Archives de catégorie : Sources et articles

Sources d’inspiration, réflexions générales, articles d’actualité sur le moyen-âge, la catégories des inclassables.

Agenda : des centaines d’aventures sous le signe de l’Archéologie

Sujet : archéologie, archéologie médiévale, archéologie française, archéologie expérimentale, archéologie européennes, portes-ouvertes, découverte, chantiers de fouilles, atelier, reconstitution historique.
Evénement : les journées de l’Archéologie
Dates : le 17, 18 et 19 juin 2022

Bonjour à tous,

eux qui nous lisent régulièrement savent tout l’intérêt que nous portons à l’archéologie. Nous avons partagé, ici, plus d’un article au sujet de sites de fouilles datés du Moyen Âge, mais aussi d’archéosites médiévaux et d’archéologie expérimentale. Quant à l’archéologie médiévale discipline relativement récente qui, depuis son envol dans les années 70-80, a affirmé son autonomie pour venir compléter utilement, la compréhension du Moyen Âge nous l’avions abordé dans nos articles et vidéos sur les mottes castrales et à d’autres occasions encore (voir liens en pied d’article). Mais reprenons, ici, un peu de hauteur pour nous intéresser à l’archéologie au sens large.

L’archéologie, discipline majeure

Archéologue devant un chantier de  fouilles

Pour qui s’intéresse aux sciences humaines, à l’histoire de l’homme et, finalement, à ce que nous sommes, l’archéologie est une discipline simplement incontournable. En dehors même des vestiges monumentaux, la culture des objets du quotidien, des vêtements, des parures, l’étude de leurs formes et de leur destination a toujours été au cœur de la compréhension des cultures humaines, présentes ou passées. L’ethnologie (une de nos formations de base), s’en est souvent passionnée autant qu’elle s’est souciée de leur conservation et de muséologie.

Dans la sphère plus particulière de l’anthropologie préhistorique (autre passion provenant de la même source), il existe même un point de fusion pour ainsi dire, entre le terrain archéologique et les conclusions et extrapolations théoriques. A l’origine, le chercheur était souvent d’ailleurs, un paléontologue et un archéologue et, avant toute trace d’archives et de documents écrits, ces deux spécialités continuent de régner en maître sur un territoire temporel qui couvre des centaines de milliers d’années. De fait, les sciences préhistoriques et protohistoriques n’auraient jamais pu voir le jour sans terrain de fouilles, pas d’avantage qu’une bonne partie de nos connaissances sur les origines de l’humanité. Ce n’est même que, bien plus tard dans le temps, que l’archéologue doit partager ses découvertes et mutualiser ses conclusions avec celles de « ceux qui marchent debout au milieu des vieux livres* » (Heu ! désolé ! nous voulons dire, bien sûr, les historiens). Du reste, on croise quelquefois des historiens pluridisciplinaires qui sont, aussi, archéologues.

De l’image d’Épinal à la réalité scientifique

Archéozoologie - terrain de fouilles

Attachée, dans nos imaginaires, à des personnages comme Indiana Jones au cinéma ou même comme Lara Croft dans le domaine des jeux vidéo, la réalité quotidienne de l’archéologie, autant que ses différentes formes et la profondeur de son intérêt, demeure, quelquefois, assez méconnue du public. Bien sûr, on pourra sûrement s’accorder sur le fait que dans tout archéologue demeure souvent nichée l’âme d’un chercheur de « trésors » guidé par l’amour de la connaissance et toujours prompt à s’émerveiller à chaque nouvelle découverte. Pourtant, aujourd’hui plus encore qu’hier, les défis qu’il a à relever sont de plus en plus pointus et scientifiques.

L’archéologie s’est, en effet, ramifiée en de nombreuses disciplines en fonction des périodes mais aussi des terrains. Elle s’est aussi enrichie de l’apport de sciences du vivant connexes, toutes plus pointues et passionnantes les unes que les autres. Ses méthodes, elles aussi, se sont perfectionnées au point d’en faire une science pluridisciplinaire qui s’épanouit dans la collaboration enthousiaste de ses experts (archéozoologie, archéobotanique, palynologie, …). Enfin, depuis une trentaine d’années, sur le terrain des chantiers d’aménagements ou réaménagements, l’avènement de l’archéologie préventive a rendu cette discipline d’une grande utilité plus présente dans notre environnement immédiat.

Voilà pour ces quelques mots d’introduction sur l’Archéologie, ses réalités et et son grand intérêt, mais nous avons encore bien mieux pour vous. Un événement de taille déboule sur l’agenda qui devrait vous permettre de découvrir directement cette belle discipline, sous toutes ses formes. Le week-end prochain mettra, en effet, l’archéologie à la fête et vous serez conviés au cœur d’une foule d’aventures et d’activités liées à cette discipline.

Le grand retour des Journées de l’Archéologie

Affiche des journées européennes de l'archéologie

Du 17 au 19 juin 2022, auront donc lieu Les Journées Européennes de l’Archéologie. Cet événement à ne pas manquer à été créé, originellement, en 2010, par le ministère de la culture en partenariat avec l’INRAP. Il était alors connu sous le nom de « Journées de l’archéologie » ou « Journées nationales de l’archéologie ». Ces dernières sont demeurées franco-françaises jusqu’en 2019, date à laquelle d’autres pays européens ont suivi l’exemple (peut-être sous l’impulsion du gouvernement actuel. L’histoire ne le dit pas). Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, selon les chiffres du ministère, 26 pays de la communauté européenne y participent et se sont joints à l’événement avec leur propres activités.

Pour recentrer un peu sur les terres de France, pendant ces 3 journées, l’archéologie y sera donc à la fête. A cette occasion, de nombreuses sites de fouilles, habituellement réservés aux professionnels, seront même exceptionnellement ouverts au public. Ils couvriront toutes les périodes historiques que vous puissiez rêver découvrir ou approfondir : de la préhistoire à l’âge de bronze, jusqu’à l’antiquité gallo-romaine ou des périodes bien plus récentes en passant, bien sûr, par le Moyen Âge.

Visite guidée d'un chantier de fouilles archéologique - Inrap
Archéologie préventive – Visite guidée d’un chantier de fouilles préventives en milieu urbain – Inrap.fr

600 lieux pour découvrir l’archéologie
et ses trésors sur tout le territoire

Archéologue de l'Inrap et céramiques anciennes

Les portes ouvertes de sites de fouilles sont loin d’être les seuls événements prévus pour ces trois journées de l’archéologie : projections, spectacles et reconstitutions, villages de l’archéologie, conférences, visites guidées spéciales de monuments et de sites d’intérêt, ateliers et démonstrations seront de la partie, mais encore événements spéciaux dans les musées et monuments, archéologie expérimentale dans les parcs archéologiques et les archéosites, … La liste est longue des animations prévues et les journées prévoient aussi des activités particulières en direction du milieu scolaire. Pour en prendre la mesure, le site web officiel affiche près de 600 lieux, en France uniquement, qui proposeront chacun leurs activités et événements. Notez que, côté budget, de nombreux établissements et institutions normalement payantes afficheront, exceptionnellement, des entrées gratuites pendant ces 3 jours de grande effervescence culturelle.

Concernant le Moyen Âge, quelques premières recherches avancées nous ont fait remonter quantité d’activités de haut vol. Nous n’allons pas les détailler ici. Sur le site officiel de l’Inrap, vous retrouverez un suivi de tout ces événements, mais aussi des articles fouillés et encore un dossier complet sur l’archéologie médiévale. Pour découvrir le riche programme de ces trois journées découverte, le site officiel des journées de l’archéologie reste également incontournable. Il vous permettra d’obtenir le programme complet de votre région ou des régions voisines et même de le télécharger au format PDF. C’est un bon moyen de ne rien manquer de l’événement.

Tout cela étant dit, inutile d’ajouter que ces journées qui célèbrent en grand l’archéologie, ses réalités, ses trésors, ses trouvailles n’attendent que vous pour partir en aventure !

Archéologie médiévale : Maquette village lacustre - Musée du Lac de Paladru
Archéologie médiévale : Maquette village lacustre – Le superbe nouveau Musée Archéologique du Lac de Paladru à la fête

Retrouvez nos articles les plus populaires sur l’archéologie médiévale

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous  toutes ses formes

* Ceux qui marchent debout est une expression qui désigne les hommes dans la bande dessinée préhistorique Rahan de Roger Lécureux et André Chéret (Pif gadget représente)

LES GRANDES DAMES DE LA GUERRE DE CENT ANS (5) : Colette de Corbie, une grande mystique au service de la cause française

Enluminure de Sainte Colette de Corbie

Sujet : guerre de cent ans, destin, femmes, monde médiéval, saga historique, roman, Jeanne d’Arc, Marguerite de Bavière, sainte chrétienne.
Période : XVe siècle, Moyen Âge tardif
Portrait : Colette de Corbie (1381-1447)
Auteur : Xavier Leloup
Ouvrages : Les Trois pouvoirs, Editions La Ravinière (2019-2021)


Au cœur de la guerre de Cent Ans et du Moyen Âge tardif, le destin de grandes dames a croisé et marqué, à jamais, celui de la France. Dans ce cycle sur ses dames de cent ans, signé de la plume de l’auteur et éditeur Xavier Leloup, nous vous proposons de découvrir les plus marquantes d’entre elles. Aujourd’hui, nous poursuivons avec l’Abbesse et Sainte Colette de Corbie.


énitente, thaumaturge, mystique, réformatrice, Colette de Corbie constitue sous bien des aspects un modèle de sainteté. Mais ce que l’on sait peut-être moins de cette grande Sainte du Moyen Âge, c’est l’influence spirituelle qu’elle aura exercée sur les grands seigneurs de son époque. Au point d’avoir contribué, aux côtés de Jeanne d’Arc, au relèvement de la France.

Une pénitente …

Aucune possession. Aucune distraction. Aucune parole non plus, à l’intérieur du cloître. A certaines périodes de l’année seulement, le parloir, à condition que la mère abbesse en ait autorisé l’accès. Jamais de viande, même à Noël. Et bien sûr, le voile, qui doit couvrir une bonne partie du visage afin d’empêcher celui-ci d’être jamais vu entièrement.

Telles sont quelques-unes des règles instituées par Saint Colette de Corbie dans sa réforme de l’ordre des Clarisses. Des règles ascétiques, implacables, mais des règles de foi. Et que la religieuse picarde ne couchera sur le parchemin qu’après les avoir personnellement éprouvées elle qui, été comme hiver, n’aura jamais arpenté les routes que pieds nus, établissant partout des maisons de prières et de pénitence. Mais avant les œuvres, il y avait eu l’isolement. À 21 ans, la jeune Colette Boëllet prend l’habit du Tiers-Ordre franciscain et entre en « reclusage ». Quatre années d’une vie sobre et âpre passées dans une logette adossée à l’église Saint-Etienne de Corbie pour s’adonner entièrement à la prière, et dont on ne communique avec l’extérieur qu’au travers d’un guichet. C’est par cette ouverture qu’elle apportera conseil aux malheureux, recevra de quoi vivre et surtout, recevra la Sainte Eucharistie.

Une grande mystique…

Vitrail médiéval de Sainte Colette de Corbie
Sainte Colette de Corbie
Notre Dame du Rosaire, Saint-Ouen

Mais Saint Colette de Corbie n’est pas qu’une pénitente. C’est aussi une grande mystique, un être d’exception témoin de visions surnaturelles. Dès ses neuf ans, elle reçoit révélation de la nécessité de réformer l’ordre de Saint François. Adolescente, elle obtient la grâce de pouvoir abandonner la petite taille qui désespérait son père pour atteindre en quelques mois 1 mètre 79. Et quand elle prend conscience de sa grande beauté, elle obtient du Très-Haut que les merveilleuses couleurs de son visage s’effacent au profit d’une pâleur qui la mettra à l’abris des séductions du monde. Dès lors, toute sa vie sera marquée par le sceau du miracle, tels la résurrection d’une sœur morte en état de péché pour lui épargner la damnation éternelle, la guérison de malades ou encore la découverte miraculeuse d’une source pour alimenter en eau claire le nouveau monastère de Poligny.

Au crépuscule de sa vie, le 6 mars 1447, la religieuse picarde aura fondé 18 couvents et donné par toute l’Europe une impulsion nouvelle à la dévotion féminine. Mais elle aura aussi œuvré à la renaissance de tout l’ordre de Saint-François, dont plusieurs couvents masculins adoptèrent la règle. Saint Colette de Corbie figure parmi ces grandes réformatrices qui, par la vertu de l’exemple et de la dévotion, aura réussi à rallumer la foi de ses contemporains ; au point que son œuvre survit encore de nos jours dans le monde entier.

doublée d’une politique

Pour autant, Colette de Corbie ne demeura pas totalement à l’écart des affaires temporelles. Au vu des tribulations de l’époque, il aurait été d’ailleurs difficile pour elle de s’en désintéresser. En plus de la guerre entre les royaumes de France et d’Angleterre, des ravages commis par les routiers, du retour épisodique de la peste, de la misère, l’Eglise elle-même se divise entre plusieurs papes : l’un siégeant à Rome, l’autre en Avignon et jusqu’à troisième dans la ville de Pise. Mais il en faudrait davantage pour arrêter l’apostolat de notre grande mystique. Une fois libérée de ses vœux de réclusion, Colette n’aura de cesse de voyager entre royaume de France et duché de Bourgogne pour obtenir des Puissants de tous bords la permission d’établir des couvents. Selon toute vraisemblance, Sainte Colette de Corbie aurait même croisé la route de Jehanne d’Arc.

Un rôle de médiatrice entre les maisons de Bourgogne et de France

Statut de Colette de Corbie

En ce début de XVe siècle, le royaume de France n’est pas seulement en guerre contre le royaume d’Angleterre, il est aussi en guerre contre lui-même : les clans des Armagnacs et des Bourguignons profitent de la « folie » du roi Charles VI pour se disputer le pouvoir, ajoutant les troubles de la guerre civile aux affres de la guerre contre l’Anglais. Des années durant, Paris arborera ainsi le violet, couleur des Armagnacs, ou le blanc, couleur des Bourguignons, selon qu’un camp aura momentanément triomphé de l’autre. Or dans ce conflit, Saint Colette de Corbie réalisera la prouesse de se ménager des alliés parmi les deux camps.

La franciscaine va d’abord se faire l’intime de Marguerite de Bavière. Il s’agit là de la duchesse de Bourgogne, l’épouse du terrible Jean Sans Peur. Ce fameux duc de Bourgogne qui avait fait assassiner son cousin Louis d’Orléans, tenté de s’emparer de la personne du roi, et utilisé la corporation des bouchers parisiens pour mettre Paris à feu et à sang. Des crimes qui mortifient son épouse, retirée dans son château de Rouvre près de Dijon. Colette de Corbie deviendra sa mère spirituelle. À plusieurs reprises, elle lui enjoint de visiter ses religieuses et lui envoie des lettres de consolation. Conséquence de cette sollicitude, quatre couvents franciscains seront établis au sein du duché de Bourgogne, deux pour les filles réformées de Saint Claire, et deux pour les Frères Mineurs.

L’amitié de Marguerite de Bavière est d’autant plus remarquable que, dans le même temps, Colette de Corbie entretient les liens les plus étroits avec la maison d’Orléans, ennemie jurée de la Bourgogne. Et il ne s’agit pas là seulement de simple mondanité. Sous l’instigation de Colette de Corbie, six princes de la famille des Bourbons Armagnacs décideront d’embrasser la vie religieuse franciscaine ou de s’engager dans sa puissante branche laïque, le Tiers-Ordre Franciscain. Un couvent sera également fondé à Castres, un autre restauré à Lézignan. Et c’est là que les choses deviennent vraiment intéressantes. Car ce fameux Tiers-Ordre franciscain va jouer un rôle clef dans la régénération spirituelle et patriotique qui marquera le règne de Charles VII. Au point, dit-on, d’avoir compté parmi ses membres une certaine… Jehanne d’Arc. Plusieurs éléments plaident en effet en faveur de cette thèse.

Une rencontre historique avec Jehanne d’Arc

D’abord l’apparence physique, à savoir les cheveux coupés en rond de la Pucelle, une pratique imposée par Saint François lui-même pour les postulantes reçues chez les Clarisses. Ensuite son costume de « gros gris » noir à l’allure masculine sur laquelle les juges de Rouen ont tant de fois insisté, mais qui correspond aux prescriptions vestimentaires faites aux membres du Tiers-Ordre. Et puis il y a la dévotion de Jehanne, son assiduité à la messe et à la confession, ses jeûnes, son aversion pour toutes formes de jurement qui caractérisent l’âme et les œuvres des tertiaires franciscaines. Mais surtout, il y a sa dévotion au nom de Jésus. Comme Sainte Colette, la libératrice d’Orléans avait pour habitude de faire apposer la mention JHESUS MARIA sur chacune de ses lettres. Une inscription qui se retrouvera d’ailleurs en bonne place sur son étendard, la fameuse bannière de couleur azur à laquelle Jehanne d’Arc attribuait ses victoires et que ses voix lui avaient enjoint de prendre « de par le Roy du Ciel ». « J’aime mieux voir quarante fois plus ma bannière que mon épée », déclarera-t-elle durant son procès.

Autre vitrail de Saint Colette, cathédrale médiévale
Jeanne d’Arc, la pucelle d’Orléans
Notre Dame du Rosaire, Saint-Ouen

Selon un récit ancien, Sainte Colette aurait même visité Jehanne d’Arc alors qu’elle se trouvait encore au berceau afin de lui faire don d’un anneau d’or marqué de trois croix et des noms de JHESUS MARIA, le fameux anneau qu’elle porta durant ses campagnes. Mais on frise ici la légende. Si Sainte Colette de Corbie a pu s’arrêter à Domrémy, rien ne prouve qu’elle ait adoubé la Pucelle. Ce que l’on peut toutefois affirmer, c’est que les routes de deux saintes se sont croisées.

Au début du mois de novembre 1429, Colette se trouve à Moulins, à prier au milieu de ses filles. Jehanne d’Arc, elle, y prépare la campagne qui la mènera à Saint-Pierre-le-Moûtier et à la Charité-sur-Loire. « Est-il vraisemblable que Jehanne, alors surtout qu’elle était accompagnée par frère Richard [un moine franciscain] ait oublié de venir prier dans la chapelle des pauvres Clarisses, et solliciter une entrevue avec la célèbre réformatrice ? », se demande ainsi le l’historien Siméon Luce. Et le médiéviste du XIXe siècle d’affirmer : « Colette Boëllet et Jehanne d’Arc ont dû se rencontrer ». Colette aurait aussi envoyé un message à Saint-Pierre-le-Moûtier pour s’enquérir de l’armée de Jehanne. Une hypothèse d’autant plus vraisemblable que les deux femmes s’étaient trouvé une protectrice commune en la personne de Marie de Berry, la duchesse de Bourbon. Bref, tout concorde.

Le Tiers-Ordre franciscain dans le relèvement du royaume de France et la mission johannique

Mais l’essentiel n’est peut-être pas là. Car au-delà de la rencontre entre les deux saintes ou de la possible appartenance de Jehanne d’Arc au Tiers-Ordre Franciscain, c’est bien la question de l’influence de l’ordre de Saint François sur la nature de sa mission qu’il convient de se poser et partant, le rôle que cet ordre mendiant a joué dans la défense de la cause nationale.

Comme l’explique Siméon Luce, « à l’époque de Jehanne d’Arc, les Frères Mineurs, surtout les frères Mineurs de l’Observance, étaient les plus ardents défenseurs de l’indépendance française ; ils prêchaient et organisaient, de toute part, une vaste croisade contre les envahisseurs de notre pays» Ce furent d’ailleurs des Frères Mineurs qui allèrent recueillir en Lorraine des témoignages sur la mission et les mœurs de la Pucelle pour le compte du roi Charles VII, comme ce furent encore des Frères Mineurs qui, depuis son départ de Vaucouleurs jusqu’à sa mort, la conseillèrent, l’escortèrent ou la soutinrent, au grand dam des Dominicains qui organisèrent son procès. Ce furent enfin les Franciscains qui non seulement pesèrent de tout leur poids lors du procès de réhabilitation de Jehanne d’Arc, mais prirent en main sa cause 400 ans plus tard. Ainsi de Léon XIII qui pose la cause de sa béatification avant que Saint Pie X, un autre pape tertiaire, ne la mène à son terme.

Citons aussi le frère Richard, contemporain de Jehanne et célèbre prêcheur franciscain partisan des Armagnacs. Dans l’une de ses interminables prédications, il déclarera que la Pucelle avait pénétré les secrets de Dieu seulement connus des grands saints au paradis. Et le prêcheur d’affirmer encore, pour mieux persuader les habitants de Troyes d’ouvrir les portes de leur ville à l’armée royale s’en allant vers Reims que la guerrière était capable de s’élever dans les airs avec l’armée de Charles VII pour s’introduire chez eux par-dessus les remparts…

Ainsi donc, Colette de Corbie n’aura pas seulement réussi à réformer l’ordre de Saint-François. Elle aura aussi impulsé un grand mouvement de régénération spirituelle qui accompagna Jehanne d’Arc tout au long de sa mission.


Xavier Leloup, auteur de roman historique

Un article de Xavier Leloup. avocat, journaliste, auteur de la saga médiévale « Les Trois Pouvoirs » et créateur des Editions La Ravinière (2021)
Découvrir son dernier interview exclusif ici.

Découvrir les autres articles du cycle sur Les grandes dames de la guerre de cent ans : 


Bibliographie

H. de Barenton, Jeanne d’Arc Franciscaine. Paris « Action Franciscaine » 117, Brd. Raspail. Coubin Maison Saint Roch (Belgique). 1909.
Pascal-Raphaël Ambrogi, Dominique le Tourneau, Dictionnaire encyclopédique de Jeanne d’Arc. Editions Desclée de Brouwer, 10, rue Mercoeur, 75011 Paris. 2017
Jeanne d’Arc à Domremy : recherches critiques sur les origines de la mission de la Pucelle, accompagnées de pièces justificatives, Paris, Honoré Champion, 1886, CCCXIX-416 p., In-8

NB mpassion : sur limage d’en-tête, la statue au premier plan est tirée d’un retable de l’église Sainte-Colette à Gand. A l’arrière plan, on peut voir un détail d’enluminure représentant Colette de Corbie (Nicolette Boellet) rencontrant le pape. Cette illustration est tirée du manuscrit enluminé la Vie de Colette par Pierre de Vaux (ms8), également connu comme manuscrit de Gand.

Le médiéviste Philippe contamine nous a quitté

Bonjour à tous,

‘historien médiéviste Philippe Contamine vient de nous quitter à l’âge de 89 ans. Plutôt discret auprès du grand public, cet enseignant et chercheur à la très prestigieuse carrière avait occupé de nombreuses chaires universitaires dont Paris-Sorbonne ainsi que des fonctions importantes dans de nombreux comités scientifiques, académiques et historiques, en France comme à l’étranger. Il était également membre, depuis 1990, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Il laisse derrière lui de très nombreuses publications sur la société médiévale au sens large. On relèvera des thèmes privilégiés comme la noblesse, le pouvoir mais encore l’histoire militaire et les guerres au Moyen Âge, dont notamment des ouvrages sur la guerre de cent ans, sur Azincourt ou encore Jeanne d’Arc. Il y a, quelque temps, nous avions eu l’occasion de partager sur nos pages une excellente conférence de l’historien donné à l’Ecole des Chartes au sujet de la France et les français aux temps médiévaux.

Nous lui rendons ici hommage. Qu’il repose en paix.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes.

NB : l’enluminure en arrière plan, sur l’image d’en-tête, représente la bataille d’Azincourt autour de laquelle Philippe Contamine avait fait paraître l’ouvrage « Azincourt » (Gallimard, 2013). Cette illustration provient du manuscrit médiéval ms 2680 (Abrégé de la Chronique d’Enguerran de Monstrelet) actuellement conservé au département des manuscrits de la BnF (à consulter sur Gallica).

PodCast : Entrons-nous dans un nouveau Moyen Âge ?

Sujet : monde médiéval, podcast, préjugés, idées reçues, crise sanitaire, actualité.
Période : Moyen Âge central, modernité
Podcast : Delta Radio, Rediffusion du direct de Février 2021
Programme : « Vivons-nous un nouveau Moyen Âge ? « Le poste zéro, animé par Mitch.
Invités : Fréderic Effe, Florian Besson, Simon de Thuillières

Bonjour à tous,

ous espérons que ce billet vous trouve en forme. Avec l’approche du mois d’août, nous allons sensiblement ralentir le nombre de publications, en espérant pouvoir un peu mieux nous concentrer sur d’autres projets. Dans l’attente de la rentrée, nous voulions toutefois vous laisser deux ou trois choses qui, nous l’espérons, vous plairont si vous ne les avez pas encore découvertes. D’une certaine façon, elles rejoignent toutes deux l’actualité tout en questionnant le monde médiéval. Voici la première :

Le Moyen Âge est-il redevenu d’actualité ?

Il y a quelques mois, nous avions eu l’occasion de participer à une émission de radio proposé par Delta Radio. Le programme avait été diffusé en direct, courant Février 2021, et le podcast est, désormais, disponible. Si vous ne l’aviez pas écouté, nous le repartageons ici. Cela vous en fournira sans doute l’occasion de le découvrir si ce n’est déjà fait.

A près d’un an de crise sanitaire, le thème de cette émission : « Vivons-nous un nouveau Moyen Âge ? » nous donnait l’occasion de revenir sur quelques idées reçues sur cette période mais aussi d’aborder quelques différences substantielles entre monde moderne et monde médiéval. Dans le contexte de la crise sanitaire, nous y faisions, notamment, un détour sur certains éléments d’actualité, dont le rapprochement délirant fait si souvent par certains médias ou certains politiques entre Covid 19 et peste noire. Contre toute raison et à en juger la situation actuelle, il semble que cette confusion ait continué à être entretenue sur le fond.

Vous pourrez retrouver également dans ce programme Florian Besson (historien médiéviste) et Renaud Garcia aka Simon de Thuillières (illustrateur qui s’est signalé, ces dernières années, pour ses détournements entre culture pop, cinéma et enluminures).

Voir cet autre article sur les préjugés au sujet du Moyen Âge

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com.
A la découverte du Monde médiéval sous toutes ses formes.

NB : l’enluminure, sur l’image d’en-tête, est tirée du Speculum Historiale ou Miroir Historial de Vincent de Beauvais (1190-1264). Ce manuscrit médiéval (le Ms-5080 réserve de la Bibliothèque de l’Arsenal) est daté du XIVe siècle ; il est actuellement conservé à la BnF et consultable sur Gallica. Au premier coup d’œil, l’enluminure pourrait avoir d’étranges relents d’actualité, mais ce n’est pas aussi direct que cela. Dans les faits, elle représente Josephat, jeune prince indien tenu reclus longtemps par son père, découvrant le monde et tombant sous le choc devant un lépreux et un aveugle faisant l’aumône. Au Moyen Âge, les lépreux inspirent la crainte et même à certains périodes, la défiance, et on les garde soigneusement éloignés du système social et économique (voir aussi La lèpre, première maladie épidémique de la littérature française de Baptiste Laïd).