Archives pour l'étiquette Georges RR Martin

Le duel judiciaire, justice médiévale, ordalie et jugement de Dieu

justice_medieval_duel_judiciaire_moyen-age_centralSujet : justice médiévale, duel judiciaire, justice sacralisé, sacré, lois divines,lois humaines, pouvoir judiciaire, conflits, duel ordalique, trône de fer, Tyrion Lannister.
Période :  moyen-âge central et tardif
Sources: Persée, Universalis, Bruno Lemesle, Paul Ourliac, Johan Huizinga, Manuscrit Talhoffer.

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous avons déjà eu l’occasion, ici, d’aborder le sujet du duel Judiciaire (voir vidéo sur les mottes castrales, et documentaire sur le manuscrit du maître d’armes Hans Talhoffer) mais nous y revenons plus en détail aujourd’hui, pour parler un peu de ces formes de justice médiévale qui faisaient appel à la justice divine dans leur exercice, qu’il s’agisse de trancher un cas ou d’en administrer la preuve.

trone_de_fer_medieval_fantastique_g_martin_games_of_throne_justice_medieval_duel_judiciaire_tyrion_lannister_serie_televisee

Pour qui a lu la grande saga du trône de fer de GRR Martin, ou l’a suivie sous forme de série télévisée, on y retrouve ce duel judiciaire dans une scène mémorable. Le « lutin », Tyrion Lannister (incarné brillamment à l’écran par l’acteur Peter Dinklage) y est, en effet, accusé injustement et par sa propre famille d’être régicide. Il invoquera alors, pour sa défense, le duel Judiciaire (Trial by combat). D’où vient cette pratique, quelle est-elle? Loin d’être sortie tout droit de l’imagination de l’auteur américain Georges Martin, elle a été une façon parmi d’autres de rendre la justice durant le moyen-âge et pendant une longue période qui débute, avec certitude, au Xe siècle et qui s’étalera jusqu’au XVe siècle.

Définition du duel judiciaire

duel_judiciaire_moyen-age_justice_medievale
Duel judiciaire entre le maréchal Wilhelm von Dornsberg et Theodor Haschenacker sur le marché du vin d’Augsbourg (1409). Illustration tirée du Bayrische Staatsbibliothek Codex 393, traité des techniques de combats médiéval de Munich (1544)

M_lettrine_moyen_age_passionême s’ils participent d’un ensemble de pratiques qui ont cours durant de longs siècles, les duels prennent plusieurs formes du moyen-âge à la période moderne et ne sont pas tous judiciaires ou ordaliques. Il ne faut donc pas confondre le duel privé destiné à régler, la plupart du temps, des conflits d’honneur et qui se poursuivra encore longtemps après que le duel judiciaire ait disparu, et ce dernier qui est un procédé juridique au sens strict, permettant de départager deux parties, à l’occasion d’un litige porté devant un cour seigneuriale ou ecclésiastique. En l’absence de témoins ou d’éléments fiables permettant de trancher, on se servira de ce duel judiciaire que l’on nomme encore « gage de bataille » pour apporter la preuve de l’innocence d’une des deux parties ou de son bien-fondé, au moyen d’un combat réglementé et encadré, dont l’issue sera « décidée par Dieu ».

En réalité, ce combat judiciaire est considéré comme une forme d’ordalie. On s’en remet à la justice de Dieu ou au surnaturel pour trancher un différent, mais il s’agit, dans ce cas précis, d’une forme d’ordalie bilatérale. C’est un procédé judiciaire qui s’adresse à toutes les classes sociales et pas nécessairement à des combattants émérites. On peut alors, ou non, se faire représenter par un champion, même si on imagine bien que ce luxe se paye et que si l’on n’est pas de classe noble, ecclésiastique, ou nanti, ce recours là n’existe que sur le papier.

manuscrit_talhoffer_duel_judiciaire_justice_medievale_ordalie_moyen_age_central

Fonctionnement du duel judiciaire

L_lettrine_moyen_age_passione duel a lieu dans un champ clos. Ce dernier se présente généralement sous la forme d’un ring, souvent fermé par des cordes et faisant quelques dix-huit mètres de côté s’il est carré, mais il peut prendre d’autres formes comme celles d’arènes plus circulaires. Du point de vue des techniques autant que des armes utilisées, nous en avons un aperçu dans plusieurs manuscrits anciens datant du XVe siècle dont, notamment, le manuscrit de Hans Talhoffer, même si, concernant ce dernier, on ne sait pas vraiment s’il s’agissait uniquement de témoignages factuels sur des duels ayant eu lieu, de recommandations sur des techniques martiales possibles ou si ne s’y mêlaient encore quelques fantaisies nées de l’imagination de l’auteur. Quoiqu’il en soit, en le recoupant ce manuscrit avec d’autres, on n’arrive tout de même à établir certains faits indéniables, en ce qui concerne les planches sur les duels à proprement parler. Entre autres choses assez troublantes, on y trouve, notamment, un affrontement opposant une femme à un homme, l’homme se trouvant dans un trou creusé dans la terre et n’en dépassant qu’à demi, pour être pénalisé dans ses mouvements. On peut espérer que ce type de duel restait tout de même relativement rare.

Du point de vue de l’armement, les épées étant réservées aux nobles, les autres classes devaient donc se contenter bien souvent de bâtons. Pour l’ensemble des combattants, un écu (bouclier) était aussi autorisé.  Avant de s’engager dans l’affrontement, les protagonistes prêtaient serment sur des reliques ou sur les évangiles. Pour le reste, les planches dont nous parsemons cet article, vous donneront une bonne idée de la violence à laquelle on pouvait assister durant  ces combats.

manuscrit_talhoffer_duel_judiciaire_justice_combat_droit__loi_medievale_ordalie_moyen_age_central

Sur la durée des combats

U_lettrine_moyen_age_passionn article de Paul Ourliac, sur cette pratique du duel judiciaire (persée) nous entraîne en terre languedocienne et dans le Sud-ouest et nous apprend que le combat, peut alors durer de la deuxième heure du jour, jusqu’au coucher du soleil. Quand ce sont des chevaliers ou hommes d’armes aguerris qui s’affrontent, Imaginez-vous tout cela en armure et avec des armes pesantes, à côté, les dix rounds de la boxe anglaise ressemblent un peu à une séance de corde à sauter pour fillettes (et, je dis ça en amateur du sport en question).

persee_duel_judiciaire_justice_medievale_persee_justice_divine_ordalie_moyen_age_central

Le duel n’ira pas toujours jusqu’à la mort. On admettra dans certains cas la reddition, au risque que la peine se commute pour celui qui aura baisser les armes en autre forme de punition (amende, pendaison, etc).  Dans le courant du XVe siècle, il y aura encore des exemples où le seigneur, président au combat, le fera arrêter quand il jugera que chaque combattant a suffisamment prouvé sa bravoure et avant le sang versé. On est alors à l’automne de cette pratique et cette mansuétude n’y est sans doute pas étrangère.

Eléments de datation

M_lettrine_moyen_age_passionême si la forme du duel pour régler un différent est connu depuis des temps immémoriaux, cette coutume du duel judiciaire nous vient, semble-t-il, directement du droit germain et finalement des coutumes des tribus qui envahirent la France dans le courant du haut moyen-âge. Ces pratiques auraient alors pénétré les terres de l’empire romain déclinant qui y avait établi ses lois et l’empire carolingien reprendra l’ensemble du corpus juridique fait à la fois de droit Romain et de lois et coutumes germaniques pour en faire une synthèse et le formaliser.

S’il reste donc difficile de dater précisément l’apparition des premiers  duels judiciaires, on sait, de source sûre, qu’ils ont été pratiqués dans les siècles précédents l’an mille, et qu’ils sont même devenus plus répandus durant le moyen-âge central. On en trouve des mentions claires, notamment à partir du Xe siècle. Malgré les controverses venues d’horizons divers, au fil des siècles,  et les doutes émis sur la réelle intervention divine pour décider de l’issue des combats, cette pratique ne disparaîtra définitivement qu’au XVe siècle. En Angleterre, on en trouve même encore la trace jusqu’au XVIe.

manuscrit_hans_talhoffer_combat_technique_duel_judiciaire_justice_medievale_justice_divine_ordalie_moyen_age

duel_judiciaire_enluminure_jean_de_carrouges_jacques_le_gris_justicie_medievaleEn France, on semble s’entendre sur le fait que le dernier duel judiciaire tint place le 29 décembre 1386, à Paris, dans le champ clos du monastère de Saint-Martin. Il opposa les chevaliers normands Jean de Carrouges et Jacques Le Gris. Le premier alléguant que le second avait violé son épouse, en obtiendra réparation puisqu’il occira l’autre, à l’occasion de ce combat. Jean Froissart, dans ses chroniques s’en fera d’ailleurs l’écho. (ci-dessus et ci-dessous, miniature tirée du manuscrit Royal 14 E IV, « Recueil des croniques d’Engleterre » de Jean de Wavrin (1480), British Library).

manuscrit_ancien_enluminure_duel_judiciaire_monde_medieval_moyen-age_tardif

Dans le même temps, on connait aussi des duels judiciaires postérieurs à cette date, dont un célèbre qui opposera, bâton à la main, deux bourgeois de Valenciennes:  Mahiot Coquel et Jacotin Plouvier. Ce combat particulièrement violent et qui date du milieu du XVe siècle (1455), sera immortalisé par écrit par le chroniqueur du même siècle, Georges Chastellain.

Pratique laïque ou pratique religieuse?
Duel, ordalie et justice sacrée ou sacralisée

D_lettrine_moyen_age_passionans un excellent article de Persée sur ce sujet du duel judiciaire, Bruno Lemesle, historien spécialisé sur ces questions de justice médiévale et notamment sur les différentes formes d’ordalie, nous apprend encore que bien que les hautes autorités ecclésiastiques s’élevèrent, à partir du moyen-âge central, contre ces pratiques, le personnel de l’épiscopat plus proche du peuple, prêtres, abbés ou autres moines, ne les désavouaient pas, et en étaient même partie-prenantes, et pas seulement quand leurs propres intérêts étaient en jeu.

duel_judiciaire_justice_medievale_persee_justice_divine_ordalie_moyen-age_central

Dans l’exemple que l’auteur donne, l’abbaye dont il est question dispose même de son champion et elle n’est visiblement pas la seule dans ce cas. Et s’il semble communément admis, que le duel judiciaire ait été utilisé plus favorablement par les laïques que les moines, qui, de leur côté, lui auraient préféré l’ordalie par le feu ou par l’eau, considérant, sans doute, comme moins directement violent autant que comme divinement plus probant, l’application du fer rouge sur l’accusé (qui éventuellement et s’il plaisait à Dieu, ne brûlerait pas l’innocent), plutôt que deux fers qui se croisent, l’article de Bruno Lemesle y apporte un large bémol, à tout le moins, dans le cadre du XIe siècle. Il cite même des abbayes qui détenaient le duel judiciaire dans leur juridiction et n’hésitaient pas à le proposer comme une forme de résolution des cas les plus épineux.

manuscrit_talhoffer_duel_judiciaire_justice_combat_medievale_ordalie_moyen_age_central

Justice sacrée et Justice divine

Q_lettrine_moyen_age_passionue le plus fort gagne et Dieu reconnaîtra les siens donc! Si la mécanique du duel judiciaire échappe à ce que nous considérons, aujourd’hui, comme une justice bien pesée, il faut encore se souvenir de pratiques, telles que l’ordalie où l’on soumet alors l’accusé aux épreuves du feu et de l’eau en alléguant que Dieu l’en protégera, s’il est vraiment innocent. Du côté des juges comme des accusés, on s’y soumet et on la demande même quand on est convaincu de son innocence. De notre point de vue moderne, il peut être étonnant de voir à quel point on pense alors que Dieu peut se manifester de manière directe, instantanée et presque sur demande pour trancher chaque cas: on ne peut que constater ici, la profonde foi dont tout cela dénote. Au moyen-âge central, le divin et ses lois restent omniprésents à chaque instant et dans chaque lieu.

Il y a pourtant, à travers ses actes de justice, des croyances à une forme de surnaturel qui ne sont pas sans rappeler la magie et le quatrième conseil du Latran condamnera, en 1215, le recours à l’ordalie. Cette dernière sera, suite à cela, abandonnée dans les juridictions ecclésiastiques mais continuera d’être utilisée dans les juridictions civiles jusqu’à ce que Louis IX les condamne à son tour, près de cinquante ans plus tard, en 1258. Le serment sur la bible s’y substituera alors. De leur côté, les duels judiciaires et ordaliques tarderont plus à disparaître.

manuscrit_talhoffer_combat_technique_duel_judiciaire_justice_medievale_justice_divine_ordalie_moyen_age

Dans le cadre de cette justice qui fait appel aux lois divines pour se frayer un chemin jusqu’à la vérité, en plus de l’ordalie et du duel, il faut encore mentionner des formes particulières de serments, qui s’inscrivaient dans la même veine  et qui consistaient à jurer sur le corps d’un saint et dans une église, de la véracité de ses dires. On n’avait alors nul doute qu’en cas de parjure, la mort serait immédiate.

Le sujet de ces formes de justice du moyen-âge central, est fascinant à bien des égards et ce seul article ne saurait l’épuiser mais nous voulions en jeter quelques bases ici. Bien entendu, dans l’éventualité où cette pratique serait remise au goût du jour et pour ceux qui souhaitent s’y préparer vous pouvez toujours vous adonner au Béhourd! A n’en pas douter, il y a, non loin de chez vous, une petite troupe de combattants médiévaux prête à vous  entraîner.

En vous souhaitant une belle journée!
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

La saga du trône de fer de Georges RR Martin

games_of_thrones_livres_medieval_fantastique_fantaisieSujet : Romans, livres, série télévisée.
Monde: médiéval fantastique ou fantaisie.
Genre : aventure, guerre et jeux de pouvoirs.

Auteur
: GRR Martin
Titre : « le trône de fer », la saga
Titre original : « A Song of Ice and Fire », « Games of thrones » pour la télévision (HBO)

Editeur : Pygmalion et J’ai lu
Sortie : de 1996 à ce jour.

C’est aux romans et livres de GRR Martin que nous dédions cet article, même si, inévitablement, on ne peut en parler sans parler de son adaptation télévisuelle tant elle rencontre un succès énorme au niveau mondial. A l’image de la sérié télévisée, la saga écrite n’est pas encore tout à fait achevée, mais elle est déjà bien avancée et son adaptation au petit écran en refait chaque année, un sujet d’actualité brûlant jusque dans le monde du livre. A noter que son auteur aura consacré au  « trône de fer » déjà plus de vingt cinq ans de sa vie, puisque le premier livre de la saga a été édité en 1996 et qu’il l’avait écrit en 1991.

SUSPENSE QUAND TU NOUS TIENS

E_lettrine_moyen_age_passionn réalité, je suis, comme beaucoup, entré dans cette saga livresque à partir de la série télévisuelle. C’est assez rare que je fasse les choses dans ce sens, préférant généralement toujours faire l’inverse, soit lire d’abord et, éventuellement après, voir les adaptations  à l’écran des oeuvres écrites.  Je trouve, en effet, que l’on entre mieux dans un livre quand l’imagination n’est pas encore figée dans des imagesgames_of_thrones_livre_medieval_fantaisie_pigmalion toutes faites. On a alors tout loisir de se les fabriquer soi-même et c’est tout l’intérêt de la lecture d’ailleurs; c’est un acte alchimique entre deux imaginations ou esprits qui se rencontrent et c’est surement pour cela que ceux qui lisent aiment cela, autant qu’ils aiment souvent « l’objet » livre lui-même; lire restera toujours un acte magique. D’un point de vue psychologique, le roman creuse également bien plus ses personnages là où, souvent,  un simple film  ne fait qu’en effleurer la surface par la nécessité qu’il a de couper dans le texte pour en extraire un scénario finalement assez court en pages, quand on le compare à un livre de taille moyenne. (photo ci-dessous l’écrivain Américain du Trône de Fer, Georges RR Martin).

L'auteur GRR MARTINCela étant dit, il faut tout de même rendre justice aux séries télévisées découpées en « saison » dont la longueur offre une bonne solution pour coller à l’oeuvre écrite et rattraper ainsi des détails ou certains traits des personnages qu’un long métrage n’aurait pas permis d’aborder. Le pendant de cela est que ce format ménage une dépendance incommode et un suspense qui, souvent, pèse d’une semaine sur l’autre, dans l’attente du prochain épisode, et pire, d’une année sur l’autre, dans l’attente de la « nouvelle saison ». Personnellement, je me sens toujours un peu otage de ce genre de formules que ce soit à la télévision ou au cinéma. J’attends donc en principe toujours que tout soit sorti et fini avant d’acquérir les DVDs.

Dans le cas du trône de fer, j’ai toutefois dérogé à la règle sur les conseils de personnes de mon entourage qui, connaissant ma passion pour le monde médiéval, ne se lassaient pas de me vanter les qualités de la série télévisuelle. Je m’y suis donc plongé en faisant l’acquisition des DVD’s. Nous étions alors à la fin de la saison trone_de_fer_serie_tele_dvd_HBO_moyen_agetrois. A leur décharge, la série télévisuelle est excellente et, après avoir vu les trois premières saisons d’un coup, je l’ai donc prise en route jusqu’à la fin de la saison cinq. Fatalement, arrivé là, frustré une fois de plus de rester sur ma faim, je décidais de m’atteler à la lecture de ce « trône de fer » dans le texte. (ci-contre la photo du coffret DVD de la série chez HBO).

LE RESUME DE L’HISTOIRE

Je serais court sur le résumé de l’histoire parce que ceux qui ont vu la série la connaissent et ceux qui ne l’ont pas vu n’ont pas vraiment besoin d’en  savoir énormément pour se plonger dans les livres. Pour ceux qui regardent la série télévisée, comme pour les autres d’ailleurs, je précise que vous ne trouverez ici aucun « spoil ».

La Carte du « Trône de fer »

L'univers du Trône de fer
L’univers du Trône de fer (Games of Thrones) de Georges RR MARTIN

S_lettrine_moyen_age_passionur les territoires (fictionnels) de Westeros et d’Essos,  et dans un temps que seul connaît le médiéval fantastique et qui n’est donc pas daté précisément, se tiennent sept royaumes, qui sont aussi des grandes familles, régions et cultures. L’organisation y est résolument féodale. Par le passé, l’union de ces sept régions et familles a été mise en place et une paix relative s’est maintenue dans ce que l’on a appelé et que l’on continue d’appeler  « le royaume des sept couronnes » mais cela ne durera pas et les tensions vont bientôt gronder et menacer cette paix et son équilibre fragile.

Lutte et jeux de pouvoir au royaume des Sept couronnes

Juché sur le « trône de fer » depuis lequel il gouverne les sept couronnes, le roi Robert Baratheon a vieilli et n’est plus à la hauteur de la tâche. Des complots s’ourdissent dans son dos pour la prise de pouvoir et, pour les déjouer, autant que pour l’assister dans la conduite du royaume, il nommera  comme « la main du roi » son vieux compagnon de bataille « , », le seigneur du royaume du nord. Mais le poison continuera pourtant de se distiller dans le royaume et la nouvelle main du roi dérange. Eddard Stark le_trone_de_fer_moyen-age_passion_medievaledécouvrira bientôt, en effet, un terrible secret sur les héritiers de du roi Robert Barathéon qui leur coûtera cher à tous deux. Le roi mourra, en effet, bientôt d’un « accident de chasse », dit-on, et cet événement mettra définitivement en péril l’équilibre de la paix à Westeros et sera le détonateur de l’ensemble des luttes de pouvoirs et des intrigues de la saga du « trône de fer ».  Personnage aussi obscure qu’impitoyable, la Reine Cersei y est-elle mêlée? Il faut dire que sa lignée, les Lannister, une famille honnie de presque tous, semble capable de tout, et même surtout du pire, pour assouvir ses ambitions. Les trois générations, du grand-père jusqu’au petit-fils (jeune héritier tyrannique et immature, mis à la hâte sur le trône), ont toujours, en effet, convoité le pouvoir, dusse être à coup de manoeuvres politiques ou dans le sang. Seul semble les garder de la folie totale, le plus raisonnable d’entre eux, Tyron Lannister, dit « le lutin », homme de petite taille, grand par l’âme et l’intelligence, mais qu’à peu près l’ensemble du clan semble s’accorder à détester.

Un Héritier et trois dragons pour le Trône de fer

dragon_princesse_trone_de_fer_monde_médiévalEt tandis que bien des nobles de Westeros convoiteront secrètement ou réclameront ouvertement le « trône de fer »,  deux autres dangers planent et menacent Westeros. Sur le grand territoire de Essos, on conte, en effet, que se dressera bientôt l’héritier légitime du roi Aerys II Targaryen, roi devenu fou, dit-on, souverain des sept couronnes avant que Robert Baratheon ne  le tue de sa main et ne se juche  lui-même sur le trône,  Cet héritier légitime posséderait des dragons et viendrait bientôt, avec leur aide, réclamer son due et son trône, ce que personne ne croit vraiment, car toute trace de créatures magiques a disparu depuis bien longtemps de ces terres.

La garde de nuit et les « autres »

Dans le nord également, un autre danger, peut-être même plus grand encore menace de mettre en péril non seulement le trône de fer mais aussi bien des vies  dans les  sept royaumes, en frappant quiconque se trouvera sur son chemin. D’étranges créatures, « les autres », qui porteraient en elles un froid glacial pourraient, en effet, s’y éveiller la nuit, changeant les vivants en morts qui revivraient bientôt, transformés à leur tour en zombies sanguinaires, et alors,  un long et interminable hiver reviendra, qui cachera, en son sein, cette mort blanche. medieval_fantaisie_games_of_thrones_georges_martinMais qui peut croire, là encore, de telles histoires ? Elles font partie de la mythologie lointaine de Westeros et bien peu de gens prête foi à ces vieilles légendes. Pourtant, à la frontière de ce grand nord, on a, par le passé,  construit un mur gigantesque, gardé depuis toujours et en permanence, par « la garde de nuit », une vaillante légion de soldats, pour la plupart repris de justice, et auxquels on a épargné la vie en échange de leur voeu de passer leur vie entière à garder le mur. Et tous, ici, craignent le pire, sachant bien que s’ils ont pour mission d’empêcher les forces rebelles et sauvages  menées par le rebelle « Mance Rayder » et qui menacent, à tout instant,  d’attaquer le mur,  ils ne sont pas là que pour résister à ces envahisseurs humains. Bientôt, ils en sont convaincus l’hiver et la mort blanche reviendra pour réclamer son tribu sur Westeros,

Voilà, en quelques traits, le cadre de l’histoire du « trône de fer » et vraiment pour en faire une synthèse courte, car nous parlons là d’un total de quinze romans et ce monde est complexe tant en intrigues qu’en personnages.

IMPRESSIONS DE LECTURE

J_lettrine_moyen_age_passione dois avouer  qu’il m’a fallu empiler quelques pages quand même avant de me retrouver totalement immergé, mais par contre avec grand plaisir, dans cette saga écrite de GRR Martin, pour finir par la lire d’une traite jusqu’à sa fin actuelle. Comme nous le
disions plus haut, il manque encore quelques livres à cette saga pour être terminée. Officiellement, Georges RR Martin dit qu’il lui en reste deux à écrire, mais il est possible que son histoire l’emporte plus loin qu’il ne le pense; nous ne le saurons donc vraiment que quand il en aura terminé.

Une aventure médiévale fantaisie pour tous.

L’écriture de GRR Martin est une écriture factuelle et efficace, caractéristique des romans d’action ou d’aventure anglo-saxons. Je n’ai pas de « snobisme » en lecture et j’aime assez me divertir sans trop me donner de migraines. Qu’on me raconte une histoire ou un conte et me voilà satisfait. C’est un peu comme au cinéma, l’écriture qui réfléchit un peu trop à elle-même en même temps qu’elle s’écrit, ne me détend que très rarement.  Sans contester games_of_thrones_roman_medieval_fantaisie_pigmalionl’intérêt de la haute littérature, bien entendu, disons que c’est une affaire de moment. Au fond aussi, tout cela est un peu comme la nouvelle cuisine. Il n’y a pas de recettes et il faut un vrai talent pour réussir ce genre d’exercice de style, alors, de la même façon que je préfère largement une bonne blanquette de veau traditionnelle réussie à un feuilleté aux truffes au jus de rutabaga et son coulis de framboises mentholé douteux et raté, je préfère un bon roman d’action réussi à un ouvrage prétendument littéraire mais au final pompeux, illisible, et parfois, en plus, mâtiné de cynisme. Encore une fois cela ne me détend pas*

winter_is_coming_trone_de_fer_humour_medieval_fantaisieDonc, tout cela est bien clair, avec le trône de fer, nous voilà en face d’un conte  et si, paradoxalement, c’est peut-être la nature factuelle et dépouillée du style de GRR Martin qui m’a, au premier plan, un peu fait faire la moue, le temps de traverser quelques situations, de trouver les repères et  l’affaire était faite. L’intérêt de la saga du trône de fer se révèle sur la longueur et l’histoire prend vite le dessus sans fioritures inutiles, qui, par ailleurs, sur la longueur aurait peut-être finie par alourdir le tout. Pas de longues pirouettes littéraires donc chez Georges RR Martin, et pas non plus de longues descriptions interminables  mais du coup et, ce faisant, vous ne vous y perdrez pas non plus. (photo ci-contre, je sais, ça n’a rien à voir, mais c’était juste pour voir si vous suiviez, sans compter qu’elles déchirent ces moon boots).

Les personnages

C_lettrine_moyen_age_passione qui compte, en dehors du monde du « trône de fer » lui-même, de sa complexité, de sa taille et de ses conflits, de toutes ces intrigues qui s’entremêlent et finalement de sa grande richesse, ce sont les personnages qui rythment la saga, et, sur la longueur, sont merveilleusement bien creusés, complexes à souhait et ne semblent jamais jugés par leur auteur quelque soit leur actes. Au fil des chapitres, l’oeuvre passe ainsi d’un personnage à l’autre, en restant dans un style impersonnel, qui privélégie le « il » sur le « je » et qui crée cette distance narrative très agréable de l’auteur avec ses personnages. Il y a aussi cette dimension générationnelle des pères ou des mères d’un côté et des fils ou filles de l’autre qui doivent être à la hauteur de leur héritage et en porter le poids, qui donne un rythme particulier à cette saga et en font aussi une oeuvre ouverte à un large public.

Georges RR Martin, lutin facétieux

passion_ecriture_auteur_moyen-age_fantastiqueJe retiens aussi comme impression de fond, le plaisir jubilatoire que semble prendre l’auteur Georges RR Martin à écrire et à nous surprendre en ne tombant pas dans les schémas conventionnels « attendus ». Les héros, quels qu’ils soient, peuvent, à tout instant, mourir et peu lui importe que nous nous y attachions ou pas, ils suivent leur destinée et l’écrivain se laisse guider par les lois de son monde. Passion et plaisir, voila ce que l’on sent dans ce flot de personnages, de cultures et de situations qu’il nous a concocté dans ce « trône de fer ». Nul doute que c’est une histoire qu’il se raconte d’abord à lui-même, mais on ressent aussi de la facétie et de la truculence dans cette écriture, dans les méandres par lesquels il nous oblige à passer pour le suivre.

Alors à lire ou pas, même si on est spectateur de la série?

Oui, largement! Et pas seulement pour compter les points et jouer au jeu des sept différences entre l’auteur de « trône de fer » et les scénaristes de HBO qui adaptent la saga pour le petit écran. L’intérêt va bien au-delà de cela et si vous aimez les romans d’aventure, vous passerez de vrais bons moments sur ses terres imaginaires de Westeros et d’Essos, en compagnie de Georges Martin.

Et sinon, à quand la fin de la saga et le prochain livre?

C’est pour bientôt mais de gràce, ne demandez pas à GRR Martin je pense que la question lui sort un peu par les trous de nez pour le dire trivialement! La preuve en image ci-dessous :

monde_medieval_moyen-age_fantaisie_trone_de_fer_livres_grr_martin

Une très belle journée à tous!

Fred
pour moyenagepassion.com

___________________________________________________________________________
* Encore une petite couche sur le simple plaisir de lire?

magie_de_la_lecture_roman_medievalJe m’excuse de m’étaler un peu sur ce sujet, mais c’est un fait aussi que nombre d’auteurs/conteurs français de romans à succès sont dédaignés, au mieux ignorés, au pire lapidés, par une certaine critique parce qu’ils ne versent pas dans notre « grande » tradition littéraire française mais s’attellent simplement à conter des histoires par l’écrit.. Au fond, pourtant, si ce ne sont pas leurs critères, pourquoi les juger au prisme d’un filtre dont ils n’ont jamais eu la prétention de se revendiquer? On peut aimer le genre du contes, des histoires et du roman d’action ou d’aventure, sans forcément que tout y soit « hollywoodien » et « attendu » au mauvais sens du terme. J’ai de mon côté en mémoire bien des romans « de gare » qui m’ont fait aimer les trains et mon amour de la lecture de tout temps est aussi dans ceux-là. Il y a peut-être encore en France un espace (médiatique?) à combler de la « Grande » littérature aux « simples » romans, même si j’ai quand même le sentiment que l’on médiatise de moins en moins l’intérêt de la lecture et les livres. Je dis tout cela pour réhabiliter simplement l’acte de lire, quelque soit les goûts du lecteur  car il y en a vraiment pour tous les goûts. En résumé, que vivent longtemps les livres, les salons du livre et la lecture sous toutes ses formes!