Archives pour l'étiquette islandais

Cultures viking(s) et études médiévales : les danois vont-ils perdre leur vieux norrois ?

culture_viking_etudes_medievales_norrois_islandais_moyen-ageSujet : langue médiévale, langue ancienne, norrois, islandais, vieux danois, viking, culture vikings, histoire médiévale, Europe médiévale, études,  actualité médiévale,
Période : haut moyen-âge, moyen-âge.
Titre : suppression de l’enseignement du vieux norrois et de l’Islandais à L’Université de Copenhague, Danemark.
Source : Uniavisen.dk
Bonjour à tous,

T_lettrine_moyen_age_passionriste nouvelle, l’Université de Copenhague a récemment annoncé qu’en 2019, elle devrait cesser de proposer des cours dans certaines matières et notamment dans certaines langues rares ou historiques comme le vieux danois, le vieux norrois et l’Islandais moderne.

La nouvelle s’inscrit dans le cadre de nouvelles mesures d’économie et de « re-priorisation » demandées par le gouvernement du Danemark à ses Universités, mesures qui auraient conduit le doyen de la faculté de Sciences Humaines de Copenhague, à établir un minimum exigible de 30 étudiants par classe, afin de pouvoir les maintenir.

Au coeur des recherches sur le Nord médiéval et les vikings

Etroitement associées aux études historiques, ces langues nordiques anciennes sont au coeur de la compréhension du Nord médiéval et bien sûr des cultures vikings du moyen-âge.

Depuis plus de deux siècles, l’Université de Copenhague s’est affirmée mondialement comme un des centres pilote de recherche dans ces domaines, autant que de maintien des patrimoines symboliques et culturels qui leur sont attachés. La chose est d’autant plus ennuyeuse que la collection Arnamagnæan, la plus importante collection d’ouvrages en Islandais ancien (hors de l’Islande), s’y trouve conservée.

etudes_medievales_langues_viking_norrois_islandais_universite_copenhague_collection_Arnamagnæan
La collection Arnamagnæan de Copenhague, plus grosse collection de manuscrits anciens islandais hors l’islande

Même si quelques Universités prestigieuses, de par le monde, proposent l’enseignement de certaines de ces langues (notamment l’Islandais), en cessant de former ses propres étudiants et futurs chercheurs à leur apprentissage, le Danemark se priverait, sur site, d’outils et de compétences précieuses dans ces domaines ; à terme, leur compréhension globale s’en trouverait, nécessairement, affectée.

Bras de fer ou Impasse ?

L_lettrine_moyen_age_passione doyen de la faculté concernée, Jens Erik Mogensen,  affirme qu’au vue des économies qui lui sont demandées, il n’a d’autres choix que de définir ce nouveau « plancher » de 30 étudiants pour pouvoir maintenir le cursus, tout en précisant qu’en cas d’aide gouvernementale, les cours seraient, bien sûr, maintenus en 2019. Il faut savoir que ce seuil n’est jamais atteint dans des matières aussi pointues puisque le taux de remplissage n’en accède que rarement le 1/3 (voire moins). Par le passé, une aide gouvernementale avait d’ailleurs été accordée pour favoriser l’étude etudes_medievales_langues_anciennes_viking_norrois_islandais_universite_copenhague_collection_Arnamagnæande ces langues historiques mais elle avait été supprimée en 2010.

L’universitaire se montre, quoiqu’il en soit, bien déterminé à arracher les subsides suffisantes pour maintenir l’enseignement de ces matières.

« C’est vraiment dommage qu’il n’y ait pas de financement pour, disons, le vieux norrois, pour lequel l’UCPH est reconnue dans le monde entier. Il est question ici d’une compétence dans le domaine des Sciences Humaines que nous perdons en tant que société  (…) Je me battrai pour obtenir une subvention sur ces langues qui ont du sens pour le Danemark puisque ces sujets ne sont pas financièrement viables sans cela. La plupart d’entre eux sont liés à des sujets de recherches pour lesquels on ne peut parler d’un marché du travail grand ouvert, ni attendre un grand nombre d’admissions »
Jens Erik Mogensen  
Source : uniavisen.dk (trad. moyenagepassion)

Dans le contexte des mesures récentes prises par l’Etat danois pour économiser près de 160 millions de couronnes,  en grignotant sur les crédits alloués aux Universités, il demeure difficile de préjuger de l’issue de ce bras de fer mais il ne semble pas, en tout cas, se résumer à un effet d’annonce..  Dans un monde du tout économique, l’éternel débat entre culture, éducation, « humanités » ou sciences humaines, d’un côté, et sacro-sainte loi du marché, de l’adaptabilité et de la performance de l’autre, n’en finit, décidément, jamais de se poser.

En vous souhaitant une très belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen-âge sous toutes ses formes.