Archives par mot-clé : hygiène

Humour : Comment reconnaître un roi au moyen-age, selon les Monty Python ?

film_moyen_age_cine_sacre_graal_monty_pythonSujet :   humour, légendes arthuriennes,  roi Arthur, extraits, citations, cinéma,  médiéval  fantaisie, hygiène  , idées reçues
Titre :   Sacré Graal (the Holy Grail)
Période    :   haut moyen-âge, moyen-âge central
Réalisation  :    
Les Monty Python  ( 1975)

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous vous proposons un peu d’humour moderne sur le moyen-âge, avec un nouvel extrait de dialogues du Sacré Graal des Monty Python.  Tandis que le roi Arthur (Graham Chapman) bat la campagne, accompagné de son fidèle serviteur Patsy  (Terry Gilliam) et ses deux noix de coco, il passe au milieu de   son peuple et   la confrontation donne lieu à des échanges hilarants.

Ça doit être un roi…

On se souvient de la scène des paysans  révolutionnaires et  de leur petite leçon de démocratie participative totalement anachronique et décalée.  Ici, c’est un peu différent.  Le légendaire  roi breton ne fait que traverser un village, en suscitant  les commentaires de deux  gueux :  un villageois    (John Cleese)  et un ramasseur de cadavres (Eric Idle) qui pataugent, tous deux, dans la plus  horrible  des fanges.

Extrait de dialogue (Sacré Graal – Monty Python)

Villageois :  C’est qui lui ?
Ramasseur de cadavres :    J’en sais rien.    Ça doit être un roi.
Villageois :   Qu’est-ce qui te fait dire ça ?
Ramasseur de cadavres : Il n’est pas   (totalement)  recouvert de m….

Version originale   anglaise.

First Man : Who’s that then?
Second Man : I dunno. Must be a king.
First Man  : Why?
Second Man :  He hasn’t got shit all over him.

Rire du moyen-âge  aux temps modernes

jacquouille-la-fripouille-humour-cinema-visiteurs-hygiene-moyen-ageDepuis quelque temps déjà et grâce aux médiévistes, on sait  que la Renaissance  a été une période plutôt moins hygiénique que le Moyen-âge, avec moins de bains publics, moins de mesures prises sur l’hygiène corporelle, etc … (voir l’Ecole de Salerne et l’usage des bains).

Les préjugés, à ce sujet perdurent pourtant, et de leur côté, l’humour et la comédie moderne ne se privent pas de faire rire avec cette idée reçue. Cette dernière est même presque devenue indissociable quand il s’agit de faire rire du moyen-âge et on la retrouve dans un grand nombre de films de cinéma ou de séries comiques : du  Jacquouille la fripouille des Visiteurs ( incarné par le très drôle Christian Clavier), aux pécores de  la série  TV Kaamelott d’Alexandre Astier (Serge Papagalli et Gilles Graveleau) ou même  au personnage de Karadoc, au moment du bain  (Jean-Christophe Hembert).

Il ne faut pas y voir de mal. C’est une convention humoristique  et une référence que tout le monde partage. D’ailleurs, il faut bien reconnaître que, même en connaissant l’origine  de l’idée, l’effet est toujours réussi et nous fait toujours rire.

Voir un autre article sur le Sacrée Graal des Monthy python

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Quand la médecine médiévale se mêlait d’amour et de qualité de vie au sens large

medecine_medievale_enluminures_saignee_ecole_salerne_flos_medicinae_moyen-age_centralSujet :  médecine, citations médiévales, école de Salerne, Europe médiévale, science,  manuscrit ancien, hygiène, nature,  santé
Période: moyen-âge central (XIe, XIIe siècles)
Titre:  l’Ecole de Salerne (traduction de 1880)
Traducteur : Charles Meaux Saint-Marc

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous parlons d’Amour, mais pas d’amour courtois et bien plutôt d’amour et de Santé puisque c’est de la bouche des médecins de l’Ecole médiévale de Salerne que viennent ces mots que nous allons vous faire partager.

De l’influence de l’amour sur la santé

Y-a-t-il une saison propice à l’Amour ? Fait-il partie de l’équilibre, de l’hygiène de vie et contribue-t-il à la santé ? A cette question, la médecine médiévale du Regimen Sanitatis répond définitivement oui. Elle le conjugue même, comme toute chose, au rythme des saisons, et nous y apprenons encore que l’Amour impur est « fatal et détruit la santé ».

« Le printemps de l’Amour est la saison propice;
L’hiver permet encore un si doux sacrifice;
L’automne, en l’exigeant, assure la santé.
Mais au printemps languit l’appétit rebuté;
L’hiver refroidit vite un amour éphémère;
L’automne trop souvent nous ravit la lumière.
L’amour est salutaire avec sobriété;
Impur, il est fatal et détruit la santé. »
L’Ecole de Salerne, “Flos medicinae vel regimen sanitatis salernitanum”  Traduction par Charles Meaux Saint-Marc (1880)

Les conditions d’une vie agréable

O_lettrine_moyen_age_passionn le comprend de plus en plus au fil de la lecture de ce manuscrit ancien du moyen-âge central, la médecine de Salerne est holistique. Hygiène  et conditions de vie s’y mêlent étroitement et tout influe sur l’état de santé : l’alimentation, l’exercice, les états émotionnels, les fréquentations, l’amour, l’ennui, le loisir, les vents, les planètes et tout amour_medecine_medievale_holistique_hygiene_ecole_salerne_regimen_sanitatis_science_moyen-age_centralce qui entre aussi par nos sens (odorat, vue, ouie, etc,…).

Ici, non contents de nous parler d’Amour, nos doctes savants et médecins médiévaux nous prodiguent encore des conseils d’ordre général pour créer les conditions d’une vie agréable, propices au maintien de la santé et au prolongement de l’existence : entre la façon de se vêtir (colorée), de festoyer entre amis (avec mesure), de se laisser aller au « charme adoucissant » de belles rimes et des belles poésies, et même de s’assurer l’amour et les attentions d’une belle femme aux attraits caressants, qu’à l’aulne de certaines de nos valeurs modernes, d’aucun(e)s jugeront peut-être quelque peu « chosifiée » dans l’opération (et où l’on comprend que l’ouvrage s’adresse plutôt sur ces quelques pieds de vers au moins à une clientèle masculine).

« Recherche des beaux vers le charme adoucissant,
L’enjoûment de la femme, et l’attrait caressant,
Tout ce qui rend la vie et plus douce et plus belle;
Fuis des procès bavards la lenteur immortelle.
Revêts d’habits nouveaux les riantes couleurs,
D’une aimable maîtresse implore les faveurs.
Sieds-toi, non sans amis, à table savoureuse,
Bois du vin qui te plaît la coupe généreuse.
Veux-tu de tes plaisirs prolonger le succès?
Du vice et de la table évite les excès. »
“Flos medicinae vel regimen sanitatis salernitanum”
Traduction par Charles Meaux Saint-Marc (1880)

P_lettrine_moyen_age_passion copiaSi nul ne désavouerait aujourd’hui l’influence de l’équilibre psychologique autant que l’importance de chaque chose sur l’état de santé et même pourquoi pas sur la tenue du système immunitaire, il reste toujours plaisant d’imaginer, pour le décalage, un médecin généraliste moderne déclamer, au sortir d’une consultation, ces quelques vers sur l’amour et sur les conditions générales de vie dans une grande envolée hygiéniste et holistique. La plupart d’entre nous s’en trouverait, à n’en pas douter, surpris.

Comment ne pas céder, amour_medecine_medievale_hygiene_ecole_salerne_regimen_sanitatis_science_moyen-age_centralpourtant, au charme incomparable de ces rimes et ces vers qui s’invitent jusque dans la science et la médecine médiévale ? Le Regimen Sanitatis est loin d’en être l’unique exemple et on retrouvera cela avant lui dans la médecine d’un Avicenne.

Nous avons, semble-t-il, perdu en route cet usage du vers et de la rime depuis le moyen-âge, au bénéfice graduel de la prose. Cette tendance s’est confirmée et la poésie est indéniablement en recul dans notre monde moderne bien plus encore au XXIe siècle, qu’elle ne le fut au XXe siècle. Pourtant, durant des millénaires et courant tout au long du monde médiéval, on trouvait de l’élégance au vers, jusqu’à  leur prêter même, comme on le voit ici, des vertus salutaires.

En vous souhaitant une excellente journée !

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

principes généraux d’hygiène et de médecine médiévale avec l’Ecole de Salerne

medecine_medievale_ecole_salerne_science_savant_Regimen_SanitatisSujet :  médecine, citations médiévales, école de Salerne, Europe médiévale, science,  manuscrit ancien, hygiène, nature,  santé
Période: moyen-âge central (XIe, XIIe siècles)
Titre:  l’Ecole de Salerne (traduction de 1880)
Auteur :  collectif d’auteurs anonymes
Traducteur : Charles Meaux Saint-Marc

Bonjour à tous

S_lettrine_moyen_age_passionuivons encore un peu, aujourd’hui, le fil de la médecine médiévale de  l’Ecole de Salerne, armés de notre Regimen Sanitatis Salernitanum, ce manuscrit ancien qui nous vient d’un temps où l’on mettait en vers les principes d’hygiène et de santé afin qu’ils medieval_frisure_decoration_ornement_moyen-age_passionsoient mieux mémorisés  et mis en pratique.

Même si on ne saurait la résumer qu’à cela, cette médecine en  rimes  met en avant des principes naturalistes qui semblent ne pas en finir d’enjoindre l’homme à retourner se plonger régulièrement dans les espaces naturels pour son bien-être, autant que sa santé. De fait, certains vers  de cet ouvrage ne sont pas dénués d’une certaine forme de lyrisme. Les médecins de Salerne y chantent la nature dans ses beautés autant que ses bienfaits, en nous donnant l’envie de nous y transporter, sans attendre. Le passage d’aujourd’hui nous parle, tout à la fois, d’équilibre nerveux, de fortifier le cerveau,  la vue et les autres organes et même de les « recréer » (régénérer). Et pour nous y aider il  nous enjoint, entre autre chose, d’aller marcher dans les forêts, les montagnes, le long des ruisseaux  et de plonger nos yeux dans tous les trésors de couleur que la nature offre au regard. Voilà une médecine bien charmante.

ecole_salerne_citation_medecine_medievale_hygiene_lyrisme_nature_moyen-age_central

M_lettrine_moyen_age_passionalgré les phénomènes certains d’urbanisation du moyen-âge central, on sent bien  l’omniprésence d’une nature  encore toute proche et qui s’affirme jusque dans cette médecine. Il est bien sûr permis de se demander également si l’hyper urbanisation de la fin du XIXe et du  medieval_frisure_decoration_ornement_moyen-age_passionXXe siècle nous a pas fait perdre de vue l’importance de cette relation étroite sur notre état de santé générale.

Au fond,  les exodes rurales  consécutives à la révolution industrielle, la mécanisation des travaux agricoles et le dépeuplement des campagnes au bénéfice des villes  et de leurs promesses de  travail et d’opulence économique (sont-elles toujours tenues ?) sont  relativement récentes dans notre Histoire. Il demeurait encore  jusqu’au milieu du XXe siècle de nombreux  hommes et femmes  vivant  de la terre et proches de la nature et de ses cycles même si cette dernière était déjà domestiquée. Les distances et la fréquence des interactions de l’homme urbain avec l’environnement « naturel » se sont depuis largement étirées.  Peut-être ne faudrait-il donc pas trop vite écarter l’importance des préceptes d’une médecine qui fut valable durant des siècles et la sous-estimer? Du reste, sans doute que certaines affirmations qui se trouvent ici faites ne seraient pas désavouées, y compris par la médecine moderne : la marche et l’exercice régulier, le grand air, etc.

Au delà  de ce constat d’une médecine connectée aux espaces et aux rythmes naturels qui ne cesse d’affirmer l’importance pour la santé de l’homme d’une certaine forme de symbiose,  on lira encore dans ces préceptes d’hygiène venus du moyen-âge central, l’importance accordée déjà à partir du XIIe siècle, à la propreté et l’hygiène du corps, des dents, des yeux,  des mains. Toute chose prompte à déconstruire l’idée d’un monde médiéval sale et ignorant de tout principe sur ces questions. Comme on peut en juger ici, la médecine de Salerne en faisait, en tout cas, la promotion active depuis le XIe siècle. Les médiévistes et historiens le savent bien, mais il est toujours bon de répéter ces choses.

Pour fortifier le cerveau, pour récréer la vue et les autres organes

« D’eau froide, en te levant, baigne au matin tes yeux;
Frotte avec soin tes dents, et peigne tes cheveux:
Tes membres, par la marche, exerçant leur souplesse,
Tu rends à l’âme, au corps, la force et l’allégresse.
Chauffe-toi, hors du bain; saigné, rafraîchis-toi;
Après tes repas, marche, ou bien demeure coi.
Le cristal d’une eau pure et l’herbe des campagnes
Charme et repose l’oeil : gagne donc les montagnes,
Au lever de l’aurore; à midi, les berceaux
Et l’ombre des grands bois; au soir, les clairs ruisseaux.
De ces objets mouvants les teintes azurées,
De violet, de pourpre, ou de vert colorées,
Apaisent l’oeil ravi par leur calme beauté.
Laver souvent ses mains profite à la santé:
Au sortir des repas suis un facile usage
Qui te ménagera toujours double avantage:
Des mains propres d’abord, puis des yeux plus perçants,
Grâce aux nerfs raffermis dans leurs ressorts puissants. »

L’Ecole de Salerne,  hygiènes, principes généraux .
Extrait, citation médecine médiévale: hygiène, influences physiques
“Flos medicinae vel regimen sanitatis salernitanum”  Traduction par Charles Meaux Saint-Marc (1880)

En vous souhaitant une belle journée à tous.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes