Archives pour l'étiquette Blanche de Castille

Agenda : musique liturgique médiévale et commémoration chrétienne de la naissance de Blanche de Castille

musiques_liturgiques_medievales_blanche_de_castille_moyen-age_chretienSujet : agenda, musiques liturgiqes médiévales, moyen-âge chrétien, Blanche de Castille, chants grégoriens, musiques et chants polyphoniques.
Nom : Messe en l’honneur de Blanche de Castille
Lieu : Eglise Saint-Germain l’Auxerrois, Paris 1er
Dates :
Samedi 3 mars 2018 à 11 heures
Organisateur : Association Oriflammes
Programme Musical : Ensemble Velut Umbra

Bonjour à tous,

U_lettrine_moyen_age_passionne fois n’est pas coutume, à l’agenda des sorties ayant pour thème le moyen-âge et sa célébration, voici que nous arrive un événement qui s’adresse aux plus chrétiens de nos lecteurs mais pas uniquement. Organisée par Oriflammes, Association qui se situe à la croisée de l’histoire et de la transmission du patrimoine et des traditions chrétiennes, il s’agit, en effet, d’une Messe en musique mais pas n’importe quelle musique puisqu’elle puisera dans un répertoire en provenance direct du moyen-âge central.

evenement_moyen-age_chretien_musiques_liturgiques_medieval_blanche_de_castilleNous sommes d’autant plus dans le cadre médiéval que cette cérémonie, unique en son genre, sera donnée à la mémoire de la reine Blanche de Castille et à l’occasion du 830e anniversaire de sa naissance.

Femme de caractère, fine stratège et politique, l’infante d’Alphonse VIII de Castille et d’Aliénor d’Angleterre qu’on a dit « aussi belle que sage », marqua la première partie du XIIIe siècle en France de sa régence et de son caractère. D’un point de vue religieux, la très pieuse mère de Saint-Louis soutint aussi l’oeuvre de réforme entreprise par Bernard de Clairvaux et fit notamment fonder trois abbayes cisterciennes entre 1228 et 1244.

Un programme musical médiéval

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour cet événement, comme nous le disions plus haut, les amateurs de musique médiévale liturgique et de chants polyphoniques devraient se trouver comblés. En collaboration avec les organisateurs, les artistes de l’Ensemble Velut Umbra en charge de la partie vocale et musicale, ont, en effet, concocté un programme qui puise largement dans le riche répertoire chrétien du  XIIIe siècle, contemporain de Blanche de Castille.

Il y aura donc, bien sûr, des chants grégoriens mais aussi des pièces tirées de l’oeuvre de Pérotin le Grand (1160-1230) – célèbre compositeur des XIIe-XIIIe, reconnu comme un des fondateurs de la musique polyphonique occidental – et encore des extraits des Cantigas de Santa-Maria d’Alphonse X de Castille (dont nous avons déjà commentées et traduites quelques unes ici) et aussi, des pièces tirées du Livre vermeil de Montserrat.

Du point de vue de la programmation, l’événement se tiendra ce Samedi 3 mars en fin de matinée, en la très belle église Saint-Germain l’Auxerrois du premier arrondissement de Paris, dont la première pierre fut posée sous les mérovingiens du VIIe siècle et du Haut moyen-âge.

Voir le programme musical détailléFB de l’événement

L’Ensemble Velut Umbra
Les musiques anciennes du XIIIe au XVIIIe

D_lettrine_moyen_age_passione création récente (2015), le jeune Ensemble Velut Umbra se dédie depuis lors à un répertoire qui va, de leurs propres mots « de Saint-Louis à Louis XIV », soit une période qui part du moyen-âge central et du XIIIe pour aller jusqu’au baroque et au XVIIIe siècle.

ensemble_velut_umbra_musiques_anciennes_medievales_baroques

Avec la ferme intention de faire découvrir les musiques anciennes au plus grand nombre autant que les instruments d’époque permettant de les faire revivre, la formation intervient en prestation dans les cadres les plus variés; cela va des commémorations et cérémonies religieuses jusqu’aux concerts en milieu ouvert et même aux ateliers en milieu scolaire.

Du côté des oeuvres proposées, leur répertoire va de la musique liturgique à la musique profane; les cantigas d’Alphonse le sage ou les chants polyphoniques y côtoient donc l’art des troubadours et même les chants populaires du moyen-âge, ou encore les danses et les pavanes à la façon de Thoinot Arbeau, pour n’en citer que quelques références.

Pour visiter leur site web, c’est ici

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen-Age sous toutes ses formes.

Histoire ou presque : les chroniques de Saint-louis de Jean de Joinville

blanche_de_castille_saint_louis_de_joinville_humour_medieval

Novembre 1252, le roi Saint Louis est effondré, sa mère, la reine mère Blanche de Castille n’est plus. Des légendaires tensions entre elle et sa belle fille, la reine Marguerite de Provence, il ne reste plus rien, que le vide.

La version officielle

A_lettrine_moyen_age_passionlors, sur la question du deuil de la reine mère par sa bru, nous avons, bien sûr, le « témoignage » de Jehan de Joinville. Ah le voilà lui encore! le Mossieur « je me la raconte parce que je connais du monde », le Massimo Gargia de la Jet du XIIIe, certes, en moins gigolo quand même, mais bon … Et bien voilà ce qu’il nous dit de tout cela, lui .

  » (…) Madame Marie de Vertus, moult bonne dame, et moult sainte femme, me vint dire que la reine [Marguerite] menoit moult grand deuil, et me pria que j’allasse vers elle pour la réconforter. Et quand je vins là je trouvai qu’elle pleuroit, et je lui dis que vrai dit celui qui dit que l’on ne doit femme croire à pleurer ; car c’étoit la femme que plus vous haïssiez, lui dis-je, et vous en menez tel deuil ! et elle me dit que ce n’étoit pas pour elle qu’elle pleuroit, mais pour le mésaise que le roi avoit, et pour sa fille (qui puis fut reine de Navarre), qui étoit demeurée seule en la garde des hommes ».
Jean de Joinville – Chronique de Saint Louis

Et gnagnagni et gnagnagna, et moult par ci et moult par là, comme si il ne  pouvait pas juste dire ‘beaucoup ». Nonnnnn, trop banal bien sûr! Il faut encore qu’il nous colle des petits effets de style façon soirée cocktail, je cause riche et tout. Vous voyez, lui, je suis sûr que s’il était encore là, ce serait le genre à demander deux olives dans son martini, histoire de bien marquer le coup et de se faire remarquer.

Verum non semper sine dolore

E_lettrine_moyen_age_passiont bien non, Messieurs les historiens! C’est trop facile! Cette fois encore nous ne reculerons pas et nous crierons bien haut la vérité! Parce qu’alors, oui je sais, figurez-vous même que je le vois venir, à force. On va encore venir me dire, « mon petit vieux, vous êtes à l’Ouest, ça ne s’est pas passé du tout comme vous le dites dans votre illustration. Relisez vos classiques! » Seulement voilà, Messieurs les « je sais toujours tout mieux que tout le monde »,  il se trouve qu’à l’Ouest ou pas, le petit vieux, comme vous dites si bien, il a aussi ses sources. Ah! Et non, ne vous en émerveillez point (moi aussi je peux le faire!), le sire De Joinville n’est peut-être pas non plus le seul à avoir assister à tous ces événements. Ah! Il y avait peut-être même dans le secteur, des gens de maison et s’ils n’ont pas laissé, eux, de chroniques écrites en belles lettres, genre « j’me la pète avec ma super plume », peut-être même aussi que ces gens ont transmis l’histoire véritable à leurs descendants pour qu’elle  nous jetset_medievalparvienne dans toute sa cinglante vérité. Ah, ça fait mal hein? Oui ça fait mal! Bien sûr que ça fait mal! Mais la vérité n’est-elle pas toujours un peu douloureuse? Comme on dit en latin, « Verum non semper sine dolore? », enfin c’est surtout google translate qui le dit mais je pense que vous avez cerné l’idée.

Mais heureusement, vous, fidèles amis et lecteurs, vous qui nous connaissez, vous qui vous tenez fiers et droits, résolument de notre côté et de celui de la vérité, (non mais si forcément vous êtes d’accord, ne faites pas cette tête, sinon au pire faîtes comme si je vous expliquerai plus tard). Oui, vous mes amis, vous savez que notre approche de l’Histoire ne se contente pas des quelques sources « officielles » et poussiéreuses qui nous sont parvenues! Oh ça non! A la tranquilité placide des études de bibliothèque, nous c’est l’aventure du terrain qui nous meut; cette recherche effrénée de chaque instant qui nous pousse à traquer l’Histoire, à la débusquer au coeur de notre monde même, dans le témoignage de la descendance encore bien vivante; tous ces gens au milieu de nous, si proches, et dont nul ne pourrait soupçonner qu’ils ont conservé, en secret, la vérité historique authentique, celle que l’on n’ose pas dire, celle qui dérange, celle qui déchire le voile des illusions, Oui, il faut oser! Oui, il faut de l’aplomb, peut-être même une certaine dose de témérité, ne pas avoir peur de se dresser à la face au monde et de lui crier la vérité au visage, une fois découverte, dusse-t’elle être stupéfiante et quelquefois aussi, c’est vrai, dure à entendre. Bon là, en l’occurrence, ça va encore, Marguerite de Provence qui envoit un fion à feu sa belle mère et à De Joinville, ça ne casse pas non plus trois pattes à un canard mais bon, c’est pour dire.

Les méandres de la vérité

D_lettrine_moyen_age_passion‘autant que cette fois-ci, je défie quiconque de remettre en cause la fiabilité de nos sources sur cette question et sur les mots exacts prononcés lors de cet échange entre Jean de Joinville et Marguerite de Provence qui, à l’évidence, bien qu’ayant un joli prénom de fleur, savait aussi se montrer peau de vache. Ce jour là, mes amis, oui ce jour là même!, Irma Jombières, lavandière du roi, revenait du lavoir, une panière de linge de corps sous le bras et comme elle passait devant la pièce où se tenait De Joinville et la reine de France, elle surprit la totalité de la conversation. La vrai, l’authentique, pas celle gribouillée par De Joinville entre deux martinis, non. Bon d’accord peut-être pas entre deux martinis mais je me comprends…

Entre vous et moi, je vous le demande, solennellement, les yeux dans les yeux, pensez-vous vraiment qu’Irma aurait eu la mesquinerie d’inventer toute cette histoire quand elle la rapporta au soir à une voisine de confiance qui, elle-même, la transmit cette même fin de semaine, à un cousin de province qui fit, à son tour, jurer à ses enfants, après leur avoir contée, d’en conserver le secret et de se le passer de génération en génération? Plus proche de nous, vous aventureriez-vous véritablement à soutenir que quelqu’un qui, il y a une cinquantaine d’années de cela et plus de sept siècles après, aurait, dans son enfance, et plus précisément en classe de CE1, côtoyé le lointain descendant du fameux cousin de province de la voisine de notre bonne et honnête lavandière, oseriez-vous, lavandiere_mere_denisvraiment soutenir, disais-je, que ce quelqu’un aurait eu pu trouver quelque intérêt à échafauder tout ceci de toute pièce en nous le rapportant, il y a encore à peine quelques jours? 

Bien sûr que non, vous n’auriez jamais cette mesquinerie et nous le savons bien, va. Vous restez simplement comme nous, muet, face à l’évidence cuisante de la preuve. Et c’est dans ces moments là, voyez-vous, que je me dis qu’il est heureux de voir que le bon sens est encore de ce monde! J’ose à peine en caresser l’espoir que vous puissiez même partager avec nous ce sentiment ému qui nous vient toujours spontanément, face aux méandres que peut emprunter la vérité historique pour parvenir jusqu’à nous. Ah la coquinette, au fond, c’est un peu comme si elle nous choisissait finalement. A dire vrai, nous ne parvenons toujours pas à nous l’expliquer. Nous nous sentons simplement le témoin privilégié de tout cela, même s’il reste dur de faire l’économie des questions qui nous reviennent sans cesse: pourquoi nous? Qu’avons-nous donc de si spécial? L’avons-nous vraiment mérité? Il nous faut rester modeste mais sans doute  que la réponse est oui. Au fond, qui pouvons-nous si la vérité nous choisit et surtout qui serions-nous pour refuser un don si grand pour la découvrir?

A toi Marcel

A_lettrine_moyen_age_passionussi, aujourd’hui nous sommes fiers de le crier haut et fort : Oui, Marcel, propriétaire de la Casse Automobile Marcel Martinez et Fils, de la banlieue de Poissy, Oui! Grâce à toi une autre vérité historique est révélée ce jour-même, à la grande lumière! Et ce n’est pas pour le rabais que tu nous as fait sur le carburateur de R16 et l’aile avant gauche oxydée de Simca 1100 (dont nous n’avons pas encore percé l’utilité mais que tu as insisté pour nous céder en maigre tribut de la précieuse anecdote) que nous voulons ici te rendre hommage, mais c’est bien pour avoir eu le verite_historiquecourage immense de te dresser face à l’Histoire. Oui Marcel! Cet article est le tien. Il est à toi, humble témoin de l’Histoire, et nous n’en sommes, nous, que le modeste scribe. J’entends encore tes derniers mots avant que nous nous séparions.

« – Bon mais là, franchement, en plus déjà que je vous raconte tout ça qui m’avait dit l’collègue quand qu’on était gamin, vous faites vraiment une affaire vous verrez; ça, même aux collectionneurs, j’leur vends pas normalement. Mais vous êtes sûr, par contre, vous voulez vraiment pas la roue de tracteur? Vous qu’êtes passionné d’Histoire c’est un modèle des années 80… »

Je lui répondais gentiment que j’étais venu en bus et que déjà l’aile de Simca 1100 risquait de passer limite, ce qu’il comprit dans sa grande mansuétude. Et puis, je m’éloignais. Tout était dit. Mais en chemin, je repensais à tout cela. Dans le fatras des allées bordées des carcasses rouillées de tous ces chars modernes au rebut, au milieu des aboiements des trois bergers allemands enchaînés à l’entrée de l’établissement qui avaient menacé, à tout instant, de venir boulotter les parties les plus charnues de mon anatomie, qui eut pu supposer, un seul instant, que sous l’apparent cambouis de l’obscurantisme, se tenait en ce lieu de fin des temps, une vérité de nature à changer la face de l’Histoire, n’en déplaise à monsieur de Joinville. Qui?

 histoire_ou_presque_humour_medieval_chronique_historien_moderne

Une belle journée à tous!

Fred
Pour moyenagepassion.com

l’Histoire « ou presque » en images : Saint Louis et la reine mère Blanche de Castille

humour_medieval_histoire_saint_louis_blanche_de_castille_moyen-age_passion

« Sauf tout le respect que je vous dois, mère, j’ai rien dit quand vous m’avez casé avec ma future épouse, ça va encore que c’est pas trop mal tombé… J’ai rien dit NON PLUS, l’autre jour, quand vous avez débarqué en pleine nuit dans la piaule, sans frapper, à un moment plutôt mal choisi… Bon, mais je préfère ne pas trop m’étaler là-dessus, parce que ça me file des nausées à chaque fois que j’y repense. Bref… J’ai rien dit ENCORE quand vous m’avez forcé à reprendre deux fois de la tortilla aux gambas et du porcelet rôti à table, ce midi. Passons là dessus aussi. Mais par contre, je vous le dis tout net, sur ce coup là, c’est NON! Je bougerai pas d’un poil! Il est hors de question que je porte ce pull et ce bonnet de laine que vous m’avez tricotés, je partirai en croisade avec ma petite cape bleue brodée de Lys un point c’est marre! En plus, j’sais pas si vous êtes courant mais bon l’Egypte, niveau climat, c’est pas non plus les terres vikings…

(…) Ho! Mais vous faites quoi là au juste De Joinville! Arrêtez-ça tout de suite! Non, c’est pas la peine de noter ça, non. Ne vous sentez pas obligé de tout noter non plus, aussi, mon vieux… »

Saint Louis à Blanche de Castille.
(enfin il paraîtrait que)