Archives de catégorie : Conférences moyen-âge

Des conférences sur le moyen-âge et autour de la période médiévale par les plus grands érudits et experts de ces questions (historiens médiévistes, romanistes, etc…)

Conférence : la légende noire de l’inquisition médiévale avec Laurent Albaret

Sujet :   inquisition, légende noire, idées reçues, définition. monde médiéval, Languedoc,   Provence
Période : moyen-âge central,  XIIIe et XIVe siècle
Média  : vidéo-conférence, livres.
Titre :   L’inquisition médiévale
Conférencier :  Laurent Albaret,    historien médiéviste
Lieu  :   Ecole nationale des chartes   (2019)

Bonjour à tous,

S_lettrine_moyen_age_passion‘il y a bien une chose à laquelle l’imaginaire populaire lié au moyen-âge aime à s’accrocher, c’est cette vision d’une période médiévale peuplée de bûchers, sur lesquels quelques frères dominicains fanatisés, grillent, à tour de bras et après force tortures, d’ingénus contradicteurs : du bonhomme cathare au guérisseur de campagne, jusqu’à une pauvre marginale dénoncée par son voisin comme suspecte de commerce avec le diable.

Dans cette construction/reconstitution, aussi effrayante que spectaculaire, l’apparition  d’un Bernard Gui  glacé et  sanguinaire, tout droit  sorti  du film  Le   Nom de la Rose ( réalisé par  Jean-Jacques Annaud sur la base du roman d’Umberto Eco) tomberait à point nommé. Pour un peu, elle cristalliserait même très exactement (tout en l’alimentant),  une  « légende noire de l’inquisition » qui  se tenait, depuis longtemps, cachée dans les replis  de notre imaginaire et qui ne demandait qu’à en sortir.

inquisition-medievale-conference-histoire-moyen-age-legende-noire-bernard-gui

Méthode historique  vs    sensationnalisme

Pour faire un peu le tri dans tout cela, plusieurs historiens médiévistes se sont penchés, jusqu’à récemment, sur le sujet de l’inquisition et des hérésies médiévales.  Ils  l’ont fait avec beaucoup de méthode et de sérieux et nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer quelques-uns d’entre eux ici : Andre Vauchez et son histoire des hérésies médiévales (2014) ou encore Jean-Louis Biget  avec son   Hérésie et inquisition dans le midi de la France (2007).    Aujourd’hui et pour le dire trivialement, c’est au tour de  Laurent Albaret   de s’y coller.  Cet historien,  actif dans de nombreux domaines, a également fait de l’inquisition un de ses sujets de recherche, notamment celle des XIIIe et XIVe siècles en Languedoc et dans le midi de la France.   Ainsi, en septembre 2019, il était accueilli dans le cadre prestigieux de l’Ecole Nationale des Chartes pour y donner une conférence sur ce thème que nous avons le plaisir  de partager, plus bas dans cet article.

Des documents et des faits

deco_cathare_monde_medieval_moyen-age_croisade_albigeois_inquisition_histoire_feodal_languedocPour autant qu’il soit devenu presque banal de  charger l’Eglise  catholique romaine  à tout propos,  sur le sujet de l’inquisition au moyen-âge,   il  faut s’atteler à détricoter certaines idées reçues pour rétablir un semblant d’objectivité.  Cela tombe bien puisque, la conférence du jour se propose justement de réintroduire des éléments factuels sur ce terrain conquis de longue date par un imaginaire débordant. Bien sûr, à travers cela, il s’agira aussi de rendre justice à l’Histoire. A l’attention de ceux qui, pour des biais idéologiques ou des croyances personnelles, pourraient être tentés d’y voir une façon de « trouver des justifications » ou de « fournir des excuses »  aux procédés questionnés, la méthodologie historique n’aura   qu’une chose à opposer : le principe de réalité, la froideur des  chiffres et des faits, et,  plus que tout cela encore, des réserves prudentes à l’égard de tout jugement.

Une fois le  tableau  restauré, si l’inquisition médiévale et les acteurs impliqués s’en tirent plutôt plus favorablement, dans leurs méthodes et leurs statistiques, que l’imagerie populaire et littéraire moderne ne l’avaient jusque là supputé, c’est simplement que les historiens (celui du jour et d’autres avant lui), ont fait parler les sources manuscrites d’époque : soit, principalement, les documents juridiques issus des tribunaux inquisitoriaux, avec leurs minutes, leurs sanctions, leurs relaxes et leurs chiffres.

ms-0609-manuscrit-medieval-tribunaux-inquisition-languedoc-moyen-age
Ms 0609, Registrum inquisitorum Tholosanorum (1245-1253) Bibliothèque municipale de Toulouse – Bibliothèque Virtuelle des manuscrits médiévaux CNRS

Une « légende noire » pour des « Dark Ages »

Pour le reste, pas plus que Laurent Albaret ne le fait dans cette conférence, nous n’allons prétendre décortiquer, ici, les raisons complexes (historiques, idéologiques, littéraires, …) ayant favorisé  la promotion (sensationnaliste) d’une inquisition médiévale essentiellement  aveugle et massivement « meurtricide », au point de forger à son égard, ce que l’on a pu quelquefois appeler « une légende noire ».

deco_cathare_monde_medieval_moyen-age_croisade_albigeois_inquisition_histoire_feodal_languedocSans entrer dans le détail, on pourrait s’en tirer avec une généralité. A l’image de la notion anglaise de « Dark Ages », un voile  noir à été jeté sur les 1000 ans du moyen-âge propice à  bien des fantasmes et des instrumentalisations : plus sales, plus méchants, plus ignorants, plus barbares, plus fanatiques,  plus injustes  et, finalement, moins « civilisés ». Notre  belle modernité rationaliste, matérialiste et progressiste brille de mille feux en comparaison de cette ombre tremblante, peuplée de  tristes fantômes, que nous avons formée  au sujet des temps médiévaux. Grâce à elle, nous pouvons occulter, un peu plus aisément,  le fait que ce siècle et le précédent ont emporté dans leur barbarie, des dizaines de millions d’hommes, de femmes et d’enfants pour des raisons géo-politiques, économiques, religieuses même, et  souvent, très cyniquement pour des visées d’appropriation.

Sur le sujet de l’inquisition médiévale, si, à bien des égards, les morts  à compter pourront toujours nous sembler de trop, remis dans leur contexte, les chiffres sont très loin d’égaler d’autres massacres perpétrés dans l’histoire. Quant à l’arbitraire et la barbarie supposés des méthodes et des sanctions, jusqu’à  ce jour  et en accord avec l’historiographie  récente, l’examen des faits et des statistiques semble plaider en leur défaveur.

Des confusions « classiques »

Pour finir cette introduction  sur  les représentations autour de l’inquisition médiévale, notons que de nombreuses choses sont venues s’y mêler dans une sorte de confusion générale : 1/ Les périodes  : l’inquisition du moyen-âge n’est pas celle des siècles suivants,  2/ Les « justices » et les tribunaux concernés :  les tribunaux inquisitoriaux et le  bras séculier (justice royale, seigneurial, civile, politique) sont deux choses différentes. Les enjeux politiques et économiques sont souvent à démêler (procès des templiers, méandres de l’affaire Gille de Rais, etc…) 3/ Il faut encore dissiper les confusions qui planent entre l’histoire de l’inquisition française des XIIIe et XIVe siècles et celle de l’inquisition espagnole de la fin du XVe siècle.

Enfin, il faut aussi le comprendre, bien souvent, c’est l’ignorance qui nous fait « tout mettre dans le même sac », comme on le dit l’expression populaire. Quand on s’approche avec sérieux et   méthode de la réalité, en général, les  visions grossières et sans nuance fondent comme neige au soleil. Demandez-le à quiconque est engagé dans des recherches  de haut vol.  Quelque soit sa matière scientifique, la première chose qu’il fera est de border très précisément son sujet et son champ d’observation. Tout en le faisant, vous verrez qu’il vous parlera  d’humilité, bien avant de vous parler de certitudes. Tout cela bien compris,  nous vous souhaitons une excellente conférence.

La conférence  de Laurent Albaret sur l’inquisition médiévale

Laurent Albaret :  esquisse de Biographie

Après une formation en histoire  et une spécialisation dans le domaine des Inquisitions médiévales dans le Sud de la France,  Laurent Albaret a enseigné plus d’une dizaine d’années dans le secondaire (1991-2002),  puis dans le monde universitaire (2002-2006), avant de voguer vers d’autres horizons.

Sur le terrain de l’Histoire et de la Culture

laurent-albaret-conference-histoire-inquisition-medievale-medieviste-moyen-ageAyant laissé derrière lui sa carrière dans l’enseignement, on le retrouvera bientôt très impliqué dans le secteur de la culture,  du patrimoine et de la muséographie. Dans le même temps, il restera fortement présent dans le domaine de l’Histoire.  A  ce titre, et  pour ne citer que ces deux charges, il est de longue date membre associé de la Société des Historiens Médiévistes de l’enseignement supérieur public,  ou encore  administrateur de la Société des  Amis du Musée de Cluny.  Actuellement, il  termine  un doctorat à  l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales sous la direction de Jacques Chiffoleau. Notons qu’il avait effectué son DEA sous la direction de André Vauchez (directeur de l’Ecole Française de Rome, spécialisé  dans les hérésies médiévales).

Histoire contemporaine & présence médiatique

Les années 2010-2020   verront  Laurent Albaret  investi du côté de l’Histoire  postale  (conservateur au Musée de la poste) mais aussi de l’Histoire de l’Aviation (secrétaire général et secrétaire de la commission Histoire, Arts & Lettres de l’Aéro-Club de France). A côté de cela, il lancera également des opérations dans le domaine culturel et patrimonial (Association Parix Louxor ou encore Un soir, un musée, un verre) auxquelles viendront s’ajouter des activités dans le monde de la presse au sein de divers magazines.    Aujourd’hui, dans le champ de l’Histoire médiévale ou plus contemporaine, on le trouve très actif sur de nombreux médias : conférences, interviews, podcasts, publications diverses. Il intervient même, à titre de conseiller historique, auprès d’émissions télévisuelles (voir son site web pour plus de détails).

Présence dans le domaine du consulting digital

A ces nombreuses activités, Laurent Albaret a encore ajouté,  dernièrement,   une présence dans le  secteur de la création et de la communication digitale. En 2016, il a, en effet, créé,  une  agence  web baptisée Le doigt sur le truc. C’est en occupant divers postes à responsabilité  au sein de pôles numériques et médias sociaux  de diverses filiales  du groupe La poste (2010-2015), qu’il s’est forgé des compétences dans cette matière. Il y a, depuis, ajouté de nombreuses autres références.


Deux ouvrages de Laurent Albaret pour en savoir plus  sur l’inquisition médiévale

Pour approcher de plus près les éléments abordés dans cette conférence, voici deux ouvrages de Laurent Albaret sur le sujet de l’Inquisition médiévale.

 inquisition-legende-noire-livre-laurent-albaret-moyen-ageinquisition--moyen-age-livre-Laurent-Albaret-historien-medieviste
 Les Inquisiteurs : portraits de
défenseurs de la foi en Languedoc
Privat  (2001) – Acheter en ligne
 L’Inquisition : Rempart de la foi 
Format poche –  Gallimard (1998)
Acheter l’ouvrage en ligne 

En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric  Effe
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes

Conférence monde médiéval : les procès faits aux animaux avec Michel Pastoureau

conference-moyen-age-monde-medieval-proces-animauxSujet   : procès, animaux, monde médiéval, anthropologie histoire, histoire médiévale, moyen-âge chrétien
Période : moyen-âge et  siècle suivants
Vidéo-conférence : Les procès faits aux animaux (du XIIIe au XVIIe siècle)
Intervenant : Michel Pastoureau
Conférence : Archives départementales de la Vienne,    avril 2019

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionmateur d’histoires insolites, cette vidéo-conférence de Michel Pastoureau sur les procès faits aux animaux, du moyen-âge central aux siècles suivants, pourraient bien vous distraire. Attention, toutefois, l’historien donne  très vite le ton ici : s’il peut nous faire sourire, le sujet doit être pris très au sérieux.  Il fait partie, des mots même du médiéviste, de la grande Histoire et, sous l’apparente trivialité, pas question de laisser l’anecdotique, ou pire,  un deco-medievale-enluminures-proces-animaux-cochonssensationnalisme à la mode,  prendre le pas. Ces questions interrogent, en profondeur, les sociétés médiévales et renaissantes dans leurs rapports à la justice, dans leurs rapports homme animal et dans leurs représentations, ,…

Vous l’aurez compris, nous sommes bien au cœur d’une anthropologie historique et culturelle moderne qui vise à approcher le monde médiéval et ses mentalités dans toute leur complexité. Bien sûr,  nous l’avons dit, le sujet autorise tout de même, quelques sourires entendus dont l’historien lui-même, qui ne manque pas d’humour, ne se privera pas au long de sa conférence.  Voici un digest de cette dernière.

Les procès faits aux animaux.

Du XIIIe au XVIIe siècle (de 1250 à 1650), on juge les animaux pour divers crimes en France. Selon Michel Pastoureau, cette vague de procès pourrait correspondrait, en partie, au développement d’une forme de justice ecclésiastique  ayant tendance à se généraliser à la même époque. Dans le même temps,  il reconnait, toutefois, que cette dernière n’est alors pas la seule  à rendre des jugements :  durant la même période, les justices royales et civiles en produisent aussi.

Pour ce qui est de la fin du phénomène, dans le courant du XVIIe siècle, elle  semble toucher, tout à la fois, le souci d’optimiser l’utilité des actions de justice (en les réservant aux hommes), mais encore des raisons ayant trait aux représentations concernant les animaux (non souffrance, inutilité des supplices, …).

Vidéo-conférence de Michel Pastoureau  – les procès aux animaux

Différentes catégories de procès

Le chercheur médiéval distingue   différentes catégories de procès menés a l’encontre des bêtes.

1/ Les procès faits aux animaux pris en groupe,
principalement par la justice ecclésiastique

proces-hanneton-moyen-age-chretien-excommunication-monde-medievalRongeurs, batraciens, vermine, insectes, … Dans cette première catégorie, se  rangent  principalement les petits animaux, comme ces hannetons que l’évêque de Troie sommera, en 1516, de quitter son diocèse sous peine d’excommunication ou encore, quelques années plus tôt, ces anguilles du lac Léman ayant eu l’outrecuidance de se reproduire à l’excès. C’est, cette fois, l’évêque de Lausanne qui s’en mêlera pour tenter de ramener les anguilles à la raison. Que les bêtes laissent un peu de place aux feras,  perches et autres blancs dont vivent les hommes et les pécheurs autour du lac ! Peine perdue. Ce sera l’escalade… Et comme les anguilles resteront sourdes aux demandes de l’homme d’église, il se verra lui aussi contraint de les excommunier,  les expulsant ainsi et sans délai, de la communauté chrétienne.

2/ Les procès faits aux animaux domestiques et de plus grande taille par la justice royale ou civile

Ici, les animaux jugés seront de plus grande taille : cochons (en quantité), ânes, bœufs ou chiens, ayant causé des accidents ou s’étant rendus outrageusement coupables de vandalisme ou autres crimes et délits.  Dans quelques cas, il semble qu’ils puissent  être simplement coupables de ne pas avoir accepté, de bonne grâce, la charge de travail qui leur incombait ? Et on aura peut-être, une pensée (moderne)  émue pour ce bœuf de Toulouse qu’on  décapita, en 1415, pour avoir « démérité ». Quoiqu’il en soit et pour divers motifs, on conduit ces animaux, individuellement, aux tribunaux civils et, une fois leur cause « entendue » et jugée, on les châtie : on peut les exécuter sans ambages ou même d’autres fois, les gracier.

3/Les procès en hérésie, sorcellerie et bestialité

Comme on le sait (ou comme on l’ignore), la sorcellerie et les procès dans cette matière sont des affaires bien plus renaissantes que médiévales : sabbats, histoires d’adoration d’animaux en manière d’adoration du diable, mais encore bestialité et commerce contre-nature entre hommes et bêtes, tout cela donnera lieu à des condamnations qui frappent les uns et les autres, hommes et bêtes  (fréquemment sous couvert de délation). Ces affaires forment le dernier type de procès faits aux animaux que Michel Pastoureau identifie sur la partie la plus tardive de la période étudiée.

Géographie et fréquence

deco-medievale-enluminures-proces-animaux-cochonsAprès nous avoir présenté ces catégories, l’historien détaillera ses sources, du côte de leur répartition géographique. Les Alpes semblent alors un foyer privilégié bien que non exclusif de ces actes judiciaires qui peuvent nous paraître, aujourd’hui, si étranges. Étonnamment, on notera que, quelque temps plus tard, les procès en sorcellerie suivront, en partie, cette même géographie en s’accrochant aux montagnes et aux mêmes provinces.

Contrairement aux idées reçues pourtant, en nombre, ces  procès faits aux animaux resteront relativement rares. En suivant le chercheur, peut-être faudrait-il y voir une démonstration symbolique ? Entendons, une forme de théâtralisation de l’action judiciaire ou, au moins, la volonté de mettre en scène une justice toute puissante qui s’exercerait, sur tous, avec une égale magnanimité.

Le porcs au cœur   des procès

Neuf fois sur dix, les animaux concernés sont des porcs. Ils sont alors nombreux à vaquer dans les villes comme dans les campagnes, glanant leur nourriture, en semi-liberté. En milieu urbain, ils aident aussi à éliminer les ordures et les détritus. De fait par cette omniprésence, autant que par leur nature fouineuse et leur régime omnivore, ils finissent fatalement par commettre plus d’actes de vandalisme et sont la cause d’incidents plus fréquents. Michel Pastoureau étendra son raisonnement de la simple statistique à la proximité anatomique et biologique entre le porc et l’homme. Selon lui, le porc aurait été également victime de ce cousinage avec les humains et c’est aussi cela qui lui aurait ouvert la porte des tribunaux. N’étant pas si éloigné de la gente humaine, on  aurait  ainsi pu trouver acceptable qu’il fut jugé.

La  Truie de Falaise

proces-animaux-monde-medieval-conference-michel-pastoureau-moyen-age
Illustration représentant l’affaire de la truie de Lavegny, en 1457, qui, avec ses 6 porcelets, aurait dévoré un enfant « The book of days: a miscellany of popular antiquities ( 1869)

Suivant encore, de près, le fil de cette conférence, l’historien nous contera l’histoire, plutôt   gore, de  cette truie de Falaise qui, en  1386,  renversa le   berceau de deux enfants en bas âge, en les tuant sur le coup. Non contente de son forfait, l’animal dévora,  en partie, le cadavre du plus jeune. Condamnée à mort par le bailli de Falaise, après une procès en bonne et due forme, la truie fut traînée par les rues, pendue, puis brûlée, ses cendres dispersées. Étrangement, le supplice lui fut administré après qu’on l’ait vêtu d’habits féminins, sous l’œil d’une foule, sans doute, venue nombreuse y assister. On aurait même alors demandé aux paysans présents à l’événement de s’y présenter avec leurs propres cochons, afin que ceux-ci retiennent à plein la leçon.

Les rapports hommes animaux en tension
dans le moyen-âge chrétien

Pour conclure ce riche tour d’horizon de son sujet, Michel Pastoureau se penchera sur la, ou plutôt les, pensées chrétiennes et médiévales régissant les représentations homme/animal. Deux courants théologiques et philosophiques coexistent en effet. Le premier différencie clairement le règne de l’homme et de l’animal. C’est le plus classique. Face à lui, un autre courant prône l’idée d’une « communauté des êtres vivants » et celle d’un animal « enfant de Dieu ». Selon le chercheur, ces deux conceptions auraient animé les débats entre juristes et théologiens autour de ces procès  : les animaux peuvent-ils souffrir ? Ont-il une âme semblable à la notre ? deco-medievale-enluminures-proces-animaux-cochonsPeuvent-ils différencier le bien du mal ? Y-a-t-il des animaux supérieurs ?

Toutes ces questions vont être en opposition jusque dans les idées d’animaux machines  et il faudra attendre le XVIIIe siècle et l’Ecosse pour voir la naissance des premières sociétés protectrices d’animaux de l’histoire. Ce sera pourtant loin de consacrer nos vues modernes sur ces questions qui, disons le, demeurent, dans la pratique, toujours contradictoires. D’ailleurs, en creusant un peu, cette duplicité de vue médiéval pourrait très bien y  être encore   à l’oeuvre, soit qu’on considère l’homme comme faisant partie du règne animal, soit qu’on le place largement au dessus.

Notion de responsabilité juridique

A défaut de vues philosophiques partagées sur ces questions dans nos sociétés, la seule chose sur laquelle on semble être parvenu à un consensus est juridique et légale. Elle concerne la responsabilité directe du propriétaire de l’animal sur les dégâts que ce dernier pourrait occasionner. Comme on l’aura remarqué, elle  n’est  pas  en question dans ces procès des temps anciens que nous pouvons, aujourd’hui, trouver insolites. Du reste, une certaine littérature satirique d’époque en avait déjà relevé la nature cocasse et ne s’est pas privée de moquer ces actions en justice .  Michel Pastoureau nous le rappellera, ici, en évoquant  le goût du public médiéval pour les fables ou les   ysopets, mais aussi  le procès fait à Goupil dans le   Roman de Renard.

De nos jours, il arrive encore que la justice juge et condamne des animaux.

Voir nos autre articles au sujet de Michel Pastoureau.

En vous souhaitant une excellente journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Un excellent podcast de France Culture autour de l’oeuvre de Tolkien

jrr-tolkien-poesie-oxford-gobelin-monde-medieval-fantastiqueSujet  :   littérature anglaise,   fantaisie, fantasy, oeuvre,  médiéval fantastique, podcast
Période    : XXe,   moyen-âge fantaisie.
Auteur    :  JRR Tolkien (1892 -1973)
Titre :    La magie Tolkien : voyage au pays des elfes et des hobbits
Programme : l’invité(e) des Matins de France Culture, Guillaume Erner,    (31 oct 2019)

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionl’occasion de l’Exposition de la BnF autour de l’oeuvre de J.R.R. Tolkien, de grands experts français de l’auteur nous font le plaisir de faire entendre leur voix sur le sujet. C’est le cas dans ce podcast de France Culture  diffusé le 31 octobre dernier. On y fait un large tour de l’auteur du Seigneur des Anneaux et de ses productions. Entre réflexions sur la genèse de l’oeuvre et ses influences, on aura, également le grand plaisir d’y écouter des extraits d’interviews de Tolkien.

Un podcast autour de Tolkien avec   Frédéric Manfrin   & Vincent Ferré

  Adresse du podcast sur le site de France Culture

Les intervenants du Podcast sur Tolkien

Frédéric Manfrin   :  conservateur en chef à la Bibliothèque nationale de France et   Vincent Ferré, universitaire et chercheur, attaché à l’université Paris Est-Créteil.

vincent-ferre-jrr-tolkien-ouvrage-livre-moyen-age-fantastique-fantaisieA propos de Vincent Ferré, ce dernier est un expert reconnu  de  JRR Tolkien. Il est  notamment l’auteur de nombreux livres sur le sujet et on lui doit, également, de nombreuses réflexions autour du médiévalisme. Plus encore que la recherche des traces de moyen-âge factuel chez Tolkien, il s’est, en effet, fortement intéressé à ce que Tolkien, mais aussi l’intérêt que suscite son œuvre, pouvaient nous apprendre sur notre propre modernité ; il a même soutenu une thèse sur le sujet que l’on peut trouver en ligne.  Le podcast étant un peu coupé sur la fin,  on  n’entend pas toutes les références à ses écrits.  Aussi, voici des liens utiles pour y suppléer.

Livres de Vincent Ferré sur  l’œuvre de Tolkien

Vincent Ferré compte de nombreuses  parutions et contributions au sujet de l’œuvre de Tolkien  dont il s’est fait une grande spécialité.  Nous n’allons pas tous les citer ici, mais voici une sélection de ses ouvrages les plus prisés.

tolkien-exposition-bnf-conference-vincent-ferre-moyen-age-fantastique

Tolkien – Voyage en Terre du Milieu
Ouvrage collectif de Vincent
Ferré & Fréderic Manfrin

Un ouvrage-catalogue qui
réunit des experts sur  Tolkien
à l’occasion de la grande
exposition de la BnF.

tolkien-dictionnaire-medievalisme-vincent-ferre-moyen-age-fantastique-fantasy

Dictionnaire Tolkien
Sous la direction de Vincent Ferré

Soixante  érudits et 350 notices
pour tout  connaître de la vie
de Tolkien, de son oeuvre,
mais aussi des résonances culturelles de cette dernière.

JRR-Tolkien-livres-vincent-ferre-moyen-age-fantastique

Tolkien :  sur les rivages
de la Terre du Milieu

Ouvrage de Vincent Ferré

Au sujet du Seigneur des
Anneaux, ses références,
sa genèse, sa morale et  ses
soubassements philosophiques.

JRR-Tolkien-livre-vincent-ferre-fantaisie-moyen-age-fantastiqueLire J.R.R. Tolkien
Tout ce que vous ne savez pas encore…
Ouvrage de Vincent FerréDes clefs de lecture pour
mieux situer le Seigneur des Anneaux  : ses influences, ses
adaptations,     ses références, …

L’exposition de la Bnf : unique à plus d’un titre

A propos de l’exposition Tolkien de la BnF, il faut insister sur le faitque c’est un événement tout à fait unique à plus d’un titre. C’est, en effet, une des plus grandes exposition jamais réalisée en France mais, comme le rappellera aussi un des intervenants de ce podcast, c’est aussi la première fois que la BnF organise une exposition sur un auteur étranger pour lequel elle ne possède aucun manuscrit. Si vous êtes sur Paris, ne manquez pas cet événement d’exception.

En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.