Archives par mot-clé : Aristote

Comment le roi doit prendre soin de ses sujets dans le Secret des Secrets du Pseudo Aristote

Sujet : miroir des princes, précis politique, littérature politique, guide moral, bon gouvernement, roi, devoirs politiques, Aristote, Alexandre le Grand, citation médiévale.
Période : Moyen Âge central (à partir du Xe siècle)
Livre : Sirr Al-Asrar, le livre des secrets du Pseudo-Aristote, ouvrage anonyme du Xe siècle. Le Secret des Secrets, édition commentée par Denis Loree (2012).

Bonjour à tous,

ujourd’hui, nous poursuivons notre exploration du « Secretum Secretorum« , en français, « Le Secret des Secrets« . Au Moyen Âge central, cet ouvrage moral et politique connut un véritable succès. Il y est question d’une supposée correspondance entre Aristote et l’empereur Alexandre le Grand.

Aucune source historique fiable n’ayant, à ce jour, permis de rattacher le philosophe grec à cet ouvrage, la seule certitude qui nous reste est son origine arabe, autour du Xe siècle. Le nom de celui qu’on pensait être son auteur original a donc cédé la place depuis, à un Pseudo-Aristote.

« Miroirs des princes »
et littérature médiévale à usage politique

Précis des règles de bon gouvernement et de bonne conduite en matière politique, guide à l’usage du puissant empereur Alexandre dont la réputation et les faits ont traversé le Moyen Âge en continuant d’inspirer le respect, le Secret des Secrets s’est répandu en Europe à partir des des XIIe et XIIIe siècles et jusqu’aux suivants. Il l’a fait d’abord dans des traductions latines, puis dans des versions en langage vernaculaire, dont le vieux français.

Il n’est pas le seul ouvrage de la sorte. Le Moyen Âge central occidental a été friand de « miroirs des princes » comme on nomme alors souvent ce genre littéraire médiéval moral et politique. Le Kitab Sirr Al-Asrar » ou livre des secrets l’atteste (même s’il déborde, par endroits, du simple sujet de ce type de traité). Il faut également noter qu’on retrouve également ces guides éducatifs à usage politique dans la littérature perse et arabe de la même période. Nous avons eu l’occasion de croiser ce sujet en abordant l’œuvre du conteur et poète Mocharrafoddin Saadi.

Le Secrets des Secrets, chap XXIII avec une enluminure du manuscrit médiéval Nouvelle Acquisition Français 18145  de la BnF

De l’écoute et de la nécessaire compassion
du roi envers les misères de son peuple

Le passage du Secretum Secretorum que nous avons choisi aujourd’hui pourrait paraître presque de circonstance. Il touche, en effet, à l’écoute, la compassion ( on nous parle même « d’amour ») nécessaires d’un roi envers ses sujets et leurs misères. Certains tristes épisodes républicains récents continuent peut-être d’être dans les esprits à ce propos. Inutile d’épiloguer.

Au delà, il est aussi question pour le souverain de savoir déléguer ce pouvoir délicat à un « prudhomme », autrement dit un homme d’expérience, de mérite et de bien, digne de l’exercer et qui soit proche du peuple. Les remaniements en matière d’exécutif français depuis une paire d’années, pourraient sembler teinter d’ironie ce conseil venu du Moyen Âge et de plus de dix siècles en arrière, mais, là encore, chacun sera libre de projeter ses propres attentes, espoirs ou désespoirs sur l’actualité. Tenons-nous en, de notre côté, au cadre médiéval.

Nous sommes donc au Moyen Âge, en terre de croyances et le Pseudo-Aristode est là pour nous le rappeler. Comme il se doit, le créateur veille, guide et récompensera le juste souverain. En contrepartie (on le verra en d’autres endroits du Secret des Secrets), le Tout Puissant punira durement le prince outrecuidant par l’échec, la chute et la disgrâce.


Comment le roi doit subvenir à ses sujets
extrait du Secretum Secretorum

« Je te prie treschier fils que tu doyes souvent enquerir de la neccessité de tes povres subgés et que par ta bonté, tu souviengnes a tes povres subgés en leur neccessité. D’autre part, tu dois eslire uns homme qui soit preudoms et qui aime Dieu et justice et qui sache la langue de tes subgés, auquel tu commettes le gouvernement de tes subgés et qu’il le gouverne piteusement et en amour. Et se ainsi le faiz, tu feras le plaisir de ton créateur et sera la garde de ton royaume et la leesce de tes subgés. »

Comment le roi doit soubvenir à ses subgés, Le Secret des Secrets, édition commentée; Denis Lorée (op cité), chap XXIII

Traduction de ce passage en français actuel

« Je te prie, très cher fils, de souvent t’enquérir des besoins de tes pauvres sujets et que; par ta bonté, tu subviennes à tes pauvres sujets dans la nécessité. D’autre part, tu dois nommer un homme qui soit de grande honnêteté et de valeur et qui aime Dieu et la Justice et qui connaisse aussi la langue de tes sujets, à qui tu confies le gouvernement de tes sujets afin qu’il les gouverne avec compassion et avec amour. Et s’il le fait de la sorte, tu feras le plaisir de ton créateur, tu protégeras ton royaume et obtiendra la la joie (reconnaissance) de tes sujets. »


Sources manuscrites médiévales

Le chapitre du Secrets de Secrets dans le manuscrit médiéval NA fr 18154
Le manuscrit Nouvelle Acquisition Fr 18145, XVe s (consulter en ligne sur Gallica)

En matière de sources manuscrites, notre choix s’est encore porté sur le manuscrit médiéval Nouvelle Acquisition Fr 18145 de la BnF, daté du XVe siècle. On y trouve quelques belles enluminures représentant Aristote et Alexandre le Grand. Pour l’entête d’article et l’illustration, nous avons opté pour celle représentant Dieu apparaissant à Alexandre sur le champ de Bataille en entête du chapitre XXV du manuscrit.

En vous souhaitant une excellente journée.
Fred
pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes

« Sagesse et ordonnance du roi » dans le Secret des Secrets du Pseudo Aristote

Enluminure du philosophe Aristote à son pupitre ( XVe siècle)

Sujet : miroir des princes, précis politique, guide morale, bon gouvernement, roi, devoirs politiques, Aristote, Alexandre le Grand, citation médiévale, action politique
Période : Moyen âge central (à partir du Xe siècle)
Livre : Sirr Al-Asrar, le livre des secrets du Pseudo-Aristote, ouvrage anonyme du Xe siècle. Le Secret des Secrets, édition commentée par Denis Loree (2012).

Bonjour à tous,

u’est-ce qu’un bon roi ? Comment doit-il gouverner et s’occuper de son royaume et de ses sujets ? Qu’est-ce que le bon gouvernement ? Que sont en droit d’attendre des sujets de leur souverain ?

Au Moyen Âge central, les guides et manuels à l’attention de puissants et de leur éducation ont connu un succès certain. Soucieux du maintien de la paix sociale et de la bonne marche du royaume, ces « miroirs des princes », comme on les nomme alors, proposent des conseils et réflexions aussi morales que stratégiques sur la conduite de l’action politique.

Parmi les plus populaires, on retrouve en latin le secretum, secretorum, qui donnera, une fois traduit en langue d’oïl le Secret des Secrets. L’ouvrage est supposé rassembler une correspondance épistolaire qu’Aristote aurait eu, en son temps, avec Alexandre le grand, et dans laquelle le philosophe essayait d’éclairer l’empereur sur le meilleur exercice du pouvoir. L’ouvrage traduit de l’arabe, semblait trouver son berceau d’origine en orient, bien plus que dans la Grèce antique et l’on désigne désormais son auteur demeuré anonyme, du nom de « Pseudo-Aristote ». Voir aussi notre article détaillé sur le secret des secrets

Citation médiévale du Secrets des Secrets du Pseudo-Aristote avec enluminure médiévale d'Aristote dans le Naf 18145 de la BnF

Concertation contre servitude ou sagesse contre folie, dans l’exercice du pouvoir

Aujourd’hui, nous vous partageons une nouvelle extrait de cet ouvrage médiéval en forme de citation. Comme on le verra, elle touche la capacité du bon souverain à se tenir proche de ses sujets et de tenir une gouvernance éclairée et concertée de son royaume :

« Il est chose juste et convenable que la bonne renommee du roy soit en la louable science et preudommie espandue par toutes les parties de son royaume et qu’il ait parlement et saige conseil souvent avec les siens. Et par ainsi, il sera loué, honnouré et doubté* (redoubté, craint) de ses subgiéz quant ilz le verront parler et faire ses besoingnes sagement. Et sachiez que legierement *(facilement) se puet congnoistre la sagesse ou la folie du roy. Car quant il se gouverne en preudommie vers Dieu, il est digne de regner et honnourablement seignourisier* (gouverner). Mais cil qui met son royaume en servitude et en mauvaises coustumes, il trespasse la voie et le chemin de vérité car il mesprise la bonne voie et la loy de Dieu et il sera en la fin mesprisié de tous. »

De la sagesse et ordonnance du roy, chap XII, le secrets des secrets.

En montrant sa capacité à dispenser sa sagesse et sa bonté, autant qu’en sachant se concerter avec ses gens pour en obtenir de sages conseils, le roi gagnera le respect de ses sujets et sera loué et honoré par eux. En revanche, pour le roi qui se détourne du chemin de la sagesse et cherche à asservir son peuple, le mépris sera la seule récompense. Bien sûr, il est aussi question pour lui de suivre la loi de Dieu et les valeurs morales chrétiennes : comment pourrait-il en être autrement ? le Moyen Âge occidental en est pétri.

Fait intéressant qu’on relèvera également, ici : quand le prince cède aux vices, à l’avidité, à la tyrannie, non seulement sa perte le guette, mais l’ombre de la folie n’est jamais, non plus, très loin. Le roi est-il sage, est-il fou ou est-il mal conseillé ?

En vous souhaitant une excellente journée.
Fred
pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes

NB : sur l’image d’en-tête, on peut voir un détail d’enluminure sur laquelle Alexandre Le Grand reçoit un messager porteur d’une missive d’Aristote. Sur l’illustration avec citation, la deuxième enluminure représente Aristote à son pupitre en train de rédiger une lettre à l’Empereur. Ces deux enluminures sont tirées du manuscrit médiéval Nouvelles Acquisitions française 18145 de la BnF. Ce codex du XVe siècle (consultable sur Gallica) contient une édition en vieux français du Secrets des Secrets, suivie du Bréviaire des Nobles d’Alain Chartier.

Folle largesse & lois du bon gouvernement dans le Secret des Secrets

Enluminure du philosophe Aristote à son pupitre ( XVe siècle)

Sujet : miroir des princes, précis politique, morale, bon gouvernement, roi, devoirs politique, Aristote, Alexandre le Grand, citation médiévale
Période : Moyen âge central (à partir du Xe siècle)
Livre : Sirr Al-Asrar, le livre des secrets du Pseudo-Aristote, ouvrage anonyme du Xe siècle. Le Secret des Secrets, édition commentée par Denis Loree (2012).

Bonjour à tous,

ans le Proche-Orient du Xème siècle, émerge un ouvrage qui prend la forme d’un échange épistolaire entre Aristote et Alexandre le Grand. Intitulé « Kitab Sirr Al-Asrar » ou livre des secrets, ce précis politique à l’attention des puissants se dit constitué directement de traductions en Arabe depuis la langue grec, de courriers du philosophe adressés au grand empereur. Toutefois, comme rien n’a vraiment permis d’en établir la véracité depuis, on s’est accordé à attribuer l’ouvrage à un « pseudo » Aristote et on pense même qu’il a pu être créé directement en langue Arabe.

Citation extraite du Secrets des Secrets, ouvrage politique du Moyen âge central.
un extrait du secret des secrets sur les abus et les travers du mauvais gouvernement

Le Secret des Secrets au Moyen Âge

Au cœur du Moyen Âge central, à partir des XIIe et XIIIe siècles, on retrouvera ce guide du bon gouvernement en Europe, sous divers noms : « secretum, secretorum« , « Epistula ad Alexandrum de dieta servanda« , … puis, un peu plus tardivement encore, sous d’autres appellations dont la plus commune Le secret des secrets.

D’abord traduit en latin puis en langue vernaculaire, ce miroir des princes connaîtra une popularité certaine dans le monde occidental, avec des adaptations en de nombreuses langues. Il y a quelque temps, nous en avions notamment croisé sa référence chez Roger Bacon, dans un extrait de sa lettre sur les prodiges de la nature et de l’art et la nullité de la magie.

Plus près de nous, au début des années 2010, le spécialiste de littérature médiévale Denis Lorée conduisit un travail comparatif et analytique conséquent pour remettre au goût du jour cet ouvrage un peu oublié depuis le moyen âge tardif, même si quelques experts s’y étaient penchés dans le courant du XXe siècle. Sa thèse doctorale fut éditée en 2017 chez Honoré Champion, sous le titre Le secret des secrets, Aristote (auteur prétendu, 0099-0001 av. J.-C.). On peut encore la trouver à la vente en librairie ou même en ligne.

Le secret des secrets dans le Nouvelle Acquisition fr 18145 de la Bnf (sur Gallica.fr)

Sources manuscrites médiévales

Pour ce qui est des sources anciennes et médiévales, Le Secret des secrets est présent dans un certain nombre de manuscrits du XVe siècle. On pourra citer, par exemple, le ms Français 1087 sur lequel l’auteur ci-dessus s’est largement appuyé ou encore le Nouvelle Acquisition Français 18219 et le Nouvelle Acquisition Français 18145, tous trois conservés à la BnF et consultable sur gallica. C’est ce dernier, le na Fr 18145 qui nous a servi de guide pour la plupart des enluminures de cet article. Très bien conservé et joliment enluminé, cet ouvrage médiéval présente Le Secret des secrets suivi du Bréviaire des Nobles d’Alain Chartier.

Vous retrouverez, notamment, en-tête de cet article, une miniature d’Aristote occupé à son étude. Plus bas, une autre miniature le montrera, donnant la lettre à un message à l’attention d’Alexandre le Grand, suivie d’une dernière miniature figurant la réception de la missive par ce dernier. Notez que pour l’image contenant l’extrait du Secret de secrets (du vol par un roi de ses propres sujets), nous avons préféré coller au fond du propos, en privilégiant une enluminure issue des Chroniques de Froissart et qui représente des paysans révoltés, s’en prenant à un noble dans le courant du XIVe siècle.

Folle largesse & gouvernement abusif
qui conduisent un roi à sa perte

Dans les pas de Denis Lorée, l’extrait ou la citation médiévale du Secret des Secrets que nous vous proposons, ici de découvrir est donc tirée d’une adaptation en moyen français, datée du XVe siècle. Il s’agit du chapitre VII de l’ouvrage. Les trop grandes largesses du souverain mais aussi son manque de respect et de considération envers son peuple y seront vertement adressées. Et notre pseudo-Aristote soulignera les grands dangers qui attendent le souverain follement dispendieux ou même encore celui tenté de confisquer les biens, les possessions et l’avenir de ses sujets pour financer ses propres écarts.

Pour l’auteur, l’histoire l’a déjà démontré et la conséquence sera sans appel, de tels mauvais gouvernants se verraient infliger le pire des châtiments.

« De largesse et avarice et de plus(i)eurs vertus« 

Enluminure d'Aristode dans le Secret des secrets
Aristote remettant sa lettre à un messager (na fr 18145)

« Toy Alixandre, je te dis certainement, treschier filz, se aucun roy vuelt faire plus grans despens que son royaume ne puet soustenir, lequel roy ne s’encline ne a folle largesse ne a avarice, tel roy sans nulle doubte sera destruit ; mais s’il s’encline a largesse, il aura gloire perpetuelle de son royaume : et cecy s’entend quant le roy se retrait et n’a cure de prendre les biens et les possessions de ses subgiéz. Et saches, treschier filz, que j’ay trouvé en escript au commandemens du tresgrant docteur Hermogenes, qui dit que la tresgrant et souveraine bonté et vraie clarté d’entendement et plenté de loy et de science et signe de perfection de roy est quant il se retrait de prendre les biens et possessions de ses subgiéz.

Et ce fu la cause de la destruction du royaume d’Angleterre car pluseurs roys d’Angleterre faisoient si oultrageux despens que les revenues du royaume n’y povoient souvenir ne souffire. Et pour iceulz oultrages soustenir, prindrent les biens et possessions de leurs subgiéz pour laquelle chose et injure le peuple cria a Dieu, lequel envoya sur iceulz roys sa vengence tellement que le peuple se rebella contre eulz et furent du tout destruis et leur nom mis au neant. Et, se ne fust la grace et misericorde du glorieux Dieu qui soustint le peuple, le royaulme eüst esté du tout destruit. Tu te dois donques garder de folz et oultrageux despens et de dons oultrageux et dois garder attrempance en largesse. Et ne vueilles enquerir les obscurs secréz ne reprouchier le don que tu aras fait car il n’affiert pas a homme d’onneur et de bonne voulenté. »

Le Secrets des secrets,
chapitre VIIe De largesse et avarice et de pluseurs vertus.

Traduction de cet extrait médiéval en français actuel

Enluminure d'Alexandre le Grand dans le Secret des secrets
Alexandre le Grand recevant la missive

« Toi Alexandre, je te dis, de manière certaine, très cher fils, que si quelque roi veut faire de plus grandes dépenses que son royaume ne peut supporter, bien qu’il ne s’abaisse, ni à folle largesse, ni à avarice, tel roi sera, sans aucun doute, détruit ; mais s’il penche vers la largesse raisonnable et bien ordonnée, il obtiendra gloire perpétuelle de son royaume : et ceci s’applique si le roi renonce et n’a cure de prendre les biens et les possessions de ses sujets. Et saches, très cher fils, que j’ai trouvé écrit dans les commandements du très savant Hermogène, que la très grande et souveraine bonté et vraie clarté d’entendement, emplie de loi et de science et signe de perfection d’un roi apparaît quand il se retient de prendre les biens et possessions de ses sujets.

Et ce fut la cause de la destruction du royaume d’Angleterre car plusieurs rois d’Angleterre faisaient de si outrageuses dépenses que les revenus du royaume n’y pouvaient subvenir, ni les supporter. Et pour soutenir ces outrages, ils prirent les biens et possessions de leurs sujets, chose et injure pour lesquelles le peuple implora l’aide de Dieu, lequel envoya sur ces rois sa vengeance, au point que le peuple se rebella contre eux et qu’ils furent tous détruits et leurs noms réduits à néant. Et, sans cette grâce et miséricorde du glorieux Dieu qui soutint le peuple, le royaume aurait été totalement détruit. Tu te dois donc garder de faire de folles et outrageuses dépenses et des dons excessifs et il te faut pratiquer la tempérance en matière de largesse. Et tu ne voudras non plus t’informer auprès d’obscurs conseillers, ni blâmer les autres pour un don que tu leur aurais fait car cela ne convient pas à un homme d’honneur et de bonne volonté. »


Je ne sais pas vous, mais à l’heure de payer les additions obscures d’un « quoi qu’il en coûte » politique qui, depuis des décennies et, plus encore, quelques années, n’a cessé de faire exploser la dette française, en hypothéquant l’avenir des futures générations, à l’heure encore où vient s’y ajouter un putsch orchestré de l’exécutif sur le système des retraites françaises, à coup de 49.3, contre la volonté manifeste du peuple et sous l’égide d’une Europe ultralibérale galvanisée par la perspective à peine voilée de juteuses privatisations, cette leçon venue du monde médiéval nous semble résonner de manière étrangement prémonitoire.

En vous souhaitant une excellente journée.
Fred
pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes

prodige de l’asservissement et de la manipulation des âmes, Roger Bacon

Statut du savant médiéval Roger Bacon

Sujet : science médiévale, savant, psychologie, citations médiévales, miroir des princes, exercice politique, manipulation, asservissement.
Période : Moyen Âge central, XIIIe siècle
Auteur : Roger Bacon (1214-1292)
Ouvrage Lettre sur les prodiges de la nature et de l’art et la nullité de la magie, A. Poisson, (1893)

Bonjour à tous,

ans le courant du Moyen Âge central, le savant, médecin et alchimiste Roger Bacon liste, dans un petit ouvrage de moins de 100 pages, les prodiges de la nature et de l’art contre ceux de la magie. Au XIXe siècle, l’écrivain et alchimiste Albert Poisson traduira en français actuel cette Epistola de secretis operibus naturae et artis et de nullitate magiae du Doctor Mirabilis dont on n’avait déjà connu certaines traductions en français vernaculaire dans le courant du Moyen Âge.

Dans cette Lettre sur les prodiges de la Nature et de l’Art, le savant médiéval listera un certain nombre de choses dont certaines pourraient paraître assez surprenantes au profane, au regard du XIIIe siècle dont Roger Bacon est contemporain. Nous en avons déjà cité quelques extraits et citations dans de précédents articles et nous nous récidivons aujourd’hui.

L’asservissement des individus par le prince

Citation illustrée de Roger Bacon tirée de la lettre des Prodiges

Dans son chapitre consacré aux « expériences merveilleuses », Roger Bacon conclut en s’éloignant des arts mécaniques pour basculer sur un propos plus proche de la manipulation politique des individus.

« Il y a un prodige qui l’emporte sur tous les précédents. L’âme raisonnable, qui ne peut être asservie, puisqu’elle possède la liberté, peut cependant être efficacement circonvenue, dominée et disposée de telle sorte qu’elle changera volontiers ses habitudes, ses affections, ses volitions, selon la volonté d’un autre (1), et non seulement on peut ainsi dominer une personne, mais encore une armée, une cité, tout un peuple. Aristote dans le livre des Secrets enseigne la manière de faire cette expérience aussi bien sur un peuple ou une armée que sur les individus. L’on peut dire que c’est là l’extrême limite de la nature et de la science. »

Lettre sur les prodiges de la nature et de l’art,
Roger Bacon (1220-1292), Traduction de Albert Poisson

(1) note d’ Albert Poisson : Roger Bacon exposant clairement le dogme de la suggestion mentale ou du magnétisme animal, comme on voudra, quel enseignement pour les adorateurs fanatiques de la science actuelle ! Et encore l’alchimiste anglais reporte cette expérience à Aristote, ce qui nous ramène à quelques siècles avant l’ère chrétienne, ou tout au moins si le livre des Secrets est supposé, à un écrivain arabe. Le fait est trop clairement exposé pour être discuté, Bacon parle bien de la substitution d’une volonté à une autre volonté !

Le Secret des Secrets, un succès médiéval

La référence de Bacon est donc empruntée au Secretum Secretorum, ouvrage très populaire du Moyen Âge que l’on a longtemps attribué à Aristote, devenu avec le temps « Pseudo-Aristote » et dont l’auteur est resté anonyme.

Ce « Secret des secrets » a émergé dans la littérature proche-orientale du Xe siècle sous la forme d’un ouvrage ayant pour nom « Kitāb-al-siyāsaẗ fī tadbīr al-riyāsaẗ ». Ce dernier se présente comme un échange épistolaire supposé du philosophe Aristote vers son prestigieux disciple Alexandre le Grand. Ses origines sont, peu ou prou, inconnues. La version arabe s’annonce comme une traduction du grec vers le syriaque, puis de cette langue vers l’arabe par Abu Yahya ibn al-Batriq, un érudit du IXe siècle. Depuis, cette assertion a été remise en cause par certains érudits et certaines hypothèses font remonter Le Secret des Secrets à un autre miroir des princes islamique dont il aurait été inspiré : le as-Siyâsat al-‘âmmiyyahn du VIIIe siècle.

Popularité de cet ouvrage au Moyen Âge

Livre de conseils de gouvernance (ou miroir des princes, comme on les nomme alors), le Secretum Secretorum apparaîtra, en Europe, dans des centaines de manuscrits du Moyen Âge central : d’abord en latin, puis en français vernaculaire à partir du Moyen Âge tardif et des XIVe/XVe siècles. Il existe en deux versions une courte et synthétique, une autre plus longue de plusieurs volumes. Les thématiques abordés par ce « digest » de la bonne tenue et de la bonne gouvernance à l’attention des puissants demeurent assez larges : stratégies à tenir en matière d’administration et de gestion du pouvoir, usage des conseillers, vertus nécessaires et vices à écarter mais encore santé, régime, vêtements et apparence, … Et pour finir, cette énigmatique « physiognomonie », une discipline qui permettrait de connaître l’âme des hommes d’après leur physique/physionomie, leurs traits particuliers et leurs attitudes, à des fin, bien sûr, de manipulations ou, pour le dire plus positivement, de meilleur gouvernement.

Le Livre "Le Secret des Secrets par Denis Lorée

En plus des manuscrits qui attestent de la grande popularité médiévale de l’ouvrage, des références à son contenu apparaissent aussi clairement entre les lignes de nombreuses autres auteurs médiévaux dont Albert le Grand ou Gilles de Rome. Roger Bacon en proposera même une version remaniée et annotée. Plus près de nous, on doit au Docteur ès Lettres et professeur Denis Lorée, une édition commentée du Secrets des Secrets qui vous pourrez trouvez facilement en ligne (voir également ce lien).

Vieux comme le monde et toujours d’actualité

« Plusieurs types de secrets se côtoient dans le traité du Pseudo-Aristote. Les secrets humains sont ceux que chacun utilise pour tromper l’autre. Ils ne sont acceptables que lorsqu’ils permettent de maintenir le prince dans ses fonctions et le royaume en équilibre. »

Edition commentée du Secret des Secrets, Denis Lorée, CELAM, 2012.

A ces secrets, viendront s’ajouter, notamment, les secrets divins, confiés à Dieu à un nombre choisi d’élus et de princes avec grande responsabilité de ne pas les révéler. Marketing médiéval et teasing avant l’heure ? En suivant la plume de Denis Lorée, une partie des secrets éventés par l’ouvrage pourrait avoir fait l’effet d’être un peu remâchés ou survendus même pour certains érudits et savants du XVe siècle.

Quant à la manipulation des individus et des masses par les pouvoirs politiques, si les moyens sont différents au XXIe siècle, le fond n’a guère changé. A l’ère du tout médiatique et numérique, la rapidité de traitement de l’information et son inflation est loin d’être un gage de qualité, et encore moins de vérité. Comme toujours, pour demeurer libre et échapper à la désinformation autant qu’à la manipulation, le devoir nous échoit de croiser très sérieusement les sources pour exercer à plein notre intelligence. C’est, à ce jour, la seule chose qui permette de se faire une idée plus claire de la réalité de l’action politique derrière le visage affable de sa communication. Ce devoir de sens critique est particulièrement essentiel à l’heure où l’on traverse, en France assurément, sinon dans d’autres pays d’Occident, une crise de confiance de plus en plus grande vis à vis de la réalité de l’exercice démocratique, le tout en relation avec des connivences de « caste » aux idéologies autant qu’aux intérêts politico-économico-médiatiques convergents.

En vous souhaitant une excellente journée.
Fred
pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes

NB : l’image d’en tête est tirée, pour le premier plan, d’une gravure de l’édition de 1893 de la Lettre sur les prodiges de la nature et de l’art de Roger Bacon, traduite par A poisson. Son arrière plan provient du manuscrit Ms- 2872 de la Bibliothèque de l’Arsenal. Daté de la première moitié du XVe siècle, cette ouvrage contient diverses œuvres du Moyen Âge en provenance d’auteurs divers, dont le Secrets des Secrets (à consulter en ligne ici).