Archives de catégorie : Romans et livres

Romans récents ou livres anciens, le moyen-âge s’édite et se réédite : fiches de lecture, extraits, impressions, une balade dans l’univers du livre autour du monde médiéval,

Les Grandes dames de la guerre de Cent Ans (3) : Christine de Pizan, la championne des dames

Sujet : guerre de cent ans, destin, femmes, monde médiéval, saga historique, roman, jeanne d’Arc, Charles VII. auteur médiéval
Période : XVe siècle, moyen-âge tardif
Portrait : Christine de Pizan (1364-1430)
Auteur : Xavier Leloup
Ouvrage : Les Trois pouvoirs (2019-2021)


En plein Moyen Âge tardif et au cœur de la guerre de Cent Ans, le destin de grandes femmes a marqué, à jamais, celui de la France. Dans ce cycle, nous vous présenterons quatre d’entre elles. Nous poursuivons, aujourd’hui, avec la troisième : Christine de Pizan.


a guerre de Cent Ans ne fut pas qu’une période sombre. Le XVe siècle voyait aussi l’émergence de la première femme de lettres française : Christine de Pizan. Grâce au soutien des plus hauts personnages du royaume, à commencer par la reine Isabelle de Bavière, cette femme engagée a pu produire une œuvre extraordinairement éclectique ; et qui nous surprend encore par sa modernité.

Une chef de famille

Fille d’un médecin italien appelé auprès de Charles V, Christine de Pizan est une française d’adoption. Mais qui deviendra rapidement très parisienne. Bénéficiant de l’enseignement de son père et de la fréquentation du milieu de la chancellerie royale, elle baigne d’emblée dans un milieu intellectuel très actif et ne quittera quasiment jamais la capitale.

Christine de Pizan, Cent balades et œuvres diverses, miniature du MS Français 835, BnF (début XVe s)

A 23 ans, la mort prématurée de son mari la plonge dans la tourmente : elle doit faire face à de lourdes dettes alors que ses trois filles, une nièce et sa mère dépendent entièrement d’elle. Christine entreprend alors de faire valoir ses droits par la voie judiciaire. Un combat de plusieurs années qui lui vaudra quelques victoires, mais ne réglera pas pour autant tous ses problèmes d’argent. Si bien qu’après les procès, Christine de Pizan prend une nouvelle décision courageuse : celle de gagner sa vie à la pointe de sa plume.

Il s’agira d’abord de poèmes amoureux et de compositions religieuses, puis d’œuvres morales, enfin de traités historiques et politiques. Ainsi se fera-t-elle repérer par le duc de Bourgogne Philippe le Hardi, oncle de Charles VI, qui lui demandera de rédiger une vie de son frère Charles V. Avant que le frère du roi et régent du royaume, Louis d’Orléans, ne la présente à la reine Isabelle de Bavière. Christine de Pizan lui dédiera bientôt une Epître, ce qui lui vaudra de devenir l’une de ses dames de compagnie et de recevoir une pension de « chambrière ».

Dès lors, sa carrière est lancée. Christine de Pizan enchaîne les œuvres pour le compte des Puissants, qui en retour la gratifieront de sommes d’argent, d’objets précieux, d’immeubles, de pensions ou d’offices. Les droits d’auteur n’existant pas encore, ce système de mécénat se révélera essentiel au soutien de sa famille.

Christine de Pizan cité des dames, miniature médiévale
Ms Français 1178, BnF, département des manuscrits. Prudence, Justice et Rectitude apparaissent à Christine de Pizan et lui suggèrent l’écriture de sa “Cité des Dames” qu’elle entreprend d’édifier.

Dès lors, que peut-on retenir de son œuvre ?

D’abord, son éclectisme. Ce qui frappe chez Christine de Pizan, c’est sa curiosité d’esprit. Du règne de Charles V au panégyrique de Jeanne d’Arc à l’art de chevalerie ou encore au récit de sa propre vie, elle semble vouloir s’exprimer sur tous les sujets. Et à chaque fois, avec talent. À tel point que c’est son Livre des faits d’armes et de chevalerie qui servira de modèle à la réorganisation de l’armée de Charles VII. On en retrouvera même un exemplaire, quelques 400 ans plus tard, dans la bibliothèque de l’aide-de-camp de l’empereur Napoléon Ier. Mais ce qui marquera surtout l’histoire, c’est La Cité des Dames. Dans ce qui est devenu un grand classique de la littérature féminine, Christine de Pizan s’engage dans la « querelle des femmes » qui bat alors son plein pour affirmer leur rôle dans la société et critiquer la misogynie. Or, il est frappant de constater à quel point certains passages de cette œuvre n’ont pas pris une ride.

Au nom des femmes

C de Pizan présentant un ouvrage à Isabelle de Bavière, Harley MS 4431, British Library.

Pour Christine, les femmes ne sont pas ces êtres dangereux dont les hommes doivent se méfier. Ce sont au contraire des créatures pleines de vertus inspirées par la Raison, la Droiture et la Justice. Et l’écrivain d’insister sur le rôle moteur que doit jouer pour elles l’éducation. « Si c’était la coutume d’envoyer les petites filles à l’école et de leur enseigner méthodiquement les sciences, comme on le fait pour les garçons, elles apprendraient et comprendraient les difficultés de tous les arts et toutes les sciences tout aussi bien qu’eux », soutient-elle. L’auteur encourage ses semblables à toujours apprendre pour, comme elle l’a fait elle-même, s’élever dans la hiérarchie sociale et devenir l’égale des hommes. Elle insiste également pour que les femmes soient très tôt associées aux affaires de leurs maris sous peine, comme elle a pu en faire elle-même la douloureuse expérience, de se retrouver le moment venu fort démunies.

Mais son plaidoyer ne se limite pas à ces questions. Christine de Pizan revendique également le droit des femmes à gouverner et n’hésite pas à aborder la question du viol, et donc de la sexualité. Elle se déclare « navrée et outrée d’entendre que les femmes veulent être violées et qui ne leur déplait point d’être forcées, même si elles s’en défendent tout haut. » Christine prend au contraire l’exemple d’Hippo, une femme grecque faite prisonnière par des pirates, qui, « ne pouvant se soustraire au viol, préféra mourir que de subir un outrage si ignominieux », ou encore de, Polyxène, la fille cadette du roi Priam, qui choisit la mort plutôt que d’être réduite à l’esclavage.

Ms Français nouv Acq 25636 Le Livre des III Vertus à l’enseignement des dames – Miniature des 3 vertus apparaissant à l’auteure pour lui suggérer la rédaction de cet ouvrage à l’attention des dames.

Gardons-nous toutefois de tout anachronisme. Christine de Pizan n’est pas une féministe au sens moderne du terme, c’est-à-dire considérant que c’est la liberté sexuelle qui conduira les femmes à l’émancipation. Au contraire, explique l’auteur du Livre des Trois Vertus, « il n’est rien en ce bas monde qu’il faut fuir davantage, pour dire la stricte vérité, que la femme de mauvaise vie, dissolue et perverse. C’est une chose monstrueuse, une contrefaçon, car la nature même de la femme la porte à être simple, sage et honnête. » Le mode de vie que recommande Christine aux châtelaines, qui impose de veiller au ravitaillement du château tout en se rendant sur le terrain pour choisir ses fermiers ou superviser la tonte des brebis, est d’ailleurs extrêmement exigeant. Il nécessite de solides qualités d’organisatrice et un travail de tous les instants. Une fois l’avenir de ses filles assurée, notre pamphlétaire s’empressera d’ailleurs de se retirer au monastère de Poissy. Bref, pour les autres comme pour elle-même, Christine de Pizan prône travail et vertu. Une émancipation féminine, donc, mais empreinte de l’idéal chrétien.

À l’ombre des Puissants

Christine de Pizan n’aurait toutefois pu mener une telle carrière sans un sens aigu de la vie de cour. Car si notre « championne des dames » a réussi à vivre de sa plume, c’est aussi en s’efforçant sans cesse d’attirer l’attention des Puissants ; quitte, pour ce faire, à jouer habilement du contenu de ses compositions. Il lui suffisait pour cela d’en adapter le prologue ou d’en modifier quelques passages afin de pouvoir dédicacer une même œuvre à plusieurs personnages. Mais de l’habilité à la versatilité il n’y a qu’un pas que Christine de Pizan a pu parfois franchir.

Christine de Pizan présentant son Livre des III vertus à Marguerite de Bourgogne, duchesse de Guienne, Français 1177, BnF (XVe)

Qu’on en juge plutôt. Durant de longues années, la « demoiselle » se met au service de la Maison de Bourgogne : le duc Philippe Hardi, et après lui son fils Jean Sans Peur, figureront parmi ses plus généreux mécènes. 20 écus en 1403, 100 francs en juin 1408, 50 francs en décembre 1412… la comptabilité du duc de Bourgogne prouve d’ailleurs que non seulement il appréciait ses écrits, mais qu’il n’était pas insensible à la fragilité de sa situation. Pour preuve, son receveur général de finances qui enregistre un paiement fait « à demoiselle Christine de Pizan, veuve de maître Etienne de Castel, pour et en récompense de deux livres qu’elles a présentés… et aussi par compassion et en aumône pour employer au mariage d’une sienne pauvre nièce qu’elle a mariée ». Reste que le moment venu, Christine de Pizan n’hésitera pas à tourner le dos au duc de Bourgogne. Dès lors que Jean Sans Peur perd le pouvoir à Paris, elle passe du côté des Armagnacs, ses ennemis intimes. Ce qui la conduira ainsi à critiquer celui qui aura pourtant été l’un de ses plus généreux mécènes.

Mais sans doute était-ce là le prix à payer pour survivre à une période si agitée. Sa vie durant, guerres, massacres et meurtres politiques se seront succédé… jusqu’à ce que Jeanne d’Arc sonne le début de la reconquête, ce que Christine de Pizan, au travers de son Ditié de Jehanne d’Arc, sa dernière composition, sera l’une des premières à reconnaître. Et puis, ne faisons pas les difficiles. Son formidable instinct de survie nous vaut de pouvoir profiter d’une œuvre abondante, dont plus de 160 manuscrits ont subsisté. Grâce à eux, grâce à elle, nous savons au moins deux choses : que les femmes n’ont pas attendu l’ère moderne pour s’exprimer dans la sphère publique et que les débats relatifs à leur condition n’étaient pas moins virulents à la fin du Moyen Âge qu’ils ne le sont aujourd’hui.

Un article de Xavier Leloup. avocat, journaliste, auteur.
Auteur de la saga médiévale « Les Trois Pouvoirs »
Editions Librinova (2020-2021).
Découvrir son interview exclusif ici.

Voir également les autres articles du cycle sur les grandes dames de la guerre de cent ans : Yolande d’Aragon, la reine de fer. – Isabelle de Bavière, une reine dans la tourmente.


Bibliographie & Références

Charles VI, Françoise Autrand, Fayard.
Jean Sans Peur, Le prince meurtrier, Bertrand Schnerb, Payot.
Le livre des faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan et ses adaptations anglaise et haut-alémanique, Compte rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, année 2011
La vie des femmes au Moyen Âge, Sophie Cassagnes-Brouquet, Editions Ouest-France
Le Paris du Moyen Âge, sous la direction de Boris Bove et Claude Gauvard, Belin.
1328-1453 Le temps de la guerre de Cent Ans, Boris Bove, Belin

NB ; sur l’image d’en-tête, en premier plan, la photo est tirée du film « Christine, Cristina« , réalisé par Stefania Sandrelli et co-produit par la Rai Cinema, Cinemaundici et Diva. Dans ce biopic italien de 2009, c’est la très belle Amanda Sandrelli (en photo ici) qui incarnait le rôle de la poétesse médiévale. En arrière plan, la miniature est tirée du manuscrit médiéval Français 1177 conservé à la BnF. Elle représente Raison, Droiture et Justice apparaissant à l’auteur(e) médiévale alors qu’elle est assoupie à son pupitre. Cet ouvrage daté du XVe siècle contient Le Livre de la cité des dames de Christine de Pizan, ainsi que son Livre des trois vertus à l’enseignement des dames. Vous pouvez le consulter en ligne ici.

SAGA HISTORIQUE « Les trois pouvoirs » : un entretien exclusif avec Xavier Leloup

Sujet : auteur, roman historique, guerre de cent ans, aventure, fresque historique, Jeanne d’Arc, Charles VI, roman, histoire médiévale.
Période : XVe siècle, moyen-âge tardif
Titre : Les Trois pouvoirs T1 et T2, Librinova, 2019-2020
Auteur : Xavier Leloup

Bonjour à tous,

ujourd’hui, nous avons le plaisir de vous présenter une nouvelle formule puisqu’il s’agit d’un entretien échange. Nous le faisons avec d’autant plus de plaisir que notre premier invité est, à la fois, une homme de droit, un homme de lettres et un auteur.

Le thème reste bien sûr le moyen-âge puisqu’il s’agit de Xavier Leloup, auteur de la saga historique : Les Trois Pouvoirs dont il a déjà fait paraître deux tomes qui connaissent déjà un grand succès. Sans plus attendre, nous vous laissons découvrir cet entretien de toute fraîcheur.


Rencontre : une plongée au cœur du XVe siècle avec Xavier Leloup

Propos recueillis  par Frédéric EFFE le 5 février 2021

Itinéraire, du droit à l’écriture

Moyenagepassion : Bonjour Xavier,
Merci d’avoir accepté cette entrevue pour nous parler de votre parcours de jeune auteur, ainsi que de vos deux romans historiques « les trois pouvoirs » paru chez Librinova. De notre côté, nous sommes ravis de pouvoir faire découvrir, à nos lecteurs, ces ouvrages, dont une partie de la presse s’est déjà largement faite l’écho. On rappelle, en préalable, que ce sont des romans qui se déroulent au XVe siècle et au moyen-âge tardif et qui gravitent, en partie, autour du personnage de Jeanne d’Arc.

Alors, pour commencer, peut-être vous pourriez nous dire un mot de votre parcours ? Vous avez eu plusieurs vies avant tout cela en travaillant comme avocat, notamment dans le monde des affaires et de l’édition. Vous savez certainement que l’auteur d’un des ouvrages historiques qui a connu un des plus grands succès dans les 20 dernières années était, lui-même, avocat. Je veux parler de la Cathédrale de la mer de ldelfonzo Falcones. Je ne sais pas si cela a pu être à l’origine de votre vocation. Bref, deux mots de votre parcours avant de vous lancer à plein dans l’écriture et peut-être du déclencheur qui vous y a conduit ?

Xavier Leloup : J’ai connu deux tranches de vie : juridique d’abord, avec un cursus international qui m’a conduit au barreau d’affaires, journalistique ensuite, et plus parisienne, à travers la création d’un magazine dédié à la finance. Avec le recul, je dirais que la profession d’avocat apprend la rigueur et l’esprit d’analyse, quand celle de journaliste développe la curiosité d’esprit et l’habitude d’écrire. Pour un auteur de romans historiques qui doit sans cesse alterner entre ses recherches et la fiction, ces deux professions constituent la meilleure préparation qui soit. Pour le reste, tout est affaire de persévérance !

La passion de l’histoire et de la littérature

Moyenagepassion : Pourquoi un roman historique et pourquoi le moyen-âge ? C’est un thème auquel vous êtes lié pour une raison particulière ou peut-être plus une fascination pour ce qui entoure le personnage de Jeanne d’Arc ? Comment est née votre inspiration ?

Xavier Leloup : J’ai toujours été passionné par l’histoire de France et la littérature. Mais comme beaucoup parmi ma génération, j’ai aussi été soumis très tôt à l’influence de la culture américaine, que ce soit au travers de films ou d’œuvres littéraires. Jusqu’à ce que, arrivé à la trentaine, je découvre les grands classiques de la littérature historique. C’est à ce moment-là que s’est produit le déclic. J’ai soudain été saisi du désir viscéral de bâtir une grande fresque ancrée dans un cadre non pas américain, imaginaire, ou futuriste, mais dans l’histoire de France. Or pour ce faire, quoi de plus évocateur que le personnage de Jeanne d’Arc, figure emblématique de notre pays à travers le monde ?

Le choix s’est fait d’autant plus naturellement que j’ai grandi au milieu des vieilles pierres, au cœur d’un Val de Loire longtemps prisé par la dynastie des Valois. C’est notamment au château de Chinon que s’est faite la fameuse rencontre entre Jeanne d’Arc et le futur Charles VII. J’ajouterais que le Moyen Âge représente ce que j’aime le plus dans l’histoire de France : le royal, le chrétien, l’héroïque. J’ai voulu faire revivre notre passé dans ce qu’il a de plus puissant et de plus épique, de plus universel aussi.

Jeanne d’Arc entre monde rural et guerrier, sur cette enluminure du Ms Latin 12665 de la BnF

Un regard nouveau sur l’histoire de Jeanne d’Arc

Moyenagepassion : A ce sujet, qu’est ce qui le différencie des œuvres habituelles qu’on trouve sur Jeanne d’Arc ? On est loin ici des épopées habituelles qui suivent la jeune héroïne médiévale dans son périple de reconquête, souvent à partir de sa rencontre avec le dauphin. On y assiste aussi à un beau défilé de personnages historiques avec en fond cette demi-folie du roi Charles VI qui donne presque à cette période et par endroits, des allures surréalistes. Pour mettre un peu l’eau à la bouche de nos lecteurs. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots, ce qu’ils trouveront dans Les Trois Pouvoirs ?

Xavier Leloup : Ils découvriront une saga historique au sens classique du terme, c’est-à-dire dans la lignée des Dumas, Druon et autres Walter Scott. Mais ils trouveront également une nouvelle façon d’aborder le personnage de Jeanne d’Arc qui n’est ni naturaliste, ni mystique, mais je dirais, épique, et doté d’une forte dimension visuelle. Mes romans se prêteraient volontiers à une adaptation télévisée.

D’un point de vue scénaristique, la principale originalité de la saga consiste à raconter l’histoire de Jeanne d’Arc depuis ses origines, et même, ses origines cachées. Son point de départ est le règne de Charles VI. Nous sommes en pleine guerre de Cent Ans, durant une période de trêve. Mais le roi est fou, et une sourde rivalité entre princes déchire son royaume. J’invite ainsi le lecteur à se plonger dans un règne aussi méconnu que passionnant, peuplé de personnages shakespeariens comme Isabelle de Bavière, reine infidèle et tourmentée, ou Jean Sans Peur, le puissant duc de Bourgogne revenu des croisades de Hongrie. Et puis, il y a Yolande d’Aragon ; cette grande féodale qui a sauvé la France et sans laquelle Jeanne d’Arc n’aurait jamais pu mener sa mission à bien. On pourrait donc presque dire que dans ses premiers tomes, les Trois Pouvoirs constituent une « prequel » de l’épopée johannique.

Être romancier sur les chemins de l’Histoire

Moyenagepassion : C’est une question inévitable quand on fait face à un roman historique. Comment est-ce que vous définiriez votre roman ? Ce n’est pas véritablement une uchronie. Il y a un vrai fil conducteur historique, alors ce serait quoi ? Plutôt une fresque historique avec, dans les zone d’ombres, une fiction qui se tisse à la croisée de possibles ? Quelle est la part de fiction ?

Xavier Leloup : Alexandre Dumas avait l’habitude de dire : « Mieux vaut l’histoire écrite par les romanciers que l’histoire écrite par les historiens, d’abord parce qu’elle est plus vraie, et ensuite parce qu’elle est plus amusante ». C’est aussi mon credo. Je m’emprunte les chemins détournés de la littérature pour faire revivre le Moyen Âge et guerre de Cent Ans.

Mais pour répondre à votre dernière question, Les Trois Pouvoirs sont globalement très fidèles à la réalité historique. Ceci est si vrai qu’à certains moments, mes personnages s’expriment avec les mots rapportés par les chroniqueurs de l’époque. Cela étant dit, j’ai aussi imaginé et pris quelques libertés avec la chronologie. Je pense que pour un romancier, c’est inévitable et même nécessaire. Il faut laisser vivre ses personnages et leur prêter des passions, s’abstraire de leur existence strictement historique pour en faire des êtres incarnés, de chair et de sang.

Immersion et secrets de fabrique

Moyenagepassion : Sur les aspects de cuisine historique, tous les romanciers ont leur petit secret. On sait que les plus célèbres, comme Ken Follett s’entourent de nombreux documentalistes et informateurs. Comment avez-vous abordé vos recherches et comment avez-vous réussi à vous plonger dans cette période ? Il y a un gros travail sur le Paris du XVe siècle dans le tome 1 notamment. Comment parvient-on à un tel travail d’immersion et de restitution ?

Xavier Leloup : Vous avez utilisé le mot juste : « immersion ». On peut connaître les dates ou les faits historiques, les habitudes d’une l’époque, mais je crois que pour la restituer à sa juste mesure, il convient surtout de la comprendre. J’ai donc naturellement lu de nombreux livres d’histoire au moment de préparer le premier tome, avant de sélectionner ceux qui me seraient les plus utiles pour bâtir la trame de mon récit et construire mes personnages. À partir d’un moment, il faut savoir s’arrêter dans son enquête et choisir un angle. Je continue toutefois de lire avec assiduité les grands maîtres de la littérature. Car c’est, à mon avis, en lisant et relisant les meilleurs auteurs qu’on améliore son style et trouve de nouvelles idées.

Actualité, sortie du Tome 3 et projets

Moyenagepassion : Pour passer à des choses plus concrètes, côté distribution et actualité. Vos deux premiers romans ont trouvé leur rythme de croisière et un vrai public. Ils sont d’ailleurs disponibles à la commande au format papier dans toutes les bonnes librairies et même au format ebook. Mais quid du 3eme tome ? Il est, on l’imagine, déjà en cours ? Avez-vous une date de sortie en tête ?

Xavier Leloup : Mes livres sont disponibles sur toutes les plateformes numériques et dans plus de 5000 librairies en France. Pour les Parisiens, je recommande plus particulièrement la librairie Eyrolles, dans le Ve, ainsi que dans les Yvelines, la librairie Gibert-Joseph à Saint-Germain-en-Laye. Le tome III est en cours d’écriture et devrait sortir d’ici la fin de l’automne. Je me suis fixé comme objectif la publication d’un livre par an au cours des trois prochaines années.

Moyenagepassion : Dernière question, avec la Covid, nous sommes tous plus ou moins consignés mais on vu certains organisateurs d’événements autour du livre ou du moyen-âge se montrer plutôt optimistes pour les mois à venir. Avez-vous des salons du livre ou des événements en perspective pour 2021 ? Où est-ce que les férus de roman historique ou les passionnés de Moyen Âge peuvent vous retrouver ? On sait que vous cultivez aussi votre présence en ligne, et notamment sur YouTube, puisque y vous faîtes régulièrement des vidéos pour présenter un peu mieux le contexte et les personnages historiques qui traversent vos romans.

Xavier Leloup : Les lecteurs peuvent retrouver toutes mes actualités sur Facebook, LinkedIn et YouTube, où j’ai créé la chaîne des TROIS POUVOIRS qui permet d’en apprendre davantage sur l’univers de la saga à travers des vidéos animées. Si la plupart de mes dédicaces ont été reportées en raison du contexte sanitaire, mes lecteurs devraient néanmoins pouvoir me retrouver les 27 et 28 mars prochain, lors de la 10ème édition du Salon du Roman Historique de la ville de Levallois.

Moyenagepassion : Merci beaucoup de votre temps Xavier, Nous invitons tous les lecteurs de moyenagepassion à se pencher de près sur vos romans et nous leur souhaitons encore beaucoup de succès pour les mois à venir.

Xavier Leloup : Merci à vous.


Se procurer ces deux romans historiques

Vous pourrez trouver les livres de Xavier Leloup au format broché chez votre libraire habituel, ainsi que dans toutes les grandes librairies en ligne (format papier ou ebook). Voici également deux liens vous permettant de vous les procurer.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est roman-historique-jeanne-darc-monde-medieval-XVe-siecle.jpg.L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est roman-historique-jeanne-darc-monde-medieval.jpg.
Les trois pouvoirs: T 1
Le prince meurtrier
Les Trois Pouvoirs T 2:
Le chevalier noir

Voilà mes amis, merci de votre lecture.

Concernant cette nouvelle formule de l’entretien-rencontre, nous espérons pouvoir la développer et vous proposer, dans le futur, plus d’échanges vivants avec des auteurs, historiens, créateurs qui gravitent autour du monde médiéval. N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez en commentaires.

Une belle journée à tous.

Frédéric Effe
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen-Age  sous toutes ses formes.

NB : sur l’image d’en-tête, l’enluminure en arrière plan du portrait de l’auteur est tirée du manuscrit  Ms Français 2646 de la BnF : Chroniques de Jean Froissart. Elle représente le roi Charles VI, pris d’un accès de folie dans la forêt du Mans (expédition contre Pierre de Craon). Celle ayant servi à l’image « entretien rencontre avec un auteur » est tiré du Manuscrit Ms 4 de la Royal Library de Copenhague. Il représente un moine achetant du parchemin à un artisan et vérifiant sa qualité.

moyen-âge, idées reçues & révolution des machines

Sujet : citations, moyen-âge, idées reçues, barbarie, modernité, révolution, technologie, moyen-âge, préjugés.

Bonjour à tous,

l y a quelque temps déjà, nous vous avions touché un mot de l’ouvrage Sacré Moyen-âge de Martin Blais, daté de 1997. L’enseignant historien et philosophe québécois y prenait le contrepied de quelques idées reçues sur le monde médiéval. Comme nous l’avions déjà remarqué, il n’était pas le premier à le faire, loin de là. Nous reviendrons d’ailleurs là-dessus, dans une deuxième temps de cet article mais pour l’instant place à l’extrait du jour.

I. Quand les préjugés ont un train de retard

Les avancées techniques et les inventions du moyen-âge ont été souvent mises en avant, par de nombreux auteurs, pour contrer les habituels préjugés autour de cette période ; on avait même pu la décrire, quelquefois, comme une sorte de temps mort de plus de mille ans durant lequel les hommes auraient tout oublié de l’héritage du passé et de l’antiquité, en se contenant de surnager et de stagner.

La réalité historique est aux antipodes de cette vision éculée. Au titre de ces grandes évolutions technologiques du moyen-âge sur lesquels les siècles suivants assoiront leur développement, on pourra citer de manière non exhaustive : roue à filer, meules, pilons, fouloirs, maillets, grue (cage d’écureuil), gouvernail d’étambaut, sextant, lunettes, fer à cheval, amélioration du joug et de l’outillage, charrue, brouette, soufflet, métallurgie, haut fourneau, aimant, aiguille aimantée, boussole, horloge mécanique, engins de siège, …

Mécanisation, nouveaux usages énergétiques,
l’amorce d’une première révolution industrielle

S’il y a bien un caractéristique importante du moyen-âge c’est l’invention ou la généralisation de techniques permettant d’aider ou de suppléer au travail de l’homme, au moyen de transferts énergétiques : énergie hydraulique, éolienne, ou encore énergie animale. Pour apporter du grain à moudre à cette idée, voici un extrait de l’ouvrage Sacré Moyen-âge sur les moulins. Il est un peu long mais il est édifiant. Il faut aussi avouer que le ton simple et l’écriture directe de Martin Blais font de son petit précis sur le monde médiéval, un ouvrage très agréable à lire et à portée de tous. Dans ce passage, l’auteur emboite le pas de l’ouvrage « La Révolution industrielle au Moyen Âge » (1975) de l’historien Jean Gimpel. Il le citera même à son tour.

Energie hydraulique et moulins à eau

« La première révolution industrielle date du Moyen Âge. Les XIe, XIIe et XIIIe siècles ont créé une technologie sur laquelle la révolution industrielle du XVIIIe siècle s’est appuyée pour prendre son essor. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les découvertes de la Renaissance n’ont joué qu’un rôle limité. En Europe, dans tous les domaines, le Moyen Âge a développé, plus qu’aucune autre civilisation, l’usage des machines. C’est un des facteurs déterminants de la prépondérance de l’Occident sur le reste du monde.

La principale machine du Moyen Âge, c’est le moulin : moulin à eau, moulin à vent, moulin actionné par la marée. L’énergie hydraulique revêt l’importance du pétrole ou de l’électricité au XXe siècle. Les monastères, ces PME du Moyen Âge, rendent à l’énergie hydraulique un vibrant hommage :

« Un bras de rivière, traversant les nombreux ateliers de l’abbaye, se fait partout bénir par les services qu’il rend. […] La rivière s’élance d’abord avec impétuosité dans le moulin, […] tant pour broyer le froment sous le poids des meules, que pour agiter le crible fin qui sépare la farine du son. La voici déjà dans le bâtiment voisin ; elle remplit la chaudière et s’adonne au feu qui la cuit pour préparer la bière des moines si les vendanges ont été mauvaises. […] Les foulons établis près du moulin l’appellent à leur tour. Elle était occupée à préparer la nourriture des moines, maintenant elle songe à leur habillement. […]. Elle élève ou abaisse alternativement ces lourds pilons, ces maillets ou, pour mieux dire, ces pieds de bois et épargne ainsi aux moines de grandes fatigues […]. Au sortir de là, elle entre dans la tannerie, où elle prépare le cuir nécessaire à la chaussure des [moines] ; […] puis, elle se divise en une foule de petits bras pour visiter les différents services, cherchant diligemment partout ceux qui ont besoin de son aide, qu’il s’agisse de cuire, tamiser, broyer, arroser, laver ou moudre, ne refusant jamais son concours. Enfin, pour compléter son œuvre, elle emporte les immondices et laisse tout propre. (La Révolution industrielle au Moyen Âge Jean Gimpel) »

(…)La société médiévale remplaça le travail manuel par le travail des machines. Les administrateurs que Guillaume le Conquérant dépêcha, en 1086, pour recenser les biens du royaume d’Angleterre nous fournissent quelques chiffres sur le nombre impressionnant de ces précieux auxiliaires de l’homme. Pour une partie de l’Angleterre dont la population s’élève à 1 400 000 habitants, les recenseurs de Guillaume ont inventorié 5 624 moulins. Une certaine rivière comptait 30 moulins sur 16 kilomètres, soit un moulin à tous les 500 mètres. À Paris, au début du XIVe siècle, il y avait environ 70 moulins flottants amarrés sur la rive droite de la Seine.

Sacré moyen-âge – Martin Blais (1924-2018)


II. 50 ans à l’encontre des préjugés
sur le monde médiéval

Nous le disions en introduction. Martin Blais n’est pas le seul à avoir pris le contrepied des idées reçues sur les temps médiévaux. Depuis la deuxième moitié du XXe siècle et jusqu’à très récemment, une longue cohorte d’historiens médiévistes s’est évertuée à produire des ouvrages de vulgarisation pour tenter de déconstruire un moyen-âge fantasmé, de manière trop souvent négative et manichéenne.

Une cohorte d’ouvrages contre l’ignorance

On pourra citer les nombreux ouvrages de Régine Pernoud, dont le célèbre « Pour en finir avec le moyen-âge » (1977) ou encore ceux de Jean Verdon dont « Le Moyen Age, ombres et lumières » (2004). Plus près de nous et, dans la même veine, on aurait de quoi remplir plusieurs rayons de bibliothèque tant nombreux sont les livres qui se donnent pour mission de faire la chasse aux préjugés sur le monde médiéval. Citons-en quelques-uns de plus : « Le Moyen Age, une imposture » de Jacques Heers (2008), « Regards sur le moyen âge« , Sylvain Gouguenheim (2009), « Le Moyen Age : 10 siècles d’idées reçues« , Laure Verdon (2014), « Le vrai visage du Moyen Age : au-delà des idées reçues, de Nicolas Weill-Parot et Véronique Sales (2017), « La Légende noire du Moyen Âge« , Claire Colombi (2017), « Quoi de neuf au Moyen-Age ? » Isabelle Catteddu (livre de l’exposition du même nom), « Surprenant Moyen-âge » de Didier Chirat (2020).

En empilant les références, nous ne cherchons pas à en déprécier la valeur. La notion de vulgarisation étant « élastique », du plus anecdotique et digeste à des choses plus ambitieuses et fouillées, chacun de ces ouvrages apporte son propre éclairage et trouve son public. L’effort est donc louable. D’ailleurs, sans que les médiévistes fassent spécialement leur cheval de bataille, de la traque aux idées reçues, on pourrait faire remarquer que tout ouvrage de vulgarisation, un tant soit peu généraliste, sorti au cours des 50 dernières années, emporte presque fatalement, son lot de déconstruction d’idées fausses, tant celles-ci ont meublé, longtemps, les esprits au sujet du monde médiéval.

Un éternel recommencement

Si le chantier est encore largement ouvert, l’idée d’une chasse aux préjugés sur le moyen-âge, présentée inlassablement comme nouvelle, a fini de l’être depuis de nombreuses années déjà. Nous le disions, la période, autant que le sujet, sont vastes ; l’intérêt n’est donc pas en cause. Les idées fausses sont aussi sérieusement enracinées et le moyen-âge n’est finalement pas une période qu’on étudie beaucoup à l’école, au regard de sa durée et son importance dans la constitution de notre civilisation.

Alors, tant qu’on entendra dire, à tout bout de champ et à tout propos, « on se croirait revenu au moyen-âge », cette chasse se présentera, sans doute, comme un perpétuel recommencement, au risque de 4eme de couverture un tantinet répétitives. Du reste, même quand les auteurs n’ont pas spécialement la prétention d’opérer une révolution complète et définitive sur tous les préjugés à l’encontre du moyen-âge, je soupçonne les éditeurs de se charger, quelquefois, d’y ajouter une petite touche de sensationnalisme qui finit, à la longue, par niveler le tout : « Combien de fois n’entendons nous pas dire : Holala c’est le moyen-âge »… Attention, après avoir lu cet ouvrage, vous ne verrez plus jamais cette période de la même façon ! » On ne peut leur jeter la pierre. Le segment est porteur et, en ce bas monde, le livre est aussi un produit sur un marché.

Déconstruction à tous les étages

Pour sortir des rayons de librairies, il faudrait désormais adjoindre à cette croisade contres les idées reçues au sujet du monde médiéval, un certain nombre d’autres médias : grandes expositions sur cette période, programmes de radio, télévision quand elle décide de s’intéresser un peu sérieusement à l’histoire.

On pourrait même, désormais, y ajouter certaines vidéos de vulgarisations de youtubers historiens pas trop mal faites, voire même sérieuses. On s’empressera, tout de même, de les mettre en opposition avec d’autres qui « bachotent » des exposés un peu léger, en n’ayant d’excuses (insuffisantes) que la pêche à l’attention et aux vues, sur des sujets racoleurs. Mais, me direz-vous, le problème concerne plus les réseaux que le moyen-âge… Cf Les barbares. Essai sur la mutation d’Alessandro Baricco ou quand la barbarie change de nom : « Peut- être sommes- nous dans un tel moment. Et que ceux que nous appelons barbares sont une espèce nouvelle, qui a des branchies derrière les oreilles et qui a décidé de vivre sous l’eau. »

Enfin, dans la veine des médias qui entendent parler du moyen-âge de manière sourcée, on pourra encore citer une opération récente en vue de monter une chaîne SVOD dédiée sur le sujet.

Les vulgarisations peaux de bananes

Pour reprendre le fil des préjugés sur le monde médiéval, c’est bien connu, il n’est de sujet plus glissant que celui qu’on pense déjà connaître et dont on mesure peu la complexité. C’est, d’ailleurs, tout le problème des idées reçues qu’elles viennent fermer la porte, par défaut, à la curiosité ouverte et, pire, à une certaine humilité. Or, le moyen-âge couvrant une durée immense et des réalités infiniment diverses, sa vulgarisation est une exercice extrêmement périlleux. Ainsi, toute phrase commençant par « au moyen-âge, on faisait ceci ou cela », ou « au moyen-âge, on pensait que… » devrait sonner comme une invitation instantanée à la défiance. Pour ceux qui s’y lancent, sans circonscrire très précisément leur sujet, la période d’observation et son espace géographique, cela équivaut, un peu, à se lancer dans un champ semé de peaux de bananes. Pour chaque « thèse » ou « affirmation », on trouvera souvent des exceptions, au point qu’il est rendu presque impossible de ne pas tiquer quand certaines généralisations/vulgarisations prennent trop de hauteur de vue, même chez des spécialistes. Scientifiquement, le monde médiéval est un objet d’une très grande complexité.

Les historiens émérites le savent bien du reste qui passent leur temps à échanger des arguments, voire s’écharper sur des points de détails. Dans la même veine, de nombreux ouvrages qui reviennent sur les idées reçus au sujet du moyen-âge prennent souvent d’infinies précautions méthodologiques, de par la complexité même de l’objet dans l’espace et dans le temps, et la méconnaissance relative qu’on en a. En se gardant de tout couvrir, ils choisissent souvent quelques sujets précis qui permettent de mettre de revenir sur une généralité ou deux.

III. Pourquoi ces préjugés ont-ils la vie dure ?

50 ans de « sorties du bois » d’universitaires, d’auteurs, de médiévistes et d’étudiants et des préjugés qui semblent perdurer. Le peu d’insistance que l’ont fait, sur cette période, dans les programmes des cycles primaires et secondaires au regard de sa complexité, est certainement en partie, en cause. Disons-le aussi, une fois sortis des bancs de l’école, on n’évitera de compter sur les séries Netflix ou sur le cinéma (américain) pour rétablir un semblant de vérité dans les esprits. Quant au moyen-âge fantasy (dont on peut être friand pour d’autres raisons), il n’est hélas d’aucun secours pour appréhender la réalité du monde médiéval. A certains égards, de nombreux films ou livres du genre couvre même cette dernière, d’un voile déformant.

La culture grand public au secours du réalisme ?

Du côté de la culture grand public, et en particulier du 7eme art, la France semble avoir peu ou plus de grande tradition pour un cinéma historique, à tout le moins sur cette période. Si elles existaient, ces inclinaisons semblent s’être arrêtées aux portes des années 80-90. Se peut-il qu’elles se soient simplement éteintes en même temps que la volonté de maintenir un certain roman national ? C’est une vraie question. Au titre des raisons possibles de ce recul et sans s’y étendre, on pourra lister plusieurs pistes : poussée post-soixante-huitarde contre une certaine France des valeurs traditionnelles et spirituelles, promotion de plus en plus agressive d’une Histoire des vaincus et de la repentance, entrée dans l’Europe maastrichtienne et déterminations politiques et ultralibérales d’y dissoudre, de plus en plus, l’idée de nation et de culture nationale, universalisme et idéologies progressistes et mondialistes, …

En tout état de cause, ces dernières années, les sujets (quand ils sont historiques), semblent buter, de plus en plus, sur une période qui se cantonne au XXe siècle. Pour trouver de grandes productions sur le moyen-âge, on se souvient d’une reprise franco-italienne et télévisuelle des rois maudits (aux débuts des années 2000) et un peu avant du Jeanne d’Arc de Luc Besson (aux portes de 1999). S’ils ont connu de vrais succès populaires, Les Visiteurs ou la série Kaamelott sont plus des exercices de comédie moderne. Quant Au Nom de la rose, de 1986, encore dans toutes les mémoires, s’il est de haute tenue cinématographique à bien des égards, historiquement, cela grince tout de même aux entournures (voir notre article sur la légende noire de l’inquisition médiévale).

Cinéma historique et roman national

Au sortir, et sauf erreur, on trouve sans doute plus de productions (et encore télévisuelles) du côté de l’Allemagne ou de l’Italie sur cette période (hagiographies, aventures…). Si les réalisateurs anglo-saxons semblent aussi férus de monde médiéval, les plus américains d’entre eux privilégient un genre qui n’est pratiquement jamais historique (Arthur, Robin Hood, the last knights, ….) et, d’une certaine façon, c’est presque pire quand ils y prétendent. Peu de secours, donc, de tous ces côtés, pour faire la nique aux préjugés sur le moyen-âge mais, au fond, qui a dit que le cinéma devait être au service du réalisme historique ? Il est bien plus souvent à la main des idéologies modernes ou d’un certain roman national, même quand il est historique. Il faut se tourner du côté des cinémas asiatiques, du cinéma coréen pour trouver de telles œuvres, ou même du cinéma américain quand il décide de revisiter sa propre histoire.

Du coté français, ce ne sont pas des canaux de communication sur lesquels on puisse vraiment compter pour l’instant. Phénomène de modes ou plus sûrement choix de financement et idéologie ? L’heure n’est plus, semble-t-il, à la mise en valeur d’une certaine histoire nationale, même si un nombre grandissant de voix l’appelle de ses vœux, face à tant de forces demeurées, si longtemps et manifestement, contraires.

Ce « moyen-âge » qui perdure

C’est en tout cas une évidence : s’il n’existait un vent d’ignorance pour continuer de souffler à contresens, encouragé, sans doute, par certaines forces idéologiques et, même encore, la défiance, d’une certaine modernité à l’égard des choses passées, on finirait par se demander comment toutes ses idées fausses sur le moyen-âge viennent à perdurer, face à la quantité d’efforts déployés pour lutter contre elles, depuis de nombreuses décennies ? Et si c’est une question de canaux et que les plus efficaces (ie grand public, éducation,…) ne sont pas au rendez-vous, alors c’est certainement qu’un approche réaliste du sujet n’est pas prioritaire, voire jugée peu souhaitable, pour ceux qui les tiennent et les financent.

Quoi qu’il en soit, le résultat est là. La nature a horreur du vide et tout se passe comme si le moyen-âge était venu occuper dans les esprits la place d’un référent qui a, sans doute, existé, de tout temps, sous des étiquettes différentes. C’est un peu le double négatif de ce que nous ne sommes plus, de ce que nous ne voulons plus être mais qui menace de revenir si nous n’y prenons garde et qui, quelquefois, sort sa tête hors de l’ombre : contre le progrès et la modernité, un certain « arriérisme » technologique ou même encore, seulement une réserve par rapport à certaines avancées : « tu n’as pas d’iphone ? Tu vis au moyen-âge ou quoi ? ». Contre la république, la tyrannie et l’arbitraire (« aujourd’hui, on vote, on n’est plus au moyen-âge »). Contre la liberté de conscience, l’inquisition, contre la tolérance, les croisades, contre la transparence, l’obscurantisme, contre la civilisation, la sauvagerie, contre l’hygiène et la santé, la crasse et le spectre du fléau et de la maladie, contre l’éducation, l’ignorance, etc…

De la nécessité des barbares et du mouton noir

Bref, vous avez compris le principe, le moyen-âge est devenue une notion un peu fourre-tout finalement, qu’on évoque presque comme un « concept », un dénominateur commun qui désigne un ensemble de réalités convenues, mais qui n’a plus grand chose à voir avec la période de temps polymorphe et complexe, porteuse de ses propres nuances et ses propres réalités, telle que l’étudie les historiens, D’une certaine manière, il est passé dans le langage commun. Il a même son propre adjectif : « moyenâgeux » qui n’est donc pas « médiéval », mais qui correspond à ce moyen-âge des oppositions. On a ça un peu avec la préhistoire à ceci près que celle-ci renvoie plus à l’absence de confort, ou de technologie. Le moyen-âge est une notion qui catalyse bien plus de possibles. A cet égard, il a supplanté l’homme des cavernes sur le podium. Exit Cro-Magnon et même Neandertal.

A y regarder de plus près, si ce moyen-âge fantasmé est si difficile à déloger, c’est peut-être qu’il a, malgré lui, hérité d’une fonction : celle d’être devenue, dans le langage profane commun, ce sombre passé qui contient en lui tous les contraires indésirables au regard de nos idéologies modernes et de notre situation actuelle. C’est un besoin sans doute, dans la psyché humaine et dans la sphère langagière, d’avoir un point de référence comme celui ci, et qu’importe s’il ne correspond pas vraiment à une réalité objective. Il faut dans un langage, une culture, un lot de notions repoussoirs, comme il faut la menace d’un grand méchant loup ou la figure d’un barbare. Cela permet de définir ce qu’est ma culture dans l’espace et dans le temps, tout en la distinguant, de ce qu’elle n’est pas et de ce qu’elle ne veut surtout pas être. Ainsi le moyen-âge serait devenu un peu ce mouton noir temporel. Il en a la fonction : faire briller le présent, et s’y accrocher de peur que ne vienne planer, au dessus de ce dernier, le possible retour d’un temps sombre et révolu.

Mieux vaut en rire qu’en pleurer

Pour dédramatiser, ces archétypes se prêtent aussi à toutes les caricatures. Ainsi le moyen-âge se présente, également, comme un temps qui peut faire beaucoup rire ou dont on peut moquer les « personnages » qui y vivent pour leur travers et leurs manières un peu rustres : Homo « Moyenâgis ». Ce phénomène crée sans doute, une autre forme d’attachement émotionnel aux préjugés nourris à l’égard de cette période, mais nous savons tous qu’il s’agit de références partagées dont on peut rire, ensemble, de bonne grâce, à des degrés variables (1er, 2eme,…).

Les paysans de Kaamelott qui ne se lavent jamais ou Karadoc qui mange et pète tout te temps, le Jacquouille la Fripouille crasseux et aux chicots pourris des Visiteurs auquel on jette quelques restes … Toutes ces images fonctionnent et nous font rire, que nous connaissions ou pas le moyen-âge. D’ailleurs, ceux qui connaissent un peu mieux cette période, rient, eux aussi, souvent de bon cœur à ces caricatures, et sont moins indulgents quand le thème est traité sérieusement.

Empilement de forces antagonistes

Bien sûr, au delà de cette sorte d’instrumentalisation/ banalisation langagière du terme, ne nous voilons pas la face sur ce statut d’exception. L’émergence d’un moyen-âge obscur, dés la renaissance, n’aurait sans doute, pas suffi à en faire persister l’image négative jusqu’à nous. Pour que le sombre tableau s’enracine, il a fallu qu’il soit sujet à de nouveaux empilements idéologiques modernes auxquels les médiévistes actuels, pas plus que les romantiques du XIXe siècle, avec leurs rêves de châteaux et leurs belles envolées gothiques, n’ont permis totalement de surseoir. Mais c’est un sujet qui nous emmènerait bien plus loin, aussi, pourra-t-il faire plutôt l’objet d’un futur article.

En vous souhaitant une excellente journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

NB : les deux enluminures de l’illustration, ainsi que celle de l’image d’en-tête sont respectivement issues : du codex Bodmer 144 (Cod.Bodmer 144) de la fondation Martin Bodmer, Cologny. Enluminé par Jean Colombe, son contenu est Le mortifiement de vaine plaisance de René D’Anjou et il date du milieu du XVe. La seconde illustration (au pied de la deuxième image) provient de la Romance of Alexander (ou Codex MS. Bodl. 264), conservé à la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford (Bodleian Library). Daté du milieu du XIVe, ce codex a été enluminé par Jehan de Grise.

Bestiaire : Une histoire du taureau par Michel Pastoureau

Sujet   : bestiaire, animaux, monde médiéval, histoire, anthropologie, histoire culturelle, symbole, taureau, anthropologie, médiéviste.
Période : antiquité à nos jours
Ouvrage : Le Taureau, une histoire culturelle (Edition du Seuil, 2020)
Auteur : Michel Pastoureau
Média : entretien à la librairie grande librairie Mollat, Bordeaux Novembre 2020

Bonjour à tous,


e l’histoire des couleurs à celle des animaux et leurs différentes symboliques à travers le temps, l’historien médiéviste Michel Pastoureau nous a habitué à s’intéresser à des sujets qui trouvent toujours un bel écho auprès du grand public.

Ses derniers travaux ne dérogent pas à la règle et nous entraînent, à nouveau, du côté des bestiaires : après l’ours, le loup ou encore le cochon, c’est, cette fois, à l’histoire du taureau qu’il s’attaque dans un ouvrage paru au Seuil, en octobre 2020. Reçu à la grande librairie Mollat de Bordeaux, en Novembre dernier, le médiéviste y partageait quelques unes des idées qu’il expose dans ce livre intitulé : Le Taureau, une histoire culturelle.


Une histoire du taureau à travers les âges

De l’auroch primitif de nos peintures rupestres aux premiers bovidés domestiqués et jusqu’à des temps plus modernes, on suivra, ici, Michel Pastoureau sur les traces du taureau à travers les âges. A sa manière habituelle, il puisera autant dans les outils de sa discipline première, l’histoire, que dans ceux de l’anthropologie et de l’ethnologie : en mêlant étude des textes, des mythes, de l’art ou encore du langage, il partira en quête des représentations culturelles et symboliques autour de l’animal, dans un style toujours très accessible.

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage sur le site Mollat.com ou encore au lien suivant : Le Taureau. Une histoire culturelle

On découvrira que, longtemps après sa domestication, le taureau a conservé une réputation de puissance qui l’a placé haut, dans les rangs des bestiaires. Ainsi, ce bovidé qu’on ne châtre pas, « le plus sauvage de nos animaux domestiques » selon Buffon (dont Pastoureau reprend la formule), a connu ses belles heures de gloire et même des cultes qui l’ont élevés et vénérés : force, énergie, fertilité, principe mâle et guerrier par excellence, l’animal est admiré en méditerranée et au proche orient, déjà des milliers d’années avant notre ère.

Dans ce que Pastoureau nomme le bestiaire central, le Taureau se disputera même, quelquefois, la première place avec l’ours ; c’est dire si la robustesse et la vigueur du bovidé ont été reconnues par les nombreuses cultures et territoires sur lesquels on peut le trouver.

Le taureau dans le monde médiéval

Paradoxalement, si les bestiaires du médiéviste avaient, jusque là, ménagé une belle place à sa période de prédilection, l’histoire du taureau au moyen-âge est, un peu plus, celle d’une absence et d’un recul.

Boeuf, Bestiaire, Royal MS 12 C XIX, B library

S’il était présent dans un grand nombre d’histoires de la mythologie gréco-romaine, l’avènement du christianisme le verra, en effet, reléguer à l’arrière plan, en terme cultuel ; le monde médiéval chrétien lui préfèrera, de loin, son double assagi, travailleur et pacifié : le bœuf, celui de la nativité, le compagnon de Saint Luc, ou encore la puissante bête de somme au travail,… Si le taureau est un peu éclipsé, durant le moyen-âge, la grand famille des bovidés n’est pas en reste. Aux côtés du bœuf, viendront s’adjoindre le veau, la vache et leur cohorte de symboles d’opulence, de richesse ou, même encore, de docilité.

Sous cette mise en sommeil relative, la réputation de puissance de taureau ne sera pas, pour autant, décriée. Pour en témoigner, on se souviendra de la fable de Don Juan Manuel dans son Comte de Lucanor : De ce qu’il advint au lion  et au taureau. Dans cette histoire, inspirée du Pañchatantra (ouvrage sanscrit du 3e siècle avant notre ère), l’auteur médiéval espagnol nous contait que le taureau et le lion avaient, un jour, formé une alliance sans précédent, soumettant ainsi toutes les créatures animales des règnes sauvage et domestique. Au terme de la fable, les deux grands seigneurs finiront renversés par les manœuvres traitresses de conseillers perfides mais la fable s’accorde, tout de même, pour élever le taureau en souverain redouté du monde des herbivores, face au lion prédateur carnivore.


Pour conclure sur l’ouvrage de Michel Pastoureau, le médiéviste nous gratifiera encore d’un détour sur l’histoire moderne du taureau. Il y fera la chasse à certaines idées reçues, en revenant sur la naissance autour des XVIIe, XVIIIe siècles, de la tauromachie. Assez loin des jeux que les romains avaient réservés, en leur temps, à l’animal, ce retour de popularité du taureau continue, plus que jamais, de faire polémique.

Voir nos autres articles au sujet de Michel Pastoureau.

En vous souhaitant une excellente journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

PS : l’enluminure du taureau en-tête d’article, ainsi que celle du bœuf (dans le corps du texte) sont tirées du manuscrit Royal MS 12 C XIX conservé à la British Library (à consulter en ligne ici). Daté du début du XIIIe siècle ( 1200-c 1210), ce beau bestiaire a pour titre : Bestiarum uocabulum proprie conuenit Incipit : liber de naturis bestiarum et earum significationibus.