Archives pour l'étiquette Alain Guerreau

Fabliau du moyen-âge : le testament de l’âne de Rutebeuf, adapté en vers

rutebeuf_troubadour_medieval_musique_moyen_age_passionSujet : fabliau, « poésie » médiévale, troubadour, trouvère, poésie médiévale
Titre : le testament de l’âne
Auteur : Rutebeuf
Période :  XIIIe siècle, moyen-âge central

Bonjour à tous,

J_lettrine_moyen_age_passion‘espère que ce billet de blog vous trouve en joie.  Nous revenons encore, ici,  sur le trouvère et poète du XIIIe siècle Rutebeuf auquel nous avons déjà consacré quelques articles ici, mais, cette fois, pour aborder un de ses fabliaux : le testament de l’âne.

Le fabliau,  est un genre qui a été extrêmement populaire pendant une grande partie du moyen-âge. Dans ces petites histoires légères, paraboles de la société médiévale, on faisait passer de la critique, des satires sociales et de l’humour et pour aborder ce genre, nul mieux que  Rutebeuf ne pouvait nous servir d’introduction. Dans le texte original, Rutebeuf est presque toujours dur à comprendre à la première lecture, quelquefois même impossible. Le français qu’il utilise est un lointain ancêtre de notre langue, si loin que les formes ont pour la plupart changé. Pourtant l’homme, était, dit-on, jongleur et peut-être de cet art, a-t’il tiré son habileté à jongler avec les mots. La musicalité de ses textes, autant que les mystères qu’ils semblent refermer fascinent encore et sont autant d’invitations au voyage, en l’occurrence un voyage vers le passé et vers le monde qui nous préoccupe ici, le monde médiéval.

humour_monde_medieval_fabliaux_le_testament_de_l_ane_rutebeuf

De l’humour de Rutebeuf et du temps passé

O_lettrine_moyen_age_passionn a souvent dit de Rutebeuf que  son humour, ses jeux de mots ou ses sous-entendus étaient à tiroir et difficiles à comprendre ou à retraduire dans toute leur subitilité et rien n’est moins vrai. Mais nous le savons bien que l’humour est toujours lié à l’air du temps, et ce même quand il touche des vérités profondes. Et même un trait d’humour peut nous faire encore rire ou sourire en traversant les âges, il perd presque toujours une partie de ses sous-entendus souvent impénétrables pour qui est totalement étranger à la culture ou à l’époque qui l’a vu naître. Pour prendre un exemple trivial, emprunté au cinéma,  il n’est pas rare que si nous avons aimé et ri d’un film comique, en le revoyant dix ans après, on se rende compte que le monde a changé et si les références nous le_testament_de_l_ane_rutebeuf_poesie_medievale_moyen-age_passionfont encore rire, c’est souvent parce que nous savons les replacer alors dans cette même époque ou ce temps que nous avons connu. Et quand l’humour ne touche rien de profond et n’a d’autres ambitions que de nous faire rire de l’air du temps, il peut même devenir déplacé ou désuet, même parfois pour qui l’a connu. Que dire alors d’un humour qui nous vient de près de huit cent ans en arrière? Comment pourrait-on prétendre en avoir toutes les clés? Si nous ne pouvons les avoir, peut-être peut-on au moins deviner entre les lignes, l’époque dont cet humour nous parle. Sans doute est-ce, avec Rutebeuf, ce à quoi il nous faut en partie nous résigner: tenter d’attraper un peu de ce monde médiéval au vol quand nous le traduisons, un peu de l’esprit de l’auteur, conscient que comprendre toutes ses subtilités nous impose encore d’autres détours qui ne suffiront sans doute pas à nous aider à le percer.

L’outrecuidance de traduire

D_lettrine_moyen_age_passion‘une manière générale et sans parler uniquement d’humour, on pourra encore argumenter avec Alain Guerreau, cet esprit aiguisé et acerbe, merveilleux empêcheur de tourner en rond des historiens médiévistes, qu’il est vain, sans mille précautions, d’essayer de traduire les mots, les poésies, les textes qui nous proviennent du monde médiéval, tant c’est un monde éloigné du notre, au point de nous être étranger. Nous ne pouvons, pourtant, nous y résigner mais puisse la conscience des limites de l’exercice nous servir, ici, un peu d’excuse à notre outrecuidance.

fabliau_rutebeuf_satire_argent_eglise_testament_de_l_ane_monde_medievalJ’ajouterai encore que si on lit et l’on savoure les fables d’un Jean de
la Fontaine, en ce qu’il adresse des vérités de la condition humaine qui nous paraissent intemporelles, pourquoi ne pourrait-on faire de même avec un Rutebeuf en espérant qu’il nous transmette peut-être au sortir aussi quelques vérités immuables, ou à tout le moins, un peu de cette modernité qui lui ferait nous ressembler, dont nous puissions nous délecter ou que nous puissions transposer. Quoiqu’il en soit, il y a quelque chose venant de ce jongleur et trouvère du XIIIe siècle aux manies malgré tout bourgeoises, qui encore nous interpelle. Dans sa langue ou dans leur musique, dans sa truculence verbale. C’est ce quelque chose qui fait que nous ne voulons pas renoncer à en percer le sens sans préjuger aucunement de ce que nous y trouverons et le découvrant en quelque sorte au fil des textes.  A défaut d’être celui qui, de sa fenêtre, connait déjà tout de sa rue, nous sommes, nous, ce passant en ballade qui flâne, curieux de tout, les yeux neufs. (photo ci-dessus, évêques, prêtres et chanoines en prière pour un sculpture gothique de la fin du XVe siècle)

De la méthode utilisée pour versifier le  testament de l’âne en français moderne

J_lettrine_moyen_age_passione ne doute qu’il existe déjà des versions du testament de l’âne en vers, mais pour être très honnête, je n’ai pas, il me faut bien l’avouer, écumé toutes les bibliothèques de France et de Navarre pour les débusquer. Je pense que même si j’en avais trouvé j’aurais, de toute façon, fait ce même travail de recherche du sens original, à la source du texte de Rutebeuf, pour comparer ou comprendre les interprétations d’un éventuel traducteur-versificateur. Qu’on ne m’accuse donc pas de plagiat mais plutôt d’ignorance si des versions existent, proches de la version que je testament_de_l_ane_fabliau_satirique_rutebeuf_monde_medievalprésente ici  et que j’ai  travaillé sans m’appuyer sur des versifications existantes. (ci contre enluminure médiévale, non datée)

Concernant la méthode, j’ai cherché à la ronde des traductions de ce testament de l’âne. Il en existe plusieurs. des légions de versions en prose, qui ne m’intéressaient qu’à moitié, puisque je recherchais en plus du sens à retraduire la musicalité des vers.  Dans certaines de ces versions, il y a même des approches qui pourraient paraître fantaisistes tant leurs digressions semblent s’éloigner du texte original, c’est ce moment où se mêle inextricablement l’interprétation du conteur ou du traducteur aux intentions de Rutebeuf. C’est le cas notamment des commentaires de Jean-Baptiste Legrand d’Aussy, dans son ouvrage « Fabliaux ou contes, fables et romans du XIIe et du XIIIe » (daté du XVIIIe siècle). L’auteur y fait dire à Rutebeuf et son testament de l’âne des choses qu’il n’a pas dite et qui en sont même fort loin. C’est un exercice parmi d’autres mais cela ne présente pas grand intérêt pour notre démarche. Nous cherchons en effet  à comprendre le michel_zink_rutebeuf_oeuvres_completes_testament_de_l_ane_fabliau_medievalpoète et non son traducteur ou celui qui en parle.

Nous préférons largement pour ce qui nous intéresse les oeuvres originales de Rutebeuf, transcrites à la virgule et l’ouvrage du XIXe siècle d’Achille Jubinal : Œuvres complètes de Rutebeuf, trouvère du XIIIe siècle, recueillies et mises au jour pour la première fois. (Nouvelle édition, revue et corrigée, Paris, Daffis, 1874-1875). Il y a enfin et je crois que, sans ce support, nous ne nous serions sans doute pas attelé à la tâche, la référence incontournable de l’académicien Michel Zink : Rutebeuf, Oeuvres complètes ( en photo ci-dessus), Dans son approche et son travail de traduction, il n’a pas, lui, cherché à retraduire la musique de Rutebeuf mais s’est attaché uniquement au sens ce qui est fort louable et extrêmement utile pour l’exercice auquel nous nous livrons. Sa compréhension n’est ainsi pas bridée par l’exercice du ver et de la rime et se livre entière, sans cette contrainte. Pour remettre ce testament de l’âne en français moderne et en vers, nous n’avons pourtant pas suivi toutes les idées de notre académicien et, dans quelques cas de figures, nous y avons préféré une approche du texte de Rutebeuf qui nous semblait plus littérale. Je l’avais dit « Outrecuidance quand tu nous tiens! » Nous nous sommes aussi appuyé sur un article de synthèse de Jacques E Merceron que je cite plus bas.

Sur l’interprétation de ce fabliau

J_lettrine_moyen_age_passione ne vais pas, ici, me lancer dans une interprétation longue des différents niveaux de lecture de ce fabliau de Rutebeuf et je préfère le livrer nu et entier à votre sagacité. Certaines notes que j’ajoute à la fin de la traduction sont importantes toutefois. Pour être encore honnête, la traduction étant fraîche, je trouve que ce testament de l’âne offre une lecture satyrique à plusieurs niveaux assez complexe et je serais bien présomptueux d’affirmer que j’ai déjà démêlé cet écheveau. Peut-être en ferons-nous un article futur, c’est à voir. Souvenons-nous simplement, tout du long, que la critique de Rutebeuf se fait toujours depuis l’intérieur de sa propre foi. Dans ce fabliau, c’est un chrétien qui interpelle les mauvais chrétiens ou les mauvais prêtres, en plus de fustiger les conséquences de l’obsession du gain. Ainsi nous y voilà encore? L’argent met tout le monde d’accord? La satire peut-elle échapper à une certaine forme de cynisme? C’est une vraie question. Quoiqu’il en soit, pour l’instant, ce texte garde encore ainsi de son mystère et l’exercice de la versification en français moderne ne l’a, semble-t’il et heureusement, pas épuisé. Avant de vous livrer cette traduction, je vous conseille si vous voulez avoir une vision un peu plus claire de ce que peut cacher le phrasé de Rutebeuf et notamment une forme d’ironie qui ne se rutebeuf_troubadour_trouverre_ppete_moyen-agelivre peut-être pas au premier abord, l’article de Jacques E. Merceron sur ce testament de l’âne et sur la notion de « bontei » utilisée par notre trouvère du XIIIe siècle dans ce fabliau.

________________________________________________________________________

Important : utilisation de cette version en vers du testament de l’âne de Rutebeuf

Si vous souhaitez utiliser cette traduction, sur le web ou ailleurs, voici les liens à inclure sur vos pages.

Lien vers cet article :
https://www.moyenagepassion.com/index.php/2016/03/28/fabliau-du-moyen-age-le-testament-de-lane-de-rutebeuf-traduit-en-vers/

Réference au site à inclure: traduction du testament de l’âne de Rutebeuf de  http;//www. moyenagepassion.com « A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes ».

________________________________________________________________________

Le testament de l’âne de Rutebeuf
en français moderne et en ver

A_lettrine_moyen_age_passioninsi, nous voilà donc, le texte original de Rutebeuf dans une main, la traduction de Michel Zink de l’autre et la ferme intention de retrouver la musique de ce fabliau autant que son sens profond en le passant de son français ancien dans notre français moderne; en bref, coller au plus près de Rutebeuf et de sa poésie, tout en respectant l’exercice du ver et du pied. Je dois avouer que dans deux cas de figure précis, le sens ne pouvait pas retranscrit  sauf à y ajouter un pied, notre version a donc deux pieds de plus que la sienne. Si je voulais faire de l’humour je dirais que si vous voyez deux pieds dépassés, ce sont donc ceux de votre serviteur, mais je ne le dirais point pour que vous ne pensiez que je l’ai fait  à dessein juste pour faire ce mot. Mais allons, place à Rutebeuf!

Le testament de l’âne

Qui veut du monde être à l’honneur
Tout en suivant la vie de ceux
Qui ne vivent que pour l’argent (1) 
En récolte bien des nuisances
Tout entouré de médisants
Ne songeant qu’à lui faire du tord
Le voilà cerné d’envieux
Fussent-il aussi beaux que gracieux,
Sur dix qui sont assis chez lui,
Des médisants, il y en a six
Et des envieux pas moins de neuf.
Dans son dos, ils n’ont cure de lui, (2) 
Mais par devant, ils lui font fête
Chacun inclinant bas la tête
Comment ne seraient-ils envieux
ceux qui n’en profitent avec lui ?
Quand déjà ceux-là, à sa table,
ne sont pour lui ni sûrs, ni fiables?

A l’évidence, ça ne peut être.
Je vous le dis à cause d’un prêtre
Qui avait une bonne église*  (*paroisse)
mais dont la seule aspiration
était d’enrichir ses avoirs
Il y passait tout son savoir
Couvert de robes et de deniers
Et du blé tout plein ses greniers
Car le prêtre savait s’y prendre (3)
et pour la vente se faire attendre
de la pâques à la Saint-Rémi.
Et il n’avait d’ami si cher
qui puisse rien tirer de lui,
sauf à grand force l’y soustraire.
Chez lui, il y avait un âne
Comme on n’en vit de mémoire d’homme,
Qui vingt ans entiers le servit
Jamais pareil serf, on ne vit
Mais l’âne mourut de vieillesse
Qui tant avait fait sa richesse
Et au prêtre il était si cher
Qu’il ne voulut qu’on l’écorchât
Et l’enfouit dans le cimetière
pour que sa dépouille y resta (4) 

L’évêque avait d’autres manières
ni cupide, ni grippe-sous
Mais courtois et bien éduqué
A tel point que même alité,
à la vue d’un homme de bien,
on n’eut pu le tenir au lit.
La compagnie des bons chrétiens
c’était sa médecine à lui.
Sa grande salle toujours pleine,
Rien à redire sur sa Maison,
Et quoiqu’il ait pu désirer,
Nul de ses gens ne s’en plaignait.
S’il avait meubles, c’était des dettes,
car qui trop dépense s’endette.

Un jour qu’en grande compagnie
Se tenait notre homme de bien
On parla de ces riches clercs
et des prêtres avares et chiches
Qui ne font bonté ni honneur
A leur évêque, ni au seigneur.
On fit son affaire à ce prêtre
si riche et si plein de lui-même.
Ainsi sa vie fut bien décrite,
Aussi bien qu’un livre l’eut fait,
Et on lui prêta plus d’avoirs
Que trois comme lui eurent pu avoir
Car l’on en dit toujours bien plus
Que ce qu’à la fin on y trouve.
« Il a encore fait quelque chose
Qui faudrait son pesant d’argent
pour qui voudrait le révéler »
Dit-un qui veut se faire bien voir,
« Et qui vaudrait grande récompense »
– « Et qu’a-t’il fait? » s’enquiert le sage
– Il a fait pire qu’un bédouin
puisqu’il a, son âne Baudouin,
enterré en la terre bénite.
– Maudit soit-il!
fait l’évêque, si cela était avéré
Honni soit-il, lui et ses biens!
Gautier, convoquez-le ici
écoutons ce prêtre répondre
Sur ce dont Robert l’accuse,
Et je dis, que Dieu m’y assiste
Si c’est vrai, j’en aurais l’amende!(5)
« – Sire je veux bien que l’on me pende,
Si ce que j’ai dit n’est pas vrai
Je l’affirme, à votre bonté,
jamais il ne rendit  hommage, » (6)

On convoqua donc le prêtre,
il est là, il lui faut répondre
A son évêque de l’affaire
Qui peut le faire destituer.
« Traître à Dieu, Homme déloyal,
Qu’avez-vous donc fait de votre âne?
dit l’évêque, quel grand méfait* (*offense)
A notre église* avez-vous fait? (*Sainte)
Jamais je n’en vis de plus grand
Qui avez mis en terre votre âne
Là où l’on enterre les chrétiens!
Par Sainte Marie l’égyptienne
si la chose peut être établie
par des témoins dignes de foi,
je vous ferais mettre en prison.
Jamais n’ais ouïe de si grand crime! » (7)
« Très doux seigneur, dit le prêtre
bien des choses peuvent se dire,
mais je demande un jour entier
pour réfléchir à cette affaire
Ce serait un juste délai
pour y repenser, s’il vous plait
(non qu’il me plaise d’argumenter) (8)

« Je vous donne cette journée »
mais ne me tiens pas acquitté
de cette chose, si elle est vraie. »
« Monseigneur, il ne faut y croire. »
Sur ce l’évêque renvoie le prêtre
sans trouver l’affaire amusante.
Mais le prêtre ne s’émeut point
qui sait qu’il a pour bonne amie
sa bourse qui toujours se tient prête
pour réparer ou au besoin.
Le fou peut bien dormir ou non,
voilà que déjà le temps vient. (9) 
Le temps vient, le prêtre revient.
Vingt livres cachées dans une ceinture
Bien comptées et en bon argent
voilà ce qu’il porte avec lui
sans craindre la faim ou la soif (10)
Quand l’évêque le voit venir
il ne peut contenir ses mots:
« Votre délai est expiré
Prêtre au bon sens dévoyé ! » (11)
« Sire, j’ai réfléchi, il est vrai,
Mais laissons dehors les querelles
Ne devez-vous en étonner
Qu’au conseil il faille concilier.
Je veux vous parler en conscience
et s’il m’en coûte pénitence
Sur mes biens ou sur ma personne
Alors que vous me l’infligiez.

L’évêque approche alors l’oreille
pour recevoir les confidences
Et le prêtre lève le chef* (*la tête)
Alors peu soucieux de son or. (12)
Sous sa cape, il tenait l’argent
Qu’il n’osait pas montrer à tous
Et chuchotant, conta son conte
« Monseigneur, il y a peu à dire.
Mon âne a vécu bien longtemps
Il me fut d’une aide précieuse (13)
Et m’a servi sans rechigner
Fort loyalement, vingt ans entiers
Et que Dieu veuille bien m’absoudre
Chaque année, il gagnait vingt sous
Si bien qu’il épargnât vingt livres
Et pour échapper aux enfers
Il vous les lègue en testament.
L’évêque dit  » Dieu le protège »
« Que ses fautes soient pardonnées
Et tous les péchés qu’il a fait ! »

Ainsi, vous avez pu l’entendre,
Voilà l’évêque réjoui,
du riche prêtre pour sa méprise
Qui la bonté lui a appris   (variante : Qui lui apprit à s’amender) (14)

Rutebeuf nous dit et enseigne
Qui deniers tient dans ses affaires (15)
n’ait crainte de faire de faux-pas
Notre âne est demeuré chrétien
Mais nos rimes s’arrêtent là
Car il a bien payé son legs (16)

_____________________________________________________________________
Notes sur la traduction

(1) s’extasier devant le gain
(2) « Par derrier nel prisent un oef ». Intraduisible litteralement
(3) Savait bien vendre
(4) Ici demeurerait ses restes, sa dépouille: « ici lairait cette matiere »
M Zink traduit : « En voilà assez sur ce sujet. » Je pense qu’il y a jeu de mots de Rutebeuf, ici, sur la matière du corps de l’âne et la matière, le sujet dont il parle.
(5) « Si c’est vrai il m’en répondra » » « Si c’est vrai, il réparera ». « Se c’est voirs, j’en avrai l’amende. » M Zink : j’en aurais « réparation ». Pas nécessairement pécuniaire. 
(6) Un pied de plus ici :  « Si ne vos fist onques bontei ». M Zink ; « D’ailleurs pour vous il ne fut jamais attentionné »
(7) « C’onques n’oÿ teil mesprison »  Variante : car jamais je ne vis tel crime.
(8)  « Non pas que je i bee en plait ». Michel Zink : « non que je sois procédurier »
(9) Un pied de plus ici aussi « Que que foz dors, et i termes vient »
Cela ressemble à un début de proverbe adapté un peu, quelque chose que je comprends un peu comme cela : « le fou peut bien dormir ou non, le temps passe et passe toujours »
(10) « N’a garde qu’il ait fain ne soi » Comme sa bourse est plein d’argent il ne craint pas d’avoir faim ou soif car il peut y pourvoir
(11)  « Qui aveiz votre senz beü. » M Zink traduit par « vous qui avez noyé votre bon sens dans la boisson ».  Même si litteralement « qui avez votre bon sens bu » pourrait le suggérer, je ne pense pas que l’évèque traite le prêtre d’alcolique, mais plutôt que c’est une expression pour lui signifier qu’il a perdu tout bon sens.
(12) Qui alors n’en menait pas large et ne s’attachait plus à l’argent. « Qui lors n’out pas monoie chiere. »
(13) »Mout avoie en li boen escu ». Intéressant de voir ici la notion de protection de bouclier du verbe original de Rutebeuf,
(14) « A bontei faire li aprist. » Même si elle est surement décevante en tant que chute parce qu’un peu compliquée, je pense vraiment que la traduction : « qui lui apprit à s’amender » est de loin la plus juste parce qu’elle contient le double sens de s’amender : « devenir meilleur » et s’amender: « payer tribu ou payer sa charge », en l’espèce et en espèces, à son évêque. Variantes : « Qui à faire le bien, lui apprit. »  M Zink :  « qui lui apprit à avoir des intentions, à être attentionné » (envers son évêque). J. Dufournet : « l’évêque se réjouit que le prêtre ait péché, car il lui apprit ainsi à faire le bien ». Cette phrase est probablement la plus difficile à traduire de tout le texte parce que la subtilité de Rutebeuf s’y exprime tout entière. On peut la traduire encore par « Qui lui apprit à être bon » ou même « Qui la bonté lui a appris » ou même la charité, sauf à ne pas oublier la charge ironique qu’elle contient de la part de l’auteur. Il n’est en effet ici, pas question du fait que le prêtre soit tout d’un coup devenu bon ou ait développé cette qualité intrinsèque. Puisque visiblement « tout s’achète », l’homme ne changera pas et son système  lui réussit à  l’évidence. Cette preuve de « bonté » doit se comprendre doublement et ironiquement, mais, en l’occurrence, c’est surtout dans le cadre ecclésiastique qu’elle s’exerce car, enfin, c’est envers son église et plus surement envers son évêque (« dispendieux, mondain et endetté », nous dit Jacques E Merceron ), que le prêtre « fait bonté » ou « montre ses attentions ». Sur le fond, et Rutebeuf en joue sûrement aussi ici, il y a une relation hiérarchique et presque organique du prêtre à l’évêque qui induit que si le prêtre se conduit bien il fait « honneur » à son évêque, « il rend hommage à la bonté de son évêque » « il lui fait amende » « il s’amende envers lui » et du même coup envers l’église tout entière. Pour le coup, il semble que ce soit dans la poche de l’évêque que l’argent aille échouer et c’est encore, ici, Rutebeuf, le bon chrétien qui satirise sur les hommes dévoyés que l’argent achète, et sur les hommes cupides qui pensent que tout peut s’acheter, fait auquel, je le déplore un peu, ce texte donne raison avec cynisme, mais s’il ne le faisait pas sans doute serait-il moins drôle. C’est ce monde dont Rutebeuf nous dit peut-être encore, que même les ânes deviennent chrétiens pourvu qu’ils en aient les moyens.
(15) variantes : Que ceux à la bourse bien pleine
(16) variantes :  car son leg paya bel et bien

_________________________________________________________________________

 La version originale de Rutebeuf :
C’est li testament de l’Asne

Qui vuet au siecle a honeur viure
Et la vie de seux ensuyre
Qui beent a avoir chevance
Mout trueve au siecle de nuisance,
Qu’il at mesdizans d’avantage
Qui de ligier li font damage,
Et si est touz plains d’envieux,
Ja n’iert tant biaux ne gracieux.
Se dix en sunt chiez lui assis,
Des mesdizans i avra six
Et d’envieux i avra nuef.
Par derrier nel prisent un oef
Et par devant li font teil feste:
Chacuns l’encline de la teste.
Coument n’avront de lui envie
Cil qui n’amandent de sa vie,
Quant cil l’ont qui sont de sa table,
Qui ne li sont ferm ne metable?

Ce ne puet estre, c’est la voire.
Je le vos di por un prouvoire
Qui avoit une bone esglise,
Si ot toute s’entente mise
A lui chevir et faire avoir:
A ce ot tornei son savoir.
Asseiz ot robes et deniers,
Et de bleif toz plains ces greniers,
Que li prestres savoit bien vendre
Et pour la venduë atendre
De Paques a la Saint Remi.
Et si n’eüst si boen ami
Qui en peüst riens nee traire,
S’om ne li fait a force faire.
Un asne avoit en sa maison,
Mais teil asne ne vit mais hom,
Qui vint ans entiers le servi.
Mais ne sai s’onques tel serf vi.
Li asnes morut de viellesce,
Qui mout aida a la richesce.
Tant tint li prestres son cors chier
C’onques nou laissat acorchier
Et l’enfoÿ ou semetiere:
Ici lairai ceste matiere.

L’evesques ert d’autre maniere,
Que covoiteux ne eschars n’iere,
Mais cortois et bien afaitiez,
Que, c’il fust jai bien deshaitiez
Et veïst preudome venir,
Nuns nel peüst el list tenir:
Compeigne de boens crestiens
Estoit ces droiz fisiciens.
Touz jors estoit plainne sa sale.
Sa maignie n’estoit pas male,
Mais quanque li sires voloit,
Nuns de ces sers ne s’en doloit.
C’il ot mueble, ce fut de dete,
Car qui trop despent, il s’endete.
Un jour, grant compaignie avoit.
Li preudons qui toz bien savoit.
Si parla l’en de ces clers riches
Et des prestres avers et chiches
Qui ne font bontei ne honour
A evesque ne a seignour.
Cil prestres i fut emputeiz
Qui tant fut riches et monteiz.
Ausi bien fut sa vie dite
Con c’il la veïssent escrite,
Et li dona l’en plus d’avoir
Que trois n’em peüssent avoir,
Car hom dit trop plus de la choze
Que hom n’i trueve a la parcloze.
« Ancor at il teil choze faite
Dont granz monoie seroit traite,
S’estoit qui la meïst avant,
Fait cil qui wet servir devant,
Et c’en devroit grant guerredon.
– Et qu’a il fait? dit li preudom.
– Il at pis fait c’un Beduÿn,
Qu’il at son asne Bauduÿn
Mis en la terre beneoite.
– Sa vie soit la maleoite,
Fait l’esvesques, se ce est voirs!
Honiz soit il et ces avoirs!
Gautiers, faites le nos semondre,
Si orrons le prestre respondre
A ce que Robers li mest seure.
Et je di, se Dex me secoure,
Se c’est voirs, j’en avrai l’amende.
– Je vos otroi que l’an me pande
Se ce n’est voirs que j’ai contei.
Si ne vos fist onques bontei. »

Il fut semons. Li prestres vient.
Venuz est, respondre couvient
A son evesque de cest quas,
Dont li prestres doit estre quas.
« Faus desleaux, Deu anemis,
Ou aveiz vos vostre asne mis?
Dist l’esvesques. Mout aveiz fait
A sainte Esglise grant meffait,
Onques mais nuns si grant n’oÿ,
Qui aveiz votre asne enfoÿ
La ou on met gent crestienne.
Par Marie l’Egyptienne,
C’il puet estre choze provee
Ne par la bone gent trovee,
Je vos ferai metre en prison,
C’onques n’oÿ teil mesprison. »
Dist li prestres: « Biax tres dolz sire,
Toute parole se lait dire.
Mais je demant jor de conseil,
Qu’il est droit que je me conseil
De ceste choze, c’il vos plait
(Non pas que je i bee en plait).

– Je wel bien le conseil aiez,
Mais ne me tieng pas apaiez
De ceste choze, c’ele est voire.
– Sire, ce ne fait pas a croire. »
Lors se part li vesques dou prestre,
Qui ne tient pas le fait a feste.
Li prestres ne s’esmaie mie,
Qu’il seit bien qu’il at bone amie:
C’est sa borce, qui ne li faut
Por amende ne por defaut.
Que que foz dort, et termes vient.
Li termes vient, et cil revient.
Vint livres en une corroie,
Touz sés et de bone monoie,
Aporta li prestres o soi.
N’a garde qu’il ait fain ne soi.
Quant l’esvesque le voit venir,
De parleir ne se pot tenir:
« Prestres, consoil aveiz eü,
Qui aveiz votre senz beü.
– Sire, consoil oi ge cens faille,
Mais a consoil n’afiert bataille.
Ne vos en deveiz mervillier,
Qu’a consoil doit on concillier.
Dire vos vueul ma conscience,
Et, c’il i afiert penitance,
Ou soit d’avoir ou soit de cors,
Adons si me corrigiez lors. »

L’evesques si de li s’aprouche
Que parleir i pout bouche a bouche.
Et li prestres lieve la chiere,
Qui lors n’out pas monoie chiere.
Desoz sa chape tint l’argent:
Ne l’ozat montreir pour la gent.
En concillant conta son conte:
« Sire, ci n’afiert plus lonc conte.
Mes asnes at lonc tans vescu,
Mout avoie en li boen escu.
Il m’at servi, et volentiers,
Moult loiaument vint ans entiers.
Se je soie de Dieu assoux,
Chacun an gaaingnoit vint soux,
Tant qu’il at espairgnié vint livres.
Pour ce qu’il soit d’enfers delivres
Les vos laisse en son testament. »
Et dist l’esvesques: « Diex l’ament,
Et si li pardoint ses meffais
Et toz les pechiez qu’il at fais! »

Ensi con vos aveiz oÿ,
Dou riche prestre s’esjoÿ
L’evesques por ce qu’il mesprit:
A bontei faire li aprist.

Rutebués nos dist et enseigne,
Qui deniers porte a sa besoingne
Ne doit douteir mauvais lyens.
Li asnes remest crestiens,
A tant la rime vos en lais,
Qu’il paiat bien et bel son lais.

Explicit.

__________________________________________________________________________Références bibliographiques

Œuvres complètes de Rutebeuf, trouvère du XIIIe siècle, recueillies et mises au jour pour la première fois par Achille Jubinal. Nouvelle édition, revue et corrigée, Paris, Daffis, 1874-1875

Rutebeuf, Oeuvres complètes, Michel Zink

Fabliaux ou contes, fables et romans du XIIe et du XIIIe, Jean-Baptiste Legrand d’Aussy

Bonteï et Amende dans le testament de l’âne de Jacques E Merceron, professeur de littérature médiévales aux Etats-Unis

Situation de l’Histoire médiévale, Alain Guerreau

__________________________________________________________________________Articles déjà parus sur moyenagepassion à propos de Rutebeuf :

Lectures audios : « la pauvreté Rutebeuf » en Vieux français et en Français moderne.

La pauvreté Rutebeuf ou les misères d’un grand poète  contées au Roi Saint-Louis

« Pauvre Ruteboeuf », la complainte du trouvère et poéte médiéval Ruteboeuf, par Léo Ferré

__________________________________________________________________________

En vous souhaitant une très belle journée.
Frédéric EFFE
moyenagepassion.com
« A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes »

 

Histoire de châteaux-forts & techniques de siège médiévales 2

histoire_chateaux_forts_mottes_castrales_monde_medieval

Index des autres articles sur le sujet:
1. Naissance des châteaux-forts
2. Du bois vers la pierre
3. Mottes, forteresses de bois et techniques de siège
4. L’âge d’or des châteaux-forts
5L’automne des châteaux-forts

2. DU BOIS VERS LA PIERRE

D_lettrine_moyen_age_passionans notre premier article sur la naissance des châteaux-forts (ou sur le point de départ dans le temps qu’on définit comme tel), nous suivions sagement l’architecte du XIXe siècle Eugène Viollet le Duc. Il  nous y décrivait le contexte précédent le Xe siècle, l’émergence des premières mottes castrales et les balbutiements d’une féodalité en gestation. Pour aborder le siècle suivant autant que pour élargir un peu nos vues, il est désormais grand temps de nous adjoindre les découvertes du XXe siècle.

Nous parlerons donc ici d’Architecture médiévale, bien sûr, mais aussi d’archéologie médiévale puisque c’est à la lumière de cette dernière et d’éminents spécialistes de la discipline que nous examinerons la période médiévale qui succède à l’apparition des premières mottes de terre et de bois, période que l’on considère encore souvent comme une période de « transition » vers les châteaux-forts de pierre. Le mot « transition » est mis entre guillemets ici parce nous en profiterons pour revenir sur la vision un peu simpliste et linéaire que nous livre ou que nous a livré, par le passé, une certaine chronologie de l’Histoire des châteaux. Après nous être efforcé de redessiner les contours du paysage « fortifié » de cette période du XIe au XIIe et sa grande variété, nous parlerons encore de féodalité pour tenter de mieux comprendre ce contexte du XIe siècle qui voit se multiplier les châteaux de manière telle que l’on a parlé de « maillage » du territoire.

Mottes, châteaux et forteresses,
à la lumière de l’architecture médiévale

Reconstitution d'une motte castrale avec l'appui de l'archéologie, Terra Maris Museum, Hollande
Reconstitution d’une motte castrale avec l’appui de l’archéologie, Terra Maris Museum, Hollande

A_lettrine_moyen_age_passionvant même de parler « d’évolution »‘ ou d’émergence du château-fort par la motte castrale, il nous revenir sur quelques éléments vus en introduction. Pour autant que de manière « conventionnelle » (ou « réthorique » si l’on préfère), il est intéressant d’avoir un point de départ en Histoire, il ne faudrait pas non plus perdre de vue la situation réelle sur le terrain. A la lumière de découvertes faites au XXe siècle, la réalité des faits est, en effet, un peu plus complexe que ce que nous en contait Viollet le Duc dans notre article précédent; au delà du contexte historique et idéologique dans lequel notre architecte s’inscrivait, au moment de rédiger son dictionnaire raisonné d’architecture,  il avait, de fait, moins de données archéologiques à sa disposition que nous en avons aujourd’hui.

C’est ce même souci de réalisme qui animait un nombre important d’éminents spécialistes et érudits du CNRS dans le courants des années 1980. Ces derniers se réunissaient, en effet, à Caen, sous l’égide de Michel de Boüard, historien et archéologue (portrait ci-contre), à l’occasion d’un grand colloque, avec l’idée d’y faire état de leurs questions autant que de leurs réponses sur les mottes et les châteaux du moyen-âge, en vue de s’entendre sur des définitions communes dans cette jeune discipline qui était alors la leur: l’archéologie médiévale. Ces chercheurs faisaient ressortir plusieurs constats d’importance de cette réunion que nous croisons, ici, avec un nombre varié de sources plus récentes. Que ceux qui se sont attachés à notre guide de l’article précédent se rassurent, nous n’oublierons pas, au passage Eugène Viollet Le Duc; nous nous en voudrions de le semer brutalement en route, d’autant que comme nous le verrons, sur certains points, il n’est pas si aisé que cela à distancer.

Histoire des châteaux-forts : le deuil d’une chronologie simplifiée et simpliste

Motte de Rittersdorf. Kanzach, Allemagne, Réconstitution d'une motte du XIIIe siècle
Motte de Rittersdorf. Kanzach, Allemagne, Réconstitution d’une motte du XIIIe siècle

I_lettrine_moyen_age_passion copial faut bien comprendre qu’en Histoire, certaines observations « tendancielles » « tendent » quelquefois à se figer en « vérités » immuables. Ce phénomène s’explique sans doute par le fait que c’est une discipline qu’on prétend enseigner à tous et dès le plus jeune âge, ce qui n’est pas le cas des autres sciences humaines. Concernant cette pierre d’achoppement de l’Histoire, il y a, sans doute aussi, des raisons plus profondes liées à l’instrumentalisation que l’on peut faire du passé que cela soit en idéologie ou en politique, ou même quelquefois simplement le fait que les théories doivent s’échafauder sur des vides documentaires relatifs. On pourra encore ajouter que l’histoire médiévale a longtemps hérité de ses pères du XIXe dont les tendances théoriques allaient à l’évolutionnisme, dans une Histoire qui restait une « affaire nationale », pour ne pas dire « nationaliste »(*).

Quelles qu’en soient les raisons, cette façon de figer les choses, en les « vulgarisant », est bien commode pour qui veut fixer « à peu près » une version digeste (et erronée) des réalités passées, mais il faut aussi savoir s’en défier. Quand nous approchons l’histoire médiévale et le moyen-âge, nous ne cherchons pas à apprendre une leçon en vue d’un examen, ni à former des idéaux simplistes, nous cherchons à comprendre vraiment la situation. Les réalités des sociétés humaines, qu’elles soient passées ou présentes, sont toujours immensément complexes et comme toutes les sciences humaines qui ont la prétention de les approcher peuvent doutent, il nous plait de considérer que l’Histoire puisse le faire aussi, sauf à se déconsidérer, elle-même, comme discipline sérieuse et scientifique. Pour le dire de manière plus légère, il y a un moment où il faut fermer les vieux manuels d’histoire qui traitent de la période du moyen-âge, la plupart du temps, en une page et demi; c’est ce même moment où l’Histoire « racontée aux enfants » doit topaze_histoire_medievale_chronologie_chateaux_forts_mottes_castrales_moyen-age céder le pas sur l’Histoire au plus proche des faits. A la lumière des traces comme des vides laissés, elle  doit alors se livrer dans sa complexité, avec ses limites et ses tâtonnements. Et pour chercher cette Histoire là, la meilleure solution restera toujours d’aller au coeur des laboratoires et de remonter à ses chercheurs. (ci-joint un clin d’oeil au maître d’école de Pagnol, « Topaze », immortalisé par Fernandel)

Concernant l’évolution des châteaux-forts, on a souvent tendance à nous la présenter de manière très rigide et linéaire. Je dit « on a » et non pas « on avait » parce que le deuil de cette chronologie n’est pas encore fait; c’est cette même version raccourcie que vous trouverez encore souvent reprise, ici ou là, pour « résumer » (expédier?) l’histoire des châteaux-forts.

Xe siècle : Apparition des mottes castrales et des premiers châteaux à mottes. Enceinte et palissade de bois ( basse-cour ) butte au centre surélevée sur laquelle trône une tour de bois ( donjon ), rampe d’accès à cette même tour, bordée également quelquefois de sa propre palissade.

XIe siècle : Remplacement progressif du bois vers la pierre du donjon puis de l’enceinte dans ces mêmes mottes.

XIIe siècle : apparition des châteaux de pierre. Architecture philippienne. Apparition du château-fort carré, tours flanquées, courtines, chemins de ronde, donjon toujours au centre.

N’allons pas, pour l’instant, au delà du XIIe siècle pour rester sur la période qui nous intéresse aujourd’hui dans cet article. Voilà une chronologie simple, ou qui l’était pendant un temps, et dont on se contentait. En somme, tout était partie des mottes ayant évolué. Tout le monde peut retenir cette version; elle est en partie vraie mais elle ne reflète pas les choses qui sont loin d’être aussi figées sur le terrain.

A. Les Mottes castrales en question

Datation et disparition :
la question des mottes tardives

motte_castrale_chateaux_fort_de_bois_allemagne_reconstitution_histoire_moyen-age
Une Motte castrale reconstituée dans le, parc historique de Bärnau-Tachov, Allemagne

L_lettrine_moyen_age_passione premier constat sur lequel nous devons nous attarder concerne la datation des mottes castrales et notamment la datation de leur disparition. Sur l’apparition, même si les données restent maigres pour ne pas dire qu’elles ne tiennent qu’à un fil, on s’entend encore avec Viollet le Duc, sur le fait qu’elles sont apparues dans les dernières décennies du Xe siècle. En revanche, concernant leur disparition, les choses sont un peu plus élastiques, comme le confirme le  préambule du colloque de Caen sur ce sujet:

« La date à laquelle, dans telle ou telle région, l’on cesse de construire des mottes est souvent en relation avec la date où l’on avait commencé d’en édifier. Dans le nord-ouest de la France, ou en Angleterre, on n’en construit plus guère après la fin, voire après le troisième quart du XIIe siècle. Dans le sud-ouest, au contraire, où la motte est apparue plus tard, nous savons qu’il en fut élevé encore dans le second quart du XIIIsiècle, voire au XIVe. Mais il est certain que partout des mottes continuèrent d’être occupées longtemps après que l’on eut cessé d’en construire, surtout lorsque l’on avait installé sur la motte une tour de pierre. »
Michel de Boüard, Archéologie médiévale – Colloque de Caen.

La réalité de terrain fait donc état d’un décalage de près de quatre siècles dans l’apparition des mottes castrales, sur le seul sol français, (XIIIe, XIVe!) soit de 300 à 400 ans pour que l’innovation se propage du nord vers le sud de la France. Nous parlons d’une construction qui ne nécessite pas des trésors d’ingénierie et d’expertise. Même si l’architecture défensive médiévale connaîtra encore quelques progrès après le XIIIe siècle, c’est tout de même le moment où la technologie des châteaux forts est réputée être à son apogée et où, supposément , les armées se sont structurées et, du même coup, on s’est réapproprié les techniques de siège les plus sophistiquées! Que viennent faire au milieu de tout cela des mottes castrales de terre et de bois? histoire_chateaux_fort_mottes_castrale_monde_medievalLa disparité des situations sur l’ensemble du territoire impose, à l’évidence, un sérieux glissement à l’ensemble de la chronologie de départ. Au delà de ce glissement évident, cette disparition tardive soulève tout de même quelques remarques et appelle quelques questions. (ci- contre un garde de la motte du parc médiéval allemand  de Bärnau- Tachov. Qui s’y frotte s’y pique!).

Du « brouillon passager » de château-fort
au standard défensif

Réconstitution d’une motte castrale à Saint Sylvain d’Anjou, France

L_lettrine_moyen_age_passiona première des remarques est que plus qu’un simple objet « innovant », un brouillon de château-fort des origines,  la motte castrale semble, indéniablement, s’être imposée comme un « standard » défensif qui a duré dans le temps. Au fond, elle est devenue pendant près de 400 ans, la construction reconnue ou « réputée » comme la plus efficace  afin d’assurer sa défense minimum contre des petits exercices militaires (voisins ou invasions légères), pour une certaine classe de seigneurs ou une certaine aristocratie. Indéniablement encore, la rapidité de sa construction et la disponibilité des ressources de l’environnement ont joué en sa faveur. Que l’on soit riche aristocrate, seigneur peu nanti et petit propriétaire terrien, elle semble être, en effet, devenue cette fortification que l’on va pouvoir construire rapidement, face à une urgence et/ou en l’absence de grands moyens. Je dis « elle semble » motte_castrale_histoire_medievale_chateau_fort_moyen-ageparce que je voudrais éviter de répéter deux fois les erreurs déjà faites en la dépouillant de sa complexité pour en faire d’un objet temporel et « évanescent » dans une séquence chronologique, autrement dit, un simple objet factuel au bas de l’échelle des châteaux. Cela procéderait, au fond,  du même raisonnement expéditif et la complexité des représentations culturelles et symboliques attachées à chaque société, présente ou passée enjoint à la prudence dans l’exercice de la théorisation. Au fond, nous ne savons pas grand chose de toute la charge symbolique de la motte castrale dans son monde médiéval, nous ne pouvons qu’essayer de la deviner  ou la « déduire » entre les lignes. Une chose est certaine, cette construction ne peut plus être vue simplement comme une forme de fortification passagère, bien vite dépassée dans  le temps et bien vite oubliée puisqu’elle a perduré. (ci dessus photo presque surréaliste d’une motte castrale reconstituée en plein milieu du paysage urbain, Musée de Herne, Allemagne). 

De l’objet factuel à l’objet symbolique

C_lettrine_moyen_age_passiononcernant cette apparition tardive des mottes castrales sur certains territoires, la propagation d’une innovation n’est pas aussi rapide que celle que l’on connait à notre ère de grand consumérisme me direz-vous? En réalité, les mottes ont, à partir de leur localisation d’origine (entre la Loire et le Rhin), essaimé dans une grande partie de l’Europe, les voies de communication ne semblent donc pas en cause; en plus de cela, nous parlons en plus de trois siècles d’écart, pas de quelques années. Leur propagation est-elle seulement la marque de conflits qui s’étendent vers d’autres zones? Au fond, aux mêmes périodes, les seigneurs et les aristocrates ne vivent pas tous dans des châteaux de pierre, ni des mottes loin s’en faut. Certains vivent aussi derrière de simples enceintes ou dans des « maisons fortes » et n’ont pas attendus d’avoir une motte castrale pour s’y loger. Ne serait-il pas moins fastidieux alors de fortifier une construction existante plutôt que de réunir tant de bras pour élever une motte (ou plusieurs) au milieu de ses terres? Qu’exprime-t’elle, cette motte, d’un pouvoir et de ses intentions à l’attention de son environnement immédiat? Dans cette féodalité qui se structure et consacre le pouvoir des petits seigneurs sur leurs terres et « leurs gens », ne la construit-on vraiment que pour régler des conflits réels avec des seigneuries ennemies ou faire face à des envahisseurs potentiels? En élevant sa demeure si haut qu’elle puisse être vue de si loin, ne veut-on aussi marquer « visuellement » et « dominer » de sa présence et son autorité un territoire auprès de ceux qui pourraient le convoiter, autant qu’auprès de  ceux  qui l’occupent et le cultivent? Ah! Si je n’avais pas, depuis longtemps déjà, nourri quelques réserves  à l’égard de la nature scientifique des grandes théories freudiennes,  je pourrais même être tenté de m’essayer à quelques digressions psychanalytiques mais comme elles n’épuiseraient pas, de toute façon, notre sujet, qu’il nous suffise d’évoquer, d’un mot, ces « grivoiseries » autrichiennes et d’en faire une vignette clin d’oeil pour les adeptes du père fondateur de la discipline.

Q_lettrine_moyen_age_passionuoiqu’il en soit, il est assez frappant de voir, à travers la multiplication de ces constructions dans l’espace et dans le temps, ce qu’elles nous disent aussi d’un certain contexte politique et social. Ce monde féodal est en guerre, mais sans doute plus seulement et uniquement contre des envahisseurs à compter du XIe siècle. Au delà des tensions de terrain et des pillages, c’est une lutte entre vassaux, mais aussi une guerre symbolique pour la conquête du pouvoir sur les terres, une guerre de signes et de positionnement. Songez qu’on parle de Seigneurs ayant fait construire pour eux-seuls jusqu’à cinq mottes, il s’agit donc vraiment d’un maillage du territoire mais aussi d’une manifestation ostentatoire de pouvoir sur les paysages et l’environnement. Dans ce fourmillement, il faut voir aussi, certainement, l’éclatement progressif du pouvoir du haut vers le bas, et peut-être  une volonté d’y accéder ou d’en être partie-prenant par tout un tas de petits aristocrates ou propriétaires terriens qui se positionnent ainsi sur leurs terres pour les marquer de leur sceau, auprès des seigneuries voisines, tout autant qu’auprès des paysans et des gens qui les occupent déjà. Sur ce sujet, il faut lire ou relire l’article de Michel Bur « vers l’an mil, la motte castrale, instrument de révolution ».

Reconstitution d'une motte castrale et sa basse-cour, Allemagne.
Reconstitution d’une motte castrale et sa basse-cour, Allemagne.

De l’objet-pouvoir  à la mimétique de « Classe »

« Un château de peu de moyens certes!, mais un château tout de même! »

A_lettrine_moyen_age_passionvec le temps, en plus de s’imposer de manière simplement factuelle, cette construction dans laquelle Viollet le Duc ne voyait qu’un moyen de défense bâtie à la hâte, une sorte de « brouillon » de château,  est certainement devenue  aussi le signe et le symbole de quelque chose de plus qu’il est sans doute difficile de mesurer dans toute son ampleur. Cette motte castrale fait corps avec la symbolique de ce monde féodal qui se structure: forme de défense effective contre de petits exercices ou des invasions légères cela est indéniable, marque ostentatoire de pouvoir sur son environnement par son détenteur, cela est certain, mais surement est-elle encore, une marque de prestige, de rattachement, de référence, d’appartenance de classe, qui inscrit le seigneur qui la construit dans une certaine histoire,  une forme de tradition ou encore d’élitisme « de classe ». En plus de la simple efficacité défensive ou de la main mise sur un territoire, il semble qu’il puisse y avoir, aussi, dans ces constructions qui perdurent au delà d’une « certaine marche du progrès », une marque de l’accession à un univers symbolique de classe, un symbole fort qu’une simple maison fortifiée ou une enceinte ne peut suffire à démontrer. Dit autrement, la motte, signe/langage d’un pouvoir féodal qui se codifie et d’une prise de pouvoir reconstitution_motte_castrale_holland_charpente_histoire_medievale_chateau_fortaristocratique sur les terres, a d’une certaine manière, « démocratisé » en le rendant accessible à peu de frais, le symbole de l’ascension vers une classe aristocratique dirigeante pour tout un tas de petits aristocrates et petits seigneurs? (ci-contre, motte castrale de Terra Maris, charpente et construction, Hollande ).

Nous n’avons pas bien sûr, ici, la prétention de répondre à toutes ces questions, mais les soulever permet de montrer l’intérêt de dépasser le simple objet factuel et chronologique, pour considérer cette motte castrale comme un objet à la fois symbolique, sociologique et anthropologique.  Du reste, la définition que donne Philippe Durand de la  « Castellologie » – cette discpline qui étudie les châteaux et l’architecture fortifiée – recoupe tout à fait cette approche symbolique de la motte castrale sur laquelle nous venons d’insister:

« La castellologie définit le château comme un édifice aristocratique répondant à trois fonctions : défense, résidence et symbolisme. Elle en considère les différents types : le château à proprement parler, le petit château (construction de la moyenne aristocratie qui imite les édifices des grands seigneurs), la maison forte (édifice qui se compose d’un seul élément architectural) et les autres résidences aristocratiques. »
Philippe Durand Castellologie Architecture, Universalis

De l’objet  chronologique à l’objet d’étude complexe: apprehender le monde médiéval.

A_lettrine_moyen_age_passionu delà de l’évidence, que l’on ne peut réduire la motte castrale à « une simple étape du Xe siècle dans l’histoire des châteaux sur un territoire affecté de manière égale par les agressions », on ne peut, d’avantage, réduire ces premières forteresses à un  « objet factuel à l’efficacité reconnue » parce qu’au fond les objets ne sont jamais uniquement de simples « choses » comprises dans des suites d’innovations ou des séquences temporelles. Ils sont aussi, chacun à leur manière, intriqués dans leur monde, attachés à des usages, à des systèmes de références, à des logiques de classes et à des charges symboliques complexes que la seule notion de « prestige » ne peut suffire à totalement résumer.

Vestiges d'une motte castrale du XIIe siècle, Flandre, Belgique, Evergem
Vestiges d’une motte castrale du XIIe siècle, Flandre, Belgique, Evergem

Comment retraduire aujourd’hui véritablement toute cette complexité? Quoi retenir ou écarter? Quels sont les critères? Nos historiens  et nos archéologues médiévistes se battent encore avec la sémantique et les définitions données aux mots de l’époque médiévale pour en percer le sens véritable. Dans un registre plus terre à terre mais qui pose, pourtant, autant de problèmes de méthodes, il leur faut encore comme ils le soulignent si souvent eux-même – y compris dans les lignes de ce colloque de Caen – recouper les affirmations des chroniqueurs de l’époque à l’aide d’autres sources plus officielles parce qu’il n’est pas rare que ces derniers enjolivent les faits quand il ne les inventent pas tout simplement! Pour actualiser un peu nos données, je vais ajouter encore qu’au moment du colloque, pratiquement aucune politique de fouilles archéologiques systématiques n’avait été décidée sur les mottes castrales. Il semble que depuis, quelques études de terrain aient fort heureusement vu le jour, mais songez, tout ce qu’on savait alors pratiquement des mottes, en dehors de quelques fouilles, ne résidait que dans quelques documents écrits et dans quelques tapisseries d’époque (voir ci-dessous « l’incontournable » tapisserie de Bayeux au sujet des mottes castrales). O frustration légitime du scientifique et de l’archéologue qui sait qu’il a devant lui autant de livres ouverts qui ne demandent qu’à être lus mais qui requièrent pour que l’on en tourne les pages quelques crédits et quelques volontés officiels. Mais aussi combien de lignes écrites sur un objet qu’on connaissait finalement si peu. (1)

La très incontournable tapisserie de Bayeux au sujet des mottes castrales.
La très incontournable tapisserie de Bayeux au sujet des mottes castrales.

E_lettrine_moyen_age_passionn un mot, pour en conclure, toutes ces découvertes concrètes viennent nuancer les chronologies expéditives et erronées, autant qu’elles nous obligent à revisiter l’idée simple et linéaire d’une motte castrale des origines, « esquisse » dans le meilleur des cas, « brouillon » dans le pire, des premiers châteaux-forts. Nous pouvons, à travers cela, toucher un peu du doigt les limites d’une certaine histoire évolutionniste, comme les limites des simplifications excessives de la réalité du terrain à la théorisation, puis à sa vulgarisation, qu’elle soit  au service de la pédagogie ou de l’idéologie, les deux n’étant pas exclusifs; il reste difficile, en tout état de cause, de mesurer l’importance de ce que l’Histoire qu’on nous sert écarte des « vérités » tendancielles quand elle s’essaye à l’exercice de la chronologie comme de la synthèse, pour sortir de ses laboratoires vers le grand public. Quelquefois, il peut s’agir de choses bien plus subtiles qu’il n’y parait et qui peuvent être aussi hors de portée de l’historien lui-même, parce que son travail est complexe mais aussi parce son monde n’est pas le monde des représentations, des symboles et des mots qu’il cherche à étudier. Pour naviguer dans cette complexité autant que dans les vides laissés, il n’est pas rare que les outils lui manquent et l’apport des disciplines connexes ne devrait jamais être un luxe pour lui, mais c’est une leçon qu’il a tiré depuis. 

Sur la partie critique des outils, des conceptions et de l’instrumentalisation de l’Histoire, Il faut lire  quelques excellents écrits de l’Historien Alain Guerreau à commencer par celui-ci, daté de 2008 : Situation de l’Histoire médiévale.  Sur la partie très concrète de la difficulté des datations et dans un effort louable pour dépasser les polémiques, vous pouvez utilement consulter l’article de Laure Leroux daté de 2013: Du monument à son histoire : aperçu méthodologique des études castrales en France.

ENTRACTE! Vidéo de la Motte castrale de  Holstein, Allemagne.

Retour sur la définition de mottes castrales
par l’archéologie médiévale

« Il y a tant de mottes qu’on ne peut les conter »
Contre-pétrie  « cyclopédique ». (pas de quoi y passer la journée)

D_lettrine_moyen_age_passionans le même état d’esprit, à la lumière de cette archéologie médiévale qui débordait déjà de ses frontières pour s’élargir à l’Europe, nos experts de Caen se penchaient encore sur la notion même de mottes castrales pour tenter d’en définir les contours. La construction, typiquement marquée du sceau des francs, en aurait-elle pris un coup? Il semblerait que non. Les théories venues tenter de faire des mottes une innovation purement Viking, en contradiction avec ce que nous apprenait notre architecte Viollet le Duc, n’ont pas été retenues. Aucune trace de mottes n’a été retrouvée pour l’instant dans les pays du nord dont ils étaient originaires. Concernant la propagation des mottes castrales dans le courant de ces XI, XIIe, voir XIIIe siècle, elles se retrouvent un peu partout sur ce vaste territoire européen à l’exclusion toutefois de quelques pays qui ne semblent pas les avoir érigées : Norvège, Suède, Péninsule ibérique. On émet aussi l’hypothèse que ces innovations aient pu émerger de manière simultanée dans tous ces pays, sans pouvoir l’établir de manière certaine et, du coup, on retient plutôt l’idée d’une propagation.

En fonction des régions, même si le même « standard » semble revenir (les photos de cet article de mottes castrales « reconstituées » à travers l’Europe, sont là pour en faire la démonstration). On fait tout de même face à une profusion de constructions : avec ou sans basse-cour, avec ou sans donjon, mottes doubles, mottes contemporaines des mottes castrales mais ayant d’autres vocations (agricoles, défensives uniquement, etc). En remontant le cours du temps, on trouve encore des tertres élevés depuis la préhistoire. Au secours! A moi les définitions! Qu’est-ce donc qu’une motte castrale pour l’archéologie médiévale?

Motte Castrale de Brion, Puy de dome et apport de la photographie aérienne sur la détection des vestiges.
Motte Castrale de Brion, Puy de dome et apport de la photographie aérienne sur la détection des vestiges.

A_lettrine_moyen_age_passionu final, on semble tout de même prêt à s’entendre pour border le sujet et classifier les mottes, de façon à garder bien intacte la catégorie de mottes castrales, même si, on le sent bien à la lecture des minutes de ce colloque de Caen, la définition garde encore une touche de polémique chez les archéologues médiévaux d’alors, les disparités régionales et trans-nationales venant ajouter à la complexité. Pour être dignement castrale, la motte devra donc :

1. être « partiellement ou totalement » élevée de manière artificielle.

2. être dotée d’une résidence seigneuriale  qui peut, ou non, prendre la forme d’un donjon (quoique) et se tenir ou non sur la motte. Quelquefois une simple tour de défense est sur la motte et la résidence du seigneur se trouve alors dans la basse-cour.

3.
être dotée d’une basse cour à l’enceinte fortifiée? Cela ne semble pas un critère pouvant être systématisé au vue des observations régionales.

4.
être dotée d’une double fonction militaire et résidentielle pour le seigneur qui l’occupe. Elle ne peut être une simple installation militaire ou qu’un fortin bordant une frontière. Sur le dernier point, certains archéologues de ce colloque fondateur semblent  tenter d’élargir ce critère à certains mottes qui n’ont de vocation que militaires. Le faire bien sûr rendrait notre point 2. caduque, mais plus loin la fonction du château typiquement « défensif et résidentiel » serait définitivement mise à mal, autant d’ailleurs que l’opposition formelle entre Castrum romain et château de Viollet le Duc. Dans ce dernier cas, une seule catégorie de motte entrerait donc encore dans la théorie « conventionnelle » de l’histoire des châteaux-forts.

Naissance d’une discipline médiévale

O_lettrine_moyen_age_passionn le voit, même si cette architecture médiévale ne remettait pas tout en cause, une certaine vision était à revisiter avec cette nouvelle échelle d’observation et au fil de cette nouvelle discipline, elle-même alors en construction. Et la tâche se montrait déjà ardue car à peine s’affirmait-elle, que la voilà qui se morcelait déjà en régionalisme; il faut passer par la complexité pour aller vers les synthèses les plus justes. On demandait alors des études systématiques à la hauteur des ambitions et il est vrai que pour répondre à ces voeux, il semble que les études de terrain se soient multipliées à défaut de s’être systématisées dans les années suivantes. Ont-elle suffi ou suffiront-elles pour autant, à combler certain vides que l’analyse des sources documentaires et des écrits, plus du ressort de l’historien pouvaient en partie combler? Les historiens semblaient alors en douter plus que les archéologues eux-même. Pourtant, la volonté de l’archéologie médiévale était claire et affichée : naître comme une discipline à part et s’affranchir en partie de l’Histoire; avant que de théoriser ou spéculer, il fallait attendre que le terrain livre sa vérité. De l’émergence de cette archéologie médiévale est née d’ailleurs, une forme de schisme entre historiens et archéologues dont il n’est pas totalement certain qu’il soit, à ce jour, résorbé puisque les deux disciplines continuent de coexister. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces problématiques, vous pouvez vous référer très utilement au colloque de Caen en 1980 à propos des mottes castrales et des châteaux à donjon. Pour faire un point sur l’archéologie médiévale récente, sur ses apports comme sur ses difficultés vous pouvez aussi consulter utilement l’article suivant de Jean Chapelot: Retour critique sur l’évolution de l’archéologie médiévale depuis dix ans.  Revenons pour ce qui nous concerne à nos moutons!

B. Du bois vers la pierre :

Evolution hétérogène des matériaux

enceintes_fortifiees_medieval_histoire_chateaux-forts_forteresses_an_mil
An mil, reconstitution de l’habitat fortifié de Colletière, Lac de Paladru, site archéologique d’exception. Infographie de J. Martel. http://www.isere-patrimoine.fr/2924-les-fouilles-de-charavines.htm

R_lettrine_moyen_age_passioneprenons donc notre l’histoire des châteaux en repartant de la version un peu simpliste des événements pour mieux la nuancer. Du Xe au XIe siècle, l’évolution consistera, principalement, à voir se généraliser l’usage de la pierre dans la construction des forteresses et des donjons. Le donjon de bois de la motte castrale sera peu à peu remplacé par un donjon de pierre. Nul doute que dans les pays où elle abonde, on s’en était déjà servi pour construire les premières fortifications mais, pour le coup, devant le peu de résistance qu’offre le bois comme matériau, la nécessité se fait jour d’employer la pierre de manière plus systématique, quand on en a la disponibilité et les moyens. Les choses varient encore selon que la forteresse bénéficie ou non d’une protection naturelle par son site même : éperon rocheux, inaccessibilité du terrain contre plaine, présence de l’eau et de douves contre fossés secs ou même simplement selon qu’elle se trouve éloignée ou non des zones de tension. En plus de tout cela, il y a encore nécessairement des variations régionales, dans l’utilisation des matériaux ou les « standards ».

Concernant cette version du  remplacement du bois vers la pierre dans le courant du XIe siècle, je fais appel, cette fois,  à un exemple parmi tant d’autres, celui du Jura, pour qu’on comprenne bien qu’il en va de cette affirmation « commune » comme de la précédente.

« La transition ou le passage entre la motte féodale et le château de pierre s’effectue cependant de manière différente selon les sites, c’est du moins ce qu’indique les sources archivistiques. Si la plupart d’entre elles cesse d’être mentionnée dès la fin du XIIIe siècle et plus volontiers dans le courant du XIVe siècle, plusieurs signalements de « motte foussoyée » sont rencontrés à la fin du XVIe siècle. Ces chronologies permettent ainsi d’envisager une certaine persistance des mottes dans la plaine doloise, avant leur remplacement par les constructions en pierre. Cette adéquation entre abandon de la motte et construction en pierre semble donc s’opérer sur près de deux siècles. »
Le château et la seigneurie dans le Jura Xe -XVe siècle,
Serge David, J-Luc Mordefroid, Musée Archéologique du Jura,

Encore une nuance apportée par les régions à la fois sur les mottes, mais aussi sur la transition du bois vers la pierre, et, cette fois-ci, notre chronologie glisse jusqu’au XVIe siècle. Bref, il semble que nous ayons compris l’idée. Pour autant qu’elle soit séduisante, une chronologie  simple ne sied pas à l’évolution des châteaux. Ci-contre, à gauche, mottes_catrales_tardives_histoire_chateau_fort_jurala carte du Jura et des mottes à cette période, tirée du dossier susnommé consultable ici. Au passage, vous noterez l’extrême profusion de ces installations, notamment en plaine. C’est une véritable fourmillement.

Outre ce remplacement du bois vers la pierre qui est loin d’être aussi systématique et général, dans le courant du XIe siècle, il ne faut pas, non plus, perdre de vue la très grande hétérogénéité des constructions  et c’est une autre idée sur laquelle il faut aussi insister. Cela relève de l’évidence, mais tous les seigneurs ne se tiennent pas à l’époque qui nous intéresse dans des mottes castrales. Les moyens de se défendre et de se fortifier sont en effet multiples et l’Histoire des châteaux-forts ne recouvre donc pas totalement l’Histoire des résidences des aristocrates, propriétaires terriens, ou seigneurs médiévaux mais bien plutôt, l’Histoire d’une certaine aristocratie ou de certaines seigneuries, sans nul doute les plus aisées et les plus puissantes. La motte castrale gomme en quelque sorte les différences mais plus on ira vers la pierre, plus cette vérité se confirmera. Quelles sont donc ces autres constructions à prendre en compte pour avoir une vue d’ensemble du paysage fortifié de cette France, autour du XIe siècle?

Enceintes de pierre, Enceintes castrales et Donjons de pierre sans motte

Ile Saint-Honorat, Provence. Ancien Monastére Fortifie à partir du XIe siècle
Ile Saint-Honorat, Provence. Ancien Monastére Fortifie à partir du XIe siècle

P_lettrine_moyen_age_passion copiaalissade et/ou élévation, moyens  employés traditionnellement par les hommes pour se défendre de leurs congénères? Assurément, nous le disions en introduction de cette série d’articles. Depuis le début du XXe siècle,  on a, de fait, retrouvé un grand nombre de traces d’enceintes dans toute l’Europe et jusqu’aux plaines de Russie. Certaines d’entre elles ont hébergé des villes ou des villages, d’autres de petites communautés, d’autres encore des seigneurs.

Quelquefois donc, les seigneurs se protègent simplement derrière une enceinte et ne construisent ni donjon, ni motte. Les éléments fonctionnels de leur résidence sont alors dispersés dans l’enceinte. Dans certains cas, un château a bien été construit mais il l’a été postérieurement à l’occupation effective de l’enceinte. Au même titre que la notion de mottes castrales, on parle « d’enceintes castrales » pour désigner ce type d’enceinte particulière, et on est bien tenté d’ailleurs de les faire entrer aussi dans la catégorie des ancêtres du château, même si elles ne sont pas des mottes à donjons ou des donjons à mottes, bref des mottes castrales. Les découvertes de l’archéologie moderne distancent encore quelque peu ici l’architecte qui nous servait de guide lors de l’article précédent en donnant de l’élasticité aux définitions. Dans d’autres cas de figure, comme on l’avait vu avec Viollet le Duc, c’est une motte castrale sur laquelle on trouve un donjon et on en fait alors chateaux-forts_mottes_castrales_donjons_histoire_monde_medieval« l’ancêtre du château-fort à donjon », mais elle n’a pas toujours de basse-cour ni d’enceinte autour. Dans d’autres cas, encore, il y a motte, il y a seigneur, mais point de donjon sur la motte, quelquefois c’est une simple tour de défense qui domine l’installation. De la même façon, on connaît aussi et déjà au Xe et XIe siècle l’existence de donjons de pierre isolés, contemporains des mottes castrales mais sans motte. (ci-contre donjon de Loches, XIe siècle)

« Tour fortifiée résidentielle, le donjon est une création du Xe siècle finissant, surtout sous sa forme la plus originale, la motte surmontée d’une demeure en bois. Il en existe une autre version, sinon plus spectaculaire, du moins mieux conservée, le grand donjon résidentiel en pierre »
Château-fort, Article de Michel BUR sur Universalis.

Autre château-fort de pierre bâti au XIIe, XIIIe supposément, sur une motte castrale normande du XIIe,
Restormel Castle, Angleterre : château-fort de pierre rebâti au XIIe, XIIIe, (supposément) sur une motte castrale normande du XIIe. Ses fondations sont enfouies dans la butte.

L_lettrine_moyen_age_passione donjon, résidence défensive du Seigneur par excellence, élevé ou non sur une butte et ceint ou non d’une muraille, semble, par contre, rencontrer un succès certain au fur et à mesure que l’architecture médiévale se standardise. Pour rester proche de la terminologie d’usage, il faudrait remarquer avec Jean Mesqui, qu’on le dénomme alors « Grande Tour » ou « Tour maîtresse »; l’appellation de Donjon est en effet tardive et ce terme désignait, au Moyen Âge, la partie du château qui forme le siège du pouvoir féodal et non pas ce que nous nommons « donjon » depuis seulement quelques siècles. Quoiqu’il en soit, on retrouvera cette grande tour de pierre, encore construite de manière isolée, dans les siècles suivants, atteignant quelquefois des hauteurs spectaculaires, et il n’intégrera pas forcément un château. De plus en plus souvent, sans toutefois que cela soit systématique, les châteaux eux l’intégreront dans leur cour et les mottes qui en disposent, comme nous l’avons dit, les fortifieront à leur rythme ou non. Quelquefois les sites seront désertés au profit d’autres sites, quelquefois on reconstruira un château de pierre sur le même site. Pour clore le gisors-histoire_medievale_chateau_forts_mottes_castrales_moyen-age_feodalitepaysage de cette France fortifiée, ajoutons qu’il y a aussi, déjà, dans les régions où la pierre abondent et où les seigneurs sont suffisamment puissants pour s’entourer de bâtisseurs experts dans la pierre, des châteaux faits de ce matériau. Le paysage est donc hétérogène même on peut supposer que pour la facilité de leur construction et le peu de moyens qu’elles engagent, les mottes l’emportent en nombre. (ci dessus photo du très célèbre château de Gisors, XIe, XIIe siècle)

Faisceau d’innovations ou évolution buissonnante?

A_lettrine_moyen_age_passionu delà de la forme identifiée de la motte castrale, il semble donc bien que l’on soit tenté d’élargir un peu les catégories, ou en tout cas, de former une vision un peu plus complète de ce paysage fortifié d’entre la fin du Xe siècle et le début du XIIe. Un donjon seul, pas plus qu’une enceinte ne peuvent, me direz-vous, être appelé « château » et il reste vrai qu’un certain nombre des composants combinés que l’on retrouve « souvent » dans les mottes castrales font encore de cette construction  ce qu’il y a de plus proche de ce que l’on retrouvera plus tard dans les châteaux, pour peu qu’on continue de lui prêter une fonction résidentielle. Pour autant, l’évolution de la motte castrale vers le château n’est pas non plus, aussi linéaire et directe qu’on se la représente en général, ce que pressentait déjà Viollet le Duc, en quelque sorte, qui ne lui voyait que peu de filiation totnes_motte_castrale_chateaux_medievaux_angleterre_histoire_medievaleentre ces premières fortifications et les merveilles d’architecture des châteaux du XIIe sauf à en appeler à l’intervention de l’expertise militaire, autant qu’à la conscience politique et territoriale des seigneurs normands.  (ci contre Totnes, Angleterre, château à mottes normand,  XIe siècle)

« Le château normand conserve longtemps les qualités d’une forteresse combinée de façon à se défendre contre l’assaillant étranger ; son assiette est choisie pour commander des passages, intercepter des communications, diviser des corps d’armée, protéger un territoire ; ses dispositions intérieures sont comparativement larges, destinées à contenir des compagnies nombreuses. Le château français ne s’élève qu’en vue de la garde du domaine féodal ; son assiette est choisie de façon à le protéger seul ; ses dispositions intérieures sont compliquées, étroites, accusant l’habitation autant que la défense ; elles indiquent la recherche d’hommes réunis en petit nombre, dont toutes les facultés intellectuelles sont préoccupées d’une seule pensée, celle de la défense personnelle. »
Eugène Viollet le Duc. Dictionnaire raisonné d’Architecture

L_lettrine_moyen_age_passiones analyse d’Eugène Viollet le Duc reste étayées et très convaincantes, et les normands ont laissé de cette époque de véritable chef-d’oeuvre d’architecture défensive, mais il serait intéressant de voir si les enceintes castrales, de même que les donjons de pierre isolés, qui n’étaient pas juchés sur des mottes et qui en sont contemporains, n’ont pas eux-même été, au moins partiellement partie-prenant des évolutions. Au fond, au vue de ce que nous démontre l’archéologie de leur présence aux mêmeshistoire_chateau_fort_medieval_moyen-age_chateau_normand_arques_viollet_le_duc périodes, toutes ces installations auront certainement aussi évolué dans le temps, chacune de leur côté mais de manière plutôt simultanée que séquentielle. Finalement, plus surement qu’une simple relation de cause à effet, des mottes vers les châteaux, et sans remettre en cause l’inspiration et l’influence normande évidente, n’y a-t-il pu aussi avoir un effet de regroupement des innovations entres maisons fortes, enceintes castrales et mottes castrales qui auraient participé des évolutions et se seraient cristalliser par la suite et en partie dans le château-fort du XIIe, avant même que Philippe- Auguste ne le standardise, en y adjoignant, peut-être encore avec ses bâtisseurs, quelques éléments antiques retrouvés à la lumière des premières croisades (ci- contre le château normand d’Arques la bataille construit sur un motte, à partir du XIe siècle. Des débats entourent  sa datation).  Je ne prétends pas, bien sûr, diminuer l’importance des avancées de Philippe-Auguste en disant cela, pas d’avantage que l’apport normand, mais plutôt questionner ce que le fruit de deux cent ans d’expérience dans les fortifications du Xe au XIe aurait pu amener vers lui, auquel il faudrait alors rendre justice. Au fond, l’idée même relative d’un faisceau d’innovations, venu d’expertises et d’expériences variées dans la construction défensive qui s’affinent et s’aguerrissent sous la pression des agressions, pour contribuer aussi et, à leur manière, aux progrès du château-fort des siècles suivants, me paraît être, un tout cas, une piste séduisante. (Par rapport à l’image ci-dessous, veuillez noter que ce château du Pays de Galles, a été reconstruit ou restauré plusieurs fois, du vivant de son propriétaire dans le courant du XIIe siècle mais que ce dernier n’a jamais considéré l’usage de la pierre. Voir article en anglais ici sur Hen Domen pour ceux que cela intéresse).

maquette_histoire_medieval_chateau-fort_fortification_moyen_age
Hen Domen, Pays de Galles, château de bois du XIIe siècle, maquette réalisée par Peter Scholefield, sur la base de 30 ans de recherche archéologique.

C. Le paysage politique de la féodalité

D_lettrine_moyen_age_passiones mottes castrales qui tendent à évoluer vers la pierre, des donjons en pierre qui leur sont contemporains et s’érigent sans motte, des enceintes encore, un peu partout, et souvent des tours de garde pour les protéger, mais aussi pour faire le tour de ce paysage fortifié du XIe, des bâtiments civils et surtout des bâtiments religieux qui se protègent, des monastères fortifiés. Religieux, civils, seigneurs, tout le monde aux abris! Ce XIe siècle verra les forteresses et les châteaux se multiplier. Que s’y passe-t-il donc? 

Notion de « Révolution » féodale

Le XIe siècle se caractérise, semble-t’il, par une forme de « push ». J’emploie ce mot moderne à dessein mais c’est un peu ainsi qu’on peut décrire les choses, si tenté que l’on prenne en compte que cette forme de prise de pouvoir se fait dans des espaces laissés vacants ou presque par une royauté affaiblie. Devant la situation  de l’affaiblissement du pouvoir central et sous la pression des invasions, les seigneurs, les aristocrates et les propriétaires fonciers vont, en effet et d’une certaine manière, s’engouffrer dans les brèches et occuper le terrain laissé par ce vide régalien, et nous faire entrer, cette fois-ci, en plein dans cette période que l’on appelle la féodalité. Il est intéressant  de noter que pour certains auteurs, la féodalité n’est pas un régime ou une forme politique établie, au sens où ils ne la considèrent pas comme une forme figée et « stable » d’organisation mais plutôt comme une forme de transition d’une certaine forme de « barbarie » voire « d’anarchie », vers un contrôle monarchique qui exercera à nouveau ses droits et qui n’aura d’ailleurs de cesse de les reprendre sur les seigneurs dans le courant des siècles suivants, de Philippe-Auguste à Saint-Louis. On parle encore ailleurs d’une forme de « révolution » menée par ces seigneurs locaux et ces aristocrates s’étant appropriés le droit de bâtir des châteaux, droit qui était, jusque là, le fait du prince. Bien vestige_donjon_chateau_fort_tour_de_pierre_histoire_monde_medievalsûr et dans ce cadre, ce concept de révolution n’est pas connoté de  l’idée de mieux ou de progrès, mais relève plutôt du constat d’un changement radical, avec un avant et un après. (ci-contre tour de pierre du XIIe siècle, vestige d’un château La Garde-Guérin, France)

« ….Cette crise révolutionnaire a duré l’espace d’une génération, quelquefois l’espace de deux générations, et ceci a suffi à modifier complètement la situation sociale et la situation des châteaux. Alors, pendant cette période qui est marquée par des coups de boutoir violents de la part de l’aristocratie et surtout de la nouvelle aristocratie, le pouvoir sur les châteaux échappe momentanément au prince, il y a appropriation généralement brutale des droits publics et par voie de conséquence des édifices publics et en même temps on voit se construire de nouvelles forteresses sans l’autorisation du prince… »
Pierre Bonnassie, « Châteaux, pouvoir de commandements« .
Colloque d’archéologie médiévale de Caen.

Protection des territoires délocalisée :
de la délégation à la dérive?

D_lettrine_moyen_age_passione nouveaux droits, de nouvelles lois, de nouveaux châteaux ou de nouvelles mottes castrales et la naissance véritable de la féodalité. Au fond, de la vision consensuelle d’un roi, d’un prince ou d’un suzerain qui concède à ses vassaux par absence de choix la protection du territoire, on s’oriente plus résolument sur une dérive de la situation. Certains historiens la font remonter bien plus loin que le Xe, XIe siècle, mais la grande majorité d’entre eux continue d’y voir un régime  très particulier qu’il faut rattacher aux siècles dont nous parlons et dont ce XIe semble consacrer l’avènement. On a décrit cette féodalité comme un régime cruel et injuste, un régime de fortes taxes, de corvées à merci, et d’abus de pouvoir de toute nature sur les petites gens et, comme nous le disions, il  faudra attendre que ces derniers comme les rois dans un effort conjoint aux intérêts toutefois divergents, la fassent tomber graduellement pour en quelque sorte, reprendre les droits que ces petites seigneurs et aristocrates leur avait confisqué.  Les épidémies de peste, mais aussi la dépopulation de la guerre de cent ans auront leur rôle à jour et viendront en quelque sorte, accélérer les choses en changeant la donne pour les petites gens qui travaillent la terre, et du côté du roi la reconstitution d’une armée et la chateaux-fort_anglo-normands_histoire_medievale_mottes_castrales_moyen-age_feodaliteréaffirmation de sa couronne sur l’ensemble de ses territoires reconquis aidera; la guerre de cent ans n’y sera d’ailleurs pas totalement étrangère. (photo ci-contre, Dudley Castle, Angleterre, château rebâti en pierre aux XIIe sur une butte castrale normande du XIe siècle), 

La fracture féodale franco-normande

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour beaucoup donc, ces mottes castrales, ces forteresses et ses châteaux qui se multiplient sont aussi le signe de cette période et c’est une période trouble. Pour  reprendre le fil avec Viollet le Duc, c’est dans une véritable diatribe que notre architecte se lance contre la féodalité et il suivra encore dans ses raisonnements la fracture qu’il avait déjà souligné entre seigneurs français et seigneurs normands. Il nous décriera les seigneurs francs d’alors comme opportunistes, peu soucieux de l’idée de nation, ne cherchant qu’à former de nouveaux accords pour conquérir de nouvelles terres, complotant ou oeuvrant pour « s’assujettir » la protection de plusieurs suzerains. Et voyez que j’use du terme d’assujettissement du suzerain par un vassal, en pensant à la dialectique du maître et de l’esclave. Les intérêts et les dépendances sont doubles et le suzerain, comme le vassal, également instrumentalisé. Ils se soulèveront même quelquefois, vassaux unis contre suzerain. Pour revenir sur cette féodalité « à deux vitesses » ou  à deux visages que Viollet le Duc nous dépeint, l’un normand et l’autre françaischateau_fort_pierre_motte_castrale_histoire_medieval_mauvezin, Michel Bur la reprendra également. Il évoquera, en effet, des systèmes plus collaboratifs entre seigneurs et paysans et une forme de co-dépendance plus intelligente, plus nuancée. qu’il placera préférablement du côté normand: étrangers sur leur propre territoire, nouvelle-ment installés ces derniers auraient ressenti, d’une certaine manière, le besoin plus marqué de s’associer la collaboration des gens s’y trouvant. Est-ce un invariant ou une tendance? Il semble que la fracture existe mais je veux croire encore que les régions parlent différemment sur tous ses aspects et peut-être encore plus sûrement les seigneurs et la nature de chacun. Fait intéressant, Michel Bur note aussi que même construits sans autorisation et sauvagement, de nombreux châteaux avaient fait l’objet d’une régularisation a posteriori par des actes officiels. On se pose alors la question de savoir s’il y a là, après la liberté prise, un volonté tout de même de se placer sous l’égide du roi ou du prince ou sous sa protection, en cherchant son assentiment, ou s’il ne s’agit que de manoeuvres administratives pour prétendre à plus de droits sur le territoire une fois le château régularisé dans les actes. (ci-dessus le château de pierre de Mauvezin,  reconstruit au XIIIe siècle sur un château de bois qui se trouvait sur cette même motte castrale, Midi-Pyrénées,  France)

Maquette : reconstitution de l'enceinte castrale et du site fortifié de Plessis-Grimoult (Calvados), XIe siècle
Maquette : reconstitution de l’enceinte castrale et du site fortifié de Plessis-Grimoult (Calvados), XIe siècle

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoilà donc pour notre XIe et les débuts du XIIe siècle, ces mottes castrales, ces paysages hétérogènes inégalement fortifiés et pas tous de la même manière, cette féodalité qui se structure aussi, dans la violence et les vides laissées, et encore quelques incursions du côté d’une chronologie qui glisse et de la complexité à toucher le monde médiéval dans ses représentations et sa vérité toute entière. J’espère que vous aurez apprécié ces détours sur un sujet sur lequel il est tant difficile de faire court. Du reste, vous l’aurez remarqué, nous n’avons pas abordé le rôle politique et défensif  que joue la religion dans ce paysage féodal fortifié, mais les détours sont suffisamment larges quand l’on se penche uniquement sur les châteaux.

Avant d’aborder les siècles qui verront se généraliser le château-fort de pierre nous ferons, dans notre prochain article, une incursion vers les techniques de siège héritées de l’époque antique à gréco-romaine qui seront à l’oeuvre au moyen-âge notamment face à ses futurs châteaux de pierre.

En vous remerciant de votre lecture, je vous souhaite une excellente journée.  Longue vie!

Fred
Pour moyenagepassion.com

« A la recherche du monde médiéval sous toutes ses formes « 

___________________________________________________________________________(*) Histoire du XIXe et « Nationalisme » : concernant ce mot, souvent historiquement connoté au point d’entre être devenu presque suspect, et la tendance d’une certaine histoire du XIXe siècle à s’exercer à l’échelle des nations, je le constate sans le juger. Sauf preuve du contraire, au sens littéral et historique, les nations sont encore bien des entités réelles, et je n’ai rien, me concernant, contre l’idée que ceux qui occupent un territoire puissent être attachés à leur propre Histoire. Il ne faut pas confondre un concept ou, en l’occurrence, un sentiment d’attachement avec l’instrumentalisation idéologique biaisée qui peut en être faite. D’un autre côté,  on peut aussi avoir du discernement et  éviter de tomber dans la chanson de Brassens qui parlait des « imbéciles heureux qui sont nés quelque part ». Depuis des millénaires, la richesse des sociétés humaines est aussi basée sur les échanges et les apports culturels dans la connaissance et le respect mutuel. L’idée abstraite de gommer ces différences entre les peuples au prétexte qu’elles en créent est une idée simpliste qui relève plus d’une intention politique, économique et stratégique que d’une réalité.