Archives par mot-clé : bataille

Le 8eme Festival médiéval de la Rose d’Or, à Avignon

avignon_blason_armoirie_heraldique_provence_ville_historiqueSujet : agenda médiéval, fêtes historiques, animations, tournois, campements et compagnies médiévales, 
Période : moyen-âge tardif, XVe siècle
Evénement : Le 8e festival de la Rose d’Or
Lieu :  Avignon, Provence, Rhône-Alpes, 
Date : les 7 et 8  octobre 2017

Bonjour à tous,

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour en terminer avec l’agenda médiéval de ce week end, nous vous entraînons du côté de la Provence avec un événement prometteur  :  le festival de la Rose d’or à Avignon. Il s’agit de la 8e édition de cette grande fête médiévale qui a lieu tous les deux ans dans l’ancienne cité des papes et rassemble, en général, une grande quantité de compagnies médiévales. rose_or_festival_rassemblement_medieval_avignon_agenda_animation_moyen-ageCette année ne déroge pas à la règle puisqu’on nous en promet plus de 85 avec un total de plus de  1300 figurants en costume ! Avec un tel nombre, nul doute que nous sommes  face à un des plus important rassemblement médiéval du Sud de France.

Venues de toute l’Europe (France, Belgique, Espagne, Italie, Slovaquie, Moldavie, Suisse) ces troupes couvriront des époques allant du XIIe au XVe et déborderont même jusqu’au XVIIe siècle, puisque il devrait y avoir également, cette année, une compagnie de pirates. Les vikings seront eux-aussi représentés. Un grand défilé pour permettre de découvrir tous ces passionnés de reconstitution et d’Histoire vivante aura lieu le samedi après-midi dans les rues de la cité d’Avignon et fera l’ouverture de l’événement.

Animations, tournois, concours
et campements sur l’ïle de la Barthelasse

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour la journée du dimanche, qui reste le temps fort de cet événement, des concours et tournois variés seront organisés entre escrime ancienne et combats à l’épée, archerie, lancer de haches  et même encore, cuisine et gastronomie médiévale. Bien entendu, de nombreux campements seront installés sur l’île de la Barthelasse pour partir à la découverte de la vie, l’artisanat, les savoir-faire, mais aussi les arts du moyen-âge (danse et musique).

rose_or_festival_fetes_rassemblement_compagnies_medievales_avignonEn clôture, le festival mettra en scène une grande bataille qui s’annonce spectaculaire puisqu’elle devrait opposer plusieurs centaines de combattants en tenue d’époque ! On parle de 400 ! Du côté des ripailles, aucun souci à se faire non plus, il y aura  sur place des tavernes montées pour l’occasion et largement de quoi se sustenter.

Sauf erreur de notre part, le site officiel habituel de l’événement ne fonctionne plus et il n’y a pas non plus véritablement de page facebook officielle à laquelle se raccrocher (ce qui est franchement dommage au vue de la taille annoncée de ce festival).  On ne trouve donc guère plus de détails sur les compagnies présentes ou sur le programme. Quoiqu’il en soit, Voici le lien vers le site qui héberge cette fête médiévale de la Rose d’Or. Un contact email est également disponible, le voici:  rose.d.or2017@gmail.com

En vous souhaitant une excellente journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Un atelier conférence sur les armoiries durant la bataille d’Azincourt, au Centre historique médiéval d’Azincourt

azincourt_bataille_guerre_de_cent_ans_histoire_medieval_centre_historiqueSujet :  guerre de cent ans, lieu d’intérêt, batailles médiévales, musée, armoiries, histoire médiévale, bataille d’Azincourt, atelier, conférence.
Période : moyen-âge central, 1415
Lieu : Centre Historique Médiéval d’Azincourt
22, rue Charles VI. 62310 Azincourt
Evénement : rencontre thématique, atelier conférence sur les armoiries d’Azincourt
Date : Samedi 13 mai 2017

Bonjour à tous,

S_lettrine_moyen_age_passionur les lieux même d’une des plus grandes batailles de la guerre de cent ans, dans le Pas-De-Calais et à Azincourt se tient un centre historique et un musée qui commémore la célèbre date de 1415. Il vous y est proposé de partir à la découverte du champ de histoire_medievale_azincourt_guerre_de_cent_ans_centre_historique_moyen-agebataille  mais aussi des armes, armure et forces en présence.

Résolument Interactif et multi-média, le centre vous propose, le temps d’une visite, de devenir un acteur de la guerre de cent ans et de vous immerger au coeur de l’événement. La technologie vient là encore se mettre au service de l’Histoire pour une expérience plus ludique mais vous pourrez aussi y manipuler des armes anciennes et des armures d’époque, pour vous faire une meilleure idée de ce qu’ont pu vivre les combattants d’alors sur le champ de bataille. Au delà, l’idée est encore de vous faire mieux percevoir les conséquences de la grande défaite d’Azincourt sur son époque.

bataille_azincourt_histoire_medieval_gravure_guerre_de_cent_ans_centre_historique_medieval
Bataille d’Azincourt, miniature du XVe siècle, BnF, Chronique d’Enguerrand de Monstrelet

Rencontre thématique autour
des Armoiries présentes à Azincourt

E_lettrine_moyen_age_passionn supplément de ses activités habituelles et pour aller un peu plus loin sur son sujet de prédilection, le Centre Historique Médiéval d’Azincourt organise histoire_medievale_azincourt_guerre_de_cent_ans_centre_historique_moyen-age_centralégalement, ce samedi 13 mai, une rencontre thématique autour des Armoiries présentes en 1415 durant la grande bataille.

C’est Dominique Delgrange, membre associé de l’Académie Internationale d’Héraldique qui animera cet atelier conférence.

Pour plus d’information, vous pouvez vous mettre en contact directement avec le centre médiéval historique d’Azincourt au numéro de téléphone suivant : 03 21 47 27 53 ou contacter également la chargée de communication sur place,  Louise Quenehen  à l’adresse suivante :
courriel_centre_historique_medieval_azincourt_1415_guerre_de_cent_ans

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous  toutes ses formes.

Une Vidéo sur les techniques de combat à l’épée et en armure au XVe siècle

Bonjour à tous,

P_lettrine_moyen_age_passion copiarésentée dans le cadre d’une exposition sur les armes anciennes et plus particulièrement l’épée, au musée national du moyen-âge de Cluny, cette vidéo très sérieuse détaille les techniques de combat à terre  en armure. Elle se base sur des traités du XVe siècle et met en présence deux combattants revêtus d’armures qui sont, sans aucun doute, le fleuron de l’époque. Ce sont d’ailleurs les reconstitutions d’armures ayant appartenu à de grands nobles et seigneurs : d’un côté, Frédéric 1er le victorieux de Bavière (1425 -1476), électeur palatin du  Rhin et fils de Louis III, Pour information d’ailleurs, la reproduction de son armure armures_anciennes_monde_medieval_technique_de_combat_epee_escrime_moyen-age(photo ci-contre), vous coûtera la bagatelle de 6105 euros sur le site boutique.epees.fr. On pourra donc en conclure que l’investissement de départ pour l’escrime ancienne est un peu plus important qu’au Judo qui, lui-même, tout étant toujours relatif, reste bien supérieur  au Sumo. mais je plaisante car cette armure n’est apparemment que décorative et pèse pas moins de 45 kilos, ce qui est sans doute plus que l’authentique. Cela reste à vérifier car sauf à quelques exceptions près, les armures du moyen-âge semblent en effet avoir été plus proches de 25 kilos.

Pour ce qui est de la reconstitution de ces techniques de combat à l’épée, de l’autre côté et dans cette vidéo, nous avons donc l’armure de Robert de Sanseverino d’Aragona (1418-1487), comte de Cajazzo, noble également donc, mais encore condotierre* italien (*chef d’armées de mercenaires)  et donc combattant aguerri. (ci-dessous l’armure en question).

robert_sanseverino_armure_technique_combat_medieval_epee_armes_anciennes_moyen-agePour ceux qui avaient pu voir ici le documentaire sur le manuel du maître d’armes Hans Talhoffer dont nous avions publié la vidéo, ce reportage nous donnait également un aperçu de ces techniques et de la capacité de mobilité en armure. Contrairement ce qu’on pourrait être tenté de croire, ces équipements sont loin d’être aussi peu maniables qu’on pourrait le penser et n’étaient pas conçus que pour protéger un chevalier, juché sur un lourd frison. L’homme devait pouvoir combattre au sol, remonter sur sa monture ou même gravir des obstacles lors des sièges. Du fait que la charge est répartie sur l’ensemble du corps, le poids de ces armures reste donc relatif  et c’est bien plus certainement l’endurance sur la durée et la longueur du combat que la liberté de mouvement qui est en question. Pour information, la moyenne, comme nous le disions, semble se situer autour de 25 kilos, ce qui correspond à peu près au poids de la tenue d’un sapeur pompier en action. Pour poursuivre la comparaison, pendant la première guerre mondiale et près de cinq siècles après, le poids moyen de la tenue militaire des fantassins, toute nation confondue, se situait autour de valeurs similaires et même supérieures puique voisines de 30 kilos, suivant que l’on inclut ou non l’ensemble du paquetage.

miniature du XVe, Martial d'Auvergne, manuscrit les Vigiles du roi Charles VII BnF
miniature du XVe, Martial d’Auvergne, manuscrit les Vigiles du roi Charles VII BnF

R_lettrine_moyen_age_passioneste qu’au vue du prix exorbitant de ce genre d’équipements à l’époque, dans ce documentaire, on a bien la fine fleur de ce type d’armures que seuls les plus nobles et fortunés chevaliers pouvaient acquérir, à défaut de les récupérer directement sur technique_combat_medieval_epee_XIVle champ de bataille ou sur leurs ennemis. Sauf bien sûr à parler des coups fatals qui intervenaient dans le feu de l’action, il faut encore ajouter que pour ce qui est d’achever au sol un homme d’armes vêtu d’une telle valeur sur lui, on préférait bien souvent mieux lui ôter, la récupérer, ainsi que son cheval, mais si possible ne pas le tuer pour obtenir rançon de sa libération. C’est un sport dont les compagnies de routiers étaient assez friandes durant la guerre de cent ans. mais qui faisaient aussi partie intégrante des retombées économiques appréciées de toute victoire durant les batailles du moyen-âge. Il y a bien sûr eu de sanglantes exceptions comme Azincourt, où la crainte d’être débordé et pris à revers par les prisonniers a  poussé Henri V à faire exécuter sans forme de procès tous les prisonniers, mais l’histoire raconte que même ses archers refusèrent d’obéir à ses ordres justement pour ne pas perdre le bénéfice de ces rançons. (photo de droite, épée du XIVe siècle, musée de l’armée, Paris),

En vous souhaitant une bonne journée!

Fred
Pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »