L’habit ne fait pas l’Homme: une ballade d’Eustache Deschamps sur les apparences et l’apparat

poesie_medievale_satirique_eugene_deschamps_moyen_ageSujet : poésie médiévale, poésie morale et satirique, auteur médiéval. ballade.
Période : moyen-âge tardif, XIVe,XVe siècle.
Auteur : Eustache Deschamps (1346-1406).
Titre : Ballade, « l’habit ne fait pas l’homme » ou « On ne connaît aux robes la pensée »

Bonjour à tous,

O_lettrine_moyen_age_passionn doit à Eustache Deschamps que l’on surnomma aussi Eustache Morel pour, dit-on, son teint halé, de nombreuses poésies moralistes, satiriques et critiques et même encore des ballades qui contiennent des fables et que nous ne tarderons pas à partager ici. Mais en plus d’aimer sa poésie et ballade_poesie_monde_medieval_eustache_deschamps_poete_moral_et_critiqued’y trouver souvent l’écho d’une « modernité » (au sens illusoire et biaisé où nous l’entendons certainement), nous gardons une tendresse véritable pour cet observateur du monde médiéval dont on a dit, par endroits, que sa poésie satirique mais aussi son apport sur les ballades (il en écrit plus de 1000), ouvrira la voie ou, tout du moins, annoncera la venue d’un François Villon, quelques cinquante ans plus tard.

ballade_eustache_deschamps_poesie_monde_medieval_habit_ne_fait_pas_homme

D_lettrine_moyen_age_passione ses premiers pas d’homme d’armes instruit, serviteur à la cour, qui, se riant de lui-même, se décrit comme laid et peu amène, jusqu’à la sagesse de cet Eustache Deschamps vieilli qui a survécu aux fléaux de son temps et vu, comme beaucoup d’hommes d’alors, ses amis décimés par la peste, les conflits répétés qui mettent le pays à sang, les vaines conquêtes pétries de l’orgueil des rois et, bien sûr, cette interminable guerre de cent ans, cet auteur médiéval nous a laissé le courage de dire et celui de s’élever, de beaux textes sur l’honneur et les valeurs humaines sagesse_medievale_poesie_moyen-age_eustache_deschampspour nous en délecter et, je le dis encore, certains écrits sur lesquels le temps ne semble pas avoir de prise et qui raisonne d’une certaine modernité.

Pour ce qui est de la ballade d’aujourd’hui, le thème du jugement sur les apparences, la « mise » ou  les stigmates, cet habit qui, au fond, n’a jamais fait l’homme ni le moine est-il médiéval  ou n’est-ce pas, plutôt, un thème classique, aussi vieux qu’Hérode lui-même? Voilà en tout cas, sur le sujet, la belle version d’Eustache Deschamps en forme de ballade.

« on ne congnoist aux robes la pensée »
Ballade en vieux français original

Trop de gens sont qui honourent l’abit ,
Et au corps font pour robe révérence
Et ne tiennent compte de l’esperit
De cil qui a bonnes meurs et science;
Et n’ont regart à la sufficience
Du corps, s’il n’est parez de riches draps ;
Combien que tel vest robe de bourras*
Ou la porte cointe et intercisée
Qui plus a sens qu’en telz est advocas :
On ne congnoist aux robes la pensée.

L’entendement et la voulenté fist
Dieu, des hommes formez à sa semblance;
Nuz les créa , et puis l’ame leur mist
Ou chétif corps, sanz faire différence
De nul qui soit au naistre , n’en semence. 
Les grans robes saiges ne les font pas
Ne sos aussi; riens n’y font en ce cas
Poures habiz, fors science approuvée,
Sens naturel et le bien faire. Hélas !
On ne congnoist aux robes la pensée. 

Les apostres ne le doulz Jhesu Crist
Ne portèrent draps de grant apparance;
Mais leurs vertus furent de grant proufit,
Qui ont partout donné bonne créance.
Robes de vair ne de gris n’ont puissance 
D’assagir nul; mais puisque le sens as
De robes vestus, pour ce ne le perdras;
Foulz sa foleur pour sa robe herminée
Ne laissera, ne son sens l’omme bas :
On ne congnoist aux robes la pensée.

ENVOI

Prince, n’aiez nul saige homme en despit,

Se grant estât n’a ou robe fourrée;
Car tel scet moult, qui est poure et petit :
On ne congnoist aux robes la pensée.

Traduction/Adaptation
en français moderne
(moyenagepassion)

Trop de gens sont qui honorent l’habit
Et au corps font pour robe révérence
Et ne tiennent compte de l’esprit
De celui qui a bonnes moeurs et science,
Et n’ont regard à la valeur
Du corps, s’il n’est paré de riches draps
Suivant qu’un tel se vêt d’une robe de Bourras*
Ou la porte de manière galante et bien taillée
Celui qui prétend juger en cette matière est avocat
On ne connaît aux robes les pensées.

(* Bourras : Etoffe grossière lin)

L’entendement et la volonté fit
A Dieu faire les hommes à sa semblance
Nus les créa, et puis âme leur mit
Ou corps chétif, sans faire de différence
Entre tous ceux qui soient à naître, ou à semer,
Les grandes robes, sages ne les font pas
Ni sots non plus, rien n’y font dans ce cas
Pauvres habits, force science approuvée,
Bon sens et bonne conduite. Hélas!
On ne connaît aux robes les pensées.

Les apôtres ni le doux Jésus Christ
N’étaient drapés de grandes apparences
Mais leur vertus furent de grand profit
Qui ont partout inspiré la confiance
Robe verte, ni grise n’ont de puissance
D’assagir personne, mais l’homme de bon sens
D’une robe vêtue, pour ce ne le perdra.
Le fou, sa folie pour sa robe herminée
ne laissera, ni son bon sens l’homme bas*
On ne connaît aux robes les pensées.

(* l’homme de simple condition)

ENVOI

Prince, n’ayez aucun homme sage en dépit*
S’il n’a grand mise ou robe fourrée
Car celui là peut en savoir beaucoup, qui est pauvre et petit
On ne connaît aux robes les pensées.

(* Prince, ne vous offensez d’aucun homme sage)

Une merveilleuse journée à tous dans la joie!
Fred
Pour moyenagepasion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

Laisser un commentaire