Archives par mot-clé : épigrammes

Saadi, Marot, contes et poésies croisés sur l’Erémitisme médiéval

gullistan_sagesse_medievale_persane_saadi_jardin_rose_moyen-age_centralSujet : contes moraux, sagesse, poésie politique, morale, persane, citation médiévale. ermite, érémitisme. epigramme, conte persan
Période : moyen-âge central à tardif.
Auteur : Mocharrafoddin Saadi  (1210-1291), Clément Marot (1496-1544)
Ouvrage : Gulistan, le jardin des roses.

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nour partageons une nouvelle historiette de Mocharrafoddin Saadi, tirée de son célèbre Gulistan et, contre toute attente, nous la croisons même avec d’autres vers de Clément Marot, à près de trois siècles d’intervalles.

Ces vers du conteur persan sont cités dans le cadre d’une parabole sur l’amitié et sur la séparation, mais ce qui nous intéresse ici c’est qu’il nous parle de la figure de l’ermite retiré dans ses montagnes et de ses motivations à fuir les tentations du monde (notamment celles de la chair et de l’amour), en nous gratifiant au passage d’une jolie métaphore.

citation_saadi_sagesse_persane_ermite_eremistisme_moyen-age_monde_medieval_XIIIe_siecle

J’ai vu dans un endroit montagneux un grand personnage, qui, de toutes les choses de ce monde, se contentait d’une caverne :
 
 » Pourquoi, lui dis-je, ne viens tu pas a la ville? Car tu enlèverais de dessus ton coeur le fardeau qui le tient captif. »

Il répondit :

 » Il y a là des beautés à visage de fée et gracieuses : quand la boue est épaisse, les éléphants glissent. »

Autre temps, autre culture et religion, autres moeurs, quelques siècles plus tard, dans l’Europe du moyen-âge tardif et de la renaissance, on retrouvera deux épigrammes de Clément Marot faisant étonnamment écho au conte de Saadi. A la manière habituelle du poète de Cahors, le ton sera nettement plus vert, pourtant le fond restera le même au moins quant à la motivation de ses ermites. Sur le versant moral, rien n’est moins sûr, il est difficile de mesurer l’humour dans les vers de Saadi, mais, dans le contexte, il semble tout de même plutôt mettre en exergue une forme de sagesse de la part de son ami que de moquer le sérieux de ses motivations.

Sans bien sûr vouloir limiter à cette seule idée commune aux deux poètes, les raisons de coeur ou d’esprit qui ont pu  et peuvent encore pousser les hommes à se retirer du monde et sans non plus prétendre tirer ici de grandes et profondes déductions de ce rapprochement, il demeure amusant de mettre en miroir ces deux textes qui se renvoient l’un à l’autre à travers les siècles. Au passage, on pourrait sans nul doute trouver de semblables paraboles du côté du bouddhisme et de sa tradition d’érémitisme.

Pour une mommerie de deux hermites. Clément Marot

LE PREMIER HERMITE.

Sçavez vous la raison pourquoy
Hors du monde je me retire
En un hermitage à recoy ?
Sans faulte je vous le veulx dire :
Celle que tant j’ayme et desire,
En lieu de me reconforter,
Toujours ce cul arriere tire ;
Le diable la puisse emporter.

L’AUTRE HERMITE.

Je m’en voys tout vestu de gris
En un boys ; là je me confine
Au monde aussi bien j’amaigris ;
M’amye est trop dure ou trop fine ;
Là vivray d’eau et de racine,
Mais, par mon ame, il ne m’en chault ;
Cela me sera medecine
Contre mon mal, qui est trop chauld.

Clément Marot  – Epigrammes

La figure de l’ermite
dans l’occident médiéval

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour en dire deux mots, si la figure (également biblique) de l’ermite a largement alimenté l’occident chrétien médiéval et sa littérature, l’église s’est rapidement élevée contre ces solitaires difficilement contrôlables et qui, de surcroît, mettaient quelquefois leur vie en jeu, en s’exposant, par leur choix de s’isoler, dans un monde médiéval loin d’être sûr et sécurisé, aux dangers du brigandage et autres intolérances, meurtres même quelquefois, etc, . Durant la période  mérovingienne, nombre d’homicides commis notamment à l’encontre de femmes ermites pousseront même Rome à leur en interdire formellement la pratique. L’émergence des récluses et réclusoirs, cette forme d’isolement volontaire en cellule,  contre l’érémitisme au grand air et ses dangers en est une des conséquences.

Qu’ils soient femmes ou hommes, si l’église a lutté pour en contrôler et même en prohiber la pratique, en tentant notamment de les intégrer dans des structures, des institutions, des réclusoirs ou des monastères, la littérature et la culture populaire semble, quant à elle, avoir apprécié les ermites. Il reste au fond une figure biblique deco_medieval_moyen-age_chretiensynonyme de renoncement, de sagesse et d’un certain courage. Du côté des textes religieux et des hagiographies, la vie des saints n’est non plus exempte d’expériences de ce type. Même s’il demeure difficile de mesurer la réalité du phénomène et encore moins de le quantifier, le haut moyen-âge semble en avoir connu un grand nombre. Il en existe des sédentaires ou des errants et on trouve encore des moines qui se retirent de la vie collective pour des périodes d’isolement « relatives » et plus ou moins longues.

Dans de nombreux cas encore, l’ermite ne vit pas seul et on le retrouve entouré ou en petits groupes qui quelquefois enflent avec le temps. Disant cela, on ne peut s’empêcher de penser à l’ironie de l’histoire de Saint-Benoit dérangé dans sa retraite solitaire par des disciples désireux de le suivre et qu’il finit par accepter, pour se voir bientôt tenter d’être empoisonné par eux.

« Sous les Carolingiens, la force du pouvoir politique s’était assuré le contrôle de la société, mais quand cette puissance se désintégra, les peuples fraîchement (et superficiellement) convertis retournèrent à leurs pratiques, dans le même temps que la vie morale du clergé sombrait dans la luxure, la simonie et le nicolaïsme… »
L’ermite au Moyen Age : Erémitisme et anachorèse,  par Marie-Geneviève Grossel, Maître de conférence à l’Université de Valenciennes

deco_medieval_moyen-age_chretienDans le courant des IXe et Xe siècle, au morcellement de l’empire carolingien et suivant cette déliquescence dont nous parle l’historienne médiéviste Marie-Geneviève Grossel dans un excellent article sur le sujet qui nous sert ici de guide, le phénomène de l’érémitisme reculera  pour connaître un nouveau regain dans le courant des XI et XIIe siècles.

« Pourtant devant la décadence qui avait frappé les plus prestigieux établissements religieux en raison de la mainmise des puissants, devant le relâchement du clergé, la violence, la misère des temps, le temps des réformes et du renouveau allait être annoncé par une véritable floraison d’ermites. » Opus cité

On renouera alors notamment avec le monachisme bénédictin des origines et pour un nombre choisi d’ermites, l’isolement sera même une étape pour fonder de nouveaux ordres religieux.

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

De Martial à Marot, épigramme à Antoine

portrait_clement_marot_poesie_medievaleSujet :  poésie, littérature renaissante, poète, épigramme, poésies courtes.
Période : début renaissance, XVIe siècle
Auteur :  Clément MAROT (1496-1544), Martial (41-104)
Titre : « Epigramme  à Antoine »
Ouvrage : Oeuvre de Clément Marot, Valet de chambre du Roy (T2), 1781

deco_frise

« Si tu es povre, Antoine, tu es bien
En grand danger d’estre povre sans cesse,
Car aujourd’huy on ne donne plus rien
Sinon à ceux qui ont force richesse. »
Clément Marot, Epigramme à Antoine

deco_frise

Bonjour à tous,

S_lettrine_moyen_age_passioni l’on nourrissait encore quelques doutes sur l’influence qu’aurait pu avoir Martial, poète du 1er siècle de notre ère et grand maître de l’épigramme latine,  sur les poésies courtes de Clément Marot, voici de quoi les dissiper. Les quatre vers que nous partageons aujourd’hui sont, en effet, tirés des « Epigrammes faictz à l’imitation de Martial » que Marot composa vraisemblablement entre 1537 et 1542.

Ces épigrammes de Marot pourraient paraître quelquefois plus proches de ce que nous appellerions, aujourd’hui, des « adaptations » que de véritables créations « d’auteur » (au sens où nous l’entendons, de nos jours, également) mais il faut se replacer dans le contexte littéraire du XVIe siècle pour comprendre à quel exercice le poète de Cahors se livrait ici. De fait, dans une renaissance qui développera un véritable culte pour les auteurs antiques et anciens, « l’imitation » sera vivement encouragée et deviendra même un passage obligé de l’exercice littéraire. Bien sûr, il ne s’agira jamais de plagier et il conviendra toujours d’apporter sa propre touche. C’est d’ailleurs ce que fait ici le poète normand en ajoutant aux idées de Martial, la grâce  habituelle de sa plume et son bon français « renaissant ».

clement_marot_poesie_courte_citation_medievale_epigrammes_pauvrete_poete_latin_Martial

Ad Aemilianum, par le poète latin Martial (Marcus Valerius Martialis) dans le texte original :

« Semper eris pauper, si pauper es, Aemiliane, dantur opes nulli nune,nisi divitibus »

Adapté par Edouard-Thomas SimonEpigrammes de M. Val. Martial, (T2), 1819:

« Tu seras toujours pauvre, Emilien , si tu vis dans la misère. Aujourd’hui la richesse ne se donne qu’à ceux qui sont dans l’abondance. »

Le temps a emporté dans son sillage cet Antoine que visait l’épigramme de Marot, et il ne nous reste de ces quelques vers que le goût du vieil adage : « On ne prête qu’aux riches ».  A l’évidence, de Martial à Marot et jusqu’à nous, il s’entête à se vérifier. Tout cela aurait donc commencé, il y a bien longtemps déjà.

.En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Clément MAROT, épigramme: De soy-mesme & d’un riche ignorant

portrait_clement_marot_poesie_medievaleSujet :  poésie renaissante, moyen-âge tardif,  satirique, poète, épigramme, poésies courtes.
Période : fin du moyen-âge, début renaissance
Auteur :  Clément MAROT (1496-1544)
Titre : « Epigramme  de soy-mesme et d’un riche ignorant »
Ouvrage : oeuvres complètes de Clément MAROT, par Pierre JANNET, Tome 3 (1876)

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous vous proposons un début de semaine en compagnie de Clément MAROT, et d’une de ses nombreuses épigrammes « vitriolées », comme il a pu en adresser à ses détracteurs de tous bords: créanciers, poètes, avocats, maîtresses, etc…, il n’en a, en effet, pas été avare. En l’occurrence, il s’agit ici d’une réponse faite à  « un riche ignorant ».

Dans ses réparties rimées et courtes, le tranchant de MAROT pouvait s’avérer impitoyable, avec son sens unique de la chute et du verbe qui tombent comme des couperets. En voici donc un exemple de plus. Réflexion caustique à souhait, teintée d’un brin de vanité, jolie parabole aussi sur l’être contre l’avoir, cette épigramme résonne encore comme un legs prophétique de l’auteur – déjà si certain de son fait – sur sa propre postérité; elle le lui rendra bien, du reste. Le riche ignorant dont il est question ici, restera, quant à lui, consigné à jamais derrière les portes de l’oubli.

Epigramme : de soy-mesme et d'un riche ignorant
Epigramme : de soy-mesme et d’un riche ignorant

L’édition des oeuvres de Clément Marot
par Pierre Jannet

La pléthore d’éditions des oeuvres du célèbre poète renaissant disponible en ligne permet de butiner allègrement de l’une à l’autre. Ainsi, nous tirons cette épigramme d’une ré-édition en quatre tomes des oeuvres de MAROT  « revues d’après les éditions originales » par Pierre JANNET, éditeur, biographe et libraire parisien du XIXe siècle, d’origine girondine.

Basée sur trois des premières éditions des oeuvres de MAROT datant du milieu du XVe siècle et de son vivant, l’oeuvre, précédée d’une biographie du poète, est peu commentée, mais offre l’avantage d’une lecture très claire et sans artifice. La classification des oeuvres, par genre et qui respecte celle des origines, est par ailleurs très pratique. Pour les amateurs de poésies courtes, le tome 3 est tout entier consacré aux épigrammes.

De soy mesme et d’un riche ignorant

« Riche ne suis, certes, je le confesse,
Bien né pourtant, et nourri noblement ;
Mais je suis leu du peuple et gentillesse
Par tout le monde, et dict on : « C’est Clement.»
Maintz vivront peu, moy eternellement ;
Et toy tu as prez, fontaines et puits,
Bois, champs, chasteaux, rentes et gros appuis :
C’est de nous deux la différence et l’estre.
Mais tu ne peux estre ce que je suis ;
Ce que tu es, un chascun le peult estre. »
Clément MAROT – Epigrammes

En vous souhaitant une excellente journée dans la joie !

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes