Archives de catégorie : Musiques, Poésies et Chansons médiévales

Vous trouverez ici une large sélection de textes du Moyen âge : poésies, fabliaux, contes, chansons d’auteurs, de trouvères ou de troubadours. Toutes les œuvres médiévales sont fournis avec leurs traductions du vieux français ou d’autres langues anciennes (ou plus modernes) vers le français moderne : Galaïco-portugais, Occitan, Anglais, Espagnol, …

Du point du vue des thématiques, vous trouverez regroupés des Chansons d’Amour courtois, des Chants de Croisade, des Chants plus liturgiques comme les Cantigas de Santa Maria d’Alphonse X de Castille, mais aussi d’autres formes versifiées du moyen-âge qui n’étaient pas forcément destinées à être chantées : Ballades médiévales, Poésies satiriques et morales,… Nous présentons aussi des éléments de biographie sur leurs auteurs quand ils nous sont connus ainsi que des informations sur les sources historiques et manuscrites d’époque.

En prenant un peu le temps d’explorer, vous pourrez croiser quelques beaux textes issus de rares manuscrits anciens que nos recherches nous permettent de débusquer. Il y a actuellement dans cette catégorie prés de 450 articles exclusifs sur des chansons, poésies et musiques médiévales.

Quatrain : l’homme de raison & l’homme de cour

Sujet :  poésies courtes,  quatrain, poésie satirique, moyen français, XVe siècle, moyen-âge tardif, auteur anonyme.

Bonjour à tous,

ujourd’hui, nous vous proposons un quatrain qui, tout bien considéré, pourrait être de circonstances. Demeurée anonyme, cette poésie courte nous provient du Moyen-âge tardif. Elle est tirée d’une compilation de pièces médiévales qu’on peut retrouver dans l’ouvrage : « La Danse des Aveugles et autres poésies du XVe siècle, extraites de la bibliothèque des Ducs de Bourgogne » (édition de 1743 chez André Joseph Panckoucke Libraire).

Si toute la première partie de cet ouvrage reproduit la Danse aux aveugles de Pierre Michault, ce quatrain demeuré anonyme apparait dans sa deuxième partie, aux cotés de quelques autres poésies courtes et proverbe du même type. Ces pièces viennent en prélude d’un texte intitulé : Le Petit Traittiet du Malheur de la France et demeuré, lui aussi, anonyme.

De notre côté et au vue du contexte, il nous est bien difficile de nous retenir de trouver dans ce quatrain, quelques accents d’actualité.


L’homme vivant selon raison,
Considéré le temps qui court,
Est plus aisé en sa maison
Que ne sont ceux qui sont en Court.

Quatrain anonyme du XVe siècle


Vie normale vs vie curiale

Ce quatrain oppose la tranquillité et la sagesse d’une vie normale aux vicissitudes d’une vie de cour, proche des couloirs du pouvoir. Historiquement, cette critique de la vie curiale, déjà présente dans la littérature du moyen-âge central, le devient encore plus à l’approche du moyen-âge tardif. On se souvient au XIVe et XVe siècles des envolées d’un Eustache Deschamps sur ce même sujet, du Dit de Franc Gontier de Philippe de Vitry ou encore du Curial de Alain Chartier dont voici un court extrait :

« Les abus de la court et la manière des gens curiaux sont telz que jamez homme n’y est souffert durer sans estre corrumpu, ou n’y est souffert soy eslever s’il n’est corrumpable« . (…) « Telz sont les ouvraiges de court, que les simples y sont mesprisez, les vertueux enviez et les arrogans orgueilleux en perilz mortelz« . Le Curial, Alain Chartier

Dans le reste du passage, Chartier donnera mille détails pour exhorter son frère à préférer sa vie paisible et à se tenir, le plus éloigné possible, des folies de la cour.

Une enluminure de la cour de Bourgogne

Sur l’image en-tête d’article, le président de la République française Emmanuel Macron reçoit, des mains de son conseil scientifique, un 60eme rapport sur la situation sanitaire, établissant la nécessité absolue d’un 14eme confinement. Bon ça va, je plaisante… Cette enluminure est tirée du Cod. 2549, Romance ou Chronique de Girart de Roussillon. Elle représente le duc de Bourgogne Philippe le Bon en train de recevoir la chronique. Ce manuscrit ancien, daté du milieu du XVe est conservé à la Bibliothèque nationale autrichienne de Vienne.

Une belle journée
Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

les misères du monde, au temps de Jean Meschinot

Sujet  : poésie médiévale, ballade, auteur médiéval, poésie satirique, moyen-français.
Période  : moyen-âge tardif, XVe siècle
Auteur Jean Meschinot (1420 – 1491)
Manuscrit ancien  : Manuscrit MS Fr 24314 BnF, œuvres de Jehan Meschinot, Arsenal Reserve 8-BL-11038 (Ed 1522).
Ouvrage  : Jean Meschinot, sa vie et ses œuvres, ses satires contre Louis XI, Arthur Lemoyne de La Borderie (1895), Bibliothèque de l’école des Chartes, T56.

Bonjour à tous,

oilà longtemps que nous n’étions revenu à la poésie de Jean Meschinot. Ce noble auteur breton du moyen-âge tardif ne s’est pas signalé que par sa grande maîtrise rhétorique et stylistique, il a aussi brillé par ses poésies satiriques et critiques à l’égard des princes.

On se souvient qu’il a même égratigné Louis XI au moyen de ballades particulièrement vitriolées, en usant, pour leur envoi, d’emprunts à la poésie du flamand et grand favori de la cour de Bourgogne, Georges Chastelain (1415-1475). Aujourd’hui, nous retrouvons notre poète et écuyer du duché de Bretagne dans un exercice plus général sur les maux de son temps.

Une ballade contre les misères du siècle

Faut-il voir, dans cette poésie de Meschinot, un retour de l’éternel « C’était mieux avant » qui ne cesse de traverser les temps et qu’on retrouve, au moyen-âge, sous la plume de nombreux auteurs ? Peut-être. Valeurs en perdition, espoir en jachère, notre auteur médiéval s’y montre, en tout cas, au désespoir. Point ne voit luire de lumière alentour, pas d’avantage que ne trouve de semblables en lesquels fonder quelque espérance. En évitant l’écueil des rapprochements simplistes, chacun pourra s’amuser (ou pas) à tracer des ponts entre les temps passés et présents.

Eléments de contexte

D’un point de vue plus historique, pour le chartiste et historien breton Arthur Lemoyne de La Borderie (1827-1901) (op cité), cette ballade, probablement tardive dans la carrière de Meschinot, aurait pu être écrite autour de 1485. Selon lui, elle pourrait même évoquer la chute de Pierre Landais et les divisions qui s’ensuivirent en Bretagne. Rien ne nous permettant de confirmer cette hypothèse, elle sera laissée à l’appréciation du lecteur.

Contexte historique précis à l’origine de cette poésie ou non, elle reste, bien sûr, sous le signe de valeurs morales et médiévales ouvertement chrétiennes et c’est, en grande partie, à la déliquescence de ces dernières que le gentilhomme breton adresse sa complainte. A près de deux siècles de L’Estat du Monde de Rutebeuf, on pourrait y trouver quelques résonnances même si, sur l’ensemble de l’exercice, le propos est un peu plus ciblé et délayé chez le trouvère parisien qu’il ne l’est, ici, chez Meschinot.

« Por ce que li mondes se change
Plus sovent que denier à change,
Rimer vueil du monde divers :

Toz fu estés, or est yvers ;
Bon fu, or est d’autre maniere,
Quar nule gent n’est més maniere
De l’autrui porfit porchacier,
Se son preu n’i cuide chacier. »
Rutebeuf – L’Estat du Monde

Aux sources manuscrites de cette poésie

On peut retrouver cette ballade médiévale dans un certain nombre d’éditions anciennes des œuvres de Meschinot datées du XVe siècle ou des siècles ultérieurs. On citera, notamment, le très beau et coloré manuscrit MS Français 24314 de la BnF dont nous avons extrait l’illustration de l’image en tête d’article. Ci-dessous, vous trouverez cette poésie dans une édition plus sobre de Nicole Vostre (datée de 1522) ayant pour titre : Les lunettes des princes avec auscunes balades & additions nouvellement composees par noble homme Jehan Meschinot, escuier, en son vivant grant maistre d’hostel de la Royne de France (à consulter en ligne ici).

Du point de vue de la langue, le moyen-français de Jehan ne fait guère de difficultés aussi quelques clefs de vocabulaire seront suffisantes pour l’éclairer.


C’est grant pitié des misères du monde
Une ballade de Jehan Meschinot

Foy aujourd’hui est trop petit prisée,
Espérance a nom de presumption,
Charité, las ! par envie est brisée.
Prudence fait grant lamentation,
Justice n’a plus domination,
Force se plaint du temps qui present court,
Temperance s’eslongne de la court.
Vertus s’enfuient, péché partout abonde :
C’est grant pitié des misères du monde !

Humilité est toute desguisée (feinte,trompeuse),
Amour languit en extrême unction,
Largesse dit qu’elle est moult desprisée,
Patience a grant desolation.
Sobriété voit sa destruction,
Chasteté croit que tout mal lui accourt;
Diligence n’a plus qui la secourt,
Entendement vit en douleur profonde :
C’est grant pitié des misères du monde !

Sapience (sagesse) est en tous lieux refusée,
Crainte de Dieu n’a plus de mansion
(domicile, demeure),
Conseil est mal en place divisée ;
Science dort, il n’en est mention ;
Pitié n’a lieu en ceste nation.
Baptesme dit qu’heresie se sourt
(se répandre),
Honneur se voit habillé comme lourd,
Mariage est souillé et tout immonde :
C’est grant pitié des misères du monde !

Prince puissant, pour le vous faire court,
Perdus sommes se Dieu ne nous ressourt
(tire d’affaire) .
Homme ne voy en qui bonté se fonde :
C’est grant pitié des misères du monde !


Une excellente journée

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Je ne vueil plus a vous dame muser, Rondeau d’un prétendant usé

Sujet  : poésie médiévale, auteur médiéval,  moyen-français, courtoisie, rondeau, manuscrit ancien.
Période  : moyen-âge tardif,  XIVe siècle.
Auteur  :   Eustache Deschamps  (1346-1406)
Titre  :   « Je ne vueil plus a vous dame muser
Ouvrage  :  Œuvres  complètes d’Eustache Deschamps, Tome IV,   Marquis de Queux de Saint-Hilaire, Gaston Raynaud (1893)

Bonjour à tous,

ujourd’hui, nous vous proposons la découverte d’une poésie courte, ou plutôt de deux, d’Eustache Deschamps, auteur du moyen-âge tardif. La première, un rondeau, pourrait faire écho à une poésie désabusée de Melin de Saint-Gelais, que nous avions publiée, il y a quelque temps déjà. Dans la même veine, on retrouvera ici le poète prétendant piqué au vif, et décidant de rompre des jeux courtois ou amoureux avec une dame visiblement peu prompte à s’y plier. La deuxième poésie est un virelai.


Sources manuscrites et commentaires

La dame de ce rondeau a-t-elle existé ou n’était-ce qu’un simple exercice de style de la part de l’intarissable auteur médiéval ? Plus loin dans le même manuscrit (Ms français 840), on trouvera un virelai qui pourrait renforcer la réalité de cet épisode sentimental, empreint de désillusion. Ce virelai pourrait même avoir été écrit en prélude au rondeau, voire se présenter comme un dernier « ultimatum » à la dame. Contre l’ordre du manuscrit, l’hypothèse de son antériorité par rapport au rondeau nous semble tout de même plus probable.

Quoiqu’il en soit, au delà de possibles confusions chronologiques induites par le manuscrit, le choix des mots en miroir d’une poésie à l’autre semble bien les lier à la même dame : « En vous veul mon temps user » dans le virelai, « Ne plus n’espoir en vous mon temps user » dans le rondeau.

Comme source médiévale de ces deux poésies, on citera, à nouveau, le Manuscrit Français 840. Conservé à la BnF, cet impressionnant ouvrage contient l’œuvre très prolifique d’Eustache Deschamps. Si vous n’êtes pas féru de paléographie, vous pourrez retrouver ces deux textes, en graphie moderne, dans le Tome IV des Œuvres Complètes d’Eustache Deschamps du Marquis de Queux de Saint-Hilaire (op cité en tête d’article).


Je ne vueil plus a vous dame muser,
un rondeau d’Eustache Deschamps

Je ne veuil plus a vous dame muser ; (1)
Vous povez bien querir autre musart.

Tart m’appercoy qu’on m’a fait amuser ;
Je ne veuil plus a vous dame muser
.

Ne plus n’espoir en vous mon temps user
Quant d’esprevier savez faire busart ;
(2)
Je ne veuil plus a vous dame muser ;
Vous povez bien querir autre musart.

traduction/adaptation en français moderne

Dame, je ne veux plus songer à vous,
Vous pouvez bien chercher un autre sot.

Tard m’aperçois-je qu’on se joua de moi;
Dame, je ne veux plus être distrait par vous,


Ni par espoir, mon temps perdre pour vous
Quand l’épervier vous changez en busard ;

Dame, je ne veux plus songer à vous,
Vous pouvez bien chercher un autre sot.


(1) Muser peut recouvrir des sens variés : s’amuser, perdre son temps en choses inutiles, penser à, faire des vers, …

(2) La comparaison entre l’épervier et le busard au désavantage de ce dernier est fréquente au moyen-âge. « L’en ne puet faire de buisart espervier« , « Ja de ni de busart n’istra esprevier« . Utilisé en fauconnerie, l’épervier est considéré comme un oiseau de proie noble. Le busard ou la buse, est inapte à la chasse et considéré comme de bien moindre condition (à ce sujet, voir Un monde d’oiseaux de proie. Quelques exemples de figuration animalière du discours sur  nature et  « norreture », Olivier  Linder). Eustache accuse donc la dame de le rabaisser ou de ne pas le juger à sa juste valeur.

Voici donc le virelai que l’on peut trouver, plus avant, dans le même manuscrit. Assez loin du loyal amant courtois des XIIe et XIIIe siècles, on y sent Eustache plutôt impatient et pressant. En gros, il veut bien y passer du temps mais il n’a pas non plus la journée. Sans vouloir être trop dur avec lui, le tout reste tout de même un peu mécanique et le rondeau de rupture nous semble plus heureux d’un point de vue stylistique, à défaut de l’être d’un point de vue émotionnel.

Virelay*

Se ce n ‘est par vo deffaut
Ou que je pense trop haut,
Ne me vueilliez reffuser,
Car certes, sans plus ruser,
Chiere dame, amer me faut.

En vous veul mon temps user,
Maiz le longuement muser
Me liverroit trop d ‘assaut,
Si ne pourroye durer ;
Mesmement que l’esperer
De vostre amour me deffaut.


Helas ! bien say que ce vaut.
J’en ay souvent froit et chaut,
Sanz ce que reconforter
Me veulle Amours ne donner
Bon espoir, car ne l’en chaut.
Se ce n ‘est par vo deffaut.

Maiz s’Amours veult tant ouvrer
Qu’elle daigne a moy parler
Ou qu’elle die en sursaut :
Poursui et pense d ‘amer,
Tu aras doulx pour amer ,
Plus ne doubteray l’assaut


De Desespoir qui m ‘assaut;
Lors seray vostre vassaut ;
De cuer, de corps, de penser
Vous serviray sanz fausser ,
Et seray joyeux et baut.
Se ce n ‘est pas vo deffaut.

* Titré « Prière à une grande dame » dans les Œuvres complètes, Marquis de Queux de Saint-Hilaire (op cité)

En vous souhaitant une belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

NB : l’enluminure ayant servie de base à l’image d’en tête est tirée du  Traité de fauconnerie de Frédéric II, référencé MS Fr 12400. L’ouvrage, daté du XIIIe siècle est conservé à la BnF. Enlumineur : Simon d’Orliens.

Un concert d’exception à la rencontre DE L’EUROPE & de l’occitanie médiévales

Un concert médiéval sur l'art des troubadours.

Sujet : chanson médiévale, occitan médiéval, troubadours, concert, Europe médiévale, oc, musique médiévale
Titres : 15 pièces médiévales de choix
Auteurs : troubadours & anonymes
Période : moyen-âge central, XII, XIIIe s
Interprète : Troubadours Art Ensemble
Concert : Université de Stanford, USA, Memorial Church (Mars 2010)

Bonjour à tous,

ur la route des troubadours et des musiques du moyen-âge central, nous avons le très grand plaisir de partager ici, avec son aimable autorisation, une belle prestation du Troubadours Art Ensemble, avec et sous la direction de Gérard Zuchetto, entouré de Sandra Hurtado-Ròs et de quatre autres musiciens de talent.

Une fois n’est pas coutume, en lieu de compositions isolées, il s’agit d’un concert entier de 15 pièces d’exception. On y partira à l’écoute de nombreux troubadours occitans, mais aussi de musiques séfarades anciennes, avec encore quelques interludes instrumentaux du côté des cantigas de l’Espagne médiévale ou d’estampies italiennes du XIVe siècle.

Un voyage exceptionnel au cœur
de l’Europe méditerranéenne médiévale

L’amateur de musiques médiévales et anciennes ne pourra qu’être conquis par ce beau concert. En effet, tout y est et c’est ce qui en fait un moment totalement unique : l’émotion brute de la parole occitane et de son chant portée par la voix de Gérard Zuchetto, son talent et sa longue pratique de ce répertoire. A ses côtés, les envolées vocales de la soprano Sandra Hurtado-Ròs touchent au cœur et sont un véritable enchantement. Les quatre autres grands instrumentistes viennent compléter la scène avec un accompagnement, des sonorités et des rythmiques qui servent le tout avec une rare justesse.

On ne retrouvera dans tout cela de beaux accents séfarades et même byzantins qui nous porteront jusqu’aux confins de la péninsule ibérique, en s’aventurant même au delà de ses côtes méditerranéennes. En suivant ce voyage temporel au cœur du moyen-âge central européen, on pourra encore voir d’invisibles et anciennes frontières culturelles se redessiner sous nos yeux : celles d’une certaine Europe médiévale du sud (France, Espagne et plus loin encore, méditerranéenne) faites d’échanges, de paroles en écho et d’influences mutuelles. Et devant cette reconstitution vivante, on pourra être tenté d’embrasser la vision suggérée à demi-mot par nos artistes du jour, d’une culture qui aurait partagé des traits communs sur une carte ne correspondant pas à celle des couronnes d’alors et encore moins à celle des nations actuelles.

Un concert d’exception du Troubadours Art Ensemble à Stanford

Des troubadours à l’université de Stanford

« A la fois interprète et interlocuteur de cette performance, le Troubadours Art Ensemble nous offre une expérience essentielle de la culture médiévale en tant qu’événement : la fusion de la musique et du chant, et celle du poète-chanteur-compositeur et de l’audience. En exposant la communauté de Stanford à la riche texture auditive et verbale du monde médiéval, nous pouvons nous rapprocher de l’environnement de l’interprétation originale qui constitue la vraie nature de la tradition poétique. »

Marisa Galvez – Universitaire, romaniste, spécialiste du français
et de l’italien ancien et médiéval, Université de Stanford

Daté de 2010, ce concert, donné à la Memorial Church de l’Université de Stanford, inaugurait le départ d’une collaboration fructueuse entre le Troubadours Art Ensemble de Gérard Zuchetto et l’université américaine. A ce jour, ces échanges se poursuivent toujours à destination des étudiants comme des enseignants de l’établissement supérieur outre-Atlantique. Ils mettent en œuvre des partenariats croisés entre de nombreux départements de l’université californienne (Centre médiéval, département de Français et d’italien, de Littérature, cultures et langages, de sciences humaines, …) mais aussi la région Languedoc Roussillon, le Centre International de Recherche et de Documentation Occitanes (CIRDOC) et le Trob’Art Productions, association créée, en 2000, par Gérard Zuchetto.

Le Troubadours Art Ensemble

Fondé pour Gerard Zuchetto au milieu des années 80, Troubadours Art Ensemble se dédie, comme son nom l’indique, à cet art occitan médiéval. Depuis ses premières productions, en 1985, la formation a continué sa route avec des collaborations à géométrie variable, en privilégiant le répertoire des troubadours des XIIe et XIIIe siècles. On lui doit notamment la grande Anthologie la Tròba dont nous avons déjà parlée. Aujourd’hui, elle est sous la direction artistique conjointe de son fondateur et de Sandra Hurtado-Ròs.

Programme musical de ce concert

  1. Ar’ resplan la flors enversa, Raimbaut d’Aurenga
  2. Ar’ab la forsa del freis, Raimon de Miraval
  3. A chantar m’er de so qu’eu non volria, La Comtessa de Dia
  4. La serena, Anonyme Séfarade
  5. Per dam, Peirol
  6. Lanquan li jorn son lonc en mai, Jaufre Rudel
  7. Ben aja’l cortes esciens, Raimon de Miraval
  8. Principio di vertu, Estampie Instrumentale
  9. Como la rosa, Anonyme Séfarade
  10. Tuchia Mazmoume, Instrumental
  11. Quan vei la lauzeta mover, Bernart de Ventadorn
  12. Alli en el midbar, Anonyme Séfarade
  13. Cantiga Instrumental
  14. Reis glorios verais lums e clartatz, Giraut de Bornelh
  15. Scalerica, Anonyme Séfarade

Musiciens et artistes

Sandra Hurtado-Ròs (voix, harmonium, hang), Gérard Zuchetto (direction, voix, clarinette médiévale). Denyse Dowling – Macnamara (flûtes, chalemie), Patrice Villaumé (vielle à roue, psaltérion), André Rochard (guiterne, oud, vièle à archet), Thierry Gomar (percussions anciennes et traditionnelles).

Pour conclure, ajoutons que par les grands mystères de l’algorithme de youtube, ce concert est, pour l’instant, passé largement en dessous du niveau de visibilité qu’il mérite. En le diffusant, nous espérons y remédier. Aussi, s’il vous parle comme il nous a parlé, n’hésitez pas à le partager. Nous n’avons pas de doute que le public l’appréciera autant que les universitaires et étudiants américains de Stanford ont su le faire.

En vous souhaitant une belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes