Archives par mot-clé : De Joinville

Culte marial : le miracle du marchand sauvé des eaux dans la Cantiga de Santa Maria 193

musique_espagne_medievale_cantigas_santa_maria_alphonse_de_castille_moyen-age_centralSujet    : musique médiévale,  Cantigas de Santa Maria, galaïco-portugais, culte marial, miracles, Sainte-Marie, vierge,    sauvetage, croisades, Saint-Louis, De Joinville
Période    : moyen-âge central, XIIIe siècle
Auteur    : Alphonse X  (1221-1284)
Titre :  Cantiga  193 « Sobelos fondos do mar »
Ensemble :   Sequentia
Album : Songs for King Alfonso X of Castille and León   (1991)

Bonjour à tous,

D_lettrine_moyen_age_passionans la continuité de nos articles sur le culte marial dans l’Europe médiévale du moyen-âge central, voici un nouveau récit de miracle tiré du corpus du roi Alphonse X de Castille. Il s’agit cette fois de la Cantiga de Santa Maria  193.

La vierge et son manteau contre les  éléments

Au moyen-âge, il n’est pas d’éléments terrestres qui puissent arrêter les miracle de la vierge.  Des profondeurs des mers jusqu’aux plus hauts sommets, elle peut, en effet, intercéder en faveur de ceux qui la prient et ont foi en elle, et lever tous les obstacles.

culte-marial-medieval-miracle-saint-vierge-Moyen-age-chretien-cantigas-193Le récit de la Cantiga 193 porte sur un sauvetage en mer miraculeux. L’histoire  se déroule durant ce qui semble être la première croisade de Saint-Louis. Le poète nous conte qu’un marchand fortuné se tenait sur un navire    de la large flotte. L’homme était visiblement entouré de mauvaise compagnie puisqu’il fut jeté par dessus bord par l’équipage qui voulut lui dérober ses biens pour les dépenser à la  guerre.  Quoiqu’il en soit, la vierge intervint et déploya un voile blanc (un drap, un tissu, ailleurs il sera question de son manteau) entre l’homme et les eaux afin qu’il ne fut pas noyé. Quelque temps plus tard, survint une autre nef qui tira l’homme d’affaire. Suite au miracle, il décida qu’il se joindrait à la guerre et tous louèrent la Sainte pour son intervention.

La version de la Cantiga de Santa Maria  193 par Sequentia


Les Cantigas de Santa Maria par  Sequentia

culte-marial_ensemble-medieval_sequentia_cantigas_de_santa-maria_alphonse-X_moyen-ageEn  1991, l’ensemble  Sequentia  fit, à son tour, un tribut aux célèbres cantigas d’Alphonse X. Enregistré en Suisse, l’album sortit l’année d’après sous le label Deutsche Harmonia Mundi. Il contient 18 pièces dont 13 cantigas et a pour titre : Songs for King Alfonso X of Castille and León (1221-1284).     Pour plus de détails à son sujet voir  :  un chant de Louanges de Cantigas par Sequentia.  Vous pouvez également vous procurer cet album au lien suivant : Sequentia performs    Vox Iberica III by El Sabio.  Quant à la formation de Benjamin Bagby  et  Barbara Thornton, vous la trouverez présentée  ici :  portrait de l’ensemble médiéval Sequentia

Aux origines de la Cantiga 193  :
un récit de Sire de Joinville ?

On trouve la trace de miracles semblables à celui de la Cantiga 193 dans des sources diverses. Pour la plupart d’entre eux, ils portent toutefois sur le sauvetage de plusieurs pèlerins de la noyade par l’intervention de la Sainte. (Les Collections De Miracles De La Vierge en Gallo et Ibéro-Roman au XIII Siècle, Paule V. Bétérous, 1993).  Autour de 1248-1250, un récit de Sire de Joinville a pu également inspirer le souverain d’Espagne. L’histoire conte, en effet, un miracle ayant de troublantes correspondances avec celui du roi espagnol, à ceci près qu’il s’agit d’une chute malencontreuse à la mer, et pas d’une tentative d’homicide. Dans Les mémoires de Saint-Louis de De Joinville, c’est aussi une des nefs royales qui secourut l’homme.  La voici  dans le détail, telle que traduite par  Natalis de Wailly, en 1874  :

jehan_de_joinville_chroniqueur_poete_ecrivain_historien_medievale« 650. Une autre aventure nous advint en mer; car monseigneur Dragonet, riche homme de Provence, dormait le matin dans sa nef, qui était bien une lieue en avant de la nôtre, et il appela un sien écuyer et lui dit : « Va boucher cette ouverture, car le soleil me frappe au visage.» Celui-ci vit qu’il ne pouvait boucher l’ouverture s’il ne sortait de la nef: il sortit de la nef. Tandis qu’il allait boucher l’ouverture, le pied lui faillit, et il tomba dans l’eau, et cette nef n’avait pas de chaloupe, car la nef était petite : bientôt la nef fut loin. Nous qui étions sur la nef du roi, nous le vîmes, et nous pensions que c’était un paquet ou une barrique, parce que celui qui était tombé à l’eau ne songeait pas à s’aider.

651 . Une des galères du roi le recueillit et l’apporta en notre nef, là où il nous conta comment cela lui était advenu. Je lui demandai comment il se faisait qu’il ne songeait pas à s’aider pour se sauver, ni en nageant ni d’autre manière. Il me répondit qu’il n’était nulle nécessité ni besoin qu’il songeât à s’aider ; car sitôt qu’il commença à tomber, il se recommanda à Notre-Dame de Vauvert, et elle le soutint par les épaules dès qu’il tomba, jusques à tant que la galère du roi le recueillît. En l’honneur de ce miracle, je l’ai fait peindre à Joinville en ma chapelle, et sur les verrières de Blécourt. « 

 Jean Sire de Joinville Histoire de Saint Louis,
credo et lettre a Louis X
,  Natalis de Wailly (1874)

Contre ce récit miraculeux de Jehan de Joinville, et sous réserve que le roi d’Espagne s’en soit inspiré, on notera que la version de ce dernier ne met pas tellement à l’honneur  la qualité de l’ost du roi de France et, encore moins, certains membres de sa flotte.


Les paroles de la Cantiga de Santa Maria 193
et approche de traduction française

Como Santa Maria guardou de morte u mercadeiro que deitaron no mar.

Comment Sainte-Marie sauva de la mort un marchand qu’on avait jeté à la mer.

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra
á poder Santa Maria, Madre do que tod’ ensserra.

Sur les profondeurs des mers et les plus hautes montagnes,
Elle a tout pouvoir Sainte Marie, Mère de celui qui règne sur toute chose,

E daquest’ un gran miragre vos direi e verdadeiro,
que fezo Santa Maria, Madre do Rei josticeiro,
quand’ o Rei Lois de França a Tunez passou primeiro
con gran gente per navio por fazer a mouros guerra.

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

Et, à ce propos, je vous conterai un grand et véritable miracle
Que fit Sainte-Marie, Mère du Roi de  Justice   (Dieu, Jesus),
Quand le roi Louis de France navigua  vers la Tunisie
Avec une grande armée pour faire la guerre contre les Maures.

En ha nave da oste, u gran gente maa ya,
un mercador y andava que mui grand’ aver tragia;
e porque soo entrara ontr’ aquela conpania,
penssaron que o matassen pera despender na guerra

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

Sur l’un des navires de son ost, où on comptait beaucoup de gens vils,
voyageait un marchand qui avait avec lui une grande fortune.
Et comme il s’était embarqué seul avec une telle compagnie
Ceux-ci eurent l’idée de le tuer pour dépenser à la guerre

O aver que el levava. E [tal] conssello preseron
que eno mar o deitassen, e un canto lle poseron
odeito aa garganta e dentro con ele deron.
Mais acorreu-ll[e] a Virgen que nunca errou nen erra,

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

 toutes les richesses qu’il avait avec lui. Ils s’accordèrent
pour le jeter à la mer,   et il lui   
attachèrent
une pierre autour de son cou,   et le jetèrent à l’eau.
Mais la Vierge, qui n’a jamais commis de péchés et n’en commettra jamais, vint le secourir.

Que aly u o deitaron tan tost’ ela foi chegada
e guardou-o de tal guisa, que sol non lli noziu nada
o mar nen chegou a ele, esto foi cousa provada;
ca o que en ela fia, en ssa mercee non erra.

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

Ainsi, elle vint aussitôt à l’endroit où ils l’avaient noyé
et le protégea de sorte que la mer ne lui fit aucun mal
et ne le toucha même pas. C’est là une chose admise,
que, dans sa miséricorde, elle n’abandonne jamais ceux qui ont foi en elle.

E ele ali jazendo u o a Virgen guardava,
a cabo de tercer dia outra nav’ y aportava;
e un ome parou mentes da nav’ e vyu com’ estava
aquel ome so a agua, e diz: «Mal aja tal guerra

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

Et l’homme resta couché là où la vierge le protégeait
Et trois jours plus tard, un autre navire s’est approché
Et un homme a arrêté le navire et en voyant comment se trouvait
cet homme sous l’eau, il a dit : «Maudit soit une telle guerre

U assi os omes matan en com’ a este mataron.»
E dando mui grandes vozes, os da nave ss’ y juntaron,
e mostrou-lles aquel ome; e logo por el entraron
e sacárono en vivo, en paz e sen outra guerra.

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

Dans laquelle les hommes tuent comme ils tuèrent celui-ci.»
Et comme il poussait de grands cris, ceux du navire le rejoignirent
Et il leur montra cet homme ; et ensuite, ils entrèrent (sous les eaux)
et l’en sortirent vivant, en paix et sans autres difficultés.

E poi-lo om’ a cabeça ouve da agua ben fora,
catou logo os da nave e falou-lles essa ora
e disse-lles: «Ai, amigos, tirade-me sen demora
daqui u me deitou gente maa que ameud’ erra.»

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

Et quand l’homme eut la tête bien hors de l’eau,
Il vit alors ceux du navire et leur fit cette supplique,
et leur dit : « Ah, mes amis, tirez-moi sans tarder
de là où m’ont jeté ces mauvaises gens qui aiment faire du tord (pêcher)« .

Quando os da nav’ oyron falar, espanto prenderon,
ca tian que mort’ era; mais pois lo ben connoceron
e lles el ouve contado como o no mar meteron,
disseron: «Mal aja gente que contra Deus tan muit’ erra.»

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

Quand ceux du navire l’entendirent parler, ils furent pris de terreur
car ils pensaient qu’il était mort ; mais ils le connaissaient bien
et en l’entendant conter comment on l’avait jeté à l’eau,
ils dirent :  » Bien mauvaises gens qui contre Dieu agissent à si grand tort »

E depois lles ar contava como sempre as vigias
el jajava da Virgen e guardava os seus dias;
e porend’ o guardou ela e feze-lle no mar vias
que o non tangess’ a agua e lle non fezesse guerra.

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

Et ensuite il leur a conté comment toujours il gardait
Le  jeûne pour la Vierge et célébrait ses fêtes :
Et c’est pour cela qu’elle le protégeait  et le faisait sur les voies maritimes
Pour qu’il ne tombe pas à l’eau et qu’on ne lui fasse pas la guerre.

«E porque entendeu ela que prendera eu engano,
log’ entre mi e as aguas pos com’ en guisa de pano
branco, que me guardou senpre, per que non recebi dano;
poren por servir a ela seerei en esta guerra.»

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

Et parce qu’elle a compris qu’on m’avait trompé
Alors, entre moi et les eaux, elle a posé, comme un drap (tissu)
Blanc, qui m’a protégé sans cesse, afin que je ne sois pas blessé;
Aussi,    pour la servir, je participerais à cette guerre.

Quando os da nav’ oyron esto, mui grandes loores
deron a Santa Maria, que é Sennor das sennores;
e pois foron eno porto, acharon os traedores
e fezeron justiça-los como quen atan muit’ erra.

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

Quand ceux des navires entendirent cela, de très grandes louanges
Ils firent à Sainte Marie, qui est la dame d’entre les dames :
Et puis ils allèrent au port, livrer les traîtres
Et leur firent justice comme on le fait à ceux qui agissent mal.

Poi-la jostiça fezeron, o mercador entregado
foi de quanto lle fillaran quando foi no mar deitado;
e el dali adeante sempre serviu de grado
a Virgen Santa Maria sen faliment’ e sen erra.

Sobelos fondos do mar e nas alturas da terra…

Lorsque le châtiment fut appliqué, le marchand retrouva
tout ce qu’ils lui avaient pris avant de le jeter à la mer.
Et lui, à partir de ce jour, servit toujours de bon gré
La Sainte-Vierge sans faille et sans péchés.


Retrouvez ici l’index de toutes les Cantigas de Santa Maria traduites et commentées, et leur interprétation par les plus grands ensembles de musique médiévale.

En vous souhaitant une belle  journée.

Frédéric EFFE.
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Monde Médiéval sous toutes ses formes.

Saint Louis, citations oubliées : une chronique de Gonthier Bernoix de la Tanche pour la vérité historique

saint_louis_de_joinville_humour_medieval_non_sens_chroniques_historien_navrant

« Un conseil, quand même, de temps en temps, sortez un peu le nez de vos notes, mon petit vieux, il y a une vie après le parchemin. »
Le Roi Saint Louis à Jean de Joinville, XIIIe siècle (source non vérifiée)

Une Chronique de
Gonthier Bernoix de la Tanche

O_lettrine_moyen_age_passionui! Nous revoilà, mes amis, insatiable et sans peur, à la poursuite effrénée de la vérité, non point celle, poussiéreuse et convenue, des mensonges livresques et des prétendus experts, oh que non! Nous, la vérité historique qui nous intéresse, la seule, la vraie, l’unique, c’est celle qui se livre sans imposture, là où on l’attend le moins, de la bouche même de ceux qui s’en souviennent encore : les anonymes, les gens du simple, cette vérité que leurs ancêtres ont surpris, à l’époque même des faits, au détour d’un couloir de château, d’une ruelle sombre ou encore dans le secret d’une taverne, et qui l’ont transmise à leurs descendants, à travers les âges et les générations, chronique_humour_histoire_medieval_absurde_non-senseavec ferveur, pour qu’un jour elle puisse enfin surgir au grand jour; et c’est là que nous nous efforçons toujours de la débusquer dans son éclatante fraîcheur.

Oh, je sais… On va encore me dire que Jehan de Joinville n’a écrit ses chroniques de Saint-Louis, qu’après les faits et que du vivant de Louis IX, il n’était pas en train de « gratouiller » en permanence avec sa plume. On ajoutera même sûrement, avec un sourire en coin et visiblement fort content de son petit effet, que si le portrait le plus connu de lui, le représente écrivant, cette peinture ne date que de quelques siècles après et a été faite en tribut à l’ensemble des chroniques de l’homme et non pas parce qu’il aurait passé sa vie, une plume à la main. Et bien parlez, parlez toujours, messieurs les érudits et autres olibrius à la longue barbe et à la courte vue ! Rien ne saurait nous faire flancher car nous portons en nous la certitude immuable de nos affirmations et la confiance aveugle dans la fiabilité de nos dires, quand vous n’avez, vous, qu’un tissu maigrelet de vagues présomptions et quelques antiques parchemins.

Les chemins de la vérité, la vraie, la seule

F_lettrine_moyen_age_passion-copiaini le didacte des experts beaux parleurs, réfugiés derrière les pages décaties et mitées des vieux codex ! Exit les gnagnagnis gnagnagnas, les messieurs « je sais tout mieux que tout le monde et je vous en rabats »! Au placard avec leurs boniments et toutes les salades dont ils nous ont abreuvé ! Et croyez-moi, Dieu sait qu’il n’est pas évident de s’abreuver avec de la salade (bon, à la rigueur en la passant au mixeur avec un verre d’eau, mais, de toute façon, là n’est pas le sujet. Je vous en conjure à genoux! Ne commençons pas à nous disperser).

Oui, vous, mes chers compagnons en vérité, mes frères, cousins, cousines, vous le savez, depuis que votre serviteur (j’ai nommé moi-même), l’unique, l’opiniâtre, le flamboyant, Gonthier Bernoix de la Tanche est là, les institutions ne font plus que trembler; elles frémissent, elles chavirent, elles chaloupent, et pour tout dire elles frétillent moins de l’arrière train tant elles ne savent gonthier_bernoix_tanche_humour_medieval_chroniques_saint_louis_de_joinvilleplus comment faire face aux coups de béliers incessants de nos chroniques sur les vieilles portes académiques usées de leur pouvoir passéiste et dépassé (et vous pouvez vérifier, même si ça y ressemble, cela n’a rien d’un pléonasme).

Oui, mes fidèles amis, mes inconditionnels soutiens! Tous savent désormais qu’il leur faut compter avec nous et se tiennent, tapis, dans l’angoisse de la prochaine révélation historique que nous exhumerons du terreau fertile  de la mémoire des petites gens, ceux de l’ombre. Car ils sont là silencieux, tout autour de nous, mais ils l’ont gardée en eux comme un trésor, la relayant en secret, à travers les siècles, un peu comme la flamme olympique ou même le jeu de la patate chaude sauf qu’il ne s’agit pas d’une patate chaude, cela n’aurait guère de sens, côté conservation. Par ailleurs, sous Louis IX la patate, ce n’est tristement pas d’époque. Il s’agissait donc clairement, dans notre esprit, d’une image, même si concédons-le, nous aurions pu en prendre une autre. Allons-nous pour autant en faire une raclette ? Bien sûr que non. Avançons, vous avez saisi le fond ! (Qui a dit « la raclette fond sur la patate »? Sortez!)

Le camouflet fondateur

C_lettrine_moyen_age_passionertes, notre thèse d’état ne fut point accueillie favorablement par les maîtres qui nous mentent et l’odieux corporatisme de leurs institutions, mais comment pouvait-il en être autrement? La remise en cause était bien trop forte, la prise de conscience par trop cinglante. Comment auraient-ils pu l’accepter, eux les chercheurs de laboratoire, les abonnés aux ouvrages tamponnés qu’on doit ramener sous quinzaine sous peine de recevoir une pénalité de deux jours sans prêt, quelquefois même trois ? Et que dire encore des autres, les champions toute catégorie du carbone 14, les aficionados de la petite cuillère farfouilleuse et tenace ! Comment auraient-ils pu admettre que les réponses qu’ils avaient convoitées depuis tant d’années, en grattant la terre, se trouvaient là, à portée de main, pour peu qu’on les cherche au bon endroit. Ah ça! Quand il s’agit de mouiller un peu le maillot, on fait tout de suite moins les fiers! Méritions-nous pour autant, de la part de « l’establishment » et de ses sbires, tandis que nous tentions modestement de conduire nos études, les appellations successives de « farfelu », « fumiste », « chronique_histoire_medievale_humour_non-sense_saint-louis_de_joinvilleplaisantin », ou même pis, de « crétin irrécupérable »? Non point ! Je passe encore sur cette petite phrase assassine de la bouche même du directeur de l’institut d’Histoire de la Sorbonne qui en dit long sur le désarroi et la colère dans laquelle les avaient rendu nos imparables conclusions. Je le cite ici:

« Toute cette navrante histoire ne remet qu’une seule chose en cause: les failles des circuits administratifs sur les dépôts de dossiers, autant que la faiblesse des règles de sécurité de notre établissement. Ces deux facteurs réunis ont seuls permis, hélas, à cet abruti congénital et ce demi-débile, probablement sous l’emprise des psychotropes, de déposer sur la table de nos plus brillants professeurs, (et pire encore de parvenir à leur faire lire) cet indigne « torchon » que cet olibrius a eu l’outrecuidance d’affubler du nom de thèse et qu’il aurait mieux fait de présenter sur papier rose et en rouleau pour nous en faciliter l’usage. »

A_lettrine_moyen_age_passionh le cuistre! Comprenez-vous désormais mieux, mes amis, à quel point nos vérités dérangent ? Que leur restait-il d’autre, rendus face à l’échec de leur prétendue science, que le refuge du silence; ce territoire aphone où, médusés par nos découvertes, les mots ne veulent soudain plus sortir, ce lieu encore, dénué de tout concepts, où ne règne plus que le monde des émotions régressives et de la colère: « pipi, caca, cucul ». Ah! Si je n’avais moi-même quelques notions avancées de psychologie, je dois dire que j’aurais pu, à mon tour, y céder, mais la noblesse de mon lignage m’a très fort heureusement éduquer à ne point répondre à l’harangue. Non, on ne mange pas de ce pain là chez les de la Tanche et en vérité, ce camouflet n’a fait que me conforter dans mon approche. D’ailleurs, si je n’avais touché du doigt un point aussi sensible, je m’en serais tiré, comme tant d’autres, avec une simple mention chronique_humour_absurde_non_sens_histoire_medieval_sorbonne_gonthier_bernoix_de_la_tanchepassable, et on ne m’aurait pas fait jeter de manière si discourtoise hors de l’établissement et sur son parvis comme on le fit alors. Mon dos, Ah! Mon cher dos, tu t’en souviens encore ! Mais qu’à cela ne tienne, nous avons compris dès lors que notre chemin ne pouvait être que solitaire; il nous faudrait l’arpenter en compagnie de la seule vérité, portant sur nos épaules, le poids écrasant de notre découverte.

L’importance d’avoir de bonnes jambes

C_lettrine_moyen_age_passionroyez-vous que la voie fut pour autant facile? Non bien sûr. Combien de temps nous fallut-il encore passer, sur le terrain, pour que nos sources enfin rendues confiantes, acceptent de nous livrer, trempées d’une émotion fébrile, la vérité ? Combien de longues heures usées à les questionner sans relâche, tutoyant parfois les limites de la bienséance, au risque de faire éclater celles de leur patience? Combien de coups reçus ou de fuites éperdues? Croyez-moi, il en faut du mollet pour faire un bon historien de terrain. Oui!, mesdames, messieurs, mes amis, mes frères, (et même le petit monsieur là-bas dans le fond qui me regarde de travers), la vérité est timide et fragile. Elle ne se donne pas aisément, ça non ! Il y a encore, chez nombre de ses détenteurs, la touchante pudeur de refuser d’admettre qu’ils en sont les dépositaires, comme s’ils savaient confusément jehan_de_joinville_chroniqueur_poete_ecrivain_historien_medievaleque les simples mots qu’ils nous livrent et qui ont traversé le temps recèlent un terrible pouvoir, capable de faire trembler jusqu’aux fondements même de nos académies et de notre vision du monde.

Mais aujourd’hui encore, c’est cette même vérité qui triomphe à nouveau car nous le crions haut et fort, nous le savons, nous l’affirmons, nous en avons les preuves! Oui, Jehan De Joinville! Monsieur le « je fais rien qu’à passer mon temps dans les jupons du roi », vous avez travesti la vérité, fusse par omission, et travestir par omission c’est très très grave, et pas seulement grammaticalement, car vous n’avez jamais rapporté cette grande phrase du Roi Saint-Louis ;  « sortez un peu le nez de vos notes, mon petit vieux, il y a une vie après le parchemin » et vous espériez sans doute que l’histoire nous en prive, mais vous voilà défait Mossieur le Senéchal, puisque nous la dévoilons au monde dans toute sa lumière. Il est temps que les masques tombent!

La révélation de Saint Louis occultée
par De Joinville, les preuves accablantes

bus_22_humour_medieval_chroniques_non-sens

Q_lettrine_moyen_age_passionue l’on sache tout de même que pour révéler au grand jour cette vérité qui risque d’en déranger plus d’un,  il aura fallu que nous interrogions, sans relâche, notre contact pour qu’enfin il nous confesse ce qu’il savait depuis si longtemps et gardait bien caché, de crainte, sans doute, de le révéler à quelqu’un qui n’en soit pas digne. Et c’est tout à ton honneur aujourd’hui,  Jean-Emile Pichon, chauffeur de bus de la ligne 22 que nous empruntons tous les matins, que nous élevons cette tribune à la vérité historique. Sache, mon cher Jean-Emile, que ce secret, qu’exténué et les nerfs à vif, vaincu par plus de deux ans d’insistance et d’investigation tenace, tu as concédé à nous révéler, sache, dis-je, qu’avec nous, il ne sera point trahi. Il sera sublimé, élevé, il ira rejoindre les étoiles de la vérité et brillera, à tout jamais, dans le ciel de la connaissance. Et nous restituons ici tes mots, sans leur ajouter une virgule, pour que l’Histoire les contemple, que tous en soient témoins et que la vérité éclate enfin:

« Ok, ça va, ça va, il a gagné, allons-y, puisqu’il y insiste… Vous l’aurez pas volé celle-là par contre… Bon… Quand j’étais moutard, y avait un grand oncle dans la famille. On l’appelait Jeannot l’Enfume. J’ai jamais compris pourquoi on l’appelait comme ça mais, à table, quand i causait personne le calculait et comme i s’arrêtait jamais de causer, forcément, personne le calculait jamais. Mais bon, moi je l’aimais bien Jeannot. Il arrêtait pas de faire des grimaces et i me racontait des blagues du genre « tire sur mon petit doigt » et i lâchait des gaz si jamais on tirait dessus. Ca me faisait bien rire même si je trouvais ça un peu lourd, à force. Un jour, il m’a tendu le petit doigt et j’ai fait comme les autres, j’ai tourné la tête et j’ai arrêté de l’écouter. Bon déjà on était à bus_22_chronique_humour_medieval_histoire_non-sense_absurdetable mais, surtout, on change avec l’âge. Quelque chose s’était brisé. C’est triste mais c’est comme ça. On devient sérieux quoi… En même temps, au bout de deux mille sept cent fois, le coup de « tire sur mon p’tit doigt », ça finit forcément par user. S’il avait eu un peu de blair, il aurait freiné avant, mais bon il était pas du genre à freiner, tonton Jeannot, plutôt l’inverse. Bref… Donc, lui, i m’a raconté un jour quand j’étais minot comme quoiqu’il y avait eu un Pichon célèbre dans la famille. Enfin Célèbre, pas non plus une vedette comme Rita Zaraï ou Gino Eglisias attention!, mais bon. Adrien qu’i s’appelait. C’était un cuistot, enfin un genre d’apprenti plutôt à l’époque. Bon bin i paraîtrait que quand il était mioche, il avait turbiné pour les cuisines du roi là, comment que vous dites déjà? Oui voilà Louis IX, ça doit être ça… Il était rentré par piston grâce à une cousine, courtisane qu’elle était, enfin un genre de pute quoi. Bon bref… Donc le gamin pour en revenir, il marnait tous les jours en cuisine et puis le service terminé, c’est pas rare qu’i s’en jetait un p’tit avec les chefs cuistots après le nettoyage. Et bin c’est là, un jour, en rentrant un peu chaud chez lui, qu’i serait passé dans les couloirs du château où qu’elles étaient toutes les huiles là et qu’il aurait entendu dire, comme quoi machin là, Louis truc, oui voilà, Louis IX, il aurait balancé à l’autre con, Dujoint c’est ça ? Voilà, Joinville, si c’est vous qui le dites, comme quoi bon fallait un peu qu’i se sorte les doigts du fondement et qu’i y avait un peu autre chose à gratter que l’parchemin dans la vie. »

« De Joinville,  de temps en temps, sortez un peu le nez de vos notes, mon petit vieux, il y a une vie après le parchemin. »; les mots même de Louis IX, grand roi de France nous sont parvenus aujourd’hui grâce à toi, Jean-Emile. A l’évidence, ton ancêtre Adrien Pichon, dit Adrien le mirliton, n’était pas qu’un simple grouillot qui marnait aux cuisines de Saint Louis, oh non ! Sous les dehors rustres et ingénus de l’apprenti-cuisinier, en charge peut-être des sauces et des farces et qui devait avoir connu de longues heures à la plonge, luttant rageusement contre les restes entêtants de la graisse de porc ou d’oiehumour_monde_medieval_chronique_non-sens_saint-louis_jean_de_joinville_citations_oubliees, battait assurément le coeur d’un grand homme, conscient que l’Histoire  l’avait choisi. Et ce jour là où, sans doute exténué par la charge, écrasé par cette âpre destinée de Mirliton du roi, à la fin de ton service et à demi-ivre, tu surpris la conversation entre Louis IX et le mesquin petit De Joinville qui se garda bien d’en faire mention dans ses chroniques, oui, ce jour là, toi, Adrien Pichon, témoin de l’Histoire, tu avais dû savoir, confusément, qu’un lourd devoir de mémoire venait de t’être confié. Pourtant, ne cherchant pas à t’y soustraire, tu y fis front de manière admirable, en confiant précieusement les faits à tes descendants pour que la vérité ne nous soit jamais occultée.

Quant à toi Jean Emile, modeste chauffeur de bus de la ligne 22, lointain descendant de cet héroïque Adrien Pichon, en nous reportant ces mots même de Saint Louis que ta lignée familiale avait su conserver au travers des siècles, tu as su reconnaître en nous, l’humble serviteur de la vérité et nous nous en sentons aujourd’hui, tout à la fois, ému et honoré (même si tu as mis le temps). Ta révélation restera, à jamais, gravée dans notre mémoire et sache encore que par nous, pas plus que par l’Histoire tu ne seras oublié, pas d’avantage que ne le seront  tes derniers mots :

« Voilà i sait tout, i va pouvoir me lâcher les crampons maint’nant, le pingouin là, parce qu’i’me déconcentre et c’est pas l’jour que j’mettes le bus dans un mur… Alors si monsieur voulait bien se magner d’aller s’asseoir, tout au fond même, de préférence… Et une dernière chose pour que tout soit bien clair ! Si i doit encore monter dans mon bus, j’veux plus l’entendre jacqueter sans quoi j’aurais du mal à retenir les mandales. Il monte, il descend et entre les deux, il la moule »

Epilogue

H_lettrine_moyen_age_passioneureux de l’admirable découverte, mais aussi epuisé par l’effort intellectuel qu’avait demandé l’entretien, j’allais m’installer à l’arrière du bus, un sourire contenu de victoire aux lèvres. Par la fenêtre, les gens vaquaient à leurs occupations. Combien d’entre eux portaient, bien cachés dans leur mémoire, des vérités susceptibles de changer notre conception même de l’histoire? Combien ? Repensant à Jean Emile et au grand cadeau qu’il m’avait fait,  je me sentais rempli d’une gratitude toute particulière. Pourtant, bien que j’avais acquiescé à sa requête, en m’étant sagement assis comme il m’y avait enjoint, passager anonyme parmi les anonymes, je savais qu’il me faudrait, d’ici quelque temps, insister encore auprès de lui pour que nous reparlions d’Histoire. Au fil du temps, notre prometteuse amitié me fournirait sans doute plus d’éclairages sur ce mystérieux et fascinant personnage : l’oncle Jeannot. Tant de questions me chronique_humour_histoire_medievale_saint_louisvenaient à l’esprit. Combien d’autres secrets couvait-il encore? Etait-il même encore vivant? Continuait-il à demander à qui voulait de  tirer sur son petit doigt ? Et quoiqu’il arrive, si Jean Emile ne daignait me concéder plus d’informations à son sujet, il faudrait à tout prix que nous reparlions de cette charmante cousine à laquelle il avait fait allusion. Il y avait là matière à vérité, j’en avais l’intuition.

Une belle journée à tous dans la grande lumière de la vérité, la vraie, la seule.

Gonthier Bernoix de la Tanche
Grand  pourfendeur d’idées reçues, héros solitaire, amant de la vérité et joueur occasionnel de criquet.

« Notre lignée s’enorgueillit d’avoir eu, il y a fort longtemps un manoir près d’un étang et nous portons, depuis, à tout jamais dans notre coeur, la grande noblesse de la tanche. »