Archives par mot-clé : Arthur de la Borderie

Ballade satirique : larmes & plaintes contre les abus d’un Prince

Sujet : poésie satirique, poésie médiévale, poète breton, ballade médiévale, poésie politique, auteur médiéval, Bretagne Médiévale.
Période : Moyen Âge tardif, XVe siècle
Auteur : Jean Meschinot (1420 – 1491)
Manuscrit médiéval : MS français 24314 BnF
Ouvrages : Œuvres et poésies variés de Jean MESCHINOT , édition 1493, édition 1522 et biographie de Arthur de La Borderie, 1896.

Bonjour à tous,

ous revenons, aujourd’hui, à la poésie satirique de Jean Meschinot. Au Moyen Âge tardif, ce poète breton a critiqué vertement les abus du pouvoir dans ses Lunettes des princes. Poussant plus loin son engagement moral et politique, il a également prolongé cette œuvre par 25 ballades corrosives contre Louis XI.

Pour rédiger ces 25 poésies satiriques, brutales et sans concession, Jean Meschinot avait alors emprunté ces envois à un auteur célèbre de son temps : Georges Chastellain (Chastelain). Chroniqueur et poète médiéval d’origine flamande installé à la cour de Bourgogne, ce dernier ne s’était pas privé, lui-même, quelque temps auparavant, d’écorcher copieusement le roi français dans une longue diatribe intitulée « Le Prince« .

Ballade sur la souffrance du peuple
sous le joug du pouvoir central

La poésie du jour est la dix-huitième de la série des 25 ballades de Meschinot. L’auteur breton y met l’accent sur la grande misère et la pauvreté dans lesquelles sont rendus les sujets du royaume de France et les petites gens. La prédation des puissants et, plus particulièrement, du pouvoir central y est mis directement en cause ; on retrouvera même l’image familière des loups cruels et sans pitié, gouvernant les ouailles en leur infligeant le pire.

Ce thème de la souffrance du peuple sous le joug du pouvoir est récurrent dans l’œuvre de Jean Meschinot ; il traverse ses 25 ballades comme ses Lunettes des princes. Ici, il invoquera Dieu en témoin des exactions d’un prince qui n’inspire aux hommes que « haine et froidure » et qu’il n’hésitera pas à qualifier de « pillard« .

La poésie de Meschinot accompagnée d'une enluminure du poète breton

Contexte historique de cette poésie

Pour replacer cette poésie médiévale dans son contexte, nous sommes non loin du temps de la ligue du bien public et des révoltes qui verront se soulever de nombreux nobles et leurs provinces contre Louis XI : Bourgogne, Bretagne, Lorraine, Berry, Armagnac, Bourbonnais, …

Autour de cette période et même après, Meschinot et Chastellain sont loin d’être les seuls à blâmer la gestion de Louis XI, comme nous le rappelle l’auteur Jean-François Lassalmonie dans un ouvrage de 2002 sur la politique financière de Louis XI :

« Les commentaires des chroniqueurs s’accordent pour blâmer sa libéralité excessive (celle de louis XI). Sa prodigalité leur apparaît d’autant plus condamnable qu’elle accablait inutilement ses sujets pour enrichir des hommes qui, par leur condition surtout, n’étaient pas fondés à leurs yeux à profiter des deniers publics : la redistribution qui s’opérait ainsi était jugée injuste. (…)  Cette extorsion, vitupérait Basin (Thomas Basin – 1412-1491, évêque & chroniqueur français), était d’autant plus scandaleuse que le sang des pauvres ne servait qu’à engraisser des pensionnaires sans mérite et de vile condition, tant les distributions du souverain étaient inconsidérées »
La boîte à l’enchanteur, Jean-François Lassalmonie (1)

Aux sources médiévales de cette ballade

Du côté des manuscrits anciens, vous pourrez retrouver cette ballade de Meschinot au cœur du ms Français 24314. Cet ouvrage daté du XVe siècle est actuellement conservé au département des manuscrits de la BnF et consultable sur Gallica.fr.

Pour sa transcription en graphie moderne, nous nous sommes, quant à nous, appuyés sur deux éditions différentes des œuvres de Meschinot : « Jehan Meschinot, escuier, en son vivant grant maistre d’hostel de la royne de France« , Nicole Vostre (1522), et « poésies de Jehan de Meschinot », Étienne Larcher, Nantes (1493). A noter que l’historien breton Arthur de La Borderie la mentionne également dans sa biographie de Meschinot datée de 1896 : Jean Meschinot, sa vie, ses œuvres, ses satires contre Louis VI ».

La ballade politique et satirique de Meschinot dans le ms 24314 de la BnF
La ballade de Meschinot dans le manuscrit Ms Français 24314 de la BnF

Et contre luy former larmes et plaintes.
dans le français de Jean de Meschinot

O vous qui yeux avez sains et oreilles,
Voyez, oyez, entendez les merveilles ;
Considérez le temps qui présent court.
Les loups sont mis gouverneurs des oueilles ;
Fut-il jamais nenny choses pareilles ?
Plus on ne voit que traisons à la court.
Je croy que Dieu paiera en bref ses debtes,
Et que l’aise qu’avons sur molles couettes
Se tournera en pouretez
(pauvretés) contraintes.
Puisque le chef qui deust garder droicture
Fait aux poures
(pauvres) souffrir angoisse dure
Et contre luy former larmes et plaintes.

Les bestes sont aux corbins et corneilles,
Mortes de faim, dont peines nonpareilles
(sans égales)
Ont poures
(pauvres) gens. qui ne l’entend est sourd.
Las ! Ilz n’ont plus ne pipes ne bouteilles,
Cidre ne vin pour boire soubz leurs treilles,
Et brief je voy que tout meschief
(malheur, infortune) leur sourt (advient),
Les bons sages et anciens poetes
N’enseignent pas a faire telz molestes
(tourment, ennuis)
(2)
Come a present se font, ne telles faintes.
C’est ung abus qui trop longuement dure
Qui cause en est, fait envers dieu injure
Et contre luy former larmes et plaintes.

Seigneur puissant, saison n’est que sommeilles,
Car tes subjectz prient que tu t’esveilles.
Ou aultrement leur temps de vivre est court.
Que feront-ils si tu ne les conseilles ?
Or n’ont-ilz plus bledz
(blé), avoines ne seigles,
De toutes pars misère leur acourt.
A grant peine demeurent les houettes
(3).
Abillement des charues et brouettes,
Qu’ilz ne perdent et aultres choses maintes,
Par le pillart qui telz maulz leur procure :
Auquel il faut de tout faire ouverture.
Et contre luy former larmes et plaintes.

Envoi (Georges Chastellain)

Prince qui sourt nouvellettez estroictes (4)
Et retrecist les amples voyes et droittes
Celles que honneur doit maintenir non fraintes
(entières, non brisées)
Celluy esmeut cueurs d’hommes en murmure
Les fait tourner a hayne et a froidure
Et contre luy former larmes et plaintes.


Notes

(1)La boîte à l’enchanteur, Politique financière de Louis XI, Jean-François Lassalmonie (2002)
(2) ms 1493 « a faire telz moettes » : moue, grimace.
(3) petite houe, outil utiliser pour bécher la terre.
(4) Prince qui sourt nouvellettez estroictes : qui répand des nouveautés étriquées

NB : l’image de l’image d’en-tête provient du ms 24314. Elle représente un portrait de Jean Meschinot face aux travers et vices qui le visitent.

En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes

Au Moyen-Âge, une ballade vitriolée de Jean Meschinot contre le pouvoir en place

Sujet : poésie satirique, poésie médiévale, poète breton, ballade, satire, poésie politique, auteur médiéval, Bretagne Médiévale.
Période : Moyen Âge tardif, XVe siècle
Auteur : Jean Meschinot (1420 – 1491)
Manuscrit médiéval : MS français 24314 BnF
Ouvrages :  poésies et œuvre de Jean MESCHINOT , édition 1493 et édition 1522.

Bonjour à tous,

u XVe siècle, la Bretagne du soldat et poète Jean Meschinot s’alliait à la Bourgogne de l’auteur Georges Chastelain le temps d’une croisade poétique et politique. Pour les deux auteurs, l’ennemi tout désigné était alors le même : Louis XI.

Dans le puissant duché de Bourgogne, de cette partie du Moyen Âge tardif (autour de 1460-1465), Chastelain (Chastellain) était alors un maître de poésie reconnu et prisé à la cour de Philippe le Bon. Connu aujourd’hui surtout pour ses chroniques et son histoire de la Bourgogne, il y a même tenu des rôles politiques de premier plan. Quant à son engagement contre Louis XI, l’auteur d’origine flamand avait déjà couché sur le papier, quelque temps avant la ballade satirique de Meschinot que nous étudions aujourd’hui, la poésie « Le Prince « , une longue satire, à peine déguisée, contre le souverain français.

25 ballades politiques de Meschinot
contre les abus de la couronne

Si les médiévistes des XIXe et XXe siècles se posèrent, quelquefois, des questions sur le destinataire du « Prince » de Chastelain (voir article), en Bretagne, Meschinot ne s’y était pas trompé. Dans le prolongement de son homologue bourguignon, il reprit même certaines strophes de la poésie de ce dernier et s’en servit comme envoi pour composer, à son tour, 25 ballades vitriolées.

On trouve ces dernières dans la grande majorité des éditions des « Lunettes des Princes » de Meschinot. Cette dernière œuvre (la plus connue du poète breton) est un précis moral à l’attention des seigneurs et puissants. Son auteur y versait déjà largement dans la diatribe politique et la satire à l’encontre des abus généraux de pouvoir. Avec ses 25 ballades, Meschinot s’inscrivait encore plus directement dans la continuité du Prince de Chastelain. Il finissait même d’écharper, sans aucun ménagement, Louis XI, sa conduite du pouvoir comme sa personne.

Un appel à tous les français contre un pouvoir
trop autoritaire et arbitraire

Dans son ouvrage de 1895, Jean Meschinot sa vie et ses œuvres, ses satires contre Louis XI, Arthur de La Borderie, célèbre biographe du poète Breton n’hésite pas à voir dans ses 25 ballades un appel du breton à tous les français pour lutter contre l’ennemi commun. Autrement dit un appel a joindre la Ligue du Bien Public qui s’était formée contre le souverain français.

Cette satire fut elle concertée et conjointe entre les deux poètes ? On ne peut l’affirmer même si on sait qu’ils ont échangé et même si la Bretagne et la Bourgogne qu’ils représentent sont alors deux grandes provinces encore indépendantes et puissantes, qui n’ont, par ailleurs, jamais caché leur hostilité à l’encontre de Louis XI et son exercice du pouvoir. Dans sa biographie de Meschinot, La Borderie s’attachait aussi à démontrer à quel point Louis XI ne peut qu’être la cible des ballades du poète breton. A vrai dire, personne n’en doute plus et la chose est reconnue depuis longtemps déjà, de la même façon que l’on ne doute plus, à présent, que Le prince de Chastelain visait directement Louis XI :

« Le portrait de Louis XI est complet, tellement fidèle en ce qui touche les défauts, les vices, les méfaits du personnage, qu’un enfant de ce temps l’aurait nommé. Dans les ballades elles-mêmes, c’est bien pis. Il n’y en a pas une où Meschinot n’attaque violemment un prince contre lequel il s’évertue — parfois avec éloquence — à exciter la colère et l’indignation des honnêtes gens : prince dont les traits, dessinés par ces virulentes satires, sont exactement tous ceux dont les contemporains de Louis XI — et surtout ses ennemis — peignaient ce roi.« 

Arthur de La Borderie (opus cité)

Au sources médiévales des 25 ballades de Meschinot

Du point de vue des sources manuscrites, on retrouve ces ballades de Meschinot dans un certain nombre de manuscrits dont le ms Français 24314 (voir image ci-dessous mais aussi image d’entête). Ce manuscrit du XVe siècle entièrement consacré à l’œuvre de Meschinot est conservé actuellement au département des manuscrits de la BnF (à consulter sur gallica). Les éditions plus tardives des Lunettes des Princes intègrent, en principe, ces ballades à leur suite.

La ballade que nous vous proposons aujourd’hui est la dixième de la série des 25 de Jehan de Meschinot. On trouve cette poésie largement raccourcie dans la biographie de Meschinot déjà cité. Nous concernant, nous l’avons retranscrite en graphie moderne, en nous appuyant sur deux éditions des Lunettes des princes : une de 1493 et une de 1522.


Un prince maudit de tous pour sa vie mauvaise
dans le moyen-français de Jean Meschinot

On ne peut mieulx perdre le nom d’honneur
Que soy montrer desloyal et menteur,
Lasche en armes, cruel à ses amys,
A meschans gens estre large donneur.
Sans congnoistre ceulx en qui est valeur,
Mais acquérir en tout temps ennemys,
Tel homme doilt avoir mendicité
Gaster son temps en infelicité
Sans faire riens qu’à Dieu n’aux hommes plaise.
Il sera plein d’opprobres et diffames
(1)
C’est cil que tous les vertueux sans blasme
Vont mauldisant pour sa vie maulvaise.


Le peu sçavant abondant sermoneur,
Du nom de Dieu horrible blasphémeur
Sans riens tenir de ce qu’il a promis,
Qui n’escoute des poures
(les pauvres) la clameur,
Mais les contraint par moleste
(tourments, vexation) et rigueur.
Combien qu’il soit pour leur pasteur commis
(désigné, chargé).
Se verra cheoir en grand perplexité
Par son deffault et imbécilité
Se lire dieu de brief il ne rapaise
(
rapaisser, repaître, rassasier)
Nommé sera du nombre des infâmes.
Le malheureux, que tous seigneurs et dames
Vont mauldisant pour sa vie maulvaise.


Il n’affîert
pas
(ne convient pas) a ung prince et seigneur,
Qui de vertus doibt paroistre en seigneur,
Estre inconstant ne aux vices submis.
Pour ce qu’il est des aultres gouverneur,
C’est bien raison qu’il soit sage et meilleur
Que ceulx a qui tel estat n’est permis.
Pour eschever
(éviter, esquiver) toute prolixité (verbiage)
Comme devant a este récité
Je diray vroy
(vrai), ou il faut que me taise :
Il n’est mestier
(besoin, nécessaire) que pour sage te clames !
Si, celluy es que raisonnables âmes
Vont mauldisant pour sa vie maulvaise.


Prince ennemy d’aultruy félicité,
De propre sang, de propre affinité,
De propre paix qui le tient à son aise,
Qu’est-il, celluy fors haineux à soy-mesmes
Et que la voix de tous, hommes et femmes,
Vont mauldisant pour sa vie maulvaise ?


(1) version de 1522 : Tel homme, plein d’opprobre et de diffame.


De tout cela, il reste sans doute quelques leçons à tirer sur l’expression politique dans la poésie du Moyen Âge tardif et peut-être encore sur une certaine forme de liberté d’expression que l’on l’imagine quelquefois plus muselée et contrainte qu’elle ne l’était.

En faisant abstraction du contexte historique, la figure du tyran moderne, comme les abus de pouvoir toujours fréquents (sinon de plus en plus) pourraient eux-aussi être mis en perspective. Quant au prince de cette poésie, toute transposition ou ressemblance avec des personnes existantes relèverait de votre seule responsabilité. L’auteur de cet article n’en pipera mot ; d’ailleurs il est déjà loin.

En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes

Un rondeau satirique de Meschinot dans la Bretagne agitée de la fin du XVe

Sujet : poésie satirique, poésie médiévale, poète breton, rondeau satirique, poésie politique, auteur médiéval, Bretagne Médiévale.
Période : Moyen Âge tardif, XVe siècle
Auteur : Jean (Jehan) Meschinot (1420 – 1491)
Manuscrit médiéval : MS français 24314 BnF
Ouvrage : “Jean MESCHINOT, sa vie et ses œuvres, ses satires contre louis XI”. Arthur de la Borderie (1865).

Bonjour à tous,

ans la Bretagne du Moyen Âge tardif, Jean Meschinot pratique, avec style, une poésie incisive et engagée. On connaît ses Lunettes des Princes, ses ballades à l’encontre de Louis XI avec leurs envois inspirés du Prince de Georges Chastellain. Aujourd’hui, nous retrouvons notre poète breton dans un rondeau satirique qui dépeint bien le contexte agité de cette la fin de XVe siècle en terre bretonne.

Source et contexte historiques

On peut trouver cette pièce de Meschinot à la toute fin du MS français 24314. Ce manuscrit de 146 feuillets, daté du siècle de l’auteur, est actuellement conservé à la BnF. Son contenu est entièrement consacré à l’œuvre du poète breton.

Dans Jean MESCHINOT, sa vie et ses œuvres, ses satires contre louis XI (1865). Arthur de la Borderie situera cette poésie courte et caustique durant la crise qui opposa Pierre Landais à Guillaume Chauvin. Pour dire un mot du contexte, Chauvin fut un noble et haut fonctionnaire marquant de son temps. Chancelier de Bretagne, il fut notamment celui qui représenta, en 1468, le duc de Bretagne François II, à la signature du Traité d’Ancenis. Suite aux soulèvements de La Ligue du Bien public, ce pacte devait entériner l’allégeance de la Bretagne face à Louis XI et la cessation de ses alliances d’avec la couronne d’Angleterre et Charles le Téméraire. Ce traité ne fut que temporaire et n’empêcha pas le duc de Bretagne de se soulever, à nouveau, quelques années plus tard.

Landais contre la France et les barons

Pierre landais, fut, quant à lui, un personnage tout puissant de la fin du XVe siècle. Conseiller du duc de Bretagne dont il semblait avoir toute la confiance, il finit même par hériter, pendant un temps, des pleins pouvoirs sur le duché. À l’aube des années 1480, Landais eut à manœuvrer dans un contexte tendu ; il fut pris entre les actions de la couronne de France pour s’assurer du ralliement de la Bretagne (ce dont il entendait bien préserver le duché) et, de l’autre côté, les luttes intestines et les pressions de certains nobles locaux acquis à la cause de Louis XI et qui voyaient ce rattachement d’un bon œil. Ce différent opposa notamment Landais à Chauvin qu’il fit jeter en prison en 1481. Trois ans plus tard, ce dernier mourut dans son cachot. Ce fut la goutte de trop. Les nobles se soulevèrent contre Landais qui fut lâché de toute part, condamné et pendu. Si le duc fut, lui-même, impuissant à sauver son protégé, il semble que la mort de ce dernier apaisa les querelles qui opposaient les nobles bretons entre eux.

Landais, symbole pour certains, intrigant ambitieux pour d’autres. La lutte des deux hommes continua d’évoquer les tiraillements entre une Bretagne, de la fin du XVe siècle, prompte à se rallier et une autre continuant de se rêver plus indépendante. Quant à notre poète du jour, s’il a été un ardent défenseur du duché quand les assauts venaient de la couronne de France, Borderie ajoute qu’en dehors de ce rondeau, Meschinot se montrait, en général, plutôt distant à l’encontre des jeux de cour bretons, et même assez défiant au moment de prendre parti dans ce genre de luttes internes.


« Ceux qui dussent parler sont muts« 
un rondeau satirique de Jean Meschinot

Ceux qui dussent parler sont muts ;
Les loyaux sont pour sots tenus…
Vertus vont jus
(*), péché hault monte,
Ce vous est honte,
Seigneurs grans, moyens et menus,
Flatteurs sont grans gens devenus
Et à hault estais parvenus,
Entretenus,
Tant que rien n’est qui les surmonte…
Tout se mécompte,
Quant les bons ne sont soustenus.
Ceux qui dussent parler sont muts.

(*) Les vertus touchent terre, disparaissent


En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes

NB : pour l’image d’en-tête nous avons assemblé le rondeau de Meschinot issu du manuscrit médiéval Ms Français 24314 de la BnF avec une gravure du XIXe siècle. Cette dernière représente Pierre Landais conduit à sa pendaison, à Nantes, sur la carrée de Blesse,  gibet qu’il avait lui même fait édifier quelque temps avant. Elle est tirée de La Bretagne (1864) de Jules Janin ; illustrée par MM. Hte Bellangé, Gigoux, Gudin, Isabey, Morel-Fatio, J. Noel, A. Rouargue, Saint-Germain, Fortin et Daubigny (consulter sur Gallica).

Un Huitain « à trente deux manières » et quelques vers brisés de Jehan Meschinot

manuscrit_24314_jean_Meschinot_poete_breton_medieval_poesie_politique_satirique_moyen-age_tardifSujet : vers brisés, huitain, vers tronqués, réthorique, culte marial, oraison à la vierge.poésie médiévale
Période : moyen-âge tardif, XVe siècle
Auteur : Jean (Jehan) Meschinot (1420 – 1491)
Ouvrage : Jean Meschinot, sa vie, ses oeuvres, ses satires contre Louis XI, Arthur de la Borderie, 1896

Bonjour à tous,

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour revenir à la poésie de Jehan Meschinot, auteur médiéval breton du XVe siècle, voici un huitain qui peut se lire de bien des façons et dont le poète breton nous dit lui-même :

« Cette Oraison se peut dire par huit ou par seize vers, tant en rétrogradant  que autrement, tellement qu’elle se peut lire en 32 manières différentes et plus, et à chacun y aura sens et rime, et commencera  toujours par motz différentz qui veult « 

Du côté du contenu, cette poésie s’inscrit totalement dans le culte marial puisque c’est une oraison à la vierge,  Du point de vue de son intérêt, elle reste reste plus à inscrire au titre des « amusements » , voire des curiosités rhétoriques et littéraires qu’au panthéon de l’oeuvre de Jean Meschinot. Ce dernier, comme nous avons déjà eu l’occasion de le voir, excelle largement mieux dans les poésies morales, satiriques ou politiques.

poesie_medievale_jean_meschinot_poete_breton_moyen-age_XVe_huitain_vers_brises_culte_marialCe sont donc des vers brisés, autrement dit des vers qui, une fois  tronqués et séparés en deux colonnes après leur premier hémistiche (la moitié d’un ver à césure donc, eg : six pieds pour un alexandrin ), peuvent être également lus de haut en bas. On n’en connait des exemples qui recèlent de véritables sens cachés (1). Ce n’est pas le cas de celui-ci qui reste une éloge dans tous les sens du terme et quelque soient les sens de lecture qu’on en fait.

D’ailleurs, si vous voulez faire un jeu (assez vite lassant j’en conviens) avec vos amis,  vous pourriez même écrire chacun des 16 hémistiches sur des bouts de papiers différents, les mettre dans un grand chapeau ou un bocal et les tirer dans le désordre. Vous obtiendrez toujours une poésie qui se tient. Comme l’indique d’ailleurs Arthur de la Borderie dans son ouvrage Jean Meschinot, sa vie, ses oeuvres, ses satires contre Louis XI, en reportant les propos d’un tiers. Plus que 32 manières, il y en a en réalité 16 puissance 16, mais, on le sait bien et c’en est encore une preuve s’il en était besoin, on ne saurait résumer la poésie aux mathématiques, ni au comptage de pieds. Curiosité au programme donc aujourd’hui, plus qu’oeuvre d’anthologie.

Oraison à la Vierge

D’honneur sentier                   Confort seur et parfait
Rubi chéris                    Safir très précieux
Cuer doulx et chier                   Support bon en tout fait
Infini pris                    Plaisir mélodieux
Ejouy ris                    Souvenir gracieux
Dame de sens                    Mère de Dieu très nette
Appuy rassis                    Désir humble joyeux
M’âme déffens                    Très chière pucelette.

En vous souhaitant une belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes

(1)  sortons un peu  du cadre médiéval pour illustrer  les vers brisés, dans leurs formes les plus intéressantes, avec cet exemple d’une poésie d’époque, écrite à la gloire de l’empereur, à la première lecture, mais tout cela bien sûr, sans compter les césures.

Que Vive à jamais                  l’Empereur des français
La famille royale                     est indigne de vivre
Oublions désormais              la race des Capets
La race impériale                    est celle qui faut suivre
Soyons donc  le soutien        de ce Napoléon
Du Comte de Chambord     chassons l’âme hypocrite
C’est à lui qu’appartient      cette punition
La raison du plus fort            a son juste mérite