Archives pour l'étiquette manuscrits anciens

« Le Salut d’enfer », poésie satirique, fabliau et ronde infernale du XIIIe siècle

humour_medieval_poesie_fabliau_satirique_enfer_moyen-age_XIIIe_siecleSujet : vieux-français, lai, poésie médiévale, littérature médiévale, poésie satirique, poésie morale satire, enfer, fabliau, langue d’oil, oil.
Période : Moyen-âge central XIIIe siècle.
Auteur : anonyme
Titre : le Salut d’Enfer
Ouvrage : Jongleurs & Trouvères, d’après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi, Achille Jubinal, 1835.

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous partons en direction du XIIIe siècle pour un peu d’humour médiéval satirique avec une pièce de choix et presque totalement oubliée. Elle a pour nom le Salut d’Enfer et on peut la trouver notamment transcrite dans un ouvrage d’Achille Jubinal datant de 1835, et ayant pour titre Jongleurs et trouvères.

Les Manuscrits anciens

Cette poésie qui tutoie le style enlevé et humoristique de certains fabliaux, au point que nous serions presque tenté de la considérer comme une émanation du genre, peut être retrouvée dans les deux manuscrits anciens suivants : le MS Français 837 et le MS Français 12603, tous deux conservés à la BnF).

Le premier manuscrit, le MS Fr 837 (consultable ici sur le site Gallica), est à l’origine de la transcription reportée ici. Il est daté de la fin du XIIIe siècle et contient pas moins de 249 oeuvres, à l’écriture gothique appliquée. On y trouve des fabliaux, des dits et des contes en vers.  dont un peu plus d’une trentaine de pièces de Rutebeuf.

Le Salut d'enfer, dans le manuscrit MS Fr 837, de la BnF, département des manuscrits
Le Salut d’enfer, dans le manuscrit MS Fr 837, de la BnF, département des manuscrits

Le Salut d’Enfer, amputé de sa fin, est encore présent, sous le nom de Lai d’Infier dans le MS Fr 12603 (voir sur Gallica ici). Daté du XIIIe au début du XVe siècle, ce manuscrit est une vaste compilation de littérature médiévale, contenant de nombreuses poésies et récits de tous bords. Mêlant auteurs célèbres à d’autres moins renommés ou mêmes anonymes, l’ouvrage présente aussi une large variété de thèmes qui vont des légendes arthuriennes (fragment du Roman de Brut de Wace, Chevalier au lion de Chrétien de Troyes, …)  jusqu’aux fabliaux, en passant même encore par des chansons de geste d’Ogier le Danois ou des fables de Marie de France.

fabliaux_poesie_satirique_trouveres_jongleurs_moyen-age_central_manuscrit_ancien_moyen-age_central_XIIIeEnfin, pour finir ce petit tour d’horizon sur les origines sourcées de notre satire du jour, on retrouvera encore quelques uns de ses vers au sein d’une autre pièce intitulée Les XXIII Manières de Vilains, présente dans le Manuscrit Français 1553 (MS Fr 1553), daté du XIIIe.

Ce dernier texte étant lui aussi demeuré anonyme, on ne sait pas si son auteur, est le même que celui du Salut d’Enfer ou si, au contraire il a plutôt emprunté des parties de l’original pour les intégrer à son oeuvre. Les XXIII manières du vilain, qu’on connait encore comme « Des vilains », comptent parmi ces textes dont la violence satirique contre les vilains pourrait presque être choquante si nous ne savions les replacer dans leur contexte (Voir notre article sur les vilains des fabliaux). Elles furent également publiées, par A Jubinal dans un petit précis d’un peu plus de trente pages datant de 1834.

Gastronomie Infernale et satire sociale

S_lettrine_moyen_age_passionur le fond, ce Salut d’Enfer est donc une pièce satirique et humoristique. Sur un ton caustique et moqueur, son auteur nous conte ce qui se passe aux Enfers dans une grande ronde qui met en scène des formes élaborées de gastronomie infernale. Comme nous le disions plus haut, on y recroise le ton bonhomme et rigolard, de certains fabliaux.

On retrouve aussi dans sa conclusion quelques traces laissées par les tensions des invasions et des croisades. Autant le dire, cela ne constitue pas ce qui nous a semblé le plus intéressant à relever ici. Le défilé des nombreux métiers, professions de foi et personnes empruntés à la société du XIIIe siècle (magistrats, financiers, faux abbés, faux moines, bigots donneur de leçons, etc…), qui s’y trouvent rôtis par l’auteur, aux côtés des criminels les plus notoires, nous a semblé largement plus drôle et, plus propice aussi, à approcher l’humour médiéval satirique, son impertinence, ses moqueries poesie_satire_enfer_medieval_bible_enluminure_manuscrit_MS_harley_1526_XIIIe_siecleet ses cibles très larges et très nombreuses.

vision médiévale de l’enfer
Miniature, Bible moralisée Oxford-Paris-Londres, MS Harley 1526 (XIIIe siècle)

D’un point de vue linguistique, comme son vieux français est assez loin du nôtre, nous vous donnons ici de nombreuses clés de vocabulaire pour en faciliter la compréhension. Une partie d’entre elles est empruntée à l’ouvrage de Achille Jubinal cité en-tête d’article. Toutes les autres sont issues de recherches personnelles et d’une plongée en règle au coeur de différents dictionnaires (le Godefroy court, le Saint-Hilaire et le très exhaustif dictionnaire de La Curne de Sainte Palaye, entre autres). Tout cela étant dit, place à la farce.

deco_frise
Le Salut d’Enfer 

HAHAI! hahai! je sui venus;
Saluz vous mande Belzébus, .
Et Jupiter et Appollin.
Je vieng d’enfer le droit chemin,
Noveles conter vous en sai,
Qu’anuit en l’ostel herbregai,
En la grant sale Tervagan* (nom du diable).
La menjai .j. popélican* (financier)
A une sausse bien broié,
D’une béguine* (bigote) renoié* (renégate),
Qui tant avoit du cul féru* (de ferir : frapper),
Qu’ele l’avoit tout recréu* (fourbu).
Cele nuit fui bien ostelez,
Quar de faus moines et d’abez
Me fist l’en grant feu au fouier,
Et par devant et par derrier.
Me servoient faus eschevin* (magistrat),
Mes ainz que je fusse au chemin,
Lendemain m’estut-il mengier.
Belzébus fist appareillier
.J. userier, cuit en .j. pot;
Après faus monnoiers en rost,
.Ij. faus jugeurs à la carpie* (sauce),
Et j. cras moine à la soucie* (sauce),
Estanchiez* (repu) fui d’avocas,
.J. entremès qui fist baras;
A mengier oi à grant plenté* (à foison);
En tout le plus lonc jor d’esté
Ne vous porroie raconter,
Ne escrire, ne deviser,
La grant foison d’âmes dampnées
Qui en enfer sont ostelées.

De champions et de mordreurs* (meurtriers),
Et de larrons et de robeurs* (voleurs),
Faus peseur, faus mesureeur,
Cil i parsont (portion ? partage) bien asseur* (en sécurité, assuré);
De papelars* (bigots) et de nonnains* (nonnes)
Est noz enfers auques* (n’est pas encore) toz plains.
Li cordelier, li jacobin,
Qui escritrent en parchemin
La confession des béguines,
Et les péchiez que font souvines* (couchés, renversés sur le dos);
Li noir moine i sont mal venu,
Por ce que il ont trop foutu; (foutiner se battre)
Si en sont batu en chapitle.
Li blanc moine n’i sont pas quite,
Quant l’en i doit chanter à note
Dedenz enfer à grant riote* (discussion, querelle).
De cels aus sas et aus barrez* ( frères en sac et frères barrés ou bariolés : les Carmes)
Est noz enſers mal ostelez* (loger) ;
Por ce que dras orent divers (parce qu’ils ont des habits différents)
Vont en enfer cus descouvers.

Noz enfers est de grant afère,
Quar nus n’i veut entrer ne trère* (s’y rendre, y aller)
C’on n’i reçoive liement* (joyeusement, avec douceur).
Par la coille* (testicule) qui ci me pent,
Je vous di voir* (vrai), ne vous ment mie :
En enfer est ma dame Envie,
Qui garde la porte et l’entrée;
Luxure i est trop honorée ;
De clers, de moines, de Templiers,
De prestres et de chevaliers,
Est Luxure dame clamée
Et mult forment d’aus honorée,
Trestout ausi comme roine :
Qui miex vaut plus profond l’encline. ‘
J’aporte d’enfer grant pardon,
De Tervagan et de Mahom,
De Belzébus, de Lucifer,
Qui vous puist mener en enfer.

Explicit le Salut d’Enfer.

deco_frise

Une belle journée à tous.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes

« De la joie que désir tant », la lyrique courtoise du trouvère Gace Brulé par l’ensemble médiéval Oliphant

musique_danse_moyen-age_ductia_estampie_nota_artefactumSujet : musique médiévale, chanson médiévale, amour courtois, trouvère, vieux-français,  manuscrit du Roy, fine amant,
Période :  XIIe,  XIIIe, moyen-âge central
Titre: De la joie que désir tant 
Auteur :  Gace Brulé  (1160/70 -1215)
Interprète :  Ensemble Oliphant
Album: Gace Brûlé (Alba Records, 2004)

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous revenons aux trouvères des XIIe, XIIIe siècles avec une chanson médiévale de l’un des plus célèbres d’entre eux : Gace Brûlé. C’est une pièce de lyrique courtoise et l’interprétation que nous vous proposons, ici, nous provient de l’Ensemble Oliphant, dont nous aurons l’occasion de dire un mot.

Attribution dans les manuscrits

Dans son ouvrage de 1902 sur les Chansons de Gace Brûlé, Gédéon Huet classait l’attribution de la pièce au trouvère comme « douteuse », tout en la définissant, tout de même, comme « très probablement authentique ». Elle est, du reste, généralement admis depuis, gace_brule_chanson_trouvere_medievale_manuscrit_du_roy_fr-844_moyen-centralcomme telle.

(ci-contre la chanson « A la joie que désir tant » dans le Français 844 de la BnF –
( consultez-le sur Gallica ici )

Du côté des manuscrits anciens, on la retrouve notamment attribuée au trouvère (« Messire Gasse ») dans le Français 844 (MS fr 944 ou Manuscrit du Roy) et encore dans le Français 12615 (MS fr 12615, connu encore sous le nom de Chansonnier de Noailles ), tous deux consultables sur le site de la BnF.

Gace Brûlé « De la joie que désir tant » par l’ensemble Oliphant

L’Ensemble Oliphant,  le moyen-âge des trouvères français en Finlande

D’origine finlandaise, l’ensemble médiéval Oliphant s’est formé dans le courant de l’année 1995. Il compte, à son bord, des musiciens spécialisés dans le répertoire des musiques anciennes et s’est donné comme champ d’exploration un répertoire qui va du XIIe siècle et ses moyen-age_musique_chanson_ensemble_medieval_oliphantchants de trouvères ou même de Minnesangers allemands aux chants polyphoniques de l’Ars Nova et du moyen-âge tardif.

Après un premier album consacré aux chants de croisades,  largement salué par la critique, lors de sa sortie, en 2000, la formation médiévale se proposait, en 2004, de faire redécouvrir l’oeuvre de Gace Brûlé avec un album qui portait comme titre le nom du trouvère champenois et qui comportait 14 chansons de ce dernier, servie par la voix de la soprano Uli Kontu-Korhonen.

Pour l’instant et du côté import, il semble que les enchères soient sérieusement montées sur cet album même si l’on en trouve quelques exemplaires d’occasions à des prix plus abordables. Pour l’obtenir, le plus raisonnable serait, sans doute, d’attendre un peu ou de se le faire adresser directement depuis le site de son distributeur.

chanson_musique_medievale_trouvere_gace_brule_ensemble_oliphant_moyen-age_centralAprès cette production, dans le courant de l’année 2006, l’ensemble finlandais sortit un nouvel album sur les  trouvères  de la France médiévale et, un peu plus tard, en 2010, leur quatrième et dernier album (à ce jour) voyait le jour. Il prenait, cette fois, pour thème les Minnesängers et des chansons de l’Allemagne médiévale.

Du côté de l’actualité d’Oliphant, on ne trouve guère, depuis, de quoi se mettre sous la dent, Leur site web officiel n’a, en effet, pas été actualisé depuis fort longtemps et du côté album, à tout le moins, l’ensemble est en sommeil, s’il ne s’est pas simplement dissolu.

deco_frise

De la joie que désir tant
Chanson XLIV

De la joie que désir tant
D’Amors qui m’a a soi torné,
Ne puis lessier* (renoncer) que je ne chant
Puis que ma dame vient a gré,
En cui j’ai mis cuer et pensé,
A trestote ma vie;
Mes trop me font ennui de lé* (de laier abandonner, laisser)
Cil cui Deus maleïe* (de malaier : maudire).

A tel fes* (de faire) joie sens talant,
Por s’amor, que de mon cuer hé* (de haîr) :
Félon, losengier* (calomniateur), mesdisant
Dont deable font tel planté
Que trestote lor poësté* (puissance)
Tornent en félonie,
Qu’ainçois sont de mal apensé
Que l’amor soit jehie.* (de gehir : avouer, confesser)

Petit puet lor guerre valoir
Quant ma dame voudra amer,
Et s’ele a talent ne voloir
Du plus loial ami trover
Qui soit, dont me puis je vanter
Qu’a haute honor d’amie
Ne porroit nus amis monter
Por nule seignorie.

Se longue atente et bon espoir
Ne me font joie recovrer,
Donc m’a Amor traï por voir,
Qui toujours la me fait cuider;
Mes uns vis m’en doit conforter
Qui mainte ame a traie ;
Et si sai qu’en désespérer
A orgueil et folie.

Bele douce dame, merci
De moi qui onc mes ne fu pris
D’Amors, mais or m’en est ainsi,
Qu’a toz amans m’en aatis* (de aatir : défier):
De cuer vos pri volenteïs
Qu’en vostre compaignie
M’acueilliez, ainz qu’il me soit pis,
De felenesse envie.

Dame, moût ai petit servi,
A tel don com je vos ai quis* (de querre : démandé) ;
Mes mes cuers vers vos a plevi* (de plévir, a promis, s’est engagé)
D’estre li plus leaus amis
Dou mont; si le serai toz dis ;
Qu’Amor n’ai pas lessie* (de laissier, abandonner, renoncer),
Ains est tote en moi, ce m’est vis,
Tant qu’a loial partie.

Odin (1) pri et mant et devis
Que ceste chanson die
A ceus qu’il savra ententis* (soucieux)
D’amer sens tricherie.

(1) Gace Brûlé fait référence dans quelques unes de ses chansons à ce Odin. Il s’agit d’un de ses contemporains dont l’identité demeure inconnue, à ce jour. Selon Gédéon Huet (opus cité), il pouvait peut-être s’agir du jongleur du trouvère. Le dernier paragraphe de cette chanson pourrait, en effet, le suggérer.

deco_frise

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Cultures viking(s) et études médiévales : les danois vont-ils perdre leur vieux norrois ?

culture_viking_etudes_medievales_norrois_islandais_moyen-ageSujet : langue médiévale, langue ancienne, norrois, islandais, vieux danois, viking, culture vikings, histoire médiévale, Europe médiévale, études,  actualité médiévale,
Période : haut moyen-âge, moyen-âge.
Titre : suppression de l’enseignement du vieux norrois et de l’Islandais à L’Université de Copenhague, Danemark.
Source : Uniavisen.dk
Bonjour à tous,

T_lettrine_moyen_age_passionriste nouvelle, l’Université de Copenhague a récemment annoncé qu’en 2019, elle devrait cesser de proposer des cours dans certaines matières et notamment dans certaines langues rares ou historiques comme le vieux danois, le vieux norrois et l’Islandais moderne.

La nouvelle s’inscrit dans le cadre de nouvelles mesures d’économie et de « re-priorisation » demandées par le gouvernement du Danemark à ses Universités, mesures qui auraient conduit le doyen de la faculté de Sciences Humaines de Copenhague, à établir un minimum exigible de 30 étudiants par classe, afin de pouvoir les maintenir.

Au coeur des recherches sur le Nord médiéval et les vikings

Etroitement associées aux études historiques, ces langues nordiques anciennes sont au coeur de la compréhension du Nord médiéval et bien sûr des cultures vikings du moyen-âge.

Depuis plus de deux siècles, l’Université de Copenhague s’est affirmée mondialement comme un des centres pilote de recherche dans ces domaines, autant que de maintien des patrimoines symboliques et culturels qui leur sont attachés. La chose est d’autant plus ennuyeuse que la collection Arnamagnæan, la plus importante collection d’ouvrages en Islandais ancien (hors de l’Islande), s’y trouve conservée.

etudes_medievales_langues_viking_norrois_islandais_universite_copenhague_collection_Arnamagnæan
La collection Arnamagnæan de Copenhague, plus grosse collection de manuscrits anciens islandais hors l’islande

Même si quelques Universités prestigieuses, de par le monde, proposent l’enseignement de certaines de ces langues (notamment l’Islandais), en cessant de former ses propres étudiants et futurs chercheurs à leur apprentissage, le Danemark se priverait, sur site, d’outils et de compétences précieuses dans ces domaines ; à terme, leur compréhension globale s’en trouverait, nécessairement, affectée.

Bras de fer ou Impasse ?

L_lettrine_moyen_age_passione doyen de la faculté concernée, Jens Erik Mogensen,  affirme qu’au vue des économies qui lui sont demandées, il n’a d’autres choix que de définir ce nouveau « plancher » de 30 étudiants pour pouvoir maintenir le cursus, tout en précisant qu’en cas d’aide gouvernementale, les cours seraient, bien sûr, maintenus en 2019. Il faut savoir que ce seuil n’est jamais atteint dans des matières aussi pointues puisque le taux de remplissage n’en accède que rarement le 1/3 (voire moins). Par le passé, une aide gouvernementale avait d’ailleurs été accordée pour favoriser l’étude etudes_medievales_langues_anciennes_viking_norrois_islandais_universite_copenhague_collection_Arnamagnæande ces langues historiques mais elle avait été supprimée en 2010.

L’universitaire se montre, quoiqu’il en soit, bien déterminé à arracher les subsides suffisantes pour maintenir l’enseignement de ces matières.

« C’est vraiment dommage qu’il n’y ait pas de financement pour, disons, le vieux norrois, pour lequel l’UCPH est reconnue dans le monde entier. Il est question ici d’une compétence dans le domaine des Sciences Humaines que nous perdons en tant que société  (…) Je me battrai pour obtenir une subvention sur ces langues qui ont du sens pour le Danemark puisque ces sujets ne sont pas financièrement viables sans cela. La plupart d’entre eux sont liés à des sujets de recherches pour lesquels on ne peut parler d’un marché du travail grand ouvert, ni attendre un grand nombre d’admissions »
Jens Erik Mogensen  
Source : uniavisen.dk (trad. moyenagepassion)

Dans le contexte des mesures récentes prises par l’Etat danois pour économiser près de 160 millions de couronnes,  en grignotant sur les crédits alloués aux Universités, il demeure difficile de préjuger de l’issue de ce bras de fer mais il ne semble pas, en tout cas, se résumer à un effet d’annonce..  Dans un monde du tout économique, l’éternel débat entre culture, éducation, « humanités » ou sciences humaines, d’un côté, et sacro-sainte loi du marché, de l’adaptabilité et de la performance de l’autre, n’en finit, décidément, jamais de se poser.

En vous souhaitant une très belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen-âge sous toutes ses formes.

A la découverte du roman arthurien en vers et de la codicologie avec Richard Trachsler

video_conference_histoire_medievale_ecole_nationale_des_chartesSujet : codicologie, légendes arthuriennes, corpus, popularité, auteurs, chrétien de troyes, codex, manuscrits anciens
Période : moyen-âge central
Média  : vidéo-conférence
Titre :  Le roman arthurien en vers. Profil codicologique d’un genre littéraire
Conférencier :  Richard Trachsler, professeur de littérature française et occitane du Moyen Âge
Lieu : Ecole nationale des chartes (2017)

Bonjour à tous,

C_lettrine_moyen_age_passion‘est une conférence que certains trouveront peut-être  un peu  ardue que nous partageons aujourd’hui. Donnée par Richard Trachsler, professeur de littérature française et médiévale à l’Université de Zurich, sur l’invitation de l’Ecole nationale des chartes, elle aborde les légendes arthuriennes en vers, leur corpus, autant que  leurs différents auteurs, sous un angle original. Plutôt que de s’attacher au  codex_manuscrits_anciens_codicologie_legendes_arthuriennes_graal_conferences_moyen-age_litterature_monde_medievalcontenu même, l’approche proposée ici est, en effet, celle de la codicologie, cette discipline  qui s’intéresse aux codex et aux manuscrits anciens en tant qu’objets matériels et archéologiques.

Outre ce que l’on peut y apprendre sur les formes prises par le corpus de légendes arthuriennes (prose ou vers), sur ses auteurs, sur leur « possible » popularité, etc, un des autres grands intérêts de cette intervention est donc de nous permettre de découvrir véritablement cette science des codex et de mieux comprendre les préoccupations autant que l’approche méthodologique du codicologue face aux  sources documentaires en sa possession. Comment resituer l’oeuvre littéraire dans son monde et dans son temps à travers l’étude des documents et sources matérielles qui nous sont parvenus ? Comment mesurer la popularité d’un auteur médiéval ?  A  quel patient travail  de tri, de comptage, d’identification, de comparaison, faut-il  faire face pour avancer et tenter de reconstruire la réalité de l’oeuvre dans son contexte historique ?  Avec quel souci et de quelles précautions doit-on encore s’entourer pour faire des déductions scientifiques sérieuses et réalistes ?

Le roman arthurien en vers.
Profil codicologique d’un genre littéraire

(n’hésitez pas à monter le son , le niveau de prise de son est bas.)

Richard Trachsler, littérature médiévale et légendes arthuriennes

S_lettrine_moyen_age_passionpécialisé dans le domaine de la littérature du moyen-âge et de la Renaissance française, Docteur Es lettres, jeune professeur émérite et brillant d’origine suisse, Richard Trachsler a enseigné la littérature française médiévale à la Sorbonne et est, depuis 2012, professeur de littérature française et occitane du Moyen Âge à l’Université de Zurich.  Reconnu pour son expertise et ses merlin_boron_propheties_Richard_Trachsler_litterature_medievale_codicologie_legendes_arthuriennestravaux dans le domaine des légendes arthuriennes, il intervient activement sur le sujet et on lui doit de nombreuses publications et ouvrages sur la question dont une étude  sur les prophéties de Merlin  de Robert de Boron qui reste un de ses sujets de prédilection. Il est également, depuis 2012, président de la section suisse de la Société Internationale arthurienne.

Outre sa charge de cours et les nombreuses conférences qu’il donne sur des sujets ne se limitant pas nécessairement aux légendes arthuriennes,  Richard Trachsler est également directeur de plusieurs collections  dans le domaine de la littérature et la civilisation médiévale.

Encore une fois,  dans cette excellente conférence proposée ici sous l’égide de l’Ecole nationale des chartes, il nous en apprend au moins autant  sur les légendes arthuriennes et leurs auteurs. que sur  la codicologie,  et il faut lui rendre grâce  d’une grande transparence dans son approche pour nous faire partager ses doutes, autant que pour pointer du doigt les limites et la complexité du travail  de reconstruction. Qui sait ? Au final, cette conférence sera  peut-être  de nature à susciter quelques vocations chez certains d’entre vous ?

Pour le reste, n’oubliez pas que l’Université   d’été de  l’Ecole nationale de chartes  ouvrira bientôt ses portes au grand public pour une semaine de formation d’exception autour de l’histoire médiévale et du patrimoine.

En vous souhaitant une excellente journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Manuscrits et codex anciens du moyen-âge central au moyen-âge tardif: au fil de l’exploration

manuscrits_codex_anciens_exploration_poesie_litterature_musique_medecine_monde_medieval_moyen_ageSujet : manuscrits anciens, codex, ouvrages anciens,  découverte. médecine, littérature, poésie, musique, chansons médiévales.  découverte, exploration du monde médiéval
Période : bas moyen-âge
Médias : sources et articles.

Bonjour à tous,

I_lettrine_moyen_age_passion copial demeure difficile de s’intéresser  sérieusement au moyen-âge sans effectuer des recherches à la source des documents, codex et autres manuscrits anciens qu’il nous a légués. Après plus d’une année d’exploration de la médecine, la poésie, la littérature, les enluminures, les chansons et la musique en provenance du monde médiéval, nous en avons identifié pour vous un certain nombre.

Comme ils touchent des catégories variées du site, Ils sont  un peu disséminés dans ses contenus et ne se trouvent pas regroupés sous un item de menu séparé, aussi pour faciliter vos recherches sur la question,  et si vous êtes intéressés par le sujet, il peut vous être utile d’utiliser ce  lien :

Explorez les manuscrits anciens sur moyenagepassion.com

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.