Archives par mot-clé : Eduardo Paniagua

Le miracle de la Cantiga Santa Maria 188 : l’image de la vierge dans le cœur d’une dévote

cantigas_santa_maria_vierge_marie_sainte_culte_mariale_medievale_amour_lyrique_courtoise_moyen-ageSujet :  musique  médiévale, galaïco-portugais, lyrisme médiéval, culte marial, miracle
Période :    XIIIe siècle, moyen-âge central
 Auteur  :    Alphonse X de Castille, (1221-1284)
Interprète :  Edouardo Panigua
Titre :  Cantiga  Santa Maria 188,      « Coraçôn d’hóm’ ou de mollér que a Virgen muit’ amar « 
Album :    Cantigas de Mujeres   (2011)

Bonjour à tous,

P_lettrine_moyen_age_passion-copiaour aujourd’hui, voici l’étude d’une nouvelle Cantiga de Santa Maria tirée du legs du roi d’Espagne Alphonse X de Castille.  Il s’agit, cette fois, de la Cantiga 188. C’est un nouveau récit de miracle à ajouter au compte de ceux que nous avons déjà commenté et étudier ( voir index des Cantigas de Santa Maria traduites et commentées).

Cette fois-ci, il est question de la très grande dévotion d’une jeune fille. Comme on le verra, le miracle accompli ne se situera pas forcément  là où on l’attendait. D’une certaine façon, cette Cantiga remettra même les pendules à l’heure des mentalités très chrétiennes du moyen-âge occidental, pour le cas où on les aurait perdu de vue.

Une image de    la vierge
dans le cœur d’une  damoiselle pieuse

Le poète nous conte, en effet, l’histoire d’une demoiselle a l’amour si grand  pour la sainte vierge qu’elle n’avait fini par concevoir plus qu’un grand détachement, voire même du mépris, pour ce monde de matière.  Emportée par ses jeûnes et sa volonté d’abstinence, la jeune fille finit  même par refuser  toute nourriture et toute boisson  durant un mois entier. Alitée et affaiblie, quand on prononçait le nom de la Sainte devant elle,  elle n’avait pour seul geste que de porter la main à son cœur.   Finalement dans sa grande bonté et sans plus attendre, Dieu manda la vierge pour emporter la jeune fille au Paradis.

musique-medievale-cantigas-santa-maria-miniature-miracle-culte-marial-moyen-age-central

Ici, la dévotion se conclut donc par la mort et le miracle ne consistera pas à ramener la pieuse damoiselle à la vie.  C’est là où nous sommes bien au cœur du moyen-âge chrétien :  la mort n’est pas un drame. Ce n’est qu’un passage et même l’âge n’importe pas.  Ce qui compte c’est le Salut. Dans l’esprit de cette cantiga, c’est donc une fin heureuse que trouve la jeune fille. Au fond, elle l’a même presque appelée de ses vœux et elle accède ainsi au Paradis et au bonheur éternel, comme récompense suprême de sa foi, de son abstinence et de son détachement de ce monde.

Le miracle suivra. Face à la mort prématurée de la jeune fille et convaincus qu’elle faisait le geste de montrer son cœur pour designer le siège de son mal, les parents manderont une autopsie.  Se pouvait-il qu’on l’ait empoisonnée ? Nenni. Durant l’opération post mortem, ils découvriront,  stupéfaits, la présence de l’image de la vierge, à l’intérieur du cœur de la défunte :  « même  pour ceux, hommes ou femmes, qui veulent taire leur grand foi dans la sainte,  cette dernière s’arrange toujours pour que cela soit  établi et reconnu« .

Suite à l’histoire et, comme dans chaque miracle, les témoins, en l’occurrence les parents et leur entourage verront leur foi et leur dévotion renforcées.

La Cantiga de Santa Maria  188 par Eduardo Paniagua

« Cantigas de Mujeres »   de Eduardo Paniagua

Nous vous avons déjà parlé, à plusieurs reprises, de Eduardo Paniagua. Grand musicien espagnol, passionné de musiques médiévales profanes ou sacrées, on lui doit de nombreux albums sur ce thème.  Concernant les Cantigas de Santa Maria en particulier, chanson-medievale-cantiga-santa-maria-188-album-eduardo-paniagua-moyen-ageson legs est immense puisqu’au fil du temps , il a fini par toutes les enregistrer dans de nombreux albums classés par thématique. Dans ce vaste travail on retrouve même, quelquefois, plusieurs versions  de la même Cantiga. C’est le cas  de cette Cantiga 188.

Dans un double album daté de 1998, intitulé Cantigas de SevillaEduardo Paniagua   en  avait déjà proposé une version instrumentale. En 2011, avec l’album   Cantigas de Mujeres, il en proposait, cette fois, un version vocale et instrumentale qui est celle que nous vous proposons aujourd’hui. En plus cette pièce, l’album en présente 8 autres issues du legs d’Alphonse le savant. Comme son titre l’indique, cette sélection  se base  sur le thème des femmes dans les Cantigas de Santa Maria, même s’il faut noter que ces dernières présentent un nombre de récits bien plus grand qui mettent en scène de femmes.

Cet album est toujours disponible et on peut encore en trouver quelques copies à la vente en ligne   : Cantigas de Mujeres, Album de Edouardo Paniagua.


La Cantiga  de Santa Maria  188
du   galaïco-portugais au français moderne

Esta é dũa donzéla que amava a Santa María de todo séu coraçôn; e quando morreu, feze-a séu padre abrir porque põía a mão no coraçôn, e acharon-lle fegurada a omage de Santa María.

Celle-ci (cette cantiga) est à propos d’une jeune fille qui aimait Sainte Marie de tout son cœur ; Et quand elle mourut, ses parents la firent ouvrir parce qu’ils pensaient qu’on l’avait empoisonnée, et ils trouvèrent dans son cœur    une image  de la vierge.

Coraçôn d’ hóm’ ou de mollér que a Virgen muit’ amar,
macá-lo encobrir queiran, ela o faz pois mostrar.

Cœur  d’hommes ou de femmes qui aiment beaucoup la Vierge,
Même quand ils veulent le cacher (couvrir), cette dernière fait le nécessaire pour que cela soit montré.

Desto ela un miragre mostrou, que vos éu direi,
a que fix bon son e cobras, porque me dele paguei;
e des que o ben houvérdes oído, de cérto sei
que haveredes na Virgen porên mui mais a fïar.

Coraçôn d’ hóm’ ou de mollér que a Virgen muit’ amar…

A propos de cela, elle fit un miracle que je vous conterai
Et duquel je fis un bon son et de bonnes strophes, pour que vous puissiez   m’en payer (?)
Et dès que vous l’aurez entendu, je suis bien certain
Que vous aurez encore plus confiance dans le pouvoir de la vierge.

Refrain

Esto por ũa donzéla mostrou a Sennor de prez,
que mui de coraçôn sempre a amou des meninnez
e servía de bon grado; porên tal amor lle fez,
que o ben que lle quería non llo quis per ren negar.

Coraçôn d’ hóm’ ou de mollér que a Virgen muit’ amar…

Le dame de grande valeur montra ceci par une jeune fille (donzelle) 
Qui de tout son cœur, l’avait aimée depuis toujours et depuis l’enfance
Et qui la servait de bonne volonté ; pour cela, elle lui tenait un tel amour
Que le bien qu’elle lui voulait, elle n’aurait pu le nier en rien.
Refrain

Esta donzéla tan muito Santa María amou,
que, macar no mund’ estava, por ela o despreçou
tanto, que per astẽença que fazía enfermou,
e un mes enteiro jouve que non pode ren gostar

Cette donzelle aimait si fort Sainte Marie
Que, bien qu’elle était dans le monde, pour la Sainte elle le méprisait
tant, que par les jeûnes (abstinences) qu’elle fit, elle tomba malade
Et elle demeura ainsi, durant un mois entier, sans pouvoir rien apprécier

do que a comer lle davan e a bever outrossí.
E pero que non falava, segundo com’ aprendí,
se lle de Santa María falavan, en com’ oí,
ao coraçôn a mão ía tan tóste levar.

Coraçôn d’ hóm’ ou de mollér que a Virgen muit’ amar…

De ce qu’on lui donnait à manger et à boire.
Et bien qu’elle ne parlait pas, suivant ce que j’ai appris,
Si on lui parlait de Sainte Marie, comme je l’entendis dire,
Elle posait aussitôt sa main sur son cœur.
Refrain

A madre, que ben cuidava que éra doente mal
e que o põer da mão éra ben come sinal
que daquel logar morría; e quis Déus, non houv’ i al,
que a sa Madre bẽeita a fosse sigo levar.

Coraçôn d’ hóm’ ou de mollér que a Virgen muit’ amar…

La mère, était bien convaincue qu’elle était gravement malade
Et qu’elle mettait sa main ainsi pour signaler
Un mal à cet endroit dont elle allait mourir ; Et Dieu voulut, sans plus attendre,
Que sa mère bénie s’en fut pour emporter la jeune fille.
Refrain

O padr’ e a madre dela, quando a viron fĩir,
cuidaron que poçôn fora e fezérona abrir;
e eno coraçôn dentro ll’ acharon i sen mentir
omagen da Grorïosa, qual x’ ela foi fegurar.

Coraçôn d’ hóm’ ou de mollér que a Virgen muit’ amar…

Son père et la mère, quand ils la virent mourir,
Crurent qu’elle avait été empoisonnée et la firent ouvrir;
Et, sans mentir, ils trouvèrent à l’intérieur de son cœur,
L’image de la glorieuse, comme la jeune fille se l’était imaginée (figurée).
Refrain

E dest’ a Santa María déron porên gran loor
eles e toda-las gentes que éran en derredor,
dizendo: “Bẽeita sejas, Madre de Nóstro Sennor,
que a ta gran lealdade non há nen haverá par.”

Coraçôn d’ hóm’ ou de mollér que a Virgen muit’ amar…

Et à partir de cet instant, ils firent de grandes louanges à Sainte Marie
Eux et tous les gens qui les entouraient
En disant : « Bénie sois-tu, Mère de notre Seigneur,
Toi dont la grande loyauté n’a et n’aura jamais d’égale. »
Refrain.


En vous souhaitant une belle    journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes  ses formes.

Cantiga de Santa Maria 375, un miracle de guérison autour de Santa-Maria del Puerto

musique_espagne_medievale_cantigas_santa_maria_alphonse_de_castille_moyen-age_centralSujet : musique médiévale, Cantigas de Santa Maria, galaïco-portugais, culte marial, miracles, Sainte-Marie, vierge, pèlerin, guérison, El Puerto de Santa Maria
Période  : moyen-âge central, XIIIe siècle
Auteur : Alphonse X  (1221-1284)
Titre :  Cantiga  375 En todo nos faz merçee
Ensemble : Grupo de Música Antigua, dir Eduardo Paniagua
Album : Remedios Curativos (1997)

Bonjour à tous,

D_lettrine_moyen_age_passionu côté du culte marial médiéval, voici une nouvelle Cantiga de Santa Maria tirée du corpus d’Alphonse X de Castille.  C’est un nouveau récit de miracle qui porte, cette fois, sur la guérison d’un cheval mourant sauvé par l’intervention de la Sainte. Il fait partie d’un groupe de chants dédiés a Santa Maria del Puerto.

Alphonse X et Santa Maria del Puerto

culte-marial-medieval-cantigas-santa-maria-alphonse-X-El-puerto-santa-maria-vierge-des-miraclesEn 1260, le souverain de Castille reprit le port et la cité d’Alcanatif (Alcanate) des mains des conquérants musulmans qui l’occupaient depuis les débuts du VIIIe siècle. Il rebaptisa alors le lieu Santa Maria del Puerto. Un château y fut bientôt édifié (le Castillo de San Marcos) sur le site de l’ancienne mosquée et une église dédiée à Sainte-Marie del Puerto fut fondée. L’Ordre de Santa María de España crée par Alphonse X y fut également établi.

Aujourd’hui, El puerto de Santa María est visitée pour ses attraits balnéaires mais on peut encore y croiser des pèlerins. Une procession y est aussi organisée, chaque année, en septembre, autour de la Sainte, également connue sous le nom de la vierge des Miracles.

Le Cancionero de Santa Maria de El Puerto

Les chants dédiés a Sainte-Marie du port sont au nombre de vingt-quatre dans l’ensemble du corpus des Cantigas d’Alphonse le Savant. Ils sont généralement regroupés sous le nom de Cancionero de Santa Maria de El Puerto ( Santa Maria do Porto).

Eduardo  Paniagua et les Remèdes curatifs
dans les Cantigas de Santa Maria

Nous vous avons déjà touché un mot ici de Eduardo Paniagua (Voir portrait détaillé ici). Ce passionné de musiques médiévales s’est forgé une grande réputation du côté de la péninsule ibérique. S’il ne s’est pas limité au répertoire des Cantigas d’Alphonse X, il leur a néanmoins dédié un nombre impressionnant d’albums, au moyen de divers regroupements thématiques. Il a même réussi à couvrir ainsi l’ensemble de ce corpus et, à ce jour, c’est une des seuls, cantigas_santa-maria_miracle_culte_marial_moyen-age_musique_chanson_medievale_eduardo_paniagua_alphonse-Xà notre connaissance, à l’avoir fait.

En 1997, entouré de sa formation le Grupo de Música Antigua, le grand directeur de musique espagnol proposait un album de onze Cantigas de Santa Maria sur le thème des remèdes curatifs (pour une autre pièce issue de cet album, voir aussi Cantiga 189 : dragon, poison et guérison miraculeuse pour un courageux pèlerin) Il est toujours disponible à la vente et voici un lien qui vous permettra de le découvrir ou de l’acquérir au format CD ou MP3 : Remedios Curativos – Cantigas de Santa Maria


La Cantigas de Santa Maria 375
et sa traduction en français moderne

Como Santa María do Porro guariú un cavalo dun escrivá del Rey que lle quería morrer.

Comment Sainte-Marie du Port guérit le cheval mourant d’un scribe du roi.

En todo nos faz merçee
a Sennor que todo vee.

Elle nous est miséricordieuse (fait grâce)  en tout
La Dame qui voit tout

Merçee por humildade
nos faz, e por sa bondade
acorre con pïadade
a quen lle pede merçee.

En todo nos faz merçee
a Sennor que todo vee.

Elle nous fait miséricorde par humilité
et par sa grande  bonté
Et  secourt avec piété,
Qui lui demande sa grâce.

Refrain

Sequer enas bestias mudas
nos mostra muitas aiudas
grandes e mui conosçudas
a Senor que todo vee.

En todo nos faz merçee
a Sennor que todo vee.

Au moins pour les bêtes muettes,
Elle nous montre ses nombreuses aides
Grandes et très célèbres 
La Dame qui voit tout.

Refrain

E de tal razon fremoso
miragre maravilloso
a Madre do Glor’ioso
fezo , comprida merçee,

En todo nos faz merçee
a Sennor que todo vee.

Et sur ce beau sujet,
La Mère du Glorieux  fit

Un miracle merveilleux
(démontrant sa) parfaite Miséricorde.

Refrain

Na çibdade de Sevilla,
que é grand’ a maravilla,
mostrou a Madr’ e a Filia
de Deus que nos sepre vee,

En todo nos foz merr¡ee
a Sennor que todo vee.

Dans la cité de Séville,
Qui est grande par ses merveilles
Elle a montré la mère et fille 
De Dieu qui toujours nous voit

Refrain

A Bonamic, que avía
seu cavall’ e lle morría.
Porend’ a Santa María
do Porto pidiu merçee

En todo nos faz merçee
a Sennor que todo vee.

A Bonamic (1), qui avait
Son cheval qui se mourait
Et pour cela, avait demandé grâce
à Sainte-Marie 
du Port.

Refrain

Que, se ll’o cavalo désse
vivo, porende possesse
un de cera que sevesse
ant’ ela que todo vee.

En todo nos faz merçee
a Sennor que todo vee.

Que, si elle sauvait la vie du cheval,
Il ferait don 
d’un de cire qu’il possédait,
Devant celle qui voit tout (en son sanctuaire).

Refrain

Est’escrivan del Rey era,
que do cavalo presera
mui gran coita e soubera
que morría; e merçee

En todo nos faz mercee
a Sennor que todo vee.

 Et celui-là qui était scribe du roi,
Etait pris pour ce cheval, 
De grande douleur, sachant
Qu’il allait mourir: et miséricorde.

Refrain

Pidiú aa Glorfosa
que é Sennor pïadosa,
que de ll’o dar poderosa
é, ca nossas coitas vee.

En todo nos faz mercee
a Sennor que todo vee.

Il a demandé à la Glorieuse
Qui est dame de piété
Qu’elle accorde de son pouvoir
Car elle voit toujours nos ennuis.

Refrain

E ú iazía tendudo
ia come mort’ e perdudo,
fez-ll’o a que noss’escudo
é viver por sa merçee.

En todo nos faz mercee
a Sennor que todo vee.

Et à celui qui était étendu 
Comme mort et déjà perdu,
Celle qui est notre bouclier le fit,
Vivre par sa miséricorde.

Refrain

E tan toste deu levada
e comeu muita çevada.
E porem foi mui loada
a Senor que todo vee.

En todo nos faz merçee
a Sennor que todo vee.

Et aussitôt que la bête fut levée;
Elle mangea de grandes quantités d’orge
Et La dame qui voit tout
fut, de tous, grandement  louée.

.

Refrain

(1) Bonamic Zavila, clerc et scribe du roi établi à Murcia, qui, selon l’universitaire Jesús Montoya Martínez ( Cancionero de Santa María de El Puerto) a également accompagné le souverain Alphonse X durant un voyage qu’il effectua à Beaucaire  pour visiter le pape.


Retrouvez l’index de toutes les Cantigas de Santa Maria traduites et commentées par nos soins, et présentées par les plus grands ensembles de musique médiévale,

Une très belle journée à tous.
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen-Age sous toutes ses formes.

Un bol d’argent plein d’amertume: le miracle de la Cantiga de Santa Maria 152

 musique_espagne_medievale_cantigas_santa_maria_alphonse_de_castille_moyen-age_centralSujet :  musique médiévale, Cantigas de Santa Maria, galaïco-portugais, culte marial, miracles, Sainte-Marie.
Epoque : moyen-âge central, XIIIe siècle
Auteur :  Alphonse X  (1221-1284)
Titre :  Cantiga 152, le bol d’argent
Tantas nos mostra a Virgen
Direction : Eduardo Paniagua  (2003) 
Album : Caballeros, Cantigas de Alfonso X, el sabio

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous poursuivons ici l’exploration des Cantigas de Santa Maria, chansons médiévales toutes entières dédiées au culte marial et à la vierge, léguées à la postérité par le roi espagnol Alphonse X de Castille, dans le courant du XIIIe siècle. Aujourd’hui, c’est la Cantiga numero 152 que nous vous présentons par le détail.

Culte Marial

La bonté d’une Sainte et la bienveillance d’une mère, au secours de l’homme médiéval

C’est une évidence mais on ne peut s’intéresser au moyen-âge en Europe occidentale, sans se pencher sur ses aspects profondément chrétiens et, dans ce cadre, on peut encore moins occulter le culte qui s’y développe autour de la vierge Marie, et ce monument qu’il lui est dédié et que représentent les Cantigas de Santa Maria.

En Occident, le culte marial s’intensifie autour du VIIe siècle avec l’entrée dans le calendrier de fêtes destinées à célébrer la Sainte incarnée et sa maternité. Cette force s’affirmera encore du IXe au XIe siècle et, au XIIe siècle, les images et les réflexions associées à la « madre dolorosa » accompagnant son fils sur la croix lui conférera plus que jamais un statut unique dans le coeur des croyants. Entre le ciel et la terre, la mère de Dieu sera alors devenue celle de tous les hommes, capable de leur offrir le salut et prompte à les secourir. Mère de miséricorde, le XIIe et le XIIIe la vénéreront encore culte_marial_sainte_vierge_marie_moyen-age_chretien_miracles_cantigas_santa_maria_musique_medievaleintensément à travers des productions artistiques dans tous les domaines et de nombreux récits de Miracles. (1)

Au XIIIe siècle, les Cantigas de Santa Maria sont chantées à la cour d’Espagne, elles résonnent aussi dans les chants des pèlerins et les accompagnent sur le chemin de la rédemption au long des grandes routes souvent périlleuses du moyen-âge. A la faveur de certains prêcheurs de l’Eglise, cet « amour » de la Sainte héritera même par endroit des formes et des contours de la lyrique courtoise. L’émotion qu’elle suscite chez bon nombre d’hommes occidentaux, au coeur du moyen-âge, nous est sans doute aujourd’hui difficile à percevoir dans toute sa profondeur et sa complexité mais elle recouvre une réalité indubitable dont nous gardons encore de nombreux témoignages.

Sainte miraculeuse, mère des mères, dames des dames, touchée par la grâce divine et pleine de miséricorde, icone féminine sublime de bonté et de pureté, cette « notre dame » qui est même devenue le symbole de l’Eglise toute entière est, pour l’homme médiéval, capable plus encore que tout autre Saint d’intercéder efficacement auprès de son fils, le Christ, le Dieu mort en croix et d’obtenir son oreille et sa mansuétude. A lui, on n’ose pas toujours d’adresser directement, jamais tout à fait certain d’en être digne, ni d’avoir son écoute et comme on la crédite de cette bonté infinie. tout autant que de cette proximité, elle apparaît aussi, souvent et se montre quand on l’appelle, pour peu qu’on le fasse avec une foi sincère. Ainsi, l’histoire de la Cantiga 152 est encore celle d’un miracle et d’une apparition.

La Cantiga 152 par Eduardo Paniagua

Eduardo Paniagua et les chevaliers dans les cantigas de Santa Maria

Nous avions déjà dédié à Eduardo Paniagua, un long article à l’occasion de notre présentation détaillée de la Cantiga 23  (celle du miracle du vin). Aussi, si vous désirez en savoir plus sur ce brillant et talentueux musicien espagnol entièrement dévoué au répertoire médiéval, nous vous invitons à le consulter.

Rappelons simplement que dans les nombreuses productions musicales médiévales qu’il a ramené à la lumière et réinterprétées, on doit à Eduardo Paniagua l’immense travail d’avoir recompilé et musique_espagne_medievale_culte_marial_eduardo_paniagua_alphonse_de_castille_caballeros_cantigas_santa_maria_chevalier_moyen-ageenregistré l’ensemble des Cantigas de Santa Maria.

Dans un album de 2003 ayant pour titre Caballeros, il proposait une selection des Cantigas d’Alphonse le Sage, sur le thème des chevaliers et de la chevalerie. C’est de cet album qu’est tiré l’interprétation de la Cantiga 152 du jour.  Vous le trouverez disponible à la vente en ligne sous ce lien : Caballeros


La Cantiga 152 Un bol d’argent plein d’amertume pour un chevalier débauché

P_lettrine_moyen_age_passion copiaetits pélerins, simple gens, marchands, bourgeois, seigneurs et princes, les miracles des Cantigas de Santa Maria ne font pas d’ostracisme social et la vierge ne distingue pas entre les classes pour accomplir ses prodiges. Bien au contraire, la multiplicité des exemples ne fait que renforcer l’idée que la Sainte est à portée de tous.  Le Miracle, cette fois-ci, concerne un chevalier.

Como u bon cavaleiro d’armas, pero que era luxurioso, dezia sempr’ «Ave Maria», e Santa Maria o fez en partir per sa demostrança.

Comment un bon chevalier d’armes, mais qui était plein de luxure, disait toujours « Ave Maria » et comment Sainte Marie par sa démonstration lui permis de s’en défaire.

Bien qu’il invoqua souvent le nom de la vierge en disant « Ave Marie », l’homme ne se rendait jamais aux messes, ni aux offices et ne priait guère non plus. Fort talentueux dans les arts de la guerre et doté d’un grand courage, il demeurait aussi arrogant et licencieux, se rendant coupable de tous les péchés de luxure, les plus grands comme les plus petits.

cantigas_santa_maria_miracle_culte_marial_chevalier_moyen-age_alphonse_X_espagne_medievaleUn jour, l’homme se trouva en grande lutte avec lui-même, désireux de s’amender au fond de son âme mais au dilemme, car son corps ne voulait abandonner les plaisirs de chair qu’il goûtait par ailleurs et auxquels il s’était habitué. Et tandis qu’il était au débat, ne sachant trancher, la « glorieuse » lui apparut, tenant dans sa main un magnifique bol d’argent grand et luisant. A l’intérieur du récipient, se tenait un mets de couleur jaunâtre et abjecte, à la saveur amère et à l’odeur  nauséabonde et fétide.

A la vue du liquide, le chevalier fut pris d’une grande peur et somma l’apparition de vouloir se nommer. La Sainte lui répondit : « Je suis Sainte Marie et je viens avec ce bol te décrire ta situation afin que tu les abandonnes tes erreurs. Car, vois-tu, ce bol te montre que tu es beau et doté de très grandes qualités. Et pourtant, comme tu es aussi plein de péchés et sale dans ton âme, tu empestes comme ce mets malodorant et tu iras en enfer, qui est plein d’amertume.

Ayant prononcé ces mots, la vierge s’en fut, et depuis cet instant là jusqu’à la fin de ses jours, le chevalier s’amenda et vécut dans la droiture. Et quand son âme fut séparée du corps, il s’en fut dans le lieu de Paradis où il vit la vierge sainte qui est la dame des dames.

Refrain « La vierge nous montre tant de merci et d’amour
Que jamais et pour aucune raison nous ne devons être de mauvais pêcheurs. »


La Cantiga de Santa Maria 152
en  galaïco-portugais original

Como u bon cavaleiro d’armas, pero que era luxurioso, dezia sempr’ «Ave Maria», e Santa Maria o fez en partir per sa demostrança.

Tantas nos mostra a Virgen de mercees e d’ amores
que per ren nunca devemos seer maos pecadores.

E dest’ un mui gran miragre mostrou por un cavaleiro
que apost’ e fremos’ era e ardid’ e bon guerreiro;
mas era luxurioso soberv’ e torticeiro,
e chẽo d’ outros pecados muitos, grandes e mẽores.
Tantas nos mostra a Virgen de mercees e d’ amores
que per ren nunca devemos seer maos pecadores.

Este per ren madodynnos nen vesperas non oya,
nen outras oras nen missa; pero en Santa Maria
fiava e muitas vezes a saudaçon dizia
que ll’ o Sant’ Angeo disse, de que somos sabedores.
Tantas nos mostra a Virgen de mercees e d’ amores
que per ren nunca devemos seer maos pecadores.

E un dia, u estava cuidando en ssa fazenda
com’ emendass’ en sa vida, e avia gran contenda,
ca a alma conssellava que fezesse dest’ emenda,
mas a carne non queria que leixasse seus sabores;
Tantas nos mostra a Virgen de mercees e d’ amores
que per ren nunca devemos seer maos pecadores.

El estand’ en tal perfia, pareceu-ll’ a Groriosa
con ha branqu’ escudela de prata, grand’ e fremosa,
chẽa dun manjar mui jalne, non de vida saborosa,
mas amarga, e sen esto dava mui maos odores.
Tantas nos mostra a Virgen de mercees e d’ amores
que per ren nunca devemos seer maos pecadores.

U a viu o cavaleyro, foi con medo [e]spantado
e preguntou-lle quen era. Diss’ ela: «Dar-ch-ei recado:
eu sõo Santa Maria, e venno-te teu estado
mostrar per est’ escudela, porque leixes teus errores.
Tantas nos mostra a Virgen de mercees e d’ amores
que per ren nunca devemos seer maos pecadores.

Ca ves, esta escudela mostra-ti que es fremoso
e ás muitas bõas mannas; mas peccador e lixoso
es na alma, poren cheiras com’ este manjar astroso,
per que yrás a inferno, que é chẽo d’ amargores».
Tantas nos mostra a Virgen de mercees e d’ amores
que per ren nunca devemos seer maos pecadores.

E pois ll’ ouv’ aquesto dito, a Virgen logo foy ida;
e el dali adeante enmendou tant’ en sa vida,
per que quando do seu corpo a ssa alma foy partida,
foi u viu a Virgen santa, que é Sennor das sennores.
Tantas nos mostra a Virgen de mercees e d’ amores
que per ren nunca devemos seer maos pecadores.


Retrouvez l’index de toutes les Cantigas de Santa Maria traduites et commentées, avec leur interprétation  par les plus grands ensembles de musique médiévale,

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

(1) Voir  Débora González Martínez, Sur la translatio de miracles de la Vierge au Moyen Âge. Quelques notes sur les Cantigas de Santa Maria, FMSH-WP-2014-57, janvier 2014