Convoitise et cupidité des temps, une ballade grinçante et réaliste d’Eustache Deschamps

poesie_medievale_satirique_eugene_deschamps_moyen_ageSujet : poésie médiévale, poésies morales et satiriques, poésie réaliste, ballade, vieux français
Période : moyen-âge tardif
Auteur : Eustache Deschamps  (1346-1406)
Titre : Nul ne tent (fort) qu’a emplir son sac
Bonjour à tous,

C_lettrine_moyen_age_passionpoesie_medieval_auteur_satirique_morale_politique_eustache_morel_deschampsomme la vague revient sans se lasser vers la jetée, et même si les plages estivales semblent déjà loin, nous revenons sans cesse, ici, sur les ballades de ce grand poète satirique, politique et moral du moyen-âge que fut Eustache Deschamps.

Employé de cour de petite noblesse, alternativement chevaucheur, messager, huissier d’armes, maître des eaux et forêts, et encore baillis de Senlis – soit chargé d’administrer la ville et d’y faire appliquer la justice pour le compte du roi -,  tout au long de sa vie, cet auteur et poète médiéval aura côtoyé et servi les rois et les puissants. Pourtant, pour autant qu’il s’est trouvé indubitablement lié au pouvoir et au risque de nous répéter, cet auteur prolifique du XIVe siècle et du moyen-âge finissant ne cesse de surprendre par le courage de sa plume et son  engagement.

De la forme vers le fond, un homme debout

« Car il n’est rien qui vaille franche vie »   Eustache Deschamps

Bien sûr, on s’est arrêté souvent à son Art de Dictier la prose (1392), à ses apports remarquables en stylistique et en rhétorique, à son attachement à créer ou à formaliser l’exercice d’une poésie qu’il défend comme un art à part entière ayant sa propre musicalité et se suffisant à lui-même.  Il y aura bien, c’est indéniable, un avant et un après Eustache Deschamps dans l’Art poétique français du moyen-âge tardif. Sur le style toujours, on a pu encore souligner, à raison, son talent unique à manier courtoisie et satire, mais au delà des formes et à la lecture de ses belles ballades poétiques empreintes de causticité,  nous ne pouvons nous estache_deschamps_auteur_medieval_poesie_politique_satirique_morale_moyen-ageempêcher de nous arrêter sur le fond et de voir derrière ses textes, rien un homme alerte, face à son temps.

Et quand on le décrit, ici ou là, comme un vieil homme auquel la fortune et la gloire ont échappé et qui s’est aigri avec l’âge, en invoquant, un peu facilement sans doute, ses rancoeurs personnelles pour expliquer certaines de ses diatribes ou sa nature caustique, nous refusons, quant à nous, de nous y laisser aller; ce genre de considérations n’enlève rien au fond, ni au sens de ses textes et loin de toutes explications « psychologisantes » (détestablement) à la mode, son sens critique continue de nous paraître admirable autant que son courage, son amour de l’honneur et sa droiture. Et s’il faut parler du passage du temps, puisque Eustache Dechamps a vécu longtemps, il nous semble plus juste qu’il y ait acquis une forme de sagesse, née de l’observation et de l’expérience. Indéniablement, Eustache Deschamps reste et restera un poète éveillé et critique de son temps, un des grands témoins de la société, des guerres et des misères du XIVe siècle et une voix qui s’élève avec liberté et franchise: un homme debout.

Se dresser ou se taire

"pauvreté et patience" manuscrit traité théologique, manuel de XIVe, bnF,
« pauvreté et patience » manuscrit traité théologique, manuel de XIVe, bnF,

A_lettrine_moyen_age_passion-t’il gardé de sa formation de clerc et de ses connaissances juridiques, une forme de droiture dans la posture d’esprit? C’est bien possible. Le christianisme est-il encore à l’inspiration de certaines des valeurs qu’il défend dans ses ballades satiriques? Sans aucun doute. Justice, équité, empathie et égards pour les petites gens – leur sagesse, leur honneur, leur sens du travail – autant que valeurs chrétiennes sont certainement des piliers sur lesquels sa  morale repose, mais au delà, sa nature d’homme y est encore sûrement pour quelque chose.  Face à l’iniquité et pour réussir à la cour, hier comme aujourd’hui, le silence, l’hypocrisie et la soumission restent toujours des valeurs payantes. Et si ce n’était de poesie_satirique_morale_politique_moyen-age_eustache_deschampssa nature même, n’aurait-il pas été plus simple et plus confortable pour lui, étant si proche du pouvoir et de la cour de verser dans les ronds de jambes et de se soustraire aux règles des jeux de cour?

Qu’est-ce qui fait qu’un homme issu de petite noblesse, s’intéresse aux petites gens et aux hommes du peuple au point, parfois, de s’en faire la voix, au détriment de sa propre réussite sociale et de ses propres intérêts? Plus loin encore, qu’est-ce qui fait que certains hommes se dressent quand d’autres se taisent ou se couchent? Le courage? Ou peut-être même simplement l’impossibilité dans laquelle leur nature les met de pouvoir faire autrement.

La ballade du jour

On retrouve Eustache Deschamps, nous l’avons déjà évoqué ici, sur des thèmes moraux, sur des grandes valeurs d’honneur, de loyauté, de justice sociale. Il est aussi, dans un élan désabusé qui pourrait avoir les accents d’un étonnant manifeste antimilitariste médiéval, à la critique des vaines et futiles guerres de pouvoir, qui ne servent que les caprices ou les intérêts de ceux qui les déclenchent, au détriment des peuples mis à poesie_medieval_cupidite_ballade_moyen-age_eustache_deschampssac et à sang.  Il est encore à la satire acerbe des habitudes de cour, fustigeant l’hypocrisie qui y règne du côté des courtisés comme des courtisans.

Dans cette ballade que nous vous proposons aujourd’hui, il s’attaque à nouveau à la classe des puissants dans une diatribe qui, sans doute, est venue s’ajouter à d’autres pour contribuer à lui attirer quelques inimitiés supplémentaires à la cour et au delà.  Il y oppose encore le petit peuple, cette fois-ci celui de la terre aux seigneurs et finalement le travail  véritable contre la cupidité ou l’appât de l’or.


Nulz ne tent  qu’a emplir son sac.
Une ballade d’Eustache Deschamps

Je doubte trop qu’il ne viengne chier temps (1),
Et qu’il ne soit une mauvaise année,
Quant amasser voy grain a pluseurs gens
Et mettre a part; faillir voy la donnée (2),
L’air corrumpu, terre mal ordonnée,
Mauvais labour et semence pourrie,
Foibles chevaulx, et le laboureur crie,
Contre lequel le riche dit : eschac ! (3)
Par ce convient que le peuple mendie,
Car nulz ne tent  qu’a emplir son sac.

Particulier est chascun en son sens.
Et convoiteus, vie est desordonnée,
Tout est ravi par force des puissans.
Au bien commun n’est créature née.
Est la terre des hommes gouvernée
Selon raison? Non pas; Loy est perie,
Vérité fault, régner voy Menterie,
Et les plus grans se noient en ce lac;
Par convoitier est la terre perie,
Car nulz ne tent qu’a emplir son sac.

Si fault de faim perir les innocens
Dont les grans loups font chacun jour ventrée,
Qui amassent a milliers et a cens
Les faulx trésors; c’est le grain, c’est la blée.
Le sang, les os qui ont la terre arée (4)
Des povres gens, dont leur esperit crie
Vengence a Dieu, vé a la seignourie.
Aux conseilliers et aux menants ce bac.
Et a tous ceuls qui tiennent leur partie.
Car nulz ne tent qu’a emplir son sac.

ENVOY

Princes, le temps est brief de ceste vie,
Aussi tost muert homs qu’on puet dire : clac.
Que devendra la povre ame esbahie? (5)
Car nulz ne tent  qu’a emplir son sac.


(1)  chier temps : des temps « chers », difficiles au niveau subsistance
(2) 
faillir voy la donnée*: je vois que les semis ne prennent pas.
(3)
eschac: traduction littérale : « Echec! ». Autrement dit, « je ne veux rien savoir » ou « Suffit, pas d’excuses »
(4)
 Arée : labourée

(5) esbahie : étonnée, tremblante, effrayée

Pour information, le marquis de Saint-Hilaire dans sa publication des oeuvres complètes d’Eustache Deschamps, ajoute « fors » dans le vers « Car nulz ne tent qu’a emplir son sac » en spécifiant qu’il manque dans la version de Crapelet des mêmes oeuvres, ce qui donnerait : « Car nulz ne tent fors qu’a emplir son sac ». Comme cela fait dépasser un peu les pieds du vers, sans ajouter grand chose au sens, j’ai préféré m’en tenir ici à la version de Crapelet. Je vous laisse choisir la vôtre.

Quoiqu’il en soit, pour conclure sur cette ballade médiévale grinçante  d’Eustache  Deschamps, il est heureux que les temps aient changé. Elle est bien loin cette époque barbare lointaine dans laquelle les puissants et les gens de pouvoir ne pensaient qu’à leur sac, au mépris des petites gens et de leur labeur. Qu’il suffise de regarder la fonte des classes moyennes dans les pays dits développés ou l’extrême pauvreté qui perdure dans les pays pauvres, pourtant souvent gorgés de ressources, pour s’en convaincre. Non décidément, je ne sais pas ce que vous en pensez vous, mais à n’en pas douter, nos temps modernes sont largement moins individualistes ou empreints de  cupidité que ne l’était le monde médiéval et le XIVe siècle d’Eustache Deschamps.

Une très belle journée à tous!
Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Laisser un commentaire