Archives par mot-clé : film

musique Maestro : sortie de Kaamelott premier volet, l’album

Sujet  :   Kaamelott, série télévisée,     médiéval-fantastique, comédie, légendes arthuriennes, musique, album, bande originale, film, cinéma
Auteur -compositeur :-   Alexandre Astier
Musique  :  Kaamelott premier volet, l’album
Dates : sortie le 25 novembre 2020

Bonjour à tous,

ialoguiste, scénariste, réalisateur, musicien, auteur-compositeur, Alexandre Astier a de quoi surprendre et ça tombe bien parce qu’il aime ça. D’une certaine façon, il vient à nouveau de le faire puisqu’à l’heure où les mesures sanitaires n’en finissent plus de pleuvoir, Regular Prod, sa maison de production, vient d’annoncer la sortie de l’album de la musique de Kaamelott, le film, premier volet pour le 25 novembre.

Une sortie de la musique du film
en phase avec la sortie en salles

En réalité, il s’agit plus d’une confirmation que d’une surprise puisque cette date coïncide avec celle annoncée (et toujours officielle) de la sortie du film en salles. Le seul élément étonnant tient donc moins à ce choix de calendrier qu’aux doutes que pourrait faire planer la gestion du Covid sur une sortie cinématographique sereine du premier volet de la trilogie Kaamelott. En général, une bande originale de film sort en même temps, voire un peu après un film, même si, dans l’histoire du cinéma, il a pu arriver que l’inverse se produise et que la musique d’un film draine les spectateurs au cinéma.

Alors faut-il y voir une façon de faire la nique à ce Covid qui n’en finit plus de nous pourrir la vie, tout en confirmant que le film sortira bien à l’échéance convenue ? Ou la décision suit-elle simplement le plan de distribution prévu ? Point ne le sait. En tout cas, quelles que soient les mesures qui paralysent le pays, son économie, ses spectacles et sa culture, la musique du film Kaamelott, suivra, elle au moins, le calendrier et c’est une bonne chose.

Sergio Astier ou Alexandre Morricone ?

« Pour Alexandre Astier, chaque projet artistique est avant tout prétexte à écrire de la musique. »

Pensant à cette musique qui pourrait peut-être pré-exister à la découverte du film, je relisais cette citation au sujet d’Alexandre Astier, glané dans un dossier de presse, et tout cela m’évoquait un peu certains interviews, redécouverts dernièrement sur youtube du légendaire Sergio Leone. Celui qui avait fini par s’allier comme complice, dans la plupart de ses films, le grand compositeur et directeur Ennio Morricone, concevait la musique comme quelque chose qui devait se trouver au cœur du 7ème art. Pour Leone, elle n’était jamais un accessoire de l’œuvre cinématographique mais un pilier et presque un préalable. Elle devait, tout à la fois, venir poser, prolonger, soutenir l’univers. Il n’est pas question ici de fond, mais quelquefois même de poser le cadre : renforcer les dialogues au point de les rendre superflus, remplir de sens les longs silences des personnages. On raconte que le réalisateur italien la diffusait même, parfois, sur les plateaux et demandait aux acteurs de s’en imprégner parce qu’elle contenait une partie des clés pour les aider à comprendre leur personnage.

un beau teaser musical à se mettre sous la dent en attendant la sortie de l’album

Aujourd’hui, repenser aux grandes réalisations de Sergio Leone sans que la musique d’Ennio Morricone ne vienne à l’esprit relève de la gageure. Ce n’est pas dû qu’au talent de ce dernier ou du réalisateur, c’est une alchimie entre les deux. une façon d’écrire et faire en sorte que la musique participe entièrement de l’œuvre.

Avec le premier opus de cette fresque Kaamelott sur grand écran, il va être intéressant de voir à quel point Alexandre Astier a adopté cette « écriture » entremêlée ; comme il en est à la fois l’auteur, le réalisateur et le compositeur, on ne doute pas qu’il y soit allé franchement. La musique était déjà indissociable de la sérié télévisée. On se souvient même qu’elle y a pris une ampleur grandissante, à partir du Livre V et au fil des formats qui gagnaient en durée.

Sous la direction de Frank Strobel

Du côté de la direction d’orchestre, vu le perfectionnisme de A. Astier et son goût pour la chose, on est presque étonné qu’il l’ait déléguée ; on se souvient aussi d’avoir vu quelques teasers le montrant face au grand Orchestre national de Lyon et laissant présager qu’il « faisait » l’orchestre à sa main. C’est le cas puisqu’il signe la composition mais aussi l’orchestration de cet album. Quant à la direction, elle a été confiée à Frank Strobel, talentueux chef d’orchestre allemand au brillant parcours.

Compositeur, arrangeur et interprète des plus grands compositeurs, Frank Strobel est un directeur de renom qui a, lui-même, beaucoup travaillé sur les interrelations entre musique et cinéma. Il a même été projectionniste avant de se consacrer à la musique d’où cette double passion. Avec le temps, il est devenu un grand spécialiste de la direction de musiques de films et on a pu le voir à la tête de nombreux orchestres de renommée internationale sur des projets touchant le 7eme art et la télévision. Avec une baguette de cette trempe, on peut être sûr que l’œuvre musicale de ce « Kaamelott premier volet » sera desservie comme il se doit.

« Dans la grande tradition de la musique symphonique pour le cinéma »

Pour Frank Strobel, l’alchimie a, en tous les cas, fonctionné puisque le grand chef d’orchestre a laissé un belle éloge à l’attention du compositeur.

« La musique d’Alexandre Astier est enracinée dans la grande tradition symphonique de musique pour le cinéma. Il faut se souvenir que ce qu’on appelle aujourd’hui le “Hollywood sound” a été créé en majorité par des compositeurs européens qui ont fui leur continent pour l’Amérique dans les années 1930. (…) Alexandre Astier, en choisissant une formation de 85 musiciens, s’inscrit dans cette tradition postromantique, mais conserve une “French touch”. Parfois, ses notes s’envolent de manière délicieuse, ses changements de couleurs sonores sont subtils : c’est presque impressionniste et assez français selon moi. »

Frank Strobel

La main à la pâte

Avec 34 pièces au menu, si Alexandre Astier s’est affranchi de la direction de ce généreux premier volet musical, c’est peut-être pour mieux céder au plaisir de mettre la main à la pâte en tant que musicien. Dans l’album, on le retrouvera, en effet, comme soliste à des instruments variés dont certains peu connus voir même exotiques : piano, guembri, ghungroo, cajón, dholak, hulusi, Bon courage aux fans de Kaamelott qui vont s’empresser de les googleliser s’ils ne les connaissent pas déjà. Retenons pour l’instant que l’auteur donne là un échantillon de ses larges talents d’instrumentiste sur claviers, percussions et instruments à cordes.

Il ne sera pas le seul à plonger dans l’arène puisque cette musique du film Kaamelott réunit autour d’elle pas moins de 115 artistes : l’Orchestre national de Lyon, le Choeur de chambre Spirito, ainsi que les solistes Cyril Dupuy (cymbalum), Gabriel Rignol (théorbe).


Coffret, CD, Vinyles, déjà en précommande

Visitez le store de Regular Prod


Enigme, décryptage et jeu de piste ?

Pour ce qui est des 34 pièces, les titres en sont très évocateurs. En bon auteur, Alexandre Astier, soigne toujours cette partie là. Un peu moins énigmatiques que certaines autres fois, à leur lecture, on imagine même déjà les vidéos des youtubeurs venues pêcher quelques vues, en essayant de deviner ou d’anticiper ce que sera le film et ses intrigues. Bon courage à eux. Hors comédie musicale, une bande originale de film est bien souvent plus étendue que ce que le film en donne à entendre. Attention par contre ! Le titre numéro 32 de cet album risque d’en faire bondir, trembler et spéculer plus d’un. Oui je sais, c’est dur. A moi aussi, ça me le fait, faut pas croire. En cherchant un peu vous devriez le retrouver facilement.

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Tous nos articles su Kaamelott. (y en plein, on est des fous).

Retrouver notre page FB sur la série 

Excalibur de John Boorman : Merlin et Arthur dans le pays des rêves

excalibur-john-boorman-citations-film-legendes-arthuriennesSujet  : légendes arthuriennes, cinéma,  Excalibur, Merlin, citations médiévales, citations autour du Moyen-âge,  roi Arthur, duplicité de Merlin.
Période    : Moyen-âge central, haut moyen-âge
Film     : Excalibur (1981)
Réalisateur : John Boorman


excalibur-legendes-arthuriennes-film-cinema-citations-arthur-merlin-moyen-age

Merlin :   Tu m’a ramené. Ton amour m’a ramené. Ici même où nous nous trouvons. Dans le pays des rêves.

Arthur  :      Es-tu un rêve,   Merlin   ?

Merlin :  Un rêve pour certains… UN CAUCHEMAR POUR D’AUTRES !

Version originale anglaise

Merlin: You brought me back. Your love brought me back. Back to where you are now. In the land of dreams.

Arthur: Are you a dream, Merlin?

Merlin: A dream to some.  [Yelling] A NIGHTMARE TO OTHERS !

Merlin (Nicol Williamson) et  le Roi Arthur (Nigel Terry)  ,    dialogues   extraits du film     Excalibur de     John Boorman (1981)


Voir aussi Excalibur, le roman arthurien selon John Boorman
et  Excalibur aux origines de la légende

En vous souhaitant une belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Excalibur, le pacte d’Uther et Merlin aux origines de la naissance d’Arthur

excalibur-john-boorman-citations-film-legendes-arthuriennesSujet : légendes arthuriennes, cinéma,  Excalibur, Merlin, Roi Arthur, citations, monde médiéval, citations autour du Moyen-âge, épée,  Uther Pendragon,
Période : Moyen-âge central, haut moyen-âge
Film : Excalibur (1981)
Réalisateur : John Boorman


excalibur-merlin-uther-pandragon-legendes-arthuriennes-citations


Uther : Où étais-tu passé ?
Merlin : J’ai suivi ma propre voie depuis l’aube des temps. Quelquefois je donne et quelquefois je prends. C’est à moi de décider quoi et quand.
Uther : Tu dois m’aider, Merlin !
Merlin : Le dois-je ?
Uther : Je suis ton roi !
Merlin : Ainsi, tu as encore besoin de moi, à présent que ma trêve est achevée. Des années pour construire, quelques instants pour tout ruiner, et tout cela par luxure !
Uther : Pour Igrayne ! Une nuit avec elle. Tu ne peux comprendre, tu n’es  pas un homme. Utilise ta magie. Fais-le !
Merlin : Igrayne… Tu feras le serment, sur ta propre couronne, de me donner ce que je désire. Et alors tu pourras l’avoir.
Uther : [s’agenouillant] Par Excalibur, je le jure !
Merlin : Ce qui sortira de ta luxure m’appartiendra. Jure le encore ! Uther : JE LE JURE !

Merlin (Nicol Williamson) et Uther Pendragon (Gabriel Byrne)  ,    dialogue   extrait du film     Excalibur de     John Boorman (1981)

Version originale  anglaise

Uther: Where have you been?
Merlin: I have walked my way since the beginning of time. Sometimes I give, sometimes I take – it is mine to know which and when.
Uther: You must help me, Merlin!
Merlin: Must I?
Uther: I am your king!
Merlin: So you need me again, now that my truce is wrecked. Years to build and moments to ruin, and all for lust!
Uther: For Igrayne! One night with her. You don’t understand, you’re not a man. Use the magic. Do it!
Merlin: [considering] Igrayne… You will swear, by your true Kingship, to grant me what I wish. Then you shall have it.
Uther: [kneeling] By Excalibur, I swear it!
Merlin: What issues from your lust, shall be mine. Swear it again!
Uther: I SWEAR IT!


Pacte fondateur des légendes Arthuriennes  modernes et moment culte du film de  Boorman. Arthur naîtra du  pêché et du subterfuge d’Uther et de la complicité de Merlin.  Excalibur  scellera le serment et en sera temoin.

Au passage, on notera la qualité des dialogues  qui prennent, par  endroits, des accents de drame shakespearien et ce   Merlin,   aussi mystérieux qu’ambivalent, à la poursuite de ses propres desseins.

Sur le même sujet, voir également   Excalibur ou les Légendes arthuriennes selon John Boorman

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.