Le duel judiciaire, justice médiévale, ordalie et jugement de Dieu

justice_medieval_duel_judiciaire_moyen-age_centralSujet : justice médiévale, duel judiciaire, justice sacralisé, sacré, lois divines,lois humaines, pouvoir judiciaire, conflits, duel ordalique, trône de fer, Tyrion Lannister.
Période :  moyen-âge central et tardif
Sources: Persée, Universalis, Bruno Lemesle, Paul Ourliac, Johan Huizinga, Manuscrit Talhoffer.

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous avons déjà eu l’occasion, ici, d’aborder le sujet du duel Judiciaire (voir vidéo sur les mottes castrales, et documentaire sur le manuscrit du maître d’armes Hans Talhoffer) mais nous y revenons plus en détail aujourd’hui, pour parler un peu de ces formes de justice médiévale qui faisaient appel à la justice divine dans leur exercice, qu’il s’agisse de trancher un cas ou d’en administrer la preuve.

trone_de_fer_medieval_fantastique_g_martin_games_of_throne_justice_medieval_duel_judiciaire_tyrion_lannister_serie_televisee

Pour qui a lu la grande saga du trône de fer de GRR Martin, ou l’a suivie sous forme de série télévisée, on y retrouve ce duel judiciaire dans une scène mémorable. Le « lutin », Tyrion Lannister (incarné brillamment à l’écran par l’acteur Peter Dinklage) y est, en effet, accusé injustement et par sa propre famille d’être régicide. Il invoquera alors, pour sa défense, le duel Judiciaire (Trial by combat). D’où vient cette pratique, quelle est-elle? Loin d’être sortie tout droit de l’imagination de l’auteur américain Georges Martin, elle a été une façon parmi d’autres de rendre la justice durant le moyen-âge et pendant une longue période qui débute, avec certitude, au Xe siècle et qui s’étalera jusqu’au XVe siècle.

Définition du duel judiciaire

duel_judiciaire_moyen-age_justice_medievale
Duel judiciaire entre le maréchal Wilhelm von Dornsberg et Theodor Haschenacker sur le marché du vin d’Augsbourg (1409). Illustration tirée du Bayrische Staatsbibliothek Codex 393, traité des techniques de combats médiéval de Munich (1544)

M_lettrine_moyen_age_passionême s’ils participent d’un ensemble de pratiques qui ont cours durant de longs siècles, les duels prennent plusieurs formes du moyen-âge à la période moderne et ne sont pas tous judiciaires ou ordaliques. Il ne faut donc pas confondre le duel privé destiné à régler, la plupart du temps, des conflits d’honneur et qui se poursuivra encore longtemps après que le duel judiciaire ait disparu, et ce dernier qui est un procédé juridique au sens strict, permettant de départager deux parties, à l’occasion d’un litige porté devant un cour seigneuriale ou ecclésiastique. En l’absence de témoins ou d’éléments fiables permettant de trancher, on se servira de ce duel judiciaire que l’on nomme encore « gage de bataille » pour apporter la preuve de l’innocence d’une des deux parties ou de son bien-fondé, au moyen d’un combat réglementé et encadré, dont l’issue sera « décidée par Dieu ».

En réalité, ce combat judiciaire est considéré comme une forme d’ordalie. On s’en remet à la justice de Dieu ou au surnaturel pour trancher un différent, mais il s’agit, dans ce cas précis, d’une forme d’ordalie bilatérale. C’est un procédé judiciaire qui s’adresse à toutes les classes sociales et pas nécessairement à des combattants émérites. On peut alors, ou non, se faire représenter par un champion, même si on imagine bien que ce luxe se paye et que si l’on n’est pas de classe noble, ecclésiastique, ou nanti, ce recours là n’existe que sur le papier.

manuscrit_talhoffer_duel_judiciaire_justice_medievale_ordalie_moyen_age_central

Fonctionnement du duel judiciaire

L_lettrine_moyen_age_passione duel a lieu dans un champ clos. Ce dernier se présente généralement sous la forme d’un ring, souvent fermé par des cordes et faisant quelques dix-huit mètres de côté s’il est carré, mais il peut prendre d’autres formes comme celles d’arènes plus circulaires. Du point de vue des techniques autant que des armes utilisées, nous en avons un aperçu dans plusieurs manuscrits anciens datant du XVe siècle dont, notamment, le manuscrit de Hans Talhoffer, même si, concernant ce dernier, on ne sait pas vraiment s’il s’agissait uniquement de témoignages factuels sur des duels ayant eu lieu, de recommandations sur des techniques martiales possibles ou si ne s’y mêlaient encore quelques fantaisies nées de l’imagination de l’auteur. Quoiqu’il en soit, en le recoupant ce manuscrit avec d’autres, on n’arrive tout de même à établir certains faits indéniables, en ce qui concerne les planches sur les duels à proprement parler. Entre autres choses assez troublantes, on y trouve, notamment, un affrontement opposant une femme à un homme, l’homme se trouvant dans un trou creusé dans la terre et n’en dépassant qu’à demi, pour être pénalisé dans ses mouvements. On peut espérer que ce type de duel restait tout de même relativement rare.

Du point de vue de l’armement, les épées étant réservées aux nobles, les autres classes devaient donc se contenter bien souvent de bâtons. Pour l’ensemble des combattants, un écu (bouclier) était aussi autorisé.  Avant de s’engager dans l’affrontement, les protagonistes prêtaient serment sur des reliques ou sur les évangiles. Pour le reste, les planches dont nous parsemons cet article, vous donneront une bonne idée de la violence à laquelle on pouvait assister durant  ces combats.

manuscrit_talhoffer_duel_judiciaire_justice_combat_droit__loi_medievale_ordalie_moyen_age_central

Sur la durée des combats

U_lettrine_moyen_age_passionn article de Paul Ourliac, sur cette pratique du duel judiciaire (persée) nous entraîne en terre languedocienne et dans le Sud-ouest et nous apprend que le combat, peut alors durer de la deuxième heure du jour, jusqu’au coucher du soleil. Quand ce sont des chevaliers ou hommes d’armes aguerris qui s’affrontent, Imaginez-vous tout cela en armure et avec des armes pesantes, à côté, les dix rounds de la boxe anglaise ressemblent un peu à une séance de corde à sauter pour fillettes (et, je dis ça en amateur du sport en question).

persee_duel_judiciaire_justice_medievale_persee_justice_divine_ordalie_moyen_age_central

Le duel n’ira pas toujours jusqu’à la mort. On admettra dans certains cas la reddition, au risque que la peine se commute pour celui qui aura baisser les armes en autre forme de punition (amende, pendaison, etc).  Dans le courant du XVe siècle, il y aura encore des exemples où le seigneur, président au combat, le fera arrêter quand il jugera que chaque combattant a suffisamment prouvé sa bravoure et avant le sang versé. On est alors à l’automne de cette pratique et cette mansuétude n’y est sans doute pas étrangère.

Eléments de datation

M_lettrine_moyen_age_passionême si la forme du duel pour régler un différent est connu depuis des temps immémoriaux, cette coutume du duel judiciaire nous vient, semble-t-il, directement du droit germain et finalement des coutumes des tribus qui envahirent la France dans le courant du haut moyen-âge. Ces pratiques auraient alors pénétré les terres de l’empire romain déclinant qui y avait établi ses lois et l’empire carolingien reprendra l’ensemble du corpus juridique fait à la fois de droit Romain et de lois et coutumes germaniques pour en faire une synthèse et le formaliser.

S’il reste donc difficile de dater précisément l’apparition des premiers  duels judiciaires, on sait, de source sûre, qu’ils ont été pratiqués dans les siècles précédents l’an mille, et qu’ils sont même devenus plus répandus durant le moyen-âge central. On en trouve des mentions claires, notamment à partir du Xe siècle. Malgré les controverses venues d’horizons divers, au fil des siècles,  et les doutes émis sur la réelle intervention divine pour décider de l’issue des combats, cette pratique ne disparaîtra définitivement qu’au XVe siècle. En Angleterre, on en trouve même encore la trace jusqu’au XVIe.

manuscrit_hans_talhoffer_combat_technique_duel_judiciaire_justice_medievale_justice_divine_ordalie_moyen_age

duel_judiciaire_enluminure_jean_de_carrouges_jacques_le_gris_justicie_medievaleEn France, on semble s’entendre sur le fait que le dernier duel judiciaire tint place le 29 décembre 1386, à Paris, dans le champ clos du monastère de Saint-Martin. Il opposa les chevaliers normands Jean de Carrouges et Jacques Le Gris. Le premier alléguant que le second avait violé son épouse, en obtiendra réparation puisqu’il occira l’autre, à l’occasion de ce combat. Jean Froissart, dans ses chroniques s’en fera d’ailleurs l’écho. (ci-dessus et ci-dessous, miniature tirée du manuscrit Royal 14 E IV, « Recueil des croniques d’Engleterre » de Jean de Wavrin (1480), British Library).

manuscrit_ancien_enluminure_duel_judiciaire_monde_medieval_moyen-age_tardif

Dans le même temps, on connait aussi des duels judiciaires postérieurs à cette date, dont un célèbre qui opposera, bâton à la main, deux bourgeois de Valenciennes:  Mahiot Coquel et Jacotin Plouvier. Ce combat particulièrement violent et qui date du milieu du XVe siècle (1455), sera immortalisé par écrit par le chroniqueur du même siècle, Georges Chastellain.

Pratique laïque ou pratique religieuse?
Duel, ordalie et justice sacrée ou sacralisée

D_lettrine_moyen_age_passionans un excellent article de Persée sur ce sujet du duel judiciaire, Bruno Lemesle, historien spécialisé sur ces questions de justice médiévale et notamment sur les différentes formes d’ordalie, nous apprend encore que bien que les hautes autorités ecclésiastiques s’élevèrent, à partir du moyen-âge central, contre ces pratiques, le personnel de l’épiscopat plus proche du peuple, prêtres, abbés ou autres moines, ne les désavouaient pas, et en étaient même partie-prenantes, et pas seulement quand leurs propres intérêts étaient en jeu.

duel_judiciaire_justice_medievale_persee_justice_divine_ordalie_moyen-age_central

Dans l’exemple que l’auteur donne, l’abbaye dont il est question dispose même de son champion et elle n’est visiblement pas la seule dans ce cas. Et s’il semble communément admis, que le duel judiciaire ait été utilisé plus favorablement par les laïques que les moines, qui, de leur côté, lui auraient préféré l’ordalie par le feu ou par l’eau, considérant, sans doute, comme moins directement violent autant que comme divinement plus probant, l’application du fer rouge sur l’accusé (qui éventuellement et s’il plaisait à Dieu, ne brûlerait pas l’innocent), plutôt que deux fers qui se croisent, l’article de Bruno Lemesle y apporte un large bémol, à tout le moins, dans le cadre du XIe siècle. Il cite même des abbayes qui détenaient le duel judiciaire dans leur juridiction et n’hésitaient pas à le proposer comme une forme de résolution des cas les plus épineux.

manuscrit_talhoffer_duel_judiciaire_justice_combat_medievale_ordalie_moyen_age_central

Justice sacrée et Justice divine

Q_lettrine_moyen_age_passionue le plus fort gagne et Dieu reconnaîtra les siens donc! Si la mécanique du duel judiciaire échappe à ce que nous considérons, aujourd’hui, comme une justice bien pesée, il faut encore se souvenir de pratiques, telles que l’ordalie où l’on soumet alors l’accusé aux épreuves du feu et de l’eau en alléguant que Dieu l’en protégera, s’il est vraiment innocent. Du côté des juges comme des accusés, on s’y soumet et on la demande même quand on est convaincu de son innocence. De notre point de vue moderne, il peut être étonnant de voir à quel point on pense alors que Dieu peut se manifester de manière directe, instantanée et presque sur demande pour trancher chaque cas: on ne peut que constater ici, la profonde foi dont tout cela dénote. Au moyen-âge central, le divin et ses lois restent omniprésents à chaque instant et dans chaque lieu.

Il y a pourtant, à travers ses actes de justice, des croyances à une forme de surnaturel qui ne sont pas sans rappeler la magie et le quatrième conseil du Latran condamnera, en 1215, le recours à l’ordalie. Cette dernière sera, suite à cela, abandonnée dans les juridictions ecclésiastiques mais continuera d’être utilisée dans les juridictions civiles jusqu’à ce que Louis IX les condamne à son tour, près de cinquante ans plus tard, en 1258. Le serment sur la bible s’y substituera alors. De leur côté, les duels judiciaires et ordaliques tarderont plus à disparaître.

manuscrit_talhoffer_combat_technique_duel_judiciaire_justice_medievale_justice_divine_ordalie_moyen_age

Dans le cadre de cette justice qui fait appel aux lois divines pour se frayer un chemin jusqu’à la vérité, en plus de l’ordalie et du duel, il faut encore mentionner des formes particulières de serments, qui s’inscrivaient dans la même veine  et qui consistaient à jurer sur le corps d’un saint et dans une église, de la véracité de ses dires. On n’avait alors nul doute qu’en cas de parjure, la mort serait immédiate.

Le sujet de ces formes de justice du moyen-âge central, est fascinant à bien des égards et ce seul article ne saurait l’épuiser mais nous voulions en jeter quelques bases ici. Bien entendu, dans l’éventualité où cette pratique serait remise au goût du jour et pour ceux qui souhaitent s’y préparer vous pouvez toujours vous adonner au Béhourd! A n’en pas douter, il y a, non loin de chez vous, une petite troupe de combattants médiévaux prête à vous  entraîner.

En vous souhaitant une belle journée!
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

2 réflexions sur “ Le duel judiciaire, justice médiévale, ordalie et jugement de Dieu ”

  1. Bonjour,,

    Je trouve votre article très bien expliqué. C’est pour cette raison que je me suis dit: peut-être que je peux vous demander un aide en plus vous connaissez très bien le sujet.

    Je dois faire une bibliographie et mon sujet est « le duel  » -en histoire médiévale. Du coup je dois trouver des sources qui ont été produit à cette époque-là.

    Est-ce que vous pouvez me conseiller quelques sources édités, livres ou articles s’il vous plait ?

    Je ne sais pas si je peux vous demander cela, mais je n’arrive pas à trouver des bons et si vous pouviez me donner quelque conseils même, ce sera très gentille.
    Comme je ne suis pas francophone, cela devient encore plus compliquée.

    Je vous remercie d’avance.

    Avec mes meilleures salutations,
    Sinem

    1. Bonjour Sinem,

      Merci de votre message.

      Je ne connais pas la profondeur attendue pour vos travaux mais je vous conseillerais assez de commencer par les écrits de l’historien Bruno Lemesle. Conflits et Justice au Moyen Âge, Bruno Lemesle, Paris, PUF, 2008. C’est un grand spécialiste de la justice au Moyen-âge et vous trouverez également un certain nombre d’articles en accès libre sur le web concernant cet ouvrage. Voir notamment sur persée : https://www.persee.fr/doc/shmes_1261-9078_2001_act_31_1_1788

      Ce médiéviste a également dirigé des ouvrages collectifs dans lesquels vous pourrez trouver des choses intéressantes et débusquer d’autres auteurs. A partir de là, vous devriez pouvoir remonter d’autres éléments bibliographiques et également des sources.

      Dans les ouvrages relativement récents, sur un cas particulier de duel judiciaire et aussi ses enjeux politiques, vous trouverez encore des éléments chez des auteurs divers, autour du cas du duel de Othon de Granson (fin du XIVe) Articles en ligne. Livre dédié au sujet ici : Le duel d’Othon de Grandson (1397): mort d’un chevalier poète vaudois à la fin du Moyen Age , Claude Berguerand (2006)

      Voilà déjà deux pistes. 😉

      Pour des sources plus anciennes, voir les extraits du registre criminel des archives de Paris. Vous trouverez encore dans google books ou sur le site archive.org de nombreux ouvrages ou références sur le sujet.

      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *