Citations

La puissance de l’esprit humain selon Paracelse

citations_alchimie_medecine_medievale_moyen_age_paracelseSujet : citations, libre-arbitre, esprit humain, philosophie, pouvoir de l’esprit.
Période : début renaissance, moyen-âge tardif
Auteur Paracelse, Paracelsus (1493-1541) 

« Si nous, les hommes, connaissions bien notre esprit, rien ne nous serait impossible sur terre.»
Theophrastus Bombastus Von Hohenheim, Paracelse (1493-1541)  Médecin, alchimiste & astrologue du moyen-âge tardif.

Bonjour à tous,

Q_lettrine_moyen_age_passionue cache cette citation de Paracelse que vous avez peut-être déjà croisée ici ou là ? Prise hors de son contexte, elle pourrait presque nous rappeler les assertions modernes de la Science sur les mystères et le pouvoir infinis du cerveau humain au niveau bio-chimique.  En réalité, nous sommes au début du XVIe siècle et même si le moyen-âge est déjà en train de céder la place à la Renaissance, il ne s’agit pas encore  de cela.

Pour Paracelsele médecin, philosophe et savant du moyen-âge tardif, l’essence de l’esprit humain est divine :  « C’est une grande chose que l’esprit de l’homme, une chose telle que personne ne saurait l’exprimer. Comme Dieu lui-même est éternel et impérissable, ainsi en est-il de l’esprit de l’homme. ».  Cet esprit humain, émanation directe du divin, est même si puissant qu’il pourrait aller jusqu’à prendre l’ascendant sur les étoiles et sur les Astres eux-même.

citation_medievale_paracelse_paracelsus_moyen-age_tardif

Plus qu’un relation hiérarchisée entre Dieu, l’homme et la nature, à laquelle le moyen-âge nous avait habitué  il y a donc, selon Paracelse, une relation véritablement intime entre l’homme, couronnement de la création et Dieu. De cette philosophie, il résulte pour lui que l’homme devrait être affranchi de toute structure politique ou sociale coercitive ou arbitraire et ne jamais être subordonné au bon vouloir d’un « maître » afin de pouvoir développer directement ses propres dons pour le bien-être de la communauté. Cette  idée forte du libre arbitre et de la liberté individuelle l’ont d’ailleurs fait, quelquefois, rapprocher de Luther (voir l’ouvrage Paracelsus, essential, theoretical writings de  Nicholas Goodrick-Clarke).

Cette conception d’une inspiration divine directe et d’un potentiel infini qui peuvent se manifester sous certaines conditions explique encore, sans doute et en partie, le mépris que Paracelse a souvent affiché auprès des universités, contre l’expérience et l’apprentissage direct, autant que les quolibets qu’il a pu adresser à des personnes s’engageant sur la voie de la médecine, sans en avoir la vocation profonde, ni le don.

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

« Mort saisit (tous) sans exception », Villon et le grand Testament.

poesie_medievale_epitaphe_villon_ballade_pendu_erik_satie_lecture_audioSujet : poésie médiévale, poésie réaliste, auteur médiéval. mort, extrait
Auteur : François Villon (1431-?1463)
Période : moyen-âge tardif, XVe
Ouvrage : extrait du grand Testament. Oeuvres complètes et commentés de François Villon par P.L Jacob (1854)

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous partageons un court extrait et une strophe du Grand Testament de François Villon sur la Mort. Le poète médiéval nous rappelle la vacuité du statut social ou des richesses face à l’inéluctable faucheuse, comme on le retrouvera rappelé dans certains ballades d’Eustache Deschamps, entre autres auteurs. Le thème n’est d’ailleurs pas propre à l’Europe médiévale, même s’il est empreint ici de valeurs chrétiennes.

Ajoutons que cette mort plane de manière tout à fait particulière sur cette partie de l’oeuvre de Villon qui la pense alors proche et ne sait pas encore, au moment où il écrit ses vers, qu’il va être gracié.

« Je congnoys que pauvres et riches,
Sages et folz, prebstres et laiz (1)
Nobles, vilains, larges et chiches,
Petitz et grans, et beaulx et laidz,
Dames à rebrassez colletz, (2) 
De quelconque condicion,
Portant attours et bourreletz, (3)
Mort saisit sans exception. »
François VILLON (1431-?1463)
Le Grand Testament – Extrait

(1) Laïcs
(2) vêtements bordés de fourrures
(3) bourreletz Coiffe d’époque luxueuse

villon_poesie_medievale_grand_testament_mort_moyen-age_tardif

Q_lettrine_moyen_age_passionuelques strophes plus loin, on retrouvera encore cette plume et ce verbe réaliste dont François Villon a le secret et il nous y décrira  la mort dans le détail, un peu comme il l’avait fait pour les pendus de son épitaphe.

« La mort le fait frémir, pâlir,
Le nez courber, les veines tendre,
Le col enfler, la chair mollir,
Jointes et nerfs croître et étendre.
Corps fémenin, qui tant es tendre.
Poly, souef, si précieux,
Te faudra il ces maux attendre ?

Oui, ou tout vif aller ès cieux. »

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Médiévalisme et sagesse hobbit, une citation de JRR Tolkien

JRR_tolkien_bilbo_hobbit_citations_auteur_medieval_fantastique_passion_moyen-age

“Si un plus grand nombre d’entre nous préférait la nourriture, la gaieté et les chansons aux entassements d’or, le monde serait plus rempli de joie.”  JRR Tolkien (1892 -1973) – Bilbo le Hobbit

Sujet : citation, médiéval fantastique, moyen-âge imaginaire, JRR Tolkien, médiévalisme, Bilbo.

Moyen-âge aujourd’hui une « délicieuse évasion » en accord avec Michel Zink

Sujet : citation, Michel Zink, médiévalisme, moyen-âge, monde médiéval, évasion. moyen-âge imaginaire, divertissement.

michel_zink_litterature_medievale_academicien_philologie_citation_moyen-age_medievalisme“Heroic fantasy, films, séries télévisées, jusqu’à Harry Potter et son monde de magie préscientifique sous les ogives gothiques d’un collège anglais, peuvent nous entraîner dans un univers à coloration médiévale où nous nous évadons délicieusement.”

Michel ZINK – Médiéviste, philologue & académicien

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous n’avons pas grand chose à ajouter à cette citation de Michel Zink sur le moyen-âge et ces univers à « coloration médiévale » qu’il nous dépeint comme des occasions d’évasions délicieuses. Si nous ne le pensions pas nous-même, ce site n’existerait sûrement pas. La passion pour le monde médiéval est née chez nombre d’entre nous comme d’ailleurs, bien souvent, chez nos plus grands médiévistes, d’images reçues à travers la littérature, le cinéma, les séries ou même encore les bandes dessinés de notre monde contemporain. Ce moyen-âge « reconstruit », « évoqué » et qui parle tant à notre imaginaire, nous interpelle quelquefois au point de vouloir en savoir plus et de partir à la rencontre d’un moyen-âge plus historique.

citation_michel_zink_medievalisme_litterature_monde_medieval_passion_heroic_fantasy_serie_televisees_actualite_moyen-age

A_lettrine_moyen_age_passionlors, « Magie », « Merveilles », « évasion délicieuse », peut-être faudrait-il encore ici mettre cette citation de Michel Zink en perspective de deux autres : l’une de Georges Duby et l’autre de Jacques le Goff que nous commentions dans un article précédent : réflexions sur les merveilles et attraits du moyen-âge, à partir d’une citation de Georges Duby.

Mises en miroir et sans pour autant en gommer les nuances, elles nous nous permettent, en effet, de mesurer la passion, l’émerveillement, l’irrésistible pouvoir d’attraction et quelquefois encore l’impérieuse nécessité qui guident nos plus grands médiévistes vers leur vocation.

deco_frise

georges_duby_historien_medieviste_histoire_medievale_moyen-age“Le moyen âge est un monde merveilleux, c’est notre western, et, en cela, il répond à la demande croissante d’évasion et d’exotisme de nos contemporains.”
Citation de Georges Duby (1919 – 1996), Historien médiéviste. Entretien avec Antoine de Gaudemar – Octobre 1984

histoire_monde_medieval_jacques_le_goff_citations_moyen-âge“Le Moyen-Âge ne m’a retenu que parce qu’il avait le pouvoir quasi magique de me dépayser, de m’arracher aux troubles et aux médiocrités du présent et en même temps de me le rendre plus brûlant et plus clair.”

Citation de Jacques Le Goff, historien médiéviste (1924-2014),  « A la recherche du Moyen Âge »

deco_frise

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
« Pardonnez-moi, Prince, si je
s
uis foutrement moyenâgeux. »

Georges Brasssens – Le moyenâgeux –  1966

Le moyen age, état primitif de notre civilisation et notre littérature par Michel Zink

“Le Moyen Age est le moment où nous pouvons saisir notre civilisation et notre littérature dans leur état primitif et pourtant la civilisation médiévale n’est nullement une civilisation primitive, bien que certaines approches anthropologiques permettent parfois de mieux la comprendre.”
Introduction à la littérature française du moyen-age
Michel ZINK – médiéviste, philologue et académicien français

Sujet : citation moyen-âge, histoire, civilisation, littérature médiévale.

Jean de Meung, Rutebeuf : mauvaise conscience et vacuité des richesses et biens matériels face à la mort

citations_medievales_
Sujet : citation, sagesse médiévale, poésie morale et satirique.
Période : moyen-âge central
Auteur : Jean de Meung (Clopinel) (1250-1305) et Rutebeuf (1230-1285?)
Ouvrage : le codicille

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous revenons, aujourd’hui, sur le codicille de Jean de Meung, que l’on trouve, la plupart du temps, annexé aux éditions du Roman de la rose dont il fut le co-auteur. Ce texte se présente sous la forme d’un poème critique, un legs moral que l’auteur médiéval fait à ses contemporains : clercs, hommes de religions ou puissants, notamment, et dans lequel il n’hésite pas à les égratigner ou les prendre à partie.

citation_sagesse_medievale_jean_de_meung_codicille_moyen-age_central

« Chascun scet que quant l’ame de sa charoigne part,
De ce monde n’emporte avec soy point de part;
Sa desserte l’emmaine, bien ou mal s’en départ,
En aussi pou de temps comme il tonne ou espart.

Pensons que quant ly homs est au travail de mort,
Ses biens ne ses richesses ne luy valent que mort
Ne luy peuvent oster l’angoisse qui le mort,
De ce dont conscience le reprent et remort »
Jean de Meung – Le Codicille

G_lettrine_moyen_age_passionrand érudit, critique et moraliste, Jean de Meung n’en est pas à son galop d’essai pour ce qui est de manier la satire. Dans ce passage du codicille sur la conscience qui vient tourmenter le mourant sur son lit de douleur, il nous parlera tout à la fois :

  • de la vacuité de l’obsession d’accumuler des biens matériels et des richesses, pire encore quand ils sont acquis de manière malhonnête (« Bien mal acquis ne profite jamais »)
  • de ne pas transmettre à des héritiers de telles richesses mal acquises, au risque de leur empoisonner la vie et de les vouer eux-même « aux enfers ».

rutebeuf_troubadour_trouverre_ppete_moyen-age

Le thème de la mauvaise conscience et des tourments qui se font jour face à la mort, au sujet de ses propres inconduites, n’est pas nouveau et reste cher au moyen-âge. Nous sommes dans  l’Europe médiévale du XIIIe siècle et il est donc question ici de mettre en pratique les préceptes de morale et de conduite chrétienne, sans attendre qu’il soit trop tard : ce monde n’est qu’un passage et nous n’emmènerons rien dans l’au-delà que notre âme et nos actions passées.

On retrouvera pratiquement ses vers à l’identique chez Rutebeuf, et au vue des dates, Jean de Meung s’est certainement inspiré directement du célèbre jongleur et trouvère. Voici les vers de ce dernier, tirés de son dit de la croisade de Tunis :

« Vous vous moqueiz de Dieu tant que vient a la mort,
Si li crieiz mercei lors que li mors vos mort
Et une consciance vos reprent et remort;
Si n’en souvient nelui tant que la mors le mort. »
Rutebeuf – Le dit de la croisade de Tunis

« Vous vous moquez de Dieu jusqu’à l’heure de la mort,
et vous lui criez grâce lorsque la mort vous mord,
que dans votre conscience sont reproches et remords;
Nul n’y pense jusqu’au moment où la mort le mord. »
Traduction de Michel Zink

Pour élargir un peu au delà du moyen-âge chrétien occidental, ajoutons que dans nombre de cultures, cultiver la conscience de sa propre « impermanence » et partant de sa propre mort est considéré, loin de toute forme de « morbidité », comme un guide très efficace dans les actions de la vie, dans leur intensité, comme dans leur profondeur.

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Compassion et sagesse dans la poésie médiévale de Mocharrafoddin Saadi

Sujet : citation médiévale, sagesse persane du moyen-âge central.

saadi_Mocharrafoddin_citation_gullistan_poesie_conte_sagesse_-medievale_moyen-age_central

“Les fils d’Adam sont les membres d’un même corps, car dans la création ils sont d’une seule et même nature; lorsque la fortune jette un membre dans la douleur, il ne reste point de repos aux autres. ô toi, qui es sans souci de la peine d’autrui, il ne convient pas que l’on te donne le nom d’homme !”
Mocharrafoddin Saadi (1210-1291), Gulistan, le jardin des roses.

Bonjour à tous,

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoilà une des phrases les plus célèbres du poète et conteur persan du moyen-âge central sur le thème de la compassion et de l’unité de notre espèce. Elle le demeure du côté occidental de notre monde au moins puisqu’elle trône, comme nous l’avions déjà mentionné, au frontispice de l’ONU à New York. Vous pouvez retrouver un portrait du célèbre  Mocharrafodin Saadi ici.

Une belle journée à tous.

Fred
Pour moyenagepassion.com
« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publilius Syrus   Ier s. av. J.-C.

La sagesse et la poésie persane médiévale de Mocharrafoddin Saadi

Sujet : citation médiévale, sagesse persane du moyen-âge central

saadi_Mocharrafoddin_citation_poesie_conte_sagesse_-medievale_moyen-age_central

Un mal d’yeux’ survint à. un pauvre petit homme; il alla trouver un vétérinaire, lui disant : “Donne-moi un remède.” Le vétérinaire lui introduisit dans l’oeil la drogue dont il se servait pour les yeux des quadrupèdes, et notre homme devint aveugle. On porta la contestation devant le juge, lequel dit : “il n’y a pas d’amende à payer par le vétérinaire. Si cet autre n’avait pas été un âne, il ne serait pas allé le trouver. ”
Mocharrafoddin Saadi (1210-1291), poète et conteur persan
 Gulistan, le jardin des roses.