« Trotto »: danse médiévale du XIVe tirée du Manuscrit Add 29987 British Museum

musique_medievale_moyen-age_tardif_saltarelle_danse_italienneSujet : danse, musique médiévale, saltarelle, Trotto, Saltarello
Période : moyen-âge tardif, bas moyen-âge
Auteur : anonyme
Source : Manuscrit Add 29987 British Museum
Interprètes : Lyrebyrd Consort

Bonjour à tous,

Q_lettrine_moyen_age_passionuelquefois ça ne l’est pas mais aujourd’hui, il se trouve que ça l’est. Quoi donc me direz-vous? Et je vous répondrais Trotto! Non mais je sais bien, n’en rajoutez pas, ce n’est pas comme si c’était moi qui écrivait ce genre d’âneries. Un brin de compassion de grâce! Mais, allons, un peu de sérieux.

Danse médiévale « enlevée » ou sautée, comme on préférera, le Trotto (le trot) est d’origine italienne d’où son nom d’ailleurs. Dans l’esprit, elle s’apparente tout à fait au Saltarello ou à la Saltarelle pour le dire en bon français. Vous vous souvenez? Nous en avons déjà parlé ici: originaire d’Italie, cette danse dynamique à tempo vif se répandit bientôt en Europe où elle fut très populaire à partir du XIIIe siècle. Elle est d’ailleurs encore dansée jusqu’à ce jour dans certaines régions du monde. C’est aussi et d’ailleurs le cas du Trotto. La composition du jour nous provient d’un manuscrit de musiques et de danses toscanes datant de la fin du XIVe: le manuscrit Add. 29987 actuellement conservé au British Museum,  mais en attendant d’en parler un peu plus avant, place à la musique!

Trotto du XIVe siècle, auteur anonyme, par Lyrebyrd Consort

Add 29987: un manuscrit de musiques anciennes du moyen-âge

L_lettrine_moyen_age_passiona datation de cet ouvrage reste, à ce jour, imprécise. On la fait remonter entre la fin du XIVe et le début du XVe siècle mais il contient des compositions  qui, pour la plupart, sont datées du début du milieu du XIVe siècle. Elles sont au nombre de cent dix-neuf, dans leur grande majorité polyphoniques et, à trois exceptions près qui sont d’origine française, sont toutes italiennes et en provenance de compositeurs divers. A ce jour, sur l’ensemble du Add 29987 : un manuscrit de musiques anciennes et médiévales du XIVecorpus, quatre-vingt deux pièces peuvent être attribuées à des compositeurs connus de l’Italie médiévale, les autres demeurent  anonymes.

Entre Ballades et madrigaux qui constituent la majeure partie de l’ouvrage, on trouve aussi dans ce précieux manuscrit de musique ancienne quelques  pièces instrumentales classées comme estampie, saltarello, trotto, ou virelais, et même encore quelques pièces liturgiques (kirie, etc…).

J’ajoute, au passage, que c’est du même manuscrit qu’était tiré le Saltarello    interprété par le musicien hongrois Arany Zoltán, que nous avions  posté il y a quelques temps.

Pieter Brueghel le Jeune, Les noces villageoises, (1564-1638).
Pieter Brueghel le Jeune, Les noces villageoises, (1564-1638).

Un mot de la dynastie Médicis, propriétaires du manuscrit

L_lettrine_moyen_age_passion‘ouvrage arbore sur son premier feuillet le blason de la maison des Médicis, ce qui suggère bien évidemment qu’il leur aurait appartenu et qu’ils en auraient même certainement passé commande. Les Médicis furent une grande famille de banquiers et de marchants de Florence que l’habileté et la fortune conduisit jusqu’à la cour des princes et aux couloirs du pouvoir de la fin du moyen-âge à la blason_medicis_manuscrit_ancien_musique_medieval_danse_moyen-agerenaissance italienne. Ils fonderont,  notamment, en Toscane une dynastie et seront à la tête d’un duché qui durera plus de deux siècles, de 1537 à 1737. 

On se souvient sans doute mieux, en France, du nom de Catherine de Médicis puisque épouse du second fils de François 1er. elle fut reine et régente du royaume de France au milieu du XVIe siècle. C’est aussi durant le règne de Charles IX, son fils, qu’eut lieu le tristement célèbre massacre de la Saint-Barthélémy dont firent les frais les protestants d’alors. Jusqu’à lors, même s’il reste difficile de mesurer l’implication exacte de la reine mère dans les événements, on s’accorde en général à dire qu’elle y fut associée. Quoiqu’il en soit, au delà du rôle qu’ait pu y jouer alors Catherine de Médicis, la monarchie française ne faisait que confirmer là son rejet du protestantisme et son ancrage dans le catholicisme.

Lyrebyrd Consort : les interprètes du jour

moyen-age_danse_musique_ancienne_medievales_lyrebyrd_consortLyrebyrd Consort est une formation australienne qui se dédie aux musiques anciennes. Il n’ont hélas, à ce jour, pas de sites web mais comme ils font partie du Lumina Vocal Ensemble, vous pourrez trouver plus d’informations sur eux et sur leurs musiciens sur cette page. (c’est en anglais par contre).

En vous souhaitant une fort belle journée.

Fred
moyenagepassion.com
« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publiliue Syrus  Ier s. av. J.-C

Un peu d’histoire sur les troubadours, leur art et la langue occitane

troubadour_langue_oc_musique_poesie_monde_medieval_moyen-age_passionSujet : poésie, musique médiévale,langue d’oc, occitan, provençal, langues des troubadours
Période : du moyen-âge à nos jours
Média : vidéo documentaire

Bonjour à tous,

E_lettrine_moyen_age_passiont si on parlait un peu d’histoire des langues sur notre belle terre de France aujourd’hui et notamment du parlé et du chanté des mythiques troubadours provençaux du moyen-âge? Voici donc quelques réflexions et informations sur le sujet, accompagnées d’un documentaire court mais très informatif aux couleurs du Languedoc d’aujourd’hui et de la belle langue provençale d’oc, de ses racines passées à ses plus belles feuilles contemporaines. Nous parlerons ensuite de manière un peu plus précise des troubadours.

Vidéo-documentaire sur la langue occitane

O_lettrine_moyen_age_passionn sourira peut-être à la pensée que c’est à un poète-écrivain Italien du moyen-âge, le grand Dante Alighieri (portrait ci-dessous par Sandro Botticelli, 1495) que l’on doit une des premières mentions de la langue d’oc. Il avait en effet  dans son ouvrage « De vulgari eloquentia » (le parler commun ou le parler « vulgaire » au sens commun) classifié les langues romanes suivant la façon de dire « Oui ».: « Oil » au nord, « Oc » au Sud, « Si » en Italie.

Langue millénaire parlée par une bonne moitié sud de la France pendant de nombreux siècles et jusqu’à aujourd’hui dans une moindre mesure, on fait remonter la naissance de l’occitan autour du VIIIe siècle. C’est donc une langue romane qui a aussi des formes dialectales et dont l’espace allait alors de l’Atlantique à la plaine du Pô en Italie, jusqu’au nord du Massif Central et des Pyrénées.

langue_oc_occitan_poesie_musique_monde_medieval_troubadours

Pour la période médiévale qui nous concerne, on doit, entre autres choses, à la langue d’oc et à ses troubadours la création d’une forme poétique chantée unique en son genre qui comprend, notamment, les grands chants courtois et qui rayonna au delà des frontières occitanes dans le bassin méditerranéen et bien sûr jusqu’au nord de la France où les trouvères qui, eux, s’exprimaient en vieux français et ou plutôt même en langue d’oil, s’en inspirèrent largement.

L’Art des troubadours  et la langue d’Oc
au coeur du moyen-âge central

D_lettrine_moyen_age_passionans un article sur la question des troubadours (universalis en ligne),  Paul  Zumthor, romancier et poète suisse, spécialiste de poésie médiévale, nous apprend que l’on dénombrait entre les années 1100 et 1350 et dans la France médiévale, plus de 450 troubadours et plus de 2500 chansons. Ces chiffres donnent la mesure de l’ampleur du phénomène et du berceau de créativité incroyable qu’a été le pays d’oc durant ces périodes. Des artistes, hommes et femmes (les « trobairitz » photo ci-dessous) s’adonnent à cet Art musical et poétique et la « canso » occitane (chanson, vers chantés) connaît son apogée.

femme_troubadour_poesie_musique_medievaleIl n’y a pas, alors, dans les chansons des troubadours que les chants d’amour courtois que l’on a souvent retenu. Ces poètes de monde médiéval déclinent, en effet, leur Art sous d’autres formes: polémiques ou satiriques (le Sirventès), ou en forme d’homélie ou de lamentations sur la mort d’un être aimé (le Planh). Fait qui nous en dit encore beaucoup sur les troubadours et l’exercice de leur art, l’absence de notation dans les compositions laisse alors libre champ à l’interprétation de l’artiste sur la rythmique:  « le compositeur abandonnait à son interprète le soin de quantifier les temps » (Paul  Zumthor. op cité). Au fond, le troubadour et son Art n’existent que face à un public et pour ce public. Dans le même esprit, il y  aura aussi les chants improvisés, mais encore les défis poétiques que se lancent entre eux les troubadours pour donner le spectacle. Même si cet leur Art obéit dans l’écriture à des codes, cela reste donc bien une école de la créativité et du jeu.

Les racines et les influences des troubadours et de leurs « cansos » (chansons)

troubadour_langue_oc_musique_poesie_moyen-age_monde_medieval

L_lettrine_moyen_age_passione plus étonnant de ce phénomène artistique et de ces troubadours qui enflammèrent littéralement le moyen-âge demeure que l’on n’a toujours pas trouvé les traces d’une inspiration claire des formes artistiques uniques qu’ils ont crée; entendez par là qu’historiquement, les formes musicales et versifiées de leur poésie leur sont propres et sont originales, Elles ne semblent pas émerger clairement de quelques copies ou influences « historiques » directes leur ayant pré-existé. On a émis quelquefois l’hypothèse que l’ouverture à l’Espagne musulmane d’alors et certaines formes de poésies soufies aient pu les inspirer mais rien ne permet de l’établir de manière certaine. Il est possible encore que certaines formes musicales sémitiques aient également influencé certains d’entre eux; les communautés juives étant alors nombreuses en France méridionale et médiévale. Quoiqu’il en soit, on reste, face à tout cela, dans le champ des hypothèses et si ce petit monde des troubadours semble bien s’entendre sur des formes artistiques  « communes », il demeure relativement hétérogène.

Les amours impossibles et contrariées de Tristan et Yseult par Rogelio de Egusquiza y Barrena (XIXe siècle)
Les amours impossibles et contrariées de Tristan et Yseult par Rogelio de Egusquiza y Barrena (XIXe siècle)

Pour avoir une vision un peu plus complète du tableau, il faut ajouter que ces artistes, qu’ils soient rois, chevaliers, clercs ou même anonymes, avaient souvent, à leur actif, une bonne culture latine. Concernant enfin les formes de l’amour courtois dont ils feront une promotion active, marquant ainsi à jamais notre littérature comme notre culture, l’influence des légendes celtiques de Tristan et Yseult a aussi  indéniablement compté au nombre de leurs sources d’inspiration. Cette légende et de nombreux récits autour d’elle seront, en effet, publiés sous plusieurs formes en Europe dans le troubadours_musique_poesie_medievale_bernard_de_ventadorn_langue_occitane_moyen-agecourant même du XIIe siècle (Angleterre, France, Allemagne) et des troubadours tels que Bernard de Ventadorn (portrait ci-contre, enluminure du XIIIe siècle) ou Raimbaut d’Orange auront tôt fait, dès ce même siècle, de les chanter, en comparant leurs propres amours à celles contrariées des deux amants bretons qui, ne pouvant le faire de leur vivant, choisirent pour s’aimer de se rejoindre dans la mort.

Bernard de Ventadour (Ventadorn), « Tant ai mo cor ple de joya »
Extrait en version originale occitane

« Eu n’ai la bon’ esperansa.
Mas petit m’aonda,
C’atressi.m ten en balansa
Com la naus en l’onda.
Del mal pes que.m desenansa,
No sai on m’esconda.
Tota noih me vir’ e.m lansa
Desobre l’esponda.
Plus trac pena d’amor
De Tristan l’amador,
Que.n sofri manhta dolor
Per Izeut la blonda. »

Traduction français moderne
« j’ai le coeur si plein de joie »

« Je garde bonne espérance,
– Qui m’aide bien peu –
Car mon âme est balancée
Comme nef sur l’onde.
Du souci qui me déprime
Où m’abriterai-je?
La nuit il m’agite et jette
Sur le bord du lit :
Je souffre plus d’amour
Que l’amoureux Tristan
Qui endura maints tourments
Pour Iseult la blonde. « 

Bernard de Ventadour ou Bernard de Ventadorn (1145-1195)

Quelques réflexions hors champ
pour élargir un peu sur le mythe de Babel

« Une langue différente est une autre vision de la vie »
Federico Fellini

Theodor Rombouts -le joueur de Luth, (The Lute Player), XVIIe siècle
Theodor Rombouts -le joueur de Luth, (The Lute Player), XVIIe siècle

P_lettrine_moyen_age_passion copiaardonnez-nous la digression qui va suivre mais tout cela nous donne l’occasion de parler un peu de l’apprentissage des langues en général parce qu’au delà de l’appellation « langue régionale » qui semble quelquefois reléguer le débat à quelques documentaires aux heures de peu d’écoute de France 3, il faut se souvenir que plus qu’un assemblage de mots, chaque langue cache d’infinies richesses, un monde de représentations, une façon d’être au monde et de le percevoir. Un mot, un vocable, ne désigne pas seulement la chose mais il l’a crée aussi ou lui donne corps. Chez les touaregs et l’exemple est connu, il existe de nombreux mots pour désigner le sable parce que l’observation et la connaissance de leur milieu de vie les ont conduits à percevoir des nuances là où l’étranger n’y voit goutte (vous me direz dans un désert, cela peut se comprendre). Quoiqu’il en soit, il en est de même langage_babelpour les choses comme pour les sentiments ou les représentations du monde. Contre toutes idées reçues, apprendre une langue, quelle qu’elle soit, ne sert jamais à rien.

On peut, quelquefois, avoir la tentation de souhaiter une certaine fin de Babel, en rêvant d’un monde où nous pourrions tous « enfin » nous comprendre: une langue unique, un esperanto, mais il suffit, en général, d’imaginer que nous perdions notre propre langue maternelle au détriment d’une autre (l’anglais par exemple) pour comprendre combien se diluerait avec cette perte toute une vision des choses, des sentiments, du monde. Fort heureusement, l’homme est un animal linguistique et il n’y a jamais rien eu d’incompatible à apprendre un idiome commun tout en gardant le sien. Louons donc le bilinguisme, le trilinguisme, le quadrilinguisme et plus pourquoi pas, puisque nous en sommes tout à fait capables pour peu qu’on nous en laisse la possibilité.

La tour de Babel de Pieter Brueghel l'Ancien, 1563
La tour de Babel de Pieter Brueghel l’Ancien, 1563

D_lettrine_moyen_age_passione tout temps,  la lutte des sociétés aux pouvoirs centralisées (et elles le sont désormais toutes), contre leurs langues intra-muros, a toujours été bien plus politique que fondée sur la capacité des hommes à   apprendre et manier plusieurs langages. Le dire ne casse pas trois pattes à un canard, ni ne révolutionne l’usage du fil à couper le beurre, mais ce n’est jamais langue_culture_et_societetant la facilité des échanges que l’on cherche que l’uniformisation des consciences: la langue unique, le citoyen unique et finalement, allons-y, à l’heure de la mondialisation, le marché unique. Une seule étiquette pour tout le monde sur les pots de Yaourt, le bonheur enfin! J’ironise à peine mais, encore une fois, tout cela n’est pas vraiment un projet culturel pour l’homme et n’en prend, en tout cas, jamais la forme (ci-dessus illustration tirée du célèbre film The Wall des Pink Floyd). D’ailleurs, dans les régions où les identités culturelles se défendent encore pour ne pas s’éteindre, les détracteurs l’ont bien compris puisqu’ils en prennent le contre-pied en défendant leur langue d’une manière qui pourrait même, parfois, dérouter le visiteur, quand ce n’est pas le compatriote. Imaginez que je parle français mais que quand vous m’adressiez la parole je vous réponde en Limousin, vous percevrez un peu mieux mon exemple. Il faut vivre quelque temps à Barcelone et en Catalogne pour comprendre tout cela mais du même coup, comprendre un peu mieux aussi le Quebec. Il faut encore rencontrer les indiens Bribri du Costa Rica ou d’autres endroits pour comprendre que les priver de leur langue revient à les priver de leurs racines, de leur histoire et de leur identité profonde. Ils l’ont compris d’ailleurs et se remettent à l’apprendre et à l’enseigner à leurs langage_babel_apprentissage_languesenfants, en plus de l’Espagnol, comme quoi encore une fois, cela n’est pas incompatible.

Comment défendre son identité culturelle sans défendre sa langue dans un contexte qui  l’oppresse? C’est une question très difficile même si contre le repli, il faut sans doute mieux plaider pour l’ouverture. Apprendre les langues du monde et conserver la sienne?Inviter l’autre à découvrir sa propre langue et, avec elle, s’ouvrir à un monde insoupçonné? Encore une fois, rien d’impossible! 

Pour revenir au monde médiéval, Roger Bacon, le célèbre savant et érudit du XIIIe siècle nous disait déjà que  «la connaissance des langues est la porte de la sagesse». Avoir la chance  ou le privilège d’apprendre une langue étrangère à la sienne est une richesse que l’on mesure souvent, une fois l’étape franchie mais à n’en pas douter, les vraies richesses des hommes sont nichées dans leurs cultures et de leurs différences, et qu’on le veuille ou non, tout cela passe par leur langage. C’est aussi cela qui a fait, depuis des millénaires, marcher le monde et avancer l’humanité. Au fond, Babel est peut-être aussi un défi merveilleux qui recèle d’infinis trésors. Il faut aimer les langues et les cultures si l’on aime les hommes et il faut les aimer, même si c’est difficile quelquefois, car ils en ont besoin et n’ont peut-être, au fond même, que ce seul vrai besoin là.

Une belle journée à tous!

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

la vie dans les méandres du temps et quelques notes « blues » de François Pétrarque

petrarque_citations_extraits_poesie_moyen-age_notes_blues

« La vie hélas s’enfuit et ne s’arrête guère,
Et la mort va bientôt devant nous à grands pas.
Tout ce qui est, qui fut, et tout ce qui sera
Font à mon coeur troublé une éternelle guerre. »
François Pétrarque (1304-1374),  extrait, citations médiévales.
Grand poète, auteur, érudit et humaniste italien du XIVe siècle

Bonjour à tous,
V_lettrine_moyen_age_passion copiaoici quelques jolis vers de Petrarque en note blues sur le temps, la vie et la mort. Enfin cela dit, et pour élargir un peu, j’ai envie de dire, ne nous laissons pas abattre quand même. Au delà de la poésie du grand auteur médiéval italien du XIVe siècle et des charmes indéniables d’une certaine nostalgie au regard du temps qui passe – particulièrement quand elle s’exprime de manière aussi belle que dans cet extrait – sachons aussi nous défier de l’esprit qui se perd un peu trop à baguenauder du passé au futur sans se fixer sur rien, sauf sur le présent et son lot infini de petits bonheurs cachés et de réjouissances. Au fond et en plus de tout cela, quelque soit le temps qui reste, il nous appartient, alors un très beau dimanche à tous, en profitant bien de chaque instant!

Joie et longue vie!

Fred
moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Talent : une pièce de guitare d’inspiration médiévale avec l’artiste Frédéric Mesnier

chanson_medievale_monde_medieval_moyen-age_frederic_MesnierSujet : troubadour contemporain, musique médiévale, inspiration moyen-âge, monde médiéval.
Auteur/compositeur/interprète : Frédéric Mesnier
Titre : Medieval Song
Année : 2007
Média : vidéo youtube

Bonjour à tous,

D_lettrine_moyen_age_passionu pur talent aujourd’hui avec un compositeur, mélodiste, soliste et guitariste contemporain que l’inspiration est venue visiter une nuit sans sommeil, de 2007 et qui a écrit cette « chanson Médiévale » (medieval song ) et l’interprète, ici, pour nous.

C’est une rareté et que les puristes ne nous jettent pas la pierre, cela n’a rien de « classique » au sens médiéval du terme. ( je sais, « classique au sens médiéval » sonne un peu paradoxal, mais comme le monde médiéval est notre point de référence, il devient du même coup notre classique. C’est beau la langue française ou pas?). Point de vièle donc, ici, ou autres instruments typiques de l’époque qui nous intéresse, mais un troubadour moderne face à sa guitare et son inspiration.   inspiration_monde_medieval_frederic_mesnier_troubadour_de_talentPour information, Frédéric Mesnier est un soliste de grand talent qui a déjà plus de huit albums à son actif et rédige également des ouvrages de partitions et de tablatures de guitares.

Cette pièce d’inspiration médiévale qu’il nous propose aujourd’hui est un petit bijou et il n’y a pas grand chose à ajouter, sauf peut-être vous conseiller d’aller faire un tour sur la chaîne youtube de cet artiste ou même sur son site web. Vous n’y trouverez pas une pléthore de morceaux ou pièces en référence au monde médiéval, encore que quelques unes, mais si vous êtes amateur de talent et de virtuosité, vous ne serez pas en reste.

Une belle journée!
Fred
Pour moyenagepassion.com
« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publiliue Syrus  Ier s. av. J.-C

Mirepoix : quatre jours de fêtes historiques et médiévales au coeur de l’Ariège, sur la route des Cathares

mirepoix_fetes_festivals_medievale_historiques_histoiresSujet : fêtes médiévales, festivals, événements festifs moyen-âge, marché médiéval, idée, sortie week end.
Date : du 22 au  25 juillet 2016
Lieu : Mirepoix (Ariège)

fetes_historiques_medievales_mirepoix_ariege_idees_week_end_juillet

Bonjour à tous,

Q_lettrine_moyen_age_passionue vous soyez ariégeois, joyeux Juillettistes ou simplement de passage dans le sud de France ce week-end, si vous êtes proche du joli comté de Foix,  n’hésitez pas à aller faire un tour du côté de Mirepoix. Comme chaque année la jolie petite ville médiévale ariégeoise y célèbre, en effet, ses fêtes historiques et médiévales.

Sur la route des cathares et de l’histoire troublée d’une Ariège convertie au catharisme, Mirepoix a connu les drames de l’inquisition, puis s’en étant relevée a connu, quelques temps après, son propre déluge puisqu’elle fut inondée en 1289 et détruite par les eaux. Finalement reconstruite sur l’autre rive de la rivière Hers qui festival_medieval_medievales_mirepoix_fetes_moyen-age_idees_week_end_actualitesl’avait dévastée, elle le fut suivant les plans d’époque des fameuses bastides qui fleurissaient à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle dans le sud de la France. Elle en garde le plan géométrique et l’organisation, et ce charme médiéval incom-parable qui se prête parfaitement à l’événement joyeux et festif, évocateur du monde médiéval, que nous propose Mirepoix en cette fin de semaine.

Des festivités médiévales dans la joie,
au milieu du patrimoine unique de Mirepoix

mirapoix_festival_fetes_medieval_historique_moyen-age_idee_week_end

A_lettrine_moyen_age_passionu programme des activités, animations de rues, et autres défiles de troubadours et saltimbanques en musique et costumes, spécialités culinaires et de belles ballades dans cette ville pleine de charme, sous le soleil de juillet qu’on espère au rendez-vous.

Pour les yeux et pour la curiosité historique, par delà les artisans, les mirepoix_cathedrale_gothique_viollet_le_duc_monument_classe_patrimoinecostumes, les musiques, et les jolies rues colorés à colombages, vous pourrez encore découvrir les belles halles de marché de Mirepoix sur la place centrale (du XIXe) et une belle cathédrale gothique médiévale. Pour dire un mot de cette dernière, la Cathédrale Saint-Maurice de Mirepoix, fut construite au  début du XIVe siècle quand Mirepoix fut érigé en évêché pour prévenir les populations de retomber dans le catharisme. Déclaré monument historique en 1907, de grands travaux y furent entrepris dans le courant du XIXe siècle pour, entre autre chose, surélever l’édifice et remplacer sa charpente de bois par une voûte de pierre. On apprendra notamment que d’entre les maîtres ayant coordonné les travaux, on trouve rien moins qu’un disciple direct de l’illustre architecte Eugène Viollet le Duc.  Monument d’exception, l’édifice s’enorgueillit aussi de posséder une des nefs les plus larges d’Europe, la seconde après celle de la cathédrale espagnole Sainte-Marie de Gérone avec plus de 21,60 mètres.

porte_aval_mirepoix_ville_bastide_medievale_fetes_historique_moyen-age
La porte d’Aval de Mirepoix, vestige des remparts du XIVe siècle

A_lettrine_moyen_age_passionu cours de vos pérégrinations, vous aurez, à coup sûr, le plaisir d’aller voir, à quelques pas de la place centrale, le palais épiscopal de Mirepoix des débuts de la renaissance, mais encore la porte d’Aval, dernière des quatre portes encore debout et vestige des remparts érigés dans le courant du XIVe pour fortifier la ville.

Pour les plus courageux, il y aura aussi la possibilité en vous éloignant un peu au nord de la ville, d’approcher le château de Terride, jadis nommé château de Mirepoix et dont les premières mentions nous ramènent à la fin de l’an mil. Classé lui aussi monument historique, il a appartenu notamment au comte de Foix Raymond Roger dans les tous débuts du XIIIe siècle et a connu, à quatre reprises au cours de sa longue histoire, le siège par les croisés. Autre château encore un peu plus loin, mais au sud cette fois, le château de Lagarde, (photo ci dessous), bâti quant à lui, au début du XIe siècle par Ramire Ier de Navarre ou d’Aragon, le premier roi de la province d’Aragon. Il ne reste aujourd’hui de l’édifice qu’une belle ruine mais qui sait? Les vieilles pierres encore là vous conteront peut-être à l’oreille, quelques légendes de ces temps anciens.

mirepoix_fete_historique_medievale_festival_moyen-age

En bref, voilà une belle idée de ballade, pour cette fin de semaine, à la redécouverte du monde médiéval, à tout le moins un peu de ses couleurs, de ses saveurs ou de ses sonorités, dans une ambiance festive et populaire .

Une belle journée à tous, mes amis, dans la paix de l’esprit et la joie du coeur.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

Angus Mcbride, un artiste-peintre surdoué au service de l’Histoire

monde_medieval_artiste_illustrateur_andy_mcbrideSujet : illustrations médiévales, art, peinture, reconstitutions historiques, portrait d’artiste.
Auteur, Artiste : Angus Mcbride(1931-2007)
Edition : Osprey publishing, Iron Crown Enterprises.

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous sortons un peu de l’ornière pour faire tribut  à Angus Mcbride, un peintre  britannique contemporain de talent, décédé, hélas, il y a  quelques années et qui a dédié la plus grande partie de sa carrière à se spécialiser dans les illustrations historiques et d’époque. Bien sûr, tout cela nous ramène, comme on s’en doute, au monde médiéval et au moyen-âge qu’il a aussi contribué largement à illustrer.

Portrait  d’un artiste de talent

L'infanterie française pendant la guerre de cent ans. Angus Mcbride
L’infanterie française pendant la guerre de cent ans. par le talentueux Angus Mcbride, Osprey publishing

N_lettrine_moyen_age_passioné dans l’Angleterre de l’entre deux guerres, de parents écossais, Angus Mcbride devient orphelin à l’âge de cinq ans et sera recueilli et éduqué par l’école de la cathédrale de Canterbury.

Après guerre, la crise économique anglaise le poussera à immigrer en Afrique du sud pour y tenter sa chance. Il commencera à s’y faire connaître pour son Art et son talent d’illustration. Se sentant pourtant à l’étroit sur le marché sud africain, il en reviendra dans les années soixante pour s’installer à nouveau en Angleterre. Il y travaillera principalement pour des magasines éducatifs de renom, exerçant monde_medieval_moyen-age_illustrations_historique_reconstitutions_angus_mcbridealors déjà son art sur les illustrations et reconstitutions d’époque. Il y consacrera d’ailleurs sa vie.

Quelques temps plus tard, il aura l’opportunité de travailler pour la célèbre compagnie Osprey Publishing, un éditeur d’Oxford spécialisé dans les ouvrages autour de l’histoire militaire. Il participera notamment à une série historique spécialisée sur les hommes d’armes (men-at-arms).

De l’Histoire militaire jusqu’au médiéval fantastique et l’univers de JRR Tolkien

Charge celte, Angus Mc bride, illustrations historiques, XXe siècle
Charge celte, Angus Mc bride, illustrations historiques, XXe siècle

D_lettrine_moyen_age_passionans les années soixante-dix la crise économique qui frappera à nouveau l’Angleterre poussera Angus Mcbride à retourner vivre avec sa famille en Afrique du Sud tout en continuant à travailler pour Osprey Publishing et quelques autres sociétés spécialisées dans l’histoire militaire.

tolkien_monde_medieval_fantastique_illustration_angus_mcbrideIl aura également l’occasion de s’aventurer, avec succès, sur le terrain du médiéval fantastique, en mettant son talent au service de Iron Crown Enterprises, société américaine spécialisée dans l’édition de jeux de sociétés. A ce titre, il participera notamment pour le plus grand plaisir des rôlistes, à la réalisation des illustrations d’une série de jeux de rôle inspiré de l’univers de JRR Tolkien et la terre du Milieu (Middle-earth Role Playing). Dans ces années là, il gratifiera encore de son Art la société d’édition anglaise Ladybird, à l’occasion d’une collection dédiée au monde de l’horreur et autres créatures « vampiresques » ou « momietesques » ( je sais, cela n’existe pas et c’est totalement « pléonasmique », d’où les guillemets).

Du point de vue des techniques, le talentueux peintre utilisera indifféremment l’huile ou la gouache mais gardera une prédilection pour cette dernière.

Le moyen-âge et Angus Mcbride

1241 Bataille de Legnica ou Liegnitz. Les envahisseurs mongoles mettent en déroute les chevaliers chrétiens.
1241 Bataille de Legnica ou Liegnitz. Les envahisseurs mongoles mettent en déroute les chevaliers chrétiens.

T_lettrine_moyen_age_passionout au long de sa carrière, Angus Mc Bride a eu l’opportunité de s’atteler à bien des genres historiques différents, des époques les plus reculées aux plus récentes, mais sur la partie qui nous intéresse, le monde médiéval, on lui doit un grand nombre de planches de qualité. Avec l’appui et le soutien de ses éditeurs et un sérieux travail sur les sources et les références, son Art et ses illustrations font revivre, avec force détail et mouvement, les grandes batailles du monde médiéval, mais monde_medieval_moyen-age_passion_illustrations_historique_angus_mcbrideaussi les costumes, les armes et armures d’époques.

Comme nous avons déjà ici sollicités quelques unes de ses excellentes oeuvres à l’occasion de certains articles, il nous semblait grand temps de rendre justice à cet illustrateur de talent et à son travail, autant qu’aux compagnies qui l’ont soutenu et fait travailler. C’est donc chose faite. Merci encore à Angus Mcbride pour son art et pour avoir fait renaître sous ses pinceaux et avec son art, un peu de l’histoire des hommes.

Une très belle journée à tous. Longue vie!

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

Sur le néant des choses de ce monde, Eustache Deschamps, XIVe siècle

poesie_medievale_satirique_eugene_deschamps_moyen_ageSujet : ballade, poésie médiévale, poésie satirique
Auteur : Eustache DESCHAMPS (Morel) (1346-1406)
Période : moyen-âge tardif, bas moyen-âge, XIVe
Titre : Ballade sur le néant des choses de ce monde

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous vous proposons une autre pièce du grand Eustache Deschamps, dit Morel, C’est cette fois-ci, clairement, une poésie satirique sur les conflits de son temps. Souvenez-vous que ce poète médiéval a eu le privilège de vivre assez longtemps. Officier de cour, tour à tour messager, écuyer, huissier d’armes, il a occupé des emplois d’importance variable à la cour et a pu, au long de sa longue vie durant laquelle il ne cessa d’écrire, servir deux souverains.  Concernant sa longévité, les avis sont partagés, dans la préface d’un ouvrage du XIXe siècle sur ses eustache_deschamps_poesie_medievale_satirique_guerre_cent_ans_moyen-ageoeuvres poétiques et satiriques, on lui prêtait près de vingt ans de vie en plus qu’on ne lui  prête aujourd’hui.

Quoiqu’il en soit, Eustache Deschamps connaîtra les guerres et les conflits de son temps, l’interminable guerre de cent ans, le pays à feu et à sang, les épidémies de peste, encore, qui ravagent les terres. Avec ces réflexions en forme de poésie sur le néant des choses de ce monde, il s’attaque frontalement, à l’orgueil et la vanité des puissants, aux vaines conquêtes qui ne cessent de mettre les pays à feu et à sang. Jusqu’au bout du texte, on sent l’homme d’expérience désabusé, las des guerres et des conflits de pouvoir mis face à l’évidence de la vacuité des choses et nous retrouvons encore, ici, un Eustache Deschamps engagé,  témoin critique et satirique de son temps.

Ballade d’Eustache Deschamps
Sur le néant des choses de  ce monde

Las ! que j’ay veu de tribulacion,
De tempestes et de mortalitez,
De haines, de peuples mocion ,
De grans orgueilz et de grans vanitez ,
De traïsons et de crudelitez,
Puis cinquante ans ; et vengence soudaine
Conflis de Roys en France et en Espaigne
Pour nos péchiez , et universel guerre
Pour le débat de France et d’Angleterre,
Pais ardoir, tout destruire à larronde,
Pour convoitier et seignourie acquerre :
C’est tout néant des choses de ce monde.

Car nul n’en a vraie posession,
N’estrc ne puct qu’à sa vie héritez,
Au mieulx venir, et par déception
En sont pluseurs ou par force privez
A leur vivant. Entre vous, qui vivez,
Aiez regart aux conquests Charlemaine,
Ceulx d’Alixandre et de la gent romaine,
Qui tant de maulx soufrirent pour conquerre ;
Mais puis leur mort tout fut cas comme un voirre ,
Et divisé ; ainsi fault que tout fonde
Des biens mondains; foulz est qui pour eulx erre :
C’est tout néant des choses de ce monde.

Quatre lignie et généracion
Ay veu des Roys , depuis que je fu nez :
Philippe, Jehan, Charle en succession
Le cinquième , Charles ses filz ainsnez
Régna après, dont furent subjuguez
A Rosebeth Flament sur la montaigne;
Vingt-six mille moururent soubz s’enseigne ;
Que treize ans n’ot quant les ala requerre;
Après au Dant par siège les va querre ;
Bonbourc assist ; à celle fois seconde
Ses ennemis en desloge et desserre :
C’est tout néant des choses de ce monde.

A Amiens vi la conjunction ,
Et les noces quant il fut espousez
A Ysabel qui de l’estracion
De Bavière est. Je vis ses osts menez
En la duchié de Guclre, et feux boutez ;
Le duc venir es tentes en la plaine
Devers le Roy, et sa volunté plaine
Faire du tout. Et qui en veult enquerre
A Saint-Denis un chafault , et par terre
Joustes très grans où l’or luit et habonde ;
Mais qui vouldroit jugier à droitte esquerre ;
C’est tout néant des choses de ce monde.

La feste vi passant en mission
Toutes autres, de la Royne entendez,
Faicte à Paris après l’Ascencion ;
Pour la guerre j’ay veu pluseurs traictez ,
Les grans trêves des deux Roys ; assemblez
Dessoubz Ardre leur gent et leur compaigne,
La fille au roy de France qu’il amaine
Au roy Anglois , qui pour femme o lui erre
Droit à Calays ; n’a que sept ans soubz serre,
Là espousa la vierge enfant et monde ;
Mais qui ces poins sent dont li cuers me serre :
C’est tout néant des choses de ce monde.

ENVOI

Prince, j’ay vu les temps desordonnez;
Sanz droit, sanz loy, païs habandonnez;
Tous maulx courir , iniquité parfonde,
Lesquelz je voy en mieulx estre espérez ;
Mais jà pour ce trop ne vous y fiez :
C’est tout néant des choses de ce monde.

Une belle journée à tous.

Fred
Moyenagepassion.com
« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publiliue Syrus  Ier s. av. J.-C

A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes