Archives pour l'étiquette Normandie

festival Cidre et Dragon 2017, le médiéval fantastique s’invite en Normandie

festival_medieval_fantastique_cidre_et_dragon_merville_franceville_normandie_calvadosSujet : festival médiéval, univers fantasy, idées sortie, week end. moyen-âge imaginaire, médiéval fantaisie. fantastique.
Lieu :  Merville Franceville,   Calvados, Normandie
vénement  : festival Cidre et Dragon 2017
Date : 16 & 17 septembre 2017

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionu titre des rares fêtes ou célébrations qui s’inscrivent résolument dans l’univers du médiéval-fantastique (ou fantaisie), il faut, depuis plus de dix ans maintenant, compter avec le festival normand Cidre et Dragon  qui a lieu, chaque année, autour de la mi-septembre. Ce week end, la cité de Merville Franceville qui propose et héberge ce grand événement se changera donc une fois de plus agenda_fetes_festival_medieval_fantastique_fantaisie_cidre_dragon_normandie_calvadosen Merravilla. Quoi t’est-ce que c’est quoi donc que Merravilla ?, me demanderez-vous peut-être et je vous répondrai sans détour, en empruntant ces mots aux organisateurs du festival qu’elle est « le carrefour des mondes de l’imaginaire, du fantastique, du médiéval et de la fantasy, une ville franche et sacrée, un lieu où les aventuriers se retrouvent pour partager le récit de leurs aventures et en vivre de nouvelles » Voilà donc le cadre posé.

Un programme médiéval fantastique
à la célébration du moyen-âge imaginaire

R_lettrine_moyen_age_passionappelons  ici que, d’année en année, le festival Cidre et Dragon semble bien s’imposer comme un des plus grand rassemblement médiéval fantastique en terres de France. L’édition 2016 a connu une fréquentation record de plus de 100000 visiteurs et, à l’occasion de  cette 11e édition,  l’événement, toujours organisé par les passionnés et fondus de médiéval fantastique de l’Association Raid Tolkien et la mairie de Merville-Franceville  est bien parti pour réitérer le même succès et, pourquoi pas, on leur souhaite en tout cas, le dépasser.

Pour ces deux jours pleins, on retrouvera donc ce mélange de monde médiéval, de fantaisie et de steampunk particulier à ce festival  et des troupes férues de reconstitution historique côtoieront joyeusement dans les rues de la ville  cidre_dragon_fetes_festival_medieval_fantastique_steampunk_fantaisie_normandie_moyen-age_imaginairedes troupes artistiques plus orientées sur le moyen-âge onirique et imaginaire. Autant le dire, le nombre de compagnies, d’artistes et d’animations attendus est impressionnant et ne laissera guère de place à l’ennui.

Compagnies médiévales, artistiques, musiciens, arts de rues,  camps et villages thématiques

Le clan du corbeau blanc et Tao touch’atout  – Les Arpenteurs​ ​de Guldrasyl – La Compagnie du Dragon   de Fer – Pagan noz Free hug to the troll –  La Breizh Steam Punk Company – Steammedvik (village et artisans) – Compagnons de la mémoire d’antan – Spathae cadomum –  Rônin piraetes – Watah sista – Raid tolkien – Archery tag – Entre chien et loup – Les Bayeux nains – Lames normandes – Les bretteurs de Normandie – Gardiens de Midgard – Copaings d’Esculape (village viking historique) – La troupe notre dame – Tradinormand -Fileuse d’embaras – Nessamelda – Cie Ehop – Puck company Trolls – Dragon de fer Le théâtre de l’étrange – Arcadia Musique.

Marché Médiéval avec un coin dédié spécialement à des démonstrations d’artisanat et de savoir-faire médiévaux, village Steampunk, campement Fantastique, camp viking historique, village spécial pour les enfants,  jeux, grandes parades, arts, musique, danse et théâtre de rue en continu, il y aura aussi, cette année comme la précédente un pôle dédié aux auteurs et illustrateurs du genre médiéval fantastique et fantaisie que les organisateurs nous fetes_festival_medieval_fantastique_fantaisie_normandie_cidre_dragonpromettent plus grand encore que celui de l’an passé; ils seront en effet plus de vingt sur place à présenter et signer leurs oeuvres.

Une grande aventure scénarisée

Comme à l’habitude, ce festival à nul autre pareil et dans lequel on reconnaît bien la pâte « rôliste » vous conviera à une aventure thématique qui traversera tout l’événement. Pour y participer,  il conviendra de choisir un clan entre les quatre suivants : Brasiards, Venguins, Brumeux, Spectraux. Nous vous renvoyons au site officiel du festival pour plus de détails sur chacune de ces factions.

Marque encore de cette référence incontournable à l’univers ludique et aux jeux chers au médiéval fantaisie, une avenue entière de la ville leur sera dédiée entre jeux de plateau, figurines,  jeux de rôles, de cartes ou d’ambiance avec de grandes animations spéciales, notamment, le samedi en soirée.

Tout le programme du Festival Cidre et Dragon 2017

Concerts nocturnes et folk metal
le temps fort du samedi soir

D_lettrine_moyen_age_passionans la longue liste des temps forts du Festival Cidre et Dragon, n’oublions pas, bien sûr, les grands concerts du samedi, du début de soirée jusqu’aux heures avancées de la nuit. Cette année, les trois groupes présents pour mettre le feu seront : les Alsaciens d’HAEREDIUM  avec leur « Metal folklorique », suivi des allemands du groupe GRAILKNIGHTS, spectacle Metal au ton humoristique et épique sur le thème du Sacré Graal. Enfin, pour rester dans le ton folk Metal du goût de cette programmation 2017, c’est le  groupe suisse ELUVEITIE qui clôturera cette partie musicale de l’événement.

festival_fete_medieval_fantaisie_fantastique_cidre_dragon_2017_concerts_folk_metal

En vous souhaitant une excellente journée et un très bon festival Cidre et Dragon si vous vous trouvez du côté de la Normandie ce week end et si vous avez la chance de vous y rendre.

Frédéric EFFE.
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Château de Falaise : une fête médiévale sur les traces de Guillaume le Conquérant

armoirie_blason_heraldique_falaise_chateau_forteresse_normandie_fetes_medievaleSujet : fêtes, animations médiévales, marché  médiéval,  vie au moyen-âge, tournois, joutes, lices, combat médiéval.
Evénement: 15e fête médiévale de Falaise
Lieu :
 Château de Falaise, Calvados, Normandie
Dates : samedi 12 et dimanche 13 août 2017

Bonjour à tous,

T_lettrine_moyen_age_passionoujours au titre de l’agenda médiéval de ce week end, nous vous avons déjà parlé des médiévales de Brignoles dans le Var, de la bataille de Castillon qui se rejoue toutes les fins de semaine en Aquitaine jusqu’à la mi-aout, et encore plus spécifiquement pour les Fans de la série Kaamelott du Rassemblement du Corbeau dans la région de Tours et il nous faut ajouter à tout cela pour cette fin de semaine, les fêtes et animations du Château normand de Falaise, dans le Calvados.

fetes_animations_medievales_chateau_falaise_nomandie_guillaume_le_conquerant

Au programme des 15e médiévales
du château de Falaise

S_lettrine_moyen_age_passioni, à l’occasion de ces 15e fêtes médiévales de Falaise, il est, bien sûr, avant tout question de divertissement et d’amusement, l’histoire vivante n’y sera pas négligée pour autant. Ainsi durant l’événement, les organisateurs vous convient entre autres animations théâtrales, musicales ou festives à un tournoi équestre et plus précisément, à des joutes médiévales à la façon du XVe siècle, suivant un cérémonial « rigoureusement reconstitué ».

fete_animations_compagnies_marche_medievale_chateau_falaise_normandie

En dehors de ces joutes très spéciales et des animations permanentes,  il y aura encore, pour compléter la fête, un marché médiéval, des camps pour découvrir l’artisanat et la vie au moyen-âge, mais aussi des démonstrations de tirs de machines de guerre et, des spectacles équestres et combats médiévaux animés par des reconstituteurs passionnés d’histoire.

fetes_animation_medievale_chateau_forteresse_falaise_normandie_tournoi_joute_XVe_reconstitution_histoire_vivante_moyen-age_tardifCompagnies médiévales et mesnies présents sur place

La Cie théâtrale Sembadelle – Trébuca et les Coqs de Brume –  la Confrérie de l’Arc en Main – Les Écuyers de l’Histoire, Peloton XVe – Barba Jovis – Fidelis Normannorum – Fratres & Milites – La Cie Aisling 1198

La fête ne sera pas qu’au château mais aussi autour et pour les grand faim et soif, vous pourrez, bien entendu, vous restaurer sur place, ou même dans les nombreuses tavernes   et restaurants de la ville qui se feront, à n’en pas douter, un plaisir de vous accueillir et de vous sustenter.

 Télechargez le programme complet de la fête médiévale du château de Falaise

Visitez la page Facebook officielle du château

Vous l’avez compris, si vous êtes du côté de la Normandie cette fin de semaine, voilà une excellente opportunité d’aller voir de plus près la célèbre forteresse où naquit Guillaume le Conquérant et qui fut un lieu hautement stratégique du duché de Normandie dans le courant du moyen-âge central. Pour l’occasion, nous faisons d’ailleurs suivre cet article d’un autre billet dédié à l’Histoire médiévale du château de Falaise.

En vous souhaitant une excellente journée.

Frédéric F.

Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Bernay en normandie célèbre Les Médiévales de Judith de Bretagne

bernay_lieux_interet_histoire_medievale_fetes_judith_de_bretagne_moyen-age_centralSujet : fêtes, festivités, marché, animation, compagnies médiévales, sortie historique, agenda week end,
Période: moyen-âge central (an 1000)
Lieu : Bernay  (Eure, Normandie)
EvénementsLes Médiévales de Judith
Dates : les 17  & 18  juin 2017

Bonjour,

N_lettrine_moyen_age_passionous ajoutons un événement de plus à l’agenda des fêtes et réjouissances médiévales de cette fin de semaine. Il se déroule cette fois ci en Normandie, à Bernay, et l’on y célébrera les mille ans de la disparition de Judith de Bretagne.

fetes_festivites_medievales_judith_de_bretagne_bernay_moyen-age_centralInscrite depuis 2012 au label Villes et pays d’art et d’Histoire, Bernay est un cité de charme dont l’origine nous ramène aux portes du XIe siècle et du moyen-âge central.

Dans les premières années de l’an Mil, Richard II, duc de Normandie, concède le site en douaire à son épouse Judith de Bretagne. Elle y fondera bientôt une abbaye et la zone, marécageuse avant cela, ne le demeurera guère longtemps. Sous la coupe des bénédictins, de lourds travaux d’aménagement et d’assainissement y seront, en effet, entrepris ainsi que la construction d’une abbatiale.

A partir de là, le site suivra son développement commercial et économique et à la fin du XIIe siècle, Bernay sera au coeur d’une industrie du drap florissante, et ouvrira encore ses richesses et ses productions à l’ensemble de sa province, à l’occasion de foires et de grands marchés. Au XIIIe siècle, la cité recevra la bénédiction de Saint Louis  (Louis XI) en personne qui y fondera un hôtel dieu.

bernay_histoire_medievale_lieux_interets_patrimoine_breton_normand_judith_de_bretagne

Durant ce même siècle, la découverte d’un statuette de la vierge « Notre-Dame de la Couture » dont la légende conte qu’elle aurait été déterrée par un mouton donnera naissance à la construction d’une église et de nombreux pèlerins accourront bientôt en nombre vers l’endroit pour le visiter. Après un XIVe siècle mouvementé, sous les assauts de la guerre de cent ans et les changement de main, la ville sera finalement reprise et reviendra à nouveau à la couronne française.

animation_spectacle_medievale_fetes_festivites_medievale_bernay_compagnie_agartha

Le programme des Médiévales de Judith

C_lettrine_moyen_age_passionette fin de semaine et pour toute la durée du week end, c’est donc sa fondatrice Judith de Bretagne que la cité se propose de célébrer en fêtant les mille ans de sa mort, datant du 16 juin 1017.

judith_de_bretagne_bernay_histoire_medievale_fetes_celebration_moyen-ageDeux jours complets de festivités lui seront donc réservés avec marché médiéval, arts, animations et musique de rue, spectacles gratuits : contes et légendes, fauconnerie, meneurs de loup, spectacles équestres, et j’en passe.

Il y aura aussi un camp médiéval mené par plusieurs compagnies conjointes : Les Galops de l’histoire, La Mesnie des Chevaliers de St Georges et St Michel, La Guilde Médiévale. Au programme, vie de camp comme au moyen-âge avec diverses échoppes effectuant devant vous force démonstrations d’artisanat d’époque. On pourra également s’y s’initier à l’escrime médiévale, assister à des tirs de balistes et aussi, découvrir les techniques de combats issus du  célèbre et mystérieux manuscrit de Talhoffer.  Précisons encore que tout au long de ces célébrations, de nombreux ateliers y ont été ménagés pour le jeune public.

Avant d’en conclure, nous ne résistons pas à l’envie de vous donner un avant-goût du spectacle de feu prévu le samedi en nocturne et mené pas la Compagnie artistique Agartha.

Pour le reste, retrouvez tout le programme des Médiévales de Judith de Bretagne à Bernay ici.

En vous souhaitant une excellent week end quels que soient les lieux et les joies vers lesquels vous mènent vos pas.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Idée sortie: les médiévales de Crêvecoeur en Auge 2016, une semaine de festivités au coeur de la Normandie

crevecoeur_medievales_festivites_evenements_chateau_medieval_reconstitution_historiquesSujet : événement, fêtes, marchés, festivités, animations médiévales, idées  week end, idées sorties, médiévales de Crêvecoeur
Dates : du dimanche 31 juillet au dimanche 31 août 2016
Lieu : château de Crèvecoeur en Auge (Calvados, Normandie)

idee_sortie_week_end_fetes_festivals_monde_medieval_crevecoeur_en_auge_chateau_normand

Bonjour à tous,

V_lettrine_moyen_age_passion copiaous vous souvenez du château de Crêvecoeur en Auge? Nous avions fait un article, il y a quelque temps au sujet d’une émission de télévision qui avait pour théâtre son déroulement. Le jeune et fringant Arnaud Poivre D’Arvor s’y rendait alors, en Visiteur de l’Histoire pour appréhender de plus crevecoeur_festivites_rejouissances_medievales_2016près, fourche, tenu et coiffe de vilain à l’appui, la vie médiévale en Normandie à la fin de la guerre de cent ans. Et bien pour ceux qui se trouvent dans la région normande et plus précisément dans le Calvados, ou pour ceux encore qui ont encore le loisir de s’y déplacer en ce beau mois d’août, vous pourrez cette fois être au coeur du programme, puisque le château de Crêvecoeur organise durant toute la première semaine d’août, et comme chaque année, ses médiévales.

Non loin de Caen et au coeur de la Normandie, une semaine de réjouissance, de fêtes et de reconstitutions historiques et médiévales
Non loin de Caen et au coeur de la Normandie, une semaine de réjouissance, de fêtes et de reconstitutions historiques et médiévales

L_lettrine_moyen_age_passione site de Crêvecoeur ce n’est pas seulement un beau château, préservé du temps et porteur de  plus de dix siècles d’Histoire à deux pas de Caen, ce sont encore plus de soixante-dix véritables passionnés de moyen-âge et de reconstitutions historiques qui jouent et mettent en scène la vie médiévale de l’époque. Ils festival_medievales_2016_chateau_crevecoeur_normandie_reconstitutions_historiquessont, dans leur tâche, également soutenus par de véritables spécialistes d’Histoire de ces périodes et prennent le sujet très à coeur. Pendant cette semaine complète de « Médiévales », toute cette joyeuse troupe d’Aficionados se propose de vous ouvrir grand leurs portes pour vous faire partager cette passion. Mais plus que de vous offrir le spectacle du quotidien de ces serfs, artisans, nobles ou seigneurs du Crêvecoeur de 1466, ils ont organisé pour vous de multiples rebondissements et des scènes uniques dont vous pourrez être, tout à la fois, spectateur, acteur et témoin; une véritable aventure donc, étalée sur une large semaine, et qui vous plongera au coeur du XVe siècle et du moyen-âge tardif, avec bien sûr, à l’appui et pour sustenter la grand faim qui ne manquera pas de vous assaillir au sortir de tant d’émotions: ripailles et gastronomie médiévale, le tout incluant pâtisseries et autres gourmandises certainement cuites dans le four banal du château.

monde_medieval_festivites_evenement_festival_medievales_chateau_crevecoeur
Au programme des médiévales 2016 de Crêvecoeur, entre deux aventures d’époque, ripailles et réjouissances gastronomiques du moyen-âge

En bref, huit belles journées de festivités et de réjouissances médiévales à ne pas manquer si vous en avez l’opportunité! Comme toujours, bien sûr, pour plus d’informations sur l’événement, n’hésitez pas à vous rendre sur le site (web) du château de Crêvecoeur.

Une très belle journée à tous.
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Histoire de châteaux-forts & techniques de siège médiévales 3

motte_castrale_forteresse_bois_efficacite_defensive_et_poliorcetique

Index des autres articles sur le sujet:
1. Naissance des châteaux-forts
2. Du bois vers la pierre
3. Mottes, forteresses de bois et techniques de siège
4. L’âge d’or des châteaux-forts
5L’automne des châteaux-forts

3. MOTTES & FORTERESSES DE BOIS, efficacité défensive & poliorcétique

A_lettrine_moyen_age_passionprès nous être penché sur le foisonnement de mottes castrales, d’enceintes et autres donjons et châteaux-forts que l’on commence à construire vers la fin du Xe siècle, sous la pression des invasions mais  encore sous la pression de l’émancipation des seigneurs locaux qui reprennent à leur charge la défense du territoire, il est temps de faire une parenthèse pour aborder l’état des techniques de siège durant ces périodes et ce que l’on en sait.  Les avancées de l’architecture médiévale restent en effet indissociables des techniques d’assaut des forteresses et des engins de siège qui évoluent, eux-aussi.

A. Les techniques de siège du temps des forteresses de bois et des mottes castrales

« Absence » de nécessité fait-elle Loi ?

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour reprendre avec Viollet le Duc, l’histoire des châteaux là où nous l’avons laissée,  du dixième au début du douzième siècle, les techniques de siège complexes qui seront à l’oeuvre dans les siècles suivants face aux châteaux-forts de pierre sont peu, sinon pas usitées. L’architecte du XIXe prête à certaines vagues d’invasions la connaissance de ces techniques  et on sait par ailleurs que les vikings conduit par Rollon durant le siège eugene_viollet_le_duc_histoire_medieval_chateaux_forteresses_poliorcetiquede Paris les ont effectivement utilisées (IXe siècle), mais en dehors de cela,  dans son dictionnaire raisonné d’architecture médiévale, il reste à peu près catégorique sur le fait que, tant du point de vue de la science de construction de forteresses que des techniques de siège, les francs de l’époque ne sont pas en mesure de les utiliser dans toute leur grande largeur. En réalité, il confesse aussi, assez honnêtement que peu de traces nous sont parvenues de cette période  et se montre plutôt expéditif sur ces questions. Là encore, le cours du temps a laissé des vides que seule l’extrapolation théorique peut tenter de combler.

« Nous ne parlerons que sommairement des sièges entrepris contre des places fortes avant le XIIe siècle, parce que le peu de documents écrits qui nous restent sur ces opérations sont trop vagues, trop contradictoires même, pour qu’il soit possible d’en tirer quelque chose ressemblant à un art. »
Eugène Viollet Le Duc,
Dictionnaire Raisonné de l’architecture française, 1856

C_lettrine_moyen_age_passionette dernière citation d’Eugène Viollet le Duc appelle, on le voit, quelques réserves, mais souvenons-nous du contexte qu’il nous dépeint de cette période du Xe siècle: la Gaulle a oublié ses oppidums, les francs et les héritiers des romains restés sur place se sont peu fortifiés et les invasions extérieures, autant que les raids des normands sédentarisés, n’ont aucun mal à conduire leurs pillages. Pour leur  faire face, on a construit, à la hâte, des défenses, souvent mal conçues et peu efficaces que les hommes des seigneurs francs sont, de surcroît, peu nombreux et peu entraînés à défendre. La résistance des installations avoisine donc le zéro pointé et de fait, la facilité de pénétration des territoires et les conquêtes des vikings ou des normands qui se sont depuis sédentarisés semblent venir appuyer favorablement cette thèse.

__________________________________________________________________________

catapulte_humidite_haut-moyen-ageJe fais une parenthèse que vous me permettrez de juger triviale, mais au rang des informations qui circulent tous azimuts sur le web, j’ai pu voir reprise, ça ou là, une « théorie » qui affirme que catapultes et onagres n’étaient plus utilisés lors des sièges militaires, depuis le début du haut moyen-âge, pour cause « d’humidité ». Très honnêtement, je n’ai pas creusé cet aspect et je ne suis pas un spécialiste des montées subites du taux d’hygrométrie, pas plus d’ailleurs que de la culture du champignon de Paris, mais, en toute logique, je ne vois pas bien comment les romains; les grecs et les assyriens, auraient pu utiliser ces engins de sièges dans  leurs conquêtes durant des siècles, sans en souffrir, si cela était vrai. Je vais donc si vous le permettez en écarter l’hypothèse et revenir à des choses plus factuelles.
__________________________________________________________________________

normands_invasion_monde_medieval_histoire_des_forteresses_chateaux-fortsPour reprendre sur les invasions vikings, plus que les lourds engins de siège, au final l’arme principale de ces hommes du nord reste bien plus surement leur stratégie navale ainsi que leur grande mobilité. C’est, en effet, par les fleuves qu’ils conquièrent et c’est par l’eau qu’ils se retirent aussi. ( ci-contre Normands  en route pour Guérande, bnf, consulter l’original ici).  Dans une de ses formes d’attaque les plus impressionnantes, on parle de sept cents navires ayant remonté la Seine pour s’en aller assiéger Paris à la fin du IXe siècle. Face à une telle flotte, le seul pont de Pitres et ses deux châtelets défensifs destinés à bloquer toute remontée de flotte ennemie en amont de Rouen et dont la construction avait été lancée par le roi Charles le Chauve pour contrer les raids fluviaux, n’aura pu y faire grand chose, même si  l’attaque de la cité se révélera pour les vikings plus ardue qu’ils ne l’avaient pensé puisqu’ils finiront par tenir un camp et, justement, construire des engins de siège. Sauf à quelques exceptions près dont celle-là, on peut supposer que dans bien d’autres cas, les faibles enceintes et fortifications rencontrées au hasard de leur pérégrinations le long des fleuves, n’ont pas suffi à arrêter leur détermination.  A leur entraînement à la guerre et à leur stratégie de raids fluviaux qui jouent de l’effet de surprise, ils pratiquent encore, comme nous le verrons plus loin, des techniques avancées d’information, usant d’espions ou d’informateurs, ce qui vient avantageusement compléter leur arsenal.

Tapisserie de Bayeux, XIe sècle, flotte et navires viking
Tapisserie de Bayeux, XIe sècle, flotte et navires viking

M_lettrine_moyen_age_passionême si certaines vagues d’invasion  connaissaient des techniques de siège avancée et savaient, au moins et à l’évidence, construire des engins de siège – les vikings, cela est établi, mais encore et sans nul doute les byzantins qui frappent alors dans le sud -, la plupart du temps, en dehors de grandes villes historiquement fortifiées, le recours à de tels moyens ne leur est pas nécessaire. A l’évidence,  le reste des terres assiégées semble se trouver bien démuni face à ces envahisseurs déterminés et motivés. Au début du Xe siècle, la décision si contestée et impopulaire prise par Charles le Simple de concéder au viking Rollon le duché de Normandie, permettra de voir les invasions diminuer de ce côté là au moins, mais cette fin de siècle autant que le siècle suivant continueront pourtant de voir s’élever de nouvelles fortifications ou de se renforcer les existantes dans un mouvement pour ne pas dire une frénésie, que rien ne semble vouloir atermoyer. Comme nous l’avons dit dans notre article précédent, ce sont les histoire_monde_medievale_charles_le_simple_creation_du_duche_de_normandiesiècles où l’éclatement et la fragmentation du pouvoir central continuent de se poursuivre.

(ci-contre portrait de Charles le Simple par Georges Rouget,  XVIIIe siècle)

A la pression d’ennemis extérieurs, viennent donc s’ajouter, désormais, les tensions et les luttes intestines entre seigneuries voisines mais aussi entre vassaux et suzerains. Dans ce climat et dans les quelques deux cent ans qui suivront, il faudra donc que l’on ré-apprenne et que l’on s’aguerrisse aux  techniques de fortifications ou de siège, mais dans ces Xe et Xe siècles, à en croire Viollet le Duc, tout ou presque a été perdu des héritages anciens : faute de temps, faute de moyens, faute d’entraînement et d’expérience, peut-être bien plus surement que faute de mémoire ou de savoir-faire.(1)

Construction d'un navire Viking, basée sur une illustration d'Angus McBride, XXe
Construction d’un navire Viking, basée sur une illustration d’Angus McBride, XXe siècle

La question de l’adaptabilité des forteresses

D_lettrine_moyen_age_passionans un excellent article d’Universalis sur les fortifications, Jean Delmas  énonce une vérité qu’il est utile de garder en tête pour comprendre la difficulté d’adaptation des forteresses face aux agressions qui leur font face :

« À l’inverse de la fortification de campagne – organisation défensive du terrain qui naît au rythme des opérations –, la fortification permanente construite en temps de paix est, par définition, conçue pour durer. Une rapide chronologie prouve que si elle a pu, pendant des siècles, satisfaire à ce besoin de longévité sans connaître de mutations brutales, imposées par l’évolution de l’art de la guerre et de l’armement, elle s’adapte très difficilement – toujours par définition – à l’accélération du progrès technique. Nécessitant de longs et coûteux travaux, elle a été, depuis cent ans, souvent déclassée techniquement dès son achèvement ou n’a pas répondu aux conceptions tactiques et stratégiques nées entre-temps. Le rapport coût-efficacité apparaît alors si négatif que la question est posée : la fortification appartient-elle au passé ? ou a-t-elle seulement changé de nature ? »

Jean Delmas, Fortifications, Encyclopédie Universalis en ligne

Cette vérité est encore plus pertinente quand les siècles dont nous parlons ne connaissent qu’une paix très relative, ceci étant bien sûr à nuancer en fonction des régions, de la proximité des forteresses avec des frontières critiques, de leur éloignement des zones de tension (ou des fleuves!), de la protection naturelle offerte par leur site et leur accessibilité  (éperon rocheux, montagnes, présence de l’eau qui permet de ménager des douves, etc…) et encore de la disponibilité des moyens humains à disposition pour les défendre ou les construire; toute chose qui nous renvoie à l’article que nous avions fait précédemment sur le paysage fortifié de la France du Xe, XIe siècle. Quoiqu’il en soit, cette lenteur d’adaptabilité des forteresses reste une constante et devient encore plus cuisante quand leurs dispositifs défensifs naissent déjà, en quelque sorte, avec un effet retard normands_histoire_chateaux-fort_forteresse_rollon_duche_normandiesur les techniques capables de les assiéger. Si l’on se fie à ce que l’Histoire nous enseigne, c’est le cas de nos forteresses de bois des Xe, XIe siècles.

(ci-contre Rollon, chef viking fait premier Duc de Normandie, statue d’Arsène Letellier, XIXe, Rouen)

Réputée avoir été inventée près de cinq cent ans avant J.C., la catapulte et ses projectiles de pierre a, en effet, déjà plus de mille cinq cents ans quand l’on commence à dresser les premières mottes castrales de terre et de bois en Europe. Que l’agresseur se fende de bâtir quelques unes de ces machines de guerre et voilà déjà la motte tremblante. Au delà de l’éventuelle nécessité qu’ils pourraient avoir à le faire, encore faut-il pour cela que les assaillants en aient le temps et la motivation. Encore faut-il aussi qu’ils soient organisés et suffisamment nombreux, qu’ils comptent dans leurs rangs un expert capable de guider les hommes pour la construction de l’engin, qu’ils aient encore des vivres en suffisance pour tenir un camp.  La razzia ou le raid sont des formes d’attaque qui par nature, ne font pas toujours montre de patience alors que pour celui qui a le temps d’assiéger et qui sait que le jeu en vaut la chandelle, le temps, s’il en dispose, reste toujours la meilleure arme : établir un camp, couper les routes de ravitaillement, encercler la place, et attendre sagement que la faim ou la soif conduisent les défenseurs à la reddition, voilà bien une technique qui a toujours fait ses preuves dans l’histoire des sièges sans avoir à abattre les arbres dont on fait les machines de guerre. Tout cela pourrait encore expliquer ce peu d’usage supposé de techniques de siège « sophistiqués » et de machines de guerre lourdes durant cette période et abonder dans le sens de la thèse d’Eugène Viollet le Duc. Dans la balance, il faut encore ajouter du côté des assaillants une arme de peu de frais et pourtant impitoyable : le feu qui reste redoutable  face aux palissades et aux défenses de bois.

Efficacité contextuelle et évolution « relative »

bayeux_elevation_construction_motte_castrale
Tapisserie de Bayeux, Xie siècle, élévation et construction d’une motte castrale

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour revenir à ce constat d’effet retard, on peut encore se demander si  les mottes castrales de bois furent vraiment des constructions de fortune, inaptes à résister ou si elles étaient plutôt relativement bien adaptées à leur contexte. La réponse est, à coup sûr, contenue dans cette dernière question, sans quoi on n’en aurait pas construit en si grand nombre, pendant plus de trois cent ans. Dans bien des cas, comme pour les enceintes castrales de l’époque, ces constructions ne sont pas de simples châteaux de sable que la première vaguelette venue pourra emporter au loin et l’exercice de les construire n’aurait histoire_monde_medievale_chateau-forts_efficacite_des_forteresses_de_boispu être à ce point vain, ou ne traduire que les « caprices » d’un seigneur désireux de s’élever par le symbole. On peut encore prendre pour preuve de cette efficience des mottes castrales, le fait que les normands en bâtirent en nombre lors de la conquête de l’Angleterre.

Sur les terres de France, même s’il y a, indéniablement, un effet retard qui poussera vers l’avant l’architecture défensive et l’évolution des forteresses de bois, les lignes écrites plus haut nous apportent encore des éléments de réponses. Ces défenses font souvent face à des cavaliers ou des hommes d’armes d’infanterie marine (vikings, normands, hommes du nord) ou terrestre (hongrois, byzantins, seigneuries voisines); dans de nombreux cas, cela reste des exercices légers, équipés de manière légère (armes d’estoc, lances, épées, armes de jet), qui visent le pillage suivi du retrait plutôt que de s’établir sur le terrain conquis. Dans ce contexte, que l’on soit à cheval ou à pied, l’élévation,  les fossés ou l’enceinte dissuadent et compliquent indéniablement la tâche de l’assaut qui ne peut se conduire sans risque, sur ce terrain accidenté, jalonné de douves ou de fossés, et sous les jets de flèches. Il faut encore se souvenir que, bien souvent, les défenseurs ne se contentent pas de rester tapis derrière leurs palissades à attendre qu’on les enflamme; une partie de l’exercice sort au devant de la motte pour la protéger et pour devancer les assaillants, ou peut même encore sortir par les poternes, ces sorties dérobées à la vue de l’ennemi, que l’on utilise déjà pour le contourner et pour le prendre par surprise. Pour autant qu’elles ont montré leurs limites face à certaines situations, toutes ces constructions se sont donc avérées efficaces dans les cas les plus fréquents.

technique_de_siege_mottes_castrale_chateaux-forts_poliorcetique
Tapisserie de Bayeux, Xie siècle, siège d’une motte castrale

Contre le feu, la pierre enfin!

A_lettrine_moyen_age_passionussi hautes qu’on ait pu les élever, de manière artificielle ou non, ces fortifications de bois et les mottes castrales sont demeurées, par contre, impuissantes à faire face à certaines agressions, la pierre des projectiles mais surtout, comme nous le disions, le feu. C’est d’ailleurs principalement à ce dernier élément que l’on accorde d’avoir favorisé les évolutions de l’architecture défensive du Xe et XIe siècle. On a donc renforcé, quand on le pouvait ces installations défensives à l’aide de la pierre, quand on ne les a pas simplement désertées au profit de nouvelles constructions, faites de cette même pierre et bâties sur d’autres sites. Souvenons-nous encore, en disant tout cela, que l’archéologie et l’histoire ont établi que sur de nombreux sites, certaines forteresses de bois n’ont été que peu ou pas transformées pendant de longues périodes de temps (revoir l’exemple du Jura et celui du château Gallois de Hen Domen, dans l’article précédent). Cela va encore avec cette idée d’une guerre qui n’est pas si permanente, ni si présente sur tous les territoires qu’on avait pu le penser par le passé. Au fond, la pression du contexte reste la seule loi véritable qui commande l’évolution (ou non) des forteresses et des châteaux de bois. Effet retard donc, c’est indéniable, mais ce retard est compensé plus ou moins vite en fonction de l’efficacité, même relative, de la forteresse face à la nature des attaques qui la menacent et à leur tapisserie_bayeux_evolution_chateaux_forts_mottes_castrale_moyen-age_centralfréquence.

(ci-contre détail, tapisserie de Bayeux, attaque d’une motte castrale par le feu)

Assurément, la pierre  qui vient s’imposer graduellement dans le courant du XIe siècle et des siècles suivants, donnera, pour un temps, à nos mottes castrales et nos premiers châteaux (ceux qui ne sont pas déjà faits de pierre), quelques longueurs d’avance, mais il faudra souvent des années pour que les seigneurs même les plus pressés par les nécessités du contexte (et qui disposent en plus des moyens humains et matériels pour le faire), fortifient leurs installations défensives, leurs grandes tours ou leurs demeures pour les faire évoluer vers des édifices de pierre. Concernant les châteaux à mottes, on parle quelquefois de cent ans avant que l’on y juche une grande tour de pierre en lieu et place de celle de bois, et le tassement du terrain créant les conditions nécessaires pour pouvoir le faire ne peut pas toujours expliquer une tel délai d’adaptation. D’autres seigneurs ailleurs n’en auront pas la nécessité, d’autres encore n’en auront ni les moyens, ni même l’expertise.

D_lettrine_moyen_age_passione fait et en corrélation avec ces évolutions, il faudra aussi du temps pour que l’on se réapproprie ou,  à tout le moins, pour que l’on se mette à retrouver l’usage, jusqu’à même les perfectionner, des techniques d’assaut et de siège les plus sophistiquées, héritées du lointain passé.  Deux, voir trois siècles, seront nécessaires si l’on en croit les Historiens avec en tête encore une fois notre architecte du XIXe, Eugène Viollet le Duc. Pourtant, oubliées ou simplement peu usitées parce que les modes d’attaques ou la taille des exercices qui leur font face, pas d’avantage que la solidité des défenses ne les requéraient, ces techniques étaient, pendant tous ces siècles là, dormantes bien plus qu’à ré-inventer. Encore si proches dans le cours du temps, mêlées aux empreintes romaines qui avaient foulé la terres de Gaulle et les avaient conquise, ou encore bien actives à quelques frontières de là, elles se tenaient à portée de main, attendant leur heure. Quel est donc cet héritage avec lequel on se préparait à renouer et que certains, à l’évidence n’avaient pas oublié, ni cessé de mettre en pratique? Pour le savoir, il est temps de revenir sur l’histoire des sièges et de la poliorcétique.

___________________________________________________________________________

ENTRACTE : UN PEU D’HUMOUR
Efficacité du feu contre les mottes, un moment historique!

Non mais je plaisante là! Maquette d'une motte, musée de la tapisserie de bayeux
Non mais je plaisante là! Arrêtez tout! Maquette d’une motte, musée de la tapisserie de bayeux

Pour me faire pardonner et avant de passer à des choses plus sérieuses, je vous donne le lien du site web du musée de la tapisserie de Bayeux! A visiter si vous passez non loin de là!
___________________________________________________________________________

B. L’héritage antique de la poliorcétique

La poliorcétique est le terme qui désigne l’ensemble des techniques de siège militaire qu’elles soient offensives ou même défensives. Aux sources écrites qui nous sont parvenues sur les moyens humains et matériels de conduire l’assaut d’une forteresse, se tiennent celles des grandes conquêtes de l’antiquité.
Techniques de siège antiques et héritage de la poliorcétique

Techniques de siège antiques et héritage de la poliorcétique

C_lettrine_moyen_age_passionomme nous le disions en introduction de cette série d’articles, en ce qui concerne l’Art de bâtir des forteresses, les sociétés humaines appliquent, depuis des temps immémoriaux,  les mêmes règles de la muraille, des obstacles et de l’élévation pour se protéger. Plusieurs siècles avant Jésus Christ, on construisait déjà  de hautes fortifications défensives et ces installations connaissaient à ces mêmes époques  des assauts pour les prendre, au moyen des machines de guerre et des techniques de siège les plus avancées. Au vue des traces archéologiques et documentaires qui nous sont parvenues, l’histoire de la poliorcétique passe par les assyriens, (800 ans avant J.C.), est améliorée par les grecs, et reprise ensuite partiellement par les romains. Comme on s’en doute, dans tout le berceau qui les ont vu naître et se propager, les civilisations en subissant les dommages collatéraux vont aussi les adopter ou les améliorer quand elles en auront les moyens techniques et humains. Ce sera le cas notamment des byzantins. Comme l’Histoire occulte souvent l’Asie, nous avons forcément une vision incomplète de ces phénomènes, mais il faut se souvenir que l’on prête à la Chine de nombreuses inventions et innovations dans ces domaines.

« Cloud ladder » littéralement « Echelle nuage », invention prêtée à Lu Ban (507–440 avant JC)

Machines de guerre & engins de siège antiques

O_lettrine_moyen_age_passionnagres,  catapultes, balistes ou scorpions, au premier siècle après Jésus-Christ, l’architecte ingénieur Marcus Vitruvius Pollio, mieux connu sous le nom de Vitruve,  formalisait et synthétisait déjà,  dans son ouvrage « De architectura », les proportions, ainsi que la manière de construire et les usages des machines de guerre et autres engins histoire_medievale_chateau-forts_architecture_siege_militaire_moyen-age_passionmécaniques permettant d’assiéger les forteresses (photo ci-dessous version latine de son manuscrit). Se faisant, il se juchait, sans nul doute, sur les épaules du génial Archimède (287-212) qu’il cite d’ailleurs dans son ouvrage. Si l’on en doutait, ce dernier ne faisait donc pas que tremper dans sa baignoire et, dans son ouvrage « géométrie des figures planes », trois siècles avant Jésus-Christ, il décrivait déjà des engins de siège tels que la catapulte. On retrouve, d’ailleurs, dans l’écrit de Vitruve et dans les exemples qu’il prend, toute l’importance de l’héritage grec  sur la poliorcétique romaine, héritage que l’on fait remonter lui-même à plus de quatre siècles avant JC avec des ingénieurs tels que Polyeidos de Thessalie.

Baliste, pierrière : engins de siège et héritage de la poliorcétique greco-romaine
Baliste, pierrière : engins de siège et héritage de la poliorcétique greco-romaine

A l’assaut des Murailles et des portes

D_lettrine_moyen_age_passionu point de vue des dispositifs d’assaut, outre les armes de tir et de jet « lourdes » qui propulsent roches, pierres, ou flèches, on construit déjà depuis, bien longtemps de grandes échelles pour gravir les hauts murs des fortifications, et encore des tours d’attaques  mobiles dans lesquelles les hommes s’embusquent pour être à hauteur des murailles et les prendre d’assaut au moment propice : « hélépoles » chez les grecs, « beffrois » au moyen-âge, (voir photo ci dessous tirée encore une fois du Dictionnaire raisonné d’architecture). Les béliers sont aussi présents pour défoncer portes ou palissades; on les nomme vineae chez les romains et ils sont, la plupart du temps, à helepoles_beffroi_poliorcetique_antique_histoire_medievale_chateau-fort_forteressesroues et couverts. Et, finalement, on connait les tortues, appelées encore chats ou taupes: ce sont des dispositifs à roue, mais aussi quelquefois plus légers, portés à dos d’hommes et souvent recouverts de peaux humides ou même de terre, qui permettent de se tenir à couvert des projectiles et du feu et que l’on utilise pour boucher les fossés ou les douves quand on en rencontre, autant que pour s’approcher des pieds de muraille en vue de les détruire. Dans la famille de ces dispositifs de protection, le mantelet est également connu,. Utilisé par les archers, il permet aussi de protéger les sapeurs, ces équipes affectées à l’ouverture de brèche dans les murailles (voir photo ci-dessous). Concernant des variantes de ce type de dispositif, vous pouvez consulter l’article et le documentaire sur le manuel de Hans Talhoffer, on y trouve, entre autre chose, un test réel fort divertissant fait à partir d’une protection en forme de cloche et en cuir bouilli, retrouvée dans les illustrations de ce manuscrit médiéval et dont on ne sait pas si elle a véritablement servi ou si elle est simplement sortie de l’imagination de ce maître d’armes du XVe siècle.

Gravures de E Guillermot, Dictionnaire raisonnée d'architecture médiévale, Eugène Viollet le Duc
Gravures de E Guillermot, Dictionnaire raisonné d’architecture médiévale, Eugène Viollet le Duc

Sape et Combat de mines

D_lettrine_moyen_age_passionans les vagues d’assaut plus offensives, si l’on ne peut incendier ou gravir les palissades ou les murs de la fortification, on essaye de creuser pour passer en dessous. Ces stratégies d’attaque souterraines sont connues sous le nom de combat de mines. Il y a dans l’ouvrage de Vitruve des exemples de sièges militaires antiques faisant état de ces techniques, mais également de ripostes ingénieuses et spectaculaires des défenseurs pour contrer ce genre de plans d’attaque par le sous-sol. Je vous en livre, ici, un extrait afin que vous puissiez vous en faire un idée :

« Lorsque les ennemis allèrent aussi mettre le siège devant Apollonie, ils s’imaginèrent qu’au moyen d’une mine ils pourraient pénétrer dans la ville. Les habitants furent bientôt instruits de leur projet par les éclaireurs. (…) Il se trouvait parmi eux un architecte d’Alexandrie, nommé Tryphon. Il fit creuser dans l’intérieur de la ville plusieurs contre-mines qu’on étendit en dehors des murailles jusqu’à une portée de trait ; puis il fit suspendre dans toutes ces galeries souterraines des vases de bronze. Dans un de ces conduits, ouvert auprès de la mine que creusait l’ennemi, les vases suspendus se mirent à résonner à chaque coup de pioche qu’on donnait. On apprit par là dans quelle direction minait l’ennemi, et par où il avait l’intention de pénétrer dans la ville. L’endroit ayant été ainsi précisé, Tryphon fit préparer, au-dessus des mineurs ennemis, des chaudières d’eau bouillante et de poix, avec du sable brûlant et des immondices; puis ayant pratiqué pendant la nuit de nombreuses ouvertures dans la mine, il y fit jeter tout d’un coup toutes ces matières, qui firent périr tous les ennemis qui s’y trouvaient. »

Vitruve, De Architecturae. LIVRE X

Isolement, Blocus et guerre d’usure

Techniques d'assaut et de siège romaines, Illustration d'origine, Angus MacBride, XXe
Techniques d’assaut et de siège romaines, Illustration d’origine, Angus MacBride, XXe

D_lettrine_moyen_age_passion‘un point de vue des techniques d’assaut, les schémas d’attaque lors des sièges hériteront encore longtemps des stratégies antiques. Comme nous l’avons mentionné, dans de nombreux cas, le temps reste toujours un allié précieux de l’assaillant pendant les sièges. On établit des campements généralement à quelque distance des murs ou des palissades de la forteresse. On l’encercle  et on s’assure de couper les accès et les routes d’approvisionnement. L’Histoire des sièges a démontré que ce type de stratégie ne suffisait pas toujours, en fonction de la prévoyance et des ressources de la forteresse attaquée, mais ce sont en général, des dispositions que l’on va prendre systématiquement pour affaiblir le moral des défenseurs, à défaut de parvenir à les affamer.

Espionnage, diversion, dissuasion, négociation

« Un prince avisé et un brillant capitaine sortent toujours victorieux de leurs campagnes et se couvrent d’une gloire qui éclipse leurs rivaux grâce à leur capacité de prévision. Or la prévision ne vient ni des esprits ni des dieux ; elle n’est pas tirée de l’analogie avec le passé pas plus qu’elle n’est le fruit des conjectures. Elle provient uniquement des renseignements obtenus auprès de ceux qui connaissent la situation de l’adversaire. »
Sun Tzu, L’art de la Guerre (-500 av JC)

D_lettrine_moyen_age_passionans l’Histoire de la guerre et de la stratégie militaire, la communication, mais aussi l’information et la désinformation ont toujours été des alliés précieux. Elles sont pour ainsi dire aussi vieilles que les premiers sapiens sapiens. Le moyen-âge les connaissaient donc aussi et nul doute qu’elles sont intervenues. De même, les phases de pourparlers durant lesquelles les assaillants invitent les défenseurs à la reddition font partie intégrante des stratégies de prise de bâtiments et de territoires. En bref, espionnage, diversion, dissuasion, négociation ont toujours, et de tout temps, fait partie intégrante des Arts de la guerre.

L’exemple du siège de Saint-Dizier

Même si l’affaire date de 1544 et des guerres d’Italie qui opposèrent l’empereur Charles Quint au roi de France François 1er, cette anecdote est tellement représentative de l’importance de l’information et de la désinformation dans les guerres en général, et les guerres de siège en particulier, qu’elle trouve naturellement sa place ici. Durant le siège de la ville Saint-Dizier en Champagne, après près de trente jours d’assaut et de bataille autour de ses remparts, la ville est épuisée et ses assaillants, les armées de l’empereur Charles Quint, s’essoufflent aussi. Sancerre, le gouverneur de la ville commettra alors l’erreur de faire mander une missive au Duc de Guise, lui confessant que la ville est à bout de ressources et de munitions, et par conséquent, sur le point de tomber. Hélas pour lui, les impériaux intercepteront la missive et la décrypteront. L’histoire raconte qu’en possession du sceau du Duc de Guise, Granvelle le chancelier de l’Empereur enverra alors une fausse missive de réponse au gouverneur lui enjoignant la reddition de la ville. On raconte que les négociations s’ouvrirent peu après et que la ville finit par se rendre.

Les Strandhögg des vikings

A titre anecdotique encore, et comme nous le mentionnions déjà plus haut dans cet article, sur l’espionnage en particulier, les peuples du nord se sont faits connaître par l’usage d’un réseau d’informateurs bien en place, développé à partir de leurs nombreux comptoirs commerciaux. Grace à ces alliés invisibles, introduits dans les places, ils pouvaient mieux connaître les moments propices à l’assaut, à l’intérieur des lieux visés.  Bien informés, ils pratiquaient alors l’attaque éclair avant de se retirer prestement. Cette technique portait le nom Strandhögg.

C. Mise en perspective de la poliorcétique dans le cadre médiéval des Xe et XIe siècles

poliorcetique_assyriens_technique_siege_antique_et_monde_medieval
Assyriens, techniques de siège, tirée d’une illustration de Angus McBride, illustre et peintre britannique, XXe siècle

N_lettrine_moyen_age_passionous voilà donc rendu à notre conclusion sur l’approche des techniques de siège avancées de forteresses et sur les machines de guerre anciennes. Sur les terres de France, elles sont, au vue des sources historiques, plutôt absentes des Xe et XIe siècles mais il faudra pourtant bien les réapprendre ou les pratiquer durant les croisades puisqu’on se heurtera alors à des villes fortifiées. Sur le territoire, elles devront, de fait, être remises en pratique au fur et à mesure que le bois se substituera à la pierre. Nous l’avons dit, du point de vue de la poliorcétique, elles n’étaient que dormantes. Il ne s’agira pas alors d’innover mais bien plutôt de se souvenir ou de les retrouver même si, tout de même, l’empreinte byzantine par sa maîtrise des sciences mathématiques et physiques léguera aux croisés, quelques améliorations reconnues, notamment sur la précision des machines de jet.

Au risque de décevoir les amateurs de nouveautés médiévales et de grandes innovations qui nous proviendraient de cette période, si l’on regarde l’Histoire de la poliorcétique avec un peu de recul et sur une plus large échelle, les techniques d’assaut comme celles de défense n’ont pas évolué de manière spectaculaire de la période romaine, jusqu’au courant des XIIe, XIIIe siècles où l’on verra se généraliser l’utilisation des trébuchets, des Mangonneaux et de leurs variantes autour du bassin méditerranéen. Du point de vue de l’innovation, cela pourrait même ne paraître qu’une légère variante de l’existant n’ayant rien d’une révolution, mais bien plus, la simple mise en exploitation d’une invention passée. C’est véritablement la poudre à canon et même  un peu plus tard, l’invention du boulet de métal qui apporteront du point de vue de la poliorcétique, des changements radicaux et il faudra donc attendre les XIVe et XVe siècles pour parler d’évolution véritable dans ce domaines. Pendant quelques temps, l’architecture défensive rattrapera alors, en quelque sorte son retard et donnera du fil à retordre à ses assaillants. Cette période consacrera l’âge d’or des châteaux-forts et nous aborderons tout cela dans un prochain article.

Merci de votre lecture et une excellente journée à vous!

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

__________________________________________________________________________
Notes

(1) Je dois bien, de mon côté, le confesser, même si l’absence de sources quantitatives sur cette période enjoint à la prudence, cette idée que l’on ait pas besoin d’avoir recours aux techniques de siège ou aux engins de siège me convient bien mieux que l’idée que l’on ne sait plus du tout faire ou que l’on ait pu tout oublier du côté franc, idée qui semble toujours en filigrane dans les écrits de Viollet le Duc. J’ai vraiment peine à croire que les francs ou les romains subsistant sur les terres de France au Xe et XIe siècles soient rendus, à ce point, dans l’obscurantisme et dans l’ignorance qu’ils en aient même oublié jusqu’à la manière de construire une catapulte. Sans doute que mon bagage ethnologique n’y est pas étranger, mais le mythe du « bon sauvage » ignorant de tout, ne maîtrisant rien, et se tenant en quelque sorte hors du champ des techniques ne me convient guère. Pour tout dire, je le trouve même toujours et par défaut suspicieux. Peut-être est-ce en pensant aux erreurs de jeunesse de l’Ethnologie balbutiante et de ses pionniers, que je ne peux m’empêcher de lire cette même tendance entre certaines lignes « expéditives » de Viollet le Duc mais je crois bien tout de même qu’elle s’y trouve. Chez lui, « l’âne » franc « indiscipliné, individualiste » et peu doté de conscience politique autre que celle qui le pousse à défendre ses propres intérêts, exempt encore de tout savoir-faire technique, fait toujours face au normand aguerri, conscient de l’idée de nation, consciencieux et habile dans ses conquêtes comme dans ses architectures, même si plus loin il caressera les francs dans le sens du poil en mettant sur le compte de ses défauts le fait de ne pas être devenu anglais. Tout cela me donne l’impression de me trouver face à un « remake » façon XIXe du tribal contre le civilisé, transposé sur les terres médiévales. Peut-être que le lyrisme « nécessaire » dont parlait Georges Duby à propos de l’Historien éclipse quelquefois les nuances dans les pièges inévitables de la narration: ce moment où l’Histoire peut se changer en histoire sans qu’on y prenne garde?  Il n’y a guère que dans l’imaginaire ou les mythes post nucléaires apocalyptiques ou le début de la planète des singes, ce qui revient à peu près au même, que l’humanité semble avoir vraiment tout perdu et encore, il y a souvent même dans ce genre de littérature quelqu’un pour se souvenir. Alors manque de moyens, manque de temps, manque certain d’experts sur l’ensemble du territoire, les érudits et les meilleurs ingénieurs se trouvant certainement déjà dans les villes et, quand bien même, restent souvent hors de portée budgétaire, pourquoi pas? Mais absence totale de mémoire, je ne peux me résoudre à le croire. Peut-être ais-je encore en tête, en disant tout cela, la qualité des oeuvres de charpente médiévale ou même encore la diversité et la complexité de la vie des carolingiens dont témoigne les fouilles du lac de Paladru? Peut-être encore a-t’on si souvent sous-estimé les hommes de ce monde médiéval et leur niveau de connaissances et de savoir que je ne peux m’empêcher d’en prendre, par prudence et presque par défaut, le contre-pied.

Divertissement télévisuel et documentaire historique : les visiteurs de l’Histoire à la fin du moyen-âge

chateau_crevecoeur_medieval_documentaire_moyen-ageSujet : documentaire moyen-âge, divertissement, lieux d’intérêt, Châteaux, reconstitution historique.
Titre : les visiteurs de l’Histoire à la fin du moyen-âge
Période : bas moyen-âge, XVe siècle, année 1450france_5_les_visiteurs_de_histoire_documentaire_moyen-age
Lieu : Château de Crèvecoeur, Normandie
Média : vidéo, série télévisée
Chaîne de télévision : France 5  Année : 2012

Les visiteurs de l’Histoire en 1450

Un voyage dans les couloirs du temps

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous postons un petit documentaire vidéo, léger et divertissant. Il concerne, bien entendu, le monde médiéval et nous propose un voyage dans le temps, à la fin du XVe siècle,  en 1450.

Ce programme télévisuel fait partie  de la série « les visiteurs de l’Histoire » diffusée par la chaîne de télévision France 5, dans le courant de l’année 2012. Dans cette série, nous suivons Arnaud Poivre d’Arvor, innocent (et presque ingénu) visiteur de l’Histoire, à la découverte de différentes périodes du passé. En l’occurrence dans cet épisode, il part explorer le château de Crèvecoeur en Auge, en Normandie, lieu d’attraction et d’intérêt historique qu’un petit groupe de passionnés a décidé d’animer et de faire revivre (photo ci-dessous). Rebaptisé, pour l’occasion,  château_crevecoeur_histoire_medievale_visiteurs_moyen-ageArnaud « de passage », Arnaud Poivre d’Arvor investira les lieux, le temps de deux journées,  en se glissant dans la peau d’un paysan du XVe siècle.

L’ingénu et l’historien 

O_accent_lettrine_moyen_age_passion chers puristes amateurs, historiens affranchis, ou passionnés d’Histoire, à la recherche du détail pointu et peut-être même, de la qualité académique, ne voyez dans ce programme télévisuel qu’un divertissement et jugez-le, s’il vous est possible, sans élitisme, et pour ce qu’il est.

visiteur_histoire_medievale_arnaud_poivre_arvor_a_crevecoeurBien sûr, nous même aurions, sans doute, aimer voir un Arnaud Poivre d’Arvor moins innocent sur la période qu’il visite, pour qu’il aille plus loin dans la pertinence de ses questions et de son observation, mais tout le concept est là justement, qui consiste à opposer la « naïveté » de ce « visiteur de l’Histoire », au monde et à l’époque dans lesquels il se retrouve transporté. L’émission entend donc garder un ton léger et tirer partie de cette distance entre celui qui ne sait pas et l’univers auquel il se confronte. Elle se destine, à l’évidence, à une audience large et qui connait peu ces sujets, et entend aussi englober le public jeune dans ses visées; il s’agit donc, bien entendu, d’un positionnement voulu. Les réactions innocentes « face camera » de ce « Arnaud de passage », lui permettent, ainsi, de poser les questions que chacun pourrait se poser. Un peu moins d’innocence aurait, sans doute, permis de mieux creuser ce monde médiéval dans lequel ce programme nous invite et de mieux satisfaire notre curiosité insatiable pour le moyen-âge, mais il en visiteurs_histoire_medievale_documentaire_historique_moyen-age_passionfaut pour tous les goûts. Le double objectif du ludique et du divertissement est, en tout cas, atteint, puisque l’ensemble se révèle, à la fois, drôle et instructif. (ci-contre photo de Arnaud Poivre d’Arvor à la paille et à la charrette)

A la décharge de notre innocent visiteur, on s’attend peut-être, aussi, face au nom qu’il porte, à une filiation plus marquée d’un point de vue journalistique, mais il faut bien qu’il s’en démarque. Injustice de l’héritage qu’il faut porter, quelquefois, malgré soi, à brûle- pourpoint, sans doute, serions-nous tenter d’en exiger moins d’un parfait inconnu, mais comment l’en rendre comptable? Il joue ici au visiteur, découvreur de l’histoire, pas au journaliste averti. Pour juger ce programme sur les ambitions qu’il affiche – une émission « ludique et instructive » de divertissement et de sensibilisation sur des thèmes historiques -, il faut bien reconnaître que la drôlerie naît justement de cette ingénuité étonnée qu’Arnaud Poivre d’Arvor nous livre, autant dans ses gestes que dans ses questions, face aux choses qu’il découvre. Au fond, cette humilité et cette candeur nous le rendent aussi drôle et sympathique et on finit par passer un bon moment en sa compagnie (et celle de son chapeau).

serge_tigneres_visiteurs_histoire_medieval_moyen_age_passionDerrière l’émission, il faut encore rendre tribut à Serge Tignères, son auteur, par ailleurs journaliste, écrivain, réalisateur et Docteur en Histoire, pour les garanties  qu’il nous offre dans son approche des sujets et des contextes historiques. Si le visiteur de passage est innocent, les mondes dans lesquels ce passionné d’Histoire nous transporte sont approchés avec beaucoup de sérieux et très bien documentés.

Sur la pertinence historique

D_lettrine_moyen_age_passion‘un point de vue historique on pourra toujours ergoter sur certains menus détails, mais ce documentaire souligne, tout de même, certains points pertinents qui sont fidèles à ce que l’Histoire médiévale récente nous enseigne.

Fin de la guerre de Cent ans, dépopulation et émancipation relative des paysans

paysan_moyen_age_histoire_medievale_documentaireDurant cette période médiévale, une forme de dépopulation, née de la guerre de cent ans, est en train de changer la donne entre paysans et seigneurs. C’est un phénomène qui n’est pas du qu’à la guerre de cent ans mais qui a aussi émergé avec les épidémies de grande peste du XIVe siècles et les énormes ravages occasionnés sur les populations. D’après les données historiques actuelles, on  considère qu’entre le XIVe et le XVe siècles durant laquelle la peste sévit, entre trente et cinquante pour cent de la population aurait été décimée. Dans le siècle qui va de 1340 à 1440 seulement, on mentionne, dans certaines sources, une dépopulation de la France supérieure à 40%. Entre la guerre de cent ans et cette terrible pandémie, les morts sont donc nombreux et les bras se font rares. En position de force, les serfs et les vilains renégocient alors leur statut et commencent à s’émanciper, quand ils ne désertent pas simplement les domaines pour aller travailler chez le seigneur le plus offrant; il y a eu aussi, en effet, dans ce contexte, une forme de surenchère du côté des Seigneuries pour acquérir, à prix fort, cette main d’oeuvre qui faisait cruellement défaut. Comme l’aborde ce documentaire, ce déséquilibre de l’offre et de la demande sera favorable aux paysans de l’époque qui en profiteront pour tirer leurs épingles du jeu.

Les notions d’hygiène au moyen-âge réhabilitées

histoire_hygiene_medecine_medievale_moyen_age_passion
miniature du manuscrit « Dits de Watriquet de Couvin », début du XIVe siècle

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour avoir fait quelques recherches sur la question, je suis heureux de voir que la réhabilitation des notions d’hygiène, autant que l’importance du bain, sont présentes dans ce documentaire et à Crèvecoeur. Pour être très honnête, je ne sais pas à quel point les vilains et les serfs pouvaient bénéficier des étuves en se voyant, en plus, entourés de jolies damoiselles au temps du bain, et j’en aurais plutôt quelques doutes; que cela ait été réservé aux notables, aux gens d’armes ayant quelques pièces ou aux encore aux riches marchands me semble tout de même plus probable. Cela ne veut, bien sûr, pas dire qu’on ne se lavait pas dans les Campagnes. Les traités d’hygiène du moyen-âge sont, souvent, fortement appuyés et relayés par une médecine médiévale bien présente et qui rayonne depuis les universités de Montpellier, de Toulouse ou de Salerne depuis près de trois siècles au moment où nous transporte ce documentaire. Nul doute que via les médecins d’alors dont la profession s’émancipe de plus en plus, déjà dès le XIIIe, XIVe siècles, mais aussi via les moines, ces traités et cette conscience de l’importance de la propreté corporelle et de l’hygiène ont eu des incidences sur le comportement desjacquouille_la_fripouille_les_visiteurs_hygiene_medievale_moyen_age_passion populations au sens large. Plus personne n’en doute aujourd’hui et c’est encore une idée reçue sur le moyen-âge qu’il convient de revisiter, au risque de décevoir les fans de Jacquouille la Fripouille, celui des visiteurs, le film, celui de Jean-Marie Poiré avec Christian Clavier et Jean Réno, cette fois-ci. L’hygiène est bien présente au moyen-âge et on sait se laver.

Un moyen-âge profondément chrétien

moyen_age_chretien_sainte_mere_monde_medievalDurant le moyen-âge, la question de Dieu n’est pas posée et même la poésie satirique d’un Rutebeuf à l’égard des curés ou des moines mendiants ne questionne jamais l’existence de la Sainte Mère (Vierge Marie) ou du Christ (ci-contre oeuvre du début du XVe siècle, Gentile da Fabriano, Vierge à l’enfant, 1404). La religion est une évidence ancrée dans les pratiques et quand on questionne ou qu’on critique les religieux, ou même l’église, à cette époque, on le fait dans une perspective de croyant qui questionne la foi véritable et la motivation réelle de l’Institution au regard de Dieu. On questionne peu ou pas l’existence de Dieu lui-même. Cette dimension est parfaitement retraduite dans ces visiteurs de l’Histoire en 1450, au château de Crèvecoeur. Le moyen-âge est religieux et chrétien et  jusque le temps des cuissons du four banal s’y compte en prières.

Centralisme  du pouvoir royal de Droit Divin

T_lettrine_moyen_age_passionout au long du bas moyen-âge, le pouvoir fort et centralisé que Charlemagne avait conquis et mis en place, et que ses héritiers avaient ensuite perdus, des siècles auparavant, se restructurera graduellement autour du roi. Avec ce phénomène, la féodalité sera, peu à peu, en perte de vitesse et, avec elle, le pouvoir des seigneurs. On a vu les incidences de cela sur la construction des châteaux forts et cette tendance se confirmera au fil des siècles. Pour affirmer leur pouvoir, autant que pour assurer la cohésion du territoire et se prémunir d’alliances charles_VII_roi_de_france_monde_medieval_bas_moyen_ageintérieures douteuses contre leur propre couronne, nul doute que les rois eurent aussi  intérêt à diminuer le pouvoir de seigneurs. Ci-dessus, un portrait du roi Charles VII (1403-1461) qui était au pouvoir en 1450. Cette toile, signée de Jean Fouquet, date elle-même de 1445, soit seulement cinq ans avant la date supposée de notre documentaire.

Faire revivre le moyen-âge avec passion

moyen_age_reconstitutions_historique_chateau_crevecoeur_moyen-age_passion

A_lettrine_moyen_age_passionu château de Crèvecoeur et dans ces visiteurs de l’Histoire sur la fin du moyen-âge, on sent aussi que les gens du château déploient des efforts louables  et sérieux pour faire revivre, avec coeur, cette période du bas moyen-âge. Leur immersion est certaine et leur étonnement spontané face à certaines questions de leur innocent visiteur de passage – sur les cochons roses, sur la religion ou sur d’autres sujets -, le marque bien. Sur la question du jeu des « comédiens » et « acteurs » de ce château reconstitué. « Surjouent-ils par instant? » « Jouent-ils faux? » La civilisation de l’image nous a tous élevé dans un certain sens critique, mais il faut garder de l’indulgence envers les protagonistes de ce documentaire et la troupe qui anime le château de Crèvecoeur. Ce sont des passionnés d’histoire qui n’ont peut-être pas fait  Actor Studio mais qui réécrivent un peu d’histoire médiévale sans texte et avec festival_medievale_chateau_crevecoeur_moyen-age_passioncoeur. Par ailleurs, immergé en situation réelle, la perception est toujours différente de la distance que l’on peut prendre devant sa télévision ou un écran. J’ajoute pour le saluer au passage, que le personnage du maître paysan laboureur, autant que son implication dans son travail et son époque, sonnent très justes.

Réjouissances médiévales au château

documentaire_chateau_crevecoeur_animations_festival_medievale_reconstitution_moyen-age
La magie médiévale du Château Normand de Crèvecoeur

N_lettrine_moyen_age_passionous présenterons certainement le château de Crèvecoeur en Auge de manière plus détaillé et dans un autre article, mais nous voulons déjà donner, ici, quelques éléments sur ce joli lieu qui fait revivre le monde médiéval.

Il est ouvert une bonne partie de l’année et il s’y organise aussi des festivals, des animations, des fêtes, des reconstitutions historiques, et même des « médiévales » qui durent plusieurs jours. Alors, si vous souhaitez, le temps d’une journée, vous glisser vous aussi dans la peau d’un Arnaud de Passage pour aller y célébrer le moyen-âge, n’hésitez pas à visiter le site web du château de Crèvecoeur pour plus de détails.

Une excellente journée à tous!

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval et du moyen-âge sous toutes leurs formes.