Archives pour l'étiquette archère

Châteaux forts& Architecture médiévale défensive : hourds, mâchicoulis et bretèches

chevalier_bayard_architecture_chateau_medievale_moyen-age_passion
« Il n’y a point de place faible, là ou il y a des gens de cœur »
Pierre de Terrail de Bayard (1476 – 1524)
Citation médiévale du célèbre chevalier « sans peur et sans reproche ».

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour aborder l’architecture médiévale et les systèmes de défense essentiels des châteaux forts que sont les hourds, les mâchicoulis et bretèches, voici une autre de nos vidéos,  réalisée  à l’aide du moteur du Jeu Medieval Engineers.

En dehors de ses tours défensives, de ses hauts murs, ses pont-levis ou ses élévations (qu’elles soient naturelles ou de pierre), en dehors même des archères ou meurtrières qui offrent aux défenseurs la possibilité de tirer sur les assaillants en restant à couvert, au moyen d’arcs longs ou à l’arbalète, minimisant ainsi leurs chances d’être vus ou touchés, il existe, dans l’architecture des châteaux forts et forteresses, d’autres mécaniques de défense passive qui permettent d’ouvrir des angles supplémentaires sur les pieds de murailles ou les portes, et de les défendre avec plus d’efficacité.

hourd_defense_chateau_fort_moyen_age

C_lettrine_moyen_age_passiones systèmes de défenses sont plusieurs ordres : les hourds, les mâchicoulis et les bretèches.  Dans les trois cas, ils procèdent d’ouvertures  verticales qui permettent des tirs plongeants ou des jets de liquides ou d’objets sur les assaillants arrivés au pied des murailles ou devant les portes du château ou de la forteresse. Dans les trois cas encore, ces systèmes défensifs ménagent une couverture au défendeur, de façon à ce qu’il puisse tirer ou jeter des choses sur les assaillants sans être lui-même fortement exposé à leurs possibles représailles. Qu’ils se tiennent sur des murs droits ou de corbeilles à créneaux, l’objectif des hourds et des mâchicoulis reste donc toujours le même, améliorer la visibilité sur les pieds de murs ou de tours et offrir un couvert propice à la défense du bâtiment.

Les Hourds : histoire & définition

hourd_defense_chateau_medievale_moyen_age

L_lettrine_moyen_age_passiones hourds sont en bois. On trouve les premières traces de leur présence ou, en tout cas, de leur mention, dans l’ouvrage de Jules César « commentaires sur la guerre des gaules ». On a donc la certitude que les romains les connaissaient, même s’il est difficile de les dater précisemment.

hourd_machicoulis_moyen_age_architecture_medieval_defensiveOn a émis l’hypothèse que les hourds n’étaient montés qu’en temps de guerre et ôtés en temps de paix. On les trouve sur les hauts des murailles, le long des chemins de ronde, ou en haut des corps de garde et des porteries, mais aussi sur le haut des tours défensives qu’ils ornent des leurs merveilleuses boiseries. Dans ce dernier cas, comme ils sont aussi, souvent, les supports de toitures, il semble peu probable qu’on se soit pris de l’idée de les démonter, sauf à s’assurer que les années de paix allaient durer; nul doute qu’on ne le faisait pas dans les régions où les conflits perduraient entre seigneuries ou entre territoires frontaliers. Avec le temps, ces installations de bois ont été peu à peu supplantées par les mâchicoulis qui sont des trous et des ouvertures ménagés directement dans les corbeilles de pierre qui soutiennent les créneaux; le défenseur bénéficie alors de l’abri des créneaux et le dispositif a l’avantage d’être plus solide que les hourds de bois et surtout moins inflammable.

* sur la photo ci-dessus, prise à Carcassonne, les hourds reconstitués par l’architecte Eugène Viollet-le-Duc en 1850 .

Les Mâchicoulis & Bretèches

machicoulis_breteche_architecture_medieval_histoire_chateau_fort

A_lettrine_moyen_age_passionvec l’évolution des engins de siège et spécialement l’avènement des trébuchets dans le courant du douzième siècle  – engins redoutables, capables de propulser à grande vitesse dans les airs et contre les murailles des châteaux des blocs de pierre pouvant peser plus de 140 kilos -, la résistance des hourds se trouvait fortement compromise. De fait, progressivement, au fil du XIIIe XIVe siècle, les mâchicoulis sont venus s’y substituer. Jusque tard dans le temps et même s’ils n’avaient plus la même fonction défensive, on a tout de même souvent laissé les anciens hourds en place en haut des tours défensives, justement parce que, comme nous le disions plus haut, les toitures reposaient sur eux.

machicoulis_architecture_defensive_moyen_age_passion

breteche_architecture_medieval_defensive_moyen_age_passionComme les mâchicoulis, (photo ci-dessus) les bretèches sont également en pierre et sont ménagées le long des murs, pour protéger une porte ou même un angle de mur ou de muraille. (photo à gauche).


Survivance de ces systèmes de nos jours

C_lettrine_moyen_age_passionomme le bois est périssable, la majorité des hourds n’a pas traversé le temps, certains ont été entretenus et les bois remplacés et sont encore visibles, d’autres ont été reconstitués totalement. Il faut savoir qu’à la période où les hourds étaient populaires, on pouvait en observer, pas uniquement sur les tours de garde ou les murailles des châteaux, mais également sur les églises ou même sur les bâtiments ou fermes qui se situaient dans des zones fortement exposées ou  conflictuelles.

hourds_moyen_age_meuse_egliseOn trouve encore aujourd’hui sur le territoire français et, notamment, dans la Meuse, des églises qui ont conservé ou pris soin de leur hourd.

hourds_moyen_age_fortification_meuse_eglise

architecture_defensive_hourds_moyen_age_meuse architecture_defensive_hourds_moyen_age

Quant au mâchicoulis ou aux bretèches, on peut encore les observer dans les châteaux en pierre d’époque quand les oeuvres de restauration des siècles précédents ne les ont pas détruits ou simplement bouchés.

D_lettrine_moyen_age_passionans le courant du XVe siècle, avec l’avènement de l’artillerie lourde et la recentralisation des pouvoirs autour d’un roi et d’une armée forte, les guerres changeront. Graduellement, les châteaux passeront alors de châteaux forts et bâtiments défensifs à palais d’agrément et de prestige, on trouvera pourtant encore dans ces nouveaux édifices, élevés à la gloire de leurs princes ou de leurs rois, des traces de bretèches mais elles ne seront plus alors que décoratives, comme en hommage à leurs ancêtres de pierre et aux châteaux forts.

Voilà, mes amis, un peu d’informations sur ces systèmes de défense et sur l’architecture médiévale défensive.

Une excellente journée à tous.

Frédéric EFFE.
moyenagepassion.com
A la découverte du monde du moyen-âge sous toutes ces formes.

La fabuleuse aventure médiévale de château de Guédelon

La fabuleuse aventure médiévale de château Guédelon.
Architecture médiévale philippienne et châteaux forts,

Un projet ambitieux et novateur

D_lettrine_moyen_age_passion

ifficile de parler du moyen-âge sans aborder l’expérience unique à laquelle se livrent actuellement Michel Guyot et son équipe sur le site de Guédelon. Ayant en effet trouvé, à l’occasion de la restauration d’un château, un autre château enfoui du treizième siècle, Michel Guyot, le génial initiateur du projet Guédelon (voir photo ci-dessous) a décidé de reconstruire une version inspirée de ce château du XIIIe siècle, en utilisant les technologies de l’époque, tout en redécouvrant – pour ne pas dire en ré-inventant,  au vue de tout ce qui s’est perdu depuis – les méthodes et les métiers autour de la construction de châteaux forts. Après quelques années d’exploitation, le site se visite presque toute l’année. L’entreprise est un succès et le chantier médiéval de Guédelon a déjà accueilli depuis son ouverture des millions de visiteurs!

Michel Guyot createur du projet de château Guédelon

Très attaché au réalisme historique, le château de Guédelon est également construit uniquement avec les moyens trouvés sur place: le bois provient de la forêt présente sur le site, les pierres d’un carrière creusée à cet effet également; on forge sur place les outils nécessaires aux différents corps de métiers, et l’on construit aussi le château, suivant les standards de l’architecture philippienne (voir plus bas dans cet article).

Les métiers du moyen-âge
autour de château Guédelon

Tous les métiers du moyen-âge, autour de la construction de châteaux forts, sont représentés à Guédelon : bâtisseurs, forgerons, menuisiers, bûcherons, cordiers, carriers, tailleurs de pierre, charpentiers, vanniers, tuiliers, teinturiers, etc…

metier_charpentier_02       metier_tailleur         metier_charpentier metier_forgeron       metier_vannier         metier_cordier metier_bucheron       metie_tuilier         metier_macon
metier_carrier
metier_moyen_agemetier_teinturier

 

 

 

L’architecture philippienne 

C_lettrine_moyen_age_passionette architecture a été inaugurée par le roi Philippe Auguste, (1165-1223), que l’on a aussi surnommé Philippe le bâtisseur, à l’occasion de la construction du Louvre. Ce roi de France est réputé avoir synthétisé ou formalisé les connaissances de l’architecture médiévale défensive, héritées de deux ans d’expérience d’enchâtellement. Il a ainsi mis en place de nouveaux standards pour les forteresses qu’il commencera à appliquer au Louvre, et qui rencontreront un vif succès au delà des frontières françaises et durant plus d’un siècle après :  murs droits à créneaux, tours d’angles reliés par des courtines, donjon, porterie défensive, meurtrières ou archères. Il est notable que l’avènement de l’architecture philippienne a changé à la fois les stratégies de défense des territoires, mais également la manière de concevoir la défense d’un château.

Une expérience unique au niveau mondial

chateau_fort_medieval_guedelon_replique_moyen-age_passion

L’expérience de Guédelon est appuyée et soutenue par un grand nombre de spécialistes historiques, mais également l’Union européenne et un certain nombre d’autres parte-naires publiques. Elle est aussi louée par l’ensemble du public qui visite le site. Elle reste, à ce jour, une expérience totalement unique au niveau mondial, puisqu’elle opère finalement une fusion entre histoire, archéologie, pédagogie et architecture tout en étant une expérience actuelle mais aussi une aventure humaine extraordinaire.

Le chantier médiéval de Guédelon

Les avancées du chantier de château Guédelon
Les avancées du chantier de château Guédelon

L_lettrine_moyen_age_passione chantier avance à grand pas. La première pierre a été posée en 1997 et l’on avait prévu que la construction complète prenne environ 25 ans. A l’époque et au XIIIe siècle, le château aurait certainement pris moins longtemps mais les techniques étaient alors connues et éprouvés alors que de nos jours il faut les retrouver en cherchant, en tâtonnant et quelquefois même les recréer de toute pièce. A la fin du chantier, on parle déjà de poursuivre l’aventure de Guédelon en construisant plus de bâtiments d’époque autour et bien sûr dans le même esprit déjà insufflé au projet par Michel Guyot et l’Association des Compagnons Bâtisseurs de Puisay qu’il a créé à l’occasion de ce projet pour le porter.

Un voyage dans les couloirs du temps

Visitez le site de Guédelon, c’est une voyage dans les couloirs du temps unique, à la rencontre d’une époque mais aussi à la rencontre de passionnés de moyen-âge. Dates d’ouverture, tarifs, avancée du chantier, photos et vidéos, Vous trouverez également plus d’informations sur le site web du château de Guedelon.

A propos de la réplique
et de la video sur château Guédelon

C_lettrine_moyen_age_passionette vidéo qui présente ce à quoi ressemblera Guédelon une fois terminé de construire, a été réalisée avec le moteur du jeu et la boîte à outils du jeu Medieval Engineers de la société Keen Software. Vous la trouverez comme de nombreuses autres sur notre chaîne youtube dédiée au moyen-âge.

Si ce sujet vous intéresse et notamment sur la question des mâchicoulis, hourds et bretèches, nous vous conseillons également cet article sur l’architecture médiévale défensive et la vidéo qui va avec.

Merci de votre lecture et une excellente journée à vous!

Fred
Pour moyenagepassion.com

« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publiliue Syrus  Ier s. av. J.-C