Archives par mot-clé : moyen-âge

Fais ce que dois, un virelai de moralité d’Eustache Deschamps

Ballade Médiévale Eustache Deschamps

Sujet  : poésie médiévale, auteur médiéval,  moyen-français, manuscrit ancien, poésie, Virelay, devoir, poésie morale, bienséance, virelai.
Période  : Moyen Âge tardif,  XIVe siècle.
Auteur :  Eustache Deschamps  (1346-1406)
Titre  :  «Fay tousjours ce que tu doys»
Ouvrage  :  Œuvres  complètes d’Eustache Deschamps, T IV,   Marquis de Queux de Saint-Hilaire (1878)

Bonjour à tous,

ous repartons, aujourd’hui, à l’exploration de l’œuvre d’Eustache Deschamps. Ce poète du Moyen Âge tardif, qui a vécu entre la deuxième partie du XIVe et le début du XVe siècle, nous a laissé une œuvre abondante en moyen-français, aux thèmes extrêmement variés.

Les vertus de l’homme de bien

Manuscrit Français 840 - poésie médiévale de Eustache Deschamps
Français 840 les œuvres d’Eustache Deschamps

Une fois de plus, nous délaisserons la partie la plus courtoise et sentimentale de son héritage, pour aller vers sa poésie plus morale et sociale. L’occasion nous en sera donnée par un virelai qui se présente, à la fois, comme une leçon de conduite, d’éthique et de vie. Les valeurs qu’Eustache y adresse sont assez nombreuses : maintien et calme face à l’adversité, droiture et éloge du contentement, le tout dans la douceur et la courtoisie. Ce sont là les qualités de l’homme de bien.

Quant aux écueils à éviter, ils sont eux aussi trempés de morale sur fond chrétien : convoitise, envie, malhonnêteté, vaine poursuite des mérites mondains; etc… Au bout du chemin, le temps d’une étincelle, la vie est déjà passée. La leçon reste simple, mais profonde. Etonnement, la fin de ce virelai est presque prémonitoire puisque cet auteur médiéval s’est éteint à soixante ans. Or, c’est l’âge qu’Eustache mentionne lui-même dans la dernière strophe de cette poésie comme celui pour l’homme de tirer sa révérence.

Sources historiques et œuvre d’Eustache

Vous pourrez retrouver ce virelai dans le manuscrit médiéval Français 840, conservé à la BnF et accessible à la consultation sur Gallica. Pour sa transcription en graphie moderne, nous continuons de nous baser sur les ouvrages du Marquis de Queux de Saint-Hilaire et de Gaston Raynaud et leur publication de l’œuvre complète d’Eustache Deschamps, dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

Illustration poésie médiévale d'Eustache Deschamps avec enluminure

Fay tousjours ce que tu doys
dans le moyen-français d’Eustache

NB : Le moyen français des XIVe et XVe siècles se comprend assez bien mais il peut présenter quelques difficultés cachées, voire quantité de faux-amis ou de mots dont le sens a notablement évolué depuis. Aussi, pour une meilleure compréhension, nous vous fournissons quelques clefs de vocabulaire.

Fay tousjours ce que tu doys :
Ne t’esbahy se tu voys
Aucune chose grevayne
* (fâcheuse) ;
Ce qui puet avenir veigne :
Dieux cognoist tout une foys.

Convoitise ne te praigne,
N ‘envie ne te souspraigne ,
Maiz soyes douls et courtoys,
Qu’au fort
* (à la fin) li mauvaiz ont payne
Et renommée villayne,
Et les bons bien, car c’est droiz*
(juste).

Maulx regne un temps comme roys
Et fait les bons trop destroys
(1),
Puis chiet
(*de chaoir : choir) par cause soudayne ,
Et biens tient droite s’ansaigne
(2) .
Pour ce dy celon les droys :
Fay tousjours ce que tu doys.

Que vault richesse mondayne
Mal acquise ? n ‘est pas sayne ;
Mieux vaudroit mangier ses poys
Et boyre yaue*
(eau) de fontayne,
Que consentir chose vayne
Ne pechier pour avoir voys
(3).

Soixante ans ne sont c’un moys
Ou un jour souventesfoys ,
Que la mort vient tressoudayne
Qui le corps et l’ame enmayne ;
Si te conseille a mon choys :
Fay tousjours ce que tu doys.

(1) destreindre : tourmenter, angoisser
(2) Son enseigne : bannière, banderole de la lance
(3) posséder renommée, faire autorité


En vous souhaitant une belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes

NB : l’enluminure de premier plan sur l’image d’en-tête, ainsi que sur l’illustration, est tirée du manuscrit ms 1130 : Les trois pèlerinages et le Pèlerinage de la Vie Humaine de Guillaume de Digulleville (moine et poète français du Moyen Âge central (1295-1360). Elle représente le pèlerin en route pour la Jérusalem céleste. Ce manuscrit de la deuxième moitié du XIVe siècle est actuellement conservé à la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris. Il peut être consulté en ligne ici.

Retour du marché de l’histoire de Margny-lès-Compiègne 2022

Blason amoirie de Margny-lès-Compiègne

Sujet : marché, animations historiques, histoire vivante, inspiration médiévale, artisanat
Evénement : Marché de l’Histoire 2022
Lieu : Espace Le Tigre, Margny-lès-Compiègne, Oise, Hauts-de-France.
Date : les 9 et 10 Avril 2022

Bonjour à tous,

ne partie des restrictions contre la Covid est enfin levée et même si de nombreuses choses restent à clarifier (statut des soignants suspendus, rôle exact des cabinets de conseil et collusions politiques troublantes dans cette gestion de crise, etc…), c’est un plaisir de voir que le rythme des fêtes médiévales 2022 semble revenir à ce qu’il était avant toute cette folie. En conséquence, notre agenda sur le Moyen Âge et ses célébrations devrait reprendre du poil de la bête.

Affiche des Marchés de l'histoire de Margny-lès-Compiègne

Précisons que si nous avons toujours maintenu notre flux d’actualité sur les conférences, les expositions ou même certaines fêtes médiévales marquantes, une grande partie de l’agenda avait été mis, entre parenthèses, pour deux raisons. D’une part, bien sûr, les annulations massives d’événements de 2020 et 2021, mais aussi le climat d’incertitude que faisaient régner les politiques changeantes au sujet des quelques fêtes ou événements maintenues : une fraction importante de ces annulations continuait, en effet, de survenir à la dernière minute rendant caduques des articles qui, quoiqu’on en pense, nous prennent un temps précieux. D’autre part et sur le fond, les mesures politiques prises autour du « pass sanitaire » ne nous ont jamais paru suffisamment respectueuses de certains principes de liberté fondamentale et même d’équité pour juger bon de les promouvoir à tous crins, fut-ce indirectement. Cette parenthèse étant faite, parlons d’un premier événement 2022 qu’il nous semble intéressant de mettre en valeur.

Le 4ème Marché de l’Histoire de Margny

Animations et stands du Marché de l'histoire de Margny-lès-Compiègne

Pour ce mois d’avril 2022, nous commençons donc avec le Marché de l’Histoire de Margny-lès-Compiègne. Organisé par l’Association pour l’Histoire Vivante, ce marché historique a déjà plusieurs années d’existence et il brille par sa taille et sa fréquentation. Il est, en fait, l’héritier direct d’un événement semblable qui se tenait depuis 2005 à Pontoise et qui a migré, à Margny, depuis 2016.

A l’occasion de cette édition 2022, ce Marché de l’Histoire s’étalera, comme précédemment, sur 2 jours et se tiendra, une fois de plus, à l’Espace le Tigre de Margny-lès-Compiègne. Côté échoppes et emplettes, l’évènement se targue de réunir 240 exposants venus de toute l’Europe sur des thèmes historiques variés. La formule ayant fait ses preuves, les périodes couvertes resteront conformes aux éditions précédentes. Elles s’étaleront de la préhistoire à la deuxième grande guerre mondiale, en passant par l’Antiquité, la Renaissance, l’Empire, la Belle Epoque et, bien sûr, le Moyen Âge. Si ce dernier n’est pas le seul à la fête, il occupera, à l’habitude, une place non négligeable.

Les amateurs de reconstitution historique et d’Histoire vivante pourront encore retrouver sur place le traditionnel dépôt-vente de matériel d’occasion. Ajoutons que pour cette édition d’avril, le Marché de l’histoire n’est pas associé avec le salon de spectacles historiques Fous d’Histoire, comme c’est, en général, le cas à l’automne. Si vous aimez l’histoire, le monde médiéval et que vous êtes dans la région parisienne, aux bonnes dates, n’hésitez pas à faire un tour à ce bel événement. Ce marché qui ouvre, à sa manière, la saison des événements historiques et médiévaux est un des plus grands de France et une véritable institution dans son genre. L’événement étant payant, il est plus prudent de réserver sur le site de l’Association.

Découvrir nos articles sur les éditions précédentes :
Edition 2017 – Edition 2018 Edition 2019Edition 2021

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Pouvoir central au moyen âge selon Régine Pernoud

Sujet  :   citations, Moyen Âge,  historien, médiéviste, valeurs médiévales, valeurs actuelles, savoir, livres, préjugés, arbitraire, pouvoir politique
Auteur : Régine Pernoud (1909-1998)
Ouvrage : Lumière du Moyen Age (1946)

Bonjour à tous,

ujourd’hui, nous vous proposons une nouvelle citation de la médiéviste Régine Pernoud sur la réalité du pouvoir central et les freins à son arbitraire au Moyen Âge. On reconnaîtra bien, dans cette réflexion, la façon qu’avait l’historienne de penser à rebrousse-poil, en faisant la chasse aux idées reçues. Cet extrait est tiré de son premier ouvrage, sorti en 1946 et ayant pour titre Lumière du Moyen Âge (à ce sujet, voir aussi l’appétit de savoir au Moyen Âge).

Citation illustrée de Régine Pernoud, historienne, médiéviste

« Loin d’être les deux seules forces en présence, l’Etat et l’individu ne correspondent que par une foule d’intermédiaires. L’homme au Moyen Age n’est jamais un isolé ; il fait nécessairement partie d’un groupe : domaine, association ou « université » quelconque, qui assure sa défense tout en le maintenant dans la voie droite. L’artisan, le commerçant sont à la fois surveillés et défendus par les maîtres de leur métier, qu’ils ont eux-mêmes choisis. Le paysan est soumis à un seigneur, lequel est vassal d’un autre, celui-ci d’un autre, et ainsi de suite jusqu’au roi. Une série de contacts personnels jouent ainsi le rôle de « tampons » entre le pouvoir central et le « Français moyen », qui de ce fait ne peut jamais être atteint par des mesures générales arbitrairement appliquées, et n’a pas affaire non plus à des puissances irresponsables ou anonymes, comme le serait par exemple celle d’une loi, d’un trust ou d’un parti. »

Régine PernoudCitation extraite de Lumière du Moyen Âge (1946)


Ni autoritarisme, ni monarchie absolue

« Il est évident qu’il n’y avait place, au Moyen Age, ni pour un régime autoritaire ni pour une monarchie absolue. Les caractères de la royauté médiévale en prennent d’autant plus d’intérêt, chacun d’eux apportant la solution d’un problème sur la question toujours épineuse des rapports de l’individu et du pouvoir central. » Nous dit encore la médiéviste avant d’enchaîner sur cette citation dans laquelle elle remet en question les notions d’arbitraire et de coercition fréquemment projetées sur le monde médiéval et son pouvoir monarchique. Le pouvoir, tel qu’elle nous le présente y est plus dilué ; son visage y est plus humain. Dans le même élan, elle renvoie cette réalité historique à celle des pouvoirs modernes et leur centralisme sous leurs triples formes politiques, légales, économiques, susceptibles d’atteindre, très directement et à tout moment, un individu bien plus livré à lui-même.

On l’a bien compris, il ne s’agit pas de dépeindre le Moyen Âge comme une période idyllique où n’aurait régné aucun arbitraire. En revanche, cette mise en valeur d’un pouvoir composite et « étagé » entre individu et pouvoir central permet de mesurer les grandes différences entre cette période et la nôtre, tout en nuançant largement certains préjugés à l’égard des temps médiévaux. Dans le contexte actuel, cette citation nous semble également résonner de façon assez particulière, en regard de certains aspects de nos démocraties modernes, de la réelle présence de contrepouvoirs ou même d’une réelle représentativité citoyenne. D’ailleurs, ces quatre dernières années en France, de nombreux mouvements politiques et sociaux ont clairement montré que nous n’étions pas les seuls à nous poser ce genre de questions.


En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous  toutes ses formes

NB : en arrière plan de la médiéviste Régine Pernoud, sur l’image d’en-tête, vous trouverez une enluminure tirée de l’ouvrage ms Français 12559 : Thomas de Saluces , Le Chevalier errant . Ce manuscrit médiéval richement enluminé est daté des tout début du XVe siècle. Il est actuellement conservé au département des manuscrits de la BnF et consultable en ligne sur Gallica.

Exposition : Éternelle Notre-Dame, la réalité virtuelle au service du patrimoine

Sujet : événement, exposition, monde médiéval, architecture, Paris au Moyen Âge, réalité virtuelle, cathédrale Notre-Dame
Période : du Moyen Âge central au XXIe s
Titre : Éternelle Notre-Dame : Une expédition immersive en réalité virtuelle
Lieu : Espace Grande-Arche, 1 Parvis de la Défense, 92400 Puteaux, France
Dates : Jusqu’au 05 avril 2022 inclus

Bonjour à tous,

usqu’à début avril 2022, les nouvelles technologies se mettent au service du patrimoine, du Moyen Âge et de l’histoire à Puteaux. L’occasion en est fournie par une exposition débutée depuis la mi-janvier et qui propose à ses visiteurs « une expédition immersive en réalité virtuelle » autour de Notre-Dame-de-Paris.

Un voyage dans le temps à 360° degrés

Affiche de l'exposition sur la cathédrale Notre Dame de Paris

C’est la première fois qu’une exposition de ce genre est proposée autour de la grande cathédrale française. Elle permet de découvrir le passé de Notre-Dame, les événements marquants de son histoire, mais aussi quelques grands personnages historiques qu’elle a pu voir passer. La période couverte est assez large ; elle s’étale du XIIIe au XXIe siècle. Autrement dit, le périple temporel commence au Moyen Âge central pour s’achever après l’incendie de la cathédrale (avril 2019) et même après les travaux de restauration en cours.

L’ensemble du voyage se fait au moyen d’un matériel adapté. Il embarque une cinquantaine de personnes à la fois, sur un plateau de 500 m². Après avoir créé son avatar et chaussé son casque de réalité virtuelle, on est prêt à embarquer pour l’aventure : 45 minutes d’immersion au cœur du passé de Notre Dame-de-Paris. L’étonnement technologique, les sensations et la nouveauté sont au rendez-vous pour cette grande première façon « Futuroscope » à consonnance patrimoniale. Sur place, un documentaire est également présenté sur les travaux de restauration en cours.

La VR au service des musées et des expositions

Ce genre d’exposition laisse entrevoir le rôle que des nouvelles technologies comme la réalité virtuelle, la réalité augmentée mais aussi l’holographie, pourraient être amenés à jouer dans la découverte du patrimoine, au fil de la démocratisation des matériels et pour peu qu’on y mette les moyens en terme de production (modélisation 3D, scénarisation, pédagogie, animations, etc…). Depuis quelques années, 2021 compris, de nombreux musées dans le monde y ont eu, d’ailleurs, recours. Nouvelle tendance ? Peut-être. L’heure est au ludique. La réalité virtuelle interpelle et c’est un bon moyen d’attirer de nouveaux publics dans les musées. D’un point de vue pédagogique cela permet aussi, de faire vivre des sensations aux visiteurs tout en les instruisant. En un mot, cela pourrait être des façons nouvelles et efficaces d’apprendre en s’immergeant.

D’un point de vue technologique, cette performance a été pilotée par Orange, avec la Société Amaclio à l’exploitation, Bruno Seillier à la scénarisation et la Société Emissive à la réalisation. Sur le site officiel de l’exposition, on peut lire que ce développement aurait pris près de deux ans. Quand nous parlons de mettre les moyens, c’est bien de cela dont il s’agit.

L’exposition-immersion Éternelle Notre-Dame intervient près de trois ans après le terrible incendie qui avait dévasté le grand monument médiéval en laissant de nombreux témoins, internautes et téléspectateurs sans voix, en France comme au delà des frontières. Elle entre aussi pleinement en phase avec les opérations de restauration de la cathédrale. En plus de permettre à ses visiteurs de découvrir Notre-Dame-de-Paris sous un nouveau jour, 30% des recettes de l’événement seront, en effet, reversées pour le financement des travaux de réfection de la cathédrale.

Ajoutons que tout au long de l’année, cette exposition voyagera dans différents lieux de Paris. La date butoir d’avril 2022 ne vaut donc que pour l’Espace Grand Arche où elle se tient actuellement. Au printemps, on devrait la retrouver à la Conciergerie de Paris 1er et, à l’automne, sur le parvis même de Notre-Dame.

Pour plus d’informations sur les tarifs et les disponibilités, voir le site officiel de cette exposition ici.

Le calendrier de restauration de Notre Dame

En fin d’année dernière, les dons levés pour la cathédrale s’élevaient à 840 millions d’Euros ce qui avait rendu le général Jean-Louis Georgelin, en charge de la conservation et de la restauration de la cathédrale, plutôt confiant sur l’issue des travaux. Suivant le calendrier fixé par l’actuel locataire de l’Elysée, la fin des opérations de restauration est prévue pour avril 2024, date à laquelle la cathédrale pourra rouvrir ses offices et accueillir à nouveau le public et les fidèles. Pour ces derniers, une grande messe est déjà planifiée le 16 avril de cette même année 2024.

Pour rappel, l’été 2021 a déjà vu s’achever les travaux de sécurisation du bâtiment. Lors de l’incendie, nous avions été nombreux face à nos écrans à regarder, dans une sorte d’état de sidération, ce feu qui n’en finissait plus de consumer la Notre-Dame . Certains commentateurs avaient alors soulevé la possibilité que tout l’édifice pourrait s’effondrer au sol comme un simple château de cartes. S’il n’y avait pas de parenté directe entre ces images et celles de la chute des deux tours du World Trade Center américain, je me souviens que, pendant quelques instants suspendus, cette crainte m’avait aussi traversé l’esprit par une sorte d’étrange jeu de miroirs télévisuel et symbolique. Cela ne s’est heureusement pas produit et, désormais, les voutes les plus fragilisées ont été consolidées.

En vous souhaitant une belle journée.

Frédéric Effe
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen Âge sous toutes ses formes.

NB : l’enluminure en arrière plan de l’image d’en-tête est tirée du manuscrit médiéval Français 2645, soit le tome 3 des Chroniques de Sire Jehan Froissart. Ce manuscrit médiéval daté de la deuxième moitié du XXIe siècle est conservé à la BnF et consultable en ligne sur Gallica. L’illustration représente Louis II d’Anjou arrivant à Paris. En arrière plan, on distingue déjà parfaitement Notre-Dame.