Blanche comme lys, rondeau, Guillaume de Machaut

poesie_musique_moyen-age_trouvere_troubadour_guillaume_machaut_rondeau

Sujet : musique, poésie médiévale, rondeau, amour courtois
Auteur :  Guillaume de Machaut (Machault) (1290–1377)
Période : moyen-âge central, XIVe siècle.
Titre : rondeau, Blanche comme Lys,

« Blanche com lys, plus que rose vermeille,
Resplendissant com rubis d’Oriant,
En remirant vo biauté non pareille,
Blanche com lys, plus que rose vermeille,
Suy si ravis que mes cuers toudis veille 
Afin que serve à loy de fin amant,
Blanche com lys, plus que rose vermeille,
Resplendissant com rubis d’Oriant. »

Bonjour à tous,

J_lettrine_moyen_age_passione vous propose, aujourd’hui, une petite dose d’amour courtois, un genre poétique qu’il est difficile d’éluder quand on aborde le monde médiéval, sa musique et sa littérature. Ce n’est pas que j’en sois fan pour tout dire, notamment quand il verse dans la complainte, mille fois ressassée et souffreteuse de l’amoureux aliéné et transi. Question de forme et de style sans doute, et il demeure de très belles poésies ou chansons encensant cette forme d’amour que nous a légué le moyen-âge, mais tant de poètes, trouvères ou troubadours s’y sont adonnés pendant tant de siècles que la quantité de textes en la matière frise parfois l’indigestion.  Cela continue, me direz-vous, d’une certaine manière dans notre monde moderne: l’amour fait marcher le monde, même quand il est impossible, et sans avoir d’allergie particulière contre les chansonnettes d’amour, quand on a la curiosité du monde médiéval,  on se sent, par instant, frustré de ne pas recevoir de tant d’auteurs, autre chose que cela. Une approche un peu plus sociale? Ou même, sans aller jusqu’à la satire, une témoignage un plus informatif sur le monde qui les entoure peut-être?  Quelques non demandes en mariage à la Brassens? Ne rêvons pas non plus, mais un peu plus de légèreté au moins. Fort heureusement, le moyen-âge nous a légué bien d’autres choses à nous mettre sous la dent.

Tout cela étant dit, ce rondeau du talentueux et très célèbre Guillaume de Machaut (voir autre article sur cet auteur médiéval), ravi à la beauté de sa promise, reste une pièce du genre légère et joyeuse et du même coup fort agréable à lire.

Une très belle journée à tous!

Fred
pour moyenagepassion.com
« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publiliue Syrus  Ier s. av. J.-C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *