Archives par mot-clé : monde médiéval

Agenda : Le roi rené fête son retour en Provence

Sujet : foire médiévale, fêtes médiévales, tournoi, agenda, animations, compagnies médiévales,  Moyen Âge festif, roi René
Evénement : 18e Foire médiévale du Roy René
Lieu : Peyrolles en Provence,  Bouches-du-Rhône, PACA
Dates :  samedi 16  &  dimanche 17 avril 2022

Oyez oyez, bonne gens !

ette fin de semaine sur l’agenda médiéval, le bon roi René sera de retour dans le sud de France, en la jolie cité de Peyrolles-en-Provence. Il s’agira de la 18e édition de cet événement désormais bien installé et qui avait connu des déboires et des annulations, ces deux dernières années, pour les motifs que l’on sait.

Au programme des animations médiévales

Evénement toujours très attendu dans la région d’Aix-en-Provence et le sud de la France, la Foire du Roy René avait accueilli pas moins de 30 000 visiteurs lors de sa dernière édition de 2019. A l’habitude, elle est organisée, cette année encore, par la mairie de Peyrolles en collaboration avec divers partenaires locaux, près d’une centaine de bénévoles et des troupes d’animations venues de loin.

Autant le dire tout de suite pour son retour, cette grande célébration médiévale n’a pas lésiné sur les moyens. Comme nous le verrons, le programme de la Foire du Roy René 2022 se présente comme très chargé et un nombre impressionnant de troupes y est attendu entre artisans, compagnies médiévales, reconstituteurs, comédiens, musiciens et conteurs.

Laboratores, Bellatores, Oratores :
ateliers, tournois, campements, spectacles

Cette année, l’organisation a décidé de reprendre, comme canevas des réjouissances, les trois ordres célèbres du Moyen Âge :  les paysans et artisans dit Laboratores (ceux qui travaillent), les chevaliers et nobles ou Bellatores (ceux qui guerroient, combattent ou défendent) et, enfin, les clercs, les prêtres et les moines dit Oratores (ceux qui prient pour le salut de tous). On retrouvera donc, à Peyrolles, de quoi s’immerger dans un Moyen Âge reconstitué, au travers de tous ces ordres.

Pour le premier ordre, celui des paysans et travailleurs, cela prendra la forme d’une ferme reconstituée avec ses animaux, mais aussi d’ateliers d’artisans et de métiers d’antan variés : maître-verrier, tisserand, potier, forgeron, coutelier, souffleur de verre, vannier, enlumineur, etc… La classe des guerriers sera, quant à elle, servie par la présence d’un grand nombre de mesnies et de moultes campements médiévaux. Trois périodes y seront représentées : les IIIe, XIVe et XVe siècles et on pourra découvrir la vie quotidienne des troupes médiévales durant ces différents siècles. Côté combats, de nombreuses passes d’armes sont aussi au programme et une grande mêlée devrait même clore l’événement. En plus des lices et des tournois, des spectacles de fauconnerie seront également donnés durant ces deux journées.

Pour ce qui est de la classe des clercs, on pourra compter sur le Père local de Peyrolles pour assurer les offices et bénir l’événement. La place de l’église de parera aussi de ses plus beaux atours médiévaux, musicaux et festifs pour se joindre à la fête.

Autres temps forts de cette fête

En plus des animations, des échoppes, des tavernes et des repas médiévaux qui se joindront à la fête pour une immersion parfaite, des événements spéciaux sont aussi prévus à l’attention particulière des enfants (grands jeux, quête, adoubement, ateliers, etc…). Des troupes de gueux seront encore présentes pour animer la foire de leurs facéties et des déambulations théâtrales et musicales sont encore prévus dans les rues de la cité. Enfin pour y être tout à fait, ajoutons que des costumes peuvent être loués sur place.

Le rythme de ce grand rassemblement évocateur du Moyen Âge, sera encore scandé par les inévitables temps forts autour du roi René et de ses gens : défilés des époux royaux dans la ville, bénédiction sur le parvis de l’Eglise, déambulations et présences aux divers événements, … L’histoire ne dit pas s’il sera thaumaturge mais à voir sa bonhommie et son sourire enjoué, nul doute qu’il fera des heureux, à Peyrolles, ce week-end.

Pour dire un mot de ce noble seigneur haut en couleur du Moyen Âge tardif qui compta beaucoup pour la ville d’Aix-en-Provence, il mérite bien d’être célébré. Fils de Louis II d’Anjou et de Yolande d’Aragon, il fut, tout à la fois, roi de Naples, de Jérusalem, de Sicile et d’Aragon, duc de Bar, de Lorraine et d’Anjou, comte de Provence et de Forcalquier, comte de Piémont et de Barcelone et encore marquis de Pont-à-Mousson. S’il croisa le fer contre l’anglais, aux côtés de Jeanne d’Arc, René Iᵉʳ d’Anjou (1409-1480) fut aussi un grand amateur de fêtes, de tournois et d’agapes en plus d’avoir été un homme de lettres et de culture. Multilingue, il parlait pas moins de 5 langues et s’entoura à Aix-en Provence où il finit par s’établir, d’une cour à son image, emplie d’art et de lettres.

Compagnies médiévales, artistes et artisans

L’atelier du Renart Vert – Hippogriffe, le fauconnier – Jeanne de la Jungle et ses chevaliers – Le Prince de Dombes et ses dames – la Compagnie Chevalier d’Algues – Loups du Pays d’Aix – Les Archers de Beaumont de Pertuis – Les Ateliers de Kroquelalune – L’Ordre de la Tour – L’Obro Faiseurs de Couleurs – La Mesnie du Corbeau – L’Auberge des Légendes – Teddy Ruysschaert – Marc Forgeois – Les Arteflammes – Les VaguabondesLes Boulegans – La Guilde de la Grenouille – Les Noiseaux d’Orcanie – Galapiat – Entre Bravoure et Sortilèges – la Mesnie fraternelle – Le lys et l’épée – La petite flambe – Les Chevaliers de Crussol – Des Mains d’or et de fer – Le Clan Ligefer – Les Bannerets de Gueules et d’Azur – Le Calice du Temps Jadis – Les Sans-terre de Régordane – Les Chevaliers des Terres d’Occitanie – Les Chevaliers de Saint-Jean – Les Dernières Amazones – Le Clan Mannaheim – La Compagnie de conteurs Grean Rot -. Le Clan d’Helvie

Découvrir le programme détaillé sur le site officiel de l’événement.

Pour ceux qui ne s’y sont jamais rendus, la cité de Peyrolles-en-Provence se trouve dans le voisinage immédiat d’Aix-en-Provence, à un peu plus de 20 km au nord et sur les bords de la Durance.

Pour voir nos articles sur les éditions précédentes de cet événement : Foire du Roy René 2018 Foire du Roy René 2019

En vous souhaitant une excellente  journée et une belle Foire du Roy René si vous vous y rendez.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes.

Retour du marché de l’histoire de Margny-lès-Compiègne 2022

Sujet : marché, animations historiques, histoire vivante, inspiration médiévale, artisanat
Evénement : Marché de l’Histoire 2022
Lieu : Espace Le Tigre, Margny-lès-Compiègne, Oise, Hauts-de-France.
Date : les 9 et 10 Avril 2022

Bonjour à tous,

ne partie des restrictions contre la Covid est enfin levée et même si de nombreuses choses restent à clarifier (statut des soignants suspendus, rôle exact des cabinets de conseil et collusions politiques troublantes dans cette gestion de crise, etc…), c’est un plaisir de voir que le rythme des fêtes médiévales 2022 semble revenir à ce qu’il était avant toute cette folie. En conséquence, notre agenda sur le Moyen Âge et ses célébrations devrait reprendre du poil de la bête.

Précisons que si nous avons toujours maintenu notre flux d’actualité sur les conférences, les expositions ou même certaines fêtes médiévales marquantes, une grande partie de l’agenda avait été mis, entre parenthèses, pour deux raisons. D’une part, bien sûr, les annulations massives d’événements de 2020 et 2021, mais aussi le climat d’incertitude que faisaient régner les politiques changeantes au sujet des quelques fêtes ou événements maintenues : une fraction importante de ces annulations continuait, en effet, de survenir à la dernière minute rendant caduques des articles qui, quoiqu’on en pense, nous prennent un temps précieux. D’autre part et sur le fond, les mesures politiques prises autour du « pass sanitaire » ne nous ont jamais paru suffisamment respectueuses de certains principes de liberté fondamentale et même d’équité pour juger bon de les promouvoir à tous crins, fut-ce indirectement. Cette parenthèse étant faite, parlons d’un premier événement 2022 qu’il nous semble intéressant de mettre en valeur.

Le 4ème Marché de l’Histoire de Margny

Pour ce mois d’avril 2022, nous commençons donc avec le Marché de l’Histoire de Margny-lès-Compiègne. Organisé par l’Association pour l’Histoire Vivante, ce marché historique a déjà plusieurs années d’existence et il brille par sa taille et sa fréquentation. Il est, en fait, l’héritier direct d’un événement semblable qui se tenait depuis 2005 à Pontoise et qui a migré, à Margny, depuis 2016.

A l’occasion de cette édition 2022, ce Marché de l’Histoire s’étalera, comme précédemment, sur 2 jours et se tiendra, une fois de plus, à l’Espace le Tigre de Margny-lès-Compiègne. Côté échoppes et emplettes, l’évènement se targue de réunir 240 exposants venus de toute l’Europe sur des thèmes historiques variés. La formule ayant fait ses preuves, les périodes couvertes resteront conformes aux éditions précédentes. Elles s’étaleront de la préhistoire à la deuxième grande guerre mondiale, en passant par l’Antiquité, la Renaissance, l’Empire, la Belle Epoque et, bien sûr, le Moyen Âge. Si ce dernier n’est pas le seul à la fête, il occupera, à l’habitude, une place non négligeable.

Les amateurs de reconstitution historique et d’Histoire vivante pourront encore retrouver sur place le traditionnel dépôt-vente de matériel d’occasion. Ajoutons que pour cette édition d’avril, le Marché de l’histoire n’est pas associé avec le salon de spectacles historiques Fous d’Histoire, comme c’est, en général, le cas à l’automne. Si vous aimez l’histoire, le monde médiéval et que vous êtes dans la région parisienne, aux bonnes dates, n’hésitez pas à faire un tour à ce bel événement. Ce marché qui ouvre, à sa manière, la saison des événements historiques et médiévaux est un des plus grands de France et une véritable institution dans son genre. L’événement étant payant, il est plus prudent de réserver sur le site de l’Association.

Découvrir nos articles sur les éditions précédentes :
Edition 2017 – Edition 2018 Edition 2019Edition 2021

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

La Cantiga de santa maria 70 : des 5 lettres du nom de Marie

Sujet :  musique  médiévale, galaïco-portugais, culte marial, chant de louanges, nom de la vierge, chanson médiévale
Période :   XIIIe s, Moyen Âge central
 Auteur  :  Alphonse X de Castille (1221-1284)
Titre : CSM 70,  « En o nome de MARIA, cinque letras, no-mais, i há»
Interprète :  Universalia in Re
Album :  Cantigas de Santa Maria, Grandes Visiões (2012)

Bonjour à tous,

ujourd’hui, nous vous invitons à poursuivre notre exploration des musiques et chansons médiévales. Nous voguons, cette fois-ci, en direction des rives de l’Espagne du XIIIe siècle pour vous présenter un chant de louanges, la Cantiga de Santa Maria 70.

A partir du Moyen Âge central, le culte marial prend une forte importance dans le monde chrétien occidental et l’homme médiéval s’adresse, de plus en plus, directement à la vierge Marie ; femme et mère, douce et compréhensive, le croyant espère qu’elle pourra intercéder en sa faveur, auprès de son fils, le Christ, le « Dieu mort en croix », comme on le nomme souvent alors.

La Cantiga de Santa Maria 70 dans le superbe Codice Rico de la Bibliothèque Royale de l’Escurial à Madrid (Espagne)

Pèlerinages, miracles et dévotion

Si l’on prête de l’écoute, de la compassion et de la miséricorde à Marie, on lui reconnaît aussi d’immenses pouvoirs. Pour chercher le salut, le pardon et pour montrer sa dévotion, on fait même de nombreux pèlerinages vers les nombreuses églises ou cathédrales élevées en son honneur. Au Moyen Âge, les miracles qu’on lui prête sont aussi légion aux quatre coins d’Europe et même jusqu’en terre sainte (voir la cantiga 29 sur l’apparition de la vierge sur une pierre à Gethsémani). Ils courent le long des routes des pèlerinages et animent les chants de dévots. Au XIIIe siècle, le roi Alphonse X de Castille lancera une grande compilation d’une partie importante de ces récits dans ses Cantigas de Santa Maria. Ce vaste corpus de 417 chants et chansons sur le thème de la vierge demeure, encore aujourd’hui, une œuvre majeure témoignant du culte marial de la Castille médiévale et même d’au delà les frontières espagnoles.

A cette période, la dévotion à Marie soulève des montagnes en prenant la forme de pèlerinages, de témoignages de foi, de prières et de chants, mais la simple évocation de la sainte chrétienne peut même, quelquefois, suffire à produire des miracles. Dans le même esprit, les seules lettres de son prénom se drapent de vertus magiques et deviennent source de prodiges (voir cantiga 384, les clés du paradis pour l’écriture du nom de la vierge ). C’est le thème de la Cantiga Santa Maria du jour. Ce chant de louanges gravite en effet autour des cinq lettres de « Maria » et nous propose d’en décrypter le sens. Il y a quelque temps, nous avions déjà étudié, ici, une chanson très semblable du roi trouvère Thibaut IV , roi de Navarre et Comte de Champagne (voir du trez doux nom de la virge Marie). Celle de jour ne vient pas de sa cour mais de celle d’Alphonse le savant.

L’interprétation de la version de la Cantiga 70 par Universalia in Re

Universalia in Re et les musiques médiévales

Par les hasards de la programmation, l’interprétation que nous vous présentons, aujourd’hui, nous provient d’une formation musicale russe. Cela nous fournira l’occasion de dire qu’en ces temps de conflit, nous formons le vœu pour que la paix revienne et que des compromis soient rapidement trouvés entre ses deux nations historiquement très proches que sont la Russie et l’Ukraine. Nous espérons que les populations ukrainiennes, à l’est comme à l’ouest, se tiennent en sécurité mais également que toutes les parties tiers impliquées feront le nécessaire pour éviter l’escalade.

Cette parenthèse faite, revenons à l’ensemble de musique du jour. Il a pour nom Universalia in Re et est originaire de la ville de Nijni Novgorod. Dès sa création en 2001, ses fondateurs se sont concentrés sur la musique médiévale européenne des XIIIe et XIVe siècles. Par la suite, la formation a eu l’occasion de participer à de nombreux concerts et festivals de musique ancienne en Russie, en Ukraine, mais aussi en Pologne, en Estonie et en Suisse.

Cantigas de Santa Maria: Grandes Visiões

Sortie en 2012, l’album Grandes Visiões propose, sur une durée proche de 50 minutes, 8 cantigas de Santa Maria prises dans le répertoire d’Alphonse X. Le chant de louanges de la cantiga 70 que nous vous présentons aujourd’hui, ouvre l’album. On peut trouver ce dernier en ligne sous forme digitalisée, voici un lien utile pour l’obtenir : Cantigas de Santa Maria: Grandes Visiões. C’est le second album que Universalia in Re a consacré au Cantigas d’Alphonse X. le premier datait de 2005. A date et sauf erreur, cette production est aussi la dernière de l’ensemble médiéval.

Membres ayant participé à cet album

Maria Batova (chant), Yulia Ryabchikova (chant, psaltérion, tambourin), Ekaterina Bonfeld (chant, flute), Maria Golubeva (vielle, rebec), Danil Ryabchikov (guitare sarrazine, narration).


La cantiga de Santa Maria 70
Paroles et traduction en français actuel

Esta é de loor de Santa María, das cinque lêteras que há no séu nome e o que quéren dizer.

En o nome de MARIA,
cinque letras, no-mais, i há.

« EME » mostra Madr’ e Mayor,
e mais Mansa, e mui Mellor
de quant’ al fez Nostro Sennor
nen que fazer poderia.
En o nome de MARIA…

« A » demostra Avogada,
Aposta e Aorada
e Amiga, e Amada
da mui Santa compannia.
En o nome de MARIA…

« ERRE » mostra Ram’ e Rayz ,
e Reyn’ e emperadriz,
Rosa do mundo e fiiz
quena visse ben seria.
En o nome de MARIA…

« I » nos mostra Jhesu Cristo,
Justo, Juiz, e por isto
foi por ela de nos visto,
segun disso Ysaya.
En o nome de MARIA…

« A » ar diz que Averemos,
e que tod’ Acabaremos
aquelo que nos queremos
de Deus, pois ela nos guia.
En o nome de MARIA…


Celle-ci (cette chanson) est un chant de louange à Sainte Marie, à propos des cinq lettres qu’il y a dans son nom et ce qu’elles signifient.

Dans le nom de Marie
il y a cinq lettres, pas plus.

« M » nous montre la Mère
plus grande
La plus dotée de Mansuétude, la Meilleure
De tout ce que créa notre Seigneur
Et de ce qu’il pourrait créer.
Dans le nom de Marie


« A » la montre Avocate,
Apprêtée et Adorée,
Amie et Aimée
De très-sainte compagnie.
Refrain

« R » la montre Rameaux (branches) et Racines
Et Reine et impératrice,
Rose du monde qui comblerait
Celui qui la verrait.
Refrain

« I » nous montre Jésus Christ
Juste, Juge et c’est grâce à elle
Qu’il nous fut révélé,
Selon ce que dit Ésaïe
.
Refrain

« A » nous dit que nous Arriverons
À
Avoir et obtenir tout
Ce que nous désirons
De Dieu, puisqu’elle nous guide.
Dans le nom de Marie
Il y a cinq lettres, pas plus.




En vous souhaitant une belle journée.
Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes.

NB : sur l’image d’en-tête, l’illustration et l’enluminure sont issues du Codice rico de la Bibliothèque royale du Monastère de l’Escurial, à Madrid. Ce manuscrit médiéval, également référencé  Ms. T-I-1, peut désormais être consulté en ligne sur le site de la grande institution espagnole.

Pouvoir central au moyen âge selon Régine Pernoud

Sujet  :   citations, Moyen Âge,  historien, médiéviste, valeurs médiévales, valeurs actuelles, savoir, livres, préjugés, arbitraire, pouvoir politique
Auteur : Régine Pernoud (1909-1998)
Ouvrage : Lumière du Moyen Age (1946)

Bonjour à tous,

ujourd’hui, nous vous proposons une nouvelle citation de la médiéviste Régine Pernoud sur la réalité du pouvoir central et les freins à son arbitraire au Moyen Âge. On reconnaîtra bien, dans cette réflexion, la façon qu’avait l’historienne de penser à rebrousse-poil, en faisant la chasse aux idées reçues. Cet extrait est tiré de son premier ouvrage, sorti en 1946 et ayant pour titre Lumière du Moyen Âge (à ce sujet, voir aussi l’appétit de savoir au Moyen Âge).


« Loin d’être les deux seules forces en présence, l’Etat et l’individu ne correspondent que par une foule d’intermédiaires. L’homme au Moyen Age n’est jamais un isolé ; il fait nécessairement partie d’un groupe : domaine, association ou « université » quelconque, qui assure sa défense tout en le maintenant dans la voie droite. L’artisan, le commerçant sont à la fois surveillés et défendus par les maîtres de leur métier, qu’ils ont eux-mêmes choisis. Le paysan est soumis à un seigneur, lequel est vassal d’un autre, celui-ci d’un autre, et ainsi de suite jusqu’au roi. Une série de contacts personnels jouent ainsi le rôle de « tampons » entre le pouvoir central et le « Français moyen », qui de ce fait ne peut jamais être atteint par des mesures générales arbitrairement appliquées, et n’a pas affaire non plus à des puissances irresponsables ou anonymes, comme le serait par exemple celle d’une loi, d’un trust ou d’un parti. »

Régine PernoudCitation extraite de Lumière du Moyen Âge (1946)


Ni autoritarisme, ni monarchie absolue

« Il est évident qu’il n’y avait place, au Moyen Age, ni pour un régime autoritaire ni pour une monarchie absolue. Les caractères de la royauté médiévale en prennent d’autant plus d’intérêt, chacun d’eux apportant la solution d’un problème sur la question toujours épineuse des rapports de l’individu et du pouvoir central. » Nous dit encore la médiéviste avant d’enchaîner sur cette citation dans laquelle elle remet en question les notions d’arbitraire et de coercition fréquemment projetées sur le monde médiéval et son pouvoir monarchique. Le pouvoir, tel qu’elle nous le présente y est plus dilué ; son visage y est plus humain. Dans le même élan, elle renvoie cette réalité historique à celle des pouvoirs modernes et leur centralisme sous leurs triples formes politiques, légales, économiques, susceptibles d’atteindre, très directement et à tout moment, un individu bien plus livré à lui-même.

On l’a bien compris, il ne s’agit pas de dépeindre le Moyen Âge comme une période idyllique où n’aurait régné aucun arbitraire. En revanche, cette mise en valeur d’un pouvoir composite et « étagé » entre individu et pouvoir central permet de mesurer les grandes différences entre cette période et la nôtre, tout en nuançant largement certains préjugés à l’égard des temps médiévaux. Dans le contexte actuel, cette citation nous semble également résonner de façon assez particulière, en regard de certains aspects de nos démocraties modernes, de la réelle présence de contrepouvoirs ou même d’une réelle représentativité citoyenne. D’ailleurs, ces quatre dernières années en France, de nombreux mouvements politiques et sociaux ont clairement montré que nous n’étions pas les seuls à nous poser ce genre de questions.


En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous  toutes ses formes

NB : en arrière plan de la médiéviste Régine Pernoud, sur l’image d’en-tête, vous trouverez une enluminure tirée de l’ouvrage ms Français 12559 : Thomas de Saluces , Le Chevalier errant . Ce manuscrit médiéval richement enluminé est daté des tout début du XVe siècle. Il est actuellement conservé au département des manuscrits de la BnF et consultable en ligne sur Gallica.