Archives pour l'étiquette Avicenne

universalité et vérité chez Avicenne

Sujet : citations médiévales, philosophie, universalité, vérité,
Période : moyen-âge central, XIe siècle,
Auteur : 
Avicenne, Ibn Sina (980-1037)

“Se tourner vers ce dont on n’a pas à s’occuper et compter sur la partie obéissante de l’âme est une faiblesse. Se réjouir de la parure de sa propre essence en tant qu’elle appartient à celle-ci, bien que cette parure soit réelle, est une orgueilleuse erreur. Mais se diriger par l’universalité vers le vrai, c’est le salut.”       Avicenne Ibn Sina.

La médecine médiévale de l’Ecole de Salerne, héritière des civilisations méditerranéennes

medecine_medievale_ecole_salerne_science_savant_Regimen_SanitatisSujet : médecine, citations médiévales, école de Salerne, Europe médiévale, moyen-âge, ouvrage ancien.
Période: moyen-âge central (XI, XIIe siècles)
Titre:  l’Ecole de Salerne (traduction de 1880)
Auteur :  collectif d’auteurs anonymes
Traducteur : Charles Meaux Saint-Marc

ecole_salerne_citations_medievales_science_medecine_moyen-age

« – Veux-tu jouir en paix d’une santé prospère,
Chasse les noirs soucis, fuis tout emportement ;
Ne bois que peu de vin, soupe légèrement;
Souviens-toi de marcher quand tu quittes la table;
Du sommeil en plein jour crains l’attrait redoutable ; 
Crains en toi le séjour de l’urine et des vents.
Fidèle à ces conseils, tu vivras de longs ans.
Es-tu sans médecins? les meilleurs, je l’atteste,
Ce sont, crois-moi, repos, gaîté, repas modeste. « 

Dédicace de l’Ecole de Salerne au grand roi d’Angleterre
“Flos medicinae vel regimen sanitatis salernitanum” ou “L’Ecole de Salerne” Traduction de Charles Meaux Saint-Marc (1880)

Bonjour à tous!

I_lettrine_moyen_age_passion copial fut un temps où pour mémoriser les recettes, les prescriptions et les principes de la médecine, on y mêlait la poésie, ou en tout cas les vers. De fait d’Avicenne à la prestigieuse Ecole de Salerne, nous sont parvenus de ces longs poèmes qui ont influencés, longtemps, la médecine arabe, et après elle la médecine occidentale, du moyen-âge central jusqu’à la fin de la renaissance. Les vers sont alors d’un usage plus mnémotechnique que littéraire pour pouvoir être compris et assimilés de tous, mais il est amusant de penser que dans cette forme de musicalité, elle rejoignait alors une forme de poésie pratique.

citations_medecine_medieval_science_ecole_salerne_moyen-age_central

Les retombées culturelles, scientifiques,
médicales et inattendues des Croisades

N_lettrine_moyen_age_passionous avons dit un mot ici des apports de la civilisation arabe sur la culture, autant que sur les pratiques philosophiques et scientifiques de l’Europe médiévale (voir portrait d’Avicenne). Quoiqu’on en dise, les croisades fournirent une occasion de circulation des savoirs et dans l’Histoire des civilisations qui entourent le berceau méditerranéen, il semble  bien qu’elles aient, à leur manière, participé d’une dynamique d’échanges mais aussi de conquêtes qui n’a guère cessé au fil des âges, autour de notre méditerranée, et ce bien avant même l’émergence des trois grands religions monothéistes.

croisades_enluminures_medecine_medievale_science_arabe_juive_moyen-age

Bien avant la conversion de l’Empire de César au christianisme, l’épisode romain  illustre, de manière exemplaire, ce phénomène mais il est loin d’avoir été le seul, ni le premier dans la région. Quelles qu’en soient les raisons, religieuses, politiques ou économiques, depuis des millénaires les peuples méditerranéens ont guerroyé, commercé, échangé et c’est aussi de cela que nous sommes faits. A y regarder de plus près et toute proportion gardée, il n’est d’ailleurs pas certain que nous en ayons totalement fini avec ces luttes de pouvoir, même si elles ont changé de visage. Bien sûr, concernant les spécificités du sol français à travers l’histoire, il a encore hérité du souffle des vents du nord, celui des premiers vikings qui devinrent nos normands, celui des celtes et des francs qui vinrent aussi guerroyer al-razi_medecine_arabe_juive_persane_moyen-age_ecole_salerne_influence_moyen-age_centralou s’installer sur ces terres pour y fondre leur culture.

Ci contre enluminure: le savant médecin Al Razi représenté dans le Recueil des traités de Médecine de Gerard de  Cremone  (1250–1260), célèbre traducteur médiéval italien d’Hippocrate, d’Avicenne, d’Al- Razi entre autres. 

Q_lettrine_moyen_age_passionuoiqu’il en soit, pour revenir aux croisades, on leur accorde généralement d’avoir ramené vers l’Europe médiévale, par l’Italie et notamment par les traductions des érudits de Salerne, la médecine et la science des arabes autant que leur amour de la philosophie grec et d’Aristote. Au même période, ces expéditions catholiques ne furent pourtant pas les seules sources des échanges. Dans l’autre sens, les conquêtes de l’Espagne par les arabes avaient déjà impulsé des premiers transferts de savoir, et la médecine juive s’y exerçait aussi, autant qu’elle trouvait des foyers d’élection dans le sud de la France et la Provence. Il faut relire les pages de Jules Michelet et son histoire du moyen-âge sur le Languedoc médiéval du XIIIe siècle pour comprendre à quel point ces terres étaient déjà riches d’apports ethniques et culturels méditerranéen au sens large. Dans le même ordre d’idée, on peut encore évoquer le rayonnement et l’ouverture de l’Université de Montpellier sur le monde à partir des XIe et XIIe siècles, et jetant un oeil de l’autre côté du massif pyrénéen et vers la péninsule ibérique, il faut encore remarquer les oeuvres d’un Alphonse de Castille qui, au XIIIe siècle, avait réuni autour de lui des savants et traducteurs de toutes les confessions: juive, musulmane et chrétienne dans une belle dynamique culturelle d’ouverture toute méditerranéenne.

L’école de Salerne ou la médecine médiévale européenne au carrefour des influences

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour revenir à notre sujet, quand on parle de médecine médiévale après l’an mille, on ne peut donc abstraire l’influence juive, persane ou arabe, même si l’on s’entend à dire que ce sont plus ces deux dernières qui marqueront de leur empreinte les universités naissantes dans l’Europe médiévale des XIe siècles et suivants. Il serait intéressant de connaître les apports mutuelles à la genèse des médecines juives et arabes dans le temps et à travers l’Histoire, mais le sujet déborde le cadre de cet article.

medecine_medievale_mediterranee_ecole_salerne_science_moyen-age_conseil_medecine
Les apports de la médecine perse et arabe en Europe médiévale

Symbole de cette méditerranée culturelle, l’Ecole de  Salerne fut dit-on fondée par le Grec Ponto, l’Arabe Adela (ou Abdullah), le Juif Helinus, et le Latin Salernus. Voilà un beau mythe fondateur pour qui rêve de fraternité entre les peuples et pour qui douterait encore que les cultures quand elles se joignent dans un bel esprit collaboratif produisent un peu plus que la simple somme de leurs vérités respectives. On ne date pas précisément la création de cette Ecole, mais on sait que, dès le IXe siècle, elle commença à dispenser des cours de médecine pratique et même de chirurgie, en s’ouvrant à des étudiants de toutes confessions, venus des quatre coins du berceau méditerranéen. Elle accueillera aussi des malades attirés par sa réputation et qui souhaitent bénéficier de soins.

L'école de Salerne, miniature tiré du Canon de Médecine d'Avicenne, Ibn Sina
L’école de Salerne, miniature tiré du Canon de Médecine d’Avicenne, Ibn Sina

A_lettrine_moyen_age_passion partir du XIe siècle, l’Ecole de Salerne entrera dans un âge d’or qui durera plus de sept cent ans. Comme nous l’avons mentionné plus haut, cette impulsion sera due en grande partie à l’apport de la médecine arabe. En l’occurrence, on doit à Constantin l’Africain, un homme né, sur le sol d’Afrique du Nord et à Carthage d’avoir traduit les premiers ouvrages en latin. Ayant beaucoup voyagé, il arriva près de Salerne vers la fin du XIe siècle et, refusant la chaire que l’Ecole lui offrit alors pour enseigner la médecine, se fit moine auprès du monastère bénédictin du Mont-Cassin situé non loin (lieu
qui n’est autre que celui fondé par Saint-Benoit pour y établir son constantin_africain_medecine_europe_medievale_ecole_salerne_influences_perse_juive_arabe_moyen-age_centralordre en 529).

(ci-contre reproduction non datée d’une miniature médiévale de Constantin l’Africain, artiste anonyme,  domaine public)

Dans les années qui suivirent, Constantin l’Africain gratifia l’Ecole de Salerne  de traités et ouvrages de médecine qu’il rédigea alors. Ceux-ci firent autorité, et dit-on, la gloire du moine, qui dura plus de quarante ans. Moins d’un demi-siècle plus tard, on se rendit compte en traduisant des ouvrages de références de la médecine arabe que ce dernier en avait été le traducteur, plus que l’auteur. L’influence était donc déjà signée, on en avait simplement retrouvé les auteurs originaux. Les ouvrages  du bénédictin resteront de grande importance mais seront bientôt supplantés, entre autres références, par l’incontournable Canon Medicinae, d’Avicenne.

citations_science_medecine_medievale_avicenne_ibn_sina_medecine_arabe_ecole_salerne_moyen-age_central

Flos medicinae
vel regimen sanitatis salernitanum

« Lecteur, tu désirais cette Fleur Médicale:
Que d’elle, pour toujours, un doux parfum s’exhale. »
Epigraphe du Flos Medicinae ou Fleur médicinale
de l’Ecole de Salerne

P_lettrine_moyen_age_passion copiaar la suite, des nombreux écrits et traductions que Salerne légua à l’occident médiéval et qui furent diffusés en direction des Ecoles et universités de l’Europe d’alors, l’un des plus populaires, sur le terrain de la médecine, fut sans doute le Flos medicinae vel regimen sanitatis salernitanum. C’est un ouvrage collectif écrit en vers et en latin, que l’on prêtait quelquefois originellement à un auteur du nom de Jean de Milan et qui se présente comme un véritable bible de médecine pratique, en vers. Il fut une des grandes références de l’Ecole de Salerne, et son succès a littéralement traversé les siècles pour être encore, jusqu’à la fin de la Renaissance, un texte considéré comme fondamental dans l’art d’exercer la médecine. Pour en donner la mesure, et même s’il date des XIe, XIe siècles, entre le XVe et le milieu du XIXe siècle, on en compte plus de 240 éditions, Il sera notamment abondamment commenté au XIIIe siècle par le célèbre médecin catalan Arnaud de Villeneuve (Arnau de Vilanova)(1240-1311) sous le simple titre de Regimen Sanitatis. Élève lui-même de l’école de Salerne et de l’université de Montpellier, l’édition qu’il en fit connut une grande popularité et contribua encore à la propagation de ce savoir.

_________________________________________________________________
Un long apprentissage pour une profession risquée

medecine_science_medievale_ecole_salerne_moyen-age_medicale_europeen_mediterraneenPour l’anecdote, ajoutons que, dès le XIIe siècle, il fallait plus de huit ans pour faire un médecin à Salerne: à trois années initiales de philosophie et de logique, viennent en effet s’ajouter cinq ans de médecine pratique et théorique, incluant la chirurgie. Même si l’évolution de la science médicale a alors de beaux jours devant elle, cela permet tout de même de mesurer le sérieux que l’on conférait déjà à l’exercice de la médecine.

La profession n’en est pas pour autant, dénuée de risque puisque le moyen-âge connaîtra quelques médecins ainsi formés, exécutés ou brûlés pour n’avoir pas réussi à soigner de haut dignitaires religieux ou politiques un peu chatouilleux. D’autres encore furent même jetés en prison, après coup, bien que les ayant soigné. C’est le cas entre autre d’Arnaud de Villeneuve qui échappa de peu au Bûcher pour certaines de ses prises de position autant que pour sa pratique, bien qu’il avait soigné le pape Boniface VIII. Il fut d’ailleurs sauvé de justesse par ce dernier. L’utilisation que les médecins font alors de l’Astrologie ou de certaines pratiques rituelles pas toujours intelligibles du point de vue chrétien, ont souvent été la source de controverses dont ils ont fait les frais, en se retrouvant frappés d’hérésie.
_________________________________________________________________

Concernant cet ouvrage et pour en conclure, nous vous proposons de le découvrir, par petites touches, en en tirant des citations, issues d’une version traduite en vers français de la version originale de l’Ecole de Salerne et datant de la fin du XIXe siècle. Nous espérons que vous saurez apprécier cette médecine non dénuée de sagesse et qui nous vient tout droit du monde médiéval. Et même si par instants, elle prendra indéniablement dans ses tournures quelques tours désuets, vous y constaterez sûrement, avec de nombreux autres auteurs, que les traités d’hygiène moderne et même certaines formes de médecine hygiénistes ou naturelles actuelles en reprennent les principes, en en ayant souvent oublié les lointaines origines.

En vous souhaitant une très belle journée!
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

la médecine médiévale d’Avicenne et l’importance du contexte psychologique sur la guérison du patient

medecine_science_moyen-age_avicenne_ibn_sina_canon_medecine« Nous devons considérer que l’un des meilleurs traitements, l’un des plus efficaces, consiste à accroître les forces mentales et psychiques du patient, à l’encourager à la lutte, à créer autour de lui une  ambiance agréable, à le mettre en contact avec des personnes qui lui plaisent. »
Citations médiévales, « Canon de la médecine », Avicenne Ibn Sina (980-1037), grand savant, philosophe et médecin du moyen âge.

 science et médecine au moyen-âge
Voir aussi article sur Avicenne ici

De la théorie des Humeurs. Histoire (ou presque), les citations oubliées

De la théorie des Humeurs

« Bon, c’est surement du à un déséquilibre des humeurs, enfin, j’dis ça, en même temps, si hier il a picolé comme une vache, faut pas s’inquiéter, demain ça sera passé. »
Avicenne, An 1028 (par là)

Humour médiéval, Histoire (ou presque), citations oubliées du moyen-âge, médecine médiévale.
www.moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Avicenne, brillant esprit, savant, philosophe et médecin du XIe siècle

avicenne_medecine_moyen-age_mystique_medievalSujet : médecine médiévale, philosophie, science médiévale. savan, médecin, biographie, portrait.
Période :
moyen-âge central 11e siècle,
Auteur :
Avicenne, Ibn Sina (980-1037)

« Marche avec des sandales jusqu’à ce que la sagesse te procure des souliers. »

Avicenne,  Abou Ali Al Housayin Ibn Abdoullah Ibn Sina: philosophe, médecin, mystique et savant
iranien du XIe siècle (980-1037).

S_lettrine_moyen_age_passioni l’exercice de la citation est toujours commode en cela qu’il pointe une pensée précise, il emporte souvent avec lui son lot de frustrations et ce, particulièrement, quand leurs auteurs sont des êtres brillants et complexes dont l’héritage a influencé, pour des siècles, des disciplines aussi importantes que la science, la médecine, la philosophie ou encore la mystique. C’est le cas d’Avicenne, de son vrai nom Abou Ali Ibn Abdillah Ibn Sina (980-1037), brillant philosophe, savant et médecin, né aux portes de l’Iran, à Boukhara en Perse (aujourd’hui en Ouzbékistan), autour de l’an mil.  Bien des siècles après que cet homme hors du commun ait arpenté notre monde, il est  encore considéré comme l’un des plus medecine_moyen_age_avicenne_savant_philosophe_medievalgrands philosophes de l’Islam et son héritage aura pesé fortement sur la médecine orientale comme sur la médecine chrétienne du moyen-âge et même sur la pensée occidentale durant des  siècles.

Ibn Sina : un être hors du commun,
éléments de biographie.

En vérité, et sans risquer de tomber dans les superlatifs outranciers, nous sommes avec Avicenne en présence d’un véritable génie. Très tôt et dès l’âge de 11 ans, il se passionnera, seul, de sciences naturelles et de médecine. Quelques années après, on le retrouvera, à l’âge de 16 ans, étudiant avec les plus grands médecins. D’aucuns disent même qu’il les dirigeait déjà. Réputé posséder toutes les sciences connues à l’âge de 18 ans, il rédigera à 21 ans son premier traité de philosophie en vingt volumes! Et même si la nécessité de survivre le poussera à occuper d’autres emplois prestigieux dans l’administration, il y excellera aussi. Il brillera notamment dans des fonctions de ministre qui lui vaudront de tomber  dans les jeux de pouvoir, attisant les jalousies et s’attirant les foudres  de certains de ses contemporains,  au risque d’y laisser sa vie et de devoir fuir. Poursuivi, puis gracié, il sera même medecine_science_medievale_moyen-age_avicenne_ibn_sinaemprisonné à nouveau, plus tard, par l’émir Sama Ad Dwala pour avoir refusé d’être son ministre. Malgré la charge de ses fonctions et toutes ses vicissitudes, Avicenne continuera pourtant à se passionner sans relâche de science, de médecine, de physique, de métaphysique, de logique et de philosophie, travaillant à ses affaires le jour et à ses passions la nuit.

De fait, ce talentueux savant médecin iranien du moyen-âge laissera derrière lui une oeuvre qui, si elle ne nous est pas parvenue entière, demeurera encyclopédique; on dit d’ailleurs de lui qu’il écrivait en tout lieu et sans relâche, et qu’il était aussi capable de citer parfaitement Aristote dans le texte sans autre support que sa mémoire. On lui prête plus de 150 ouvrages en arabe et plus d’une vingtaine en persan; il traduira également Gallien ou Hippocrate, étant, comme de nombreux savants orientaux de son temps, influencé par la pensée des philosophes grecs et leurs textes.

canon_avicenne_medecine_medievale_moyen-age_passion
Ci-dessus une planche illustrée du canon de la médecine d’Avicenne

Influence d’Avicenne sur le monde occidental médiéval et chrétien

A_lettrine_moyen_age_passionu douzième siècle, l’occident médiéval, alors en pleine croisade, ramènera de l’Orient, les précieux ouvrages d’Avicenne et l’on commencera à les traduire, notamment à Tolède. Par le biais de ses écrits et dans la mouvance d’autres savants arabes, le moyen-âge chrétien et universitaire  découvrira alors Aristote à travers les commentaires qu’en fait Ibn Sina et son désir de suivre les préceptes du grand philosophe grec, qu’il considère comme son premier maître, pour les appliquer de manière concrète à ses propres problématiques et à sa discipline médicale. Avicenne léguera alors, à la philosophie autant qu’à la médecine occidentale du XIIe siècle, deux de ses ouvrages maîtres, le « canon de laavicenne_saint_thomas_daquin_histoire_medievale_moyen-age_passion médecine », une encyclopédie médicale en cinq volumes comprenant pas moins d’un million de mots et « le livre de la guérison de l’âme », un traité de philosophie, de logique et de métaphysique.

Du point de vue philosophique, la distinction qu’il fera de l’essence de l’être et de l’existence influenceront entre autre, le célèbre Thomas d’Aquin (gravure ci-contre) et jetteront les bases de la philosophie scolastique néo-aristotélicienne du Moyen Âge chrétien. Son « canon de la médecine » ou « canon d’Avicenne », traduit dès le XIIe siècle sous le titre « canon Medicinae » par Gérard de Crémone (grand érudit arabophone et traducteur italien), continuera de faire référence dans l’occident chrétien comme en terre musulmane, et ce jusqu’au XVIIe siècle. Les références de cette encyclopédie ne se limitent pas à la posologie mais outre l’attention toute particulière qu’Avicenne accorde au diagnostic et à l’écoute de ses patients, de leur corps, de leur pouls, comme de leur état émotionnel dans son approche médicale, l’ouvrage détaille par le menu une liste impressionnante de maladies allant jusqu’à la psychiatrie : avicenne_canon_medicinae_medecine_science_medievale_moyen-age_passionméningite, cataracte, ulcère à l’estomac, affections cutanées, paralysies faciales, tuberculose, diabète et obésité, etc… Pour ceux qui sont encore convaincus que la médecine était totalement aveugle jusqu’au siècle dernier et, bien avant Molière et ses terrifiants médecins pétris d’ignorance, Avicenne mettait à jour et partageait des centaines de découvertes dans ce domaine et ce dès le XIe siècle. Prônant encore une médecine préventive, insistant aussi sur l’importance de l’hygiène autant que de l’entourage du patient dans le processus de rémission, il listera encore dans son « canon » plus de 800 médicaments et démontrera dans tout l’ouvrage d’un grand travail de formalisation, déployant de louables efforts pour ramener la médecine à une véritable science du concret qui obéit à des lois et doit s’opérer dans un cadre rationnel. (photo ci-dessus et ci-contre enluminures du Canon Medicinae)

canon_avicenne_moyen_age_medecine_medievale
Canon de Médecine d’Avicenne enluminures

D_lettrine_moyen_age_passione fait, les universités prestigieuses de médecine de Montpellier, Toulouse et Louvain du moyen-âge ne s’y tromperont pas et feront du canon d’Avicenne, pendant de longs siècles, leur bible de médecine et il faudra attendre la renaissance pour que l’influence de l’ouvrage commencera à diminuer de manière sensible. Les bases de l’Anatomie d’Avicenne seront d’abord rejetées par Léonard de Vinci, tandis que Paracelsus, de son côté, brûlera l’ouvrage, de manière symbolique et théâtrale, dans la cour de l’université de Bâle après l’avoir copieusement critiqué. Dans le courant de ce même XVIIe siècle , la découverte de la circulation sanguine par avicenne_medecin_medieval_philosophe_savant_moyen_ageHarvey achèvera de signer la fin du canon comme oeuvre de référence  en matière médicale, en remettant notamment en cause les préceptes de la « théorie des humeurs ». A titre anecdotique, on trouvera pourtant encore à Bruxelles, jusqu’au début du XXe siècle, un cours sur la médecine d’Avicenne même si l’on convient généralement que les progrès de la science occidentale, à compter de la renaissance, lui auront définitivement fait perdre les belles lettres de noblesse qu’il aura su tenir dans la médecine occidentale pendant plus de cinq siècles.

Pour finir, je vous laisse sur une belle citation de cet étonnant médecin et savant du moyen-âge, emporté à l’âge de cinquante sept ans par une crise intestinale qu’il ne parvint pas à soigner:

« Quand je grandis, cité ne fut à ma mesure ; quand mon prix s’éleva, je manquai d’acheteurs. » Avicenne

Une excellente journée et même une bonne santé, c’est de circonstance!

Frédéric EFFE
pour moyenagepassion.com

Sources :
BnF, dossier Avicenne
AVICENNE, IBN SĪNĀ (980-1037), Encyclopédie universalis
La médecine orientale à travers Avicenne / Khaloughi Shashin
Avicenne, sa vie, son oeuvre, B. Ben Yahia, article Persée.