Archives pour l'étiquette château fort

le château-fort de Falaise: un mot d’histoire médiévale et une belle reconstitution 3D

mondes_3D_virtuels_rue_médiévale_unity_3D_jeux_videosSujet : lieu d’intérêt, reconstitution 3D, architecture médiévale, Guillaume le Conquérant, duché de Normandie, monument historique, patrimoine.
Période : Moyen-âge central à tardif
Lieu : Château de Falaise (Calvados, Normandie)

Bonjour à tous

P_lettrine_moyen_age_passion copiaerché sur son éperon rocheux, à la pointe sud du Calvados, le site de Falaise a connu une occupation précoce dès le Mésolithique. Bien plus tard, au haut moyen-âge et sous les carolingiens, son élévation a sans doute favorisé l’édification de premières fortifications et, à tout le moins, de premiers dispositifs militaires et défensifs. Tirant partie de cette protection, ce qui allait devenir la ville de Falaise s’installera et prospérera dans le prolongement du promontoire.

chateau_falaise_normandie_lieux_interet_histoire_medievale_chateau_fort_architecture_defensive_moyen-age_central

Du moyen-âge central
à l’annexion du duché de Normandie

D_lettrine_moyen_age_passionans le courant de l’an Mil et au coeur du duché de Normandie naissant, concédé à Rollon par Charles le Simple, lors du traité de Saint-Clair sur Epte, le site de la forteresse actuelle est, semble-t-il, un des tous premiers qui se vit renforcer et consolider. Au Xe siècle, des traces retrouvées par les archéologues y attestent, en effet, de la présence d’une large enceinte maçonnée, faisant de Falaise une des premières places fortes bâties en pierre sur les terres normandes.

chateau_fort_falaise_normandie_calvados_guillaume_le_conquerantAu début du XIe siècle, déjà alors privilégié par les ducs de Normandie, le château verra naître le légendaire Guillaume le Conquérant (1027-1087), futur roi d’Angleterre.

(Guillaume le Conquérant, portrait du XVIe siècle, artiste inconnu, National Portrait Gallery, Londres)

Autour de son année de naissance en 1027, un conflit opposant son père Robert 1er de Normandie au frère de ce dernier Richard III atteste que la forteresse était déjà sérieusement renforcée et prompte à résister aux assauts d’un siège. Même si le conflit entre les deux frères ne dura pas, il fallut user de grands renforts de béliers et balistes pour assiéger la place.

Par la suite, dans le courant du XIIe siècle, devenue lieu de résidence des ducs de Normandie et rois d’Angleterre, la forteresse médiévale de Falaise connut plusieurs phases de construction avant d’être encore remaniée au milieu du XIIIe siècle, par l’architecture philippienne et sous Philippe-Auguste lui-même, après que ce dernier eut conquis le duché de Normandie. Entre autre témoin de cette époque, l’imposante tour Talbot domine encore de sa hauteur l’ensemble de l’édifice et lui imprime une marque royale sans équivoque.

Une très belle reconstitution 3D
des étapes de construction du Château de Falaise

Nous vous proposons de découvrir les grandes étapes de construction du château avec une excellente reconstitution 3D proposée par la chaîne youtube  du magasine culturel Patrimoine Normand.

Falaise : de Philippe-Auguste à nos jours

J_lettrine_moyen_age_passionusqu’à la guerre de cent ans, un paix relative régnera sur l’endroit et dans le courant du XVe siècle, sous l’occupation anglaise, le château de Falaise connaîtra quelques aménagements défensifs notamment au niveau des ouvrants pour l’adapter à la poudre et aux tirs de canons sur d’éventuels assaillants. Quelques tours supplémentaires viendront aussi le renforcer.

chateau_falaise_normandie_lieux_interet_histoire_medievale_architecture_defensive_moyen-ageA la fin du XVIe siécle, le couronnement d’Henri IV, roi protestant, suscitera l’émotion des normands et, avec eux, des Falaisiens qui s’attireront ainsi les foudres du monarque. Ce dernier se déplacera même en personne pour assiéger la place et les « 400 coups de canon » royaux finiront bien vite par avoir raison de la résistance de la ville, et avec elle de la vocation militaire de sa forteresse.

Plus tard, au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, dans une paix retrouvée et une période plus propice aux développements économiques qu’aux échanges  guerriers, de nombreux aménagements seront effectués  qui gommeront encore la nature défensive de la forteresse : les fossés seront comblés, les portes de la ville rasées, les donjons finiront même par se délabrer.

chateau_fort_falaise_normandie_lieux_interet_histoire_medievale_architecture_defensive_moyen-ageIl faudra attendre le XIXe pour que  le château soit, en partie, sauvé. Le goût du patrimoine venant à la mode et avec lui la prise de conscience de l’importance de préserver les édifices anciens et médiévaux, le monument sera classé en 1840 et une première grande campagne de restauration sera lancée. Plus tard encore, dans le courant du XXe siècle, la ville de Falaise, propriétaire des murs s’engagera, en collaboration avec l’Etat français, dans une autre grande restauration pour sauver, cette fois, les donjons. Et c’est grâce à tout cela et pour notre plus grand plaisir, que la forteresse de Falaise, belle et vieille amie normande qui a vu naître les plus grands d’entre eux se tient, encore aujourd’hui, debout et fière sur ses hauteurs pour témoigner de leur gloire et de leurs faits passés.

En dehors des nombreuses animations qui y sont organisées, le site peut être visité toute l’année et vous pourrez trouver toutes les informations le concernant sur le site web officiel du château de Falaise.

En vous souhaitant une excellente journée.

Frédéric F.

Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Fête des bâtisseurs, animations médiévales et un joyeux anniversaire à Château Guédelon !

chateau_guedelon_lieu_interet_medieval_moyen-age_central_architecture_philippienneSujet : fêtes, animation médiévale, lieux d’intérêt, reconstitution historique, agenda médiéval, archéo-site, chantier historique, château fort
Période: moyen-âge central (an 1000)
Lieu : Treigny  (Yonne, Bourgogne-Franche-Comté)
EvénementsLa fête des bâtisseurs de Guédelon
Dates : le samedi 24  juin 2017

Bonjour à tous,

D_lettrine_moyen_age_passionans quelques jours, le chantier du château de Guédelon, ce projet incroyable  qui consiste à rebâtir un château-fort du XIIIe siècle avec des moyens et des techniques du moyen-âge central et plus précisément des XIIe, XIIIe siècles, va s’animer d’une activité hors du commun.

chateau-guedelon_fetes_batisseurs_animation_agenda_medieval_sorties_moyen-ageTous les ans en effet, on célèbre sur place la fête des bâtisseurs et, pour quelques jours, des myriades de bénévoles viennent se joindre à tous ceux qui font vivre la chantier à l’année pour leur donner la main.

De fait, plus de 120 bâtisseurs sont attendus ce samedi 24 juin pour aider à construire le château. Un site fourmillant d’activités, des animations médiévales en plus des habituelles, si vous n’avez pas encore visité ce site d’exception, le 24 juin prochain pourrait bien être la journée idéale pour le faire.

La célébration sera d’autant plus spéciale qu’en plus de ses bâtisseurs, Guédelon fêtera aussi ses 20 ans de chantier! La première pierre du château fut, en effet, posée en 1997.

Vous trouverez plus d’informations sur la fête des bâtisseurs de Guédelon ici.

fete_animation_evenement_medievale_chantier_chateau_guedelon_reconstitution_historique

Le chantier de château Guédelon

E_lettrine_moyen_age_passionngagé, il y a deux décennies, le chantier du château de Guédelon a fourni, depuis lors, l’occasion de confronter les données de l’archéologie et de l’Histoire aux problématiques concrètes qui se posent, au jour le jour, sur la construction d’une forteresse de pierre du moyen-âge central, avec des moyens et savoir-faire d’époque.

Pour un certain nombre de techniques employées, aucune trace écrite véritable ne demeurait et les ingénieurs et acteurs du chantier ont dû redoubler d’ingéniosité pour les retrouver et, on peut même guedelon_chantier-aventure_chateau_medieval_reconstitution_historique_moyen-age_central_lieux_interet_agenda_medievaldire, dans certains cas, les réinventer.

Grand Aventure qui tient à la fois de l’archéologie et de la reconstitution historique, le projet formé à Guédelon intéresse tout autant les chercheurs et historiens que l’histoire des sciences et techniques et celle des méthodes de construction médiévale.  Loin pourtant de se murer dans un laboratoire, les organisateurs ont fait le choix d’ouvrir cette expérience au public avec un véritable parti-pris pédagogique,  Grâce aux visites, le chantier peut ainsi être partiellement financé ainsi que tous les permanents qui s’y trouvent à l’année pour faire vivre l’endroit et, de leurs côtés, les visiteurs ont l’opportunité d’y découvrir un lieu unique et inédit qui, à ce jour, n’a aucun équivalent dans le monde.

Liens utiles pour découvrir ou visiter le château de Guédelon :
Site web officiel  –  Page Facebook.

L’aventure de Guedelon :
une vidéo reconstitution 3D

I_lettrine_moyen_age_passion copial y a quelque temps nous vous présentions dans une vidéo, une reconstitution achevée du château, effectuée à l’aide du moteur du jeu Medieval Engineers. Nous y parlions à la fois du projet et d’architecture philippienne. Si vous l’aviez manqué, la voici à nouveau.

Vous pouvez également retrouvez notre article complet sur le château de Guédelon ici.

On n’a pas tous les jours vingt ans, dit-on, alors avant de nous quitter, nous souhaitons un bel anniversaire à Château Guédelon. Longue vie au projet, à ses organisateurs et à tous ses « oeuvriers »!

En vous souhaitant une très belle journée!

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Le château de Foix part en campagne: des médiévales effervescentes pour fêter le printemps en Ariège

foix_ville_medievale_festival_festivites_moyen-age_idees_sortiesSujet : agenda, reconstitution, fêtes historiques, médiévales, château-fort, compagnies médiévales,
Période : moyen-âge central, 1362
Evénement : Les médiévales de printemps du château de Foix
Lieu : Château de Foix (Ariège)
Date : le 27 et 28 mai 2017

Bonjour à tous,

C_lettrine_moyen_age_passionomme chaque année, depuis maintenant trois ans, à l’arrivée de la belle saison, le beau château de Foix dans l’Ariège vous convie à ses fêtes médiévales de printemps.

medievales_de_foix_printemps_2017_agenda_medieval_reconstitution_historique_moyen-age_centralL’esprit y est toujours résolument à la reconstitution historique et à l’Histoire vivante, au plus près du moyen-âge central. L’ombre du Lion des Pyrénées Gaston III de Foix-Béarn, plus connu encore sous le nom de Gaston Fébus, grand seigneur et maître des lieux durant presque toute la deuxième moitié du XIVe siècle, planera plus que jamais au dessus des remparts du château durant toute cette fin de semaine.

Au programme : 1362, bataille de Launac, l’aube d’une grande campagne militaire

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour cette édition, avec plus de cinquante acteurs et spécialistes, le château se propose, entre autres réjouissances festives, de vous faire découvrir le maniement des armes anciennes, les bases et les principes de la vie en camp militaire d’époque mais aussi de lever pour vous le voile sur les techniques de soin et de chirurgie médiévale.

medievales_printemps_chateau_foix_ariege_agenda_sortie_historique_gaston_febusEn octobre dernier,  vous y étiez transporté en 1391 après la disparition de Gaston Fébus, cette fois-ci, la machine à remonter le temps marquera la date de 1362 pour  vous propulser dans un voyage médiéval jusqu’à une période contemporaine du Lion des Pyrénées. Le célèbre Comte de Foix sera donc bel et bien là et sur son impulsion, ses troupes se prépareront même à partir en campagne pour affronter les Armagnacs. Vous serez rendus aux portes de la bataille de Launac dont Gaston Fébus reviendra triomphant puisqu’il y fera même prisonnier Jean 1er, comte d’Armagnac, mais encore l’allié de ce dernier, le baron de Launac. Il ne relâchera d’ailleurs ses belles prises que contre une rançon sonnante, trébuchante et de taille, qui fera même de lui, un des Seigneurs et prince les plus puissant et fortuné de son temps.

Chevaliers, mercenaires et routiers
tous aux ordres de Gaston Fébus

I_lettrine_moyen_age_passion copial y aura là, sur le parvis du château et autour des remparts, des hommes de tous bords, les fidèles de Gaston Fébus et ses hommes d’armes, mais aussi des routiers et mercenaires engagés pour l’occasion.

Entraînements intensifs, coups d’éclats et tensions au moment de partir au combat, entre ces hommes venus d’horizon divers, tenez-vous prêts à vivre un moment véritablement unique dans agenda_sortie_historique_chateau_foix_fetes_medievales_printemps_2017_1362_gaston_febus_moyen-age_centralune ambiance rien moins qu’effervescente et électrique. Foix tout entier sera sur le pied de guerre jusqu’au coeur de ses vieilles pierres!

Et qui sait, en observant bien et en tendant l’oreille, vous pourrez peut-être y vérifier les mots de Jean Froissart au sujet de Gaston Fébus, grand chef de guerre, comte de Foix, vicomte de Béarn et encore viguier d’Andorre et de sa détermination au moment d’en découdre avec ses ennemis :

«  J’ai vu bien des chevaliers, des rois, des princes. Mais jamais je n’en vis qui fut de si magnifique stature et de si merveilleuse prestance. (…) En toutes choses il était parfait. Il aimait ce qu’il devait aimer, haïssait ce qu’il devait haïr. Il était aimable et accessible à toutes gens et il leur parlait doucement et amoureusement. Mais dans son courroux nul n’avait pardon. »
Jean Froissart – Les Chroniques

citation_chronique_medievale_jean_froissart_gaston_febus_bearn_chateau_foix_ariege

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour le reste, détails logistiques et pratiques, mais aussi de très beaux portraits de certains protagonistes qui vous attendent cette fin de semaine au pied des remparts du château de Foix, n’hésitez pas à consulter le Facebook des sites touristiques de l’Ariège qui se chargent de l’organisation de l’événement.

Enfin et pour en terminer, si, par le plus grand des hasards, vous n’étiez pas déjà convaincu de la beauté saisissante de ce site historique d’exception, niché dans les hauteurs vertigineuses de son piton rocheux, voici une vidéo qui achèvera certainement de vous en  persuader

Pour plus d’informations historiques, retrouvez notre article détaillé sur ce haut lieu de l’histoire ariégeoise et languedocienne ici.

Une très belle journée à tous !

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

La croisade albigeoise : Montsegur, haut lieu du Catharisme (1)

croisade_cathare_albigeois_languedoc_inquisition_montsegur_moyen-age_centralSujet : reconstitution historique, château, Cathares, catharisme, siège, Montségur, Albigeois,
Période : moyen-âge central
Média : vidéo-documentaire, mondes 3D, Des racines et des ailes, France 3.
Production : IZIgraph Patrimoine

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, à la faveur d’une belle reconstitution 3D que nous devons à la société IZIgraph Patrimoine, nous abordons l’histoire du château de Montségur assiégé en 1243-1244 lors de la croisade contre les cathares et, du même coup, nous en profitons pour ouvrir une série d’articles sur cette croisade contre les Albigeois.

chateau_montsegur_pays_cathare_albigeois_reconstitution_3D_monde_medieval

Pour qui s’est déjà rendu sur place pour visiter les ruines de ce qui reste de Montségur,  la hauteur à laquelle est bâtie la forteresse sur son piton rocheux (ou son pog en bon languedocien) ne peut que faire forte impression. Ses murailles ou ce qu’il en reste, qui sont en réalité les vestiges d’un château construit postérieurement à celui qui subit le terrible siège des années 1240, plafonnent, en effet, à près de 1 200 mètres d’altitude sur un dôme de calcaire qui, un peu à l’image des hauteurs du château de Foix, semble avoir été planté là, depuis des temps immémoriaux, dans l’attente qu’on y juche une forteresse.

Arrivé au pied de cet étonnant relief, on ne se surprend pas que ce mythique château de Montsegur, dernier bastion d’une communauté cathare alors encore significative en nombre ait pu donner tant de fil à retordre aux armées des croisés chrétiens qui, avec la bénédiction des papes et des rois avaient  entrepris, au milieu du XIIIe siècle, de mettre fin à une hérésie, elle-même chrétienne. Au moment du siège de Montségur en 1243, une grande majorité des cathares a abjuré, a été décimée ou bannie des terres du Languedoc ou a même fui pour se réfugier vers la Catalogne ou vers l’Italie et la Lombardie notamment),

chateau_montsegur_pays_cathare_albigeois_reconstitution_3D

Une expédition à l’assaut de l’Histoire

O_lettrine_moyen_age_passionn se gare en bas du piton rocheux et on grimpe à l’assaut de la forteresse de Montségur par un petit sentier étroit qui serpente entre la végétation et les arbres et qui semble n’en plus finir. Une fois arrivé en haut, on découvre bien vite qu’il ne reste plus que quelques ruines du château qui fut construit postérieurement au siège de Montségur, mais cela n’importe peu car nous sommes bien sur les terres du drame et les guides très dynamiques et enthousiastes qui vous attendent, au sommet de ce pog, ont tôt fait de vous transporter à travers ses heures les plus glorieuses et les plus sombres.

croisade_cathare_albigeois_languedoc_inquisition_siege_visite_montsegur_moyen-age_centralSe tenant au milieu de sa cour trapézoïdale, la surface laissée semble si petite que l’on peine même à imaginer qu’ici durant près de quarante ans vivaient en moyenne entre 500 et 800 personnes. D’après les sources archéologiques, un véritable village s’y tenait. On avance même que lors du siège de Montségur, quelques mille cathares, fuyant l’inquisition qui sévissait alors dans la plaine du Languedoc, y avaient trouvé refuge. En réalité, outre le fait que les notions d’espace sont quelques fois trompeuses et qu’il est difficile de se les représenter édifiées quand elles sont à nues, la cour du Castrum était loin d’être la seule occupée sur cette montagne. Les quelques murs encore debout ne sont que les vestiges du centre de la place forte. Les autres remparts ont été totalement détruits après coup, ainsi que les autres édifices qui se trouvaient sur les hauts de Montségur et cette excellente reconstitution 3D a le grand avantage de nous permettre de mieux se les représenter, tout en donnant quelques éléments sur le siège que connut le château entre 1243 et 1244.

M_lettrine_moyen_age_passionême si le treizième siècle avait vu les armées s’aguerrir de l’expérience des croisades successives en terre lointaine, par la nature même de son site,  le pog de Montségur a donc été le théâtre d’un des plus longs sièges de l’histoire de la croisade contre les albigeois. Pas moins de dix mois furent, en effet, nécessaires pour faire tomber la forteresse où s’étaient réfugiés non pas les derniers, mais les « presque » derniers cathares.

Quand, en ce début d’année 1243, les quelques cinq mille hommes de l’armée du Sénéchal de Carcassonne Hugues des Arcis, accompagnés de l’archevêque de Narbonne, Pierre Amiel, se regroupent au pied du piton de calcaire en vue de l’assiéger, c’est, en réalité un château et un seigneur chrétien auxquels ils font face, même si ce lieu est devenu, depuis plus de dix ans déjà, un haut lieu du catharisme. Le seigneur auquel la forteresse appartient, un noble occitan du nom de Raymond de Péreille, a, en effet, concédé, en 1230, à l’évêque cathare Guilhabert de Castres de faire de Montségur  la tête de pont et le siège de l’église cathare.

croisade_cathare_albigeois_languedoc_inquisition_montsegur_reconstitution_3D_chateau_fort_010
croisade_cathare_albigeois_languedoc_inquisition_montsegur_reconstitution_3D_chateau_fort_002  croisade_cathare_albigeois_languedoc_inquisition_montsegur_reconstitution_3D_chateau_fort_005

1230 Montségur haut lieu du catharisme

L_lettrine_moyen_age_passione traité de Meaux-Paris a été signé un an auparavant, consacrant la paix entre Paris et Toulouse et ce qui sera le premier pas vers l’annexion définitive de la région par la couronne française moins d’un demi-siècle plus tard. L’inquisition n’est alors pas encore créée, elle ne le sera qu’en 1233 par le pape Grégoire IX, désireux d’en terminer avec le catharisme tout en créant un cadre permettant d’établir des procédures et d’éviter, dit-on aussi, les abus des justices civiles.

Même si cette idée peut faire grincer des dents, certains historiens et juristes avancent en effet que la création de l’inquisition et l’instauration d’une démarche inquisitoriale représentèrent un « progrès » en terme de procédure par rapport à la situation précédente. Si on la compare avec les abus et les massacres auquel la croisade avait donné lieu – on se souvient du siège de Béziers et du passage par le fer de populations entières, sans aucune forme de procès – il ne fait pas tellement de doute que ce fut le cas. D’après les sources historiques, on sait aujourd’hui encore que les inquisiteurs trouvaient bien plus de satisfactions dans l’abjuration par les cathares de leur foi et dans leur retour dans le troupeau des brebis catholiques que dans leur crémation. Or, il semble que, de son côté, la justice civile en faisait moins de cas, étant de nature plus expéditive dans son croisade_cathare_albigeois_languedoc_inquisition_montsegur_pape_gregoire_IXapplication des lois, des consignes et des sentences. Pour illustrer cela, nous citons ici Jean Louis Biget, Historien spécialiste de ces questions:

« L’Inquisition substitue à la procédure accusatoire publique une procédure d’office totalement secrète, à huis clos et sans avocat. Malgré ses aspects arbitraires, elle offre autant de garanties que les justices traditionnelles, qui soumettent les accusés à une présomption de culpabilité et les obligent à subir l’épreuve, fort aléatoire, du fer rouge, ou d’autres de même style, pour prouver leur innocence. Les enquêtes fouillées et exhaustives des inquisiteurs laissent ses chances à l’accusé, s’il n’est pas coupable, et les faux témoins encourent la prison perpétuelle. L’Inquisition prononce cependant des châtiments sévères : la remise au bras séculier – c’est-à-dire le bûcher –, la prison, qu’elle instaure comme peine afflictive, le port de signes infamants – des croix, homologues à la rouelle des juifs. Elle recourt à des techniques modernes : elle se constitue une mémoire écrite, fortement structurée, avec des répertoires commodes, révolution analogue à celle de l’informatique. »
jean-Louis Biget : Catharisme et Cathares en Languedoc

Du reste, comme l’église ne pouvait pas mettre en oeuvre les sentences d’ordre punitives, c’est bien sur la justice civile que les inquisiteurs allaient s’appuyer pour faire avaliser leurs décisions. Si cette dernière ne s’y était pas pliée, aucun bûcher n’aurait sans doute été allumé, ni aucun cathare emmuré mais l’Europe médiévale est politico-religieuse, comme les couronnes le sont, et il est alors difficile de tracer clairement les frontières entre les deux. Disant tout cela, on comprend bien qu’il n’est pas question ici de justifier quoique ce soit, mais simplement d’être réaliste sur les motivations et les forces en présence, au vue du contexte historique et politique du XIIIe siècle. Bien sûr, pour beaucoup, il aurait été plus simple que l’appel à la croisade n’ait pas été lancé, que l’inquisition n’ait pas été créée, que l’église en reste là avec le catharisme, mais la machine était lancée et il semble bien que rien n’aurait pu alors la faire reculer. Il ne s’agissait plus depuis longtemps pour Rome, de laisser courir l’hérésie cathare mais de l’éradiquer.

croisade_cathare_albigeois_languedoc_inquisition_montsegur_reconstitution_3D_chateau_fort_009

croisade_cathare_albigeois_languedoc_inquisition_montsegur_reconstitution_3D_chateau_fort_006    croisade_cathare_albigeois_languedoc_inquisition_montsegur_reconstitution_3D_chateau_fort_008

Un climat d’occupation

S_lettrine_moyen_age_passionur les terres languedociennes, une fois le traité de Meaux-Paris signé, en 1229 et une paix relative retrouvée entre la couronne royale et du comté de Toulouse en la défaveur de cette dernière, la croisade militaire était donc officiellement terminée. De nombreux seigneurs languedociens dépossédés de leurs terres et leurs fiefs, on installa dans leur château des seigneurs français et, sur le terrain, des officiers royaux, baillis et autres viguiers, qui se chargeaient d’encadrer la situation. Cette dernière fut rapidement vécue par les languedociens comme une occupation et c’est compréhensible, puisque techniquement c’en était une. Avant tout cela, la province était autonome et ne faisait pas partie de la couronne française. Le climat est d’autant plus délicat que les abus de la part de ces officiers royaux sont, dit-on, alors nombreux et vont graduellement achever d’exaspérer les populations.

De son côté, la victoire politique étant une chose, Grégoire IX entreprit de continuer la traque des cathares par ses propres représentants. Alléguant  que les évêques étaient trop occupés pour conduire cette tâche, il confia l’inquisition à l’ordre mendiant des dominicains qui s’étaient signalés, un peu avant, dans le Languedoc par leur démarche de prêche et de prédications, moins fastueuse et plus dépouillée que celle des autres représentants de l’église d’alors. Lordre monastique était d’ailleurs né, en grande partie, de l’expérience et des tentatives de son fondateur, Dominique de Guzmán (Saint-Dominique) pour rallier les adeptes du catharisme à une foi chrétienne plus proche des origines.  Quoiqu’il en soit, par cette inquisition, Rome acheva d’ajouter à l’humiliation des seigneurs du pays d’Oc et au climat de tension et de peur qu’avaient généré les croisades autant que l’intrusion des seigneurs et des gens du nord sur les terres languedociennes, en créant sur la durée un climat de persécution et de délation au sein des populations.

L’organisation de Montségur après 1230:
Eglise cathare et chevaliers faydits

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour revenir à 1230, la trêve étant signée et l’inquisition pas encore créée, dans cet entre-deux peut-être le seigneur de Montségur a-t-il alors pensé que les conflits étaient derrière eux? Toujours est-il qu’il finira par céder à la requête de l’évêque cathare et ne reviendra pas dessus, à aucun moment, dans les années qui suivront. Montsegur deviendra donc le haut lieu officiel  du catharisme. Les cathares aideront à financer la garnison permettant d’assurer la protection du château, et, peu de temps après, Raymond de Péreille confiera l’organisation de sa défense à un homme qui est son cousin et deviendra bientôt son gendre puisqu’il lui donnera sa fille en épousailles: Pierre-Roger de Mirepoix. Ce dernier jouera un rôle majeur dans la défense de Montségur lors du siège mais aussi dans le déclenchement de l’opération militaire d’envergure qui signera la destruction de la forteresse dans sa forme cathareblason_chateau_montsegur_pays_cathare_albigeois_reconstitution_3D_monde_medieval. Au moment de l’attaque du château, cela dit, le site est déjà largement repéré, dénoncé et regardé de biais, depuis longtemps par l’Eglise romaine et on peut imaginer que face aux enjeux et aux forces en présence, Montségur allait bien devoir, tôt ou tard,  tomber.

A l’image de la garnison qui se trouve alors sur place et des hommes dont il s’est entouré, Pierre-Roger de Mirepoix est un chevalier et seigneur languedocien « faydit ». Il s’est vu confisquer ses biens et ses possessions en 1209 par Simont de Monfort, soit le château de Mirepoix, pour son implication aux côtés des albigeois dans les conflits. Il le reprendra en 1223 pour le perdre à nouveau sur l’ordonnance royale de 1229. Dépossédé de tout par deux fois, si l’on admet que cette croisade fut en réalité une guerre de conquête tout à la fois géo-stratégique, politique, économique et religieuse et on ne peut guère faire autrement au vue de ses conséquences historiques concrètes sur le terrain, du point de vue languedocien, l’homme deviendra un résistant.

croisade_cathare_albigeois_languedoc_inquisition_montsegur_reconstitution_3D_chateau_fort_007

A propos du faidiment 
Sans être soi-même cathare, il suffisait alors de s’en déclarer protecteur ou de ne pas vouloir participer volontairement à la croisade ordonnée par Rome pour tomber sous le coup du faidiment et de nombreux nobles languedociens étaient de fait tombés sous le coup de cette mesure. Elle n’était pas définitive et pour récupérer ses terres, il « suffisait » en passant par les instances de Rome ou en s’adressant directement au pape, d’abjurer si l’on était cathare et, dans tous les cas de figure, de rejoindre les rangs de la croisade pour lutter activement contre l’hérésie. Facile à dire mais sans doute plus difficile à faire au vue du contexte. Pourquoi?

Nous aborderons toutes ces questions dans l’article suivant. En attendant je vous souhaite une excellente journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Agenda et sorties week end : les journées médiévales du château de Foix

foix_ville_medievale_festival_festivites_moyen-age_idees_sortiesSujet : reconstitution, fêtes historiques, siège médiéval, engin de siège, joutes, tournoi, château-fort, compagnies médiévales.
Evénement : Les journées médiévales du château de Foix
Lieu : Foix (Ariège)
Date : du 8 et 9 octobre 2016

Bonjour à tous,

D_lettrine_moyen_age_passionans le cadre de l’agenda sorties et fêtes médiévales, c’est encore la cité ariégeoise de Foix qui vous propose, cette fin de semaine, une fête dans son beau château-fort de légende, planté sur son impressionnant piton rocheux.

foix_fetes_festival_journees_medievales_chateau_gaston_febus_moyen-age

Comme nous avions déjà dédié un long article à l’Histoire du château et de la ville, il y a quelques temps, nous ne nous épancherons pas plus sur le sujet et vous renvoyons à l’article en question ici : Foix : cinq jours de fêtes historiques et médiévales en terre cathare!

Les journées médiévales au château de Foix:
Un voyage dans le temps au XIVe siècle

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour le reste et du point de vue du programme, ce samedi et ce dimanche, le château se propose de vous faire revivre la période qui a suivi la mort du Lion des Pyrénées, Gaston III de Foix-Béarn, plus connu encore sous le nom de Gaston Fébus.

Nous sommes en 1391, la disparition de Gaston Fébus a laissé place à une période de flottement et se préparant au pire, le château mobilise ses forces armées en vue d’un possible siège. La tension est fetes_journees_medievales_chateau_de_foix_2016_moyen-ageà son comble entre soldats et chevaliers tandis que les artilleurs s’emploient à former les hommes au maniement des engins de siège.

Grand spectacle de « Machina Silente », démonstrations de machines de guerre, camp médiéval, joutes et escrime ancienne avec armes et d’armures d’époque et biens d’autres surprises sont au menu pour vous faire revivre ces préparatifs survoltés et vous transporter plus de six cents ans en arrière. Il y aura aussi des visites guidés thématiques du château à la découverte de l’architecture médiévale, de la vie quotidienne dans le courant du XIVe siècle, ou encore de la guerre de cent ans. Bien entendu et comme toujours, vous trouverez largement de quoi vous restaurer sur place, la cité de Foix ne manquant pas d’adresses dans ce domaine.

fetes_evenement_medieval_historique_programme_journee_chateau_foix_2016

Version imprimable du programme ici

Spectacle : la compagnie Machina Silente

compagnie_medievale_humour_festivals_moyen-age_machine_de_guerre_engins_de_siege

C_lettrine_moyen_age_passionette compagnie berrichonne, formée des passionnés d’engins militaires médiévaux, du XIe siècle jusqu’à la guerre de cent ans, prend l’histoire autant compagnie_medievale_fetes_festivals_machine_de_guerre_engin_de_siegeque le rire, très au sérieux.

Créée au départ comme une association, Machina Silente s’est professionnalisée sous l’impulsion de la demande et écume désormais les châteaux et fêtes médiévales pour vous y proposer des reconstitutions historiques et des démonstrations de machines de guerre d’époque, avec des   scénari qui laissent une belle place au jeu des acteurs et à l’humour, Le pari? Vous divertir et vous faire rire, bien sûr, mais aussi faire en sorte qu’une bombarde, une bricole, une arbalète ou un couillard n’aient presque plus de secrets pour vous, au sortir du spectacle. Rassurez-vous, bien sûr, si les engins sont bel et bien mis en action, leurs projectiles restent totalement inoffensifs et sont des ballons remplis d’eau.

Tournois et joutes avec L’Oriflamme

compagnie_medievale_tournois_joutes_chevalier_moyen-age_festival_l_oriflamme

S_lettrine_moyen_age_passionociété languedocienne spécialisée dans la production d’événements autour de l’Histoire et du moyen-âge, L’Oriflamme propose à la fois des spectacles et reconstitutions, des visites guidées animées sur site, mais encore des ateliers d’initiation et pédagogiques dans ce domaine. Elle intervient ainsi dans les fêtes et festivals autour du moyen-âge, sur des sites historiques de renom, mais également en milieu scolaire et se propose même encore d’animer historiquement des événements privés. Nous avons posté, il y a quelques jours, une annonce de M6 qui recherche un princesse désireuse de se marier dans une robe médiévalecompagnie_medievale_evenementiel_historique_animation_moyen-age_l_oriflamme. Et bien sachez qu’avec l’Oriflamme, vous pouvez même, si vous le désirez, ajouter tout ce qui ira avec la robe pour des noces médiévales animées complètes!

Pour revenir à cette société qui a fait de l’histoire médiévale, une véritable passion, en plus de sa raison sociale, l’ensemble est sous-tendu par une équipe de professionnels pluridisciplinaires qui intervient dans des domaines aussi variés que le spectacle, l’animation, la reconstitution historique, mais aussi les musiques anciennes et médiévales, le combat aux armes anciennes et même les ateliers d’époque les plus variés. Pour ces deux jours de fêtes médiévales au château de Foix, la société se chargera de la partie tournoi.

Des fêtes médiévales en musique
avec les troubadours du trio Vagarem

compagnie_medievale_musique_moyen-age_festival_vagarem_troubadoursD_lettrine_moyen_age_passionu point de vue de l’animation musicale, ce sont les troubadours du groupe Vagarem, qui  assureral’ambiance, en donnant des concerts en divers points du château, au fil des deux journées. Ce trio original,  en provenance de trois pays différents, France, Suisse et Autriche propose un répertoire issu des manuscrits anciens, réarrangé de manière festive. et qui puise dans des pièces instrumentales médiévales tout autant que dans des pièces polyphoniques. Concerts de rue animés ou spectacle plus intimiste a capella à l’intérieur d’édifices religieux ou de salles plus modeste, ils ont fait depuis 2010 de la musique médiévale et ancienne leur spécialité.

Voilà pour la sortie du week end, mes amis. Que vous puissiez vous y rendre ou pas, passez une excellente fin de semaine!

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Foix : cinq jours de fêtes historiques et médiévales en terre cathare!

foix_ville_medievale_festival_festivites_moyen-age_idees_sortiesSujet : marchés, fêtes médiévales, événements, festivités, idées sorties, festival historique, lieu d’intérêt, Foix, ville historique
Evénement : Festival Historique
Lieu : Foix (Ariège)
Date : du 9 au 15 août 2016

 

Bonjour à tous,

L_lettrine_moyen_age_passione mois d’août nous régale vraiment de mille festivités sur le thème du moyen-âge au point qu’il s’avère même quelquefois difficile de décider sur quoi nous portons notre attention pour vous donner quelques festivites_marches_fetes_medievales_ville_patrimoine_historique_ariegeidées de sorties ou de week end aux couleurs médiévales. Pourtant, cette fois, il nous est d’autant plus aisé de vous parler de l’événement et des réjouissances qui se préparent à Foix, en Ariège, que cette ville semble, en toute saison, pénétrée de son histoire ancienne depuis les hauts des remparts de son château, jusque dans ses ruelles et dans ses murs. Et même s’il n’y avait une grande fête qui s’y prépare dans les jours qui viennent pour célébrer le moyen-âge, et qui, d’ailleurs, a déjà commencé depuis hier, nous vous recommanderions bien volontiers de vous y rendre en quelque époque de l’année ou à quelque occasion, ne serait-ce que pour la beauté des lieux et ce sentiment de retour dans le temps que le site vous procurera invariablement. Arriver aux abords de Foix est, en effet, plus qu’une étape ou une fin de voyage, toujours une émotion.

La magie du beay château-fort de Foix planté sur son éperon rocheux
La magie du beay château-fort de Foix planté sur son éperon rocheux

Planté sur son immense piton rocheux qui semble surgi de terre comme pour mieux lui permettre de s’approcher du ciel, le château fort de Foix, dont les premières pierres furent posées au début du fetes_historiques_festival_medieval_foix_comtes_chateauXIe siècle est là, majestueux. Il embrasse la ville de son regard de pierre et donne d’emblée le ton. Certes, les comtes de Foix l’ont déserté depuis longtemps et il est aujourd’hui converti en musée départemental de l’Ariège mais vous pourrez valablement le visiter et vous promener sur le haut de ses remparts pour embrasser la vue, et peut-être encore y faire revivre un peu de cette sensation que les seigneurs des lieux ont dû éprouver en s’y tenant, abîmés dans la contemplation de leur domaine ou de leurs gens, tout en bas. Mais revenons donc, pour l’instant, à notre événement et à ces fêtes historiques.

Les fêtes historiques de Foix

foix_idees_sortie_fetes_historique_festival_medieval_en_pays_cathare

D_lettrine_moyen_age_passionu 9 au 15 août 2016, la ville se propose donc de vous faire revivre et même de renouer avec ses traditions festives d’antan. C’est l’association Foix Terre d’Histoire qui organise le tout et vous divertira de ces reconstitutions et autres animations en journée, comme en nocturne et rien n’y manquera pour faire de l’événement un rendez-vous réussi et festif autour du moyen-âge: grande parade, animations de rue, musique, troubadours et saltimbanques, flambeaux et spectacles de cracheurs de feu, marché et campement chateau-fort_de_foix_ville_historique_fetes_medievalesmédiéval, ripailles et banquet animé, ateliers, chasse au trésor pour les enfants, et grand spectacle son et lumière sur les pierres du château en nocturne. Du côté théâtre de rue, des troupes professionnelles seront présentes et il y aura même un feuilleton médiéval joué durant toute la journée dans les belles rues et ruelles de la ville. Autant dire qu’il vous sera difficile de vous ennuyer en cette aube de 15 août dans la jolie ville ariégeoise, bastion antique des comtes de Foix.

Le programme en un clin d’oeil

medievales_de_foix_festivals_animations_fetes_historiques_festivites_moyen-age

Retrouvez plus d’informations sur les fêtes historiques et médiévales de Foix, les prestataires et intervenants ou posez-vos questions si vous en avez, sur le site web de l’association Foix Terre d’Histoire qui fait vivre et anime l’Histoire de la ville comtale depuis déjà plus de cinquante ans.

Un peu d’Histoire sur le comté de Foix
et son incontournable château-fort

I_lettrine_moyen_age_passion copial demeure difficile d’aborder l’histoire de ce chef lieu de l’Ariège (plus petit chef-lieu des départements de France à ce jour) sans parler de son château fort. Sources historiques à l’appui, on date du XIe siècle, cet édifice qui a bien plus que quelques beaux restes, mais on s’entend généralement sur le fait qu’il a été probablement construit près d’un siècle auparavant. Lui avait précédé à l’époque gallo-romaine un fort, ce qui montre bien la puissance de l’emplacement stratégique que représentait déjà ce piton rocheux au pied duquel s’étale désormais la ville.

chateau-fort_histoire_medievale_foix_pays_cathares_comte_foix
Un site naturel d’exception pour un château-fort mythique du pays cathare et ariégeois

Au début du XIe siècle, Bernard-Roger, fils du comte de Carcassone, Roger 1er le vieux s’y installe et devient ainsi le premier comte de Foix. Le comté de foix appartient alors au territoire de Carcassonne. Leurs armoiries (voir blason en haut de page) sont celles de la plan_de_foix_patrimoine_historique_histoire_medievale_comte_de_foixCatalogne et ils se disent eux-même issus d’une branche familiale des comtes de Barcelone. Il n’y aura à cette époque qu’une haute tour cintrée d’une enceinte au sommet du piton rocheux. Cette implantation naturelle hautement stratégique au niveau défensif, conféra  pour longtemps aux comtes de Foix, leur prestige et leur rayonnement et fera ses preuves, notamment, au début du XIIIe siècle, lors des multiples assauts de la forteresse durant la croisade des albigeois. Le Château y deviendra alors le refuge des cathares persécutés et, avec cela, le symbole de la résistance occitane. A l’issue des conflits et même s’il sera épargné par les sièges, le château sera ôté des mains de ses comtes et remis dans les mains du légat des papes, durant quatre années au sortir desquelles il leur sera restitué.

foix_ville_historique_medievale_festival_fetes_festivites_moyen-age

L_lettrine_moyen_age_passion‘âme languedocienne n’a pas toujours été docile au pouvoir central et on retrouvera encore le château et ses comtes tenant tête à Philippe le Hardi et refusant de ployer le genou devant lui dans le troisième quart de ce même XIIIe siècle. Le roi, qui entend bien alors mettre la main sur le Languedoc, ne l’entendra pourtant pas de cette oreille et fera lever une armée pour assiéger le château. Devant les forces en présence et même s’il avait fait fortifier la place, le comte de Foix d’alors, Roger IV finira par se soustraire à la volonté de la couronne.

gaston_phebus_febus_comte_de_foix_histoire_medievaleDans le courant du XIVe siècle, l’héritage du Béarn fut reconnu, et même conquis, peut-on dire, par les comtes de Foix, en la personne de Gaston III de Foix-Béarn, dit encore Gaston de Fébus ou Phebus, « le Lion des Pyrénées »,  après une période houleuse de conflits avec l’Armagnac (ci-contre statue de Fébus au Château de Pau, Béarn). Le chroniqueur Jean Froissart écrira même des lignes élogieuses sur ce riche et puissant seigneur de Foix et du Bearn, guerrier et chasseur émérite et dira de lui:

 » J’ai vu bien des chevaliers, des rois, des princes. Mais jamais je n’en vis qui fut de si magnifique stature et de si merveilleuse prestance. Son visage était très beau, coloré et rieur. Ses yeux étaient verts et amoureux. En toutes choses il était parfait. Il aimait ce qu’il devait aimer, haïssait ce qu’il devait haïr. Il était aimable et accessible à toutes gens et il leur parlait doucement et amoureusement, mais dans son courroux nul n’avait pardon. »
Extrait des Chroniques de Jehan Froissart (1337-1405)

chateau_fort_histoire_medievale_comte_foix_patrimoine_historique_moyen-age

Q_lettrine_moyen_age_passionuoiqu’il en soit, fruit ingrat de la conquête de leur titre en Béarn, le château se verra peu à peu déserté par ses comtes, qui, devenus vicomtes de cette province  préféreront s’installer en béarnais.  La ville ne perdra pas, pour autant, son statut de capitale comtale pas d’avantage que son prestige.

Plus tard dans le temps, au XVe siècle, le château sera converti en prison et le restera durant près de trois siècles. Ce n’est qu’à la fin du XIXe qu’il sera délivré de ce statut pour devenir la pièce unique du patrimoine historique français qu’il est encore aujourd’hui. Même si l’oeuvre du temps ne l’a pas laissé totalement intacte, par sa position élevée autant que par un concours de circonstances historiques, mais aussi par les oeuvres de maintien et de rénovation qui y ont été entreprises, ce bel édifice dont les fetes_historiques_foix_ville_medievale_historique_abbaye_saint_volusiendifférentes composantes témoignent de différentes époques est, encore à ce jour, très bien conservé et très agréable à visiter

Pour dire un dernier mot de l’Histoire de Foix et de son patrimoine historique, il faut encore mentionner l’abbaye de Saint-Volusien fondée à la fin du IXe siècle et dont la dynamique aura permis de faire fructifier la ville et d’attirer à elle un certain développement urbain et économique. Détruite durant  les guerres de religions du XVIe, il ne reste aujourd’hui pas grand chose de l’édifice originel, mais, comme la nature a horreur du vide, une belle église gothique fut construit en son lieu et place au  XVIIe siècle.

actualites_animations_festivites_fetes_medievales_et_historiques_foix
Troubadours, saltimbanques et crâcheurs de feu, théâtre de rue, des festivités 2016 qui promettent d’être hautes en couleurs!

Voilà pour aujourd’hui, mes amis. En bref, si vous avez le grand plaisir de pouvoir vous rendre à ses belles fêtes historiques et médiévales de Foix pour y célébrer la ville et son histoire, n’hésitez pas! Pour les autres qui travaillent, sont trop loin ou ne peuvent s’y rendre dans les jours qui viennent, sachez encore que Foix aime son château autant que son histoire et organise très régulièrement des événements, reconstitutions et animations autour du sujet. Il peut être utile de consulter l’agenda du site officiel de la ville de Foix pour s’en tenir informer.

En vous souhaitant une très belle journée!

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Tout savoir sur les mottes castrales (ou presque): l’épisode vidéo 1 enfin en ligne!

donjon_motte_castrale_video_documentaire_histoire_medievaleSujet : motte castrale, motte féodale, monde médiéval, monde féodal, châteaux à motte, château fort, reconstitution historique
Média : chaîne youtube, vidéo, documentaire
Date de mise en ligne : 14 juillet 2016
Auteur : votre serviteur.

Tout savoir sur les mottes castrales  (ep1)

Bonjour à tous,

L_lettrine_moyen_age_passione premier épisode vidéo de notre série sur les mottes castrales vient enfin d’être publié. La post-production a pris un peu plus longtemps qu’à l’habituel mais l’idée était de donner de la vie et même de l’humour à ce qui finalement a pris la forme d’une vidéo entre la conférence un peu éducative (j’aime à l’espérer en tout cas. :p ) et la ballade médiévale. Quoiqu’il en soit, nous espérons que vous apprécierez. Il y a, derrière chateaux_motte_invasions_moyen-age_monde_medieval_cavalier_hongroistout cela, plus de 250 heures de travail entre les lectures, les recherches, la réalisation du monde 3D, et bien sûr la post-production vidéo.

Au niveau contenu, on peut retrouver dans cette vidéo tous les thèmes abordés à l’occasion de nos différents articles sur la question : le contexte historique, le monde féodal et les invasions « barbares », les conditions d’émergence des châteaux  à motte, etc. Les références historiques et archéologiques y sont nombreuses avec notamment un hommage appuyé aux nobles historiens et archéologues qui dédient leur vie à la recherche de notre histoire et à l’archéologie médiévale de l’école de Caen.

Pour le reste, il nous semblait qu’un tel sujet souvent traité en introduction en quelques minutes quand on parle de l’Histoire des châteaux méritait un peu plus de durée et de détails surtout. Il existe quelques vidéos sur les mottes castrales et leur reconstitution mais elles durent en général moins de deux minutes montre en main. Alors au final des trois épisodes, on ne saura peut-être pas tout mais j’espère au moins que l’on en saura un peu plus.

Les invasions vikings du moyen-âge et leurs visées commerciales mais pas uniquement.

A la croisée des possibles

L_lettrine_moyen_age_passion‘exercice de réunir dans un monde fictif des éléments sus et connus du moyen-âge pour en faire ressentir et vibrer l’Histoire est toujours un peu périlleux. Et même si la tentation du Lyrisme de Georges Duby est louable, au carrefour des possibles reconstitués la frontière est quelquefois glissante. Bref, la prétention d’effleurer quelques vérités est déjà suffisamment grande pour en rajouter, j’espère que vous y trouverez de l’intérêt.

video_moyen-age_invasion_viking_histoire_chateau_fort_motte_castraleIl n’y a, au fond, plus grande chose que d’éveiller les curiosités et de susciter les débats. Alors n’hésitez pas, tout commentaire, remarques ou questions sont les bienvenus.Voilà, cela étant dit, je vous en laisse juger. Pour partager le lien vers la vidéo vous pouvez utiliser le lien de l’article, sinon le lien direct vers la vidéo est ici.

De notre côté, nous nous recollons sur le montage du deuxième épisode que nous avons bien sûr déjà engagé et qui traitera de la vie et des bâtiments de la basse-cour: au programme agriculture, justice, artisanat et religion.

En vous souhaitant une très belle journée et une longue vie!

Frédéric EFFE
Moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

Oeil des siècles, quelques vers aux châteaux et au doux murmure de leurs pierres

Art digital inspiré des ruines du château d'Ogrodzieniec, Pologne
Art digital inspiré des ruines du château d’Ogrodzieniec, Pologne

Bonjour à tous bonne gens,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, j’avais envie de dédier quelques vers aux châteaux, d’ici ou ailleurs. Je n’aurais pas l’arrogance de nommer cela poésie. Faire de la poésie, c’est comme se prétendre « artiste », c’est une définition que seuls les autres peuvent donner, qu’il me suffise déjà d’avoir l’outrecuidance de  publier ces quelques lignes…

Oeil des Siècles

Coquilles d’escargot en spirale indolente,
Qui gravissent les cieux jusqu’à tes dents de pierre
Tandis que l’eau se mire dans tes hauteurs lierres
Tes tours tremblent encore d’émotion retenue
Au souvenir des temps où l’on donnait le cor
A l’assaut de tes murs, à l’assaut de tes rues
D’émotion contenue, tes tours tremblent encore.

Et s’ils te disent ruines, O vénérable ancien,
Le port encore bien droit dedans ta robe altière,
Digne comme un promis que l’on mène à sa belle
A peine effacé, le souvenir revient
Des jours où face aux osts, tu te tenais rebelle.
Tous alors, fols ou rois, redoutaient le courroux
De tes remparts grondants d’une rage tonnerre.

Et cette tour qui penche comme une cicatrice,
A  l’Est de ta ronde, du côté du levant,
Insigne de  victoire dans ta chair pierraille
A  la beauté étrange des blessures refermées
Et des marques guerrières, au large des batailles,
Tes ennemis d’alors ?  Poussière au lit du temps
Leur ambition déchue en régal aux chimères.
Mais toi, oeil des siècles, vieil ami, vieux complice,
Tu te tiens encore là, debout, vibrant et fier.

Et dans l’eau  qui  se pâme aux  langueurs célestes
De tes murailles borgnes aux longs doigts effilés
Raisonnent encore les luths, les vièles et les gestes
Des jongleurs en liesse venus te célébrer.
Trouvères, montreurs d’ours et belles damoiselles,
Dames à la coiffure plus haute qu’un donjon,
Vendeurs ambulants qui vantent leurs chiffons,
Seigneurs, manants, vilains, en fête tout autour,
A la gloire de tes faits, au soleil de tes jours.

Et de ton pont-levis dont il ne reste rien,
Pas plus que de ta grille mâchurée de ferraille,
Moi je sais bien, vieux frère, que c’est coquetterie.
Du sage un peu railleur à la barbe grisaille.
Au jour qui les perce, ces ouvertures qui baillent
Sont comme le sourire édenté de l’ancien,
Des ridules de joie autour de ses yeux gris,
Et qui se rie de nous, nous qui ne savons rien.

Une bien belle journée à tous sur les terres de monde où l’on parle le Françoués.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publilius Syrus  Ier s. av. J.-C

Histoire des châteaux-forts & techniques de siège médiévales. 1. NAISSANCE DES CHÂTEAUX-FORTS.

motte_feodale_butte_châteaux_histoire_monde_medieval_moyenage_passion

D_lettrine_moyen_age_passionans un article précédent, nous abordions le phénomène qui, à partir du Xe siècle, poussa la France (qui n’existait pas encore tout à fait telle que nous la connaissons), à organiser la défense des territoires autour de la personne du « seigneur » et des seigneuries locales, elles-mêmes réfugiées derrière des architectures fortifiées: les mottes castrales. Cette défense des territoires par la construction de forteresses qui évoluerons de la motte castrale de bois et de terre vers les châteaux de pierre les plus élaborés et prestigieux des siècles suivants ouvrira une période particulière que l’on a nommé: l’ère des châteaux-forts.
Aujourd’hui, nous abordons cette question dans une perspective plus large pour nous intéresser à la naissance, la vie et la mort chateau_foix_arièges_merveille_monde_medieval_histoire_moyen-agedes châteaux-forts et partant, pour parler aussi des techniques d’assaut et de siège qui y sont inévitablement associées et en marquent l’évolution. (ci-contre le superbe château de Foix, en Ariège, antérieur au XIIe siècle et dominant la ville depuis son haut promontoire de roche).

Quelques réflexions sur la méthode

Des ambitions modestes pour un sujet glissant

A_lettrine_moyen_age_passionvant d’entrer dans le vif du sujet, il nous faut faire quelques remarques d’importance. Les écrits sur les châteaux-forts et les problématiques qui y touchent ne sont pas nouveaux; certains auteurs les disent même rabattus. Ils doivent pourtant bien trouver leur place sur ce site, puisque nous y traitons du monde médiéval. Or, prétendre aborder le moyen-âge « sous toutes ses formes » sans parler des châteaux-forts ne souffrirait aucune excuse. Comme nous nous efforçons, par ailleurs, de reconstituer quelques unes de ces forteresses médiévales, il paraît aussi pertinent de fournir, ici, quelques bases de réflexion sur ces sujets, en les abordant dans une perspective plus générale, dusse-t’elle être plus glissante. S’il demeure, en effet toujours, de nombreux points d’interrogation quand on se penche sur l’Histoire d’un château en particulier, que dire quand on éloigne le focus pour l’élargir à plus de cinq siècles d’Histoire, dans un contexte ou, de surcroît, si peu de traces nous sont parvenues? L’exercice de l’extrapolation dans les monde_histoire_medievale_chateaux_forts_moyen-age_passionvides laissées se fait bien périlleux. Cet effet bien connu a pour nom scientifique « l’effet peau de banane ». (ci-contre une peau de banane justement)

Rassurez-vous pourtant, nous n’avons pas la prétention de combler seul ces vides, en déclamant des généralités partagées de tous et non vérifiées,  à l’emporte-pièce, simplement pour faire un article:   « Au moyen-âge, les gens disaient… » « Au moyen-âge, les gens pensaient… », le web en est déjà suffisamment truffé et l’exigence de la qualité des sources autant que la méthode comparative resteront nos meilleurs alliés pour aborder ce sujet des châteaux-forts du moyen-âge. Et comme je préférerais toujours mieux la possible ânerie d’un historien à une qui soit mienne sur ces sujets, je m’appuierai courageusement sur des auteurs, en mettant, autant qu’il le semble nécessaire, toutes les réserves que requiert un objet d’étude si vaste. 

Ci dessus, les ruines de château-Gaillard, mythique forteresse normande construite par Richard Coeur de Lion à la fin du XIIe siècle
Ci dessus, les ruines de château-Gaillard, mythique forteresse normande construite par Richard Coeur de Lion à la fin du XIIe siècle

Pour certains chercheurs, l’histoire des châteaux de la période médiévale a été l’objet d’étude de toute une vie, nous en sommes conscient et restons donc extrêmement modestes dans nos ambitions. De fait, au fil de nos lectures sur le sujet, nous avons hésité, plus d’une fois, à mettre un point final à cet article pour le publier. Permettez-moi deux pieds de rimes un brin burlesque pour vous le faire toucher du doigt et s’il se peut, vous faire sourire: c’est le dilemme d’une entreprise folle, entre journalisme et Histoire, pieds fermement ancrés au sol, priant qu’il ne se change en patinoire. Comme toujours, si cet échafaudage semble par trop branlant à un historien ou un amateur éclairé, qu’il se manifeste au débat, avec arguments et faits. Je n’ai jamais eu d’autres exigences que celle d’apprendre et d’échanger.

Pour mettre un peu d’ordre

D_lettrine_moyen_age_passione manière très classique, quand l’on parle d’un sujet si vaste, la première des problématiques consiste à s’intéresser au moment où l’on fait démarrer l’observation et, par là, à préciser le contexte historique qui a vu émerger l’objet que l’on observe. Au fond, qu’a-t’il de si particulier ce phénomène de « l’enchâtellement » pour qu’on puisse ainsi, de manière presque convenue, fixer et dater un point précis dans l’Histoire, en décidant par là qu’il s’agit d’un commencement? N’y a-t’il pas eu dans l’Histoire quelques précédents ou des phénomènes semblables? Au final, il s’agit bien de caractériser l’objet historique dont on parle, pour le situer dans le temps et en faire émerger des particularités. Ce sera l’objet de ce premier article: « Naissance des châteaux-forts ». Nous nous y pencherons, avec Eugène Viollet le Duc, sur les conditions d’émergence des mottes castrales et nous le suivrons  dans ses allégations, ses certitudes et ses hypothèses sur lahistoire_monde_medieval_chateau_fort_moyen-age_Ainay_le_Vieil question. Le deuxième article sur le sujet, que nous avons nommé « Du bois vers la pierre », sera consacré à l’espace de temps qui va de l’émergence des mottes castrales jusqu’au XIIe siècle. Nous en profiterons pour parler d’Histoire des techniques de siège, en allant chercher du côté gréco-romain. Dans un troisième article, nous aborderons l’entrée dans ce XIIe siècle dont on s’accorde encore à dire qu’il est « L’âge d’or des châteaux-forts » (c’est d’ailleurs ainsi que nous avons très originalement nommé cet article sur la question). Nous y parlerons des progrès et des améliorations tant du côté des forteresses que des techniques et engins de siège. Enfin, dans un quatrième et dernier article, nous nous pencherons sur « L’automne des châteaux forts » et les transitions pouvant expliquer ce phénomène de « disparition » des forteresses « gardiennes de territoire », au profit de palais à vocation semble-t’il plus fortement résidentielle que défensive (quoique). (photo ci-dessus le Château-fort d’Ainay-le-Vieil, datant du XIVe siècle)

Le château de Chambord dont on a souvent fait le symbole de la fin de l'ère des châteaux-forts
Le château de Chambord dont on a souvent fait le symbole de la fin de l’ère des châteaux-forts

Avant de conclure sur ces éléments de plans et de méthodes, vous vous demanderez peut-être encore pourquoi  nous avons saucissonné ce grand article en plusieurs? Et nous vous répondrions alors, c’est sans doute parce que le jambon s’apprécie toujours mieux en tranches bien fines; disant cela, je ne plaisante qu’à moitié et ceux qui aiment le jambon le savent très bien d’ailleurs.

1. NAISSANCE DES  CHÂTEAUX FORTS

Héritage, ruptures et continuité 

« Des nains sur des épaules de géants »
Citation médiévale de Bernard de Chartres, XIIe siècle

L_lettrine_moyen_age_passiona protection de territoires par des camps fortifiés, regroupés autour d’un chef de tribu, ne date assurément pas d’hier: palissades, usage de matériaux pour entraver la marche d’ennemis potentiels et leur faire obstacle,  usage de l’élévation (arbres, guérites, …)  pour observer au loin ou gagner en efficacité sur les armes de jets (pierres, flèches, …), usage du feu, sont des choses que l’homme pratique depuis les premiers affrontements tribaux et certainement depuis des temps immémoriaux. Au fond, en cas de sédentarisation et d’agressions extérieures, cela pourrait même nous sembler une forme d’organisation humaine « défensive » naturelle. Sauf à entrer dans le Qu'est ce qu'il a dit?domaine de la protohistoire et encore, je serais presque tenter de pousser jusqu’à la préhistoire, les sociétés humaines n’inventent jamais rien, tout soudainement, et à partir de  rien. (ci-contre, Boniface des « Visiteurs » de Jean Marie Poiré semble s’en étonner).

Quelque soit les phénomènes observés, il doit pourtant bien y avoir une forme de typicité, des particularismes, qui nous permettent de repérer dans l’Histoire des continuités et quelquefois aussi des ruptures, des héritages et des innovations, des contextes particuliers. Et c’est ce qu’il nous faut approcher ici, dans cet article, pour répondre à plusieurs questions : dans quel contexte un type particulier de construction médiévale a pu émerger autour du Xe siècle que l’on a appelé « motte castrale »? En quoi cette construction pouvait-elle contenir, en elle, les germes des châteaux forts qui lui succéderont? Et comment se situe-t’elle dans l’Histoire des forteresses ou des constructions défensives l’ayant précédées? Pour tenter de répondre à toutes ces questions et pour nous accompagner le long de cette promenade historique en ces temps reculés du moyen-âge central, nous suivrons les pas et l’analyse de l’architecte du XIXe siècle, Eugène Viollet le Duc (portrait de lui plus bas dans cet article).

Rappel de quelques éléments de contexte

IXe, Xe siècle. La France en prise aux invasions. Carte retouchée. Voir original sur www.monatlas.fr
IXe, Xe siècle. La France en prise aux invasions. Carte retouchée. Voir original sur www.monatlas.fr

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour rappel, du point de vue du contexte ayant favorisé l’apparition de ce phénomène d’enchâtellement de la France, dont on définit généralement le point de départ aux premières mottes castrales du Xe siècle, on liste un certain nombre de facteurs historiques : pression des vagues d’invasions sur le territoire (voir carte ci-dessus), division de l’empire carolingien dont les héritiers et petit-fils de Charlemagne peinent à maintenir la cohésion et, conséquemment, faiblesse d’un pouvoir régalien central, impuissant à défendre l’ensemble de ses territoires, au moyen d’un armée unique et forte. En plus de la pression d’ennemis extérieurs, viendront également s’ajouter, avec le temps, des tensions locales et intestines entre seigneurs prompts à se quereller sur les frontières établies,  quand ce n’est pas sur la légitimité même de leurs titres.

En suivant les pas de Viollet le Duc
« Pax Romana et influence normande »

viollet_le_duc_chateau_siege_militaire_histoire_medievale_moyen-ageUn peu avant le moment où nous prenons l’Histoire, une longue période de Pax romana a plongé les terres de France dans une relative méconnaissance des Arts de la guerre. Sur le terrain, à la faveur de cette paix et de l’absence de résistance, les francs ont pu, sans difficulté, conquérir la Gaule. Ils y coexistent avec les restes de l’empire romain qui s’y sont sédentarisés, mais ils doivent désormais aussi se la partager avec des normands fraîchement installés qui ont bien l’intention de ne pas se cantonner sagement à leurs terres. Socialement structurés autour du commerce tout autant que des Arts de la guerre, ces derniers conduiront, en effet, des raids sur le territoire aussi loin que les mènent les fleuves. Selon notre auteur, durant cette période du IXe, Xe siècle, l’héritage de l’oppidum gaulois autant que celui des forteresses romaines, a été pratiquement oublié du côté franc et les populations, comme les seigneurs, ne sont toujours pas préparés à se défendre et encore moins l’ensemble de leur territoire; il faut de l’expérience, de l’ingénierie et du métier pour construire une forteresse et surtout la tenir et peu de places sont fortifiées. On n’y a pas consacré le temps nécessaire, mais on a même été, jusqu’à oublier du côté franc, le moyen de les bâtir de manière efficace et tout standard les concernant. Pour résister à ces nouvelles vagues invasions normandes, hongroises et sarrasines, on s’inspire alors « vaguement » du Castrum romain ou même de la villa romaine mais pas toujours.  

A l’opposé, au nord du territoire où ils se sont sédentarisés, les normands  semblent déjà mettre en oeuvre des principes bien plus avancés dans la construction de leur fortifications, n’hésitant pas à utiliser la pierre et respectant des principes plus systématiques dans l’élaboration de leurs défenses.

chateaux_forts_architecture_defensive_histoire_medievale_Viollet-le-Duc
Motte et château franc, de la Tusque à Sainte-Eulalie d’Ambarès, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle; Eugène Viollet-le-duc 1856

« Autres étaient alors les châteaux de France ; ils tenaient, comme nous l’avons dit, et du camp romain et de la villa romaine. Ils étaient établis soit en plaine, soit sur des montagnes, suivant que le propriétaire franc possédait un territoire plane ou montagneux. Dans le premier cas, le château consistait en une enceinte de palissade entourée de fossés, quelquefois d’une escarpe en terre, d’une forme ovale ou rectangulaire. Au milieu de l’enceinte, le chef franc faisait amasser des terres prises aux dépens d’un large fossé, et sur ce tertre factice ou motte se dressait la défense principale qui plus tard devint le donjon.  »
Citations d’Eugène Viollet Le Duc,
Dictionnaire Raisonné de l’architecture française, 1856

Naissance du château :
ni oppidum gaulois, ni castrum romain

D_lettrine_moyen_age_passionu point de vue de l’histoire des forteresses, comme des techniques d’attaque et de défense,  même s’il faut, sur une échelle large de temps, voir une continuité et dans cette continuité, des phénomènes qui peuvent en accélérer ou en favoriser l’évolution, des particularismes et des innovations, à la période qui nous intéresse, Viollet le Duc nous invite donc à considérer une période de rupture opérée par une longue paix romaine suivie d’une relative passivité des francs à structurer de vrais défenses. Selon lui, seuls plusieurs siècles de batailles aguerris, de luttes intestines en guerre de croisades, du Xe au XIIe siècle, permettront d’atermoyer graduellement cette inexpérience dans les Arts de la guerre et du siège militaire, comme dans ceux de la construction de forteresse.

castrum_romain_histoire_medieval_chateau_fort_motte_castrale_viollet_le_ducSuivant ses analyses encore, la naissance du château-fort et l’évolution de la motte castrale vers les forteresses de pierre, ne sont donc pas,  à rechercher du côté de l’oppidum gaulois, oublié depuis longtemps, ni tout à fait du Castrum romain, camp aux visées plus proprement militaires; même si ce dernier aura partiellement et occasionnellement inspiré les francs, leurs premiers châteaux ne témoignent pas d’une véritable filiation avec cette construction romaine. En réalité, Viollet le Duc tranche assez rapidement sur cette question, faisant le constat d’une grande hétérogénéité des châteaux francs dont la construction ne semble pas guider par des standards forts, ni même d’ailleurs par la conscience forte d’un territoire à protéger. Les seigneurs francs se comportent finalement plus en propriétaire terrien, qu’en véritable défenseurs d’un territoire au nom d’une nation. N’y-a t’il eu de contre-exemples qui puissent nuancer le tableau? A l’évidence, il n’en trouve point. (photo ci dessus, reconstitution archéologique du Castrum Romain de Mandeure, IVe siècle, contenant une église paléochrétienne. (1) )

A l’observation des évidences laissées par l’héritage normand et même si notre brillant architecte du XIXe confesse, par moments, du peu de sources sur d’autres aspects, il penche, en tout cas, très clairement en faveur d’une forme d’excellence normande sur laquelle il ne se lasse pas de tarir d’éloges; il faut dire qu’au delà des marques laissées par leur architecture, les victoires et succès militaires qu’ils ont rencontrés plaident largement en leur faveur. Au delà de simplement conduire leurs ennemis de terrain à mieux structurer leurs défenses, cette influence ira pèsera, de manière inévitable, sur leur architecture défensive et sur leurs techniques guerrières dans les siècles suivants, jusqu’à rayonner dans toute l’Europe.

« Toutefois, nous penchons à croire que le château féodal n’est arrivé à ses perfectionnements de défense qu’après l’invasion normande, et que ces peuples du Nord ont été les premiers qui aient appliqué un système défensif soumis à certaines lois, suivi bientôt par les seigneurs du continent après qu’ils en eurent à leurs dépens reconnu la supériorité. »
Citations d’Eugène Viollet Le Duc,
Dictionnaire Raisonné de l’architecture française, 1856

Merveilleus reconstitution d'une motte castrale du Xe, XIe. Plus d'infos sur le blog de ses passionnés sur www.armae.com !!!
Belle reconstitution d’une motte castrale du Xe, XIe. Plus d’infos sur le blog de ces passionnés de monde médiéval  sur WWW.ARMAE.COM !!!

D_lettrine_moyen_age_passionans les temps qui suivront, l’évolution de la motte castrale vers le château-fort sera donc un « assemblage », né au croisement de l’Oppida normand et des premières mottes castrales; et c’est du choc de ces deux mondes que naîtront les fleurons d’architecture du XIIe, mais ceci est une autre Histoire et nous avons déjà, au moins, notre point de départ sur la naissance des châteaux.

Fait d’importance, dans ces forteresses naissantes qui préfigureront les châteaux médiévaux des siècles suivants, le seigneur s’entourera non seulement de ses forces militaires mais aura aussi l’ambition, en plus d’y tenir sa défense, d’inclure le nécessaire pour y vivre et s’y établir: ses gens, ses croyances, et peut-être déjà une certaine forme de confort. Nul doute que cette construction marque aussi le prestige du seigneur qu’elle héberge et qui la construit. Le signaler à son importance puisque, de nombreux débats historiques sur les châteaux-forts et leur évolution, consisteront à s’entendre ou à se mésentendre  sur l’existence de lignes claires qui se déplacent au fil du temps, dans la construction de ces édifices médiévaux: entre visées défensives et prestige, mais encore entre efficience militaire et confort; le critère du confort et du prestige étant celui que l’on utilisera le plus souvent pour marquer l’évolution des châteaux-forts vers les grands palais du XVe, XVe, mais aussi pour repérer la fin de leur ère. Quoiqu’il en soit, cette première forme de forteresse que constituera la butte castrale est la demeure d’un sédentaire plus que d’un conquérant en campagne, un seigneur ancré sur son territoire et ayant l’ambition d’en défendre les contours, plus que sa seule tribu, un homme qui a aussi à sa disposition peu d’hommes expérimentés pour le servir et qui devra miser sur la solidité de ses installations pour se défendre.

« … les troupes de gens de guerre que réunissaient les seigneurs féodaux ne devaient qu’un service limité, quarante jours en moyenne ; on ne pouvait entreprendre avec ces corps armés que des expéditions passagères, des coups de main, et cela explique comment la féodalité crut, dès le XIe siècle, être invincible dans ses châteaux. Il fallait des armées pour attaquer et prendre ces places. Il n’y a pas d’armées où il n’y a pas de peuple ; alors le fait ni le mot n’existaient. »
Citations d’Eugène Viollet Le Duc,
Dictionnaire Raisonné de l’architecture française, 1856

Très belle reconstitution
d’une motte castrale en 3D et en vidéo

Pour conclure
sur la naissance du château médiéval

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour expliquer les particularismes de cette période et aborder la naissance des châteaux à travers la motte castrale, tout autant que la féodalité en gestation, Viollet le Duc nous invite, donc, à considérer une double rupture : la première est historique, c’est une forme de  rupture dans la connaissance des Arts de la guerre et de la construction de forteresses. Cette « ignorance » et ce peu de préparation sont consécutives à une Pax Romana, suivi d’une invasion par les francs, coupés de leur racines d’origine, isolés sur leurs nouvelles terres gauloises, et qui se comportent, vis à vis du territoire qu’ils occupent, plus en chefs de tribu qu’en Seigneurs. L’autre rupture est celle d’un choc entre deux cultures qui se partagent le terrain, l’une « aguerrie et organisée »,  l’autre « peu prête et peu savante » et qui a, de surcroît, encore à peine dans son bagage, les représentations de la défense d’un territoire au delà de sa propre terre, voir même de sa tribu. C’est un avis extrêmement tranché qui ressort de ses analyses et une claire opposition mais qu’il théorise finement et brillamment jusque dans les contours de la féodalité qui suivra. Peut-être serait-il, utile de trouver quelques contre-exemples de terrain qui puisse le nuancer un peu? Si je voulais faire un trait d’humour je dirais que nous sommes en face d’un brillant normand d’un côté et d’un âne franc de l’autre. L’opposition est si forte que pour un peu, j’aurais presque envie de crier, « Au secours! N’y a-t’il pas quelque part, quelque érudit de l’autre bord, même bien caché? » Je vais ajouter, pour faire justice à Viollet le Duc, que son discours s’inscrit dans un contexte historique où les normands, comme les autres envahisseurs de cette France du IXe, Xe siècle avaient été copieusement traités de barbares avant lui; il fallait donc aussi qu’il rétablisse la balance. Par ailleurs, les limites qu’il entrevoit et pointe ici dans la relative indiscipline des seigneurs francs, il les élève par ailleurs puisqu’il en fait une des conditions par laquelle lachateaux_forts_histoire_medievale_viollet_le_duc_moyen-age_passion France n’est pas devenu anglaise.   Pour en percevoir toutes les nuances, le mieux est encore de le lire dans le texte, ce que je vous enjoins à faire. C’est, vous le verrez, une lecture passionnante.

Une chose ressort de tout cela et qui semble certaine, au vue du peu de résistance opposée à ces vagues d’invasion, il faut bien en déduire un déséquilibre militaire et technologique sur le terrain., et la balance penche clairement en faveur des normands. De ce déséquilibre naîtront assurément  les progrès des mottes castrales du Xe et de leur donjon, fréquemment en bois juchés en haut de leur butte, vers une utilisation plus systématique de la pierre et les premiers donjons en pierre du XIe siècle. Par le contexte qui les aura fait naître, ces premières mottes castrales porteront déjà en elles les germes de la féodalité autant que celles du château-fort, et ce sont ces germes qui feront de cet édifice médiéval quelque chose « d’historiquement » particulier.  Et que l’on se réfère explicitement ou non à son auteur, depuis l’oeuvre de Viollet le Duc, c’est bien autour du Xe siècle, par l’émergence d’une forme d’architecture défensive appelée mottes castrales que l’on définit  généralement, ce point de départ « conventionnel » de l’Histoire des châteaux-forts. A ce jour, il semble encore que ses analyses sur ces questions restent largement partagées. 

Je joins encore une image à cette article. C’est une peinture, très belle, qui rend bien compte de l’effet de hauteur donné par la butte castrale pour qui s’en approche. Nous la devons à l’artiste J-Humphries et elle prouve, s’il était besoin, de la fascination qu’exercent encore ces constructions sur certains de nos contemporains.

chateau_motte_castrale_histoire_monde_medieval_moyen-age
« Château et butte castrale », peinture moderne de J-Humphries

Dans le prochain article, nous parlerons des siècles suivants où le bois se substituera peu à peu à la pierre dans la construction des forteresses et nous aborderons aussi les techniques d’assaut et de siège connus depuis l’antiquité.

Merci de votre lecture et longue vie!

Fred
pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes. »

___________________________________________________________________

(1) Voir article ici sur les fouilles archéologiques de l’imposant Castrum romain de Mandeure

Visite virtuelle de l’oppidum gaulois de Corent

Le Château-fort de Bodiam, témoin de la guerre de cent ans, Episode 1

Un Vidéo-documentaire sur le moyen-âge et la guerre de cent ans autour de la reconstitution historique de Bodiam et son domaine

Sujet : le château de Bodiam et son domaine, châteaux et forteresses, architecture médiévale, économie médiévale et féodale.
Période : 1385-1390, fin XIVe siècle, guerre de cent ans
Média : vidéo documentaire, reconstitution du château en 3D
Outil : sand box du jeu 3D médieval engineers

L’histoire du château de Bodiam

E_lettrine_moyen_age_passionn 1385, en pleine guerre de cent ans,  le roi Richard II d’Angleterre accorde au Chevalier Edward Dalyngrigge « l’autorisation de créneler » soit de construire un château-fort pour protéger le royaume contre les « ennemis du roi ».  Nous sommes dans l’Est Sussex, sur les côtes britanniques à quelques kilomètres à vol d’oiseau de Calais et ces ennemis auxquels le roi d’Angleterre  fait  allusion sont les français. Même si nous sommes au milieu d’une video_chateaux_bodiamcourte trêve comme il y en a eu de nombreuses pendant cette période troublée, on craint en effet une invasion par les côtes et l’on compte bien s’y préparer.

Quelques années plus tard, autour de 1390, le château de Bodiam est construit et se tient fièrement au milieu de ses douves et de son domaine. Inspiré de l’architecture philippienne, ce château de pierre très symétrique est encore debout aujourd’hui pour ce qui est de ses remparts et de ses tours au moins; l’intérieur, quant à lui, est en ruine. Même ainsi il ne perd rien de sa superbe ni de sa majesté, et reste extrêmement populaire en Angleterre. Il faut dire que ses pieds qui se reflètent dans l’eau de new_bodiam9son fossé pour le grandir encore, le font paraître à un de ses endroits magiques comme on en trouve seulement dans les contes ou les vieilles légendes.

Un château à la transition de l’architecture médiévale

B_lettrine_moyen_age_passionodiam est considéré par la plupart des historiens anglais comme un château de transition, en ce sens qu’il marque ce moment de l’architecture médiévale et de l’histoire militaire à partir duquel on commencera à construire de plus en plus de palais et de châteaux pour le prestige de leur propriétaire, plus que pour la défense du territoire. Bien sûr, les châteaux ont toujours été une chateau-fort_medieval_bodiam_videogrande marque de prestige pour leur détenteur, mais l’avènement et l’invention en France du trébuchet au milieu du XIIe siècle, autant que la généralisation des armes à poudre et des canons à la fin du XIVe contribueront peu à peu à changer le visage des guerres et l’intérêt des bâtiments de pierre en matière d’architecture militaire défensive.  A leur place, on opposera trebuchetbientôt aux assaillants ou aux envahisseurs un mur de chair, soit des bataillons de terrain et les guerres changeront de forme pour longtemps.

Ascension dans l’échelle sociale et politique ou véritable bâtiment défensif?

D_lettrine_moyen_age_passiones études archéologiques sur son intérieur autant que sur ce qu’il en reste, nous savons que Bodiam contient de nombreux éléments qui en font aussi une demeure de confort : toilettes et facilités, nombreuses cheminées, etc. Devant le peu d’épaisseur de ces murs, sa distance réelle des côtes anglaises (un quinzaine de kilomètres) et un certain nombre d’autres points, mais aussi justement parce que nous sommes dans cette période de transition évoquée plus haut, les débats vont  bon train entre lesnew_bodiam3 historiens anglais pour tenter de répondre aux questions suivantes : Bodiam est-il déjà au delà de cette période de transition évoquée plus haut? Edward Dalyngrigge n’aurait-il pas utilisé cette « licence de créneler », obtenu de son roi, uniquement pour des ambitions politiques à l’intérieur de la noblesse anglaise et particulièrement celle de sa région, afin de se hisser dans les couloirs du pouvoir. Bodiam aurait-il pu être  véritablement efficace en cas d’invasion? Dans le même esprit, on a aussi quelquefois décrit Bodiam comme le vieux rêve d’un chevalier militaire en retraite. Qu’en est-il?

Video sur le château de Bodiam : l’épisode 1.

chateau_fort_bodiam_architecture_medievale

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour répondre à toutes ses questions et pour mieux les appréhender, nous avons reconstitué ici la carte du domaine de Bodiam telle qu’elle se présentait en 1390. Le château et son domaine ont été reconstruits d’après des plans archéologiques. Une maquette située au château de Bodiam actuelle nous a également aidé, ainsi que d’autres documents et cartes anciennes.

chateau_fort_medieval_bodiamDans cette vidéo documentaire, nous nous proposons de mieux cerner le personnage d’Edward Dalyngrigge et sa lignée pour comprendre comment un « simple » chevalier a pu durant cette période médiévale troublée que fut la guerre de cent ans,  parvenir à se hisser dans la noblesse mais aussi à accumuler une fortune suffisamment haute pour pouvoir se construire un château. Jeune militaire ambitieux, adoubé chevalier à vingt ans, Edward Dalyngrigge aura passé sa vie en batailles sur le terrain français, combattant pour des campagnes officielles du roichateau_fort_moyen_age_bodiamd’Angleterre mais ayant aussi fait partie des Routiers, ces « grandes compagnies » qui pillaient et rançonnaient sur le territoire de France dans le courant du XIVe siècle.

pont_levis_architecture_medievale_bodiamNous voulons aussi en profiter dans cette vidéo pour aborder les contrats en place et appréhender ce domaine médiéval tel qu’il se présente après que le château de Bodiam y fut construit, pour mieux cerner l’ambition économique et politique que pouvait avoir Dalyngrigge pour son domaine. On y trouve alors des vilains, un moulin à eau, un jetée pour le commerce fluviale, un pont de pierre, etc. Finalement, à travers ce domaine et cette histoire demoulin_a_eau_moyen-age_bodiam Bodiam, nous abordons le contexte historique de la guerre de cent ans et en profitons aussi pour parler de la guerre de cent ans et aussi d’économie médiévale et féodale.

architecture_medievale_chateau_bodiam_videoLe deuxième épisode que nous vous présenterons bientôt traite, quant à lui , de manière plus précise du château en lui-même, de son intérieur et de ses installations que nous avons également reconstitué  en fonction des données archéologique et historiques connu sur Bodiam.

Bonne vidéo et bon documentaire, et merci encore de votre présence sur moyenagepassion!

Votre dévoué.
Fred

« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publiliue Syrus  Ier s. av. J.-C