Annonce : Angy dans l’Oise recherche musiciens, artistes, jongleurs pour se joindre à ses fêtes médiévales de Juillet 2018

agenda_sortie_historique_festivals_fetes_ripailles_week_end_theme_medieval_moyen-ageSujet : agenda, fêtes médiévales, parade médiévale,  annonce, recherche, artistes, musiciens, danseurs, jongleurs, bateleurs, inspiration médiévale.
Lieu : Angy
Département : Oise, Hauts-de-France
Date : 22 juillet 2018
Nom : Fête communale et parade médiévale

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour le mois de juillet prochain, le comité des fêtes de Angy, dans le département de l’Oise et la région des Hauts-de-France, recherche des musiciens, artistes, danseurs, compagnies et bateleurs, pour se joindre annonce_angy_oise_agenda_fetes_evenement_parade_animation_musicien_medievale_Hauts-de-Franceà sa grande parade sur le thème médiéval.

Pour des raisons pratiques et au vue de la durée de l’événement, les artistes attendus seront préférablement de la Région.  Pour contacter les organisateurs au comité des fêtes, cliquez sur le visuel ci-contre. Tout y est !

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen-Age sous toutes ses formes.

Importance fondatrice du moyen-âge et innovations médiévales, une citation de Jacques le GOFF

citations_medievales_Sujet : citations médiévales, moyen-âge, histoire médiévale, historien, médiéviste, avenir, identités, innovation médiévale,
Auteur : Jacques le Goff
Période : moyen-âge central, long moyen-âge
Sources : Entretien vidéo,  CNRS (1991)

Bonjour à tous,

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour le cas où nous en doutions encore, voici un peu de grain à moudre avec Jacques le Goff, sur les innovations médiévales et sur l’importance fondatrice du Moyen-âge pour notre civilisation actuelle. La citation est extraite d’un portrait vidéo de l’historien médiéviste, daté de 1991. Il faisait partie d’une série et d’un programme que le CNRS consacrait alors aux « têtes chercheuses » des temps modernes (voir détail ici).

citation_jacques_le_goff_historien_medieviste_moyen-age_racines_modernite_identites_avenir

deco_frise

« Je crois que, au Moyen-âge, du point de vue matériel, les outils, les techniques, le moulin, les divers métiers, du point de vue de la vie en société, les rapports ville/campagne, la croissance de la ville, la naissance de la société urbaine, du point de vue politique, la naissance de l’Etat, du point de vue intellectuel la littérature dite « en langue vulgaire » par rapport au latin, le mouvement universitaire, les approfondissements religieux, le passage à l’examen de conscience, une nouvelle conception du péché moins primitive, je crois que tout ceci s’est passé au Moyen-âge et que il y a là, pour la connaissance de notre identité actuelle, des éléments capitaux et qui nous permettent de mieux vivre, et je pense, de mieux préparer ce qui est quand même la suite de l’Histoire, que l’Historien ne connaît pas : l’Avenir. »

Jacques Le GOFF, historien médiéviste (1924-2014)
Extrait d’un entretien vidéo,  “Têtes chercheuses”, CNRS (1991)

deco_frise

En vous souhaitant une excellente  journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Eustache Deschamps, une ballade médiévale acerbe contre la vie curiale

eustache_deschamps_ballade_poesie_medievale_enluminure_clerc_etudes_science_savant_moyen-age_tardifSujet : poésie médiévale, littérature médiévale, poésie morale, satirique ballade, moyen français, vie curiale
Période : moyen-âge tardif, XIVe siècle
Auteur : Eustache Deschamps  (1346-1406)
Titre :  « Va à la court, et en use souvent »
Ouvrage : Poésies morales et historiques d’Eustache Deschamps GA Crapelet (1832)

Bonjour à tous,

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoici une nouvelle ballade en moyen-français du XIVe siècle, signée de la plume d’Eustache Deschamps. L’auteur du moyen-âge tardif nous y entraîne à nouveau du côté de la poésie satirique, en mettant au banc les artifices de la vie curiale.

eustache_deschamps_poesie_satirique_medievale_ballade_litterature_moyen-age_vie_curiale

Vie dissolue, excès, règne des apparences et des faux-semblants, jeux de pouvoir et phrases assassines sous le fard grimaçant du rire, les rois et les princes changent, les cours et les courtisans demeurent. Avec son caractère trempé d’un seul bloc, on imagine assez mal, notre poète médiéval, tout pétri de valeurs de loyauté et de droiture et si souvent impitoyable envers les travers de ses contemporains, se couler aisément dans le moule de cette vie de cour pleine de vacuité et de fatuité. C’est encore sans doute plus vrai de ses poésies tardives. Devenu encore moins souple, le Eustache vieillissant a fait son deuil d’une certaine réussite et il est en plus désabusé par le peu de prestige et d’avantages qu’il a pu retirer d’une longue vie au service de la couronne.

Quoiqu’il en soit, par ses fonctions autant, certainement que par ambition,  notre poète médiéval s’est suffisamment frotté à la vie curiale durant ses jeunes années pour s’en trouver échaudé et c’est un thème qu’il a  coeur de traiter et de dénoncer  ( voir pourquoi viens-tu si peu à la cour  ?  ou encore deux ballades sur la cruauté des jeux de cour ).

Du point de vue de la forme c’est une ballade dialoguée. Un peu à la manière de la lyrique courtoise, le poète s’adresse dans les premières lignes à une Dame pour le guider dans sa quête, ici, d’élévation sociale. En fait de lui donner de beaux conseils, elle l’invitera plutôt, de manière ironique, à cultiver tous les vices et à les exercer à la cour.

deco_frise

« Va à la court, et en use souvent »
des moyens de parvenir à la cour

APPRENEZ-MOY comment j’aray estat (1)
Soudainement, dame, je vous en prie,
Et en quel lieu je trouveray bon plat
Pour gourmander et mener glote* (*gloutonne) vie.
– 
Je le t’octroy : Traïson et envie
Te fault sçavoir, ceuls te mettront avant :
Mentir, flater, parle de lécherie* (*débauche, libertinage) :
Va à la court, et en use souvent.

Pigne-toy* (*de peigner) bel, ton chaperon abat,
Soies vestus de robe très jolie,
Fourre-toy bien quoy qu’il soit de l’achat ; (2)
Ten-toi brodé d’or et de pierrerie ;
Ment largement afin que chascuns rie,
Promet asse, et tien po de convent* (*promesse).
Fay tous ces poins, ne te chaille (de chaloir, importer) qu’om die :
Va à la court, et en use souvent.

A maint l’ay veu faire qui s’i embat,(3)
Soi acointier de l’eschançonnerie, (4)
Jouer aux dez tant qu’il gaingne ou soit mat,
Qu’il jure fort, qu’il maugrie ou regnie* (*de regnïer : blasphémer, jurer),
Et lors sera de l’adroite mesgnie.
Fay donc ainsi, met-toy tousjours devant ;
Pour avoir nom tous ces vices n’oublie :
Va à la court, et en use souvent.

Envoy

Princes, bien doy remercier folie,
Qui m’a aprins ce beau gouvernement ,
Et qui m’a dit : A ces poins estudie
Va à la court, et en use souvent.


NOTES

(1) Comment j’aray estat : comment  je pourrais m’élever socialement,  comment je pourrais conquérir une position sociale élevée, 

(2) Fourre-toy bien quoy qu’il soit de l’achat : de forrer : couvrir, garnir, tapisser : ie  Pare-toi des plus beaux habits sans regarder à la dépense.

(3) A maint l’ay veu faire qui s’i embat :  embatre :  se précipiter, pousser, insinuer, s’adonner,… Je l’ai vu faire à nombre d’entre eux qui s’y adonnent, qui s’y précipitent.

(4)Soi acointier de l’eschançonnerie : lie-toi d’amitié avec l’échansonnerie. avec les officiers en charge de servir les boissons.
deco_frise

En vous souhaitant une excellente  journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Gace Brûlé, portrait d’un chevalier trouvère champenois féru d’amour courtois

musique_danse_moyen-age_ductia_estampie_nota_artefactumSujet : musique, poésie, chanson médiévale, Champagne, amour courtois, trouvère, biographie, oil
Période :  XIIe,  XIIIe, moyen-âge central
Titre: Biaus m’est estez quant retentist la brueille
Auteur :  Gace Brulé  (1160/70 -1215)
Interprète :  Ensemble Gilles Binchois
Album: Les escholiers de Paris, Motets, Chansons et Estampies du XIIIe siècle

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous explorons la poésie courtoise champenoise de la fin du XIIe siècle avec le trouvère  Gace Brûlé (Bruslé). Avec cet auteur, nous nous situons dans les premières oeuvres de lyrique courtoise en langue d’Oil.

Eléments de biographie

Trouvère, poète et chevalier de petite noblesse, Gace Brulé a vécu quelque part entre la fin du XIIe siècle (1160-1170) et le début du XIIIe siècle (1215).

deco_medievale_enluminures_trouvere_Au titre des documents historiques fiables mentionnant Gace Brûlé, on a pu trouver dans le comté de Dreux la trace d’un contrat passé en 1212 pour deux arpents de terres entre un certain Gatho Bruslé et les templiers. Pour les historiens, il s’agit sans aucun doute de notre trouvère ce qui atteste des origines noble de l’homme (chevalier, ayant son propre sceau, quelques terres). Pour le reste, comme pour bien d’autres artistes et poètes du XIIe siècle, et même si quelques autres sources le mentionnent, il faut lire entre les lignes de sa poésie pour en déduire quelques éléments de biographie supplémentaires .

D’origine champenoise et de la région de Meaux, il vécut quelque temps en Bretagne, sous la protection sans doute du Comte Geoffroi II, fils de Henri II d’Angleterre et d’Alienor. Il semble aussi s’être tenu un temps sous la protection de Marie de Champagne. La fille de Louis VII et Aliénor de Guyenne s’entoura, en effet, à cette époque, de quelques brillants auteurs, dans lesquels on pouvait encore compter Chrétien de Troyes. En cette fin du XIIe siècle, sa cour était un devenu le berceau de l’art poétique du Nord de la France et l’on s’y inspirait grandement des thèmes chers aux troubadour du sud. Son petit fils, Thibaut de Champagne, connu encore sous le nom de Thibaut le Chansonnier était, en ces temps, déjà né. Il allait d’ailleurs reprendre le flambeau et poursuivre cet élan culturel et artistique dans lequel Gace Brûlé s’inscrivait résolument.

Relations avec Thibaut de Champagne ?

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour être contemporains l’un de l’autre, on a longtemps affirmé que les deux hommes s’étaient côtoyés et au delà qu’ils avaient même peut-être composé ensemble quelques poésies et chansons. La source en provenait des Grandes Chroniques de France de 1274 et d’une phrase qui suivant la lecture qu’on en faisait pouvait sembler même affirmer qu’ils avaient composé ensemble quelques chansons.

« … S’y fist entre luy (Thibaut de Champagne) et Gace Brûlé les plus belles chançons et les plus delitables et mélodieuses qui onque fussent oïes en chançon né en vielle… »

Dans un ouvrage dédié aux chansons à Gace Brûlé (Chansons de Gace Brûlé, 1902), Gédéon Huet, biographe spécialiste du trouvère champenois des débuts du XXe avait finalement rejeté l’hypothèse de relations ou de compositions communes. Gace_brule_poesie_musique_chanson_medievale_amour_courtois_manuscrit_ancien_chansonnier_archambault_moyen_ageEn croisant les sources indirectes, il avait en effet déduit que l’activité poétique de Gace Brûlé avait été antérieure à celle de Thibaut le Chansonnier et se serait plutôt située avant 1200. En  se fiant aux simples dates, il est vrai que le futur roi de Navarre et comte de champagne n’était encore qu’un enfant tandis  que Gace Brûlé avait déjà écrit des chansons qui avaient déjà largement conquis ses contemporains.

Près d’un demi-siècle après Gédéon Huet, un autre médiéviste, l’historien Robert Fawtier s’évertua à démonter ce raisonnement ou au moins à y apporter un bémol, en réhabilitant du même coup l’auteur des Grandes Chroniques de France : selon lui, les deux hommes auraient très bien pu se connaître et pourquoi pas se côtoyer même si l’un avait alors 13 ans et l’autre un peu plus de 25 ans. (voir article de Robert Fawtier sur persée).

La composition conjointe de chansons dans ce contexte reste tout de même improbable. Tout cela montre bien à quel point la rareté des sources peut quelquefois sur une simple phrase, faire place à la spéculation et aux débats qui lui sont associés. La chose n’est pas dénuée d’intérêt, pourtant, et dépasse la simple dimension anecdotique puisqu’elle permet de supputer ou non de l’influence directe qu’aurait pu avoir Gace Brûlé sur Thibaut de Champagne.  L’Histoire a pour l’instant emporté avec elle ce secret. Ils évoluaient à la même cour et s’y sont peut-être croisés à une période où le trouvère était déjà largement populaire et reconnu.

Biaus m’est estez… par lEnsemble Gilles de Binchois

Oeuvres et popularité

P_lettrine_moyen_age_passion copiarisé de son époque, on retrouvera des chansons de Gace Brûlé cité dans le Roman de la Rose, mais aussi dans le Roman de la Violette de Gilbert de Montreuil. Le Guillaume de Dole confirmera encore la popularité de notre trouvère en le citant et on retrouvera encore des parodies de quelques unes de ses pièces dans d’autres ouvrages de chansons pieuses. Pour que tant d’auteurs y fassent référence,  on ne peut que supposer que le trouvère champenois est alors largement reconnu et ses chansons largement populaires.

Du côté des manuscrits anciens, on retrouve les compositions de  Gace Brulé dans un nombre varié d’entre eux. Nous n’entrerons pas ici dans la large étude de cette question et ceux qui voudront s’y pencher pourront trouver de nombreux détails dans l’introduction de l’ouvrage de Gédéon Huet disponible en ligne.

musique_chanson_medievale_gace_brule_amour_courtois_manuscrit_ancien_chansonnier_archambault_moyen_ageDans cet article, nous vous proposons deux images tirées du beau chansonnier Clairambault de la Bnf consultable sur Gallica.bnf.fr

Le legs de Gace Brûlé reste également important en taille, même si là encore, les zones de flous ont compliqué un peu les analyses historiques; les frontières  étant quelquefois ténues de l’oeuvre au corpus pour certains auteurs du moyen-âge. En suivant les pas de Gédéon Huet (opus cité), on devait au poète près de 33 pièces de manière certaine et 23 autres demeuraient d’attribution plus douteuse. Près d’un demi-siècle plus tard, un autre expert de la question, Holger Petersen Dyggve, grand spécialiste finlandais de philologie romane, lui en attribuait, cette fois, plus de 69 de manière certaine et une quinzaine d’autres plus sujettes à caution (Gace Brulé, trouvère champenois, édition des chansons et étude historique, 1951). Les travaux de ce dernier ont, depuis lors, fait autorité et c’est encore grâce à lui qu’on a pu situer plus précisément l’origine du célèbre trouvère du côté de Nanteuil-les-Meaux où l’on retrouve à la même époque, le patronyme « Burelé ».

Pour en conclure avec ce portrait et cette biographie de Gace Brûlé , ce « trouveur, auteur » médiéval est, avec Thibaut de Champagne, un des premier à avoir chanté l’amour courtois en langue d’oil. Son répertoire se calque sur une lyrique courtoise à la mode du temps qui, pour de nombreux médiévistes, explique sans doute plus son succès que ne pourrait le faire une grande innovation ou révolution dans le genre poétique.

Motets, Chansons et Estampies du XIIIe siècle de l’ensemble Gilles de Binchois

musique_chanson_medievale_motets_estampies_ensemble_gilles_binchois_XIIIe_siècle_moyen-age

Avec cet album sorti en 1992, Dominique Vellard ‎et son Ensemble médiéval Gilles de Binchois rendait hommage à la musique médiévale française du XIIIe siècle et en particulier au genre polyphonique du motets. Au delà, c’est aussi à la dynamique culturelle, artistique et musicale autour des universités et des collèges de la fin du XIIIe et d’un Paris étudiant alors en pleine effervescence que la formation voulait ainsi saluer. Chansonnier Cangé, Manuscrit de Montpellier, Manuscrit Français 844 entre autres sources célèbres, l’Ensemble présentait ici une vingtaine de pièces sélectionnés parmi les fleurons de cette période.

Réédité depuis, l’album est disponible en ligne au format CD. Vous pourrez le retrouver sur le lien suivant :Les Escholiers De Paris (Ensemble Gilles Binchois)

deco_frise

Biaus m’est estez quant retentist la brueille

D_lettrine_moyen_age_passionans le vert sous-bois, inspiré par le chant des oiseaux, le noble chevalier, en bon « Fins amant »,  souffre en silence. Prisonnier, victime sacrifiée sur l’autel d’un amour impossible. il aime une dame de si haute condition et tellement mieux (née) que lui qu’il n’est pas juste qu’il le fasse et pourtant qui peut-il ? Rien. Nous sommes avec cette chanson médiévale, dans les thèmes classiques du Fine amor et de la lyrique courtoise.

Biaus m’est estez, quant retentist la brueille* (*bois) (1),
Que li oisel chantent per le boschage,
Et l’erbe vert de la rosee mueille
Qui resplendir la fet lez le rivage* (*près de la rivière).
De bone Amour vueil que mes cuers se dueille,
Que nuns fors moi n’a vers li fin corage ;
Et non pourquant trop est de haut parage* (*rang,lignage)
Cele cui j’ain; n’est pas droiz qu’el me vueille.
 
Fins amanz sui, coment qu’amors m’acueille,
Car je n’ain pas con hons* (*homme) de mon aage,
Qu’il n’est amis ne hons qui amer sueille
Que plus de moi ne truist* (*de trover : trouve) amor sauvage,
Ha, las! chaitis! ma dame qui s’orgueille
Ver son ami, cui dolors n’assoage* (*n’apaise) ?
Merci, amors, s’ele esgarde a parage,
Donc sui je mors! mes panser que me vueille.
 
De bien amer amors grant sens me baille,
Si m’a trahi s’a ma dame n’agree ;
La volonté pri Deu que ne me faille,
Car mout m’est bel quant ou cuer m’est entrée ;
Tuit mi panser sunt a li, ou que j’aille,
Ne riens fors li ne me puet estre mée* (*médecin. fig : guérir)
De la dolor dont sospir a celée* (*en secret) ;
A mort me rent, ainz que longues m’asaille.
 
Mes bien amers ne cuit que riens me vaille,
Quant pitiez est et merciz oubliée
Envers celi que si grief me travaille
Que jeus et ris et joie m’est vaée.
Hé, las! chaitis! si dure dessevraille* (*séparation)!
De joie part, et la dolors m’agrée,
Dont je sopir coiement* (*doucement, secrètement), a celée ;
Si me rest bien, coment qu’Amors m’asaille.
 
De mon fin cuer me vient a grant mervoille,
Qui de moi est et si me vuet ocire,
Qu’a essient en si haut lieu tessoille ;
Dont ma dolor ne savroie pas dire.
Ensinc sui morz, s’amours ne mi consoille ;
Car onques n’oi per li fors poine et ire* (*peine et colère) ;
Mais mes sire est, si ne l’os escondire :
Amer m’estuet (*estoveir-oir : falloir), puis qu’il s’i aparoille.(2)
 
A mie nuit une dolors m’esvoille,
Que l’endemain me tolt*  *(tolir : ôter) joer et rire ;
Qu’adroit conseil m’a dit dedanz l’oroille :
Que j’ain celi pour cui muir* (*meurs) a martire.
Si fais je voir, mes el n’est pas feoille
Vers son ami, qui de s’amour consire.
De li amer ne me doi escondire,

N’en puis muer* (*changer), mes cuers s’i aparoille.

Gui de Pontiaux, Gasses ne set que dire:

Li deus d’amors malement nos consoille.


(1) Brueil : Bois, « bois taillis ou buissons fermés de haies, servant de retraite aux animaux. » (Littré). « Et chant sovent com oiselet en broel », Thibaut de Champagne.

(2) Amer m’estuet, puis qu’il s’i aparoille : à l’évidence, il me faut aimer, je n’ai pas d’autres choix.

deco_frise

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Epigramme, quand Clément Marot moquait Geoffroy Bruslard

portrait_clement_marot_poesie_medievaleSujet :  poésie renaissante, moyen-âge tardif, humour, poésie satirique, poète, épigramme, poésies courtes.
Période : fin du moyen-âge, renaissance
Auteur :  Clément MAROT (1496-1544)
Titre : « Epigramme  à Geoffroy Bruslard»
Ouvrage : oeuvres complètes de Clément MAROT, par Pierre JANNET, Tome 3 (1868)

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous partons en balade sur les rives de la fin du moyen-âge et de la renaissance avec un peu de l’humour caustique dont Clément Marot avait le secret. Le temps a emporté depuis ce Geoffroy Bruslard mais, pour le meilleur ou pour le pire, grâce à la verve du poète de Cahors plus sûrement qu’à la teinture, sa barbe est resté épinglée sur le mur de la postérité.

poesie_humour_satirique_renaissance_moyen-age_tardif_Clement_Marot_Epigrammes

A Geoffroy Bruslard

Tu painctz ta barbe, amy Bruslard, c’est signe
Que tu vouldrois pour jeune estre tenu ;
Mais on t’a veu nagueres estre un cigne,
Pous tout à coup un corbeau devenu.
Encore le pis qui te soit advenu
C’est que la Mort, plus que toy fine et sage,
Coingnoist assez que tu es tout chenu,
Et t’ostera ce masque du visage.

Clément Marot (1496-1544)
Mentiris juvenem –  Epigramme

Une belle journée à tous dans la joie et aussi loin que possible de la dictature des apparences !
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Agenda : Salon Normannia 2018, Rouen à l’heure du médiéval-fantastique

agenda_salon_animations_medieval_fantastique_normannia_rouen_normandieSujet : agenda, salon médiéval, animations, médiéval-fantastique, reconstituteurs, marché historique
Nom : Normannia 2018, 2e édition
Lieu : Parc expo Rouen, Seine-maritime Normandie, 
Dates :
du 24 au 25 février 2018
Organisateur : Fédération Française Médiévale

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionprès une première édition 2017 réussie, le salon Normannia se réinvite, cette fin de semaine, à l’espace Parc Exposition de Rouen. L’événement avait accueilli l’année dernière plusieurs milliers de visiteurs et la Fédération Française Médiévale qui l’organise compte bien s’assurer du succès de cette nouvelle mouture qui mêlera comme la précédente, moyen-âge, médiéval  fantaisie et steampunk.

De fait, la liste des exposants, artisans, troupes et compagnies qui viendront cette année, dépasse les 250 intervenants, soit 100 de plus que l’année dernière.

Affiche non officielle - Création Moyenagepassion.com - @fred_effe
Affiche non officielle – Création Moyenagepassion.com – fredeffe

Animations et divertissement en continu

E_lettrine_moyen_age_passionntre conteurs, théâtre, scénettes, jongleries, danses, musiques anciennes et médiévales ou groupes d’influence plus résolument folk ou pagan-folk, du côté des divertissements, les allées du salon seront animées en continu tout au long des deux jours. On pourra aussi compter sur les parades en costume de personnages, guerriers ou vikings en provenance du moyen-âge mais encore de créatures tout droit sorties d’un roman de fantasy ou de l’univers étrange et mâtiné de futurisme rétro, caractéristique du Steampunk. Un grand concours sera même organisé le dimanche à l’attention des visiteurs costumés sur des thèmes qui couvriront ceux du salon : le moyen-âge, le médiéval fantastique et le Steampunk donc.

Village, campements et tournoi viking

normannia_2018_rouen_agenda_salon_evenement_animations_medieval_fantastique_normandieNormandie et terres de Rollon obligent, il y a aura également sur place un grand village et ses nombreux campements pour représenter les vikings. Il sera, comme il se doit, animé par des reconstituteurs et compagnies spécialisés sur les peuplades nordiques du moyen-âge. Il y aura même, cette année, un tournoi  de combat et de duels vikings totalement original et inédit, puisqu’inauguré pour la première fois par la Fédération en charge de l’organisation du salon.

Concert de Luc Arbogast

Côté temps fort, le samedi en soirée,  un grand concert est prévu du désormais célèbre contre-ténor Luc Arbogast.
(réservations fortement conseillées)

Dépôt-vente & enchères d’objets d’inspiration historique

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour clore cette présentation, ajoutons qu’en plus des nombreux exposants présents, les passionnés d’histoire vivante  ou reconstituteurs désireux d’acquérir ou même de se séparer de leurs objets collectors pourront encore trouver, au sein du salon, un dépôt-vente géré par l’organisation pour faciliter leurs échanges ou même, s’ils le préfèrent, des cessions de ventes aux enchères.

Enfin, il ne sera pas dit qu’un normand vous laissera jamais mourir de faim ou de soif en ses terres. A en juger par la liste des exposants, tout est, en effet, largement  prévu  pour se restaurer copieusement sur place.

Renseignements et programme ici – Facebook de l’événement

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Un portail sur le monde médiéval & déjà plus de 700 articles

Bonjour à tous,

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour ceux qui passent de temps en temps ici, comme pour ceux qui nous visitent pour la première fois, il peut sembler utile de dire un mot de ce  site. S’il utilise un moteur WordPress,  Moyenagepassion n’est, en effet, pas un blog classique fait de billets d’humeur,  mais plutôt un site ressources sur le moyen-âge.

deco_medievale_enluminures_moine_moyen-ageA ce titre, il entend couvrir de larges aspects – historiques, littéraires, artistiques,  architecturaux, politiques – de la période médiévale mais ce n’est pas tout. Comme il s’intéresse aussi au moyen-âge reconstruit ou revisité par notre monde moderne (avec une volonté de réalisme ou quelquefois une touche de fantaisie). à côté d’études de textes, de poésies, chansons, fabliaux d’époque ou encore d’articles sur l’histoire médiévale, l’architecture défensive et les châteaux forts, vous y trouverez aussi des informations et un agenda sur l’actualité du monde médiéval: expositions, conférences, manifestations, fêtes ou événements, mais aussi sites d’intérêt.

A l’heure où l’information se fragmente en des unités chaque jour plus un peu plus petites, nous avons voulu relever la gageure de présenter un véritable portail sur le monde médiéval. Le projet est donc ambitieux, encyclopédique même, et le site évolue constamment dans le temps.

portail_passion_moyen-age_litterature_chansons_histoire_architecture_actualite_medievale

Déjà plus de 700 articles sur et
autour du moyen-âge

A_lettrine_moyen_age_passionprès deux ans et demi de posts quotidiens (à quelques exceptions près), Moyenagepassion totalise déjà plus de 700 articles sur et autour du moyen-âge.  Sur la partie la plus historique, le site s’est, pour l’instant, un peu plus spécialisé sur le moyen-âge central et tardif et notamment une période allant du XIIe au XVeme siècle inclus, mais vous y trouverez tout de même quelques articles sur le haut moyen-âge.

Méthode, recherche et approche

deco_medievale_enluminures_trouvere_Chaque publication fait l’objet d’une attention particulière et de recherches creusées. Nous puisons dans les auteurs et historiens modernes, mais également à la source des manuscrits ou des ouvrages anciens. Il ne s’agit jamais ici de faire des copier-coller à la hâte ou « brut de fonderie » d’articles existants, mais toujours d’un démarche sourcée et rédactionnelle soignée.

A titre d’exemple, concernant les auteurs médiévaux, vous trouverez, pour l’instant, des portraits et des éléments de biographies détaillés sur 35 d’entre eux ainsi que des extraits choisis de leurs oeuvres. Plus de 260 articles sont ainsi consacrés à leurs productions : littérature, poésies, chansons, fabliaux, cantigas, etc…, en vieux français, en moyen-français, et même encore dans d’autres langues anciennes ou plus récentes (anglais, espagnol, italien, langue d’Oc, Gallaïco-portugais). Tous ces textes sont commentés, replacés dans leur manuscrit d’origine et, pour la plupart, traduits ou adaptés en français moderne par nos soins. Ces contenus sont totalement exclusifs et là encore, la liste évolue constamment.

Partie-pris esthétique et positionnement

S_lettrine_moyen_age_passionur les traces des manuscrits anciens, nous apportons également un soin particulier à l’habillage graphique du site et à son imagerie : lettrines, décorations, illustrations, images, etc… Produire des articles originaux, mais qui soient également immersifs autant qu’agréables à la lecture, depuis le départ, cela a été pour moyenagepassion, un autre élément important de différenciation. Dans cet esprit et à ce jour, près de 3000 images ont été produites pour illustrer les articles, mais aussi pour leur apporter une « touche » médiévale.

deco_medievale_enluminures_moine_moyen-ageEn prenant en compte l’ensemble des nouvelles technologies, nous souhaitons aussi tirer partie de toutes les richesses médiatiques (graphiques, audio, vidéo, etc…) accessibles en ligne afin de produire des articles multisupports, qui, en plus d’être agréables, soient aussi pédagogiques et vivants. Dans cette continuité, nous avons également mis en place une chaîne Youtube et créé des contenus.  Nous ne publions pas de nouvelles vidéos chaque jour. La quantité ne nous intéresse pas, nous privilégions l’originalité et pourtant, grâce à vous, nous avons  déjà totalisé près de 170 000 vues.

Moyenagepasssion est-il un site de vulgarisation ?  La frontière entre le profane et l’initié est quelquefois sujette, hélas, à quelques glissements péjoratifs. De la même façon, quand vulgarisation devient synonyme de simplification excessive, elle finit par tutoyer les idées fausses. Disons donc que si notre invitation à découvrir le moyen-âge s’adresse au plus grand nombre et même si certains articles peuvent s’avérer ardus, nous essayons toujours de faire en sorte que nos contenus restent accessibles à tous, sans jamais sous-estimer, pour autant, l’intelligence de notre auditoire. Entre le chercheur et le journaliste « pigiste », il reste, nous l’espérons, un champ d’exploration pour quelques voies intermédiaires. Nous nous employons en tout cas à l’ouvrir.

Catégories et exploration

D_lettrine_moyen_age_passione part l’ambition même du site, nous l’avons dit, nos publications se répartissent dans de nombreuses catégories. Actualité, événementiel, lieux d’intérêt y côtoient des réflexions de fond sur l’architecture du moyen-âge, mais encore sur l’histoire, la poésie, la musique et la littérature médiévale.  Toutes ne sont pas encore aussi replètes que nous le souhaiterions, mais petit à petit et  comme on le dit, l’oiseau fait son nid. Pour vous en donner une idée, voici quelques unes des plus importantes catégories et le nombre d’articles que vous pourrez y trouver :

Pour le reste, explorez, prenez votre temps, le site est fait pour cela !

Bienvenue encore et puisque vous y êtes déjà, merci chaleureusement de votre présence.

En vous souhaitant une belle journée.
Frédéric F.
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Du vilain qui conquit le paradis en plaidant, un fabliau médiéval commenté et adapté

fabliau_vilain_litterature_medievale_moyen-ageSujet : humour médiéval, littérature médiévale, fabliaux,  vilains, paysans, satire, conte satirique, poésie satirique, conte moral, moyen-âge chrétien.
Période : moyen-âge central
Titre :  Du Vilain qui conquist Paradis par plait
Auteur : anonyme
Ouvrage :  Les Fabliaux, Etienne Barbazan. Recueil général et complet des fabliaux des XIIIe et XIVe, Anatole Montaiglon et Gaston Raynaud.

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous avons le plaisir de vous présenter un très célèbre fabliau en provenance du moyen-âge central. Nous en sommes d’autant plus heureux que nous nous vous proposons, à coté de sa version originale en vieux-français, son adaptation complète en français moderne par nos soins.

Un vilain « exemplaire » et pourtant

fabliau_litterature_medieval_vilain_clef_paradis_saint_pierre_moyen-agePour faire écho à notre article sur le statut du vilain dans la littérature médiévale, ce conte satirique réhabilite quelque peu ce dernier. Comme nous l’avions vu, en effet, « l’homologue » ou le « double » littéraire du paysan sont l’objet de bien des moqueries dans les fabliaux et, d’une manière générale, dans la littérature des XIIe au XIVe siècles.  Ce n’est donc pas le cas dans le conte du jour, puisque l’auteur y accorde même l’entrée du Paradis au vilain, contrairement à Rutebeuf qui ne lui concède pas dans son « pet du vilain« .

Pour le conquérir, le personnage aura à lutter en rendant verbalement coup pour coup et en démontrant de véritables talents oratoires, mais ce n’est pas tout. Entre les lignes, ce fabliau nous dressera encore le portrait d’un paysan qui a mené une vie exemplaire de charité et d’hospitalité. C’est donc un « bon chrétien »  qui nous est présenté là et il possède aussi une parfaite connaissance des écritures bibliques qu’il retourne d’ailleurs à son avantage. Pour autant et comme on le verra, la question de cette nature chrétienne, si elle jouera sans doute indirectement un rôle, ne sera pas ce que le conte nous invitera finalement à considérer en premier.

Du Vilain qui conquit le Paradis en plaidant
en vieux-français, adapté en français moderne

C_lettrine_moyen_age_passiononcernant cette traduction/adaptation et pour en préciser l’idée, nous avons plutôt cherché, autant qu’il était possible, à suivre au plus près le fil de la traduction littérale tout en conservant le rythme et la rime du texte original. Pas de grandes envolées lyriques ou de révolution ici donc, on trouvera même sans doute quelques coquilles de rimes, mais cette adaptation n’a que la prétention d’être une « base » de compréhension ou même, pourquoi pas, une base de jeu pour qui prendrait l’envie de s’essayer à sa diction ou de monter sur les planches. La morale serait sans doute à retravailler pour la rime mais, pour être honnête, je n’ai pas eu le coeur à la dénaturer.

Pour des raisons de commodité et pour l’étude, nous vous proposons également une version pdf de cette adaptation. Tout cela représente quelques sérieuses heures de travail, aussi si vous souhaitiez utiliser cette traduction, merci de nous contacter au préalable.

Avant de vous laisser le découvrir, j’ajoute que les césures entre les strophes ne sont que l’effet de notre propre mise en page, destiné à offrir quelques espaces de respiration dans la lecture. Ce fabliau se présente, en général, d’une seul traite.

Nos trovomes en escriture
Une merveilleuse aventure !

Qui jadis avint un vilain,
Mors fu par .I. venredi main;
Tel aventure li avint
Qu’angles ne deables n’i vint;
A cele ore que il fu morz
Et l’ame li parti du cors,
Ne troeve qui riens li demant
Ne nule chose li coumant.
Sachiez que mout fu eüreuse
L’ame, qui mout fu pooreuse;
Garda à destre vers le ciel,
Et vit l’archangle seint Michiel
Qui portoit une ame à grant joie;
Enprès l’angle tint cil sa voie.
Tant sivi l’angle, ce m’est (a)vis,
Que il entra en paradis.deco_separationSeinz Pierres, qui gardoit la porte,
Reçut l’ame que l’angle porte;
Et, quant l’ame reseüe a,
Vers la porte s’en retorna.
L’ame trouva qui seule estoit,
Demanda qui la conduisoit :
« Çaienz n’a nus herbergement,
Se il ne l’a par jugement :
Ensorquetot, par seint Alain,
Nos n’avons cure de vilain,
Quar vilains ne vient en cest estre.
Plus vilains de vos n’i puet estre,
Çà, » dit l’ame, « beau sire Pierre ;
Toz jorz fustes plus durs que pierre.
Fous fu, par seinte paternostre,
Dieus, quant de vos fist son apostre;
Que petit i aura d’onnor,
Quant renoias Nostre Seignor ;
Mout fu petite vostre foiz,
Quant le renoiastes .III. foiz;
Si estes de sa compaignie,
Paradis ne vos affiert mie.
Alez fors, or tost, desloiaus,
Quar ge sui preudons et loiaus ;
Si doi bien estre par droit conte.»deco_separationSeins Pierres ot estrange honte ;
Si s’en torna isnel le pas
Et a encontré seint Thomas ;
Puis li conta tot à droiture
Trestote sa mesanventure,
Et son contraire et son anui.
Dit seinz Thomas : « G’irai à lui,
N’i remanra, ja Dieu ne place! »
Au vilain s’en vient en la place :
« Vilains, » ce li dist li apostres,
«Cist manoirs est toz quites nostres,
Et as martirs et as confès;
En quel leu as tu les biens fais
Que tu quides çaienz menoir?
Tu n’i puez mie remanoir,
Que c’est li osteus as loiaus.
Thomas, Thomas, trop es isneaus*
De respondre comme legistres;
Donc n’estes vos cil qui deïstes
As apostres, bien est seü,
Quant il avoient Dieu veü
Enprès le resuscitement ?
Vos feïstes vo sei rement
Que vos ja ne le querriez
Se ses plaies ne sentiez;
Faus i fustes et mescreanz. »
Seinz Thomas fut lors recreanz
De tencier, si baissa le col;deco_separationPuis s’en est venuz à seint Pol,
Si li a conté le meschief.
Dit seinz Pols : « G’irai, par mon chief,
Savoir se il vorra respondre. »
L’ame n’ot pas poor de fondre,
Aval paradis se deduit :
« Ame, » fait il, « qui te conduit ?
Où as tu faite la deserte
Por quoi la porte fu ouverte ?
Vuide paradis, vilains faus !
« Qu’est ce ? dit il, danz Pols li chaus,
Estes vos or si acoranz
Qui fustes orribles tiranz ?
Jamais si cruels ne sera ;
Seinz Etienes le compara,
Que vos feïstes lapider.
Bien sai vo vie raconter ;
Par vos furent mort maint
preudome.
Dieus vos dona en son le some
Une buffe de main enflée.
Du marchié ne de la paumée
N’avon nos pas beü le vin ?
Haï, quel seint et quel devin !
Cuidiez que ge ne vos connoisse? « 
Seinz Pols en ot mout grant angoisse.
Tornez s’en est isnel le pas,
Si a encontré seint Thomas
Qui à seint Pierre se conseille ;
Si li a conté en l’oreille
Du vilain qui si l’a masté :
« En droit moi a il conquesté
Paradis, et ge li otroi. »
A Dieu s’en vont clamer tuit troi.
Seinz Pierres bonement li conte
Du vilein qui li a dit honte :
« Par paroles nos a conclus ;
Ge meïsmes sui si confus
Que jamais jor n’en parlerai.»deco_separationDit Nostre Sire : « Ge irai,
Quar oïr vueil ceste novele. »
A l’ame vient et si l’apele,
Et li demande con avint
Que là dedenz sanz congié vint :
« Çaiens n’entra oncques mès ame
Sanz congié, ou d’ome ou de feme ;
Mes apostres as blastengiez
Et avilliez et ledengiez,
Et tu quides ci remanoir !
Sire, ainsi bien i doi menoir
Con il font, se jugement ai,
Qui onques ne vos renoiai,
Ne ne mescreï vostre cors,
Ne par moi ne fu oncques mors ;
Mais tout ce firent il jadis,
Et si sont or en paradis.
Tant con mes cors vesqui el monde,
Neste vie mena et monde ;
As povres donai de mon pain ;
Ses herbergai et soir et main,
Ses ai à mon feu eschaufez ;
Dusqu’à la mort les ai gardez,
Et les portai à seinte yglise ;
Ne de braie ne de chemise
Ne lor laissai soffrete avoir ;
Ne sai or se ge fis savoir ;
Et si fui confès vraiement,
Et reçui ton cors dignement :
Qui ainsi muert, l’en nos sermone
Que Dieus ses pechiez li pardone.
Vos savez bien se g’ai voir dit :
Çaienz entrai sanz contredit ;
Quant g’i sui, por quoi m’en iroie ?
Vostre parole desdiroie,
Quar otroié avez sanz faille
Qui çaienz entre ne s’en aille ;
Quar voz ne mentirez par moi.
Vilein, » dist Dieus. « et ge l’otroi ;
Paradis a si desresnié
Que par pledier l’as gaaingnié ;
Tu as esté à bone escole,
Tu sez bien conter ta parole ;
Bien sez avant metre ton verbe. »deco_separationLi vileins dit en son proverbe
Que mains hom a le tort requis
Qui par plaidier aura conquis ;
Engiens a fuxée droiture,
Fauxers a veincue nature ;
Tors vait avant et droiz aorce :
Mielz valt engiens que ne fait force.deco_separationExplicit du Vilain
qui conquist Paradis par plait
On trouve dans une écriture
Une merveilleuse aventure
Que vécut jadis un vilain
Mort fut, un vendredi matin
Et telle aventure lui advint
Qu’ange ni diable ne vint
Pour le trouver, lors qu’il fut mort,
Et son âme séparée du corps,
Il ne trouve rien qu’on lui demande
Ni nulle chose qu’on lui commande.
Sachez qu’elle se trouvait heureuse
L’âme, un peu avant, si peureuse; (1)
Elle se tourna vers le ciel,
Et vit l’archange Saint-Michel
Qui portait une âme à grand(e) joie;
De l’ange elle suivit la voie.
Tant le suivit, à  mon avis,
Qu’elle entra jusqu’au paradis.deco_separationSaint-Pierre, qui gardait la porte,
Reçut l’âme que l’ange porte;
Et quand elle fut enfin reçue,
Vers la porte, il est revenu.
Trouvant seule l’âme qui s’y tenait
il demanda qui la menait :
« Nul n’a ici d’hébergement,
S’il ne l’a eu par jugement (jugé digne)
D’autant plus par Saint-Alain,
Que nous n’avons cure de Vilain.
Les vilains n’ont rien à faire là, 
Et vous êtes bien un de ceux-là.
« ça, dit l’âme, Beau Sire Pierre;
Qui toujours fût plus dur que pierre.
Fou fut, par Saint Pater Nostre,
Dieu, pour faire de vous son apôtre;
Comme petit fut son honneur,
Quand vous reniâtes notre seigneur.
Si petite fut votre foi,
Que vous l’avez renié trois fois.
Si vous êtes bien de ses amis,
Peu vous convient le Paradis,
Tantôt fort, tantôt déloyal
moi je suis prudhomme et loyal
Il serait juste d’en tenir compte. »deco_separationSaint-Pierre pris d’une étrange honte,
Sans attendre tourna le pas
Et s’en fut voir Saint-Thomas;
Puis lui conta sans fioritures
Tout entière sa mésaventure
Et son souci et son ennui
Saint-Thomas dit : « j’irai à lui
Il s’en ira, Dieu m’est témoin !
Et s’en fut trouver le vilain
« Vilain, lui dit alors l’apôtre,
« Cet endroit appartient aux nôtres
Et aux martyres et aux confesses
En quel lieu, as-tu fait le bien
Pour croire que tu peux y entrer ?
Tu ne peux pas y demeurer
C’est la maison des bons chrétiens. »
« Thomas, Thomas, vous êtes bien vif  
A répondre comme un légiste !
N’êtes vous pas celui qui dites
Aux apôtres, c’est bien connu,
Après qu’ils aient vu le seigneur
Quand il fut ressuscité, 
Faisant cette grossière erreur, 
Que jamais vous ne le croiriez
Avant d’avoir touché ses plaies ?
Vous fûtes faux et mécréant. »
Saint-Thomas perdit son allant
à débattre et baissa le col.deco_separationEt puis s’en fut trouver Saint-Paul,
Pour lui conter tous ses déboires.
Saint Paul dit « J’irai le voir,
On verra s’il saura répondre. »
L’âme n’eut pas peur de fondre,
A la porte elle se réjouit (jubile).
« Ame » dit le Saint, qui t’a conduit?
Ou as-tu juste eu le mérite
D’avoir trouvé la porte ouverte ?
Vide le Paradis, vilain faux! »
« Qu’est-ce? dit-il, Don Paul, le chaud!
Vous venez ici, accourant, 
Vous qui fûtes horrible tyran ?
Jamais si cruel on ne vit, 
Saint Etienne lui s’en souvient, 
Quand vous le fîtes lapider.
Votre vie, je la connais bien,
Par vous périrent maints hommes
de bien.
Dieu vous le commanda en songe,
Un bon soufflet bien ajusté, 
Pas du bord, ni de la paumée. (2)
N’avons-nous pas bu notre vin ? (3)
Ah ! Quel Saint et quel devin !
Croyez-vous qu’on ne vous connoisse? »
Saint-Paul fut pris de grand angoisse
Et tourna vite sur ses pas, 
pour aller voir Saint-Thomas,
Qui vers Saint-Pierre cherchait conseil;
Et il lui conta à l’oreille
Du vilain qui l’avait maté :
« Selon moi, cet homme a gagné
Le paradis je lui octrois »
A Dieu s’en vont clamer tous trois,
Saint-Pierre tout bonnement lui conte
Du vilain qui leur a fait honte :
« En paroles il nous a vaincu ; 
J’en suis moi-même si confus
Que jamais je n’en parlerai. »deco_separationNotre Sire* (le Christ) dit, « Alors j’irai 
Car je veux l’entendre moi-même »
Puis vient à l’âme et puis l’appelle
Lui demande comment il se fait
Qu’elle soit là sans être invitée
« Ici n’entre jamais une âme,
Sans permission, homme ou femme,
Mes apôtres furent outragés
Insultés et (puis) maltraités,
Et tu voudrais encore rester ?
« Sire, je devais bien manoeuvrer
Comme eux, pour obtenir justice
Moi qui ne vous renierai jamais
Ni ne rejetterai votre corps (personne)
Qui pour moi ne fut jamais mort;
Mais eux tous le firent jadis,
Et on les trouve en paradis.
Tant que j’ai vécu dans le monde
J’ai mené (une) vie nette et pure
Donnant aux pauvres de mon pain
Les hébergeant soir et matin,
A mon feu je les réchauffais
Jusqu’à la mort, je les gardais (aidais)
Puis les portais en Sainte Eglise.
De Braie pas plus que de chemise,
Ne les laissais jamais manquer,
Et je ne sais si je fus sage,
Ou si je fus vraiment confesse.
Et vous fis honneur dignement.
Qui meurt ainsi, on nous sermonne
Que Dieu ses péchés lui pardonne
Vous savez bien si j’ai dit vrai.
Ici, sans heurt, je suis entré
Puisque j’y suis, pourquoi partir ?
Je dédierais vos propres mots
Car vous octroyez sans faille
Qu’une fois entré, on ne s’en aille,
Et je ne veux vous faire mentir. »
« Vilain », dit Dieu, « je te l’octroie :
Au Paradis, tu peux rester
Puisque qu’en plaidant, tu l’as gagné.
Tu as été à bonne école,
Tu sais bien user de paroles
Et bien mettre en avant ton verbe. »deco_separationLe vilain dit dans son proverbe
Que maints hommes ont le tort requis
Au plaidant qui conquit ainsi
son entrée dans le paradis. (4)

L’adresse a faussé la droiture (5)
Le faussaire (a) vaincu la nature ; 
Le tordu file droit devant
et le juste part de travers :
Ruser vaut mieux que force faire. (6)deco_separationExplicit du Vilain
qui conquit le Paradis en plaidant

NOTES

isneaus* ; vif, habile
(1)  « L’âme qui moult fut peureuse » : l’âme qui avait eu très peur au moment de se séparer du corps.
(2) Pas du bord ni de la paumée  : pas du bout des doigts, ni du plat de la main. Pour le dire trivialement : toute la tartine.
(3) N’avons-nous pas bu notre vin ? Allusion à l’évangile de Saint-Thomas. « N’ais-je pas accompli mes devoirs de bon chrétien?  »
(4) littéral : à celui qui aura conquis en plaidant.
(5) Sur l’ensemble de l’explicit, certains termes employés sont assez larges au niveau des définitions, il a donc fallu faire des choix. Engiens : ruse, talent, adresse. Nature : ordre naturel, loi naturelle. Droiture: raison, justice.
(6) La ruse vaut mieux que la force.

Profondeur satirique & analyse

E_lettrine_moyen_age_passionn se servant de la distance au personnage, l’auteur semble à première vue, conduire ici une réflexion profonde et acerbe sur la légitimité des intermédiaires (en l’occurrence les apôtres), pour accorder l’entrée au paradis et juger de qui en a le privilège ou non. En mettant l’accent sur la dimension humaine des Saints et leurs faiblesses, on pourrait même vraiment se demander à quel point l’auteur n’adresse pas ici vertement la reforme grégorienne. On se souvient que par certains aspects, cette dernière avait confisqué, en effet, aux chrétiens le dialogue direct avec Dieu ,en faisant des personnels épiscopaux les intermédiaires nécessaires et incontournables pour garantir aux croyants, le Salut de son âme.

Travers humains
& légitimité des intermédiaires

fabliau_litterature_medieval_vilain_paradis_saint_pierre_moyen-ageAu fond, si les Saints et apôtres eux-même, pour leurs travers humains ou leurs erreurs passées, n’ont pas la légitimité de refuser à notre joyeux et habile paysan l’entrée en paradis, que dire alors du personnel de l’église ? On sait que par ailleurs les fabliaux nous font souvent des portraits vitriolés de ces derniers  (cupidité, lubricité, etc).

Sous les dehors de la farce, il est difficile de mesurer l’intention de l’auteur ou la profondeur véritable de la satire, mais on ne peut pas faire l’économie de cette lecture de ce fabliau. Le conteur y adresse-t-il la légitimité des hommes, aussi « Saints » ou canonisés soient-ils, à tenir les portes du paradis et juger du Salut des âmes ? Est-ce une lecture trop « moderne » pour le moyen-âge ? Bien que ce conte satirique paraisse soulever clairement la question, ses conclusions et sa morale nous tirent au bout du compte, en un tout autre endroit, de sorte qu’il est difficile de savoir si l’auteur n’a fait ainsi que se dégager  de la forte satire présente sur ces aspects ou si son propos n’était simplement pas là.

Talent oratoire plus que valeurs chrétiennes ?

T_lettrine_moyen_age_passionout d’abord et par principe finalement, le vilain n’est pas autorisé à entrer au Paradis. « Il ne peut être un bon chrétien ». Le fabliau s’évertuera à nous démontrer le contraire, mais d’emblée, c’est un fait entendu qui a force de loi. Dès le début du conte, nous sommes dans la conclusion du « Pet du vilain » de Rutebeuf. : aucun ange, ni diable ne viennent chercher l’âme défunte. Personne ne veut du vilain; ni l’enfer ni le paradis ne sont assez bons pour lui. S’il veut sa place, il lui faudra la gagner, faire des pieds et des mains. Autrement dit dégager, un à un, tous les intermédiaires et leurs arguments – en réalité ils n’en ont pas, il ne font qu’opposer une loi –  en remettant en cause leur légitimité à juger de ses mérites.

A-t-il démontré au sortir de cette joute qu’il est un bon chrétien ? En réalité non. La conclusion s’empêtre dans quelques contradictions dont il est permis, encore une fois, de se demander, si elles ne sont là que pour atermoyer la question de fond par ailleurs bien soulevée :  fabliau_litterature_medieval_vilain_paradis_saint_paul_moyen-age« Beaucoup d’hommes donneront tort au vilain d’avoir ainsi gagné son entrée au paradis« , et pourtant finalement il n’est pas ici question d’affirmer que le vilain l’a gagné par sa parfaite connaissance des écritures, et encore moins par une certaine « exemplarité chrétienne » de sa vie :  « Le faussaire a vaincu la nature (l’ordre naturel, la loi)… Le tordu file droit et le juste part de travers… « 

Au fond, c’est son talent à argumenter qui est explicitement mis à l’honneur, dusse-t-il être considéré comme « tordu ». Les Saints ont eu affaire à plus grand orateur qu’eux et  ce vilain là n’a gagné son entrée au paradis que par sa propre habilité. Il demeure donc une exception et celle-ci ne doit rien à son respect des valeurs chrétiennes: « la ruse, le talent triomphe de la force, du juste, de la loi ». Ce qui fait que le fabliau est drôle (au sens de l’humour médiéval), c’est que le vilain a réussi finalement à berner les Saints. Les questions de fond sur la légitimité de ces derniers à détenir les clefs du paradis, comme celle plus large des hommes, de leurs travers et de leur bien fondé à juger du Salut d’un des leurs, vilain ou non,  se retrouvent bottées en touche. Après avoir été soulevées, leur substance satirique est en quelque sorte désamorcée ou en tout cas amoindrie.

D’ailleurs, le Christ  en personne (« nostre Sire ») n’accordera aussi son entrée au vilain que sur la base de son talent oratoire et sa capacité à « gloser » sur le fond des évangiles: « Tu as été à bonne école, tu sais bien user de paroles et bien mettre en avant ton verbe ». CQFD : les actions du vilain de son vivant, chrétiennes ou non, ne sont pas adressées. Elles ne sauraient semble-t-il, en aucun cas, fournir une raison suffisante à son entrée en Paradis. La loi reste la loi. Pour que l’humour fonctionne, il faut, semble-t-il, que ce vilain reste une exception et ne soit qu’à demi réhabilité.

Pour parenthèse et avant de nous séparer, veuillez noter que les photos ayant servi à illustrer cet article sont toutes des détails de toiles du peintre bolognais du XVIe/XVIIe siècle, Guido Reni (1575-1642): dans l’ordre, le Christ remettant les clefs du Paradis à Saint-Pierre,  suivi d’un portrait de Saint-Pierre et de Saint-Paul.

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.