Tué par un éclair et ressuscité par un miracle ! La Cantiga de Santa Maria 311

Sujet :  musique  ancienne, galaïco-portugais, culte marial, miracle, vierge de Montserrat, résurrection, Moyen Âge chrétien, Catalogne.
Période : XIIIe siècle, Moyen Âge central
Titre :  Cantiga  Santa Maria 311,   O que diz que servir hóme aa Virgen…  
 Auteur : Alphonse X de Castille (1221-1284)
Interprète : Música Antigua
Album : Cantigas de Catalunya  (2007)

Bonjour à tous,

u cœur de l’Espagne médiévale et à la cour d’Alphonse X, on réunit les chants, les miracles et les louanges qui circulent alors sur les routes des pèlerinages des lieux dédiés à la vierge.

Demeurée célèbre, la compilation du XIIIe siècle présente des centaines de chants mariaux notés musicalement, qui ont traversé 700 ans d’histoire pour nous parvenir. Sur Moyenagepassion, nous avons entrepris, leur étude, depuis quelques années déjà, en nous efforçant de vous les présenter de manière commentée, avec leurs sources, des versions en musique par les plus grands ensembles du moment, mais aussi leurs traductions en français actuel. Après une petite pause, nous reprenons, aujourd’hui, le flambeau pour partir à la découverte de la Cantiga Santa Maria 311. Mais avant cela disons un mot du culte marial au Moyen-âge.

A propos des Cantigas et du culte marial

Bien au delà des frontières de la péninsule ibérique, les cantigas de Santa Maria d’Alphonse X ont ceci de précieux qu’elles témoignent d’un culte marial qui fut d’une très grande importance pour le monde chrétien occidental, à partir du Moyen Âge central.

Mère du « Dieu mort en croix« , on prête à la vierge le pouvoir d’intercéder auprès de lui pour le compte des hommes. Grande faiseuse de miracles pour qui la loue et la prie, elle a aussi la douceur et la compréhension d’une mère. De fait, parmi tous les auteurs médiévaux que nous avons pu étudier jusque là : De Rutebeuf à François Villon, en passant par différents trouvères et troubadours mais encore des poètes du Moyen Âge plus tardif, peu sont ceux qui n’aient pas écrit leur propre oraison à la vierge ou quelques louanges à son endroit. En littérature médiévale, l’amour qu’on lui voue empruntera même, aux XIIe et XIIIe siècles, chez certains auteurs religieux ou laïques, les voies de la lyrique courtoisie et de la fine Amor, donnant naissance à une poésie, toute en spiritualité et en retenue.

Le miracle de la Cantiga 311 : le pèlerin foudroyé et son ami mécréant

Enluminure de la Cantiga de Santa Maria 311 dans le chansonnier BNCF BR20 de la Bibliothèque de Florence (XIIIe-XIVe siècle).

A l’image de nombreuses Cantigas de Santa Maria, la CSM 311 conte l’histoire d’un miracle. Celui-ci porte plus particulièrement sur la vierge catalane de Montserrat et nous rapporte les infortunes d’un dévot habitué à la visiter, chaque année, en pèlerinage.

Ce corpus médiéval ne cesse de l’affirmer, la foi placée en la Sainte Marie peut tout et de bien des manières ; le miracle de la Cantiga 311 s’efforcera, une fois de plus, de l’établir. Il prendra même la forme du miracle ultime puisqu’il sera question ici de résurrection. Notons que ce n’est pas le seul de ce type dans le corpus des Cantigas d’Alphonse X ; nous avons eu l’occasion d’en étudier plusieurs de ce type (voir notre index de Cantigas de Santa Maria).

Ici, l’exemplarité de la dévotion sera pour les auditeurs, autant pour l’un des témoins directs de toute l’affaire. Bourgeois nanti, de peu de foi, ce dernier recevra, au passage, une double-leçon sur le mal fondé de ses doutes en les pouvoirs de la Sainte, autant que sur son avarice et son manque de largesse envers elle. A l’occasion de ce retour entre les lignes du chameau et du trou de l’aiguille, la boucle biblique sera donc bouclée (1).

Música Antigua et les cantigas d’Alphonse X

Pour nous accompagner en musique dans la découverte de ce chant marial, nous avons choisi de rester sur les routes d’Espagne, pour y profiter du talent et de l’œuvre majeure d’Eduardo Paniagua (voir son portrait détaillé ici). Avec son ensemble Música Antigua fondé en 94, ce musicien espagnol est, en effet, l’un des seuls à avoir couvert l’ensemble du répertoire des Cantigas de Santa Maria d’Alphonse X. Il en a tiré de nombreux albums thématiques.

Loin de toute sophistication vocale, la version qu’il nous propose ici reste plutôt « ancrée ». Pour le dire autrement, on n’est plus proche d’une version à la René Zosso que d’une envolée soprano. Mais, finalement, peut-être reste-t-on, de cette façon, plus proche des origines de ces chants (orchestration mise à part) si on les imagine chantés sur des routes de pèlerinages.

Cantigas de Catatunya, Abadía de Montserrat

Sorti dans le courant de l’année 2007, l’album dont est tiré le chant marial du jour est intitulée : Cantigas De Catalunya, Abadía de Montserrat (Chants de Catalogne, abbaye de Montserrat) Sur 1h15 d’écoute, on colle donc dans la logique thématique chère à Edouardo Paniagua, au moment d’aborder ce vaste corpus de plus de 400 pièces.

Cantigas de Catalunya - Album de l'ensemble Musica Antigua sous la direction de Eduardo Paniagua.

Comme son titre l’indique, cette production vous permettra, à travers huit pièces issues du répertoire d’Alphonse X, de découvrir uniquement des Cantigas qui portent sur le nord de l’Espagne et la Catalogne et dans lesquelles la vierge de Montserrat tient une place de choix. Du reste, pour ceux qui ne les connaissent pas, aujourd’hui encore, entourées d’impressionnantes concrétions rocheuses, à quelques encablures de Barcelone, l’abbaye de Montserrat et sa vierge noire continuent d’attirer de nombreux pèlerins et visiteurs, chaque année.

Membres ayant participé à cet album

César Carazo (chant, alto), Luis Antonio Muñoz (chant, fidule), Felipe Sánchez (luth, citole, vièle), Jaime Muñoz (cornemuse, flaviol, tarota, axabeba, tambour), David Mayoral (darbouka, dumbek, tambourin), Eduardo Paniagua (psaltérion, flûte à bec, cloche, darbouka, gong, rochet, hochets, hochet, goudron) et direction.

En chinant un peu, vous pourrez, sans doute, trouver cet album chez votre disquaire préféré. Sinon, sachez qu’il est toujours disponible à la vente en ligne sous forme dématérialisée. Voici un lien utile pour l’obtenir au format MP3.

La Cantiga de Santa Maria 311 et sa partition, Códice de los Músicos, manuscrit médiéval.
La Cantiga de Santa Maria 311 et sa partition dans le codex des musiciens ( Códice de los Músicos, códice J.b.2) de la Bibliothèque de l’Escorial de Madrid

La cantiga de Santa Maria 311
et sa traduction en français actuel


Como Santa María de Monsarrat resuscitou un hóme que ía alá en romaría e morreu na carreira.

O que diz que servir hóme aa Virgen ren non é,
aquest’ é de mal recado e hóme de maa fé.

Ca se en fazer serviço a un bon hóme pról ten,
quanto mais na Virgen santa ond’ havemos todo ben;
e quen aquesto non cree, sa creença non val ren,
ca descre’ en Déus, séu Fillo, e en ela que Madr’ é.
O que diz que servir hóme aa Virgen ren non é…

Comment Sainte-Marie de Montserrat ressuscita un homme qui se rendait là-bas en pèlerinage et mourut en chemin.

Celui qui dit que servir la vierge ne vaut pas la peine
Celui là est un mauvais messager et un homme de mauvaise foi.

Car si rendre service à un homme bon a de la valeur
Combien plus encore l’est
de servir la vierge sainte dont nous recevons tous les bienfaits.
Et celui qui ne croit pas en cela, sa foi ne vaut rien,
Car il ne croit ni en Dieu, ni en son fils, ni en elle qui est sa mère
Celui qui dit que servir la vierge n’est rien…

E de tal razôn miragre vos quéro óra mostrar,
que d’ entender é mui bõo a quen i mentes parar,
que a Virgen grorïosa de Monssarraz quis mostrar
por un hóme que a sempre servía con mui gran fé.
O que diz que servir hóme aa Virgen ren non é…

Et à ce propos, je veux vous exposer un miracle,
Qui est fort édifiant pour qui y prête attention,
Et que la vierge glorieuse de Montserrat voulut faire
Pour un homme qui la servait toujours avec une grande foi.
Celui qui dit que servir la vierge n’est rien…

El alí en romaría ía dous vezes ou tres
no ano, e amizade havía con un borgês;
e rogou-lli que na fésta qu’ é en meógo do mes
d’ Agosto de sũu fossen, dizendo: “Logar sant’ é.”
O que diz que servir hóme aa Virgen ren non é…

Il allait là-bas (à Montserrat) en pèlerinage deux ou trois fois l’an
Et avait des amitiés avec un bourgeois ;
Et il pria ce dernier de se rendre avec lui à la fête qui s’y donne
En août, en lui disant : « C’est un lieu très saint. »
Celui qui dit que servir la vierge ne vaut pas la peine…

Entôn ambos s’ acordaron por en romaría ir
a Monssarraz. Mas primeiro, per quant’ end’ éu puid’ oír,
passaron per Barçalona; e u quiséron saír
da vila, começou lógo mal tempo, per bõa fé.
O que diz que servir hóme aa Virgen ren non é…

Ainsi, ils s’accordèrent tous deux pour aller en pèlerinage
A Montserrat. Mais avant cela, d’après ce que j’ai pu entendre,
Ils passèrent par Barcelone ; et quand ils voulurent sortir
De la ville, le temps commença à se gâter, de bonne foi
(2)
Celui qui dit que servir la vierge ne vaut pas la peine…

E fezo ventos mui grandes e começou de chover
e alampos con torvões des i coriscos caer,
assí que feriu un deles aquel hóme, que morrer
o fez lógo mantenente; ca do corisc’ assí é

Et il souffla de très grands vents et il commença à pleuvoir
Avec du tonnerre, de grandes turbulences et des éclairs qui tombaient
De sorte qu’un de ses hommes fut blessé et mourut
Peu de temps après, car il en va ainsi avec les éclairs

Que en quen fér lóg’ afoga ou talla ou queimar faz.
Mais aquel hóm’ afogado foi, que pera Monssarraz
ía sempre, com’ oístes; e séu compannôn assaz
chorou por el e ar disse paravlas contra a fé,

Qui à l’un peuvent frapper, ou blesser ou faire se brûler.
Cet homme qui se rendait toujours à Montserrat,
Fut foudroyé, comme vous l’avez entendu ; et son compagnon
Pleura beaucoup pour lui et prononça des paroles contre la foi,

dizendo: “Par Déus, amigo, muito empregásti mal
quanto a Santa María servist’, e pois te non val
nen te guardou desta mórte, per que o dém’ infernal
levou ja de ti a alma; e, mal pecad’, assí é.”
O que diz que servir hóme aa Virgen ren non é…

En disant : « Par Dieu, mon ami, tu t’employas bien mal
En servant Sainte-Marie, et cela ne t’a rien valu,
Ni ne t’a protégé de cette mort, car le démon de l’enfer
a déjà emporté ton âme ; c’est bien triste pour toi, mais il en est ainsi.
Celui qui dit que servir la vierge ne vaut pas la peine…

E outro día por ele ũa missa dizer fez,
des i que o soterrassen, ca tal éra come pez
tornado daquel corisco; e ar disse dessa vez
paravras contra a Virgen onde naceu nóssa fé,

Le jour suivant, il fit dire un messe pour lui
Et pour qu’on l’enterre, car ce dernier était noir
Comme la poix par la faute de cet éclair, et il dit à nouveau
Des mots contre la vierge en laquelle réside notre foi.

indo con el aa cóva chorand’ e dizend’ assí:
“Mal empregásti téu tempo na Virgen, com’ aprendí,
demais perdísti grand’ algo que lle désti; mais a mi
nunca averrá aquesto, ca o méu na arca é.”
O que diz que servir hóme aa Virgen ren non é…

Et se rendant avec le défunt en son caveau, il pleurait et disait :
« Tu as bien mal employé ton temps dans la vierge, comme j’ai pu le voir,
Et, plus encore, tu as perdu tout ce qui tu lui donnas en offrande ;
Mais jamais cela ne m’arrivera, car ce qui est m’appartient reste bien à l’abri. »

Celui qui dit que servir la vierge ne vaut pas la peine…

El aquest’ assí dizendo, resorgiu o mórt’ entôn
e assentou-se no leito e diss’ aquesta razôn:
“Mentes a guisa de mao, ca mia alm’ a perdiçôn
fora, se non foss’ a Virgen, que chav’ é de nóssa fé,

Tandis qu’il parlait ainsi, le défunt ressuscita
Et s’asseyant sur son lit funéraire, il parla de cette manière :
« Tu mens comme un mauvais homme car mon âme aurait
été en perdition, si cela ne fut grâce à la Vierge, qui est la clé de notre foi.

que me livrou de sas mãos u éra en poder séu;
e porend’, enquant’ éu viva, sempre no coraçôn méu
a terrei pera serví-la, e nunca me será gréu
de ren que por ela faça, ca mui ben empregad’ é.”
O que diz que servir hóme aa Virgen ren non é…

C’est elle qui me libéra des mains du démon quand j’étais en son pouvoir ;
Et pour cela, tant quand je vivrai, je mettrai toujours mon cœur
En quatre pour la servir, et jamais cela ne me sera pesant
En rien, car tout ce que je fais pour elle, est fort bien employé. »
Celui qui dit que servir la vierge ne vaut pas la peine…

Quand’ esto viron as gentes, déron todos gran loor
aa Virgen grorïosa, Madre de Nóstro Sennor,
que sempre seja loada enquanto o mundo for,
ca é nóssa avogada, des i padrõa da fé.
O que diz que servir hóme aa Virgen ren non é…

Quand les gens virent cela, ils firent de grandes louanges
A la vierge glorieuse, Mère de notre Seigneur,
Qu’elle soit toujours louée tant que je suis en ce monde
Car elle est notre avocate et la mère patronne de notre foi,
Celui qui dit que servir la vierge ne vaut pas la peine…



En vous souhaitant une belle journée.
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes.


Notes

(1) Matthieu 19.24. « Il est plus facile pour un chameau entre par un trou d’aiguille, que pour un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. »
(2)…, per bõa fé : petit doute sur cette formule placée à la fin de cette phrase et dont le sens, dans le contexte, serait à revérifier. Le temps se gâta pour la foi de nos pèlerins ? Le troubadour nous dit cela en toute bonne foi ?

NB : sur l’image d’en-tête, en arrière plan de la vierge noire de Montserrat, vous retrouverez la page du BNCF BR 20 et l’illustration de cette cantiga.

Ballade satirique : larmes & plaintes contre les abus d’un Prince

Sujet : poésie satirique, poésie médiévale, poète breton, ballade médiévale, poésie politique, auteur médiéval, Bretagne Médiévale.
Période : Moyen Âge tardif, XVe siècle
Auteur : Jean Meschinot (1420 – 1491)
Manuscrit médiéval : MS français 24314 BnF
Ouvrages : Œuvres et poésies variés de Jean MESCHINOT , édition 1493, édition 1522 et biographie de Arthur de La Borderie, 1896.

Bonjour à tous,

ous revenons, aujourd’hui, à la poésie satirique de Jean Meschinot. Au Moyen Âge tardif, ce poète breton a critiqué vertement les abus du pouvoir dans ses Lunettes des princes. Poussant plus loin son engagement moral et politique, il a également prolongé cette œuvre par 25 ballades corrosives contre Louis XI.

Pour rédiger ces 25 poésies satiriques, brutales et sans concession, Jean Meschinot avait alors emprunté ces envois à un auteur célèbre de son temps : Georges Chastellain (Chastelain). Chroniqueur et poète médiéval d’origine flamande installé à la cour de Bourgogne, ce dernier ne s’était pas privé, lui-même, quelque temps auparavant, d’écorcher copieusement le roi français dans une longue diatribe intitulée « Le Prince« .

Ballade sur la souffrance du peuple
sous le joug du pouvoir central

La poésie du jour est la dix-huitième de la série des 25 ballades de Meschinot. L’auteur breton y met l’accent sur la grande misère et la pauvreté dans lesquelles sont rendus les sujets du royaume de France et les petites gens. La prédation des puissants et, plus particulièrement, du pouvoir central y est mis directement en cause ; on retrouvera même l’image familière des loups cruels et sans pitié, gouvernant les ouailles en leur infligeant le pire.

Ce thème de la souffrance du peuple sous le joug du pouvoir est récurrent dans l’œuvre de Jean Meschinot ; il traverse ses 25 ballades comme ses Lunettes des princes. Ici, il invoquera Dieu en témoin des exactions d’un prince qui n’inspire aux hommes que « haine et froidure » et qu’il n’hésitera pas à qualifier de « pillard« .

La poésie de Meschinot accompagnée d'une enluminure du poète breton

Contexte historique de cette poésie

Pour replacer cette poésie médiévale dans son contexte, nous sommes non loin du temps de la ligue du bien public et des révoltes qui verront se soulever de nombreux nobles et leurs provinces contre Louis XI : Bourgogne, Bretagne, Lorraine, Berry, Armagnac, Bourbonnais, …

Autour de cette période et même après, Meschinot et Chastellain sont loin d’être les seuls à blâmer la gestion de Louis XI, comme nous le rappelle l’auteur Jean-François Lassalmonie dans un ouvrage de 2002 sur la politique financière de Louis XI :

« Les commentaires des chroniqueurs s’accordent pour blâmer sa libéralité excessive (celle de louis XI). Sa prodigalité leur apparaît d’autant plus condamnable qu’elle accablait inutilement ses sujets pour enrichir des hommes qui, par leur condition surtout, n’étaient pas fondés à leurs yeux à profiter des deniers publics : la redistribution qui s’opérait ainsi était jugée injuste. (…)  Cette extorsion, vitupérait Basin (Thomas Basin – 1412-1491, évêque & chroniqueur français), était d’autant plus scandaleuse que le sang des pauvres ne servait qu’à engraisser des pensionnaires sans mérite et de vile condition, tant les distributions du souverain étaient inconsidérées »
La boîte à l’enchanteur, Jean-François Lassalmonie (1)

Aux sources médiévales de cette ballade

Du côté des manuscrits anciens, vous pourrez retrouver cette ballade de Meschinot au cœur du ms Français 24314. Cet ouvrage daté du XVe siècle est actuellement conservé au département des manuscrits de la BnF et consultable sur Gallica.fr.

Pour sa transcription en graphie moderne, nous nous sommes, quant à nous, appuyés sur deux éditions différentes des œuvres de Meschinot : « Jehan Meschinot, escuier, en son vivant grant maistre d’hostel de la royne de France« , Nicole Vostre (1522), et « poésies de Jehan de Meschinot », Étienne Larcher, Nantes (1493). A noter que l’historien breton Arthur de La Borderie la mentionne également dans sa biographie de Meschinot datée de 1896 : Jean Meschinot, sa vie, ses œuvres, ses satires contre Louis VI ».

La ballade politique et satirique de Meschinot dans le ms 24314 de la BnF
La ballade de Meschinot dans le manuscrit Ms Français 24314 de la BnF

Et contre luy former larmes et plaintes.
dans le français de Jean de Meschinot

O vous qui yeux avez sains et oreilles,
Voyez, oyez, entendez les merveilles ;
Considérez le temps qui présent court.
Les loups sont mis gouverneurs des oueilles ;
Fut-il jamais nenny choses pareilles ?
Plus on ne voit que traisons à la court.
Je croy que Dieu paiera en bref ses debtes,
Et que l’aise qu’avons sur molles couettes
Se tournera en pouretez
(pauvretés) contraintes.
Puisque le chef qui deust garder droicture
Fait aux poures
(pauvres) souffrir angoisse dure
Et contre luy former larmes et plaintes.

Les bestes sont aux corbins et corneilles,
Mortes de faim, dont peines nonpareilles
(sans égales)
Ont poures
(pauvres) gens. qui ne l’entend est sourd.
Las ! Ilz n’ont plus ne pipes ne bouteilles,
Cidre ne vin pour boire soubz leurs treilles,
Et brief je voy que tout meschief
(malheur, infortune) leur sourt (advient),
Les bons sages et anciens poetes
N’enseignent pas a faire telz molestes
(tourment, ennuis)
(2)
Come a present se font, ne telles faintes.
C’est ung abus qui trop longuement dure
Qui cause en est, fait envers dieu injure
Et contre luy former larmes et plaintes.

Seigneur puissant, saison n’est que sommeilles,
Car tes subjectz prient que tu t’esveilles.
Ou aultrement leur temps de vivre est court.
Que feront-ils si tu ne les conseilles ?
Or n’ont-ilz plus bledz
(blé), avoines ne seigles,
De toutes pars misère leur acourt.
A grant peine demeurent les houettes
(3).
Abillement des charues et brouettes,
Qu’ilz ne perdent et aultres choses maintes,
Par le pillart qui telz maulz leur procure :
Auquel il faut de tout faire ouverture.
Et contre luy former larmes et plaintes.

Envoi (Georges Chastellain)

Prince qui sourt nouvellettez estroictes (4)
Et retrecist les amples voyes et droittes
Celles que honneur doit maintenir non fraintes
(entières, non brisées)
Celluy esmeut cueurs d’hommes en murmure
Les fait tourner a hayne et a froidure
Et contre luy former larmes et plaintes.


Notes

(1)La boîte à l’enchanteur, Politique financière de Louis XI, Jean-François Lassalmonie (2002)
(2) ms 1493 « a faire telz moettes » : moue, grimace.
(3) petite houe, outil utiliser pour bécher la terre.
(4) Prince qui sourt nouvellettez estroictes : qui répand des nouveautés étriquées

NB : l’image de l’image d’en-tête provient du ms 24314. Elle représente un portrait de Jean Meschinot face aux travers et vices qui le visitent.

En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes

Manuscrits rares et basse-danse au KBR Muséum de Bruxelles

événements autour du Moyen Âge au KBR Museum.

Sujet : musique, basse danse, Bourgogne médiévale, manuscrit ancien, manuscrits médiévaux, exposition, ateliers, ducs de Bourgogne, musée, enlumineurs médiévaux
Période : Moyen Âge tardif, XVe siècle & renaissance
Lieu : KBR Museum,  Mont des Arts 28, Bruxelles.
Dates : samedi 3 et dimanche 4 décembre 2022

Bonjour à tous,

vec l’arrivée de l’hiver, le KBR Museum de Bruxelles se drape de ses plus belles couleurs médiévales pour proposer à ses visiteurs de nouvelles expositions et de nouveaux ateliers.

Ainsi, à partir du 22 novembre, le musée exposera une nouvelle sélection de manuscrits et œuvres du temps de la Bourgogne médiévale. Le KBR a, en effet, hérité de la riche librairie des Ducs de Bourgogne, une collection d’ouvrages conservée précieusement sur place et que le public peut découvrir à l’occasion d’exposition variées.

Nouveaux manuscrits à découvrir
& basses danses de Marguerite d’Autriche

Temps fort de cette nouvelle exposition de pièces et manuscrits de la fin du Moyen Âge et des débuts de la renaissance, le week-end des 3 et 4 décembre verra exposer un manuscrit particulièrement précieux, demeuré sous clef depuis de longues décennies. Il s’agit du manuscrit original des basses danses de Marguerite d’Autriche, référencé KBR ms 9085. Véritable symbole de luxe et de prestige en son temps, cet ouvrage ancien d’une grande rareté est réalisé sur parchemin noir, pour une écriture et des notations musicales faites à l’encre doré et argenté.

feuillet du manuscrit ms9085, basses danses & musique médiévale du XVe siècle

Pour prendre toute la mesure de sa nature exceptionnelle, à ce jour, on compte seulement 7 manuscrits anciens dans le monde réalisés avec une technique similaire et sur un tel parchemin. C’est d’ailleurs ce qui explique que cet ouvrage ne voit pratiquement jamais la lumière. En plus d’être précieux et prestigieux, le ms 9085 est, en effet, extrêmement fragile et s’est montré, jusque là, rétif à toute tentative de restauration.

Le contenu du très rare ms 9085

Du point de vue de son contenu, ce manuscrit propose, sur 47 feuillets, 58 basses danses annotées musicalement et chorégraphiquement. Nous lui avions d’ailleurs consacré un article accompagné d’une basse danse en musique, ici. Daté des tout débuts du XVIe siècle, le ms 9085 compte aussi parmi les plus anciens témoins écrits des basses danses, danses de cour tout en maintien qui resteront prisées de la classe nobiliaire, jusqu’à la fin du siècle suivant.

Resté au coffre du musée depuis plus de trente ans, ce véritable trésor plusieurs fois centenaire fera donc une sortie exceptionnelle, le temps d’un week-end, avant de regagner, en toute discrétion, son lieu protégé, loin des regards du public.

Visite guidée et ateliers sur les secrets
de fabrication des manuscrits médiévaux

Basse-danse enluminure médiévale du Ms 5073 de la BnF
« Regnault de Montauban », T2, ms 5073 réserve, Arsenal, basse-danse, BnF.

Au KBR Museum, ce même week-end de décembre sera, bien sûr, l’occasion de parler de musique médiévale et notamment de basses danses. A ce titre, nous ne pouvons que vous conseiller de profiter de l’occasion pour une visite guidée (le 4 décembre de 11h00 à 12h30), en compagnie des guides du musée. Ils se proposeront de vous faire découvrir tous les secrets de fabrication des manuscrits médiévaux et de vous initier au sens caché et aux symboles que recèle l’art des enluminures au Moyen-Âge. En leur compagnie, vous pourrez également découvrir les nouveaux manuscrits de la Librairie des Ducs de Bourgogne exposés cette saison, donc celui mentionné ci-dessus.

Durant ce même week-end, l’exposition sera encore complétée par deux ateliers de découverte et mise en pratique de la calligraphie ancienne et de l’usage des pigments naturels dans l’enluminure médiévale : les samedi 3 & dimanche 4 décembre, de 14h00 à 17h00 heures.

Voir les détails et informations sur le site officiel du KBR Museum.


En vous souhaitant une belle journée.
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen âge sous toutes ses formes.

Vengut lo jorn de Originem, collectif de rock médiéval pur jus

Sujet : musique, rock médiéval, inspiration médiévale, occitan, musique rock, Occitanie, occitan, modernité, jacquerie, révolte, ingénierie sociale.
Période : Moyen Âge tardif, XIVe siècle, époque actuelle.
Titre : Vengut lo jorn (le jour venu)
Interprète : Originem

Bonjour à tous,

oin de l’ethnomusicologie et des manuscrits anciens, nous vous avons souvent parlé, ici, de formations musicales modernes qui puisaient leur inspiration dans le Moyen Âge, en s’affranchissant des sources originales à des degrés divers : néo pop médiéval, folk médiéval, néo folk, métal symphonique médiéval, …

On pourrait encore citer, dans la famille des styles plus « easy listening », les musiques médiéval-fantasy, souvent plus inspirées du folklore celtique irlandais que du monde médiéval, qu’on trouve au kilomètre sur youtube, ou encore ce genre à rebours assez drôle mais totalement vidé de substance que les mois de confinement ont vu naître en 2020 : le « bardcore ». Un style qui reprend des titres Pop plus ou moins récents (Bioncé, Eminem, etc…) pour les réinterpréter à la sauce « médiévalisante », à grands renforts de MAO et de rythmes électroniques.

Aujourd’hui, nous nous tiendrons loin de tout cela. Et si le Moyen Âge continue d’éveiller diversement les muses des compositeurs modernes, nous oublierons, pour un temps, les revisites gentillettes des musiques médiévales à la façon world music électronique. Aussi, âmes sensibles s’abstenir ! préparez-vous à une plongée dans le rock, le vrai, celui des racines et de la révolte qui couve. Bienvenue dans le monde d’Originem.

Originem, rock & racines médiévales

Si le collectif rock médiéval Originem trouve son inspiration au Moyen Âge et au XIVe siècle, c’est que son intention est de situer la lutte dans une continuité historique qui puise bien au delà de 60’s, avec leur rock à papa. Loin, bien loin, du plan Marshall et des sirènes américaines du Capitalisme de la Séduction (dénoncé en 1981 par Michel Clouscard), le rock d’Originem s’ancre dans les racines profondes et anciennes de nos terres françaises et occitanes. Il y résonne comme la révolte du petit peuple exsangue du Moyen Âge dans les campagnes ravagées par la guerre de cent ans, par les pillages et les épidémies. Il s’élève comme une réponse nécessaire face à des temps de prédation et d’incertitude.

En latin et en Occitan, la langue de nos lointains aïeux et ancêtres, la musique et les textes d’Originem grondent comme grondaient les jacqueries du temps des disettes et des privilèges. Toutes griffes dehors, derrière l’évocation d’un monde médiéval qui se cabre sous le coup de ses insurrections, elle met en abîme les questionnements sur le temps qui est là et sur le temps qui vient.

Originem – Vengut lo Jorn – Rock Médiéval

De l’antisocial de Trust à la conscience collective

Ce n’est sans doute pas, par hasard, qu’on retrouve David Jacob, le bassiste de Trust dans cette formation aux musiques envoutantes et qui scande ses paroles comme des mantras libérateurs ou des appels à l’éveil des consciences et des âmes.

L’antisocial de Bernie Bonvoisin perdait son sang froid dans la France des 80’s. En dénonçant la marque du système dans les chairs aliénées et robotisées par les néons de la modernité, il invitait chacun à y reconnaître la marque de son propre esclavage. Face à la gangrène conformiste, le groupe Trust et son chanteur Bernie avaient rêvé de faire sauter tous les carcans pour éveiller, dans la jeunesse trop sage des 80’s, une quête de sens existentielle. A 40 ans de là, Originem reprend le flambeau de la révolte mais, cette fois-ci, d’une manière plus profonde et peut-être aussi plus collective dans sa forme. Le chanteur est bien là mais il s’efface presque devant la tribu. La forme est au service du fond. Et comme le chant revient de manière entêtante, presque processionnaire, comme un manifeste, la dimension individuelle cède le pas sur la dimension collective.

Le message est clair. L’heure est à l’éveil. Les partisans, les gens du simple et les gueux du XXIe siècle sont affamés. Ils sortiront bientôt du bois comme des loups et les corbeaux se joindront à leurs cris pour faire tomber les masques et réclamer leur dû. La libération approche pour ceux qui n’ont déjà plus rien à perdre. Sous ce rock aux accents anciens et d’un autre temps, chaque auditeur sera libre de juger à quel point le passé se reflète dans le présent et comment d’anciennes problématiques viennent se réinviter sur fond d’actualité brûlante.

Enluminure médiévale jacquerie du XIVe  siècle - Marché de Meaux
Juin 1358, des paysans révoltés envahissent le marché de Meaux et finissent exterminés, Chroniques de sire Jean Froissart, MS Français 2643 (Bnf Gallica)

Du rock contre l’ingénierie sociale

« …Les textes sont toujours des textes courts, dans le style de ce qui pouvait se scander dans des tavernes ou sur les routes à l’époque, et mettent souvent en scène des personnages perdus et fous de rage, choisissant de prendre la route de la sédition, de l’insurrection, bref, de la révolte comme dernier acte pour un avenir digne de ce nom. » Jean-Michel Wizenne

Tombé de longue date dans la marmite du Rock, Jean Michel Wizenne, le chanteur, guitariste, fondateur et compositeur de Originem, pose le cadre sans faux-fuyants. Par ailleurs auteur, conférencier et sociologue, il jette sur nos sociétés actuelles et la française en particulier un œil particulièrement critique.

Sans masquer son dégoût du néolibéralisme sauvage et ses déviances, il interroge les concepts patinés, remâchés, survendus qui mènent à la « docilité convenue ». Au service de qui ou de quoi ces injonctions de douceur, de docilité, de passivité roulent-elles pour qu’on veuille, à ce point, nous les faire ingérer ? Entre la recherche de paix sociale et la volonté d’endormissement -asservissement des masses, le fil est quelquefois bien plus ténu qu’on le pense. Les gilets jaunes s’en souviennent encore. Il a suffi de voir le peuple s’éveiller un peu et sortir dans les rues pour comprendre de quel côté se trouvait la violence véritable. Quoi qu’il en soit, dans l’esprit du parolier d’Originem, le questionnement sur l’ingénierie sociale et ses nouveaux outils de régulation et de coercition est en filigrane.

Pourtant, la domestication a ses limites et comme les jacqueries du XIVe siècle ou d’autres soulèvements l’ont montré, le point de rupture n’est jamais aussi loin qu’on le croit. Alors, l’espoir, JMW en a, celui du changement qui vient. En attendant, il cite Chomsky : « dans les périodes chaotiques, il y a toujours des failles ». Quand on vous dit que le Rock d’Originem est posé sur un socle sérieux.

Les membres d’Originem

Jean-Michel Wizenne (guitare, chant et composition) – David Jacob (guitare basse) – Thomas Calegari (batterie & percussions) – Géraldine Thébault (flûte piccolo).


Vengut lo Jorn de Originem,
les paroles en occitan & leur traduction

Devèm faire lo camèu
En esperant lo sinhau
Lo sinhau de la venjança
Lo sinhau de la Sedicion.

Devèm faire lo camèu
En esperant lo sinhau
Lo sinhau de la revòuta
E dau chaple, chaple que vèn.

Siguem pacient mai despacient
Siguem calme mai siguem furiòs
Siguem pacient mai despacient
Siguem calme mai siguem furiòs.

Aguem lo codonh
Aguem lo còr pelut
Botem lei en bandiera
Vengut lo jorn…

Nous devons faire le dos rond
En attendant le signal
Le signal de la vengeance
Le signal de la Sédition.

Nous devons faire le dos rond
En attendant le signal
Le signal de la révolte
Et du massacre, massacre qui vient.

Soyons patients, mais impatients
Soyons calmes, mais soyons furieux
Soyons patients, mais impatients

Soyons calmes, mais soyons furieux.


Ayons de la rancune !
Ayons du courage !
Mettons-les en pièces,
Le jour venu.


Pour conclure, disons un mot de l’actualité du groupe et de ses productions. Trois morceaux sont déjà publiés sur les réseaux dont celui que nous partageons dans cet article. Vous pourrez tous les retrouver en ligne sur la chaîne youtube d’Originem et sur son site officiel, en attendant de croiser le groupe sur de vraies scènes et de vrais festivals en France.

En bonus sur leur chaîne Youtube, vous trouverez aussi des vidéos qui expliquent la démarche du groupe et détaille les textes de certains morceaux. Je vous les recommande vivement pour aller un peu plus loin. Enfin sur les réseaux, de nouveaux morceaux sont prévus pour les mois à venir. Affaire à suivre donc !

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Voir d’autres articles sur un thème similaire :