Archives de catégorie : Clément Marot

XVIe siècle, le moyen-âge vient d’entrer dans son hiver. Clément Marot, petit poète de cour, plein d’esprit et doté de style, s’y attache encore un peu. Il publiera quelques vieux auteurs dont Villon et laissera une œuvre prolifique faite de quantités de poésie légères ou plus formelles.

Ici, nous partons, toutes voiles dehors, à la découverte de cet auteur de Cahors : biographie, extraits et textes en moyen-français, commentés et traduits.

Un rondeau caustique de Clément Marot à l’encontre d’un ignorant

Sujet : humour, poésie, rondeau, moyen-français, poésie satirique, auteur, poète médiéval
Auteur : Clément Marot (1496-1544)
Période : moyen-âge tardif, début de la renaissance
Titre : A un poète ignorant
Ouvrage : Œuvres complètes de Clément Marot, Tome 2, Pierre Jannet (1873)

Bonjour à tous,

oilà longtemps que nous n’avons publié une pièce de Clément Marot. Ce poète du moyen-âge tardif, lui-même fils de Jean Marot, autre plume de cour, finit par connaître quelques déboires politiques et même deux exils pour des faits religieux et encore pour ses écrits.

Poète de cour considéré comme un des plus importants de son temps, Marot a usé de sa poésie dans, à peu près, toutes les circonstances : amour, humour, politique, religion, négociation, séduction de ses bienfaiteurs ou des dames, épitaphes, mais aussi règlements de compte. Il a laissé, derrière lui, une œuvre prolifique qui alterne des pièces ambitieuses à d’autres plus courtes et légères dans lesquelles il laisse s’exprimer son esprit et son humour. La poésie du jour fait partie de ces dernières. C’est un rondeau dans lequel il malmène, avec causticité, un autre poète de son temps. (ce n’est pas la première fois on se souvient de son épigramme à Maistre Grenouille)

A un poète ignorant (1536)

Qu’on mene aux champs ce coquardeau*,
Lequel gaste
(1), quand il compose,
Raison, mesure, texte, et glose,
Soit en ballade ou en rondeau.


Il n’a cervelle ne cerveau,
C’est pourquoy si hault crier j’ose:

Qu’on mene aux champs ce coquardeau.

S’il veult rien faire de nouveau,
Qu’il
œuvre hardiment en prose
(J’entens s’il en sçait quelque chose),
Car en rithme ce n’est qu’un veau
Qu’on mene aux champs.

*Coquardeau : jeune galant ignorant, benêt. S’écrit aussi cocardeau
(1) gaster : ravager, dévaster, corrompre


Quelques autres poésies humoristiques du même auteur
Frère Thibault, Humour Grivois et amours interdites
D’un Curé, épigramme humoristique
D’un qu’on appelait Frère Lubin
Deux épigrammes caustiques sur l’Erémitisme

Une belle journée à tous.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes

NB : au premier plan, sur l’image d’en-tête, le portrait de Clément Marot est tiré d’une toile anonyme datée du milieu du XVIe siècle. Cette dernière est actuellement conservée à la bibliothèque de Genève et peut être consultée en ligne ici. L’arrière plan de l’illustration est un détail tiré d’une superbe enluminure du peintre Jean Clouet. Actuellement conservée au Musée Condé de Chantilly, elle provient du Manuscrit Ms 721 daté de 1534 : Les Trois premiers livres de Diodore de Sicile, traduit par Antoine Macault et Etienne Le Blanc. On y voit la cour de François 1er. Le roi y est entouré de ses gens mais aussi du dauphin François, d’Henri d’Orléans et de Charles d’Angoulême. Face au souverain, l’auteur en train de faire une lecture n’est pas Clément Marot mais Antoine Macault. Ce dernier lui présente l’œuvre qu’il vient de traduire en français et qui est l’objet principal de ce manuscrit ancien. Cette miniature se tient même sur le premier folio de l’ouvrage.

Le goût immodéré du vin d’un abbé et de son valet, une épigramme satirique de Clément Marot

humour_medieval_grivoiseries_epigramme_amours_interditesSujet : humour, poésie, épigramme, moyen-français, dizain, poésie satirique, satire religieuse, mentalités médiévales,
Auteur : Clément Marot (1496-1544)
Période : moyen-âge tardif, début de la renaissance
Titre : épigramme.  De l’Abbé et de son Valet
Ouvrage : Œuvres choisies de Marot, Didot, (1808)

Bonjour à tous,

P_lettrine_moyen_age_passion-copiaour égayer cette journée, nous vous proposons une épigramme et même un dizain de Clément Marot. Dans cette poésie courte et pleine de sel, le poète de Cahors se riait ouvertement du goût immodéré pour la boisson d’un Abbé et de son valet.

clement_marot_poesie-sairique-dizain-epigramme-moyen-age-tardif

Moyen-âge, mentalités médiévales
et satire religieuse

Depuis le moyen-âge central et en particulier les XIIe siècle et XIIIe siècles, les prêtres, les moines et même les dignitaires de l’Eglise ont souvent été la cible des fabliaux et la poésie satirique médiévale n’a pas manqué de faire ses choux gras des mœurs dévoyées de certains d’entre eux. Convoitise, cupidité, gourmandise, désirs, passage à l’acte sexuel, malice ou bêtise, tout y passe. A travers ces moqueries, ce n’est pas tant la religion catholique et ses valeurs que les auteurs d’alors dénoncent, mais bien plutôt ses brebis « galeuses » ou « égarées ».  Et si les ordres monastiques, les plus hautes autorités religieuses et même l’Eglise romaine tout entière peuvent se trouver pris à partie dans certaines de ces satires, là deco_medievale_enluminures_clement_marotencore, la critique se fait depuis l’intérieur des valeurs chrétiennes avec l’espoir tacite, ou plus clairement exprimé, de voir les choses se bonifier ou se réformer.

Croisades et satires médiévales d’hier contre croisades idéologiques et satiriques actuelles, du point de vue de l’histoire des mentalités, on ne saurait mettre ces railleries sur le même plan. Elles participent de points de vue et d’intentionnalités totalement différentes. La grande majorité de celles qui ont cours aujourd’hui et sont le plus médiatisées se situent, en effet, depuis l’extérieur des valeurs chrétiennes pour les mettre à mal ou les éradiquer.

Pour le reste, il y a rarement des transitions brutales en Histoire. En accord avec les chronologies classiques, si le monde médiéval entre au XVIe siècle dans son hiver, nombre de ses thèmes de prédilection perdureront dans la littérature des siècles suivants, du côté satirique comme du côté courtois. De fait, la culture de Clément Marot et son goût pour les auteurs et certains thèmes du passé, permettent de le considérer, à certains égards, comme un poète de la continuité.

De l’Abbé et de son Valet

Monsieur l’abbé, et monsieur son valet
Sont faits égaux tous deux comme de cire :
L’un est grand fol, l’autre petit folet ;
I’un veut railler, l’autre gaudir et rire ;
L’un boit du bon, l’autre ne boit du pire :
Mais un debat au soir entr’eux s’esmeut ;
Car maistre abbé toute la nuict ne veut
Estre sans vin, que sans secours ne meure ;
Et son valet jamais dormir ne peut
Tandis qu’au pot une goutte en demeure.

Clément Marot  – Œuvres Choisies (1808)


Au sujet d’humour médiéval sur le thème de la satire religieuse
voici une sélection d’articles qui pourraient vous intéresser

Du même auteur, sur le même sujet :
Frère Thibault, Humour Grivois et amours interdites
D’un Curé, épigramme humoristique
D’un qu’on appelait Frère Lubin
Deux épigrammes caustiques sur l’Erémitisme

D’autres auteurs médiévaux sur la satire religieuse :   
Le Vicaire Jean, la demoiselle et l’âne  de Melin Sainct-Gelays
De Brunain la Vache au prêtre, un fabliau de Jean Bodel
Le testament de l’âne de Rutebeuf
Guiot de Provins et sa bible satirique

Voir aussi : Saints moines et moines dévoyés, deux figures archétypales d’une dynamique chrétienne médiévale

Sur le sujet des mentalités médiévales, nous vous conseillons également notre dernier roman, une aventure au cœur du Moyen-âge : « Frères devant Dieu ou la tentation de l’alchimiste ».


Une belle journée à tous.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes

« A Anne pour estre en sa grace », un dizain de Clément Marot, empreint de courtoisie

clement_marot_poesie_moyen--age_tardif_renaissanceSujet :  poésie, épigramme, amour courtois, courtoisie, Anne, dizain.
Période : fin du moyen-âge, renaissance
Auteur :   Clément MAROT (1496-1544)
Titre  : «A Anne pour estre en sa grace»
Ouvrage : oeuvres complètes de Clément MAROT, par  Pierre Jannet, Tome 3 (1870)

Bonjour à tous,

E_lettrine_moyen_age_passionn suivant les pas de Clément Marot, nous publions ici une nouvelle épigramme de celles que le poète de Cahors dédia à une certaine Anne.  Si cette dernière, certainement Anne d’Alençon, ne fut pas la seule dame de pouvoir que Marot mit en ses faveurs courtoises, on compte un certain nombre de poésies joliment tournées  qui lui sont destinées.

clement_marot_poesie_epigramme_anne_courtoisie_renaissance_moyen-age_tardif_XVIe-siecle

A Anne pour estre en sa grace

Si jamais fut un paradis en terre,
Là où tu es, là est il, sans mentir ;
Mais tel pourroit en toy paradis querre
Qui ne viendroit fors à peine sentir ;
Non toutesfoys qu’il s’en doit repentir,
Car heureux est qui souffre pour tel bien.
Doncques celuy que tu aymeroys bien,
Et qui receu seroit en si bel estre,
Que seroit il ? Certes je n’en sçay rien,
Fors qu’il seroit ce que je vouldrois estre.

Clément Marot – Epigramme, Dizain

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Epigramme : « Du moys de May et d’Anne », la courtoisie de Clément Marot au renouvel

clement_marot_poesie_moyen--age_tardif_renaissanceSujet :  poésie, épigramme, amour courtois, renouveau, printemps.
Période : fin du moyen-âge, renaissance
Auteur :   Clément MAROT (1496-1544)
Titre : « Du moys de May et d’Anne »
Ouvrage : œuvres complètes de Clément MAROT, par Pierre Jannet, Tome 3 (1870)
Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionvec l’arrivée du mois de mai, nous poussons nos pas jusqu’au XVIe siècle, à la rencontre de Clément Marot et de son style poétique incomparable qui, sans l’y réduire, brille tout particulièrement dans les pièces courtes et leur chute.

Nous sommes rendus au siècle de transition qui, de manière conventionnelle pour bien des d’historiens, vit s’éteindre le moyen-âge pour laisser place à la renaissance. Pourtant, on ne gomme pas si facilement 1000 ans d’histoire ; le monde médiéval et son esprit auront encore de beaux restes et de beaux jours devant eux. Entre autre thème, l’amour courtois, né dans son berceau, continuera, pour longtemps, d’inspirer l’expression amoureuse littéraire et nombre d’exercices poétiques. Avec son talent habituel, le poète de Cahors s’y adonne dans cet épigramme. Au renouveau printanier (référence clairement médiévale et courtoise), il engage un dialogue avec le mois de mai et ses floraisons pour louer la dame de son cœur, en lui faisant le plus beau des compliments.


clement_marot_poesie_epigrammes_courtois_moyen-age_tardif_renaissance

Du moys de May et d’Anne

May, qui portoit robe reverdissante,
De fleur semée, un jour se meit en place,
Et quand m’amye il veit tant fleurissante,
De grand despit rougit sa verte face,
En me disant : « Tu cuydes qu’elle efface,
A mon advis, les fleurs qui de moy yssent (1); »
Je luy respons : « Toutes tes fleurs perissent
Incontinent (2) qu’yver les vient toucher;
Mais en tous temps de ma Dame fleurissent
Les grans vertus, que Mort ne peult secher.

(1) sortent, surgissent
(2) Aussitôt,  dès l’instant que


Une belle journée.

Fred
Pour Moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.