Archives par mot-clé : duel judiciaire

Le dernier duel judiciaire français par Ridley Scott

Sujet : justice médiévale, duel judiciaire, justice divine, film, cinéma, ordalie, duel ordalique.
Période :  moyen-âge tardif, XIVe siècle
Film : Le Dernier Duel, (The Last Duel) Ridley Scott
Adaptation du livre le Dernier Duel de Eric Jager
Date de sortie : octobre 2021

Bonjour à tous,

otre rubrique cinéma pâtit souvent du peu de temps que nous avons à lui consacrer mais, à la faveur des fêtes, nous avons eu l’occasion de voir Le dernier duel de Ridley Scott et cela va nous fournir l’occasion d’un petit rattrapage.

Ridley Scott en terres de France

Quand un grand nom du cinéma anglo-américain comme Ridley Scott s’attaque à un sujet, le résultat laisse rarement indifférent. Le réalisateur a, dans son parcours, des films qui ont marqué à jamais l’histoire du 7eme art dans des registres aussi différents que les thrillers, la science fiction ou même les films sur fonds historiques.

Cette fois-ci, ce n’est pas dans l’espace profond qu’il nous entraîne à la recherche du huitième passager, ni même dans la forêt de Sherwood à la poursuite de Robin de bois, mais bel et bien, au temps médiévaux et, qui plus est, sur le sol de France. Ce dernier duel, sorti en octobre dernier dans les salles, nous invite donc à le suivre sur les traces du dernier duel judiciaire par ordalie de l’histoire française : celui qui vit s’affronter les nobles Jean de Carrouges et Jacques le gris, par un jour froid de décembre 1386. La joute impitoyable eut lieu dans le champ clos du monastère de Saint-Martin, à Paris. L’événement rameuta les foules et Jean Froissart, avant un grand nombre d’autres écrivains et historiens, le commenta largement dans ses chroniques.

L’histoire du dernier duel et son contexte

Historiquement, ce duel du XIVe siècle est assez bien documenté entre registres judiciaires et les chroniques. De notre côté et pour ceux qui nous suivent, nous avions déjà mentionné ce duel historique, il y a quelques années, à l’occasion d’un article sur les duels judiciaires et les jugements par ordalie au moyen-âge.

Le film Le dernier duel est tiré du livre du même titre de Eric Jager, professeur de littérature médiévale et critique littéraire américain (2004). Pour poser le cadre, en essayant de ne pas trop en dévoiler, le dernier duel judiciaire français a opposé deux nobles normands : Jean IV de Carrouges , homme d’armes à la longue carrière qui avait notamment combattu aux cotés de Duguesclin et, face à lui, Jacques le gris, écuyer de son état et de moins grand nom mais puissant, semble-t-il, par ses possessions et richesses. Les deux hommes avaient été, par le passé, assez proches et même amis. Le premier était vassal et chambellan de Pierre II de Valois, comte d’Alençon. L’autre était le protégé de ce dernier et même son écuyer. Une suite de circonstances et de tensions ont pourtant éloigner les deux hommes. Il est question d’un incident sur un terrain promis en dot à Carrouges et qui sera, malgré les engagements du père de la futur épouse, repris par le comte d’Alençon pour être offert à Le gris. Le point culminant n’est cependant pas celui-ci mais l’accusation bien plus grave portée par l’épouse de Carrouges, Marguerite de Thibouville à l’encontre de l’écuyer du comte. Elle affirma, en effet, qu’après s’être fait ouvert la porte avec l’aide d’un complice, l’homme avait abusé d’elle et l’avait violée, en profitant de l’absence de son mari et de sa belle mère. Carrouges, revenu d’un voyage à Paris et rentré dans ses foyers, trouva sa femme en grand trouble et la questionna. L’histoire dit qu’elle lui confia alors les faits, en demandant à son époux d’en obtenir réparation en son nom.

Confondu, Le Gris refusa catégoriquement d’admettre l’accusation. Il dit même ne pas s’être trouvé sur place. Devant son obstination à nier, Jacques de Carrouges décida d’invoquer le duel judiciaire par ordalie. Il demanda donc, devant le parlement de Paris et le roi de France, de concéder l’organisation d’un combat, en bonne et due forme, pour permettre à la justice divine de trancher. En cas de victoire, le duel laverait son honneur et celui de sa femme. En cas de défaite, celle-ci serait brûlée, lui occis et leurs deux noms salis à jamais. La requête de Carrouges fut finalement acceptée malgré les gages donnés par le comte d’Alençon et ses intercessions en faveur de son protégé ; le parlement et le roi statuèrent loin de son influence.

Le dernier duel judiciairedans les Anciennes et nouvelles chroniques d’Angleterre, Jehan de Wavrin

Trois partitions pour un même drame

Le film met en opposition un Jacques de Carrouges, guerrier et chevalier loyal trempé de courage, un peu rustre (voire lourdaud et peu cultivé suivant les points de vues) contre un Jacques Le gris plus lettré et sophistiqué ; ce dernier nous est présenté comme un homme de cour à qui tout ou presque est concédé par sa simple proximité d’avec le comte. C’est aussi un coureur invétéré de jupons.

Côté scénario, Ridley Scott a fait le choix de livrer les trois partitions : celle de l’épouse, celle du mari, celle de Le Gris. Certaines critiques ont pu trouver le procédé un peu redondant en cela que les histoires comprennent de nombreuses convergences mais le réalisateur connait son affaire et arrive à les mettre au service de son récit. Les acteurs le servent parfaitement dans son entreprise avec un casting de haut vol. Jodie Comer est juste et superbe dans le rôle de Marguerite. Matt Damon, dans la peau de ce Jacques de Carrouges ombrageux et plein de ressentiment et Adam Driver dans le rôle d’un Le gris sur le fil, entre amitié sincère et perfidie, sont, eux-aussi, excellents. Pierre II de Valois, campé parfaitement par Ben Affeck, est présenté comme un personnage jouisseur et plutôt méprisable. Cette partie semble spéculative. Le scénario lui fait aussi jouer un rôle assez trouble dans les intrigues entre les deux hommes et, malgré la loyauté de Carrouges à son encontre, le comte d’Alençon et du Perche semble lui vouer quelque rancœur presque atavique.

Histoire médiévale et regards modernes

Sur le fond, la vision de Ridley Scott n’est pas exempte de parti-pris. Même s’il présente trois versions, avec ce dernier duel, lui et ses scénaristes ont choisi, à l’évidence, de nous conter la leur ; elle suit, d’ailleurs, de près la conviction de l’auteur du livre qui accrédite la version de l’épouse de Jacques de Carrouges. Disant cela, gardons en tête que l’ histoire n’a jamais su trancher objectivement sur ce qui est survenu ce jour là, ni sur les relations exactes qui ont lié ces trois personnages. Factuellement, Le Gris n’a jamais reconnu son crime même si, au vu du risque pris par Marguerite de Carrouges en exposant publiquement son infortune, on a, un peu, peine à imaginer qu’elle ait pu tout inventer. Froissard la décrit ainsi au moment du duel :

« Et vous dy qu’elle estoit en grans transses et n’estoit pas asseuree de sa vie. Car se la chose tournoit a desconfiture sus son mary, il en estoit sentencié que sans remedde on l’eust arse, et son mary pendu. »
Jehan Froissart – Chroniques

Pour infirmer sa version, il faudrait lui prêter une confiance aveugle dans la capacité de son époux à triompher de Le gris sans quoi elle se serait trouvée condamnée au bûcher. L’affaire se complique d’autant qu’elle est tombée enceinte, apparemment suite aux faits. Y-a-t-il pu avoir une sorte de complicité entre les deux époux pour occire Le Gris ? C’est une autre hypothèse qui suppose là encore la certitude de vaincre. Par ailleurs, si l’enfant avait été de Carrouges, les époux auraient-ils pris le risque de le faire passer pour un bâtard en ourdissant un plan scabreux afin d’occire Le gris ? A tout cela, il faut encore ajouter les menaces proférées par le violeur après son forfait et portées par la plaignante au registre. Cela n’engage que nous mais elles nous semblent particulièrement criantes de vérité. Toutes ces hypothèses vous donnent une idée des spéculations sur lesquels les auteurs n’ont pas tari depuis. Dans la dernière version de ses chroniques, Froissart penche, lui aussi, en faveur de la version de Marguerite (1).

Dernier duel ou première #Metoo ?

Le titre peut prêter à sourire mais on n’a pas manqué de trouver, dans le film de Ridley Scott, des références directes à des idées qui semblent tomber à pic dans une actualité assez récente. Pour le réalisateur, il s’est agi indubitablement de traiter les deux sujets et il nous présente un peu Marguerite de Carrouges comme une des premières femmes de l’Histoire à s’être dressée contre l’abus sexuel. En tout état de cause, la volonté du réalisateur de transposer son regard actuel jusque dans l’histoire médiévale ou, au moins, d’y trouver de fortes résonnances est manifeste. Interrogés à la Mostra de Venise, lui et ses scénaristes (Matt DamonBen Affleck et Nicole Holofcener) ont d’ailleurs totalement assumés leur intention de se servir de la superproduction pour faire avancer les consciences modernes en matière de féminisme.

Au delà même de l’intrigue et dans ce même esprit, le film nous montrera encore une jeune femme esseulée et opprimée en train de se démener à grand peine, contre les mâles et la société patriarcale qui l’entourent : bringuebalée entre les jeux de pouvoir, troquée par son père contre des biens et des terres et pour un meilleur nom (dans une scène franchement digne d’un échange de rues et de gares au Monopoly), on la verra usée jusqu’à la corde par la gente masculine (le père, le mari, le prétendant). Elle sera encore violentée en permanence par un mari brutal, disons même bestial, et inculte incapable, à l’évidence, de lui donner du plaisir. Enfin, on la découvrira écrasée sous le poids de ses devoirs à l’égard du lignage ( injonction de fertilité, mépris, cf aussi la relation à la belle-mère, …). Au paroxysme de cette instrumentalisation, elle sera même (présentée comme) susceptible de se retrouver immolée sur un bûcher simplement pour permettre à son mari de laver son propre nom et honneur d’homme (2). C’est ce qu’on appelle la totale.

Un léger surdosage pour les besoins de la cause ?

En bref, femme spoliée, femme objet, femme ventre, femme chosifiée, femme sacrifiée, femme trahie jusque par ses amies (d’ailleurs, elle n’en a pas). Etre violée n’était pas suffisant. Il fallait décidément qu’il ne subsiste aucune lueur dans la vie de la Marguerite de Carrouges de ce dernier duel. Les besoins de la construction dramatique peuvent, sans doute, en expliquer les raisons. Mais on peut, quand même, se demander si les scénaristes américains ne sont pas tombés un peu dans le Netflix : autrement dit, dans la tentation d’en étaler un peu trop, pour servir leur propos, au risque de verser dans une vision un brin caricaturale et victimaire plutôt tendance et, pour le coup, assez loin des réalités et des mentalités médiévales (« de l’instrumentalisation idéologique de l’Histoire », vous avez 2 heures). Au passage, tout cela nous fait inévitablement retomber dans cette vision habituelle et rabattue de la femme tout au long du moyen-âge (quand ce n’est pas tout au long de l’Histoire). La médiéviste Régine Pernoud n’en aurait, sans doute, pas été ravie, elle qui avait œuvré, durant sa longue carrière, pour montrer, entre autre chose, la grandeur et le pouvoir des femmes durant cette longue période.

Bien sûr, me direz-vous, Ridley Scott n’avait sûrement pas la prétention de refléter toute la réalité du moyen-âge dans son film mais c’est un peu le problème des surproductions. En prétendant illustrer des vérités immuables plutôt que ce qu’elles sont le plus souvent : des points de vue, elles finissent, quelquefois, par gommer les nuances. C’est un effet des idéologies distillées dans les films ou les séries qui a été, plus d’une fois, mis à profit : elles peuvent finir par être maladroitement, généralisées pour laisser, à leur traîne, des perceptions un peu simplistes de la réalité, voire des aprioris (cf le film Le Nom le Rose et l’inquisition médiévale). Tout ça est donc à prendre avec un peu de recul et, disons-le, même si cela parait évident : ce film n’est pas sorti d’un laboratoire de recherche et n’est pas non plus un documentaire. Pour le dire autrement, toutes les femmes du moyen-âge n’étaient pas des Marguerite de Carrouges à la façon de Ridley Scott.

Un ensemble plutôt réussi

Si le box office n’a pas rendu justice à ce long métrage d’un point vue financier, cet insuccès est largement démérité. Il faut espérer que son thème historique n’en est pas la cause et aussi se souvenir qu’en son temps Blade Runner, du même réalisateur, s’était fait descendre par les critiques avant de devenir un film SF culte. En tout cas, dans les salles, le grand public l’a boudé. Le Dernier duel est pourtant un bon Ridley Scott. L’ensemble est contrasté, épique, mené à bon rythme, même si, disons-le pour les âmes sensibles, certaines scènes de combats et de bataille sont violentes. Pour que ce soit moyenâgeux, il fallait bien que cela tranche un peu et cela donne aussi à l’ensemble un côté réaliste : de l’abus subi par l’épouse de Carrouges à la vie militaire de son guerrier d’époux et ses épopées sanglantes en terrain ennemi, Scott nous dépeint un monde rude et sans concession.

Est-ce encore un monde d’hommes avec sa réalité barbare (guerroyer, occire ou se vautrer dans le stupre) qu’il a cherché à suggérer, par contraste, avec les espaces silencieux et feutrés de la femme et de son attente (voir le Brécheliant de Annick Le Scoëzec Masson) ? Quoi qu’il en soit, sa plongée dans le monde médiéval est assez réussie et, d’un point de vue historique, on aimerait voir cette qualité au rendez-vous plus souvent. La rigueur n’étouffe pas, en général, le cinéma outre-Atlantique quand il s’attaque à la période médiévale. D’ailleurs, il a plus souvent tendance à se retrancher dans le médiéval fantasy, ce qui vaut toujours mieux qu’une référence historique ratée et sans recherches sérieuses, même si cela fournit très souvent le prétexte aux pires scénarios (voire âneries).

Pour conclure, on ne peut pas s’empêcher de se dire que cette histoire qui s’est déroulée sur notre sol devait sans doute passer par un auteur et un réalisateur étranger pour susciter un intérêt cinématographique. Apparemment, Scorsese avait aussi louché dessus un peu après la sortie du livre mais finalement sans s’y atteler. Mais va ! Consolons-nous. Si on aurait rêvé de voir ce film médiéval réaliser sur notre sol avec de vrais moyens, Ridley Scott l’a servi avec tout son talent. L’histoire de ce dernier duel judiciaire le valait bien et il y a suffisamment peu de films intéressants sur la période médiévale pour ne pas bouder notre plaisir et pour en redemander.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

NB : l’enluminure de l’image d’en-tête est tirée du Royal MS 14 E IV de la British Library. Ce manuscrit de la fin du XVe est le troisième tome des Anciennes et nouvelles chroniques d’Angleterre de Jehan de Wavrin. Il peut être consulté en ligne au lien suivant. Au premier plan de l’image vous aurez reconnu l’actrice Jodie Comer qui incarne Marguerite de Carrouges dans le film de Ridley Scott.

Notes

(1) Voir Au-delà des apparences : Jean Froissart et l’affaire de la dame de Carrouges, Peter Ainsworth, dans Le droit et son écriture, La médiatisation du fait judiciaire dans la littérature médiévale, ouvrage collectif, 2013

(2) Attention divulgâchage : il y a, du reste, un renversement assez paradoxal opéré par les scénaristes à un moment donné. Marguerite est présentée, tout du long, comme fortement déterminée à laver son propre nom et à prouver qu’elle dit bien la vérité. C’est même elle qui pousse largement son époux à tout faire pour cela. En revanche, quand elle comprend que le duel à mort présente non seulement pour son époux le risque de périr mais aussi pour elle (elle sera exécutée s’il perd), elle lui reproche d’avoir mis sa vie à elle en danger et de l’avoir instrumentalisée.

Les duels d’honneur et une ballade d’Eustache Deschamps

poesie_medievale_satirique_eugene_deschamps_moyen_ageSujet : poésie, littérature médiévale, ballade, vieux français, duels d’honneur, duel judiciaire.
Période : moyen-âge tardif
Auteur : Eustache Deschamps (1346-1406)
Titre : « Puis qu’il n’y a d’autre querelle»

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous avions parlé, il y a quelques temps du duel judiciaire et nous abordons, aujourd’hui, le sujet des duels plus récents historiquement qui touchent plus particulièrement aux questions d’honneur.

Si, comme nous l’avons dit, les rois finiront par interdire  les duels judiciaires et si cette « preuve » par le jugement de dieu sera, peu à peu, rejetée au profit du témoignage ou du serment sur la bible, les affrontements entre deux parties continueront pourtant d’avoir la vie belle. Ils connaîtront même un nouveau souffle à partir du XVIe en prenant d’autres formes et perdureront encore jusqu’au XIXe siècle.

Jacques Callot (1592-1635) le duel à l'épée
Jacques Callot (1592-1635) le duel à l’épée

On parle quelquefois d’un glissement ou d’une évolution du duel judiciaire vers ses formes plus tardives de duels, appelés duels d’honneur, mais plus que l’aménagement ou la survivance d’une coutume féodale, d’autres historiens préfèrent parler de « réinvention », considérant que les duels auxquels on assiste, à partir du XVIe siècle, n’ont plus grand chose de commun avec ceux du haut moyen-âge ou du moyen-âge central.

deco_medievale_epeeIl faut dire que, contrairement à leurs homologues médiévaux, qui permettaient, dans les cas extrêmes, de régler un point ou un litige de droit toutes classes confondues, ces nouvelles formes de duel « d’honneur » qui s’adressent plus spécifiquement à la classe aristocratique semblent aussi se centrer, comme nous l’avons dit, sur des questions d’ordre plus exclusivement privé: affront amoureux, vengeance, conflits d’honneur, mais il peut être aussi question de bravade ou même de mesurer son habileté au maniement des armes. Si l’on ajoute à cela que l’invocation de la justice de Dieu y trouve largement moins sa place que l’habileté aux armes et le lavement de l’affront, on comprend bien que cela n’ait plus grand chose à voir avec le duel judiciaire stricto sensu, du haut moyen-âge et du moyen-âge central.

duel_western_hollywood

Ces formes de duels seront donc encore en usage jusqu’au XIXe siècle et on assistera même, avec la propagation des armes à feu et dans le courant du XVIIIe,  à des duels au pistolet entre femmes. Les images de western ne seront alors pas que du côté de l’Ouest américain et d’Hollywood.

Dans un premier temps, comme nous le mentionnions plus haut, on retrouvera leur pratique  principalement dans les milieux nobles mais après la révolution française et dans le courant du XIXe, ils s’ouvriront également, aux milieux bourgeois et commerçants, sans doute par effet de mimétisme envers les classes dirigeantes.

deco_medievale_epeePour comprendre les arguments légaux en faveur du maintien de cette pratique jusqu’à des dates récentes dans l’Histoire, on peut valablement chercher chez les auteurs du XIXe siècle et les arrêts de la cour de cassation d’alors. Outre le fait qu’il est, pour ses détracteurs, considéré comme un moyen ultime de défendre son honneur bafoué, droit dont on n’entend bien ne pas être privé, le duel échappe encore, du point de vue du législateur aux autres crimes puisqu’on « admet implicitement la validité d’une convention privée passée entre deux parties pour s’entre-tuer, dès lors – condition essentielle – que les règles de la loyauté ont été respectées et que les chances ont été réciproques ». (La Tyrannie de l’Honneur par François Guillet. Cairn.info).

Jacques Callot (1592-1635) le duel à l'épée et au poignard
Jacques Callot (1592-1635) le duel à l’épée et au poignard

Concernant la période médiévale et notamment durant le moyen-âge tardif, nous avons les exemples de ces affrontements pour des questions qui touchent au coeur ou à l’honneur ne manquent pas. Pour en donner quelques uns pris dans la littérature et la poésie, on se souvient de la ballade que François Villon écrivit au XVe siècle à un gentilhomme pour l’envoyer à sa belle par lui conquise à l’épée:

« Au poinct du jour, que l’esprevier se bat,
Meu de plaisir et par noble coustume,
Bruyt il demaine et de joye s’esbat,
Reçoit son per et se joint à la plume »

Quelques temps avant, nous avons encore un autre exemple de duel sous la plume d’Eustache Deschamps. Défié, en effet, par un certain Thomelin, pour une question amoureuse, ce dernier écrira quelques balades sur le sujet. Loin de l’image habituelle du gant relevé, le duel n’aura, en réalité, pas lieu puisque la belle du poète médiéval s’interposera, en lui disant qu’elle ne veut pas qu’il aille batailler en duel pour défendre son honneur puisqu’il n’y a aucune raison qui le justifie ou dit autrement : aucun motif de querelle. C’est une de ces ballades en forme de contre-pied sur un non événement que nous vous proposons de découvrir aujourd’hui.

poesie_medievale_eustache_deschamps_villon_duel_epee_honneur

Puis qu’il n’y a autre querelle
d’Eustache DESCHAMPS

J’ay a ma dame demandé
S’elle veult que je me combate,
Si com Thomelin m’a mandé,
Pour s’amour, mais de chiere mate,
M’a dit ne veult que je m’enbate
Pour elle a faire tel mestier,
Et qu’elle m’ara trop plus chier
Sain du corps, pour estre avec elle,
Que je moy mettre en ce dangier,
Puis qu’il n’y a autre querelle.

Et que pour bien recommendé
M’a, ne fault que nul s’en debate,
Ne rien n’en seroit amendé.
De mon fait gobelin s’esbate
Ailleurs, s’il veult, vende ou achate
Harnoiz pour un autre approchier,
Et qu’elle me deffent si chier
Que j’ay l’amoureuse estincelle,
De non la requeste octrier,
Puis qu’il n’y a autre querelle.

Et quant ainsi m’a commandé
Que je n’y mette main ne pate,
Et pour s’amour vient ce mandé,
Querir puet autre qui le bate.
Que le hault mal saint Leu l’abate,
Qui en montera sur destrier.
Quant a moy, plus parler n’en quier :
Heraulx, peliçon ne cotelle
N’aréz de moy pour ce adnoncier,
Puis qu’il n’y a autre querelle.

L’envoy

Prince, je ne suy pas bouchier
Pour cent cops de haiche emploier,
Autant de daque et d’alemelle,
D’espee et lance un grant somier,
Tel harnais ne vueil manier,
Puis qu’il n’y a autre querelle.

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Le duel judiciaire, justice médiévale, ordalie et jugement de Dieu

justice_medieval_duel_judiciaire_moyen-age_centralSujet : justice médiévale, duel judiciaire, justice sacralisé, sacré, lois divines,lois humaines, pouvoir judiciaire, conflits, duel ordalique, trône de fer, Tyrion Lannister.
Période :  moyen-âge central et tardif
Sources: Persée, Universalis, Bruno Lemesle, Paul Ourliac, Johan Huizinga, Manuscrit Talhoffer.

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous avons déjà eu l’occasion, ici, d’aborder le sujet du duel Judiciaire (voir vidéo sur les mottes castrales, et documentaire sur le manuscrit du maître d’armes Hans Talhoffer) mais nous y revenons plus en détail aujourd’hui, pour parler un peu de ces formes de justice médiévale qui faisaient appel à la justice divine dans leur exercice, qu’il s’agisse de trancher un cas ou d’en administrer la preuve.

trone_de_fer_medieval_fantastique_g_martin_games_of_throne_justice_medieval_duel_judiciaire_tyrion_lannister_serie_televisee

Pour qui a lu la grande saga du trône de fer de GRR Martin, ou l’a suivie sous forme de série télévisée, on y retrouve ce duel judiciaire dans une scène mémorable. Le « lutin », Tyrion Lannister (incarné brillamment à l’écran par l’acteur Peter Dinklage) y est, en effet, accusé injustement et par sa propre famille d’être régicide. Il invoquera alors, pour sa défense, le duel Judiciaire (Trial by combat). D’où vient cette pratique, quelle est-elle? Loin d’être sortie tout droit de l’imagination de l’auteur américain Georges Martin, elle a été une façon parmi d’autres de rendre la justice durant le moyen-âge et pendant une longue période qui débute, avec certitude, au Xe siècle et qui s’étalera jusqu’au XVe siècle.

Définition du duel judiciaire

duel judiciaire moyen âge
Duel judiciaire entre le maréchal Wilhelm von Dornsberg et Theodor Haschenacker sur le marché du vin d’Augsbourg (1409). Illustration tirée du Bayrische Staatsbibliothek Codex 393, traité des techniques de combats médiéval de Munich (1544)

Même s’ils participent d’un ensemble de pratiques qui ont cours durant de longs siècles, les duels prennent plusieurs formes du moyen-âge à la période moderne et ne sont pas tous judiciaires ou ordaliques. Il ne faut donc pas confondre le duel privé destiné à régler, la plupart du temps, des conflits d’honneur et qui se poursuivra encore longtemps après que le duel judiciaire ait disparu, et ce dernier qui est un procédé juridique au sens strict, permettant de départager deux parties, à l’occasion d’un litige porté devant un cour seigneuriale ou ecclésiastique. En l’absence de témoins ou d’éléments fiables permettant de trancher, on se servira de ce duel judiciaire que l’on nomme encore « gage de bataille » pour apporter la preuve de l’innocence d’une des deux parties ou de son bien-fondé, au moyen d’un combat réglementé et encadré, dont l’issue sera « décidée par Dieu ».

En réalité, ce combat judiciaire est considéré comme une forme d’ordalie. On s’en remet à la justice de Dieu ou au surnaturel pour trancher un différent, mais il s’agit, dans ce cas précis, d’une forme d’ordalie bilatérale. C’est un procédé judiciaire qui s’adresse à toutes les classes sociales et pas nécessairement à des combattants émérites. On peut alors, ou non, se faire représenter par un champion, même si on imagine bien que ce luxe se paye et que si l’on n’est pas de classe noble, ecclésiastique, ou nanti, ce recours là n’existe que sur le papier.

manuscrit_talhoffer_duel_judiciaire_justice_medievale_ordalie_moyen_age_central

Fonctionnement du duel judiciaire

Le duel a lieu dans un champ clos. Ce dernier se présente généralement sous la forme d’un ring, souvent fermé par des cordes et faisant quelques dix-huit mètres de côté s’il est carré, mais il peut prendre d’autres formes comme celles d’arènes plus circulaires. Du point de vue des techniques autant que des armes utilisées, nous en avons un aperçu dans plusieurs manuscrits anciens datant du XVe siècle dont, notamment, le manuscrit de Hans Talhoffer, même si, concernant ce dernier, on ne sait pas vraiment s’il s’agissait uniquement de témoignages factuels sur des duels ayant eu lieu, de recommandations sur des techniques martiales possibles ou si ne s’y mêlaient encore quelques fantaisies nées de l’imagination de l’auteur. Quoiqu’il en soit, en le recoupant ce manuscrit avec d’autres, on n’arrive tout de même à établir certains faits indéniables, en ce qui concerne les planches sur les duels à proprement parler. Entre autres choses assez troublantes, on y trouve, notamment, un affrontement opposant une femme à un homme, l’homme se trouvant dans un trou creusé dans la terre et n’en dépassant qu’à demi, pour être pénalisé dans ses mouvements. On peut espérer que ce type de duel restait tout de même relativement rare.

Du point de vue de l’armement, les épées étant réservées aux nobles, les autres classes devaient donc se contenter bien souvent de bâtons. Pour l’ensemble des combattants, un écu (bouclier) était aussi autorisé.  Avant de s’engager dans l’affrontement, les protagonistes prêtaient serment sur des reliques ou sur les évangiles. Pour le reste, les planches dont nous parsemons cet article, vous donneront une bonne idée de la violence à laquelle on pouvait assister durant  ces combats.

manuscrit_talhoffer_duel_judiciaire_justice_combat_droit__loi_medievale_ordalie_moyen_age_central

Sur la durée des combats

Un article de Paul Ourliac, sur cette pratique du duel judiciaire (persée) nous entraîne en terre languedocienne et dans le Sud-ouest et nous apprend que le combat, peut alors durer de la deuxième heure du jour, jusqu’au coucher du soleil. Quand ce sont des chevaliers ou hommes d’armes aguerris qui s’affrontent, Imaginez-vous tout cela en armure et avec des armes pesantes, à côté, les dix rounds de la boxe anglaise ressemblent un peu à une séance de corde à sauter pour fillettes (et, je dis ça en amateur du sport en question).

persee_duel_judiciaire_justice_medievale_persee_justice_divine_ordalie_moyen_age_central

Le duel n’ira pas toujours jusqu’à la mort. On admettra dans certains cas la reddition, au risque que la peine se commute pour celui qui aura baisser les armes en autre forme de punition (amende, pendaison, etc).  Dans le courant du XVe siècle, il y aura encore des exemples où le seigneur, président au combat, le fera arrêter quand il jugera que chaque combattant a suffisamment prouvé sa bravoure et avant le sang versé. On est alors à l’automne de cette pratique et cette mansuétude n’y est sans doute pas étrangère.

Eléments de datation

Même si la forme du duel pour régler un différent est connu depuis des temps immémoriaux, cette coutume du duel judiciaire nous vient, semble-t-il, directement du droit germain et finalement des coutumes des tribus qui envahirent la France dans le courant du haut moyen-âge. Ces pratiques auraient alors pénétré les terres de l’empire romain déclinant qui y avait établi ses lois et l’empire carolingien reprendra l’ensemble du corpus juridique fait à la fois de droit Romain et de lois et coutumes germaniques pour en faire une synthèse et le formaliser.

S’il reste donc difficile de dater précisément l’apparition des premiers  duels judiciaires, on sait, de source sûre, qu’ils ont été pratiqués dans les siècles précédents l’an mille, et qu’ils sont même devenus plus répandus durant le moyen-âge central. On en trouve des mentions claires, notamment à partir du Xe siècle. Malgré les controverses venues d’horizons divers, au fil des siècles,  et les doutes émis sur la réelle intervention divine pour décider de l’issue des combats, cette pratique ne disparaîtra définitivement qu’au XVe siècle. En Angleterre, on en trouve même encore la trace jusqu’au XVIe.

manuscrit_hans_talhoffer_combat_technique_duel_judiciaire_justice_medievale_justice_divine_ordalie_moyen_age

duel_judiciaire_enluminure_jean_de_carrouges_jacques_le_gris_justicie_medievaleEn France, on semble s’entendre sur le fait que le dernier duel judiciaire tint place le 29 décembre 1386, à Paris, dans le champ clos du monastère de Saint-Martin. Il opposa les chevaliers normands Jean de Carrouges et Jacques Le Gris. Le premier alléguant que le second avait violé son épouse, en obtiendra réparation puisqu’il occira l’autre, à l’occasion de ce combat. Jean Froissart, dans ses chroniques s’en fera d’ailleurs l’écho. (ci-dessus et ci-dessous, miniature tirée du manuscrit Royal 14 E IV, « Recueil des croniques d’Engleterre » de Jean de Wavrin (1480), British Library).

manuscrit_ancien_enluminure_duel_judiciaire_monde_medieval_moyen-age_tardif

Dans le même temps, on connait aussi des duels judiciaires postérieurs à cette date, dont un célèbre qui opposera, bâton à la main, deux bourgeois de Valenciennes:  Mahiot Coquel et Jacotin Plouvier. Ce combat particulièrement violent et qui date du milieu du XVe siècle (1455), sera immortalisé par écrit par le chroniqueur du même siècle, Georges Chastellain.

Pratique laïque ou pratique religieuse?
Duel, ordalie et justice sacrée ou sacralisée

Dans un excellent article de Persée sur ce sujet du duel judiciaire, Bruno Lemesle, historien spécialisé sur ces questions de justice médiévale et notamment sur les différentes formes d’ordalie, nous apprend encore que bien que les hautes autorités ecclésiastiques s’élevèrent, à partir du moyen-âge central, contre ces pratiques, le personnel de l’épiscopat plus proche du peuple, prêtres, abbés ou autres moines, ne les désavouaient pas, et en étaient même partie-prenantes, et pas seulement quand leurs propres intérêts étaient en jeu.

duel_judiciaire_justice_medievale_persee_justice_divine_ordalie_moyen-age_central

Dans l’exemple que l’auteur donne, l’abbaye dont il est question dispose même de son champion et elle n’est visiblement pas la seule dans ce cas. Et s’il semble communément admis, que le duel judiciaire ait été utilisé plus favorablement par les laïques que les moines, qui, de leur côté, lui auraient préféré l’ordalie par le feu ou par l’eau, considérant, sans doute, comme moins directement violent autant que comme divinement plus probant, l’application du fer rouge sur l’accusé (qui éventuellement et s’il plaisait à Dieu, ne brûlerait pas l’innocent), plutôt que deux fers qui se croisent, l’article de Bruno Lemesle y apporte un large bémol, à tout le moins, dans le cadre du XIe siècle. Il cite même des abbayes qui détenaient le duel judiciaire dans leur juridiction et n’hésitaient pas à le proposer comme une forme de résolution des cas les plus épineux.

manuscrit_talhoffer_duel_judiciaire_justice_combat_medievale_ordalie_moyen_age_central

Justice sacrée et Justice divine

Que le plus fort gagne et Dieu reconnaîtra les siens donc! Si la mécanique du duel judiciaire échappe à ce que nous considérons, aujourd’hui, comme une justice bien pesée, il faut encore se souvenir de pratiques, telles que l’ordalie où l’on soumet alors l’accusé aux épreuves du feu et de l’eau en alléguant que Dieu l’en protégera, s’il est vraiment innocent. Du côté des juges comme des accusés, on s’y soumet et on la demande même quand on est convaincu de son innocence. De notre point de vue moderne, il peut être étonnant de voir à quel point on pense alors que Dieu peut se manifester de manière directe, instantanée et presque sur demande pour trancher chaque cas: on ne peut que constater ici, la profonde foi dont tout cela dénote. Au moyen-âge central, le divin et ses lois restent omniprésents à chaque instant et dans chaque lieu.

Il y a pourtant, à travers ses actes de justice, des croyances à une forme de surnaturel qui ne sont pas sans rappeler la magie et le quatrième conseil du Latran condamnera, en 1215, le recours à l’ordalie. Cette dernière sera, suite à cela, abandonnée dans les juridictions ecclésiastiques mais continuera d’être utilisée dans les juridictions civiles jusqu’à ce que Louis IX les condamne à son tour, près de cinquante ans plus tard, en 1258. Le serment sur la bible s’y substituera alors. De leur côté, les duels judiciaires et ordaliques tarderont plus à disparaître.

manuscrit_talhoffer_combat_technique_duel_judiciaire_justice_medievale_justice_divine_ordalie_moyen_age

Dans le cadre de cette justice qui fait appel aux lois divines pour se frayer un chemin jusqu’à la vérité, en plus de l’ordalie et du duel, il faut encore mentionner des formes particulières de serments, qui s’inscrivaient dans la même veine  et qui consistaient à jurer sur le corps d’un saint et dans une église, de la véracité de ses dires. On n’avait alors nul doute qu’en cas de parjure, la mort serait immédiate.

Le sujet de ces formes de justice du moyen-âge central, est fascinant à bien des égards et ce seul article ne saurait l’épuiser mais nous voulions en jeter quelques bases ici. Bien entendu, dans l’éventualité où cette pratique serait remise au goût du jour et pour ceux qui souhaitent s’y préparer vous pouvez toujours vous adonner au Béhourd! A n’en pas douter, il y a, non loin de chez vous, une petite troupe de combattants médiévaux prête à vous  entraîner.

En vous souhaitant une belle journée!
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Tout savoir sur les mottes castrales épisode 1 et 2, galerie d’images

donjon_motte_castrale_video_documentaire_histoire_medievaleSujet : châteaux à mottes, mottes castrales, châteaux forts anciens, histoire médiévale, architecture défensive, invasions vikings et barbares
Période : moyen-âge central
Média : vidéo-documentaire, images,
Réalisation: votre serviteur

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous partageons une nouvelle petite galerie d’images issues des vidéos documentaires que nous avons réalisé sur l’histoire des mottes castrales et dont les deux premiers épisodes sont déjà sortis.

Episode I. Contexte historique et émergence des mottes castrales

Durée : 26 minutes
Sujet abordés
: le contexte historique et la France de l’an Mil, les invasions barbares, naissance de la féodalité, quelques généralités sur les mottes castrales, les abords du châteaux à mottes, la topographie des lieux et les découvertes de ‘archéologie médiévale.

Lien vers la vidéo de l’épisode 1 ici 

video_mottes_castrales_invasion_viking_moyen-age
La France des invasions  et l’éclatement de l’empire carolingien

video_mottes_castrales_gibet_fourche_patibulaire_justice_medievale_vie_moyen-age
Le gibet ou la fourche patibulaire: marque de la justice féodale du seigneur

video_mottes_castrales_medievale_basse_cour_artisanat_agriculture_religion_vie_moyen-age
Aperçu de la basse cour de la motte qui de structure défensive deviendra peut-être un village

Des références à l'incontournable Archéologie médiévale avec Michel Bur, Michel de Boüard, Eugène Viollet le Duc
Des références à l’incontournable Archéologie médiévale avec Michel Bur, Michel de Boüard, Eugène Viollet le Duc

Episode II. La basse-cour du château à mottes

Durée : 40 minutes
Sujets Abordés
: architecture défensive, agriculture, élevage, artisanat, conservation, religion, justice, et vie médiévale dans la basse-cour d’une motte castrale.
Lien vers la vidéo de l’épisode 2 ici 

Quelques unes des  références archéologiques et historiques tirées de la vidéo et que vous pourrez y retrouver:

video_mottes_castrales_medievales_chateau_fort_ancien_jean_mesqui_fortifications_portes
Les portes du château à mottes et leur fortification en « compagnie » de Jean Mesqui

video_mottes_castrales_basse_cour_chateau_fort_ancien_grange_mayson_paysanne_an_1000_charavines_paladru_moyen-age
Une grange d’élevage de l’an Mil, inspirée des fouilles de Charavines et du Lac de Paladru

video_mottes_castrales_chateau_fort_basse_cour_tabletterie_archeologie_medievale_boves_vie_quotidienne_moyen-age
L’artisanat de Tabletterie avec les travaux et les découvertes de la motte castrale de Boves

video_mottes_castrales_chateau_fort_justice_medievale_duel_judiciaire_moyen-age
Le duel judiciaire au XIe siècle, une forme de justice médiévale avec un montage d’illustration de Talhoffer et les lumières de Bruno Lemesle

video_mottes_castrales_basse_fond_de_cabane_moyen-age
A la découverte des fonds de cabanes du haut moyen-âge

video_mottes_castrales_basse_cour_grenier_silo_sureleve_moyen-age
Conservation au moyen-âge: grenier surélevé (ici inspirés de leur version norvégienne) et silos enfouis

video_mottes_castrales_basse_cour_artisanat_lavoir_medieval_vie_moyen-age
Un petit lavoir dans une motte castrale où l’eau seule peut sauver du feu qui menace

L’épisode 3 sur la haute cour et le donjon est en cours de post-production.

Une excellente journée à tous!
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes