Archives pour l'étiquette chants chrétiens

Cantiga de Santa Maria 1, le voeu d’un troubadour de chanter la vierge et ses joies

musique_espagne_medievale_cantigas_santa_maria_alphonse_de_castille_moyen-age_centralSujet : musique médiévale,  Cantigas de Santa Maria, chanson,  galaïco-portugais, culte marial, Sainte-Marie, vierge, moyen-âge chrétien, Espagne médiévale
Période : moyen-âge central, XIIIe siècle
Titre : Cantiga 1  « Des oge mais…»
Auteur : Alphonse X  (1221-1284)
Interprète : Ensemble Antequera, Johannette ZOMER
Album : Eno Nome de Maria, Cantigas de Santa María d’Alphonse X le Sage (2001)

Bonjour à tous,

E_lettrine_moyen_age_passionn suivant le fil des Cantigas de Santa Maria d’Alphonse le Sage, que nous nous sommes pris à traduire et commenter depuis quelque temps déjà, nous revenons aujourd’hui à leur source en vous présentant la première de ce recueil de chansons médiévales dédiées à la Sainte, sur le ton et à la manière d’un troubadour.

Dans cette première Cantiga, le poète nous explique sa résolution de ne plus exercer son art de « trouver » qu’en l’honneur de la vierge Marie, ce qu’il fera tout au long de ce volumineux ouvrage. Il y passe aussi en revue, les grands moments de la vie de la Sainte et toutes les bonnes raisons qu’il y voit de lui dédier ses vers et sa foi.

Que les amateurs de musique, mais aussi d’Histoire médiévale trouvent ici de quoi mieux comprendre les fondements de ce culte Marial, dont nous ne finissons pas de souligner l’importance au sein d’un Moyen-âge européen et chrétien qui a fait du Salut, une question primordiale et de la Sainte, une voie d’exception pour l’atteindre. Dans ceux que ces traductions pourraient encore intéresser, nous n’oublions pas non plus, les chrétiens qui nous lisent. Qu’ils leur plaisent de trouver ici, l’antique témoignage de cet amour et cette foi véritables que l’homme médiéval a voué à Marie et, pourquoi pas, les bases de quelques chants inspirés.

La Cantiga de Santa Maria 1 par L’Ensemble Antiquera

L’Ensemble médiéval Antequera

F_lettrine_moyen_age_passion-copiaondée dans le courant des années 90, par sept musiciens venus de pays différents, avec une large représentation de la Hollande, l’Ensemble Antequera s’est spécialisé dans un répertoire touchant les musiques médiévales espagnoles.  Sous le nom d’Antequera on ne leur connait que deux albums, celui dont est issu la pièce présentée ci-dessus, et un autre sur les musiques juives et chrétiennes de l’Espagne médiévale.

La formation n’a plus fait parler d’elle depuis longtemps déjà et on ne trouve hélas aucun site web, ni même une page Facebook en ligne pour nous donner plus de détails sur elle.  La plupart des artistes l’ayant composée sont en revanche toujours actifs dans le champ des musiques anciennes. En voici la liste : Sabine van der Heyden ( chant, vièle à roue) Carlos Ferreira Santos (chant), Sarah Walden (vièle),  Lucas van Gent (flûte et rebab) René Genis (luth), Michèle Claude et Robert Siwak (percussion).

Eno Nome de Maria
Cantigas de Santa María d’Alphonse X le Sage

Dans le courant de l’année 2001, l’Ensemble Antequera enregistrait à Paris, à la Chapelle de l’hôpital Notre-Dame de Bonsecours, un album dédié aux Cantigas d’Alphonse X, en proposant 12 pièces choisies de ce vaste répertoire. Rejoint pour l’occasion par la très reconnue cantatrice soprano néerlandaise Johannette Zomer, l’album fut largement salué et on n’en trouve encore d’excellentes critiques en ligne.

Dans  son approche des cantigas, la formation a accordé une large place à l’improvisation et a aussi  fait une belle part à des variations mélodiques où viennent se mêler les influences du berceau méditerranéen et les tons chauds de la musique séfarade ou arabe de cette période. Sommes-nous proches de l’interprétation qu’en faisaient les troubadours de l’époque ? Difficile de l’affirmer même si l’on peut supposer que ces derniers s’adonnaient aussi aux digressions et aux improvisations.

Se souvenant du goût et de l’ouverture d’esprit du souverain de Castille pour les cultures présentes sur le territoire de l’Espagne d’alors (voir portrait d’Alphonse X),, on pourra encore tout à fait rejoindre l’esprit de cette interprétation et en comprendre mieux le cheminement. En se fiant aux manuscrits anciens cantiga_santa_maria_musique_chanson_medievale_ensemble_antiquera_album_alphonse_X_moyen-Age_chretien_culte_marialautour de ces Cantigas, on y retrouve également illustrée une pléthore d’instruments qui laisse présumer encore de la richesse des sonorités et des interprétations auxquelles ses chansons médiévales  pouvaient être sujettes.

Ajoutons encore que dans cet album où l’Ensemble déroule chaque pièce, avec délectation, on reconnaîtra la maîtrise d’un répertoire déjà longuement éprouvé. Cette production fait, en effet, suite à plus de dix ans de pratique par l’Ensemble Antequera des Cantigas de Santa Maria et il en est, en quelque sorte, le couronnement. Du côté distribution, il est toujours édité et vous pourrez le trouver à l’adresse suivante : Cantigas de Santa Maria: Eno nome de Maria.


Des oge mais quer’ eu trobar
les résolutions pieuses d’un Troubadour

NB. Cette traduction n’a absolument aucune prétention de rejoindre la force et la poésie de l’originale. Ce n’est vraiment qu’un guide de compréhension générale. Dans le même esprit, nous avons aussi maintenu autant que faire se peut et au détriment du style, l’ordre des phrases pour coller à la version originale. Il est évident qu’une véritable adaptation supposerait un sérieux remaniement.

Esta é a primeira cantiga de loor de Santa María, ementando os séte goios que ouve de séu Fillo.

Ceci est la première Cantiga de louanges à Sainte-Marie, nous rappelant les sept joies qu’elle reçut de son fils.

Des oge mais quér’ éu trobar
pola Sennor onrrada,
en que Déus quis carne fillar
bẽeita e sagrada,
por nos dar gran soldada
no séu reino e nos erdar
por séus de sa masnada
de vida perlongada,
sen avermos pois a passar
per mórt’ outra vegada.

A partir d’aujourd’hui, je ne veux plus « trouver » (chanter et composer)
Que pour la Dame Honorée,

En laquelle Dieu voulut se faire chair,
Bénite et sacrée,
Pour nous donner une grande foi
En son règne et nous faire héritage
A ceux de sa Maison (Mesnie)
De la vie éternelle
Sans que nous n’ayons plus à passer
Par la mort, une autre fois.

E porên quéro começar
como foi saüdada
de Gabrïél, u lle chamar
foi: “Benaventurada
Virgen, de Déus amada:
do que o mund’ á de salvar
ficas óra prennada;
e demais ta cunnada
Elisabét, que foi dultar,
é end’ envergonnada”.

Et pour cela je veux commencer à conter
Comment elle fut saluée
Par Gabriel qui vint l’appeler :
« Bienheureuse
Vierge, aimée de Dieu :
De celui qui doit sauver le monde
Tu es maintenant enceinte,
Comme ta cousine
Elisabeth, qui doutait
et marchait dans la honte.

E demais quéro-ll’ enmentar
como chegou canssada
a Beleên e foi pousar
no portal da entrada,
u pariu sen tardada
Jesú-Crist’, e foi-o deitar,
como mollér menguada,
u deitan a cevada,
no presév’, e apousentar
ontre bestias d’ arada.

Et je veux dire encore,
Comme elle arriva épuisée
A Bethléem  y se réfugia
A la porte d’entrée
Et enfanta sans tarder,
Jésus-Christ,  et alla l’étendre
Comme une femme miséreuse
Là où l’on verse  l’orge (mangeoire )
dans la crèche, et l’installa
parmi les bêtes de trait.

E non ar quéro obridar
com’ ángeos cantada
loor a Déus foron cantar
e “paz en térra dada”;
nen como a contrada
aos tres Reis en Ultramar
ouv’ a strela mostrada,
por que sen demorada
vẽéron sa oférta dar
estranna e preçada.

Et je ne veux pas oublier
Comme les anges s’en furent chanter
Leur cantique de louanges à Dieu
« Que la Paix sur la terre soit donnée »,
Ni comment l’étoile montra la contrée
Aux trois rois d’outre-mer,
Pour que, sans tarder,
Ils viennent faire leurs offrandes
Etranges et précieuses.

Outra razôn quéro contar
que ll’ ouve pois contada
a Madalena: com’ estar
viu a pédr’ entornada
do sepulcr’ e guardada
do ángeo, que lle falar
foi e disse: “Coitada
mollér, sei confortada,
ca Jesú, que vẽes buscar,
resurgiu madurgada.”

Et je voudrais conter un autre épisode,,
Que vous avez déjà  entendu conter
C’est comment Madeleine
vit la pierre entrouverte
du sépulcre,  gardé
Par l’ange qui vint à lui parler
et lui dit « Pauvre femme (malheureuse),
Console-toi, Jésus que tu es venu chercher,
Est ressuscité à l’aube.

E ar quéro-vos demostrar
gran lediç’ aficada
que ouv’ ela, u viu alçar
a nuv’ enlumẽada
séu Fill’; e pois alçada
foi, viron ángeos andar
ontr’ a gent’ assũada,
mui desaconsellada,
dizend’: “Assí verrá julgar
est’ é cousa provada.”

Et je veux encore vous montrer
La très grande joie
Qu’elle reçut, quand elle vit s’élever
Dans un nuage empli de lumière
Son fils, Et après qu’il fut élevé
Ils virent les anges  passer
entre les gens rassemblés là
et qui étaient très déconcertés
En disant  « C’est ainsi qu’il viendra juger,
ceci en est la preuve. » (cela est chose prouvée)

Nen quéro de dizer leixar
de como foi chegada
a graça que Déus envïar
lle quis, atán grãada,
que por el’ esforçada
foi a companna que juntar
fez Déus, e enssinada,
de Spírit’ avondada,
por que soubéron preegar
lógo sen alongada.

Et je ne veux non plus cesser de dire
Comment lui parvint
La grâce si grande
que Dieu voulut lui envoyer
Afin que, par elle, soit renforcée
L’armée apostolique que Dieu (Jésus) avait levée,
Enseignée et enrichie par l’Esprit Saint,
Grâce à quoi ils surent pêcher, par la suite, sans détour.

E, par Déus, non é de calar
como foi corõada,
quando séu Fillo a levar
quis, des que foi passada
deste mund’ e juntada
con el no céo, par a par,
e Reínna chamada,
Filla, Madr’ e Crïada;
e porên nos dev’ ajudar,
ca x’ é nóss’ avogada.

Et, par Dieu, ce n’est pas chose à taire,
Que de conter comment elle fut couronnée,
Quand son fils voulut l’emporter
Au moment où elle passa dans l’autre monde
Et comment ils  s’unirent
Côte à côte, dans le ciel
Pour qu’elle soit nommée Reine,
Fille, mère et servante;
Et pour cela elle doit nous aider,
Car elle est notre avocate.

Retrouvez l’index de toutes les Cantigas de Santa Maria traduites et commentés, et présentés par les plus grands ensembles de musique médiévale ici,

En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.