Archives par mot-clé : Oxford Poetry

Goblin Feet : en 1915, une belle poésie de JRR Tolkien dans la revue Oxford Poetry

jrr-tolkien-poesie-oxford-gobelin-monde-medieval-fantastiqueSujet  :   poésie,  oxford, gobelins,  magie, féerie,   littérature anglaise,   fantaisie, fantasy.
Période    : XXe , Angleterre victorienne,
Auteur    :  JRR Tolkien (1892 -1973)
Titre :    Goblin Feet – Les pieds de Gobelins
Sources :   Oxford Poetry   (1915)

Bonjour à tous,

E_lettrine_moyen_age_passionn 1915, paraissait, dans la revue Oxford Poetry, une poésie de JRR Tolkien qui en disait déjà long  sur son intérêt pour le monde des légendes et de la féerie et son talent à les décrire. Il avait alors 23 ans. Un peu plus tard, en 1920, on retrouverait ce texte  dans The Book of Fairy Poetry  (le  livre de la poésie des fées),  édité par  Dora Owen et illustré par Warwick Goble. Ceci marquerait même l’entrée de Tolkien dans le monde de la littérature pour enfants. A la suite de cette parution et tout au long du XXe siècle, le Goblin feet réapparaîtrait dans des ouvrages du même type ou même des anthologies poétiques. Il serait également mentionné dans une biographie de Tolkien datée de 1977 et, plus récemment encore, dans The Annotaded Hobbit de  Douglas A. Anderson (1988).

Une pièce désavouée par Tolkien lui-même

En France, cette poésie compte parmi les textes publiés les moins connus du  grand écrivain,   aussi nous avons  pensé qu’il pourrait être intéressant de vous la faire découvrir.  En 1971, cinquante ans après sa première parution, JRR  désavouerait cette pièce, en signifiant même à  un éditeur qui souhaitait la réimprimer qu’il regrettait  de l’avoir écrite ou publiée. Voici ses propres mots à ce sujet : « Je souhaiterais que cette petite chose malencontreuse, qui représente tout ce que je serais  amené, si peu de temps après, à  détester avec ferveur, puisse être enterrée à jamais. » (I wish the unhappy little thing, representing all that I came (so soon after) to fervently dislike, could be buried for ever).

Quelques pistes

Difficile d’interpréter cela. Certaines sources indiquent qu’il aurait écrit ce poème pour  sa  fiancée  d’alors (Tolkien : A Biography,    Humphrey Carpenter, 1977) « qui aimait le printemps, les fleurs et les arbres et le petit peuple des elfes« . A en juger par la qualité du texte et la richesse des éléments que  Tolkien y a mis, il n’avait pourtant pas boudé son plaisir à l’écrire.

tolkien-poesie-oxford-goblin-feet-traduction-moyen-age-fantastique-fantaisie

Illustration de la poésie Goblin  Feet de Tolkien dans the  Book of Fairy Poetry (1920)

Réaction d’un auteur devenu mature face à une oeuvre de jeunesse ? Certains auteurs soutiennent que  la phrase  de Tolkien ne devait pas être trop prise au sérieux. Il avait pu s’agir en partie d’une pointe d’auto-dérision, voire peut-être de  coquetterie de sa part. Il semble  bien, pourtant, que le texte ne lui plaisait plus.

D’autres y ont vu l’expression possible d’une certaine frustration ou grogne de Tolkien devant les maisons d’édition. N’ayant pu faire paraître son Silmarillion en même temps que le Seigneur des anneaux, malgré de longues tractations avec ses éditeurs,  il aurait pu   se lasser de voir ses « pieds de gobelins » de la première heure,  s’inscrire dans la postérité et ne plus en finir d’être republiés (cf  Jason Fisher – Early Responses to Goblin Feet).   Il est vrai qu’il était   passé, depuis, à un tout autre stade dans son processus de création.

Univers  de contes de fées victoriens

Pour abonder dans ce sens, on notera encore, avec  la spécialiste de littérature fantastique et de Tolkien Dimitri Fimi, que le vocabulaire  et l’ambiance de Goblin feet rattachent la poésie à l’imaginaire victorien en matière de contes de fées et d’êtres fantastiques : gnomes, Leprechauns, petites fées volantes telles la fée clochette de Peter Pan (voir  Dimitri  Fimi « Come sing ye light fairy things tripping so gay”: Victorian Fairies and the Early Work of J.R.R. Tolkien  » – lien alternatif pdf).  Plus tard,  Tolkien allait créer son propre bestiaire et son propre univers, en s’affranchissant largement de ces codes et de ces références. Face à ces petits pieds de gobelins qui semblaient alors l’enchanter,  il allait faire des pieds de ses hobbits une de leur plus curieuse caractéristique.  De son côté, Gollum garderait ce pas furtif des êtres décrits ici, mais les histoires de JRR allaient s’ancrer bien plus résolument dans le monde médiéval.

Retenir la magie

Quoiqu’il en soit, que Tolkien ne nous en veuille pas de republier ici  cette poésie. En accord avec de nombreux éditeurs, nous continuons de la trouver excellente. Comme nous le disions plus haut, elle présente également l’intérêt de nous montrer la fascination précoce  de l’auteur anglais pour les mondes féeriques et  magiques, autant que son aptitude à  en retraduire les ambiances. Sous les émotions   soulevées chez le poète par  cette vision nocturne,  il nous semble aussi lire une   parabole  de ce qu’il aura tenté de faire tout au long de sa vie d’écrivain    :  le merveilleux est là, quelque part dans sa vaste imagination. Il en  est le témoin fasciné et il n’a de cesse de le suivre, pour le graver de sa plume, de crainte qu’il ne disparaisse à jamais. Au fond, tout Tolkien semble déjà contenu dans cette intention :  retenir la magie  et faire en sorte que notre monde  ne réussisse jamais tout à fait à l’anéantir

Vers une traduction française  de Goblin  feet

Nous n’avons pas trouvé de traduction française de cette belle poésie et s’il en existe une, elle nous a, pour l’instant, échappé.  Aussi, nous  avons décidé  de nous y atteler. Une fois de plus, ce n’est pas une adaptation ; nous suivons presque à la lettre le fil littéral de la langue d’origine. La musicalité, le rythme   et le nombre de pieds   sont  perdus  au passage : traduire c’est trahir. Il faut s’y résoudre en poésie plus qu’en toute autre matière. L’exercice n’a d’autres prétentions que de mettre à portée des lecteurs non anglophones   le sens général de ce texte du grand Tolkien.


The Goblin feet de Tolkien
ou les pieds de gobelins

I am off down the road
Where the fairy lanterns glowed
And the little pretty flittermice are flying :
A slender band of grey
It runs creepily away
And the hedges and the grasses are a-sighing.
The air is full of wings,
And of blundering beetle-things
That warn you with their whirring and their humming.
O ! I hear the tiny horns
Of enchanted leprechauns
And the padding feet (1) of many gnomes a-coming !

Je suis au bas de la route,
Où brillaient les lanternes des fées
Et les jolies petites chauve-souris volent :
Une fine bande de gris
Qui s’enfuit de manière terrifiante
Et les haies et les herbes soupirent.
L’air est rempli d’ailes
Et de coléoptères empotés 
Qui vous mettent en garde avec leurs sifflements et bourdonnements
ô ! j’entends les petites cornes
De lutins enchantés
Et les pieds  furtifs de nombreux gnomes qui s’approchent.

O ! the lights : O ! the gleams : O ! the little tinkly sounds
O ! the rustle of their noiseless little robes :
O ! the echo of their feet—of their little happy feet :
O ! their swinging lamps in little starlit globes.

ô ! les lumières : ô ! les lueurs : ô ! les petits tintements
ô ! le bruissement de leurs petites robes silencieuses :
ô ! l’écho de leurs pieds —  de leurs petits pieds joyeux :
ô ! leurs lampes qui se balancent dans leurs petits globes étoilés.

I must follow in their train
Down the crooked fairy lane
Where the coney-rabbits long ago have gone,
And where silverly they sing
In a moving moonlit ring
All a-twinkle with the jewels they have on.
They are fading round the turn
Where the glow-worms palely burn
And the echo of their padding feet is dying !
O ! it’s knocking at my heart—
Let me go ! O ! let me start !
For the little magic hours are all a-flying.

Je dois suivre leur sillage
Jusqu’au bas de la rue de la fée tordue
où les lapins sont allés depuis longtemps déjà.
Et où ils chantent et dansent
En un cercle argenté sous la lune
Tout scintillants des joyaux  qu’ils portent.
Ils disparaissent au détour du chemin
Là où les vers luisants pâlement se consument,
Et l’écho de leurs pieds    furtifs  s’évanouit  (meurt)    maintenant !
ô ! Cela fait battre mon cœur    — 
Laissez moi partir ! ô ! laissez moi m’en aller !
Car les petites heures magiques sont sur le point de s’envoler.

O ! the warmth ! O ! the hum ! O ! the colours in the dark !
O ! the gauzy wings of golden honey-flies !
O ! the music of their feet—of their dancing goblin feet !
O ! the magic ! O ! the sorrow when it dies.

ô ! la chaleur ! ô ! le bourdonnement ! ô ! les couleurs dans l’obscurité
ô ! les ailes translucides  des mouches-à-miel    (abeilles) dorées!
ô ! la musique de leurs pieds  —  de leurs pieds dansants de gobelins
ô ! la magie ! ô ! la tristesse quand tout cela s’arrête. (cela meurt)


(1) Concernant ces padding feet.  Au sens propre  et dans le domaine textile, le mot padding  renvoie   à la notion de matelassage, de rembourrage. To pad peut encore signifier marcher à pied  mais la piste ne semble pas la bonne. En creusant un peu, on  trouve « padding feet »  utilisé dans  le sens de pieds  dont le son   est doux et étouffé. Nous avons donc opté pour « pieds furtifs »  qui ne nous satisfait qu’à moitié. De fait, nous serions  heureux d’avoir l’avis de spécialiste de langue anglaise sur la question.

En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

« En Broceliande » quand les poètes d’Oxford du XXe siècle rimaient sur les Legendes arthuriennes

broceliande-legendes-arthuriennes-poesies-oxford-poetry-inspiration-medievaleSujet : poésie, légendes arthuriennes, oxford, forêt de Brocéliande, magie, luth, roman arthurien, poètes britanniques, romantisme
Période : moyen-âge central pour les légendes, XXe siècle pour la poésie du jour.
Auteur : T. W. Earp
Titre :   « In Broceliande »
Sources : Oxford Poetry (1915)

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionu début du XXe siècle et plus précisément à partir de 1910, une revue de littérature et de poésie anglaise nommée Oxford Poetry se mit à réunir des textes d’auteurs et poètes du lieu. Présentée sous la forme d’un petit fascicule, elle fut, dès son lancement, éditée de façon annuelle. Tous les thèmes pouvaient y être abordés et on y retrouvait, en général, de très belles pièces d’auteurs, contemporains de chacun de ses numéros. Depuis sa création, Oxford Poetry a traversé le temps, en changeant maintes fois d’éditeurs et elle est, à ce jour, toujours publiée. En plus de cent-dix ans, elle a vu passer de nombreux auteurs et poètes britanniques parmi les plus grands.

Aujourd’hui, c’est l’édition de 1915 qui nous intéresse en particulier. On y retrouve, pour la première fois, un poème de JRR Tolkien intitulé « Goblin feet » (pieds de gobelin) que nous aurons l’occasion de publier plus avant mais ce qui nous occupe, pour l’instant, est une pièce d’un autre auteur, dédiée aux légendes arthuriennes.

En Brocéliande de T.W. Earp

joueuse-de-luth-legendes-arthuriennes-poesie-monde-medieval-oxford-poetryDepuis le moyen-âge central et après sa constitution en véritable corpus, sous la plume d’auteurs à la fois anglais et français, le roman arthurien n’a cessé d’inspirer les imaginations les plus fertiles, des deux côtés de la manche. A huit siècles de ses pionniers, cela est encore vrai et le restera, sans doute, pour longtemps.

(« Lady Playing a Lute », Bartolomeo Veneto (1530), Getty Museum, Los Angeles)

Daté de 1915, la pièce que nous vous proposons de découvrir a pour titre « In Broceliande » (En Brocéliande), et pour auteur T W Earp, poète et traducteur anglais des débuts du XXe siècle. Théâtre d’une partie importante des récits arthuriens, la célèbre forêt dont la localisation a divisé bien des experts en Bretagne comme en Angleterre, a été, elle aussi, une source inépuisable d’inspiration pour un grand nombre d’écrivains et de poètes (voir Brocéliande, huit siècles de légendes arthuriennes). La pièce du jour et sa mystérieuse joueuse de luth en attestent. Du côté d’Oxford et aux débuts du XXe, on rêve encore de lointain moyen-âge et de belles légendes. Sans doute sous l’influence des romantiques du XIXe siècle, (voir article sur la ballade médiévale au XIXe siècle), ce monde médiéval, imaginaire et reconstruit, est chargé de magie, de récits épiques et de belle poésie.

Traduire, c’est trahir…

legendes-arthuriennes-instruments-ancien-poesie-monde-medievalMême en ayant de très sérieuses bases d’anglais, pour quelqu’un dont les racines linguistiques sont profondément latines, la poésie anglo-saxonne a des méandres qu’il n’est pas toujours aisé de démêler. Ses rythmes, la nature incisive de sa langue, comme ses allégories la rendent souvent rebelle à la traduction et, dans bien des cas, je ne suis même pas tout à fait certain qu’on puisse la transposer sans totalement l’adapter ou la réinterpréter. Alors c’est un peu un défi que nous nous lançons ici.  De fait, sans doute par peur de trop la dénaturer, la traduction que nous avons faite de cette pièce de T W Earp, de l’anglais vers le français moderne, est pratiquement littérale. Il ne  me reste donc plus qu’à espérer que la force et la beauté de ses images résistent au passage d’une langue à l’autre. Sans en avoir tout le recul, il me semble que c’est le cas.


En Brocéliande

In the midst of the forest of silence,
Where even the leaves are mute,
Where never a bird wanders,
She plays upon a lute.

Au milieu de la forêt du silence
Où même les feuilles sont muettes
Où jamais un oiseau ne vagabonde,
Elle joue sur un luth.

With fingers gently passing,
She touches golden strings,
Till the trees almost remember
The long-departed wings,

Avec des doigts pleins de délicatesse
Elle caresse les cordes d’or
Jusqu’au moment où les arbres se souviennent presque
Des ailes envolées depuis longtemps,

And the knights and the gay ladies,
And the music that went before,
And the days of joy and passion.
They will find these things no more.

Et des chevaliers et des dames joyeuses,
Et de la musique qu’on jouait alors,
Et des jours de joie et de passion.
Ils ne retrouveront plus jamais toutes ces choses.

One plaintive lute recalling
The loud citoles and shawms,
She alone has not left them,
Of the beautiful, noble forms.

Un luth plaintif se souvient
Des citoles et des chalemies bruyantes,
Elle seule ne s’est pas dessaisie 
De leurs belles et nobles formes.

If she would cease from playing,
The people with hearts of stone
Would lead her from the forest,
And set her on a throne.

Et si elle cessait de jouer,
Les gens au cœur  de pierre,
La conduiraient hors de la forêt
Pour l’asseoir sur un trône.

She would be bright with jewels,
She would sit crowned on high,
But if she left the forest,
Alas, the trees would die.

Elle serait étincelante sous les bijoux,
Elle porterait haut la couronne,
Mais si elle quittait la forêt,
Hélas, les arbres en mourraient.

In the midst of the forest of silence,
Where even the leaves are mute,
Where never a bird wanders,
She plays upon a lute.

Au plus profond de la forêt du silence,
Où même les feuilles sont muettes,
Où jamais un oiseau ne vagabonde,
Elle joue sur un luth.


En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.