Oeil des siècles, quelques vers aux châteaux et au doux murmure de leurs pierres

Art digital inspiré des ruines du château d'Ogrodzieniec, Pologne
Art digital inspiré des ruines du château d’Ogrodzieniec, Pologne

Bonjour à tous bonne gens,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, j’avais envie de dédier quelques vers aux châteaux, d’ici ou ailleurs. Je n’aurais pas l’arrogance de nommer cela poésie. Faire de la poésie, c’est comme se prétendre « artiste », c’est une définition que seuls les autres peuvent donner, qu’il me suffise déjà d’avoir l’outrecuidance de  publier ces quelques lignes…

Oeil des Siècles

Coquilles d’escargot en spirale indolente,
Qui gravissent les cieux jusqu’à tes dents de pierre
Tandis que l’eau se mire dans tes hauteurs lierres
Tes tours tremblent encore d’émotion retenue
Au souvenir des temps où l’on donnait le cor
A l’assaut de tes murs, à l’assaut de tes rues
D’émotion contenue, tes tours tremblent encore.

Et s’ils te disent ruines, O vénérable ancien,
Le port encore bien droit dedans ta robe altière,
Digne comme un promis que l’on mène à sa belle
A peine effacé, le souvenir revient
Des jours où face aux osts, tu te tenais rebelle.
Tous alors, fols ou rois, redoutaient le courroux
De tes remparts grondants d’une rage tonnerre.

Et cette tour qui penche comme une cicatrice,
A  l’Est de ta ronde, du côté du levant,
Insigne de  victoire dans ta chair pierraille
A  la beauté étrange des blessures refermées
Et des marques guerrières, au large des batailles,
Tes ennemis d’alors ?  Poussière au lit du temps
Leur ambition déchue en régal aux chimères.
Mais toi, oeil des siècles, vieil ami, vieux complice,
Tu te tiens encore là, debout, vibrant et fier.

Et dans l’eau  qui  se pâme aux  langueurs célestes
De tes murailles borgnes aux longs doigts effilés
Raisonnent encore les luths, les vièles et les gestes
Des jongleurs en liesse venus te célébrer.
Trouvères, montreurs d’ours et belles damoiselles,
Dames à la coiffure plus haute qu’un donjon,
Vendeurs ambulants qui vantent leurs chiffons,
Seigneurs, manants, vilains, en fête tout autour,
A la gloire de tes faits, au soleil de tes jours.

Et de ton pont-levis dont il ne reste rien,
Pas plus que de ta grille mâchurée de ferraille,
Moi je sais bien, vieux frère, que c’est coquetterie.
Du sage un peu railleur à la barbe grisaille.
Au jour qui les perce, ces ouvertures qui baillent
Sont comme le sourire édenté de l’ancien,
Des ridules de joie autour de ses yeux gris,
Et qui se rie de nous, nous qui ne savons rien.

Une bien belle journée à tous sur les terres de monde où l’on parle le Françoués.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publilius Syrus  Ier s. av. J.-C

Laisser un commentaire