Archives pour l'étiquette forteresses

Histoire des châteaux-forts & techniques de siège médiévales 4

index des autres articles sur le sujet
1. Naissance des châteaux-forts
2. Du bois vers la pierre
3. Mottes, forteresses de bois et techniques de siège

4. XIIe, XIIIe siècles
L’ÂGE D’OR DES CHATEAUX-FORTS

« Sur un territoire couvert de châteaux fortifiés occupés par des seigneurs turbulents, audacieux, la guerre était et devait être à l’état chronique. D’ailleurs, celui qui possède une arme n’attend que l’occasion de s’en servir, et la provoque au besoin. De même celui qui possède une forteresse ne vit pas sans un secret désir de la voir attaquer, ne fût-ce que pour prouver sa puissance. »
Eugène Viollet Le Duc,
Dictionnaire Raisonné de l’architecture française, 1856

N_lettrine_moyen_age_passionous voilà donc rendu dans le courant du XIIe siècle. Aux points de tensions les plus forts, à la faveur de la disponibilité du matériau mais aussi de la capacité des seigneurs les plus fortunés et les plus aptes à s’entourer d’experts dans la construction, les fortifications de pierre viennent peu à peu se substituer aux palissades de bois des siècles précédents. Bien sûr, les disparités régionales commandent et, comme nous l’avons déjà dit dans les articles précédents, on construira encore longtemps des mottes castrales de terre et de bois. Certaines continueront même d’être occupées durant plusieurs siècles, sans être fortifiées par la pierre.

chateau_fort_histoire_medievale_guillaume_conquerant_normandieA la faveur du tassement de la terre, il faut quelquefois attendre plus de cinquante ans pour pouvoir  jucher une haute tour  de pierre sur une butte, mais on admet généralement que dans le courant du XIe siècle, on commencera gra-duellement à ériger des donjons en pierre sur de nombreuses mottes castrales en lieu et place des tours de bois. Graduellement, les murailles défensives, entourant cette grande tour – et même celles de la basse-cour quand on le peut – seront elles-mêmes construites dans ce matériau bien plus résistant au feu que le bois. Quand l’espace et le diamètre de la butte castrale à son point le plus élevé le permettra, on construira aussi, directement sur la motte de véritables châteaux. (photo ci-dessus château Guillaume le Conquérant, ou château de falaise, un des premiers châteaux normands en pierre, sa construction s’étale du Xe au XIIIe siècle)

En l’absence de place sur la motte  pour y construire tous les édifices utiles au seigneur, les bâtiments connexes pourront aussi venir s’appuyer contre la butte même comme à Windsor. Dans d’autres cas encore, on désertera tout simplement les mottes castrales pour des endroits plus accessibles et plus spacieux sur lesquels on s’installera à la faveur de la sécurité qu’offre la pierre. Au fond, même si l’élévation reste appréciée pour les avantages défensifs qu’elle confère, avec l’usage plus systématique de la pierre, la possibilité est aussi offerte d’élever des remparts  bien plus hauts et bien plus résistants. De fait, même si l’on continuera à jucher des châteaux sur des hauteurs ou des promontoires durant ce siècle, l’élévation du terrain ne sera peut-être déjà plus une donnée aussi sensible pour la construction de telles forteresses, fait que l’avènement de l’architecture philippienne viendra encore consacrer.

« Enchâtellement » et monde féodal

Château-Gaillard, XIIe siècle, le château d'un roi d'Angleterre au coeur de la Normandie
Château-Gaillard, XIIe siècle, le château d’un roi d’Angleterre au coeur de la Normandie

E_lettrine_moyen_age_passionn réalité, il faut bien encore le répéter, aucune généralité ne convient vraiment quand il s’agit de dépeindre l’histoire des châteaux-forts et l’Histoire de ces terres de France qui se fortifient durant le moyen-âge central; l’architecture médiévale défensive reste hétérogène parce que ses avancées sont avant tout commandées par la loi du contexte, des moyens et ressources en présence, et encore de la nécessité. Les donjons de pierre ou les châteaux de pierre existent déjà dans certains endroits depuis le XIe siècle et on connait aussi les enceintes castrales, sans même parler des monastères ou des fortifications d’origines urbaines, villageoises ou religieuses. Tous les châteaux sont loin d’être à motte en ce début de XIIe siècle.  Malgré cette disparité, une vérité semble aujourd’hui indéniable, durant ce siècle comme celui qui le suivra, on verra les châteaux ou les donjons de pierre se multiplier. « L’enchâtellement » se poursuivra donc et ce maillage du territoire par des édifices défensifs et des seigneurs vassalisés connaîtra encore de beaux jours. La féodalité n’est pas encore à son automne même si Philippe Auguste s’emploiera à la mettre à mal pour renforcer sa couronne et avec elle, le pouvoir du roi sur les terres de France et sur les grands vassaux. (ci contre architecture_defensive_histoire_medievale_chateau_fort_l_age_d_orchâteau de Lassay, Loire, construction du XIIe au XVe siècle. Comme bien d’autres châteaux, ce bel édifice est construit en lieu et place d’une ancienne motte.)

Quoiqu’il en soit, avec l’avènement de la pierre, quelques hommes juchés sur un rempart ou un tour de pierre pourront ainsi défendre de manière encore plus efficace le territoire mais surtout le seigneur qui occupe le château et y vit. Les temps où une poignée d’hommes déterminés pouvait mettre en échec une motte castrale sont en recul et les châteaux forts entrent dans leur âge d’or. Le simple feu désormais ne suffit plus et,  du point de vue des techniques de siège, il semble désormais que sans alliés dans la place prompts à trahir le maître des lieux, seul le blocus du château-fort en lui coupant les voies de communication, ou même une armée forte et experte en travail de mines ou dotée d’engins de siège puisse faire échec à ces édifices. Pour les assaillants les plus empressés, il faudra même faire appel à de plus gros engins de siège que les simples catapultes afin d’en venir à bout .

Quand le château de pierre fait le seigneur

« Si l’on en juge par les comptes de l’Échiquier anglais, de telles constructions en pierre étaient très coûteuses. Seuls les grands princes pouvaient en assumer les frais. Leur multiplication est un signe d’un renforcement du pouvoir monarchique en Occident. Tandis que s’opérait cette révolution, la masse des seigneurs continuait à vivre dans des châteaux périmés. Certains élevaient encore des mottes – désormais quadrangulaires – dans la première moitié du XIIIe siècle. S’épuisant à moderniser leur demeure, beaucoup étaient entraînés dans un processus de déclassement qui touchait en même temps le lignage et le bâtiment. »
Michel Bur. Château Fort, Universalis

D_lettrine_moyen_age_passion‘un point de vue sociologique et pour faire écho à Michel Bur sur ces questions, durant les siècles précédents, là où quelques hommes et paysans, rangés aux côtés d’un seigneur ou d’un vassal (même de prestige modeste), pouvaient construire en quelques temps une motte castrale, une tour ou une palissade de bois, l’ère des châteaux de pierre marquera encore la distance, à l’intérieur même de la classe des seigneurs, en permettant aux plus puissants et riches d’entre eux de se distinguer de leurs pères par le prestige tout autant que l’efficacité défensive du château de pierre.

L’architecture philippienne et les nouveaux standards d’un roi bâtisseur pour les châteaux

Le Louvre de Philippe Auguste (XIIe, XIIIe siècle), pionnier de l'architecture philippienne
Le Louvre de Philippe Auguste (XIIe, XIIIe siècle), pionnier de l’architecture philippienne

D_lettrine_moyen_age_passionans le courant de ce XIIe siècle, le roi de France, Philippe Auguste, lancera  la construction du Louvre. (ci-dessous portrait de Philippe-auguste par Louis-Félix Amiel, XIXe, Château de Versailles). Il en profitera pour formaliser et synthétiser, avec ses bâtisseurs, les standards de tout bon château-fort qui se respecte; l’architecture chateaux_architecture_medievale_philippienne_philippe_auguste_moyen-age_passionque l’on nommera de son nom « philippienne » verra alors le jour: murs à créneaux et courtines, chemin de ronde cintrant l’édifice et courant sur les murailles d’une tour à l’autre permettant de les protéger plus efficacement, porterie et corps de garde solidement plantés à l’entrée et défendant l’accès principal, trouées d’archères dans les tours ou les murs, tours flanquées aux angles des remparts, et présence d’un donjon qui, du centre de la forteresse, se déplacera bientôt sur l’un des angles. Le standard évoluera avec les successeurs de ce roi « bâtisseur » au très long règne, et influencera, indubitablement, les siècles qui suivront, rayonnant au delà des frontières du royaume, et notamment en Angleterre.

Château de Bodiam, Angleterre, XIVe, tribut tardif d'un chevalier anglais à l'architecture philippienne?
Château de Bodiam, Angleterre, XIVe siècle, tribut tardif d’un chevalier anglais à l’architecture philippienne?

Avec l’architecture philippienne, on admet généralement que la défense passera aussi de passive à active puisque la masse de la pierre ne sera plus la seule parti-prenante à la défense du bâtiment et, plus loin, du territoire.  Il ne s’agit plus, en effet, d’opposer simplement l’inertie de la matière et l’élévation aux attaquants: ouverts aux quatre orients et sis sur ses remparts, le château-fort pourra désormais protéger l’ensemble des terres qui l’entourent et les hommes juchés sur son  chemin de ronde ou embusqués dans son corps de garde, pourront par les dispositifs défensifs des tours et des murailles, autant par la circulation facilitée sur les courtines, défendre activement l’édifice. De fait, comme nous le suggérions plus haut, on se mettra même à construire les châteaux philippiens en plaine, sans nécessairement avoir à le jucher sur une hauteur.

Du XIIe au XIIIe siècles : continuité dans les innovations de l’architecture défensive

Maquette du Château de Dourdan, début XIIIe très bel exemple d'architecture philippienne, de fait propriété de Philippe Auguste
Maquette du Château de Dourdan, début XIIIe très bel exemple d’architecture philippienne, de fait propriété de Philippe Auguste

D_lettrine_moyen_age_passionans la série des innovations que ce siècle verra encore émerger, les architectes médiévaux privilégieront progressivement la tour ronde plutôt que la tour carrée parce qu’elle offre moins de prise aux projectiles. Cette nouvelle forme architecturale connaîtra un succès plus marqué lors du siècle suivant, même si en fonction des disparités culturelles on continuera dans certaines régions de privilégier le haut donjon résidentiel carré (Michel Bur, château fort, Universalis). Ce XIIe siècle verra aussi les mâchicoulis ou les bretèches commencer à s’ouvrir dans les hauteurs des murs de pierre, des porteries ou des remparts, pour remplacer progressivement  les hourds de bois. On ne démontra pas forcément ces derniers notamment quand ils forment
herse_chateau_fort_histoire_medievaleles supports des toitures sur le haut des tours  mais les nouveaux châteaux leur préféreront désormais, les mâchicoulis, bien plus résistants au feu mais aussi aux projectiles.

Du point de vue des porteries, on note l’émergence des herses (porticullis) et autres grilles de fer ou de bois, et les barbacanes à double porte renforcée qui peuvent être dotées d’assommoirs, viennent encore s’ajouter à la panoplie défensive (Jean Mesqui. La fortification des portes avant la guerre de cent ans). Enfin, dans le courant du XIIIe siècle et face aux progrès de l’enceinte, impulsée sous Philippe auguste, le donjon disparaîtra même dans un nombre important de nouveaux édifices et le logis du Seigneur sera alors construit dans la cour intérieure, appuyé sur l’une des murs d’enceintes. 

En définitive, l’image du château fort « type » que nous avons souvent en tête doit beaucoup aux innovations de ces XIIe et XIIIe siècles. Concernant le pont-levis, il faudra toutefois attendre la fin du XIIIe au début du XIVe siècle pour les voir émerger et se standardiser, même si les siècles précédents connaîtront déjà l’existence de ponts mobiles: « les ponts torneis » et les « postis ». (Eugène Viollet le Duc. dictionnaire raisonné d’architecture médiévale. sur les ponts). 

Château fort de Douvres, XIe siècle et suivant. Guillaume de Normandie, illustration du XIXe siècle. L
Château fort de Douvres, XIe siècle et suivant. illustration du XIXe siècle.  Place forte historiquement célèbre fortifiée par Guillaume de Normandie puis Henri II

L’héritage sarrasin et l’expérience acquise
au retour des croisades

A_lettrine_moyen_age_passionu même moment et dans le courant de ce même siècle, les croisés reviendront de l’Orient, aguerris de dures batailles à l’issue pas toujours favorable, mais avec dans leurs bagages de notables améliorations des engins et des techniques de siège. Plus que d’une véritable révolution en matière de poliorcétique, on aura finalement renoué avec l’héritage gréco-romaine enrichi de la science des sarrasins. Et de la même façon qu’ils rapportèrent les écrits et le canon de la médecine du génial Avicenne et d’autres écrits de histoire_siege_chateaux_medievale_croisade_jerusalem_moyen-agesavants arabes, et avec eux Aristote, les croisés ramèneront aussi les progrès effectués sur les engins et techniques de siège, à la lumière des connaissances scientifiques et mathématiques sarrasines, et encore à la richesse des échanges avec ingénieurs italiens ou d’autres provenances qui se sont joints à eux sur le terrain des batailles. Connaissances certainement, mais expérience aussi, car les croisés reviennent aguerris par le fruit des combats, et tout cela aura permis d’éprouver à la fois la discipline militaire dans les sièges autant que leurs  stratégies d’attaque. (ci-dessus Godefroi de Bouillon (1058-1100) attaque Jerusalem, ‘Roman De Godefroy De Bouillon et de Saladin’, 1337)

Dans le même temps, ces croisades joueront en faveur des rois. En plus de renforcer le sentiment national et le pouvoir des rois, elles auront pour conséquence d’affaiblir la féodalité et la puissance des seigneurs qui auront pris la croix, puisque ces derniers quand ils n’y laisseront pas leur peau en reviendront bien souvent ruinés, ce qui renforcera leur dépendance vis à vis du trésor royal. Au final, l’ost qui tirera le bénéfice de toute cette expertise militaire semble bien l’armée du roi, même s’il faudra encore attendre le règne de Saint Louis qui poursuivra l’oeuvre de Philippe Auguste pour que la féodalité et le pouvoir des vassaux soient en plus net recul.

Première croisade, prise d'Antioche, source Bnf, manuscrit du XVe siècle
Première croisade, prise d’Antioche, source Bnf, manuscrit du XVe siècle

Trébuchets à contrepoids & Mangonneaux

C_lettrine_moyen_age_passion‘est également autour de cette période du XIIe siècle que l’on verra émerger l’usage du Trébuchet à Contrepoids. Il est assez difficile de dater précisément son apparition durant les sièges mais on s’entend généralement sur le fait que c’est son usage qui impulsa la naissance de l’architecture philippienne et que c’est pour contrer cet engin trebuchet_architecture_medieval_chateau_fort_histoire_militairequ’il décida de formaliser et améliorer avec ses ingénieurs militaires l’architecture des châteaux-forts. L’ombre de la poule plane sur l’oeuf.

On peut lire, encore, en certains endroits, que le trébuchet était connu et utilisé dès le VIe siècle en Europe. Peut-être l’était-il de manière marginale? Cela reste à vérifier. Il semble en tout cas que son usage se soit généralisé dans le bassin méditerranéen autour du XIIe siècle. Dans le même registre, concernant cette redoutable machine de jet, certains historiens en avaient fait une invention française du XIIe siècle, mais à la lumière d’autres études, la version médiévale que nous connaissons de cet engin, semble bien n’être que l’importation tardive et l’adaptation d’une invention chinoise du Ve siècle avant Jésus Christ.

Capable de propulser des blocs de pierre de plus de cent kilos contre les murailles et les tours des châteaux, cet engin de siège impressionnant, pèche, toutefois, par son peu de maniabilité et la lenteur de sa cadence de tir; des variations plus légères et plus rapides sur le principe de la fronde avec contrepoids, verront le jour (bricoles) même si elles ne pourront pas rivaliser avec lui en matière de capacité de propulsion. On a fait également du Trébuchet un engin de siège représentatif de la guerre biologique médiévale. De la même façon en effet, que les défenseurs utilisaient les hourds ou les mâchicoulis pour jeter, entre autres choses, sur la tête des assaillants, immondices, excréments, et autres entrailles d’animaux dans l’espoir de les contaminer, le tir en cloche mangonneau_histoire_chateaux_forts_engins_siège_medievaldu Trébuchet aurait été utilisé pour projeter des cadavres infectés à l’intérieur des remparts de la fortification ou du château assiégé. Pas très ragoutant, forcément, mais c’était l’effet recherché.

Dans cette famille des engins de siège « mastodontes », il y aura encore le mangonneau qui, par un système complexe de contrepoids, compensera certaines limites du trébuchet. Mais il reste que ces deux engins supposent tout de même de mobiliser un nombre conséquent d’hommes pour les manipuler, les connaissances suffisantes pour les fabriquer ou les monter, et faut de mieux, les deniers pour les acquérir. Il n’est donc à pas à la portée d’un quelconque vassal.

Inquiétants mais pas suffisamment dissuasifs pour faire perdre la foi dans les châteaux

A_lettrine_moyen_age_passionussi terrifiant soient-ils, ces engins de siège ne freineront pourtant pas la confiance que l’on pouvait alors avoir dans la pierre et dans l’efficacité stratégique des châteaux pour défendre les terres. Au contraire, le XIIe siècle est encore considéré comme l’âge d’or des châteaux forts et le siècle suivant verra encore s’élever nombre de ces édifices de pierre. Ils évolueront encore sous l’arrivée de la poudre et il faudra encore la conjonction de plusieurs facteurs pour que l’on cesse d’en construire et ceci fera l’objet d’un prochain article.

Voilà, c’est donc tout pour aujourd’hui, mes amis. Comme nous l’avions indiqué dans le début de cette série d’articles, notre prétention n’est pas encyclopédique, l’idée étant plutôt de jeter les bases de l’histoire des châteaux forts. En attendant le prochain article sur le sujet, et comme toujours, nous vous souhaitons une merveilleuse journée où que vous vous trouviez sur les terres de ce vaste monde.

Fred
Pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

Histoire de châteaux-forts & techniques de siège médiévales 3

motte_castrale_forteresse_bois_efficacite_defensive_et_poliorcetique

Index des autres articles sur le sujet:
1. Naissance des châteaux-forts
2. Du bois vers la pierre
3. Mottes, forteresses de bois et techniques de siège
4. L’âge d’or des châteaux-forts
5L’automne des châteaux-forts

3. MOTTES & FORTERESSES DE BOIS, efficacité défensive & poliorcétique

A_lettrine_moyen_age_passionprès nous être penché sur le foisonnement de mottes castrales, d’enceintes et autres donjons et châteaux-forts que l’on commence à construire vers la fin du Xe siècle, sous la pression des invasions mais  encore sous la pression de l’émancipation des seigneurs locaux qui reprennent à leur charge la défense du territoire, il est temps de faire une parenthèse pour aborder l’état des techniques de siège durant ces périodes et ce que l’on en sait.  Les avancées de l’architecture médiévale restent en effet indissociables des techniques d’assaut des forteresses et des engins de siège qui évoluent, eux-aussi.

A. Les techniques de siège du temps des forteresses de bois et des mottes castrales

« Absence » de nécessité fait-elle Loi ?

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour reprendre avec Viollet le Duc, l’histoire des châteaux là où nous l’avons laissée,  du dixième au début du douzième siècle, les techniques de siège complexes qui seront à l’oeuvre dans les siècles suivants face aux châteaux-forts de pierre sont peu, sinon pas usitées. L’architecte du XIXe prête à certaines vagues d’invasions la connaissance de ces techniques  et on sait par ailleurs que les vikings conduit par Rollon durant le siège eugene_viollet_le_duc_histoire_medieval_chateaux_forteresses_poliorcetiquede Paris les ont effectivement utilisées (IXe siècle), mais en dehors de cela,  dans son dictionnaire raisonné d’architecture médiévale, il reste à peu près catégorique sur le fait que, tant du point de vue de la science de construction de forteresses que des techniques de siège, les francs de l’époque ne sont pas en mesure de les utiliser dans toute leur grande largeur. En réalité, il confesse aussi, assez honnêtement que peu de traces nous sont parvenues de cette période  et se montre plutôt expéditif sur ces questions. Là encore, le cours du temps a laissé des vides que seule l’extrapolation théorique peut tenter de combler.

« Nous ne parlerons que sommairement des sièges entrepris contre des places fortes avant le XIIe siècle, parce que le peu de documents écrits qui nous restent sur ces opérations sont trop vagues, trop contradictoires même, pour qu’il soit possible d’en tirer quelque chose ressemblant à un art. »
Eugène Viollet Le Duc,
Dictionnaire Raisonné de l’architecture française, 1856

C_lettrine_moyen_age_passionette dernière citation d’Eugène Viollet le Duc appelle, on le voit, quelques réserves, mais souvenons-nous du contexte qu’il nous dépeint de cette période du Xe siècle: la Gaulle a oublié ses oppidums, les francs et les héritiers des romains restés sur place se sont peu fortifiés et les invasions extérieures, autant que les raids des normands sédentarisés, n’ont aucun mal à conduire leurs pillages. Pour leur  faire face, on a construit, à la hâte, des défenses, souvent mal conçues et peu efficaces que les hommes des seigneurs francs sont, de surcroît, peu nombreux et peu entraînés à défendre. La résistance des installations avoisine donc le zéro pointé et de fait, la facilité de pénétration des territoires et les conquêtes des vikings ou des normands qui se sont depuis sédentarisés semblent venir appuyer favorablement cette thèse.

__________________________________________________________________________

catapulte_humidite_haut-moyen-ageJe fais une parenthèse que vous me permettrez de juger triviale, mais au rang des informations qui circulent tous azimuts sur le web, j’ai pu voir reprise, ça ou là, une « théorie » qui affirme que catapultes et onagres n’étaient plus utilisés lors des sièges militaires, depuis le début du haut moyen-âge, pour cause « d’humidité ». Très honnêtement, je n’ai pas creusé cet aspect et je ne suis pas un spécialiste des montées subites du taux d’hygrométrie, pas plus d’ailleurs que de la culture du champignon de Paris, mais, en toute logique, je ne vois pas bien comment les romains; les grecs et les assyriens, auraient pu utiliser ces engins de sièges dans  leurs conquêtes durant des siècles, sans en souffrir, si cela était vrai. Je vais donc si vous le permettez en écarter l’hypothèse et revenir à des choses plus factuelles.
__________________________________________________________________________

normands_invasion_monde_medieval_histoire_des_forteresses_chateaux-fortsPour reprendre sur les invasions vikings, plus que les lourds engins de siège, au final l’arme principale de ces hommes du nord reste bien plus surement leur stratégie navale ainsi que leur grande mobilité. C’est, en effet, par les fleuves qu’ils conquièrent et c’est par l’eau qu’ils se retirent aussi. ( ci-contre Normands  en route pour Guérande, bnf, consulter l’original ici).  Dans une de ses formes d’attaque les plus impressionnantes, on parle de sept cents navires ayant remonté la Seine pour s’en aller assiéger Paris à la fin du IXe siècle. Face à une telle flotte, le seul pont de Pitres et ses deux châtelets défensifs destinés à bloquer toute remontée de flotte ennemie en amont de Rouen et dont la construction avait été lancée par le roi Charles le Chauve pour contrer les raids fluviaux, n’aura pu y faire grand chose, même si  l’attaque de la cité se révélera pour les vikings plus ardue qu’ils ne l’avaient pensé puisqu’ils finiront par tenir un camp et, justement, construire des engins de siège. Sauf à quelques exceptions près dont celle-là, on peut supposer que dans bien d’autres cas, les faibles enceintes et fortifications rencontrées au hasard de leur pérégrinations le long des fleuves, n’ont pas suffi à arrêter leur détermination.  A leur entraînement à la guerre et à leur stratégie de raids fluviaux qui jouent de l’effet de surprise, ils pratiquent encore, comme nous le verrons plus loin, des techniques avancées d’information, usant d’espions ou d’informateurs, ce qui vient avantageusement compléter leur arsenal.

Tapisserie de Bayeux, XIe sècle, flotte et navires viking
Tapisserie de Bayeux, XIe sècle, flotte et navires viking

M_lettrine_moyen_age_passionême si certaines vagues d’invasion  connaissaient des techniques de siège avancée et savaient, au moins et à l’évidence, construire des engins de siège – les vikings, cela est établi, mais encore et sans nul doute les byzantins qui frappent alors dans le sud -, la plupart du temps, en dehors de grandes villes historiquement fortifiées, le recours à de tels moyens ne leur est pas nécessaire. A l’évidence,  le reste des terres assiégées semble se trouver bien démuni face à ces envahisseurs déterminés et motivés. Au début du Xe siècle, la décision si contestée et impopulaire prise par Charles le Simple de concéder au viking Rollon le duché de Normandie, permettra de voir les invasions diminuer de ce côté là au moins, mais cette fin de siècle autant que le siècle suivant continueront pourtant de voir s’élever de nouvelles fortifications ou de se renforcer les existantes dans un mouvement pour ne pas dire une frénésie, que rien ne semble vouloir atermoyer. Comme nous l’avons dit dans notre article précédent, ce sont les histoire_monde_medievale_charles_le_simple_creation_du_duche_de_normandiesiècles où l’éclatement et la fragmentation du pouvoir central continuent de se poursuivre.

(ci-contre portrait de Charles le Simple par Georges Rouget,  XVIIIe siècle)

A la pression d’ennemis extérieurs, viennent donc s’ajouter, désormais, les tensions et les luttes intestines entre seigneuries voisines mais aussi entre vassaux et suzerains. Dans ce climat et dans les quelques deux cent ans qui suivront, il faudra donc que l’on ré-apprenne et que l’on s’aguerrisse aux  techniques de fortifications ou de siège, mais dans ces Xe et Xe siècles, à en croire Viollet le Duc, tout ou presque a été perdu des héritages anciens : faute de temps, faute de moyens, faute d’entraînement et d’expérience, peut-être bien plus surement que faute de mémoire ou de savoir-faire.(1)

Construction d'un navire Viking, basée sur une illustration d'Angus McBride, XXe
Construction d’un navire Viking, basée sur une illustration d’Angus McBride, XXe siècle

La question de l’adaptabilité des forteresses

D_lettrine_moyen_age_passionans un excellent article d’Universalis sur les fortifications, Jean Delmas  énonce une vérité qu’il est utile de garder en tête pour comprendre la difficulté d’adaptation des forteresses face aux agressions qui leur font face :

« À l’inverse de la fortification de campagne – organisation défensive du terrain qui naît au rythme des opérations –, la fortification permanente construite en temps de paix est, par définition, conçue pour durer. Une rapide chronologie prouve que si elle a pu, pendant des siècles, satisfaire à ce besoin de longévité sans connaître de mutations brutales, imposées par l’évolution de l’art de la guerre et de l’armement, elle s’adapte très difficilement – toujours par définition – à l’accélération du progrès technique. Nécessitant de longs et coûteux travaux, elle a été, depuis cent ans, souvent déclassée techniquement dès son achèvement ou n’a pas répondu aux conceptions tactiques et stratégiques nées entre-temps. Le rapport coût-efficacité apparaît alors si négatif que la question est posée : la fortification appartient-elle au passé ? ou a-t-elle seulement changé de nature ? »

Jean Delmas, Fortifications, Encyclopédie Universalis en ligne

Cette vérité est encore plus pertinente quand les siècles dont nous parlons ne connaissent qu’une paix très relative, ceci étant bien sûr à nuancer en fonction des régions, de la proximité des forteresses avec des frontières critiques, de leur éloignement des zones de tension (ou des fleuves!), de la protection naturelle offerte par leur site et leur accessibilité  (éperon rocheux, montagnes, présence de l’eau qui permet de ménager des douves, etc…) et encore de la disponibilité des moyens humains à disposition pour les défendre ou les construire; toute chose qui nous renvoie à l’article que nous avions fait précédemment sur le paysage fortifié de la France du Xe, XIe siècle. Quoiqu’il en soit, cette lenteur d’adaptabilité des forteresses reste une constante et devient encore plus cuisante quand leurs dispositifs défensifs naissent déjà, en quelque sorte, avec un effet retard normands_histoire_chateaux-fort_forteresse_rollon_duche_normandiesur les techniques capables de les assiéger. Si l’on se fie à ce que l’Histoire nous enseigne, c’est le cas de nos forteresses de bois des Xe, XIe siècles.

(ci-contre Rollon, chef viking fait premier Duc de Normandie, statue d’Arsène Letellier, XIXe, Rouen)

Réputée avoir été inventée près de cinq cent ans avant J.C., la catapulte et ses projectiles de pierre a, en effet, déjà plus de mille cinq cents ans quand l’on commence à dresser les premières mottes castrales de terre et de bois en Europe. Que l’agresseur se fende de bâtir quelques unes de ces machines de guerre et voilà déjà la motte tremblante. Au delà de l’éventuelle nécessité qu’ils pourraient avoir à le faire, encore faut-il pour cela que les assaillants en aient le temps et la motivation. Encore faut-il aussi qu’ils soient organisés et suffisamment nombreux, qu’ils comptent dans leurs rangs un expert capable de guider les hommes pour la construction de l’engin, qu’ils aient encore des vivres en suffisance pour tenir un camp.  La razzia ou le raid sont des formes d’attaque qui par nature, ne font pas toujours montre de patience alors que pour celui qui a le temps d’assiéger et qui sait que le jeu en vaut la chandelle, le temps, s’il en dispose, reste toujours la meilleure arme : établir un camp, couper les routes de ravitaillement, encercler la place, et attendre sagement que la faim ou la soif conduisent les défenseurs à la reddition, voilà bien une technique qui a toujours fait ses preuves dans l’histoire des sièges sans avoir à abattre les arbres dont on fait les machines de guerre. Tout cela pourrait encore expliquer ce peu d’usage supposé de techniques de siège « sophistiqués » et de machines de guerre lourdes durant cette période et abonder dans le sens de la thèse d’Eugène Viollet le Duc. Dans la balance, il faut encore ajouter du côté des assaillants une arme de peu de frais et pourtant impitoyable : le feu qui reste redoutable  face aux palissades et aux défenses de bois.

Efficacité contextuelle et évolution « relative »

bayeux_elevation_construction_motte_castrale
Tapisserie de Bayeux, Xie siècle, élévation et construction d’une motte castrale

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour revenir à ce constat d’effet retard, on peut encore se demander si  les mottes castrales de bois furent vraiment des constructions de fortune, inaptes à résister ou si elles étaient plutôt relativement bien adaptées à leur contexte. La réponse est, à coup sûr, contenue dans cette dernière question, sans quoi on n’en aurait pas construit en si grand nombre, pendant plus de trois cent ans. Dans bien des cas, comme pour les enceintes castrales de l’époque, ces constructions ne sont pas de simples châteaux de sable que la première vaguelette venue pourra emporter au loin et l’exercice de les construire n’aurait histoire_monde_medievale_chateau-forts_efficacite_des_forteresses_de_boispu être à ce point vain, ou ne traduire que les « caprices » d’un seigneur désireux de s’élever par le symbole. On peut encore prendre pour preuve de cette efficience des mottes castrales, le fait que les normands en bâtirent en nombre lors de la conquête de l’Angleterre.

Sur les terres de France, même s’il y a, indéniablement, un effet retard qui poussera vers l’avant l’architecture défensive et l’évolution des forteresses de bois, les lignes écrites plus haut nous apportent encore des éléments de réponses. Ces défenses font souvent face à des cavaliers ou des hommes d’armes d’infanterie marine (vikings, normands, hommes du nord) ou terrestre (hongrois, byzantins, seigneuries voisines); dans de nombreux cas, cela reste des exercices légers, équipés de manière légère (armes d’estoc, lances, épées, armes de jet), qui visent le pillage suivi du retrait plutôt que de s’établir sur le terrain conquis. Dans ce contexte, que l’on soit à cheval ou à pied, l’élévation,  les fossés ou l’enceinte dissuadent et compliquent indéniablement la tâche de l’assaut qui ne peut se conduire sans risque, sur ce terrain accidenté, jalonné de douves ou de fossés, et sous les jets de flèches. Il faut encore se souvenir que, bien souvent, les défenseurs ne se contentent pas de rester tapis derrière leurs palissades à attendre qu’on les enflamme; une partie de l’exercice sort au devant de la motte pour la protéger et pour devancer les assaillants, ou peut même encore sortir par les poternes, ces sorties dérobées à la vue de l’ennemi, que l’on utilise déjà pour le contourner et pour le prendre par surprise. Pour autant qu’elles ont montré leurs limites face à certaines situations, toutes ces constructions se sont donc avérées efficaces dans les cas les plus fréquents.

technique_de_siege_mottes_castrale_chateaux-forts_poliorcetique
Tapisserie de Bayeux, Xie siècle, siège d’une motte castrale

Contre le feu, la pierre enfin!

A_lettrine_moyen_age_passionussi hautes qu’on ait pu les élever, de manière artificielle ou non, ces fortifications de bois et les mottes castrales sont demeurées, par contre, impuissantes à faire face à certaines agressions, la pierre des projectiles mais surtout, comme nous le disions, le feu. C’est d’ailleurs principalement à ce dernier élément que l’on accorde d’avoir favorisé les évolutions de l’architecture défensive du Xe et XIe siècle. On a donc renforcé, quand on le pouvait ces installations défensives à l’aide de la pierre, quand on ne les a pas simplement désertées au profit de nouvelles constructions, faites de cette même pierre et bâties sur d’autres sites. Souvenons-nous encore, en disant tout cela, que l’archéologie et l’histoire ont établi que sur de nombreux sites, certaines forteresses de bois n’ont été que peu ou pas transformées pendant de longues périodes de temps (revoir l’exemple du Jura et celui du château Gallois de Hen Domen, dans l’article précédent). Cela va encore avec cette idée d’une guerre qui n’est pas si permanente, ni si présente sur tous les territoires qu’on avait pu le penser par le passé. Au fond, la pression du contexte reste la seule loi véritable qui commande l’évolution (ou non) des forteresses et des châteaux de bois. Effet retard donc, c’est indéniable, mais ce retard est compensé plus ou moins vite en fonction de l’efficacité, même relative, de la forteresse face à la nature des attaques qui la menacent et à leur tapisserie_bayeux_evolution_chateaux_forts_mottes_castrale_moyen-age_centralfréquence.

(ci-contre détail, tapisserie de Bayeux, attaque d’une motte castrale par le feu)

Assurément, la pierre  qui vient s’imposer graduellement dans le courant du XIe siècle et des siècles suivants, donnera, pour un temps, à nos mottes castrales et nos premiers châteaux (ceux qui ne sont pas déjà faits de pierre), quelques longueurs d’avance, mais il faudra souvent des années pour que les seigneurs même les plus pressés par les nécessités du contexte (et qui disposent en plus des moyens humains et matériels pour le faire), fortifient leurs installations défensives, leurs grandes tours ou leurs demeures pour les faire évoluer vers des édifices de pierre. Concernant les châteaux à mottes, on parle quelquefois de cent ans avant que l’on y juche une grande tour de pierre en lieu et place de celle de bois, et le tassement du terrain créant les conditions nécessaires pour pouvoir le faire ne peut pas toujours expliquer une tel délai d’adaptation. D’autres seigneurs ailleurs n’en auront pas la nécessité, d’autres encore n’en auront ni les moyens, ni même l’expertise.

D_lettrine_moyen_age_passione fait et en corrélation avec ces évolutions, il faudra aussi du temps pour que l’on se réapproprie ou,  à tout le moins, pour que l’on se mette à retrouver l’usage, jusqu’à même les perfectionner, des techniques d’assaut et de siège les plus sophistiquées, héritées du lointain passé.  Deux, voir trois siècles, seront nécessaires si l’on en croit les Historiens avec en tête encore une fois notre architecte du XIXe, Eugène Viollet le Duc. Pourtant, oubliées ou simplement peu usitées parce que les modes d’attaques ou la taille des exercices qui leur font face, pas d’avantage que la solidité des défenses ne les requéraient, ces techniques étaient, pendant tous ces siècles là, dormantes bien plus qu’à ré-inventer. Encore si proches dans le cours du temps, mêlées aux empreintes romaines qui avaient foulé la terres de Gaulle et les avaient conquise, ou encore bien actives à quelques frontières de là, elles se tenaient à portée de main, attendant leur heure. Quel est donc cet héritage avec lequel on se préparait à renouer et que certains, à l’évidence n’avaient pas oublié, ni cessé de mettre en pratique? Pour le savoir, il est temps de revenir sur l’histoire des sièges et de la poliorcétique.

___________________________________________________________________________

ENTRACTE : UN PEU D’HUMOUR
Efficacité du feu contre les mottes, un moment historique!

Non mais je plaisante là! Maquette d'une motte, musée de la tapisserie de bayeux
Non mais je plaisante là! Arrêtez tout! Maquette d’une motte, musée de la tapisserie de bayeux

Pour me faire pardonner et avant de passer à des choses plus sérieuses, je vous donne le lien du site web du musée de la tapisserie de Bayeux! A visiter si vous passez non loin de là!
___________________________________________________________________________

B. L’héritage antique de la poliorcétique

La poliorcétique est le terme qui désigne l’ensemble des techniques de siège militaire qu’elles soient offensives ou même défensives. Aux sources écrites qui nous sont parvenues sur les moyens humains et matériels de conduire l’assaut d’une forteresse, se tiennent celles des grandes conquêtes de l’antiquité.
Techniques de siège antiques et héritage de la poliorcétique

Techniques de siège antiques et héritage de la poliorcétique

C_lettrine_moyen_age_passionomme nous le disions en introduction de cette série d’articles, en ce qui concerne l’Art de bâtir des forteresses, les sociétés humaines appliquent, depuis des temps immémoriaux,  les mêmes règles de la muraille, des obstacles et de l’élévation pour se protéger. Plusieurs siècles avant Jésus Christ, on construisait déjà  de hautes fortifications défensives et ces installations connaissaient à ces mêmes époques  des assauts pour les prendre, au moyen des machines de guerre et des techniques de siège les plus avancées. Au vue des traces archéologiques et documentaires qui nous sont parvenues, l’histoire de la poliorcétique passe par les assyriens, (800 ans avant J.C.), est améliorée par les grecs, et reprise ensuite partiellement par les romains. Comme on s’en doute, dans tout le berceau qui les ont vu naître et se propager, les civilisations en subissant les dommages collatéraux vont aussi les adopter ou les améliorer quand elles en auront les moyens techniques et humains. Ce sera le cas notamment des byzantins. Comme l’Histoire occulte souvent l’Asie, nous avons forcément une vision incomplète de ces phénomènes, mais il faut se souvenir que l’on prête à la Chine de nombreuses inventions et innovations dans ces domaines.

« Cloud ladder » littéralement « Echelle nuage », invention prêtée à Lu Ban (507–440 avant JC)

Machines de guerre & engins de siège antiques

O_lettrine_moyen_age_passionnagres,  catapultes, balistes ou scorpions, au premier siècle après Jésus-Christ, l’architecte ingénieur Marcus Vitruvius Pollio, mieux connu sous le nom de Vitruve,  formalisait et synthétisait déjà,  dans son ouvrage « De architectura », les proportions, ainsi que la manière de construire et les usages des machines de guerre et autres engins histoire_medievale_chateau-forts_architecture_siege_militaire_moyen-age_passionmécaniques permettant d’assiéger les forteresses (photo ci-dessous version latine de son manuscrit). Se faisant, il se juchait, sans nul doute, sur les épaules du génial Archimède (287-212) qu’il cite d’ailleurs dans son ouvrage. Si l’on en doutait, ce dernier ne faisait donc pas que tremper dans sa baignoire et, dans son ouvrage « géométrie des figures planes », trois siècles avant Jésus-Christ, il décrivait déjà des engins de siège tels que la catapulte. On retrouve, d’ailleurs, dans l’écrit de Vitruve et dans les exemples qu’il prend, toute l’importance de l’héritage grec  sur la poliorcétique romaine, héritage que l’on fait remonter lui-même à plus de quatre siècles avant JC avec des ingénieurs tels que Polyeidos de Thessalie.

Baliste, pierrière : engins de siège et héritage de la poliorcétique greco-romaine
Baliste, pierrière : engins de siège et héritage de la poliorcétique greco-romaine

A l’assaut des Murailles et des portes

D_lettrine_moyen_age_passionu point de vue des dispositifs d’assaut, outre les armes de tir et de jet « lourdes » qui propulsent roches, pierres, ou flèches, on construit déjà depuis, bien longtemps de grandes échelles pour gravir les hauts murs des fortifications, et encore des tours d’attaques  mobiles dans lesquelles les hommes s’embusquent pour être à hauteur des murailles et les prendre d’assaut au moment propice : « hélépoles » chez les grecs, « beffrois » au moyen-âge, (voir photo ci dessous tirée encore une fois du Dictionnaire raisonné d’architecture). Les béliers sont aussi présents pour défoncer portes ou palissades; on les nomme vineae chez les romains et ils sont, la plupart du temps, à helepoles_beffroi_poliorcetique_antique_histoire_medievale_chateau-fort_forteressesroues et couverts. Et, finalement, on connait les tortues, appelées encore chats ou taupes: ce sont des dispositifs à roue, mais aussi quelquefois plus légers, portés à dos d’hommes et souvent recouverts de peaux humides ou même de terre, qui permettent de se tenir à couvert des projectiles et du feu et que l’on utilise pour boucher les fossés ou les douves quand on en rencontre, autant que pour s’approcher des pieds de muraille en vue de les détruire. Dans la famille de ces dispositifs de protection, le mantelet est également connu,. Utilisé par les archers, il permet aussi de protéger les sapeurs, ces équipes affectées à l’ouverture de brèche dans les murailles (voir photo ci-dessous). Concernant des variantes de ce type de dispositif, vous pouvez consulter l’article et le documentaire sur le manuel de Hans Talhoffer, on y trouve, entre autre chose, un test réel fort divertissant fait à partir d’une protection en forme de cloche et en cuir bouilli, retrouvée dans les illustrations de ce manuscrit médiéval et dont on ne sait pas si elle a véritablement servi ou si elle est simplement sortie de l’imagination de ce maître d’armes du XVe siècle.

Gravures de E Guillermot, Dictionnaire raisonnée d'architecture médiévale, Eugène Viollet le Duc
Gravures de E Guillermot, Dictionnaire raisonné d’architecture médiévale, Eugène Viollet le Duc

Sape et Combat de mines

D_lettrine_moyen_age_passionans les vagues d’assaut plus offensives, si l’on ne peut incendier ou gravir les palissades ou les murs de la fortification, on essaye de creuser pour passer en dessous. Ces stratégies d’attaque souterraines sont connues sous le nom de combat de mines. Il y a dans l’ouvrage de Vitruve des exemples de sièges militaires antiques faisant état de ces techniques, mais également de ripostes ingénieuses et spectaculaires des défenseurs pour contrer ce genre de plans d’attaque par le sous-sol. Je vous en livre, ici, un extrait afin que vous puissiez vous en faire un idée :

« Lorsque les ennemis allèrent aussi mettre le siège devant Apollonie, ils s’imaginèrent qu’au moyen d’une mine ils pourraient pénétrer dans la ville. Les habitants furent bientôt instruits de leur projet par les éclaireurs. (…) Il se trouvait parmi eux un architecte d’Alexandrie, nommé Tryphon. Il fit creuser dans l’intérieur de la ville plusieurs contre-mines qu’on étendit en dehors des murailles jusqu’à une portée de trait ; puis il fit suspendre dans toutes ces galeries souterraines des vases de bronze. Dans un de ces conduits, ouvert auprès de la mine que creusait l’ennemi, les vases suspendus se mirent à résonner à chaque coup de pioche qu’on donnait. On apprit par là dans quelle direction minait l’ennemi, et par où il avait l’intention de pénétrer dans la ville. L’endroit ayant été ainsi précisé, Tryphon fit préparer, au-dessus des mineurs ennemis, des chaudières d’eau bouillante et de poix, avec du sable brûlant et des immondices; puis ayant pratiqué pendant la nuit de nombreuses ouvertures dans la mine, il y fit jeter tout d’un coup toutes ces matières, qui firent périr tous les ennemis qui s’y trouvaient. »

Vitruve, De Architecturae. LIVRE X

Isolement, Blocus et guerre d’usure

Techniques d'assaut et de siège romaines, Illustration d'origine, Angus MacBride, XXe
Techniques d’assaut et de siège romaines, Illustration d’origine, Angus MacBride, XXe

D_lettrine_moyen_age_passion‘un point de vue des techniques d’assaut, les schémas d’attaque lors des sièges hériteront encore longtemps des stratégies antiques. Comme nous l’avons mentionné, dans de nombreux cas, le temps reste toujours un allié précieux de l’assaillant pendant les sièges. On établit des campements généralement à quelque distance des murs ou des palissades de la forteresse. On l’encercle  et on s’assure de couper les accès et les routes d’approvisionnement. L’Histoire des sièges a démontré que ce type de stratégie ne suffisait pas toujours, en fonction de la prévoyance et des ressources de la forteresse attaquée, mais ce sont en général, des dispositions que l’on va prendre systématiquement pour affaiblir le moral des défenseurs, à défaut de parvenir à les affamer.

Espionnage, diversion, dissuasion, négociation

« Un prince avisé et un brillant capitaine sortent toujours victorieux de leurs campagnes et se couvrent d’une gloire qui éclipse leurs rivaux grâce à leur capacité de prévision. Or la prévision ne vient ni des esprits ni des dieux ; elle n’est pas tirée de l’analogie avec le passé pas plus qu’elle n’est le fruit des conjectures. Elle provient uniquement des renseignements obtenus auprès de ceux qui connaissent la situation de l’adversaire. »
Sun Tzu, L’art de la Guerre (-500 av JC)

D_lettrine_moyen_age_passionans l’Histoire de la guerre et de la stratégie militaire, la communication, mais aussi l’information et la désinformation ont toujours été des alliés précieux. Elles sont pour ainsi dire aussi vieilles que les premiers sapiens sapiens. Le moyen-âge les connaissaient donc aussi et nul doute qu’elles sont intervenues. De même, les phases de pourparlers durant lesquelles les assaillants invitent les défenseurs à la reddition font partie intégrante des stratégies de prise de bâtiments et de territoires. En bref, espionnage, diversion, dissuasion, négociation ont toujours, et de tout temps, fait partie intégrante des Arts de la guerre.

L’exemple du siège de Saint-Dizier

Même si l’affaire date de 1544 et des guerres d’Italie qui opposèrent l’empereur Charles Quint au roi de France François 1er, cette anecdote est tellement représentative de l’importance de l’information et de la désinformation dans les guerres en général, et les guerres de siège en particulier, qu’elle trouve naturellement sa place ici. Durant le siège de la ville Saint-Dizier en Champagne, après près de trente jours d’assaut et de bataille autour de ses remparts, la ville est épuisée et ses assaillants, les armées de l’empereur Charles Quint, s’essoufflent aussi. Sancerre, le gouverneur de la ville commettra alors l’erreur de faire mander une missive au Duc de Guise, lui confessant que la ville est à bout de ressources et de munitions, et par conséquent, sur le point de tomber. Hélas pour lui, les impériaux intercepteront la missive et la décrypteront. L’histoire raconte qu’en possession du sceau du Duc de Guise, Granvelle le chancelier de l’Empereur enverra alors une fausse missive de réponse au gouverneur lui enjoignant la reddition de la ville. On raconte que les négociations s’ouvrirent peu après et que la ville finit par se rendre.

Les Strandhögg des vikings

A titre anecdotique encore, et comme nous le mentionnions déjà plus haut dans cet article, sur l’espionnage en particulier, les peuples du nord se sont faits connaître par l’usage d’un réseau d’informateurs bien en place, développé à partir de leurs nombreux comptoirs commerciaux. Grace à ces alliés invisibles, introduits dans les places, ils pouvaient mieux connaître les moments propices à l’assaut, à l’intérieur des lieux visés.  Bien informés, ils pratiquaient alors l’attaque éclair avant de se retirer prestement. Cette technique portait le nom Strandhögg.

C. Mise en perspective de la poliorcétique dans le cadre médiéval des Xe et XIe siècles

poliorcetique_assyriens_technique_siege_antique_et_monde_medieval
Assyriens, techniques de siège, tirée d’une illustration de Angus McBride, illustre et peintre britannique, XXe siècle

N_lettrine_moyen_age_passionous voilà donc rendu à notre conclusion sur l’approche des techniques de siège avancées de forteresses et sur les machines de guerre anciennes. Sur les terres de France, elles sont, au vue des sources historiques, plutôt absentes des Xe et XIe siècles mais il faudra pourtant bien les réapprendre ou les pratiquer durant les croisades puisqu’on se heurtera alors à des villes fortifiées. Sur le territoire, elles devront, de fait, être remises en pratique au fur et à mesure que le bois se substituera à la pierre. Nous l’avons dit, du point de vue de la poliorcétique, elles n’étaient que dormantes. Il ne s’agira pas alors d’innover mais bien plutôt de se souvenir ou de les retrouver même si, tout de même, l’empreinte byzantine par sa maîtrise des sciences mathématiques et physiques léguera aux croisés, quelques améliorations reconnues, notamment sur la précision des machines de jet.

Au risque de décevoir les amateurs de nouveautés médiévales et de grandes innovations qui nous proviendraient de cette période, si l’on regarde l’Histoire de la poliorcétique avec un peu de recul et sur une plus large échelle, les techniques d’assaut comme celles de défense n’ont pas évolué de manière spectaculaire de la période romaine, jusqu’au courant des XIIe, XIIIe siècles où l’on verra se généraliser l’utilisation des trébuchets, des Mangonneaux et de leurs variantes autour du bassin méditerranéen. Du point de vue de l’innovation, cela pourrait même ne paraître qu’une légère variante de l’existant n’ayant rien d’une révolution, mais bien plus, la simple mise en exploitation d’une invention passée. C’est véritablement la poudre à canon et même  un peu plus tard, l’invention du boulet de métal qui apporteront du point de vue de la poliorcétique, des changements radicaux et il faudra donc attendre les XIVe et XVe siècles pour parler d’évolution véritable dans ce domaines. Pendant quelques temps, l’architecture défensive rattrapera alors, en quelque sorte son retard et donnera du fil à retordre à ses assaillants. Cette période consacrera l’âge d’or des châteaux-forts et nous aborderons tout cela dans un prochain article.

Merci de votre lecture et une excellente journée à vous!

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

__________________________________________________________________________
Notes

(1) Je dois bien, de mon côté, le confesser, même si l’absence de sources quantitatives sur cette période enjoint à la prudence, cette idée que l’on ait pas besoin d’avoir recours aux techniques de siège ou aux engins de siège me convient bien mieux que l’idée que l’on ne sait plus du tout faire ou que l’on ait pu tout oublier du côté franc, idée qui semble toujours en filigrane dans les écrits de Viollet le Duc. J’ai vraiment peine à croire que les francs ou les romains subsistant sur les terres de France au Xe et XIe siècles soient rendus, à ce point, dans l’obscurantisme et dans l’ignorance qu’ils en aient même oublié jusqu’à la manière de construire une catapulte. Sans doute que mon bagage ethnologique n’y est pas étranger, mais le mythe du « bon sauvage » ignorant de tout, ne maîtrisant rien, et se tenant en quelque sorte hors du champ des techniques ne me convient guère. Pour tout dire, je le trouve même toujours et par défaut suspicieux. Peut-être est-ce en pensant aux erreurs de jeunesse de l’Ethnologie balbutiante et de ses pionniers, que je ne peux m’empêcher de lire cette même tendance entre certaines lignes « expéditives » de Viollet le Duc mais je crois bien tout de même qu’elle s’y trouve. Chez lui, « l’âne » franc « indiscipliné, individualiste » et peu doté de conscience politique autre que celle qui le pousse à défendre ses propres intérêts, exempt encore de tout savoir-faire technique, fait toujours face au normand aguerri, conscient de l’idée de nation, consciencieux et habile dans ses conquêtes comme dans ses architectures, même si plus loin il caressera les francs dans le sens du poil en mettant sur le compte de ses défauts le fait de ne pas être devenu anglais. Tout cela me donne l’impression de me trouver face à un « remake » façon XIXe du tribal contre le civilisé, transposé sur les terres médiévales. Peut-être que le lyrisme « nécessaire » dont parlait Georges Duby à propos de l’Historien éclipse quelquefois les nuances dans les pièges inévitables de la narration: ce moment où l’Histoire peut se changer en histoire sans qu’on y prenne garde?  Il n’y a guère que dans l’imaginaire ou les mythes post nucléaires apocalyptiques ou le début de la planète des singes, ce qui revient à peu près au même, que l’humanité semble avoir vraiment tout perdu et encore, il y a souvent même dans ce genre de littérature quelqu’un pour se souvenir. Alors manque de moyens, manque de temps, manque certain d’experts sur l’ensemble du territoire, les érudits et les meilleurs ingénieurs se trouvant certainement déjà dans les villes et, quand bien même, restent souvent hors de portée budgétaire, pourquoi pas? Mais absence totale de mémoire, je ne peux me résoudre à le croire. Peut-être ais-je encore en tête, en disant tout cela, la qualité des oeuvres de charpente médiévale ou même encore la diversité et la complexité de la vie des carolingiens dont témoigne les fouilles du lac de Paladru? Peut-être encore a-t’on si souvent sous-estimé les hommes de ce monde médiéval et leur niveau de connaissances et de savoir que je ne peux m’empêcher d’en prendre, par prudence et presque par défaut, le contre-pied.

Le Château-fort de Bodiam, témoin de la guerre de cent ans, Episode 1

Un Vidéo-documentaire sur le moyen-âge et la guerre de cent ans autour de la reconstitution historique de Bodiam et son domaine

Sujet : le château de Bodiam et son domaine, châteaux et forteresses, architecture médiévale, économie médiévale et féodale.
Période : 1385-1390, fin XIVe siècle, guerre de cent ans
Média : vidéo documentaire, reconstitution du château en 3D
Outil : sand box du jeu 3D médieval engineers

L’histoire du château de Bodiam

E_lettrine_moyen_age_passionn 1385, en pleine guerre de cent ans,  le roi Richard II d’Angleterre accorde au Chevalier Edward Dalyngrigge « l’autorisation de créneler » soit de construire un château-fort pour protéger le royaume contre les « ennemis du roi ».  Nous sommes dans l’Est Sussex, sur les côtes britanniques à quelques kilomètres à vol d’oiseau de Calais et ces ennemis auxquels le roi d’Angleterre  fait  allusion sont les français. Même si nous sommes au milieu d’une video_chateaux_bodiamcourte trêve comme il y en a eu de nombreuses pendant cette période troublée, on craint en effet une invasion par les côtes et l’on compte bien s’y préparer.

Quelques années plus tard, autour de 1390, le château de Bodiam est construit et se tient fièrement au milieu de ses douves et de son domaine. Inspiré de l’architecture philippienne, ce château de pierre très symétrique est encore debout aujourd’hui pour ce qui est de ses remparts et de ses tours au moins; l’intérieur, quant à lui, est en ruine. Même ainsi il ne perd rien de sa superbe ni de sa majesté, et reste extrêmement populaire en Angleterre. Il faut dire que ses pieds qui se reflètent dans l’eau de new_bodiam9son fossé pour le grandir encore, le font paraître à un de ses endroits magiques comme on en trouve seulement dans les contes ou les vieilles légendes.

Un château à la transition de l’architecture médiévale

B_lettrine_moyen_age_passionodiam est considéré par la plupart des historiens anglais comme un château de transition, en ce sens qu’il marque ce moment de l’architecture médiévale et de l’histoire militaire à partir duquel on commencera à construire de plus en plus de palais et de châteaux pour le prestige de leur propriétaire, plus que pour la défense du territoire. Bien sûr, les châteaux ont toujours été une chateau-fort_medieval_bodiam_videogrande marque de prestige pour leur détenteur, mais l’avènement et l’invention en France du trébuchet au milieu du XIIe siècle, autant que la généralisation des armes à poudre et des canons à la fin du XIVe contribueront peu à peu à changer le visage des guerres et l’intérêt des bâtiments de pierre en matière d’architecture militaire défensive.  A leur place, on opposera trebuchetbientôt aux assaillants ou aux envahisseurs un mur de chair, soit des bataillons de terrain et les guerres changeront de forme pour longtemps.

Ascension dans l’échelle sociale et politique ou véritable bâtiment défensif?

D_lettrine_moyen_age_passiones études archéologiques sur son intérieur autant que sur ce qu’il en reste, nous savons que Bodiam contient de nombreux éléments qui en font aussi une demeure de confort : toilettes et facilités, nombreuses cheminées, etc. Devant le peu d’épaisseur de ces murs, sa distance réelle des côtes anglaises (un quinzaine de kilomètres) et un certain nombre d’autres points, mais aussi justement parce que nous sommes dans cette période de transition évoquée plus haut, les débats vont  bon train entre lesnew_bodiam3 historiens anglais pour tenter de répondre aux questions suivantes : Bodiam est-il déjà au delà de cette période de transition évoquée plus haut? Edward Dalyngrigge n’aurait-il pas utilisé cette « licence de créneler », obtenu de son roi, uniquement pour des ambitions politiques à l’intérieur de la noblesse anglaise et particulièrement celle de sa région, afin de se hisser dans les couloirs du pouvoir. Bodiam aurait-il pu être  véritablement efficace en cas d’invasion? Dans le même esprit, on a aussi quelquefois décrit Bodiam comme le vieux rêve d’un chevalier militaire en retraite. Qu’en est-il?

Video sur le château de Bodiam : l’épisode 1.

chateau_fort_bodiam_architecture_medievale

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour répondre à toutes ses questions et pour mieux les appréhender, nous avons reconstitué ici la carte du domaine de Bodiam telle qu’elle se présentait en 1390. Le château et son domaine ont été reconstruits d’après des plans archéologiques. Une maquette située au château de Bodiam actuelle nous a également aidé, ainsi que d’autres documents et cartes anciennes.

chateau_fort_medieval_bodiamDans cette vidéo documentaire, nous nous proposons de mieux cerner le personnage d’Edward Dalyngrigge et sa lignée pour comprendre comment un « simple » chevalier a pu durant cette période médiévale troublée que fut la guerre de cent ans,  parvenir à se hisser dans la noblesse mais aussi à accumuler une fortune suffisamment haute pour pouvoir se construire un château. Jeune militaire ambitieux, adoubé chevalier à vingt ans, Edward Dalyngrigge aura passé sa vie en batailles sur le terrain français, combattant pour des campagnes officielles du roichateau_fort_moyen_age_bodiamd’Angleterre mais ayant aussi fait partie des Routiers, ces « grandes compagnies » qui pillaient et rançonnaient sur le territoire de France dans le courant du XIVe siècle.

pont_levis_architecture_medievale_bodiamNous voulons aussi en profiter dans cette vidéo pour aborder les contrats en place et appréhender ce domaine médiéval tel qu’il se présente après que le château de Bodiam y fut construit, pour mieux cerner l’ambition économique et politique que pouvait avoir Dalyngrigge pour son domaine. On y trouve alors des vilains, un moulin à eau, un jetée pour le commerce fluviale, un pont de pierre, etc. Finalement, à travers ce domaine et cette histoire demoulin_a_eau_moyen-age_bodiam Bodiam, nous abordons le contexte historique de la guerre de cent ans et en profitons aussi pour parler de la guerre de cent ans et aussi d’économie médiévale et féodale.

architecture_medievale_chateau_bodiam_videoLe deuxième épisode que nous vous présenterons bientôt traite, quant à lui , de manière plus précise du château en lui-même, de son intérieur et de ses installations que nous avons également reconstitué  en fonction des données archéologique et historiques connu sur Bodiam.

Bonne vidéo et bon documentaire, et merci encore de votre présence sur moyenagepassion!

Votre dévoué.
Fred

« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publiliue Syrus  Ier s. av. J.-C

Châteaux forts& Architecture médiévale défensive : hourds, mâchicoulis et bretèches

chevalier_bayard_architecture_chateau_medievale_moyen-age_passion
« Il n’y a point de place faible, là ou il y a des gens de cœur »
Pierre de Terrail de Bayard (1476 – 1524)
Citation médiévale du célèbre chevalier « sans peur et sans reproche ».

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour aborder l’architecture médiévale et les systèmes de défense essentiels des châteaux forts que sont les hourds, les mâchicoulis et bretèches, voici une autre de nos vidéos,  réalisée  à l’aide du moteur du Jeu Medieval Engineers.

En dehors de ses tours défensives, de ses hauts murs, ses pont-levis ou ses élévations (qu’elles soient naturelles ou de pierre), en dehors même des archères ou meurtrières qui offrent aux défenseurs la possibilité de tirer sur les assaillants en restant à couvert, au moyen d’arcs longs ou à l’arbalète, minimisant ainsi leurs chances d’être vus ou touchés, il existe, dans l’architecture des châteaux forts et forteresses, d’autres mécaniques de défense passive qui permettent d’ouvrir des angles supplémentaires sur les pieds de murailles ou les portes, et de les défendre avec plus d’efficacité.

hourd_defense_chateau_fort_moyen_age

C_lettrine_moyen_age_passiones systèmes de défenses sont plusieurs ordres : les hourds, les mâchicoulis et les bretèches.  Dans les trois cas, ils procèdent d’ouvertures  verticales qui permettent des tirs plongeants ou des jets de liquides ou d’objets sur les assaillants arrivés au pied des murailles ou devant les portes du château ou de la forteresse. Dans les trois cas encore, ces systèmes défensifs ménagent une couverture au défendeur, de façon à ce qu’il puisse tirer ou jeter des choses sur les assaillants sans être lui-même fortement exposé à leurs possibles représailles. Qu’ils se tiennent sur des murs droits ou de corbeilles à créneaux, l’objectif des hourds et des mâchicoulis reste donc toujours le même, améliorer la visibilité sur les pieds de murs ou de tours et offrir un couvert propice à la défense du bâtiment.

Les Hourds : histoire & définition

hourd_defense_chateau_medievale_moyen_age

L_lettrine_moyen_age_passiones hourds sont en bois. On trouve les premières traces de leur présence ou, en tout cas, de leur mention, dans l’ouvrage de Jules César « commentaires sur la guerre des gaules ». On a donc la certitude que les romains les connaissaient, même s’il est difficile de les dater précisemment.

hourd_machicoulis_moyen_age_architecture_medieval_defensiveOn a émis l’hypothèse que les hourds n’étaient montés qu’en temps de guerre et ôtés en temps de paix. On les trouve sur les hauts des murailles, le long des chemins de ronde, ou en haut des corps de garde et des porteries, mais aussi sur le haut des tours défensives qu’ils ornent des leurs merveilleuses boiseries. Dans ce dernier cas, comme ils sont aussi, souvent, les supports de toitures, il semble peu probable qu’on se soit pris de l’idée de les démonter, sauf à s’assurer que les années de paix allaient durer; nul doute qu’on ne le faisait pas dans les régions où les conflits perduraient entre seigneuries ou entre territoires frontaliers. Avec le temps, ces installations de bois ont été peu à peu supplantées par les mâchicoulis qui sont des trous et des ouvertures ménagés directement dans les corbeilles de pierre qui soutiennent les créneaux; le défenseur bénéficie alors de l’abri des créneaux et le dispositif a l’avantage d’être plus solide que les hourds de bois et surtout moins inflammable.

* sur la photo ci-dessus, prise à Carcassonne, les hourds reconstitués par l’architecte Eugène Viollet-le-Duc en 1850 .

Les Mâchicoulis & Bretèches

machicoulis_breteche_architecture_medieval_histoire_chateau_fort

A_lettrine_moyen_age_passionvec l’évolution des engins de siège et spécialement l’avènement des trébuchets dans le courant du douzième siècle  – engins redoutables, capables de propulser à grande vitesse dans les airs et contre les murailles des châteaux des blocs de pierre pouvant peser plus de 140 kilos -, la résistance des hourds se trouvait fortement compromise. De fait, progressivement, au fil du XIIIe XIVe siècle, les mâchicoulis sont venus s’y substituer. Jusque tard dans le temps et même s’ils n’avaient plus la même fonction défensive, on a tout de même souvent laissé les anciens hourds en place en haut des tours défensives, justement parce que, comme nous le disions plus haut, les toitures reposaient sur eux.

machicoulis_architecture_defensive_moyen_age_passion

breteche_architecture_medieval_defensive_moyen_age_passionComme les mâchicoulis, (photo ci-dessus) les bretèches sont également en pierre et sont ménagées le long des murs, pour protéger une porte ou même un angle de mur ou de muraille. (photo à gauche).


Survivance de ces systèmes de nos jours

C_lettrine_moyen_age_passionomme le bois est périssable, la majorité des hourds n’a pas traversé le temps, certains ont été entretenus et les bois remplacés et sont encore visibles, d’autres ont été reconstitués totalement. Il faut savoir qu’à la période où les hourds étaient populaires, on pouvait en observer, pas uniquement sur les tours de garde ou les murailles des châteaux, mais également sur les églises ou même sur les bâtiments ou fermes qui se situaient dans des zones fortement exposées ou  conflictuelles.

hourds_moyen_age_meuse_egliseOn trouve encore aujourd’hui sur le territoire français et, notamment, dans la Meuse, des églises qui ont conservé ou pris soin de leur hourd.

hourds_moyen_age_fortification_meuse_eglise

architecture_defensive_hourds_moyen_age_meuse architecture_defensive_hourds_moyen_age

Quant au mâchicoulis ou aux bretèches, on peut encore les observer dans les châteaux en pierre d’époque quand les oeuvres de restauration des siècles précédents ne les ont pas détruits ou simplement bouchés.

D_lettrine_moyen_age_passionans le courant du XVe siècle, avec l’avènement de l’artillerie lourde et la recentralisation des pouvoirs autour d’un roi et d’une armée forte, les guerres changeront. Graduellement, les châteaux passeront alors de châteaux forts et bâtiments défensifs à palais d’agrément et de prestige, on trouvera pourtant encore dans ces nouveaux édifices, élevés à la gloire de leurs princes ou de leurs rois, des traces de bretèches mais elles ne seront plus alors que décoratives, comme en hommage à leurs ancêtres de pierre et aux châteaux forts.

Voilà, mes amis, un peu d’informations sur ces systèmes de défense et sur l’architecture médiévale défensive.

Une excellente journée à tous.

Frédéric EFFE.
moyenagepassion.com
A la découverte du monde du moyen-âge sous toutes ces formes.

Le manuscrit secret de Talhoffer, documentaire sur le moyen-âge

Le manuscrit secret du maître d’armes Hans Talhoffer,
Techniques de combat médiévales et engins de siège ou de défense de châteaux à la fin du moyen-âge

combats_armes_et_engins_moyen_age_Hans_Talhoffer

Période : fin du moyen-âge, bas moyen âge
Sujet : Armement, technique de combat et duel judiciaire dans le Bas Moyen-âge.
Genre : documentaire sur le moyen-âge,
Producteur :
National Géographic.

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoici un documentaire très particulier sur un ouvrage créé par un maître d’armes, de combat et de techniques militaires, datant du XVe siècle. Il a été écrit par Hans Talhoffer (1420-1490), un maître escrimeur germain célèbrequi semble également avoir diversifié à la fois les techniques de combat et d’armes, mais également conçu, décrit, reproduit ou encore imaginé  des machineries, des engins ou des stratégies pouvant être utilisés à l’occasion de sièges de châteaux  et de forteresses comme pour leur défense.

Gardé jalousement par la Bibliothèque royale de Coppenhaguejoute_chevalier_tournoi_manuel_Talhoffer depuis 200 ans, ce manuel est mis à jour et les techniques qu’il met en oeuvre sont explorées de manière concrète dans ce documentaire de National Geographic qui nous change un peu des sujets habituels visités et revisités sur le moyen-âge.

 LE VIDEO DOCUMENTAIRE SUR LE MANUEL DE TALHOFFER

I_lettrine_moyen_age_passion copial est bien sûr difficile de savoir s’il s’agit d’imagination pure, de recommandations, ou même si certaines des machines ou engins de siège présents sur les planches de son ouvrage ont pu être éprouvées dans la réalité, autant qu’il est difficile de vérifier si les techniques de combats qu’il décrit sont des témoignages de choses ayant pu être mises en pratique ou simplement de l’imagination.

duels_ordalie_moyen_age_Hans_TalhofferIl reste cependant la certitude que les duels judiciaires ont existé et que certains combats mixtes opposant des femmes à des hommes ont eu lieu. Le détail des planches de l’ouvrage de  Hans Talhoffer semble en tout cas, faire la démonstration de méthodes possibles de combat et de « prises » pour une grande variété d’armes. D’après les registres historiques, on sait aussi que Hans Talhoffer a lui-même été amené à arbitrer des duels judiciaires.

Bon visionnage!

Fred
moyenagepassion.com