Tous les articles par Frédéric EFFE

Bonne & heureuse année 2022

Bonjour à tous,

n cette nouvelle année, nous vous souhaitons nos meilleurs vœux. Que l’an 2022 vous apporte joie, santé et félicité avec aussi de grandes richesses d’apprentissage et d’enseignement sur vos chemins de vie. Que cette année signe aussi la fin de cette folie qui n’a déjà que trop duré et dont on ne sait plus dire où se termine le sanitaire et où commencent le politique et ses abus.

L’enluminure que nous avons utilisée pour notre carte de vœux est tirée des Heures de Charles d’Angoulême (Horae ad usum Parisiense). Conservé à la BnF, sous la référence Latin 1173, ce magnifique manuscrit médiéval daté du XVe siècle, a été commandité par le père de François 1er et détenu également par le roi lui-même. Il a été enluminé par deux grands peintres et maîtres enlumineurs du moyen-âge tardif : Jean Bourdichon et Robinet Testard. Comme il a été numérisé, vous aurez tout le loisir de le consulter en ligne sur Gallica.

Une annonce faite aux bergers festive

Originellement, cette enluminure avec sa danse médiévale et ses deux personnages pointant le ciel, à l’arrière plan, fait référence à la célèbre scène biblique de l’Annonce faite aux bergers. Elle en suit, toutefois, assez peu le formalisme avec son choix original de mettre en avant une célébration plutôt champêtre pour fêter l’arrivée du Christ.

En général, sur ce type de représentations, on a plutôt l’habitude de voir les bergers émus par l’annonce, au centre ou à peu près de la composition, avec une cohorte d’anges venus se présenter à eux. Ici, la nouvelle est presque révélée par un détail de l’enluminure et ces bergers tournés de dos qui pointent l’ange du doigt. L’ensemble reste très joyeux et l’on semble se situer un instant après la révélation, au moment où l’annonce faite aux bergers est déjà en train de se répandre parmi les hommes.

Détournement & secrets de fabrique

Sur notre version et en espérant qu’il ne nous en veuille pas trop, l’ange annonciateur s’est transformé en feu d’artifice. C’était de circonstance pour célébrer l’année. Afin de confectionner ce dernier, nous avons fait appel à un manuscrit du milieu du XVIe siècle : Le Livre des Miracles d’Augsbourg (Augsburger Wunderzeichenbuch). S’il n’est pas tout à fait contemporain des Heures de Charles d’Angoulême, l’événement auquel il fait référence n’est pas loin de l’être. En effet, sur son feuillet 70, l’ouvrage représente un objet de grande taille avec une longue traîne aperçu dans le ciel d’Allemagne en juin de l’an 1456. Il s’agit ni plus ni moins que de la comète de Halley. Elle a fourni la base de notre feu d’artifice.

Dernier détail, l’enluminure originale se déroule en plein jour, contrairement à l’annonce biblique faite aux bergers qui survient pendant la nuit du solstice. Du coup, nous avons repassé notre illustration en mode nocturne. Pour tirer un feu d’artifice, avouez que c’est tout de même plus propice.

Des feux d’artifice au moyen-âge ?

Si nos feux d’artifices ne sont pas d’origine, tout comme la poudre, ces derniers étaient connus au moyen-âge tardif et même avant. Au XIIIe siècle, des auteurs comme Roger Bacon en parlaient déjà dans son Œuvre majeure, dans la foulée de Marcus Grœchus :

« Il est des substances dont la détonation frappe l’oreille à tel point, surtout pendant la nuit, quand tout a été convenablement disposé pour cela et quand la détonation est subite, inattendue, que, ni les armées, ni les villes ne peuvent en soutenir les effets. Aucun éclat du tonnerre ne peut être comparé au bruit de ces détonations. Les longs éclairs qui sillonnent la nue sont incomparablement moindres, et, à leur vue, nous n’éprouvons pas la moindre. terreur. » Roger Bacon –Opus Majus (1267).

Le Marcus Grœchus en question parle même de feux volants et en donne la recette, vers 1230, dans son Livre des feux pour brûler les ennemis (Liber ignium ad comburendos hostes). Dans son ouvrage « Histoire anecdotique des fêtes et jeux populaires au moyen-âge » (1870), l’écrivain et historienne Joséphine Amory de Langerack nous conte également une grande frayeur qu’on aurait faite au comte de Charolais et au duc de Berry. Vers la deuxième moitié du XVe siècle, un breton connu sous le nom de Jean Boute-Feu ou Jean des Serpents en aurait été la cause involontaire. Il fit partir une fusée dans les airs qui fila malencontreusement en direction des fenêtres des deux princes, en leur causant, nous dit elle, une grande terreur. Elle nous dépeint l’homme comme « un sorcier charlatan qui abusait des badauds des campagnes et villes au moyen de poudre qu’il allumait et faisait partir en l’air en pétards et en fusées« . Ayant mis en alerte toute la garde pour trouver qui avait cherché à leur nuire de manière si étrange qu’elle paraissait être magique, les deux nobles auraient finalement débusqué l’homme et se seraient fait expliquer tous les mystères de ce feu volant.

Encore une très bonne année 2022 à tous !

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

De joyeuses fêtes de fin d’année à tous !

Bonjour à tous,

l’approche des fêtes de fin d’année, nous tenions à vous adresser une pensée chaleureuse, en formant le vœu que vous passiez cette période dans la quiétude et la joie. De très belles fêtes à tous avec une pensée particulière pour ceux qui ne pourront les chômer pour des raisons d’astreinte, mais aussi pour ceux qui sont dans la difficulté.

NB : l’enluminure d’entête et qui a servi également de base à notre carte représente, bien sûr, la nativité. Elle est tirée du manuscrit médiéval Breviarium secundum ordinem Cisterciencium connu également sous le nom de Bréviaire de Martin d’Aragon. Ce très bel ouvrage latin, superbement enluminé est originaire de Catalogne. Daté du Moyen-Âge tardif (Fin XIVe – milieu du XVe siècle), il est actuellement conservé aux département des manuscrits de la BnF sous la référence Rothschild 2529 (consulter sur Gallica).

En vous souhaitant encore d’excellentes fêtes et un bonne journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

Idées reçues : des sorcières au moyen-âge avec Martin Blais

Sujet : citations, moyen-âge, idées reçues, barbarie, modernité, révolution, technologie, moyen-âge, préjugés, sorcellerie, sorcières, livres.
Période : renaissance, XVIIe siècle, XVIIIe
Auteur : Martin Blais
Ouvrage : Sacré Moyen-Âge (1997)

Bonjour à tous,

omme nous l’avons mentionné à l’occasion de l’actuelle exposition sur les sorcières du KBR Museum, s’il existe un préjugé qui a la vie dure au sujet du moyen-âge, c’est bien cette vision de centaines, quand ce n’est de milliers, de femmes exécutées par l’Eglise, sous l’accusation abusive de sorcellerie. Bûchers à perte de vue et leurs feux meurtriers, justice ecclésiastique arbitraire, en réalité, tous ceux qui s’intéressent de plus près au monde médiéval savent que tout est faux dans ce type d’affirmation. La période n’est pas la bonne, l’exécuteur non plus, comme nous allons le voir dans l’extrait du jour.

Sorcières, bûchers et bras séculier

Une fois de plus, c’est à Martin Blais (1924-2018) et son ouvrage Sacré Moyen-âge que nous emprunterons ce passage. Cet écrivain, philosophe et enseignant canadien très prolifique, est loin d’être le seul à avoir écrit sur les idées reçues à l’encontre du moyen-âge. De nombreux médiévistes s’y sont attelés, mais son ouvrage a l’avantage d’être digeste et accessible. Si ces questions vous interpellent mais que vous n’avez pas envie de lire une encyclopédie, ce petit bouquin pourrait donc être un bon point de départ.

Avant de partager cet extrait et pour ceux qui penseraient que si le moyen-âge n’a pas brûlé de sorcières, il a, tout de même, connu une inquisition massivement meurtrière, à l’encontre des hérétiques ou contradicteurs de toutes sortes. Ajoutons qu’il s’agit, là encore, d’une affirmation à nuancer. Contre toute attente, le film Le Nom de la Rose n’est pas vraiment représentatif des temps médiévaux et, jusqu’à très récemment, des historiens très sérieux se sont même évertués à déconstruire l’inquisition médiévale et sa légende noire.


« Contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est de 1580 à 1640 que la chasse aux sorcières connut sa plus forte intensité : 1580, c’est le XVI e siècle, c’est la Renaissance ; 1640, c’est le XVII e siècle. On reste songeur. Eût-il été plus juste que mon encyclopédie note : « À la Renaissance et au XVII e siècle, on brûlait les sorcières » ? Quel choc ! Toutes les horreurs du passé ne doivent-elles pas s’entasser dans la grande poubelle de l’histoire, le Moyen Âge ? Stupéfiant, mais le prestigieux XVII e siècle appartient à l’époque qui s’est le plus tristement signalée par sa lutte barbare contre les sorciers et les sorcières. Même le XVIII e en a été entaché.

 » Des Vaudoises » enluminure du XVe (1)

Une autre surprise nous attend. Les pays qui se livrèrent avec le plus de sévérité à la chasse aux sorcières furent tout d’abord l’Allemagne, puis la Suisse et l’Écosse. Pour une population de quatre millions d’habitants, l’Angleterre a allumé mille bûchers ; la France n’en a pas allumé davantage pour une population cinq fois supérieure. Pour une population comparable à celle de l’Angleterre, la Scandinavie a allumé deux mille bûchers. La persécution a été à peu près inexistante en Italie, en Espagne et au Portugal.

À partir de la Renaissance, c’est le « bras séculier » qui poursuit les sorciers et les sorcières. Le « bras séculier », c’est-à-dire l’autorité civile et non pas l’Église et son Inquisition, tristement célèbre. Quelques exemples. En Lorraine sévit un redoutable chasseur de sorcières, Nicolas Rémy, grand juge et procureur général de 1576 à 1591. Cet homme abominable a envoyé au bûcher environ trois mille sorciers et sorcières. En 15 ans, trois fois plus de victimes, à lui seul, que pendant tout le millénaire du Moyen Âge. »

Martin BlaisSacré Moyen-Âge (1997)

(1) Cette enluminure est tirée de l’ouvrage, « Le Champion des dames », de Martin Le Franc, Prévost de l’église de Lausanne. Ce manuscrit médiéval, daté du milieu du XVe siècle, est conservé à la BnF sous la référence MS Français 12476 . En marge du Feuillet 105v, cette femme volant sur son balais a pour légende « Des Vaudoises », autrement dit « des sorcières », « des adoratrice de Satan ». On utilisait cette appellation en référence à l’hérésie vaudoise. Sur le feuillet, cette illustration est accompagnée d’un autre du même type.


Voilà donc une idée reçue de plus sur le moyen-âge à évacuer ! Pour compléter voici quelques articles utiles :

Si la sorcellerie et le monde médiéval vous intéressent, vous pouvez aussi découvrir notre roman d’aventure. Il a pour cadre le XIIIe siècle et raconte l’histoire d’un médecin alchimiste en prise à d’étranges phénomènes. Pour les fêtes de fin d’année, le format ebook reste encore en promotion à moins de 2.99€ . Si vous appréciez notre site et nos contenus, c’est un excellent moyen de nous montrer votre soutien, tout en plongeant dans une histoire inédite.

En vous souhaitant une belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

NB : l’impressionnante enluminure utilisée pour l’image d’en-tête est tirée du manuscrit médiéval Les Grandes Chroniques de France. Cet ouvrage, daté du milieu du XIVe siècle, est actuellement conservé à la bibliothèque du British Museum sous la référence Royal MS 16 G V (voir en ligne). L’illustration raconte l’histoire de la reine mérovingienne Frédégonde (545-597) et quelques-unes de ses « frasques ». Cette souveraine ambitieuse et impitoyable du haut moyen-âge n’eut guère de chance avec ses héritiers mais elle réussit tout de même à mettre Clotaire II sur le trône après bien des stratagèmes et des assassinats.

D’après les grandes Chroniques de France, Frédégonde fit condamner le préfet Mummol (Mammolus) en utilisant un stratagème assez semblable à celui qu’elle aurait utilisé pour faire condamner Clovis : l’accusation de magie ou de sorcellerie. Pour Mummol, elle aurait même choisi un groupe de femmes vraisemblablement innocentes, qu’elle força à avouer leur méfait. Les malheureuses furent brûlées, torturées et décapitées. Mammolus fut exécuté lui aussi. L’enluminure représente ces infortunées victimes et sorcières de circonstance » ainsi que la pendaison de Mammolus sous le regard de la reine. Dans sa troisième partie, on voit Frédégonde faire fondre tout l’or et tout l’argent de son défunt fils Théodoric afin qu’il ne resta nulle trace de ses possessions qui put attiser l’immense douleur de sa perte. L’histoire conte qu’elle avait fait de même pour la garde-robe de ce dernier et pour les mêmes raisons.

Des marchés de Noël aux couleurs médiévales

Sujet : fêtes médiévales, animations médiévales, marché médiéval, marché de Noël, nativité, Noël, marché artisanal, inspirations, animations,
Evénements : marché de Noël d’ici et d’ailleurs
Lieu : Pays-de-la-Loire, Normandie, Île-de-France, Wallonie, Alsace, Grand Est
Dates : Décembre 2021

Bonjour à tous,

l’approche des fêtes de la nativité et de fin d’année, de nombreuses villes du nord de France se drapent de leurs plus beaux atours pour proposer des marchés de Noël qui font la part belle à la tradition. Même si nous les apprécions tous, thème du site oblige, ceux qui nous intéresseront de plus près ici, sont ceux qui mettent un brin de fantaisie médiévale dans leurs animations et leurs échoppes.

Une programmation encore timide

Las ! Cette année encore et, comme en 2020, l’histoire bafouille à défaut de se répéter totalement. La valse incessante des mesures autour de la Covid continue de souffler le chaud et le froid et le virus n’en finit plus de faire des vagues (qu’on devrait craindre, nous dit-on, toujours plus que les précédentes).

Star incontestée des médias 2020-2021, matière à psychose et à couvre-feu, champion toute catégorie des sujets, l’étrange invité permanent et sa saisonnalité ont supplanté toutes les autres priorités y compris celle de redresser l’hôpital et de soutenir ses soignants. Pourtant, on ne semble pas se résoudre à vivre avec, ni à donner quelques chances aux alternatives. À chacun sa vérité, sa science, ses études de référence et ses accointances. Faites entrer le médecin de plateau ! Montjoie ! À moi big pharma ! L’heure est à la nouvelle science politico-médiatique. « Nous sommes en guerre ». La faute aux voisins, à son anti-pass et à ses gamins !

Bref, dans ce contexte de maison de fous et de mesures girouettes, de nombreux exposants et organisateurs de fêtes médiévales et de marchés de Noël se sont abstenus, cette année encore, de maintenir les événements prévus. Il y a ceux qui avaient déjà baissé les bras, dès le début 2021, et puis il y a les autres, ceux qui se sont découragés en chemin parce que le bout du tunnel n’en finissait pas de s’éloigner. C’est le cas du Marché de Noël de Provins et de tant d’autres encore, reportés à 2022 (voir article précédent sur cet événement). Comment les blâmer ? De tels événements ne se mettent pas en place en quelques semaines. Il faut des mois sans compter, désormais, toute la logistique sanitaire à prévoir (distanciation, gestes barrières contrôles, etc..). Exception à tout cela, de vaillants organisateurs ont quand même maintenu le cap. C’est eux qui sont ici à l’honneur même si nous avons une pensée pour les autres. Voici donc une sélection des beaux marchés de Noël aux couleurs médiévales qui vous attendent en ce mois de décembre.


Le marché de Noël médiéval de Ribeauvillé
et ses belles animations

Dates : les samedi 11 et dimanche 12 décembre 2021
Lieu : Orme, Normandie, France

Annulé en 2020, comme beaucoup d’autres événements, le marché de Noël médiéval de Ribeauvillé revient, cette année, avec tout son savoir-faire et son goût pour la tradition. Pour cette édition, tout le centre ville de la cité sera de la fête et on retrouvera moultes animations, assurées par grand renfort de compagnies médiévales.

En voici une liste non exhaustive : scénettes, contes et théâtre de rue, spectacle de feu, ateliers de métiers d’époque (tonnellerie, forge, …,) mais encore déambulations et parades, jeux d’adresse, combats de chevaliers, animations vikings, danses et musique médiévales. Pour les enfants de nombreux divertissements sont aussi prévus : jeux en bois, atelier cirque, manège, animaux de la ferme, chameaux venus de contrées lointaines, spectacles et numéro de dressage animaliers (moutons, oies). Un beau programme très prometteur. Voir la page de ce marché médiéval.

Un marché médiéval pour les gourmands
à Domfront en Poiraie

Dates : du vendredi 17 au dimanche 19 décembre 2021
Lieu : Domfront-en-Poiraie, Orme, Normandie, France

Du 17 au 19 décembre, la cité normande de Domfront-en-Poiraie se mettra en quatre pour proposer à ses habitants et ses visiteurs un marché de Noël tinté de Moyen-âge et de gourmandise. Organisé par la compagnie musicale Aragorn, cet événement connaîtra, cette année, sa 3eme édition.

Des échoppes seront donc présentes sur site ainsi que des surprises culinaires et gastronomiques. Jeux, ambiance celtique, danses seront également au programme, avec en plus la perspective d’emplettes originales et artisanales pour célébrer dignement Noël et faire plaisir à vos proches. Voir le site des Médiévales de Domfront.

Marché artisanal & animations médiévales
à la cour des arts de Vaureal

Dates : du 11 au 12 décembre 2021
Lieu : Vauréal, Cour des arts, Val d’Oise, Île-de-France, France

Installée dans le village de Vauréal, à un peu moins d’une heure de Paris, la cour des arts est un lieu original qui s’est donné pour vocation d’héberger et de faire découvrir au public des métiers au carrefour de l’art et de l’artisanat. Installée dans la cour d’une ancienne ferme, une vingtaine d’artistes y œuvrent, à l’année, dans des ateliers qui ouvrent leurs portes au public.

Le 11 et le 12 décembre prochain, le lieu prendra, pour la 3eme fois, des couleurs évocatrices du moyen-âge. Avec pour nom Vauréyule, la fête proposera de nombreuses animations inspirées librement de cette période et du médiéval-fantastique : combat et tir à l’arc à la façon viking avec le Clan d’Ivar, déambulations de créatures, musique d’époque et saltimbanques. Les ateliers pourront, bien sûr, être visités et un marché artisanal viendra également compléter ces réjouissances. Voir le FB de l’événement.

Un marché de Noël artisanal et médiéval
à Chemillé-en-Anjou

Dates : du 11 au 12 décembre 2021
Lieu : Chemillé-en-Anjou, Maine-et-Loire, Pays de la Loire, France

Ce week end, la cité du Maine-et-Loire proposera, elle aussi, un marché de Noël hybride entre tradition et inspiration médiévale. Sous chapiteau, on pourra y trouver les exposants habituels de ce type de marché mais aussi une vingtaine d’échoppes plus proche du monde médiéval. La porte du château servira de barrière temporel pour passer d’une période à l’autre.

Des réjouissances et divertissements viendront encore compléter la fête. Au programme, jongleurs et cracheurs de feu, danses médiévales, chorale et groupes de musique, sans oublier quelques bonnes spécialités à boire et manger pour se restaurer et se tenir chaud. Infos sur la page FB de ce marché de Noël.

Le grand marché de noël historique de Liège

Dates : du 26 novembre au 30 décembre 2021
Lieu : Liège, Wallonie, Belgique

Si elle n’est pas à proprement médiéval, nous avons tout de même décidé de mentionner, ici, cet incroyable fête de Noël du côté de la Belgique et de la Wallonie. Depuis 30 ans, Liège met, en effet, les petits plats dans les grands à l’approche des fêtes de la nativité, avec des animations qui vont bien au delà de la simple zone d’achalandage : podium et scène de concerts, patinoire pour tous, grande roue aux allures de fête votive, viennent s’ajouter à ce grand marché traditionnel de Noël et son village historique. Sur ce dernier aspect, 300 artisans et 150 chalets sont prévus. Assurément de quoi trouver des cadeaux inédits dans une ambiance festive unique. Pour ajouter quelques chiffres, la fréquentation de plus de 1,5 million de personnes annuels en dit long sur la grande popularité de l’événement et l’attrait qu’il exerce sur ses visiteurs.

Pour ce qui est des animations, la belle cité wallonne propose des spectacles et concerts des plus variés : rock, jazz, variétés, musique électronique et DJs (voir le site officiel). Ces réjouissances musicales se prolongent même au delà des dates du marché : de début décembre jusqu’à l’épiphanie et la fin de la première semaine de janvier. Bien sûr, Les touristes de passage pourront en profiter pour découvrir le beau patrimoine médiéval de Liège et son centre historique.

Voir nos autres articles sur des marchés médiévaux précédents.

En vous souhaitant une très belle journée.
Frédéric F
Pour moyenagepassion.com
À la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

NB : l’image d’en-tête est tirée d’une toile de Brueghel le Jeune. Cette scène de patinage incroyablement vivante et détaillée, est datée de 1613. Elle fait partie de la collection du Musée des beaux-arts de Mulhouse.