chants_du_nord_et_du_sudnavigateurs catalans et encore des voyageurs juifs séfarades.

La chanson El Mestre que nous vous proposons aujourd’hui est la première de l’album.  Près de 30 ans auparavant, Jordi Savall et Montserrat Figueras en avaient  proposé une version musicale dans leur album :  Cançons  de la Catalunya Mil•Lenària: Planys  & Llegendes (1990) dont la volonté affichée était d’affirmer quelque chose de l’essence même de la culture catalane et de son héritage ancestral.  A travers le temps et une génération plus tard, il est touchant de noter que ce même titre ouvre ces Chants du Sud et du Nord  d’Hirundo Maris. Cette fois, c’est devant le miroir de l’ailleurs lointain, celui d’une culture à l’autre bout de l’Europe, et d’un mer à l’autre que la même chanson est posée, dans la recherche de possibles reflets, de fils conducteurs ou de correspondances, tout en s’ancrant fermement dans ses propres racines.

hirundo_maris_ensemble_musiques_antiques_et_anciennes_arianna_savall

Il semble décidément que les musiques anciennes et la passion de leur art ne cesseront jamais chez les Savall d’être des prétextes sans cesse renouvelés  pour interroger en profondeur les richesses artistiques inhérentes aux cultures qu’ils approchent, à travers l’histoire, le temps, et l’espace, tout en posant clairement la question des identités et de l’échange. Au delà même de leur virtuosité, ce questionnement est sans doute un autre des héritages que se passe, entre génération, cette belle famille d’artistes. Au coeur de leur musique et de leurs oeuvres, ils nous invitent sans cesse à tendre l’oreille et à mieux écouter, pour nous ouvrir à la culture de l’autre.

EL Mestre chanson catalane médiévale,
paroles originales et adaptation française

L_lettrine_moyen_age_passion‘histoire de cette chanson ancienne catalane et de ses lignes mélodiques se perdrait quelque part autour du moyen-âge central et de l’art des troubadours de la Catalogne du XIIIe siècle. Je dis « se perdrait » parce que nous n’en avons, pour l’instant, pas nous-même, retrouver les sources précisement datées.

Pour ce qui est des traces musicales écrites en notre actuelle possession, elles sont toutes bien plus récentes. On trouve chez le compositeur barcelonais du XIXe /XXe siècle Miguel Llobet (1878-1938) des arrangements de cette pièce pour guitare. Du côté des paroles, le Dictionnaire de la musique et des musiciens de Mariano Pérez Gutiérrez, fait mention de l’auteur-compositeur catalan très prolifique des XIX et XXe siècles Josep Sancho Marraco (1879-1960), qui était aussi maître de musique à la cathédrale de Barcelone. Si l’on se fie à cet ouvrage, il serait même l’auteur  des paroles puisqu’on la range dans ses « oeuvres » (Diccionario de la música y los músicos, Vol3, 1985).  C’est assez étonnant au vue de la jose_sancho_marraco_maitre_de_musique_barcelonais_catalanteneur du texte. Sauf effet de style recherché volontairement, la chanson semble, en effet, renvoyer à une période largement plus lointaine. En consultant de plus près quelques documents de la Bibliothèque de Catalogne, on en a d’ailleurs la confirmation puisqu’on y apprend qu’on doit plutôt à Josep Sancho Marraco une « version harmonisée de cette chanson populaire » pour cinq voix mixtes et soliste soprano, et non la chanson elle-même (Biblioteca de Catalunya).

Pour le reste, comme indiqué plus haut, cette chanson fut enregistrée, dans une version instrumentale par ‎Jordi Savall & Montserrat Figueras (Cançons de la Catalunya mil·lenària). Elle le fut encore par d’autres artistes – à la guitare par Andres Segovia (1956) sur la base des partitions de Miguel Llobet, ou même  dans une version vocale moins lyrique que celle du jour, par le chanteur catalan Sergi Dantí,  en 2011.

L’histoire qu’elle nous conte est celle d’une jeune fille envoyée à l’école pour préparer son entrée dans les ordres, mais son professeur en tombe amoureux et lui implore d’y renoncer pour se marier avec lui. Nous vous en livrons ici les premiers couplets en catalan, accompagnés d’une adaptation en français.

El Mestre (le professeur)

El pare i la mare no em tenen sinó a mi.
Me’n fan anar a l’escola  a aprendre a llegir.

Mes ail ara tomba, tantom xiribiriclena, tom pena tom pi

Mes ail ara tomba, tan tom xiribiriclom

Lon père et la mère n’avaient que moi pour enfant,
Ils m’ont envoyé à l’école pour apprendre à lire

Refrain : il s’agit d’un mélange « d’onomatopées » musicales, dans laquelle elle semble aussi exprimer sa surprise et son désarroi émotionnel.

El mestre que m’ensenya s’ha enamorat de mi.
Me’n diu:  –-No et facis monja, que et casaràs amb mi –
refrain

Le professeur qui m’enseignait est tombé amoureux de moi
Il m’a dit : – Ne te fais pas nonne  et épouse moi plutôt –
refrain

Jo n’hi faig de resposta que no l sabré servir.
–-Tu faràs com les altres: quan me veuràs venir
refrain

Je lui ai répondu  que je ne saurai (pas) le servir
– Tu feras comme les autres quand tu me verras venir* (*en me voyant rentrer)
refrain

me’n pararàs la taula, m’hi posaràs pa i vi,
les estovalles blanques com el paper més fi

Mes ail ara tomba, tantom xiribiriclena, tom pena tom pi
Mes ail ara tomba tan tom xiribiriclom

Tu me dresseras la table, me porteras pain et vin
les nappes blanches comme le papier le plus fin (de la plus fine étoffe)
refrain

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *