Archives pour l'étiquette chants polyphoniques

Le Festival Voix et Route Romane : à la découverte des musiques médiévales et du patrimoine roman alsacien

evenement_festival_musiques_medievales_moyen-age_ars_nova_chants_polyphoniquesSujet : événement, festival,  musiques anciennes, musiques médiévales, patrimoine, églises romanes, Ars Nova, chants polyphoniques, chants de troubadours, concerts.
Evénement : Festival Voix et Route Romane, « l’Alpha et l’Omega, une Histoire du Temps »
Dates : du  31 août au 23 septembre 2018
Lieu : Alsace, itinérant,  (route, romane)

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passion noter, dors et déjà, sur l’agenda médiéval, un grand festival exclusivement consacré à la musique en provenance du moyen-âge. Il a pour nom le Festival Voix et Route Romane et il s’agit de sa 26e édition. Cet événement s’étire sur la durée d’un mois,  de la fin août à la dernière semaine de septembre, et, au titre de ses particularités, il faut noter qu’il est itinérant.  En suivant la route romane d’Alsace, il propose, en effet, des concerts de choix au sein de ses plus belles églises et à la découverte d’un patrimoine monumental souvent peu connu de cette région.

evenement_festival_musique_medievale_repertoire_moyen-age_ars_nova_chant_polyphonique_voix_route_romane_alsaceDepuis sa création, en 1992, par le Conseil régional d’Alsace et la Délégation régionale au Tourisme,  ce bel événement culturel, à la croisée de la musique et de l’architecture romane du moyen-âge central, a reçu près de quatre-vingt-dix ensembles spécialisés dans le répertoire médiéval, parmi les plus prestigieux d’Europe. Au fil des années, il s’est imposé comme l’un des plus grand festival du genre en France. Il est, encore, et c’est une autre de ses originalités, l’un des seuls à proposer une programmation uniquement dédiée aux musiques du moyen-âge.

L’Alpha & l’Omega

Art des troubadours, Ars nova, chants polyphoniques et bien plus encore

« Je suis l’alpha et l’oméga, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant » (Apocalypse 1, 8 ).

L_lettrine_moyen_age_passione thème choisi, cette année, est l’Alpha et l’Omega. Il vient clore un cycle autour de l’Histoire du temps,  initié par le festival, à l’occasion de ses deux précédentes éditions. Venues de la France entière, mais encore d’Espagne, de République Tchèque et de Belgique, les formations conviés, pour cette 26ème édition, proposerons ainsi de grands concerts, récitals ou spectacles, en relation avec ce thème.

Entre  l’Alpha et l’Omega, « le début et la fin » de cette histoire du temps, on pourra y découvrir de véritables fleurons de la musique festival_musique_medievale_route_romane_eglise_alsace_patrimoine_culture_02médiévale. Thème oblige, ce voyage musical s’aventurera  jusqu’aux rives du moyen-âge tardif et à la lisière de la renaissance : des chants d’amour courtois des troubadours du XIIIe siècle aux chants polyphoniques de l’Ars nova, en passant par l’Ars Antiqua du XIIe siècle ou encore l’exploration du culte marial au moyen-âge central, dans le bassin méditerranéen. Pour ne citer qu’une autre des nombreux prestations prévues, on aura même l’occasion d’y revisiter les Cercles de l’Enfer de Dante dans un ambitieux spectacle, mêlant narration, effets visuels et musique, proposé par la troupe La Camera delle Lacrime ,

Les formations & les concerts

Diabolus in Musica – Musica Nova – Irini – La Camera delle Lacrime – Tasto Solo – Tibutirna Ensemble & David Dorůžka Trio – Dialogos – Comet Musicke – La Note Brève – Huelgas Ensemble

Pour découvrir toute l’étendue, la richesse et l’originalité du programme concocté pour cette édition 2018 du Festival Voix et Route Romane, nous en pouvons que vous inviter à consulter son site officiel et son programme très détaillé.

Site officiel du Festival Page FB de l’événementProgramme (pdf)

En vous souhaitant une belle journée.
Fred

Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Agenda : musique liturgique médiévale et commémoration chrétienne de la naissance de Blanche de Castille

musiques_liturgiques_medievales_blanche_de_castille_moyen-age_chretienSujet : agenda, musiques liturgiqes médiévales, moyen-âge chrétien, Blanche de Castille, chants grégoriens, musiques et chants polyphoniques.
Nom : Messe en l’honneur de Blanche de Castille
Lieu : Eglise Saint-Germain l’Auxerrois, Paris 1er
Dates :
Samedi 3 mars 2018 à 11 heures
Organisateur : Association Oriflammes
Programme Musical : Ensemble Velut Umbra

Bonjour à tous,

U_lettrine_moyen_age_passionne fois n’est pas coutume, à l’agenda des sorties ayant pour thème le moyen-âge et sa célébration, voici que nous arrive un événement qui s’adresse aux plus chrétiens de nos lecteurs mais pas uniquement. Organisée par Oriflammes, Association qui se situe à la croisée de l’histoire et de la transmission du patrimoine et des traditions chrétiennes, il s’agit, en effet, d’une Messe en musique mais pas n’importe quelle musique puisqu’elle puisera dans un répertoire en provenance direct du moyen-âge central.

evenement_moyen-age_chretien_musiques_liturgiques_medieval_blanche_de_castilleNous sommes d’autant plus dans le cadre médiéval que cette cérémonie, unique en son genre, sera donnée à la mémoire de la reine Blanche de Castille et à l’occasion du 830e anniversaire de sa naissance.

Femme de caractère, fine stratège et politique, l’infante d’Alphonse VIII de Castille et d’Aliénor d’Angleterre qu’on a dit « aussi belle que sage », marqua la première partie du XIIIe siècle en France de sa régence et de son caractère. D’un point de vue religieux, la très pieuse mère de Saint-Louis soutint aussi l’oeuvre de réforme entreprise par Bernard de Clairvaux et fit notamment fonder trois abbayes cisterciennes entre 1228 et 1244.

Un programme musical médiéval

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour cet événement, comme nous le disions plus haut, les amateurs de musique médiévale liturgique et de chants polyphoniques devraient se trouver comblés. En collaboration avec les organisateurs, les artistes de l’Ensemble Velut Umbra en charge de la partie vocale et musicale, ont, en effet, concocté un programme qui puise largement dans le riche répertoire chrétien du  XIIIe siècle, contemporain de Blanche de Castille.

Il y aura donc, bien sûr, des chants grégoriens mais aussi des pièces tirées de l’oeuvre de Pérotin le Grand (1160-1230) – célèbre compositeur des XIIe-XIIIe, reconnu comme un des fondateurs de la musique polyphonique occidental – et encore des extraits des Cantigas de Santa-Maria d’Alphonse X de Castille (dont nous avons déjà commentées et traduites quelques unes ici) et aussi, des pièces tirées du Livre vermeil de Montserrat.

Du point de vue de la programmation, l’événement se tiendra ce Samedi 3 mars en fin de matinée, en la très belle église Saint-Germain l’Auxerrois du premier arrondissement de Paris, dont la première pierre fut posée sous les mérovingiens du VIIe siècle et du Haut moyen-âge.

Voir le programme musical détailléFB de l’événement

L’Ensemble Velut Umbra
Les musiques anciennes du XIIIe au XVIIIe

D_lettrine_moyen_age_passione création récente (2015), le jeune Ensemble Velut Umbra se dédie depuis lors à un répertoire qui va, de leurs propres mots « de Saint-Louis à Louis XIV », soit une période qui part du moyen-âge central et du XIIIe pour aller jusqu’au baroque et au XVIIIe siècle.

ensemble_velut_umbra_musiques_anciennes_medievales_baroques

Avec la ferme intention de faire découvrir les musiques anciennes au plus grand nombre autant que les instruments d’époque permettant de les faire revivre, la formation intervient en prestation dans les cadres les plus variés; cela va des commémorations et cérémonies religieuses jusqu’aux concerts en milieu ouvert et même aux ateliers en milieu scolaire.

Du côté des oeuvres proposées, leur répertoire va de la musique liturgique à la musique profane; les cantigas d’Alphonse le sage ou les chants polyphoniques y côtoient donc l’art des troubadours et même les chants populaires du moyen-âge, ou encore les danses et les pavanes à la façon de Thoinot Arbeau, pour n’en citer que quelques références.

Pour visiter leur site web, c’est ici

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen-Age sous toutes ses formes.

Chanson médiévale du XVe, une bonne année à la façon de Guillaume Dufay

musique_medievale_ancienne_guillaume_dufay_XV_moyen-age_tardifSujet : musique et chanson médiévales, manuscrit de Bayeux, Canonici 213, école franco-flamande, rondeau, chants polyphoniques.
Période : moyen-âge tardif, XVe siècle.
Auteur: Guillaume Dufay (1397-1474)
Titre : bon jour, bon mois.
Interprète : Ensemble Unicorn
Album :  DUFAY, chansons (1995)

Bonjour à tous,

E_lettrine_moyen_age_passionn cette fin de semaine de reprise, alors que les agapes du réveillon et leurs bulles semblent déjà bien loin, nous profitons d’être encore dans le temps des voeux pour publier une chanson médiévale d’un des musiciens et compositeurs les plus prisés du XVe siècle:  Guillaume Dufay.

C’est donc un rondeau, une chanson de voeux pour célébrer la nouvelle année. Elle est tirée du manuscrit ancien référencé MS Canonici 213, précieux témoin de la musique de l’école franco-flamande et de l’école bourguignonne de la première moitié du XVe siècle,  qui se trouve  conservé à la Bodleian Library de Oxford.

Cinquante compositions du moyen-âge  retranscrites depuis le MS Canonici 213

S’il n’existe pas de version consultable en ligne de l’original du codex MS Canonici 213, les plus curieux d’entre vous mais aussi les musiciens qui nous suivent, désireux d’approcher dans le détail quelques partitions de Guillaume Dufay, seront heureux d’apprendre qu’une version du XIXe est tout de même disponible en ligne.  Elle comprend une cinquantaine de partitions retranscrites depuis le manuscrit de la Bodleian Library. En voici le lien : Dufay and his contemporaries _ fifty compositions,  Fac similé du Canonici 213 chanson_poesie_medievale_guillaume_dufay_moyen-age_tardif_rondeau_voeux_nouvel_anpar  Sir John Stainer  et John Frederick Randall Stainer, 1898. 

Pour la chanson du jour et pour vous simplifier la vie , nous avons crée un document plus accessible et facilement imprimable au format pdf. Il contient la partition complète, ainsi que les paroles détaillées et commentées :  télécharger les paroles et la partition de la chanson médiévale « bon jour, bon an » de Guillaume Dufay.

Bon jour, bon an, l’interprétation de l’ensemble Unicorn

Les chansons de Guillaume Dufay par l’ensemble Unicorn

L_lettrine_moyen_age_passiona version que nous vous proposons aujourd’hui de cette pièce du moyen-âge tardif est tirée d’un album de l’Ensemble Unicorn sorti en 1995 et dédié entièrement aux chansons de Guillaume Dufay.   Nous l’avions déjà  évoqué ici, on y trouve 17 pièces prises dans le registre « profane » de l’oeuvre du compositeur. Elles vont de l’amour courtois à des pièces plus festives, en passant par quelques pièces plus graves. L’album est toujours disponible à la vente en ligne au format CD ou même au format MP3 dématérialisé, sous le lien suivant : Dufay – Chansons – The Unicorn Ensemble.

chansons_musique_medievale_amour_courtois_guillaume_dufay_ensemble_unicorn(vous pouvez également cliquer sur la pochette ci-contre pour accéder au   lien).

Pour une présentation plus détaillée de cette  très sérieuse formation qui, depuis 1991, se  consacre au répertoire des musiques médiévales et anciennes, voir l’article  l’amour courtois mis en musique par un grand maître du XVe.

deco_frise

Bon jour, bon mois : les paroles
dans le verbe de Guillaume Dufay

Cette pièce en moyen-français soulève peu de difficultés de compréhension, mais nous vous fournissons tout de même quelques clés, à toutes fins utiles. Ajoutons que si « l’estraine » désignait un cadeau effectué au jour de l’an, et dont la tradition remontait aux romains, l’expression bonne estraine voulait aussi dire « bonne chance ». (petit dictionnaire de l’ancien français Hilaire Van Daele). Au vue du contexte, c’est sans doute plutôt au cadeau que  Guillaume Dufay faisait ici référence.

Bon jour, bon mois, bon an et bonne estraine
Vous doinst* (donne) celuy qui tout tient en demaine (1)
Richesse, honnour, sainté, joye sans fin,
Bonne fame* (renommée), belle dame, bon vin,
Pour maintenir la creature saine.

Apres vous doint qu’en joye on vous demaine* (conduise, tienne)
Et lyesse* (joie) tantost* (aussitôt, sans attendre) on vous ameine;
Ainsi pourrez avoir, soir et matin,
Bon jour, bon mois, bon an et bonne estraine;
Vous doinst celuy qui tout tient en demaine,
Richesse, honnour, sainté, joye sans fin.

Et puis vous doint esperance certaine
Sans tristesse, sans pensee villaine;
Tous voz desirs acomplir de cueur fin.
Sans contredit soyez en la parfin* (à la toute fin)
Lassus* (là-haut) logee en gloire souveraine.

Bon jour, bon mois, bon an et bonne estraine
Vous doinst celuy qui tout tient en demaine,
Richesse, honnour, sainté, joye sans fin,
Bonne fame, belle dame, bon vin,
Pour maintenir la creature saine.

(1) demaine : de domaine, possession seigneuriale, en l’occurrence, il fait  référence ici à Dieu. « Celui qui tient tout en ses possessions. »

deco_frise

En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Guillaume Dufay, rondeau sur les revers de fortune par l’ensemble Obsidienne

musique_medievale_ancienne_guillaume_dufay_XV_moyen-age_tardifSujet : musique et chanson médiévales, manuscrit de Bayeux, Canonici 213, école franco-flamande, motet, rondeau, chants polyphoniques.
Auteur: Guillaume Dufay (1397-1474)
Période : moyen-âge tardif, XVe siècle.
Interprète : ensemble Obsidienne.
Album :  le jardin des délices (2004)

Bonjour à tous,

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoici, pour aujourd’hui, une nouvelle pièce du maître de musique du moyen-âge tardif (d’aucuns diront des débuts de la renaissance), Guillaume Dufay, Elle est interprétée par l’Ensemble Obsidienne, sous la direction d’Emmanuel Bonnardot. 

Le Jardin des Délices, Obsidienne et le Manuscrit de Bayeux

S_lettrine_moyen_age_passionorti en 2004, l’album le Jardin des Délices qui empruntait son titre au célèbre tableau du peintre néerlandais Jérôme Bosch, était dédié à des pièces tirées du manuscrit de Bayeux (lui-même daté des débuts du XVIe), ainsi qu’à des chansons et musiques de Guillaume Dufay et du compositeur franco-flamand Josqui Desprez. L’ensemble Obsidienne nous proposait donc ici de revisiter et de mettre à l’honneur le XVe siècle et on trouve dans ce Jardin des Délices un beau florilège de vingt-deux pièces, en provenance de cette période charnière entre le moyen-âge tardif et les débuts de la renaissance. Pour en faire le détail, cinq pièces sont de Guillaume Dufay, quatre de  Josquin Desprez, le reste sont des compositions, anonymes pour la plupart, issues du Manuscrit de Bayeux.

troubadours_modernes_musique_medievale_renaissanceEn 2016, l’album a fait l’objet d’une réédition, au sein d’un double album ayant pour titre « Chansons de la Renaissance » et comprenant également le CD  l’Amour de Moy  proposant des pièces de la même période, dont un grand nombre  encore issue du manuscrit ancien susnommé.

A propos de ce précieux héritage de la musique et des chansons normandes du XVe siècle qu’est le Manuscrit de Bayeux, (ou le MS Fr 9346) nous lui avions dédié un exposé détaillé dans un article précédent, aussi nous vous y renvoyons si vous souhaitez plus de détails : les richesses du manuscrit de Bayeux. Vous pouvez également le consulter directement en ligne sur le site de la BnF.

Concernant les oeuvres de Guillaume Dufay et notamment la pièce que nous vous proposons aujourd’hui, on peut la trouver dans le manuscrit Canon. misc. 213 ou le Canonici 213 de la Bodleian Library d’Oxford dont nous avons également déjà parlé ici.

Par droit je puis bien complaindre et gemir, Les paroles du chant de Guillaume Dufay

C_lettrine_moyen_age_passion‘est un  poète et compositeur bien désespéré que nous présente cette pièce du jour et ce rondeau puisque nous  le retrouvons, en effet, face à quelque revers de fortune et de fâcheuses inimitiés dont il se plaint ouvertement.

Par droit je puis bien complaindre et gemir,
Qui sui esent* de liesse et de joye. (*exempt)
Un seul confort ou prendre ne scayroye*,(*saurais)
Ne scay comment me puisse maintenir.

Raison me nuist et me veut relenquir* (abandonner),
Espoir me fault, en quel lieu que je soye:
Par droit je puis bien complaindre et gemir,
Qui sui esent de liesse et de joye.

Dechassiés* suy, ne me scay ou tenir, (pourchassé)
Par Fortune*, qui si fort me gueroye; (le sort) 
Anemis sont ceus qu’amis je cuidoye*, (croyais)
Et ce porter me convient et souffrir.

Par droit je puis bien complaindre et gemir,
Qui sui esent de liesse et de joye.
Un seul confort ou prendre ne scayroye,
Ne scay comment me puisse maintenir.

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Tres doux compains par l’ensemble Unicorn, Musique médiévale du XIVe siècle

musique_danse_medievale_enluminures_moyen-age_central_et_tardif_XIVeSujet : musique médiévale, Ars Nova,  Ars subtilior, manuscrit Ancien, Codex Ivrae, chace, musique  et chants polyphoniques, Canon.
Période : moyen-âge tardif, XIVe siècle
Titre:  « Trés doux compains »
 Auteur : anonyme. 
Interprètes : Ensemble Unicorn

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous partons aujourd’hui à la découverte de la musique du moyen-âge tardif avec une pièce du XIVe Siècle demeurée anonyme et ayant pour titre : « Très doux compains ».

Le Codex d’Ivrea

Bien que l’interprétation que nous en partageons ici soit instrumentale, cette pièce  est, au départ, un chant polyphonique à rattacher à l‘Ars Nova. On peut le retrouver dans le Codex Ivrea.

musique_medievale_moyen-age_tardif_XIVe_ensemble_unicorn_ars_novaRecopié vraisemblablement dans la deuxième moitié du XIVe siècle, peut-être à la cour des papes d’Avignon, ce manuscrit ancien est conservé de nos jours en Italie à la bibliothèque d’Ivrea, Il contient plus de 80 pièces, essentiellement des motets, la plupart étant religieux et quelques autres profanes, mais on y retrouve également quelques virelais,  chaces et ballades.

Concernant son origine, les avis sont partagés et on a soulevé l’hypothèse que ce Codex Ivrea ait pu avoir pour origine la cour de Gaston Fébus ou même celle de Savoie. Quoiqu’il en soit, à ce jour, il est considéré comme une des anthologies les plus importantes de la musique polyphonique de la première moitié du XIVe siècle.

A l’origine, le chant Trés dous Compains est une chasse ou chace. Les voix s’y répètent, en effet, en canon, donnant l’impression de se poursuivre l’une l’autre. La version instrumentale que nous vous proposons d’écouter ici est interprétée par l’Ensemble Unicorn auquel nous avons déjà dédié plusieurs articles que nous vous invitons à consulter pour plus d’informations.

Tres doux compains, version instrumentale par l’ensemble Unicorn

Les paroles de tres dous compains

Tres dous compains, levés sus! 
Car ie ne puis dormir plus 
Et ne fas qu’imaginer 
Pour quoi pri qu’alons soner 
Maintenant une estampie 
Pour devant l’ostel m’amie. 
Encor vos pri, pour amours, 
Que aioms tous les compagnons: 
Nacaris et cournemuses, 
Leux et grouses fleutes 
Alons maintenant tout deus 
Pour querre les trompeeurs 
Hativement levés 
Et tous fors dons essemblés 
En mis etrange contrée 
Pour faire la matinée 
Or avant bonne compaignie 
Sans faire nulle vilainie 
Biaux compains, primiers dansés 
Et noz toutz yroms aprés 
Belement vos asseinblés 
Or sus trompaours, trompés!

Po po po po po po 
Alegremant! 
Po po po po po po 
Po po po po po po 
Po po po po po po 
Dies, Tant douce destinée 
Ba ba ba A a a 
A a a a a a 
A a a a a 
Les nachares sont venus: Or sus! 
Ton tititon tititon 
Ton tititon ton tititon 
Tititon Tititon (etc…) 
Or avant, la cournamuse! 
Ture lure Tarelure 
Ture lure Ture lure 
(etc..) 
Li estruments atemprés 
Or firés firés frapés! 
Lirili lirilido 
Dirili lido lirilido 
(etc…) 
Pour vous est la matinée 
Dame, sachés: si vous agrée 
Li tens est de retourner 
Car venu est le jour cler 
Maintenant sans désener 
Aloms nous toutz rigoilier.

En vous souhaitant une bonne écoute et une excellente journée !

Fred
Pour moyenagepassion.com

« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publilius Syrus  Ier s. av. J.-C

PS : à base de Po po po po! Comme quoi Joey Starr n’a rien inventé. Bon ça va, désolé, on est un peu fin juillet aussi.  Les vacances approchent…

« Puis qu’en oubli », un chant polyphonique et un rondeau de Guillaume de Machaut

Guillaume-de-Machaut_trouvere_poete_medieval_moyen-age_passionSujet : musique, poésie médiévale, chanson,  chants polyphoniques, maître de  musique,  rondeau, loyal amour, amour courtois.
Titre : « Puis qu’en oubli »
Auteur: Guillaume de Machaut (1300-1377)
Période : XIVe siècle, moyen-âge tardif
Interprétes : Ensemble  Oxford Camerata

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous vous proposons  l’écoute d’un chant polyphonique composé par Guillaume de Machaut, et interprété par l’ensemble anglais  Oxford Camerata.

Nous sommes encore  ici dans le registre du loyal  et « fine » amour que Guillaume de Machaut a su si bien mettre en paroles et en musique. Dans ce rondeau, le maître de musique du moyen-âge central nous conte ses déboires amoureux. Le voici  donc oublié de son amie, lui promettant pourtant de rester fidèle à l’amour dont il a été confisqué.  Le sujet de l’oubli qui l’aborde ici, comme celui de la crainte d’être oublié  dans l’éloignement sont des  thèmes qu’on recroise  à plusieurs  reprises dans ses poésies et chansons. Voici d’ailleurs l’extrait d’une autre ballade sur le même thème :

« Loing de vous souvent souspir,
Douce dame débonnaire,
Pour ce que trop fort désir
A veoir vo dous viaire.
Mais se vers vous ne puis traire
A mon voloir, je vous pri,
Ne me mettes en oubli. »

Malgré ses exhortations et ses appels du poète,  il semble que  ce  que l’on redoute le plus finisse quelquefois par survenir et  c’est le sujet du chant médiéval que nous vous proposons ici.

L’ensemble Oxford Camerata

F_lettrine_moyen_age_passion-copiaondé en 1984, en Angleterre, par le chef d’orchestre  Jeremy Summerly, l’ensemble Oxford Camerata était à l’origine un groupe de douze choristes.  Au  fil  des concerts et en fonction des projets,  l’ensemble s’est produit dans des formations plus réduites ou même plus grandes  (jusqu’à  vingt choristes), a capela ou accompagné de formation orchestrale.

musique_ancienne_chants_polyphoniques_medievaux_ensemble_oxford_camarata_guillaume_machaut_moyen-age_central

Dans les six premières années suivant leur création, la formation  a proposé principalement un répertoire autour de la période médiévale et renaissance mais depuis les années 90  les artistes ont élargi leur champ  à des pièces qui vont  des chants grégoriens  et polyphoniques du moyen-âge à un  répertoire  plus moderne.  Entre sa  naissance et l’année 2008, l’Oxford Camerata a légué à la postérité près de trente albums et s’est produit activement en concert au niveau européen, jusqu’à l’année 2015.

Puis qu’en oubli :
paroles et adaptation en français moderne

musique_chanson_poesie_rondeau_medieval_guillaume_machaut_moyen-age_central_polyphonique

Puis qu’en oubli sui de vous, dous amis,
Vie amoureuse et joie à Dieu commant.

Puisque je suis oublié de vous, douce amie
Je remets à Dieu ma vie amoureuse et ma joie

Mar vi le jour que m’amour en vous mis,
Puis qu’en obli sui de vous, dous amis.

Malheureux* fut le jour où je mis mon amour en vous,
Puisque je suis oublié de vous, douce amie

* Malencontreux, Mal à propos, vain.

Mais ce tenray que je vous ay promis,
C’est que ja mais n’aray nul autre amant.

Mais je tiendrai ce que je vous ai promis
Jamais je n’aurai d’autre amaint

Puis qu’en oubli sui de vous, dous amis,
Vie amoureuse et joie à Dieu commant.

Puisque je suis oublié de vous, douce amie
Je remets à Dieu ma vie amoureuse et ma joie

____

En vous souhaitant  une excellente journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

« Ami, venez à l’aube » : l’amour courtois à la cour d’Espagne du XVe siècle

trouveres_troubadours_musique_poesie_medievale_musique_ancienneSujet : musique médiévale, amour courtois, cour d’espagne, manuscrit ancien
Période : moyen-âge tardif, début renaissance
Titre : « Al alba venid ». Auteur : Anonyme
Manuscrit : chansonnier musical du palais, ou  chansionnier de Barbieri
Interprétes : The Dufay Collective
Album : cancionero – music for the spanish court 1470-1520 (2006)

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous partageons aujourd’hui une pièce d’amour courtois que l’on chantait à la cour d’Espagne dans le courant des XVe et XVIe siècles. C’est un Villancico, soit un chant poétique traditionnel et ancien espagnol. Historiquement,  le terme de Villancico recouvre plusieurs sens: à l’origine, on désignait ainsi, en Espagne, les mélodies populaires chantées par les vilains. A la renaissance, certaines d’entre elles se convertirent en chansons à une voix ou plusieurs, accompagnées souvent au luth ou de son cousin aragonais la Vihuela (voir illustration ci-dessous).  Avec le temps, certains de ces Villancicos sont aussi devenus des chants que l’on entonnait dans les églises autour de la période de Noel.

Vihuela_luth espagnol du moyen-âge tardif, détail d'une peinture de Girolamo Dia Libri (1520)
Vihuela_luth espagnol du moyen-âge tardif, détail d’une peinture de Girolamo Dia Libri (1520)

L’auteur de la chanson que nous vous présentons ici est demeuré anonyme mais elle existait sans aucun doute à l’état oral avant sa transcription. Quoiqu’il en soit, bien que très simple et très épurée cette poésie n’aurait sans doute pas tellement sa place dans une église. Elle est, en effet, chantée par une dame à son amant et traite de l’attente amoureuse et du secret, thème récurrent de l’amour courtois qui pour être très pur ou très allégorique,  n’en est pas moins souvent polisson, disons-le, puisqu’il n’est pas rare qu’il se plaise à jouer avec les frontières de l’interdit et des conventions dans le dos des maris.

Du point de vue de son contenu, cette chanson s’inscrit encore dans la tradition des troubadours provençaux du XIIe siècle et du moyen-âge central qui ont chanté l’aube mieux que personne, ce moment déchirant où les amants doivent se séparer. En l’occurrence dans cette chanson là, il est question qu’ils s’y réunissent et d’un rendez-vous à l’aube, ce que l’on nomme en bon espagnol, une alborada, et non plus une aubade, un albada.

Venez à l’aube, mon bon ami

Le chansonnier musical du palais ou chansonnier de Barbieri

musique_chanson_medievale_troubadours_manuscrit_ancien_chansonnier_barbierie_bas_moyen-age

C_lettrine_moyen_age_passiononservé à la bibliothèque royale de Madrid, le Cancionero Musical de Palacio, appelé encore le chansonnier de Barbieri est basé sur un manuscrit ancien datant du XVIe siècle qui contient des compositions musicales et des chansons datant du XVe au début du XVIe siècle. Nous sommes donc à la lisière de la fin du moyen-âge et du début de la renaissance. Ce travail de compilation, effectué par neuf personnes différentes au cours du temps, se serait vraisemblablement étalé  sur une période d’environ quarante ans, sous le règne de rois catholiques espagnols.

Redécouvert à la bibliothèque du palais royal, dans le courant du 17e siècle, on doit Francisco Asenjo Barbieri, célèbre compositeur madrilène du même siècle, considéré comme le créateur de la musique_chanson_moyen-age_chansonnier_du_palais_manuscrit_ancien_-Francisco_Asenjo_Barbierizarzuela, une forme de théâtre lyrique espagnol, de l’avoir retranscrit et publié pour la première fois en 1890.

(ci-contre portrait du compositeur Francisco Asenjo Barbieri)

Originellement, l’ouvrage contenait plus de 548 pièces, mais certains feuillets se perdirent et il n’en reste plus aujourd’hui que 469. Dans leur grande majorité, les compositions sont en castillan, mais il en demeure quelques unes en latin, français, catalan, basque et portugais. On y trouve des chants pour une voix, mais aussi des pièces polyphoniques qui touchent des thèmes aussi variés que l’amour, la religion, la chevalerie, l’histoire, mais encore des sujets plus politiques, burlesques ou satiriques. Hormis les compositions qui sont restées anonymes comme celle d’aujourd’hui, on y dénombre pas moins de cinquante compositeurs et ce manuscrit ancien se présente aujourd’hui comme une véritable anthologie de la musique et des chants polyphoniques de l’Espagne du début de la renaissance et de la fin du moyen-âge.

The Dufay Collective, les interprètes du jour

musiques_chants_medievaux_manuscrit_ancien_chansonnier_musical_du_palais_barbieri_dufay_collective

C_lettrine_moyen_age_passionrée en 1987 par une bande de joyeux musiciens anglais, le groupe s’est spécialisé, depuis son origine, dans l’interprétation des musiques anciennes, sur une période allant du moyen-âge à la renaissance. Leur nom « The Dufay Collective » est d’ailleurs directement inspiré de celui de Guillaume Dufay (1397-1474), compositeur franco-hollandais qui fut au milieu du XVe siècle considéré comme comptant parmi les plus grands de son temps,

On doit, à ce jour, près de 11 albums au Dufay collective et ils ont aussi collaboré à la composition de plusieurs bandes originales cinématographiques de films d’époque et même d’un Harry Potter. Vous noterez, au passage, que les groupes anglais sont quand même bien les seuls à se fendre d’une couverture d’album décalée,  humoristique et presque rock pour présenter des musiques médiévales, interprétées finalement de manière plutôt « classique » et « conventionnelle ». Si vous allez faire un tour sur leur site web, vous retrouverez d’ailleurs bien cet esprit.

musique_poesie_medievale_du_bas_moyen-age_troubadours_aubade

Les paroles originales en espagnol

Al alba venid, buen amigo,
al alba venid.

Amigo el que yo más quería,
venid al alba del día.

Amigo el que yo más amaba,
venid a la luz del alba.

Venid a la luz del día,
non trayáis compañía.

Venid a la luz del alba,
non traigáis gran compañía.

Leur traduction en français

A l’aube venez, bon ami
A l’aube venez

Ami, celui que je voudrais le plus
Venez à l’aube du jour

Ami celui que j’aimais le plus
Venez à la lumière de l’aube

Venez à la lumière du jour
N’amenez point de companie

Venez à la lumière de l’aube
N’amenez pas grande compagnie.

Une très belle journée à tous!
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval  sous toutes ses formes