Archives pour l'étiquette politique

Jean Meschinot : devoir des princes et poésie médiévale morale et politique

manuscrit_24314_jean_Meschinot_poete_breton_medieval_poesie_politique_satirique_moyen-age_tardifSujet : poésie politique, morale, réaliste, poésie médiévale, biographie, portrait, poète breton.
Période : moyen-âge tardif, XVe siècle
Auteur : Jean (Jehan) Meschinot (1420 – 1491)
Manuscrit ancien : MS français 24314 bnf
Ouvrage : Les lunettes des Princes (extrait).

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous suivons, aujourd’hui, le fil de la poésie médiévale du gentilhomme d’armes breton du XVe siècle, Jehan Meschinot pour partager quelques nouveaux extraits pris, ça et là, dans ses « lunettes des princes ».

deco_frise

meschinot_jehan_poesie_medievale_morale_poltique_XVe_siecle_moyen-age_tardif

« … Se tu vas à Saint-innocent
Où y a d’ossemens grans tas,
Jà ne congnoistras entre cent
Les os des gens de grans estas
D’avec ceulx qu’au monde notas
En leur vivant povres et nuds. »

Sur cette même idée d’égalité devant la mort, on trouvera encore en un autre endroit  :

« … Quant au corps, guere davantage
Ne vois d’un Prince aux plus petits
Les aulcuns s’en vont devant âge
A la mort pauvres et chétifs.
Autres suivent leurs appetis
Pour quelque temps, & puis ils meurent:
Leurs oeuvres sans plus leur demeurent. »

Les lunettes des princes, Jean Meschinot.

deco_frise

A_lettrine_moyen_age_passionquelques éléments auto-biographiques près, les Lunettes des Princes de Meschinot, se situent à plein dans une poésie morale et politique, basée sur l’observation des temps, dans la veine d’un Eustache Deschamps et d’autres rhétoriqueurs d’alors qui, comme les décrivait l’historien et écrivain Edouard de kerdaniel dans son ouvrage  Un soldat-poète du 15e siècle, Jehan Meschinot (et sans  les réduire à cet aspect de fond puisqu’ils se caractérisent aussi par un usage particulier des formes) :   « considèrent la poésie, non comme l’expression de sentiment personnel, mais comme l’expression d’antiques vérités et mettent leur esprit, leur verve, les ressources de leur versification à exprimer les lieux communs de la morale et de la sagesse éternelle. »

Dans cet état d’esprit donc et toujours aussi prompt à défendre l’homme de pauvre condition, les gens du simple ou le vilain contre les abus des puissants ou des princes, Jean Meschinot fait ici appel à la réalité ultime : la mort, pour rappeler à ces derniers la vanité et la vacuité du pouvoir, autant que l’importance de tenir leur devoir.

meschinot_jehan_poesie_medievale_morale_realiste_XVe_siecle_moyen-age_tardifQuant à la camarde, comme d’autres de ses contemporains, le poète breton du moyen-âge tardif la connaît bien. Entre famine, misère et guerre, il en a été le témoin et elle lui a encore enlevé, en l’espace de quelques années, ses grands protecteurs, quatre ducs de Bretagne successifs,  le laissant dans le plus grand embarras et dans une détresse qu’il versifiera si bien et de manière si réaliste qu’on croirait presque, par instants au moins, lire du François Villon :

« Penser me tient, foiblesse me pourmène…
Je veille en pleurs, je dors en frénésie.
 N’est chose qui ma douleur supporte,
Pire est mon mal que n’est paralysie;
Ma jeunesse est de tout bien dessaisie…

…Tremblant je sue, et si ars en froidure,
En dueil passé ay mal qui sans fin dure
Et ma santé d’infection tachée,
l’ay corps entier dont la chair est hachée,
Et ma beauté toute paincte en laidure.,.
]e suis garny de santé langoureuse,
J’ay liesse pénible et doloreuse
Et doux repos plein de mélencolie ;
Je ne vis plus, fors en surté paoureuse,
La clarté m’est obscure et ténébreuse,
Mon sentiment est devenu folie. »

Les lunettes des princes (extraits) Jehan Meschinot.

Pourtant, même si la fatalité l’atteint au point qu’il n’hésite pas à nous faire partager ses infortunes, il n’aura de cesse dans ses lunettes des princes de dépasser son propos auto-biographique et ses propres misères dans un élan moral et politique qui reste au coeur de l’ouvrage. Morale et sagesse éternelle ou sermon politique pour une juste tenue du pouvoir, empreint  d’une saveur toute médiévale ? Chacun en jugera. Il demeure en tout cas évident que les maux qui frappent son monde seraient bien moindres s’ils n’étaient encore aggravés par les vices et les abus des princes, mais aussi, nous dira-t-il, en élargissant son propos, de certains autres lettrés, personnels de justice, avocats, greffiers ou nobles de son temps.

En vous souhaitant une belle journée.

Frédéric EFFE.
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Tous vêtus de la même peau, une ballade sur l’égalité des hommes par Eustache Deschamps

poesie_litterature_ballade_medievale_egalite_homme_eustache_deschamps_morel_moyen-age_tardif_chrétienSujet : poésie satirique, politique, morale, littérature médiévale, ballade, français ancien, égalité, moyen-âge chrétien.
Période : moyen-âge tardif
Auteur : Eustache Deschamps (1346-1406)
Titre : « tous d’une pel revestus » « ballade sur l’égalité des hommes »
Ouvrage : Oeuvres inédites d’Eustache Deschamps, Prosper de Tarbes (1849)

Bonjour à tous,

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoici une ballade poétique et morale comme Eustache Deschamps en a le secret. Partant de la référence biblique à Adam et Eve, l’auteur médiéval réaffirme ici l’égalité des hommes entre eux. Sous couvert d’adresser cette poésie à tous, il medieval_frisure_decoration_ornement_moyen-age_passionfaut bien sûr lire, entre ses lignes, l’insistance qu’il met à rappeler cette vérité morale et politique aux rois, aux seigneurs et aux nobles, afin qu’ils se gardent de la condescendance comme du mépris.

On sait que le thème lui est cher et qu’il ne se prive jamais, au risque de déplaire, de rappeler aux puissants autant que leurs obligations, la vacuité de la vanité devant les richesses, les possessions ou les ambitions de conquêtes, devant les hommes, devant la mort, et encore et par dessus tout devant Dieu. Vilains ou nobles, tous vêtus de la même peau, nous dit ainsi, avec sagesse, Eustache le moraliste. Cette affirmation de l’égalité des hommes au delà de leur condition sociale, sera reprise dans des termes plus séculiers et consignée en lettres d’or, bien longtemps après lui, dans une célèbre déclaration, mais on le voit ici, un certain moyen-âge chrétien pouvait aboutir, par d’autres voies, aux mêmes conclusions.

ballade_poesie_morale_medieval_eustache_deschamps_morel_egalite_hommes_moyen-age_tardif_chrétien

Ballade de l’égalité des hommes (1382)
D’Eustache DESCHAMPS

D_lettrine_moyen_age_passionu point de vue langagier, le français ancien d’Eustache Deschamps appartient au français moyen ou moyen français. C’est une langue qui s’affirme au moyen-âge tardif comme la langue officielle en se différenciant des autres formes de la langue d’oil ou des autres idiomes parlés sur les terres de France.

Même s’il lui reste, au XIVe siècle, encore un peu de chemin à faire pour conquérir l’ensemble du territoire, autant que pour se formaliser et donner naissance au français classique, cette langue demeure toutefois bien plus compréhensible pour nous que le vieux français des XIIe et XIIIe siècles. De fait, pour vous permettre de comprendre cette ballade d’Eustache Deschamps nous ne vous donnons ici  que quelques indications et quelques clés.

Traduttore, Traditore, Traduire c’est trahir

medieval_frisure_decoration_ornement_moyen-age_passionPour dire un mot de méthode, nous croisons, en général, le sens des vocables présentant des difficultés à l’aide de plusieurs dictionnaires anciens, avant de vous donner nos indications. Même ainsi, il reste parfois difficile de percevoir toutes les nuances et les subtilités de certains termes usités mais tout de même cela permet de s’en faire une idée relativement correcte.

Concernant les dictionnaires de vieux français ou de français ancien, il en existe de très nombreux et de toutes tailles qui couvrent des périodes variables (sans forcément être très précis ou spécifiques sur ces dernières).

dictionnaire_français_moyen_ancien_hilaire_van_daele_poesie_litterature_medieval_etymologie_definition_recherchesPour l’instant et concernant les difficultés que peuvent présenter certains vocables en usage chez Eustache Morel Deschamps, je dois avouer qu’un petit dictionnaire particulièrement bien fait s’est avéré extrêmement utile dans bien des cas. Je vous en donne la référence à toutes fins utiles. Il s’agit du Petit Dictionnaire de l’Ancien Francais de Hilaire VAN DAELE (1901). On en trouve des versions digitalisées en ligne. Si vous préférez acquérir le format papier souvent plus pratique et plus rapide à manipuler lors de recherches intensives, vous pouvez cliquer sur la photo ci-dessus ou sur le lien suivant: PETIT DICTIONNAIRE DE L ANCIEN FRANCAIS 

Enfans, enfans, de moy Adam venuz,
Qui après Dieu suis père primerain
Crée de lui, tous estes descenduz
Naturellement de ma coste et d’Evain :
Vo mère fut. Comment est l’un villain
Et l’autre prant le nom de gentelesce* ? , (noblesse)
De vous frères, dont vient tele noblesceî
Je ne le sçay ; si ce n’est des vertus,
Et les villains de tout vice qui blesce :
Vous estes tous d’une pel* revestus. (peau)

Quant Dieu me fist de la boe où je fus,  (boue)
Homme, mortel, foible, pesant et vain,
Eve de moy, il nous créa tous nuz:
Mais l’espérit nous inspira à plain
Perpétuel; puis eusmes soif et faim,
Labeur, dolour, et enfans. en tristesce
Pour noz péchiez enfantent à destresce
Toutes femmes: vilment* estez conçus ; (grossièrement)
Dont vient ce nom villain, qui les cuers blesce.
Vous estes tous d’une pel revestuz.

Les roys puissans, les contes et les dus,
Le gouverneur du peuple et souverain,
Quant ils n’àissent de quoy, sont ils vestus?
D’une orde* pel.— sont ils d’autres plus sain? (impure)
Certes nennil* : mais souffrent soir et main* (non point) (matin)
Froidure et chault, mort, maladie, aspresce* (rudesse, âpreté)
Et naissent tous par une seule adresce,
Sans excepter grans, pelis ne menus.
Se bien pensez à vo povre fortresce :
Vous estes tous d’une pel revestus.

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

« Pourquoi viens-tu si peu à la cour? » d’Eustache Deschamps, adapté en français moderne.

poesie_medievale_satirique_eugene_deschamps_moyen_ageSujet : poésie médiévale, politique, satirique, vieux français, oil, traduction, adaptation français moderne, ballade, jeux de cour
Période : moyen-âge tardif (1346-1406)
Auteur : Eustache Deschamps
Titre : « Je n’ai cure d’être en geôle »

Bonjour à tous :

S_lettrine_moyen_age_passionuite à l’article d’hier, nous publions aujourd’hui, une adaptation / traduction en français moderne de l’une des ballades d’Eustache Deschamps que nous y présentions en vieux français, avec un visuel pour l’accompagner.

eustache_deschamps_poesie_critique_satirique_morale_medievale_moyen-age_tardif_XIV_la_cour

« Je n’ay cure d’estre en geôle », traduction adaptation en français moderne

Pourquoi viens tu si po a court?
Qui fuit la court, la court le fuit.

– Pour ce qu’il y fault estre sourt,
Et sanz veoir ne que  de nuit,
Estre muyaux; parler y nuit;
Or voy, or oy bien et parole :
Par ces trois poins sont maint destruit :
Je n’ay cure d’estre en geôle.

Pourquoi viens-tu si peu à la cour?
Qui fuit la cour, la cour le fuit.
– Pour ce qu’il y faut être sourd,
Ne pas y voir mieux que de nuit,
Etre muet; parler y nuit;
Or, je vois, entends bien et j’use de paroles :
Trois bonnes raisons pour y être détruit :
Je n’ai cure d’être en geôle.

Qui dit voir, nul ne le secourt,
Qui voit trop cler, l’en le deffuit;
Qui voit et entent, sur lui court
Chascuns, lors sera mis en bruit;
Li soulaulx fault, la lune y luit
Ténébreuse, la se rigole;
Tenez vous y toutes et tuit:
Je n’ay cure d’estre en geôle.

Qui dit voir, nul ne le secourt,
Qui voit trop clair, et on le fuit;
Qui voit et entend, sur lui court
Chacun, pour lui faire une réputation;
Les soleils manquent, la lune y luit
Ténébreuse, elle s’en réjouit;
Tenez-vous y toutes et tous:
Je n’ai cure d’être en geôle.

Car je voy qu’a ces oiseaulx sourt
En geôles po de déduit;
Ilz sont tenuz crêpes et court .
Ceuls qui ont des champs le conduit . 
Vivent frans; franchise les duit,
Et l’angeolé  pas ne vole,
Qui pour yssir hors se deruit :
Je n’ay cure d’estre en geôle. »

Car je vois que ces oiseaux sourds
En geôles ont peu de plaisir;
Ilz y sont tenus à l’étroit.
Ceux qui ont des champs les conduisent.
Vivent libres; franchise les guide,
Et l’emprisonné pas ne vole,
Qui pour en sortir, se détruit :
Je n’ai cure d’être en geôle.

En vous souhaitant une excellente journée!
Fred
Pour moyenagepassion.com
« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publiliue Syrus  Ier s. av. J.-C

Lecture audio : ballade Eustache Deschamps (Morel), Nulz ne tent qu’a emplir son sac

poesie_medievale_satirique_eugene_deschamps_moyen_ageSujet : poésie médiévale, morale, satirique, politique et réaliste, ballade, vieux français
Période : moyen-âge tardif, bas moyen-âge
Média : lecture audio, lecture poétique
Musique : Erik Satie, Gymnopédie
Auteur : Eustache Deschamps  (1346-1406)
Titre : Nul ne tent (fort) qu’a emplir son sac

Bonjour à tous,

« Par ce convient que le peuple mendie
Car nulz ne tent qu’a emplir son Sac »
Eustache Deschamps  (1346-1406)

A_lettrine_moyen_age_passionllez-vous bien mes amis? Etes-vous en joie et ne ployez-vous pas trop sous la charge? Nous l’espérons de tout coeur. De notre côté, à quelques jours de l’article sur cette ballade d’Eustache Deschamps sur la cupidité et l’injustice des temps, et finalement, sur l’obsession des puissants à s’enrichir au détriment du travail du petit peuple, nous ne sommes finalement fendus de sa lecture audio.

Du point de vue langagier et même si six siècles nous en séparent, le vieux français d’Eustache Deschamps est déjà beaucoup plus proche du nôtre que celui d’un Rutebeuf et se comprend beaucoup mieux. Nous ne donnons donc que quelques indications sur certains mots sur lesquels vous pourriez buter en fin de lecture. Si vous le souhaitez, vous pouvez également vous référer à l’article plus détaillé sur cette ballade ici.

Lecture audio en vieux français
Nulz ne tent qu’a emplir son sac

E_lettrine_moyen_age_passionncore une fois, la morale, quand elle est bonne, est un peu comme un vin de garde, elle ne vieillit pas ou, si elle le fait, elle le fait bien. Je vous laisse donc déguster à nouveau ces mots écrits, il y a plus de six siècles, par un des auteurs et poètes les plus prolifiques du monde médiéval et, notamment, du XIVe siècle: le grand Eustache Deschamps. Peut-être les trouverez-vous, comme nous, d’une grande modernité ou en tout cas d’une brûlante actualité? Sur certains aspects, les temps changent-ils cupidite_poesie_medievale_eustache_deschamps_moyen-agevraiment? La question reste ouverte. (photo ci-contre quand le valet Blaze (Yves Montand) réveillait le cupide Don Salluste (Louis de Funès) à grands coups de « Monseignor, il est l’or » et de pièces trébuchantes dans le film la folie des grandeurs, libre adaptation de la pièce « Ruy Blas » de Victor Hugo, par Gérard Oury )

Du côté musical, nous avons conservé, en fond, cette très belle pièce tirée des Gymnopédies de Erik Satie que nous avions déjà utilisé pour mettre en audio l’épitaphe de François Villon ou sa ballade des pendus.

Une excellente journée à vous où que vous vous trouviez sur notre belle planète bleue.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Convoitise et cupidité des temps, une ballade grinçante et réaliste d’Eustache Deschamps

poesie_medievale_satirique_eugene_deschamps_moyen_ageSujet : poésie médiévale, poésies morales et satiriques, poésie réaliste, ballade, vieux français
Période : moyen-âge tardif
Auteur : Eustache Deschamps  (1346-1406)
Titre : Nul ne tent (fort) qu’a emplir son sac
Bonjour à tous,

C_lettrine_moyen_age_passionpoesie_medieval_auteur_satirique_morale_politique_eustache_morel_deschampsomme la vague revient sans se lasser vers la jetée, et même si les plages estivales semblent déjà loin, nous revenons sans cesse, ici, sur les ballades de ce grand poète satirique, politique et moral du moyen-âge que fut Eustache Deschamps.

Employé de cour de petite noblesse, alternativement chevaucheur, messager, huissier d’armes, maître des eaux et forêts, et encore baillis de Senlis – soit chargé d’administrer la ville et d’y faire appliquer la justice pour le compte du roi -,  tout au long de sa vie, cet auteur et poète médiéval aura côtoyé et servi les rois et les puissants. Pourtant, pour autant qu’il s’est trouvé indubitablement lié au pouvoir et au risque de nous répéter, cet auteur prolifique du XIVe siècle et du moyen-âge finissant ne cesse de surprendre par le courage de sa plume et son  engagement.

De la forme vers le fond, un homme debout

« Car il n’est rien qui vaille franche vie »
Eustache Deschamps

B_lettrine_moyen_age_passionien sûr, on s’est arrêté souvent à son Art de Dictier la prose (1392), à ses apports remarquables en stylistique et en rhétorique, à son attachement à créer ou à formaliser l’exercice d’une poésie qu’il défend comme un art à part entière ayant sa propre musicalité et se suffisant à lui-même.  Il y aura bien, c’est indéniable, un avant et un après Eustache Deschamps dans l’Art poétique français du moyen-âge tardif. Sur le style toujours, on a pu encore souligner, à raison, son talent unique à manier courtoisie et satire, mais au delà des formes et à la lecture de ses belles ballades poétiques empreintes de causticité,  nous ne pouvons nous estache_deschamps_auteur_medieval_poesie_politique_satirique_morale_moyen-ageempêcher de nous arrêter sur le fond et de voir derrière ses textes, rien un homme alerte, face à son temps.

Et quand on le décrit, ici ou là, comme un vieil homme auquel la fortune et la gloire ont échappé et qui s’est aigri avec l’âge, en invoquant, un peu facilement sans doute, ses rancoeurs personnelles pour expliquer certaines de ses diatribes ou sa nature caustique, nous refusons, quant à nous, de nous y laisser aller; ce genre de considérations n’enlève rien au fond, ni au sens de ses textes et loin de toutes explications « psychologisantes » (détestablement) à la mode, son sens critique continue de nous paraître admirable autant que son courage, son amour de l’honneur et sa droiture. Et s’il faut parler du passage du temps, puisque Eustache Dechamps a vécu longtemps, il nous semble plus juste qu’il y ait acquis une forme de sagesse, née de l’observation et de l’expérience. Indéniablement, Eustache Deschamps reste et restera un poète éveillé et critique de son temps, un des grands témoins de la société, des guerres et des misères du XIVe siècle et une voix qui s’élève avec liberté et franchise: un homme debout.

Se dresser ou se taire

"pauvreté et patience" manuscrit traité théologique, manuel de XIVe, bnF,
« pauvreté et patience » manuscrit traité théologique, manuel de XIVe, bnF,

A_lettrine_moyen_age_passion-t’il gardé de sa formation de clerc et de ses connaissances juridiques, une forme de droiture dans la posture d’esprit? C’est bien possible. Le christianisme est-il encore à l’inspiration de certaines des valeurs qu’il défend dans ses ballades satiriques? Sans aucun doute. Justice, équité, empathie et égards pour les petites gens – leur sagesse, leur honneur, leur sens du travail – autant que valeurs chrétiennes sont certainement des piliers sur lesquels sa  morale repose, mais au delà, sa nature d’homme y est encore sûrement pour quelque chose.  Face à l’iniquité et pour réussir à la cour, hier comme aujourd’hui, le silence, l’hypocrisie et la soumission restent toujours des valeurs payantes. Et si ce n’était de poesie_satirique_morale_politique_moyen-age_eustache_deschampssa nature même, n’aurait-il pas été plus simple et plus confortable pour lui, étant si proche du pouvoir et de la cour de verser dans les ronds de jambes et de se soustraire aux règles des jeux de cour?

Qu’est-ce qui fait qu’un homme issu de petite noblesse, s’intéresse aux petites gens et aux hommes du peuple au point, parfois, de s’en faire la voix, au détriment de sa propre réussite sociale et de ses propres intérêts? Plus loin encore, qu’est-ce qui fait que certains hommes se dressent quand d’autres se taisent ou se couchent? Le courage? Ou peut-être même simplement l’impossibilité dans laquelle leur nature les met de pouvoir faire autrement.

La ballade du jour

O_lettrine_moyen_age_passionn retrouve Eustache Deschamps, nous l’avons déjà évoqué ici, sur des thèmes moraux, sur des grandes valeurs d’honneur, de loyauté, de justice sociale. Il est aussi, dans un élan désabusé qui pourrait avoir les accents d’un étonnant manifeste antimilitariste médiéval, à la critique des vaines et futiles guerres de pouvoir, qui ne servent que les caprices ou les intérêts de ceux qui les déclenchent, au détriment des peuples mis à poesie_medieval_cupidite_ballade_moyen-age_eustache_deschampssac et à sang.  Il est encore à la satire acerbe des habitudes de cour, fustigeant l’hypocrisie qui y règne du côté des courtisés comme des courtisans.

Dans cette ballade que nous vous proposons aujourd’hui, il s’attaque à nouveau à la classe des puissants dans une diatribe qui, sans doute, est venue s’ajouter à d’autres pour contribuer à lui attirer quelques inimitiés supplémentaires à la cour et au delà.  Il y oppose encore le petit peuple, cette fois-ci celui de la terre aux seigneurs et finalement le travail  véritable contre la cupidité ou l’appât de l’or.

Nulz ne tent  qu’a emplir son sac.
Une ballade d’Eustache Deschamps

Je doubte trop qu’il ne viengne chier temps (1),
Et qu’il ne soit une mauvaise année,
Quant amasser voy grain a pluseurs gens
Et mettre a part; faillir voy la donnée (2),
L’air corrumpu, terre mal ordonnée,
Mauvais labour et semence pourrie,
Foibles chevaulx, et le laboureur crie,
Contre lequel le riche dit : eschac ! (3)
Par ce convient que le peuple mendie,
Car nulz ne tent  qu’a emplir son sac.

Particulier est chascun en son sens.
Et convoiteus, vie est desordonnée,
Tout est ravi par force des puissans.
Au bien commun n’est créature née.
Est la terre des hommes gouvernée
Selon raison? Non pas; Loy est perie,
Vérité fault, régner voy Menterie,
Et les plus grans se noient en ce lac;
Par convoitier est la terre perie,
Car nulz ne tent qu’a emplir son sac.

Si fault de faim perir les innocens
Dont les grans loups font chacun jour ventrée,
Qui amassent a milliers et a cens
Les faulx trésors; c’est le grain, c’est la blée.
Le sang, les os qui ont la terre arée (4)
Des povres gens, dont leur esperit crie
Vengence a Dieu, vé a la seignourie.
Aux conseilliers et aux menants ce bac.
Et a tous ceuls qui tiennent leur partie.
Car nulz ne tent qu’a emplir son sac.

ENVOY

Princes, le temps est brief de ceste vie,
Aussi tost muert homs qu’on puet dire : clac.
Que devendra la povre ame esbahie? (5)
Car nulz ne tent  qu’a emplir son sac.

(1) chier temps : des temps « chers », difficiles au niveau subsistance
(2) 
faillir voy la donnée*: je vois que les semis ne prennent pas.
(3) 
eschac: traduction littérale : « Echec! ». Autrement dit, « je ne veux rien savoir » ou « Suffit, pas d’excuses »
(4)
 Arée : labourée

(5) esbahie : étonnée, tremblante, effrayée

Pour information, le marquis de Saint-Hilaire dans sa publication des oeuvres complètes d’Eustache Deschamps, ajoute « fors » dans le vers « Car nulz ne tent qu’a emplir son sac » en spécifiant qu’il manque dans la version de Crapelet des mêmes oeuvres, ce qui donnerait : « Car nulz ne tent fors qu’a emplir son sac ». Comme cela fait dépasser un peu les pieds du vers, sans ajouter cupidite_poesie_morale_politique_satirique_auteur_poete_medievale_eustache_deschamps_morelgrand chose au sens, j’ai préféré m’en tenir ici à la version de Crapelet. Je vous laisse choisir la vôtre.

Quoiqu’il en soit, pour conclure sur cette ballade médiévale grinçante  d’Eustache  Deschamps, il est heureux que les temps aient changé. Elle est bien loin cette époque barbare lointaine dans laquelle les puissants et les gens de pouvoir ne pensaient qu’à leur sac, au mépris des petites gens et de leur labeur. Qu’il suffise de regarder la fonte des classes moyennes dans les pays dits développés ou l’extrême pauvreté qui perdure dans les pays pauvres, pourtant souvent gorgés de ressources, pour s’en convaincre. Non décidément, je ne sais pas ce que vous en pensez vous, mais à n’en pas douter, nos temps modernes sont largement moins individualistes ou empreints de  cupidité que ne l’était le monde médiéval et le XIVe siècle d’Eustache Deschamps.

Une très belle journée à tous!
Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes