François Villon et la ballade des dames du temps jadis, par Brassens

françois_villon_poesie_francais_moyen_ageSujet : poésie médiévale, poésie réaliste et satirique, musique, troubadour
Auteur : François Villon
Période : moyen-âge tardif
Titre : ballade des dames du temps jadis, les neiges d’Antan
Interprète : Georges Brassens


« On a tellement voulu faire de moi l’élève de François Villon qu’il a bien fallu au bout d’un moment que j’en fasse mon maître. »
Georges Brassens

Bonjour à tous,

B_lettrine_moyen_age_passionien qu’on est fait de Villon le maître de Brassens chose à laquelle ce dernier s’est finalement plié d’une certaine manière pour l’avoir découvert après coup, on doit à feu notre troubadour poète anticonformiste et empêcheur de tourner en rond national peu de textes chantés de François Villon. Brassens a toujours finalement préféré chanter sa propre poésie et on ne peut brassens_ballade_de_villon_poesie_medievale_satirique_dames_du_temps_jadisl’en blâmer, vue la grande qualité de sa plume et son amour de la langue française.

Dans le répertoire de Villon, il n’a pas pris les textes les plus caustiques là où finalement tous aurait pu l’attendre, mais il a choisi ces belles neiges d’antan ou cette ballade des dames du temps jadis, cette poésie où françois Villon fait référence aux dames du temps jadis.

Comme toute chose écrite de Villon, nous la livrons ici entière sans nous perdre dans des explications de texte à n’en plus finir sur les références qu’elle contient. Il est intéressant de savoir que ce texte remis dans son contexte est suivi d’une autre ballade sur les seigneurs du temps jadis faite dans le même esprit. Villon à la recherche des grands esprits de son temps semble ne pas en trouver et la satire est surement entre ces lignes là.

Paroles de la ballade des dames du temps jadis, de François Villon

Dictes−moy où, n’en quel pays,
Est Flora, la belle Romaine;
Archipiada, ne Thaïs,
Qui fut sa cousine germaine;
Echo, parlant quand bruyt on maine
Dessus rivière ou sus estan,
Qui beauté eut trop plus qu’humaine?
Mais où sont les neiges d’antan!

Où est la très sage Heloïs,
Pour qui fut chastré et puis moyne
Pierre Esbaillart à Sainct−Denys?
Pour son amour eut cest essoyne.
Semblablement, où est la royne
Qui commanda que Buridan
Fust jetté en ung sac en Seine?
Mais où sont les neiges d’antan!

La royne Blanche comme ung lys,
Qui chantoit à voix de sereine;
Berthe au grand pied, Bietris, Allys;
Harembourges, qui tint le Mayne,
Et Jehanne, la bonne Lorraine,
Qu’Anglois bruslèrent à Rouen;
Où sont−ilz, Vierge souveraine?…
Mais où sont les neiges d’antan!

ENVOI
Prince, n’enquerez de sepmaine
Où elles sont, ne de cest an,
Que ce refrain ne vous remaine:
Mais où sont les neiges d’antan!

Une merveilleuse journée à tous!
Fred
Pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *