Archives par mot-clé : archéologue

une BD Sur le métier d’archéologue et quelques réflexions entre HISTOIRE & archeologie

Sujet : archéologue, archéologie, métiers, découverte, archéologique, Bande Dessinée, histoire, pédagogie
Titre : Arkeos, Plein les fouilles
Auteurs : Cédric Ghorbani (illustration), Jean-Luc Garréra et Alkéo (scénario)
Date de sortie : juin 2020
Editeurs : Bamboo Edition.

Bonjour à tous,

ous vous avons déjà touché un mot, ici, de la maison Bamboo, à l’occasion de la sortie du premier tome d’une de leur BD sur le thème des Vikings : Harald et le Trésor d’Ignir. Si vous vous souvenez, cet éditeur français a fait de la Bande dessinée son grand terrain de prédilection.

Avec un catalogue qui s’élève, à ce jour, à près de 200 références, Bamboo Edition propose des titres qui vont des BD d’aventure et de pur divertissement, à des albums d’orientation plus pédagogique ou informative, sans pour autant tourner le dos à l’humour : BD sur les sports, sur les métiers, BD sur certains milieux professionnels, guides divers, … Or, cet été, en droite ligne de ces productions éducatives, la société a décidé de s’intéresser à un domaine qui touche de près les sciences historiques. Avec Les Arkeos, plein les fouilles, elle a ainsi lancé un album sur les différents aspects du métier d’archéologue que nous nous allons nous faire un plaisir de vous présenter. Dans un deuxième temps de cet article et pour ceux qui le souhaitent, nous jetterons quelques bases supplémentaires sur les différences entre les métiers de l’histoire et ceux de l’archéologie, mais, pour l’instant, place à la BD !

Les Arkeos : une série à la découverte des métiers de l’archéologie

Avec Les Arkeos, nous nous trouvons face à une BD pour la jeunesse qui mélange action, humour mais aussi des éléments très concrets sur la réalité des métiers d’archéologue. Si on y trouve, bien sûr, quelques clins d’œil aux aventuriers célèbres du cinéma ou du jeu vidéo que nous avons tous en tête, c’est plutôt pour en prendre le contre pied. Les Arkéos joue, en effet, dans son approche, une carte bien plus pédagogique et réaliste, en mettant justement l’accent sur les arcanes et l’intérêt véritables du métier d’archéologue. Certaines planches de la BD sont même estampillées « Arkeofact », pour signifier qu’elles sont issues d’anecdotes réelles.

Une BD humoristique et éducative loin des clichés Hollywoodiens

Ce Tome 1 (intitulé « Plein les fouilles » donc) est signé de Cédric Ghorbani à l’illustration et de Jean-Luc Garréra au scénario, assisté de quelques solides conseillers professionnels eux-même archéologues, dont Alkéo. Avec quelques 50 pages d’aventure trépidante mettant en scène des situations et des sites de fouilles variés, cette bande dessinée comporte aussi dans son prolongement, un cahier pédagogique très utile, avec tout un tas de définitions formelles sur le métier d’archéologue, les filières, la pratique, les outils etc…

En conclusion, ces Arkeos de Bamboo Edition nous proposent un moyen très complet et distrayant de répondre à la question « Papa, c’est quoi un archéologue ? ». Ils permettent aussi de remettre quelques pendules à l’heure sur la réalité quotidienne des quelques 3000 professionnels qui exercent ce métier en France, loin de l’exploration de pyramides antiques, truffées de trésors et de chausse-trappes à la façon d’un Fort Boyard. On y apprendra aussi comment ils contribuent, par leur pratique, à une meilleure connaissance de l’histoire, autant qu’à la sauvegarde du patrimoine niché dans nos sols ou nos constructions anciennes.

Pour plus d’informations sur la BD Les Arkéos , suivez ce lien

Une belle illustration du documentaires 6 trous de poteaux (voir lien en pied d’article)

Les métiers de l’Archéologie et de l’Histoire


i les métiers de l’Histoire et ceux de l’Archéologie nous apparaissent souvent comme nécessairement complémentaires, ils font, en réalité, l’objet de cursus assez différenciés. Quant à leur exercice, en faisant quelques raccourcis, on pourrait dire qu’avec l’Histoire, on est plutôt face à une science qui privilégie d’abord l’étude des documents, des archives et des sources écrites. Pour reconstruire sa vision du passé, c’est aussi une discipline qui vise à intégrer,de plus en plus largement, un faisceau de connaissances en provenance de recherches extérieures à ses frontières. Avec la Nouvelle Histoire, mais aussi avec les avancées de certaines autres sciences modernes, l’Histoire est ainsi devenue, de plus en plus, ce que l’on pourrait appeler une « méta-science ». En ce sens, elle s’évertue à tirer ses conclusions en agrégeant, au besoin, dans ses théories : d’autres sciences sociales et humaines (sociologie, anthropologie, psycho-sociologie …) des disciplines annexes (archéologie, climatologie, …) ou encore les leçons de ses propres pratiques, recherches, débats et erreurs (historiographie, histoire comparative).

Cette pluri-disciplinarité est « tendancielle ». Dans sa réalité et ses particularismes, elle semble plus être fonction des itinéraires particuliers, voire des parcours suivis par ses chercheurs (typicité des enseignements historiques ou des écoles, cursus croisés) que d’une systématisation méthodologique formelle. Autrement dit, elle n’est pas un passage obligé. C’est assez caractéristique des sciences humaines, cela dit : comme on a des ethnologues, on a des ethno-psychiatres, des ethno-musicologues, des socio-anthropologues, on peut avoir des historiens-archivistes, des historiens-anthropologues, des historiens-archéologues, ou des historiens « tout court »…

L’archéologue, aventurier de la conservation

De son côté, l’Archéologie est, pour une part importante, une science du terrain qui combine la recherche de traces ou d’objets (dans le sol ou dans les bâtiments et vestiges anciens), avec leur étude et leur conservation.

En dehors de ses quadrillages besogneux et ses recherches minutieuses, le métier d’archéologue a longtemps excité les imaginaires et continue de le faire. Du chapeau et du fouet d’un Indiana Jones à une très sexy Lara Croft virevoltant entre des pièges machiavéliques, à la recherche d’improbables trésors, jusqu’aux promesses d’ADN de dinosaures nichés au creux de morceaux d’ambre, l’archéologie est, pour partie, devenue, au moins aux yeux du public, une discipline « aventurière ».

Chargée de son lot de mystères, elle s’en tire donc avec l’image d’une « pratique » indéniablement plus physique que théorique sur bien des aspects. Dans leur réalité pourtant, hors des sites de fouilles, les métiers de l’archéologie se prolongent avec la conservation des découvertes présentes et passées, la protection du patrimoine, la muséographie et quelquefois même, la mise en place d’expériences d’archéo-reconstitutions. De manière encore indissociable, pour la datation et le recoupement de ses trouvailles, elle compte avec des études de laboratoire de plus en plus poussées scientifiquement.

Méta-science vs discipline auxiliaire ?

Complémentaires mais suivant chacune des voies différentes, les deux disciplines universitaires ont vu, quelquefois, des tensions se soulever entre elles, dans les courants du XXe, mais aussi au XIXe siècle. En schématisant un peu, on pourrait dire que ces frictions sont intervenues, le plus souvent, quand la première, l’Histoire, s’est mis en tête de dénier à la seconde, l’Archéologie, le droit ou même la légitimité épistémologique d’avancer sur une théorisation globale de ses trouvailles : l’archéologue ne serait-il rien sans l’historien ? Allait-il être condamné à rester à sa place (comprenez à la porte de l’académie des sciences historiques) ? Comme on le verra, notre infatigable chercheur de vestiges n’allait pas l’entendre de cette oreille .

Dans une certaine mesure, certaines critiques adressées par les historiens aux archéologues auraient même pu être prises comme un peu condescendantes, une façon de dire, en somme : « creuse et tais-toi ». Dès lors, on comprend qu’elles aient pu parfois alimenter des réactions corporatistes, à défaut d’ouvertures sur de véritables collaborations. De leur côté, certains archéologues ont pu finir par trouver agaçant d’être réduits à des sortes de « manutentionnaires » de la science du passé, privés de la légitimité d’extrapoler quand ils se sentaient pourtant bien, eux-même, au cœur de l’Histoire et de ses enjeux, mais encore, en situation tout à fait légitime de se lancer dans de possibles théorisations. C’est devenu d’autant plus vrai qu’au fil du temps, un grand nombre de développements scientifiques et même d’autres sciences sont venus se mettre, au service de l’archéologie pour la rendre de plus en plus technique et pointue.

Comme on va le voir, les motivations de ces « Casus Belli » n’ont pas toujours été corporatistes. Des chercheurs issus de double-cursus, autrement dit des historiens archéologues, ont même pu être à l’initiative de cette volonté de voir l’archéologie prendre vraiment son envol en tant que discipline totale et non plus auxiliaire : ie, une méta-science à même de produire des modélisations complètes, en intégrant, au besoin, des apports scientifiques ou théoriques annexes, fussent-ils de l’Histoire elle-même (ouch ! ).

Chassés-croisés et dialogues difficiles

On sait que certains paléontologues se livrent, entre eux, à des guerres de terrain et de découvertes féroces. Toutefois, les tensions interdisciplinaires qui nous préoccupent ici, ont été moins présentes avec le domaine des sciences préhistoriques, sol fécond sur lequel l’archéologue peut s’étendre à loisir, loin de la concurrence des historiens. C’est plutôt quand ses terres de fouilles entrent dans le domaine de l’Histoire qu’il doit marcher sur des œufs (de dinosaures ?), en particulier pour les périodes où les traces écrites et documentaires commencent à être abondantes.

Mais alors, volonté hégémonique de certains historiens de faire de leur discipline une chasse gardée ? Ou plutôt conclusions trop hâtives d’une jeune archéologie, débordant d’enthousiasme devant ses trouvailles et soucieuse d’échapper à la coupe de la « Grande » Histoire ? En s’enflammant, pouvait-elle donner, un peu trop vite, l’impression de vouloir déjà la supplanter ? Dans certains cas, des découvertes d’archéologues ont pu donner lieu à des tentatives de théorisation qui reléguaient au piloris de beaux échafaudages d’historiens. Ce n’est pas que ces derniers ne soient pas coutumiers des débats intellectuels sans merci mais ils les exercent plutôt dans les frontières de leur propre académie.

Pour nous élever un peu, n’éludons pas, une fois encore, les questions d’épistémologie. Dans ce domaine, elles touchaient beaucoup la légitimité des angles de vue. Schématisons encore : 1/ Le fragment d’objet peut-il suffire, à lui seul, à reconstruire toute la complexité de la scène ou pire de la période ? 2/ Quand il ne suffit pas (et il suffit rarement, les archéologues le savent bien), peut-on emprunter des concepts ou des parties seulement d’échafaudages à l’Histoire ? Venant de l’anthropologie et de la sociologie, je vous avouerai que rien ne me choque en terme de sciences humaines. Les cloisons sont rarement étanches et les concepts ou modèles y circulent assez ouvertement, mais ceci n’engage que moi et je suis hors académie.

Enfin ajoutons que dans ses voies d’accès, l’archéologie compte des origines hybrides qui ont pu jouer contre elle. Entre Histoire de l’Art et de l’objet d’un côté, et Histoire tout court de l’autre, elle a pu, à certains moments de son aventure scientifique, se trouver placée dans un entre-deux propice à essuyer les plâtres de part et d’autre.

Histoire et archéologie médiévale

Naissance d’un nouvel « homo medievalis archeologicus »

Concernant la période du Moyen âge, dans les années 70-80, on assista, autour de l’Université de Caen, à une volonté de faire naître l’archéologie médiévale comme une discipline ( voire même une « Académie ») à part entière, et ce au niveau européen même. Des noms comme ceux de Michel Bur ou de Michel De Boüard (sur la photo), eux-même à la fois historiens et archéologues, férus de Nouvelle Histoire, furent à cette initiative (voir vidéo sur les mottes castrales). Ils réussirent même plutôt bien leur affaire puisque, depuis un certain grand colloque de Caen au début des années 1990, l’archéologie médiévale a continué de faire son chemin.

Nous l’avons dit, quand on se réfère aux tensions entre les deux disciplines, il faut prendre garde ne point forcer exagérément le trait ; il y eut de nombreux cas de complémentarité, d’éclairages mutuels , loin des querelles académiques ou même de tout enjeu épistémologique, entre histoire et archéologie médiévale. A l’image des fondateurs de cette dernière, certains chercheurs ont également continué d’avoir les deux casquettes, maniant aussi bien la paléographie que le pinceau ou « le latin que la truelle » (pour paraphraser l’article de Isabelle Cartron et Luc Bourgeois cité ci-dessous).

Des incompréhensions qui se sont installées

Quoiqu’il en soit, bien après la fondation de cette archéologie médiévale, on notait encore quelques sorties continuant d’alimenter les frictions, le plus souvent de la part d’historiens. En but à ces attaques, les archéologues médiévaux semblent plutôt, de leur côté, avoir joué la carte du retrait poli ou du silence, en continuant de fortifier leurs terres, non sans une certaine placidité. En 2008, à quelques 40 ans de l’émergence de leur discipline, l’harmonie ne semblait, pourtant, toujours pas au beau fixe comme le confirmaient les enseignants et chercheurs universitaires Isabelle Cartron et Luc Bourgeois dans un article sur le sujet :

« Aujourd’hui, les historiens, selon leur formation et leurs centres d’intérêt, font plus ou moins apparaître les sources archéologiques dans leurs ouvrages méthodologiques. Elles sont, par exemple, traitées à l’égal des autres sources dans un petit livre publié par Olivier Guyotjeannin, alors qu’on les cherche en vain dans un ouvrage collectif récent consacré aux sources du médiéviste. Malgré ces remarques, il faut tenir compte du fait que cette spécialité a fait l’objet d’attaques – violentes à défaut d’être toujours bien informées – venues justement d’historiens et d’historiens de l’art.« 

Isabelle Cartron et Luc Bourgeois – Archéologie et histoire du Moyen Âge en France : du dialogue entre disciplines aux pratiques universitairesEtre Historien du Moyen-âge au XXIe siècle (2008)

Un peu de lumière au bout du chemin : au terme de leur article, nos deux auteurs œuvraient tout de même dans le sens d’une réconciliation (surmontable de leur point de vue), tout en plaidant pour une plus grande clarté dans les positionnements.

L’envol de l’Archéologie

Un peu plus de 10 ans plus tard, l’archéologie médiévale, et, au delà, l’archéologie, en tant que science à part entière, continue de bien se porter. Déjà loin des quolibets essuyés par le passé, elle semble moins disposée que jamais à renoncer à sa volonté de produire une compréhension globale des données historiques, à partir de ses trouvailles et à l’aide d’autres sciences. Aujourd’hui, entre toutes les disciplines concernées, l’heure est aussi plus à l’ouverture et à l’intégration. On collabore, par exemple, volontiers autour du concept élargi de « culture matérielle » qui réconcilie et fédère autour d’un même objectif, anthropologie, ethnographie, archéologie et histoire. Sur un autre front, il faut aussi constater que l’archéologie se trouve de plus en plus débordée par certaines exigences du terrain : les opérations de sauvegarde urgentes et in extremis du patrimoine pour lesquelles des crédits sont plus favorablement déclenchés, prennent, quelquefois, le pas sur des études de fond, plus propices à la théorisation.

Pour conclure, nous avons commencé par une BD légère et éducative pour faire un détour plus large sur les métiers de l’Histoire et de l’Archéologie et quelques-unes de leurs frictions passées. Félicitations si vous êtes parvenu jusque là. N’hésitez pas à jeter un œil aux Arkéos de chez Bamboo (à l’attention des jeunes publics). Enfin, pour prolonger votre voyage dans le domaine de l’archéologie médiévale, nous vous proposons de retrouver, ci-dessous nos articles les plus consultés sur le sujet.


Sur l’archéologie médiévale, voir aussi :

En vous souhaitant une très belle journée.

Fred
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.


Quelques autres sources pour aller plus loin

– Salammbô et la querelle du « roman archéologique Corinne Saminadayar-Perrin – Revue d’histoire littéraire de la France (2011)
L’archéologie médiévale dans et hors l’histoire Mathias Dupuis – Faire l’anthropologie historique du Moyen Âge (2010)
L’archéologie médiévale au MuCEM aujourd’hui. Survivance insolite ou nouveaux chantiers ? Charles Viaut – Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (2016)

Tout savoir sur les mottes castrales (ou presque): l’épisode vidéo 1 enfin en ligne!

donjon_motte_castrale_video_documentaire_histoire_medievaleSujet : motte castrale, motte féodale, monde médiéval, monde féodal, châteaux à motte, château fort, reconstitution historique
Média : chaîne youtube, vidéo, documentaire
Date de mise en ligne : 14 juillet 2016
Auteur : votre serviteur.

Tout savoir sur les mottes castrales  (ep1)

Bonjour à tous,

L_lettrine_moyen_age_passione premier épisode vidéo de notre série sur les mottes castrales vient enfin d’être publié. La post-production a pris un peu plus longtemps qu’à l’habituel mais l’idée était de donner de la vie et même de l’humour à ce qui finalement a pris la forme d’une vidéo entre la conférence un peu éducative (j’aime à l’espérer en tout cas. :p ) et la ballade médiévale. Quoiqu’il en soit, nous espérons que vous apprécierez. Il y a, derrière chateaux_motte_invasions_moyen-age_monde_medieval_cavalier_hongroistout cela, plus de 250 heures de travail entre les lectures, les recherches, la réalisation du monde 3D, et bien sûr la post-production vidéo.

Au niveau contenu, on peut retrouver dans cette vidéo tous les thèmes abordés à l’occasion de nos différents articles sur la question : le contexte historique, le monde féodal et les invasions « barbares », les conditions d’émergence des châteaux  à motte, etc. Les références historiques et archéologiques y sont nombreuses avec notamment un hommage appuyé aux nobles historiens et archéologues qui dédient leur vie à la recherche de notre histoire et à l’archéologie médiévale de l’école de Caen.

Pour le reste, il nous semblait qu’un tel sujet souvent traité en introduction en quelques minutes quand on parle de l’Histoire des châteaux méritait un peu plus de durée et de détails surtout. Il existe quelques vidéos sur les mottes castrales et leur reconstitution mais elles durent en général moins de deux minutes montre en main. Alors au final des trois épisodes, on ne saura peut-être pas tout mais j’espère au moins que l’on en saura un peu plus.

Les invasions vikings du moyen-âge et leurs visées commerciales mais pas uniquement.

A la croisée des possibles

L’exercice de réunir dans un monde fictif des éléments sus et connus du moyen-âge pour en faire ressentir et vibrer l’Histoire est toujours un peu périlleux. Et même si la tentation du Lyrisme de Georges Duby est louable, au carrefour des possibles reconstitués la frontière est quelquefois glissante. Bref, la prétention d’effleurer quelques vérités est déjà suffisamment grande pour en rajouter, j’espère que vous y trouverez de l’intérêt.

video_moyen-age_invasion_viking_histoire_chateau_fort_motte_castraleIl n’y a, au fond, plus grande chose que d’éveiller les curiosités et de susciter les débats. Alors n’hésitez pas, tout commentaire, remarques ou questions sont les bienvenus.Voilà, cela étant dit, je vous en laisse juger. Pour partager le lien vers la vidéo vous pouvez utiliser le lien de l’article, sinon le lien direct vers la vidéo est ici.

De notre côté, nous nous recollons sur le montage du deuxième épisode que nous avons bien sûr déjà engagé et qui traitera de la vie et des bâtiments de la basse-cour: au programme agriculture, justice, artisanat et religion.

En vous souhaitant une très belle journée et une longue vie!

Frédéric EFFE
Moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

Saint Louis, citations oubliées : une chronique de Gonthier Bernoix de la Tanche pour la vérité historique

saint_louis_de_joinville_humour_medieval_non_sens_chroniques_historien_navrant

« Un conseil, quand même, de temps en temps, sortez un peu le nez de vos notes, mon petit vieux, il y a une vie après le parchemin. »
Le Roi Saint Louis à Jean de Joinville, XIIIe siècle (source non vérifiée)

Une Chronique de
Gonthier Bernoix de la Tanche

O_lettrine_moyen_age_passionui! Nous revoilà, mes amis, insatiable et sans peur, à la poursuite effrénée de la vérité, non point celle, poussiéreuse et convenue, des mensonges livresques et des prétendus experts, oh que non! Nous, la vérité historique qui nous intéresse, la seule, la vraie, l’unique, c’est celle qui se livre sans imposture, là où on l’attend le moins, de la bouche même de ceux qui s’en souviennent encore : les anonymes, les gens du simple, cette vérité que leurs ancêtres ont surpris, à l’époque même des faits, au détour d’un couloir de château, d’une ruelle sombre ou encore dans le secret d’une taverne, et qui l’ont transmise à leurs descendants, à travers les âges et les générations, chronique_humour_histoire_medieval_absurde_non-senseavec ferveur, pour qu’un jour elle puisse enfin surgir au grand jour; et c’est là que nous nous efforçons toujours de la débusquer dans son éclatante fraîcheur.

Oh, je sais… On va encore me dire que Jehan de Joinville n’a écrit ses chroniques de Saint-Louis, qu’après les faits et que du vivant de Louis IX, il n’était pas en train de « gratouiller » en permanence avec sa plume. On ajoutera même sûrement, avec un sourire en coin et visiblement fort content de son petit effet, que si le portrait le plus connu de lui, le représente écrivant, cette peinture ne date que de quelques siècles après et a été faite en tribut à l’ensemble des chroniques de l’homme et non pas parce qu’il aurait passé sa vie, une plume à la main. Et bien parlez, parlez toujours, messieurs les érudits et autres olibrius à la longue barbe et à la courte vue ! Rien ne saurait nous faire flancher car nous portons en nous la certitude immuable de nos affirmations et la confiance aveugle dans la fiabilité de nos dires, quand vous n’avez, vous, qu’un tissu maigrelet de vagues présomptions et quelques antiques parchemins.

Les chemins de la vérité, la vraie, la seule

F_lettrine_moyen_age_passion-copiaini le didacte des experts beaux parleurs, réfugiés derrière les pages décaties et mitées des vieux codex ! Exit les gnagnagnis gnagnagnas, les messieurs « je sais tout mieux que tout le monde et je vous en rabats »! Au placard avec leurs boniments et toutes les salades dont ils nous ont abreuvé ! Et croyez-moi, Dieu sait qu’il n’est pas évident de s’abreuver avec de la salade (bon, à la rigueur en la passant au mixeur avec un verre d’eau, mais, de toute façon, là n’est pas le sujet. Je vous en conjure à genoux! Ne commençons pas à nous disperser).

Oui, vous, mes chers compagnons en vérité, mes frères, cousins, cousines, vous le savez, depuis que votre serviteur (j’ai nommé moi-même), l’unique, l’opiniâtre, le flamboyant, Gonthier Bernoix de la Tanche est là, les institutions ne font plus que trembler; elles frémissent, elles chavirent, elles chaloupent, et pour tout dire elles frétillent moins de l’arrière train tant elles ne savent gonthier_bernoix_tanche_humour_medieval_chroniques_saint_louis_de_joinvilleplus comment faire face aux coups de béliers incessants de nos chroniques sur les vieilles portes académiques usées de leur pouvoir passéiste et dépassé (et vous pouvez vérifier, même si ça y ressemble, cela n’a rien d’un pléonasme).

Oui, mes fidèles amis, mes inconditionnels soutiens! Tous savent désormais qu’il leur faut compter avec nous et se tiennent, tapis, dans l’angoisse de la prochaine révélation historique que nous exhumerons du terreau fertile  de la mémoire des petites gens, ceux de l’ombre. Car ils sont là silencieux, tout autour de nous, mais ils l’ont gardée en eux comme un trésor, la relayant en secret, à travers les siècles, un peu comme la flamme olympique ou même le jeu de la patate chaude sauf qu’il ne s’agit pas d’une patate chaude, cela n’aurait guère de sens, côté conservation. Par ailleurs, sous Louis IX la patate, ce n’est tristement pas d’époque. Il s’agissait donc clairement, dans notre esprit, d’une image, même si concédons-le, nous aurions pu en prendre une autre. Allons-nous pour autant en faire une raclette ? Bien sûr que non. Avançons, vous avez saisi le fond ! (Qui a dit « la raclette fond sur la patate »? Sortez!)

Le camouflet fondateur

C_lettrine_moyen_age_passionertes, notre thèse d’état ne fut point accueillie favorablement par les maîtres qui nous mentent et l’odieux corporatisme de leurs institutions, mais comment pouvait-il en être autrement? La remise en cause était bien trop forte, la prise de conscience par trop cinglante. Comment auraient-ils pu l’accepter, eux les chercheurs de laboratoire, les abonnés aux ouvrages tamponnés qu’on doit ramener sous quinzaine sous peine de recevoir une pénalité de deux jours sans prêt, quelquefois même trois ? Et que dire encore des autres, les champions toute catégorie du carbone 14, les aficionados de la petite cuillère farfouilleuse et tenace ! Comment auraient-ils pu admettre que les réponses qu’ils avaient convoitées depuis tant d’années, en grattant la terre, se trouvaient là, à portée de main, pour peu qu’on les cherche au bon endroit. Ah ça! Quand il s’agit de mouiller un peu le maillot, on fait tout de suite moins les fiers! Méritions-nous pour autant, de la part de « l’establishment » et de ses sbires, tandis que nous tentions modestement de conduire nos études, les appellations successives de « farfelu », « fumiste », « chronique_histoire_medievale_humour_non-sense_saint-louis_de_joinvilleplaisantin », ou même pis, de « crétin irrécupérable »? Non point ! Je passe encore sur cette petite phrase assassine de la bouche même du directeur de l’institut d’Histoire de la Sorbonne qui en dit long sur le désarroi et la colère dans laquelle les avaient rendu nos imparables conclusions. Je le cite ici:

« Toute cette navrante histoire ne remet qu’une seule chose en cause: les failles des circuits administratifs sur les dépôts de dossiers, autant que la faiblesse des règles de sécurité de notre établissement. Ces deux facteurs réunis ont seuls permis, hélas, à cet abruti congénital et ce demi-débile, probablement sous l’emprise des psychotropes, de déposer sur la table de nos plus brillants professeurs, (et pire encore de parvenir à leur faire lire) cet indigne « torchon » que cet olibrius a eu l’outrecuidance d’affubler du nom de thèse et qu’il aurait mieux fait de présenter sur papier rose et en rouleau pour nous en faciliter l’usage. »

A_lettrine_moyen_age_passionh le cuistre! Comprenez-vous désormais mieux, mes amis, à quel point nos vérités dérangent ? Que leur restait-il d’autre, rendus face à l’échec de leur prétendue science, que le refuge du silence; ce territoire aphone où, médusés par nos découvertes, les mots ne veulent soudain plus sortir, ce lieu encore, dénué de tout concepts, où ne règne plus que le monde des émotions régressives et de la colère: « pipi, caca, cucul ». Ah! Si je n’avais moi-même quelques notions avancées de psychologie, je dois dire que j’aurais pu, à mon tour, y céder, mais la noblesse de mon lignage m’a très fort heureusement éduquer à ne point répondre à l’harangue. Non, on ne mange pas de ce pain là chez les de la Tanche et en vérité, ce camouflet n’a fait que me conforter dans mon approche. D’ailleurs, si je n’avais touché du doigt un point aussi sensible, je m’en serais tiré, comme tant d’autres, avec une simple mention chronique_humour_absurde_non_sens_histoire_medieval_sorbonne_gonthier_bernoix_de_la_tanchepassable, et on ne m’aurait pas fait jeter de manière si discourtoise hors de l’établissement et sur son parvis comme on le fit alors. Mon dos, Ah! Mon cher dos, tu t’en souviens encore ! Mais qu’à cela ne tienne, nous avons compris dès lors que notre chemin ne pouvait être que solitaire; il nous faudrait l’arpenter en compagnie de la seule vérité, portant sur nos épaules, le poids écrasant de notre découverte.

L’importance d’avoir de bonnes jambes

C_lettrine_moyen_age_passionroyez-vous que la voie fut pour autant facile? Non bien sûr. Combien de temps nous fallut-il encore passer, sur le terrain, pour que nos sources enfin rendues confiantes, acceptent de nous livrer, trempées d’une émotion fébrile, la vérité ? Combien de longues heures usées à les questionner sans relâche, tutoyant parfois les limites de la bienséance, au risque de faire éclater celles de leur patience? Combien de coups reçus ou de fuites éperdues? Croyez-moi, il en faut du mollet pour faire un bon historien de terrain. Oui!, mesdames, messieurs, mes amis, mes frères, (et même le petit monsieur là-bas dans le fond qui me regarde de travers), la vérité est timide et fragile. Elle ne se donne pas aisément, ça non ! Il y a encore, chez nombre de ses détenteurs, la touchante pudeur de refuser d’admettre qu’ils en sont les dépositaires, comme s’ils savaient confusément jehan_de_joinville_chroniqueur_poete_ecrivain_historien_medievaleque les simples mots qu’ils nous livrent et qui ont traversé le temps recèlent un terrible pouvoir, capable de faire trembler jusqu’aux fondements même de nos académies et de notre vision du monde.

Mais aujourd’hui encore, c’est cette même vérité qui triomphe à nouveau car nous le crions haut et fort, nous le savons, nous l’affirmons, nous en avons les preuves! Oui, Jehan De Joinville! Monsieur le « je fais rien qu’à passer mon temps dans les jupons du roi », vous avez travesti la vérité, fusse par omission, et travestir par omission c’est très très grave, et pas seulement grammaticalement, car vous n’avez jamais rapporté cette grande phrase du Roi Saint-Louis ;  « sortez un peu le nez de vos notes, mon petit vieux, il y a une vie après le parchemin » et vous espériez sans doute que l’histoire nous en prive, mais vous voilà défait Mossieur le Senéchal, puisque nous la dévoilons au monde dans toute sa lumière. Il est temps que les masques tombent!

La révélation de Saint Louis occultée
par De Joinville, les preuves accablantes

bus_22_humour_medieval_chroniques_non-sens

Q_lettrine_moyen_age_passionue l’on sache tout de même que pour révéler au grand jour cette vérité qui risque d’en déranger plus d’un,  il aura fallu que nous interrogions, sans relâche, notre contact pour qu’enfin il nous confesse ce qu’il savait depuis si longtemps et gardait bien caché, de crainte, sans doute, de le révéler à quelqu’un qui n’en soit pas digne. Et c’est tout à ton honneur aujourd’hui,  Jean-Emile Pichon, chauffeur de bus de la ligne 22 que nous empruntons tous les matins, que nous élevons cette tribune à la vérité historique. Sache, mon cher Jean-Emile, que ce secret, qu’exténué et les nerfs à vif, vaincu par plus de deux ans d’insistance et d’investigation tenace, tu as concédé à nous révéler, sache, dis-je, qu’avec nous, il ne sera point trahi. Il sera sublimé, élevé, il ira rejoindre les étoiles de la vérité et brillera, à tout jamais, dans le ciel de la connaissance. Et nous restituons ici tes mots, sans leur ajouter une virgule, pour que l’Histoire les contemple, que tous en soient témoins et que la vérité éclate enfin:

« Ok, ça va, ça va, il a gagné, allons-y, puisqu’il y insiste… Vous l’aurez pas volé celle-là par contre… Bon… Quand j’étais moutard, y avait un grand oncle dans la famille. On l’appelait Jeannot l’Enfume. J’ai jamais compris pourquoi on l’appelait comme ça mais, à table, quand i causait personne le calculait et comme i s’arrêtait jamais de causer, forcément, personne le calculait jamais. Mais bon, moi je l’aimais bien Jeannot. Il arrêtait pas de faire des grimaces et i me racontait des blagues du genre « tire sur mon petit doigt » et i lâchait des gaz si jamais on tirait dessus. Ca me faisait bien rire même si je trouvais ça un peu lourd, à force. Un jour, il m’a tendu le petit doigt et j’ai fait comme les autres, j’ai tourné la tête et j’ai arrêté de l’écouter. Bon déjà on était à bus_22_chronique_humour_medieval_histoire_non-sense_absurdetable mais, surtout, on change avec l’âge. Quelque chose s’était brisé. C’est triste mais c’est comme ça. On devient sérieux quoi… En même temps, au bout de deux mille sept cent fois, le coup de « tire sur mon p’tit doigt », ça finit forcément par user. S’il avait eu un peu de blair, il aurait freiné avant, mais bon il était pas du genre à freiner, tonton Jeannot, plutôt l’inverse. Bref… Donc, lui, i m’a raconté un jour quand j’étais minot comme quoiqu’il y avait eu un Pichon célèbre dans la famille. Enfin Célèbre, pas non plus une vedette comme Rita Zaraï ou Gino Eglisias attention!, mais bon. Adrien qu’i s’appelait. C’était un cuistot, enfin un genre d’apprenti plutôt à l’époque. Bon bin i paraîtrait que quand il était mioche, il avait turbiné pour les cuisines du roi là, comment que vous dites déjà? Oui voilà Louis IX, ça doit être ça… Il était rentré par piston grâce à une cousine, courtisane qu’elle était, enfin un genre de pute quoi. Bon bref… Donc le gamin pour en revenir, il marnait tous les jours en cuisine et puis le service terminé, c’est pas rare qu’i s’en jetait un p’tit avec les chefs cuistots après le nettoyage. Et bin c’est là, un jour, en rentrant un peu chaud chez lui, qu’i serait passé dans les couloirs du château où qu’elles étaient toutes les huiles là et qu’il aurait entendu dire, comme quoi machin là, Louis truc, oui voilà, Louis IX, il aurait balancé à l’autre con, Dujoint c’est ça ? Voilà, Joinville, si c’est vous qui le dites, comme quoi bon fallait un peu qu’i se sorte les doigts du fondement et qu’i y avait un peu autre chose à gratter que l’parchemin dans la vie. »

« De Joinville,  de temps en temps, sortez un peu le nez de vos notes, mon petit vieux, il y a une vie après le parchemin. »; les mots même de Louis IX, grand roi de France nous sont parvenus aujourd’hui grâce à toi, Jean-Emile. A l’évidence, ton ancêtre Adrien Pichon, dit Adrien le mirliton, n’était pas qu’un simple grouillot qui marnait aux cuisines de Saint Louis, oh non ! Sous les dehors rustres et ingénus de l’apprenti-cuisinier, en charge peut-être des sauces et des farces et qui devait avoir connu de longues heures à la plonge, luttant rageusement contre les restes entêtants de la graisse de porc ou d’oiehumour_monde_medieval_chronique_non-sens_saint-louis_jean_de_joinville_citations_oubliees, battait assurément le coeur d’un grand homme, conscient que l’Histoire  l’avait choisi. Et ce jour là où, sans doute exténué par la charge, écrasé par cette âpre destinée de Mirliton du roi, à la fin de ton service et à demi-ivre, tu surpris la conversation entre Louis IX et le mesquin petit De Joinville qui se garda bien d’en faire mention dans ses chroniques, oui, ce jour là, toi, Adrien Pichon, témoin de l’Histoire, tu avais dû savoir, confusément, qu’un lourd devoir de mémoire venait de t’être confié. Pourtant, ne cherchant pas à t’y soustraire, tu y fis front de manière admirable, en confiant précieusement les faits à tes descendants pour que la vérité ne nous soit jamais occultée.

Quant à toi Jean Emile, modeste chauffeur de bus de la ligne 22, lointain descendant de cet héroïque Adrien Pichon, en nous reportant ces mots même de Saint Louis que ta lignée familiale avait su conserver au travers des siècles, tu as su reconnaître en nous, l’humble serviteur de la vérité et nous nous en sentons aujourd’hui, tout à la fois, ému et honoré (même si tu as mis le temps). Ta révélation restera, à jamais, gravée dans notre mémoire et sache encore que par nous, pas plus que par l’Histoire tu ne seras oublié, pas d’avantage que ne le seront  tes derniers mots :

« Voilà i sait tout, i va pouvoir me lâcher les crampons maint’nant, le pingouin là, parce qu’i’me déconcentre et c’est pas l’jour que j’mettes le bus dans un mur… Alors si monsieur voulait bien se magner d’aller s’asseoir, tout au fond même, de préférence… Et une dernière chose pour que tout soit bien clair ! Si i doit encore monter dans mon bus, j’veux plus l’entendre jacqueter sans quoi j’aurais du mal à retenir les mandales. Il monte, il descend et entre les deux, il la moule »

Epilogue

H_lettrine_moyen_age_passioneureux de l’admirable découverte, mais aussi epuisé par l’effort intellectuel qu’avait demandé l’entretien, j’allais m’installer à l’arrière du bus, un sourire contenu de victoire aux lèvres. Par la fenêtre, les gens vaquaient à leurs occupations. Combien d’entre eux portaient, bien cachés dans leur mémoire, des vérités susceptibles de changer notre conception même de l’histoire? Combien ? Repensant à Jean Emile et au grand cadeau qu’il m’avait fait,  je me sentais rempli d’une gratitude toute particulière. Pourtant, bien que j’avais acquiescé à sa requête, en m’étant sagement assis comme il m’y avait enjoint, passager anonyme parmi les anonymes, je savais qu’il me faudrait, d’ici quelque temps, insister encore auprès de lui pour que nous reparlions d’Histoire. Au fil du temps, notre prometteuse amitié me fournirait sans doute plus d’éclairages sur ce mystérieux et fascinant personnage : l’oncle Jeannot. Tant de questions me chronique_humour_histoire_medievale_saint_louisvenaient à l’esprit. Combien d’autres secrets couvait-il encore? Etait-il même encore vivant? Continuait-il à demander à qui voulait de  tirer sur son petit doigt ? Et quoiqu’il arrive, si Jean Emile ne daignait me concéder plus d’informations à son sujet, il faudrait à tout prix que nous reparlions de cette charmante cousine à laquelle il avait fait allusion. Il y avait là matière à vérité, j’en avais l’intuition.

Une belle journée à tous dans la grande lumière de la vérité, la vraie, la seule.

Gonthier Bernoix de la Tanche
Grand  pourfendeur d’idées reçues, héros solitaire, amant de la vérité et joueur occasionnel de criquet.

« Notre lignée s’enorgueillit d’avoir eu, il y a fort longtemps un manoir près d’un étang et nous portons, depuis, à tout jamais dans notre coeur, la grande noblesse de la tanche. »

mottes castrales, archéologie médiévale et histoire des châteaux : teaser, projet en cours.

mottes_castrales_archeologie_medievale_medieval_engineers_histoire_chateaux_forts
Reconstitution d’une Motte Castrale, XIe, début du XIIe

Bonjour à tous,

J_lettrine_moyen_age_passione vous propose, aujourd’hui, de découvrir, en exclusivité, quelques images d’un projet de reconstitution « historique » auquel nous sommes attelés depuis quelques temps et sur lequel nous avons déjà empilé quelques sérieuses heures.

L’idée est de reconstituer une motte castrale de la fin du XIe, début du XIIe siècle, en nous servant d’une main de la sandbox du jeu Medieval Engineers et de l’autre main de sources archéologiques et historiques  entre lesquelles : le dictionnaire raisonné d’architecture médiéval de Eugène Viollet le Duc, les chroniques du curée d’Ardre et encore divers autres documents sur des sites existants actuellement fouillés par les archéologues. S’il ne s’agit pas d’une motte ayant précisément existé, mais plutôt d’un hybride qui réunit les caractéristiques de plusieurs ayant quant à elles existé, cette motte castrale se situe donc au plus près du champ des possibles. Il faudra encore quelques heures pour boucler ce monde mais une fois fini, nous nous en servirons pour réaliser quelques vidéos sur l’histoire des châteaux forts et notamment, en l’occurrence, des châteaux à mottes.

Le site naturel : plaine et rivières

Reconstitution d'une Motte Castrale, XIe, début du XIIe
Motte castrale du XIe, XIe reconstituée en 3D

Même si nous voyons quelques montagnes au loin, notre motte castrale se trouve en plaine. A l’image du site de la Tusque, à Sainte-Eulalie d’Ambarès, décrit par Viollet le Duc dans son dictionnaire d’architecture médiévale, l’enceinte a tiré avantage de la présence des deux ruisseaux qui la borde. Elle bénéficie donc de cette protection naturelle. Sur le plus grand des deux cours d’eau, un barrage a également été ménagé pour inonder le fossé, au pied de la motte.

Une hauteur exceptionnelle

La motte castrale la plus haute du monde!
La motte castrale la plus haute du monde !

Au vue de sa hauteur, on doit supposer que cette motte est partiellement artificielle. Elle dépasse  de près de dix mètres celle du château de Gisors. Sauf erreur de ma part, si une motte telle que la notre avait été élevée totalement artificiellement, à ce jour, elle détiendrait le record de la plus haute motte castrale jamais construite. Le plateau de cette création virtuelle culmine en effet à une hauteur supérieure à trente deux mètres. et vous êtes donc, techniquement en face de la motte castrale la plus haute jamais construite. Je n’en suis pas peu fier je dois dire, mais il faut admettre que les pelletées de terre virtuelle sont bien plus légères que les réelles. Outre le fait qu’il soit du plus bel effet visuel et nous aide à percevoir encore mieux, l’effet symbolique de ce type de construction  sur qui se trouve au pied, ce gigantisme de circonstance nous permettra encore d’aborder la question de la taille moyenne des mottes castrales et de pouvoir ainsi remettre en échelle les créations du passé.  Il n’est pas impossible également que dans une future vidéo, cette motte n’accueille un château du type de celui de Gisors, si ce n’est une réplique de ce dernier, mais j’en dit déjà trop.

La rampe d'accès du château à motte donjon
La rampe d’accès du château à motte

Au vue de la taille de l’élévation et même de l’enceinte, on peut également déduire que le seigneur qui l’a faite construire était relativement aisé mais qu’en plus, il n’était peut-être pas aussi pressé par le contexte que certains ont pu l’être à l’époque (qui ont érigé quelquefois des mottes en à peine quelques jours). De la motte prestige à la motte guerrière, réponse immédiate à l’envahisseur ou au voisin plein de convoitise, de la motte du seigneur aisé à celle du seigneur chiche ou de peu de moyens,  la disparités des statuts et des situations se donnent à voir dans les architectures. Ici, nous avons pris  résolument le pari du prestige et de la grandeur. Point de pierre donc encore pour ce seigneur dans ce XIe finissant, il trouve son luxe et affirme sa grandeur avec le bois, mais en revanche, il ne badine pas.

La  tour maîtresse : inspirée des chroniques du curée d’Ardres et de Viollet le duc.

Une tour maîtresse de bois (donjon) digne d'un prince
Une tour maîtresse de bois (donjon) digne d’un prince et historiquement inspirée

Au sommet de la motte, nous avons  juché un grand donjon, spacieux et doté de tout le  confort nécessaire à la vie du seigneur et de ses gens, familles, « gens de maison », et garnison d’élite.  Son intérieur et la disposition des différents espaces  de cette grande tour maîtresse s’inspirent, en grande partie, des descriptions que l’on trouve dans les chroniques du curée d’Ardre. Du point de vue défensif, cette grande tour est, bien sûr, entourée d’une chemise de bois sur le haut de la motte, mais le dispositif est également doublé au pied de butte. L’accès à l’intérieur du donjon ne se fait que depuis le premier étage et au moyen d’un dispositif que l’on peut relever ou baisser. Le bâtiment est aussi nanti de force hourds sur son pourtour ainsi que de quelques autres mécanismes de défense supplémentaires que nous vous présenterons dans la vidéo. Son intérieur prétend également refléter l’obsession de sécurité et de protection personnelle que les seigneurs francs exigeaient de ce type de bâtiments. La barbacane, à l’entrée de l’enceinte, comme celle au sommet de la motte tâche de suivre les études faites par Jean Mesqui sur les portes des châteaux et enceintes, au XI et XIIe siècle.

Côté Basse-cour

On trouvera dans la basse-cour, une église à l’architecture inspirée des églises d’Art Roman des XIe et XIIe siècles mais faite de bois et non encore de pierre. Tous les châteaux à mottes n’ont pas accueilli d’église en leur enceinte, mais ça a été le cas d’un certain nombre d’entre eux et celui que nous avons réalisé en compte une.

Il y aura encore dans cette basse-cour tous les bâtiments nécessaires à la vie du château à mottes, tels que les décrit Viollet le Duc, mais aussi quelques autres auteurs, historiens ou archéologues, ayant écrit sur la question:  écurie du seigneur, magasins, artisans mais encore, ici,  quelques paysans qui y cultivent ou qui y élèvent des bêtes et se qui sont rangés sous la protection de la motte et de son seigneur. Nous vous présentons ici quelques photos et captures de certaines de ces constructions.

ferme_mayson_paysanne_grange_medieval_moyen_age_motte_castrale_basse-cour
grange médiévale motte castrale basse-cour

Les écuries du Seigneur de la motte castrale
Les écuries du Seigneur de la motte castrale

Motte castrale, forgeron basse-cour
Un forgeron dans la basse cour de notre motte castrale avec étal pour la vente et attache pour ferrer les chevaux.

Artisan charpentier  motte castrale
Un artisan charpentier, indispensable pour la création et la réparation de notre château et enceinte de bois

église romane motte castrale
Une église de bois, inspirée de l’art et l’architecture romane des XI, XIIe siècle

Motte castrale fictive cimetière derrière notre église du XIe siècle
Le petit cimetière derrière notre église du XIe siècle

La série de vidéos sur cette motte castrale suivra bientôt. Il reste encore quelques détails à finaliser pour que cet univers soit prêt. Vous en serez, bien entendu, les premiers avertis!

En attendant, une très bonne journée à tous et longue vie!

Fred
Pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »