« Se la belle n’a le voloir », un rondeau courtois de Gilles Binchois

gilles_binchois_chants-polyphoniques_musique-ancienneSujet : chanson, poésie médiévale, Amour Courtois, musique médiévale, lyrique courtoise, rondeau, chants polyphoniques, moyen-français
Auteur-Compositeur : Gilles de Binche, Gilles Binchois (1400-1460)
Titre : Se la belle n’a le voloir
Période :  XVe siècle, moyen-âge tardif
Interprètes : Ensemble  Gilles Binchois
AlbumMon souverain désir, Virgin Classics 1998

Bonjour à tous,

D_lettrine_moyen_age_passionigne représentant de l’Ecole Bourguignonne de la toute fin du Moyen-âge, Gilles Binchois nous a laissé une musique religieuse et profane, marquée par un goût de la polyphonie, qui allait inspirer, à la même époque l’Ecole Franco-Flamande. Rappelons qu’il est d’ailleurs lui-même originaire de Mons.

Dans ce XVe déjà tourné vers la renaissance, l’art musical n’est plus celui des troubadours et des trouvères mais, du point de vue de leurs vers, les compositions profanes continuent très fréquemment de s’inscrire dans l’héritage de la lyrique courtoise des siècles précédents. C’est encore le cas ici avec cette chanson du jour. Dans ce  rondeau, le poète, en parfait fine amant, est suspendu à la décision de la belle qu’il convoite et il se mourrait presque « d’amourette »,  par anticipation, de crainte qu’elle ne se refuse à lui.

Sources historiques : les Codices de Trente

gilles_binchois_trente_codices_tr87_manuscrit_ms-1374_s
Le MS 1374, Tr 87, manuscrit de musiques notées du XVe siècle, trentino.cultura.it

Bien que l’oeuvre abondante du maître de musique soit assez dispersée en terme de manuscrits, on peut en retrouver une partie importante dans les Codices de Trente. Ces  sept volumineux traités de musiques notées datant du XVe siècle sont considérés comme des documents majeurs pour la musique de l’Europe médiévale de ce siècle. La majeure partie de ces précieux ouvrages est encore conservée, à ce jour, au Musée Provincial d’Art de Castello del Buonconsiglio, à Trente, en Italie.

Le Tr87 ou MS 1374 où l’on peut croiser la chanson du jour et sa notation (cf image ci-dessus), aux côtés d’un peu moins d’une vingtaine de compositions de Gilles Binchois, est consultable en ligne au lien suivant: trentino cultura.it .

Se la belle n’a le voloir, par l’Ensemble Gilles Binchois

« Le Souverain désir » de Gilles Binchois
Sous la direction de Dominique Vellard

Mené par Dominique Vellard, l’Ensemble du même nom que le compositeur est sans nul doute celui qui a le plus contribué à nous faire redécouvrir les chants et les pièces tout en subtilité de Gilles Binchois. Dans un album datant de 1997-98 , ayant pour titre Mon Souverain Desir, la formation de musiques anciennes proposait ainsi 17 pièces, tirées du répertoire profane du compositeur, sur le thème du sentiment amoureux et de la fine amor.

gilles_binchois_ensemble_amour_courtois_chants_polyphoniques_musique_medievale_moyen-ageCe bel album, qui démontrait une fois de plus les grands talents de son directeur, a été accueilli avec tous les honneurs sur la scène musicale. Extrêmement bien noté par la presse spécialisée, il a également reçu, en son temps, un Diapason d’Or. Il est toujours édité et disponible à la vente dans toute bonne boutique de musique ou même en ligne. Voici un lien utile pour l’acquérir : Mon souverain désir de l’Ensemble Gilles Binchois.

L’Ensemble Gilles Binchois, une longue et belle carrière pour plus de 45 albums

Fondé en 1979, cette grande formation dont nous avons déjà parlé abondamment ici, ne s’est pas cantonnée au répertoire du grand compositeur. Avec plus de 40 années de présence sur la scène des musiques anciennes, l’Ensemble Gilles Binchois a déjà légué à la postérité près de 45 albums et propose encore, de nos jours, les programmes les plus variés des temps médiévaux à l’après-renaissance. Vous pouvez retrouver leur discographie complète ainsi que l’agenda de leurs concerts sur leur site web officiel : gillesbinchois.com

Nous vous invitons également à consulter tous nos articles à leur sujet ici : l’Ensemble Gilles Binchois sur Moyenagepassion.


Se la belle n’a le voloir, rondeau
les paroles de la chanson de Gilles Binchois

Se la belle n’a le voloir
D’alegier mon piteux martire
Il ne m’est nul besoin de rire
Pour le mal qui me fait doloir

Car je n’ay cuer, corps ne pouvoir
Qui puist a tel dolour souffrire
Se la belle n’a le voloir
D’alegier mon piteux martire,

Et pour la verité savoir
A toute heure mon mal empire
Dont je m’en vois de droite tire
Ma mort prochaine recevoir.

Se la belle n’a le voloir
D’alegier mon piteux martire
Il ne m’est nul besoin de rire
Pour le mal qui me fait doloir.


En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *