Archives pour l'étiquette vassaux

La Bible satirique de Guiot de Provins : des princes, de Rome et du clergé (1)

black_monkSujet : poésie médiévale, satirique,  morale, sociale, réaliste biographie, portrait, trouvère, moine, moyen-âge chrétien, satire religieuse.
Période : moyen-âge central, XIIe, XIIIe siècle
Auteur : Guiot de Provins (Provens) (1150 – 12..)
Manuscrit ancien : MS français 25405 bnf
Ouvrage : Les Oeuvres de Guiot de Provins, poète lyrique et satirique, John Orr (1915)

deco_frise

Du siècle puant et orible
m’estuet commencier une bible,
por poindre, et por argoilloneir*(*aiguillonner),
et por grant exemple doner.
Se n’iert pas bible losangiere* (*enjoleuse, trompeuse)
mais fine et voire* (vraie) et droituriere.

Mireors iere* a toutes gens (*qu’elle soit un modèle)
ceste bible : ors ne argens
de nus esloignier ne la puet,
que de Deu et de raison muet
ce que je vuel mostrer et dire.
Et sens feloignie et sens ire
vodrai molt lou siècle reprendre,
et assallir, et raison rendre,
et dis et exemples mostrer

ou tuit sil se doient mirer
qui pacience et créance ont.
Et toutes les ordres qui sont
se poront mirer es biau dis
et es biaus mos que j’ai escris :
se mirent sil qui bien entendent
et li saige molt s’i amandent !

Guiot de Provins – La Bible

deco_frise

Bonjour à tous,

S_lettrine_moyen_age_passionuite à l’article sur le trouvère et moine Guiot de Provins, nous donnons aujourd’hui ici quelques extraits de sa bible satirique du début du XIIIe siècle.  Bible pourquoi ? Non pas pour la moquer, il ne s’agit pas d’une satire de la bible, mais bien, pour le poète, de dresser le portrait de son temps et d’en faire le relevé critique. Et ce siècle « puant et horrible » comme il l’annonce dans ses premières lignes, il l’examine à la lumière de la bible et des lois chrétiennes justement et c’est aussi une bible parce que l’ouvrage se veut un guide moral et chrétien édifiant, sans complaisance mais encore « sans colère et sans félonie ».

« En la bible covient a dire
parolles dures et cuissans
et qui plairont a mainte gens,
mais ja mençonge n’i iert dite,
que j’ai si la matière escrite
dedens mon cuer et la vertei.
Ne me serait ja reprovei
qu’en la bible mente ne faille;
sens cuidier et sens devinaille
je dirai raison tout de bout,
et droite veritei per tout. »

Il prendra encore des précautions en disant ne pas citer de noms et faire sa bible sans haine et sans blâmer personne en particulier, en demandant que nul ne se sente viser ou blâmer au risque de montrer sa folie.

Avant de poursuivre, je précise ici me baser sur les extraits de l’oeuvre de Guiot de Provins, présent dans l’ouvrage de John Orr (opus cité), en prenant le texte au pied de la lettre de l’universitaire anglais et sans entrer dans les débats d’experts sur les manuscrits et les variations de l’un à l’autre.

De la folie du siècle

Dès l’introduction de sa bible, Guiot de Provins va puiser dans l’antiquité les sources de la sagesse pour mieux passer au crible son temps. On a perdu le contact avec les classiques, on a oublié les philosophes et les sages de l’antiquité. Bref, le siècle est devenu fou ou plutôt il est « retourné en enfance » et les premiers signes de cet anéantissement et de ce recul, peuvent être lu du côté des seigneurs, mais surtout des princes :

« Mais tout est torneiz a anfance
li siècles et anoiantis.
Des princes sui plus abahis,
qu’il ne conoissent ne entendent.
Sil n’empirent ne sil n’amandent :
empirieir ne poroient il,
et comment amanderont sil
qui ne puent estre poiour ?
Il n’ont ne doute ne paour
de Deu, ne dou siècle vergoigne. »

Des princes, des vassaux et de l’usure

P_lettrine_moyen_age_passion copialus de faste et plus de joie dans les cours des seigneurs. Nombre d’entre eux ne sont plus, mais une certaine féodalité est aussi en recul et il s’en plaint.

Guiot fait alors la très longue liste de ceux qu’il est supposé avoir servi, qui l’ont reçu dans leurs cours dignement et lui ont donné de quoi vivre et parmi lesquels il contait des amis, disparus depuis.

« La mort nos coite et esperonne ;
trop m’ait tolut* de mes amis. (*enlevé)
….
Tuit li vallant me sont emblei* : (enlevé, dérobé)
molt voi lou siècle nice* et fol. » (ignorant, sot, niais)

 Les grands vassaux n’ont plus la confiance des princes félons, durs et vilains qui sont ici les premiers en cause. En arrière plan, c’est aussi un monde seigneurial en déséquilibre et ses vassaux appauvris mais encore dépossédés ou amoindris par les couronnes, dont il nous fait le portrait. Le siècle est à Philippe Auguste.

deco_frise

« Les boins vavessours* voi je mors : (*vassaux)
les grans orguels et les grans tors
lor fait on et les grans outraiges.
Ja en ont trop cruels damaiges,
qu’il estoient herbegeor* (*hospitaliers)
et libéral et doneor,
et li prince lor redonoient
Les biaus dons, et les honoraient

or lor tôt on ains c’on lor dogne,
on les escorche on les reoigne.
Sil prince nos ont fait la figue ;
en herpe en vïele et en gigue
en devrait on rire et chanteir;
om nés doit covrir ne seler,
trop nos ont lou siècle honi.

Des barons et des chastelains
cuit je moût bien estre certains
que des vallans en i avroit ;
mais li prince sont si destroit*, (*sévères)
et dur, et vilain, et fellon
por ceu se doutent li baron.
De teius i ait qui prou seroient*, (*il pourrait y en avoir de très preux)
mais nostre prince ne vorroient
que nus feïst honor ne bien. »

deco_frise

Arthur (de Bretagne), Alexandre et même Frédéric 1er, ne cherchez plus les grands seigneurs d’antan, superbes et généreux :

« Que sont li prince devenu ?
Deus ! que vi je, et que voi gié !
Moût mallement somes changié :
li siècles fu ja biaus et grans
or est de garçons et d’enfans. »

Les princes s’amenuisent jusqu’à « rapetisser ». Ils ne veulent plus qu’amasser sans rien dépenser. ils deviennent usuriers et n’utilisent plus leur argent pour faire le bien. Plus ils ont et plus ils convoitent.

Guiot nous brosse le portrait d’un recul à la fois économique et moral. C’est peut-être le trouvère déçu qui parle ici, la perte de son pain et la nostalgie d’un monde qui n’est plus, de ses joies et de ses fastes, mais c’est aussi et sans doute, déjà le moine qu’il est devenu et qui déplore à travers tout cela le manque de charité chrétienne.

Du clergé et de Rome

A_lettrine_moyen_age_passionprès les princes, ce sera au tour du clergé et au personnel de l’épiscopat romain d’en prendre pour son grade et à tous les étages. Dés le début de cette partie, Guiot de Provins, annonce clairement son « ambitieux » plan de « travail : qu’on ne s’inquiète pas, il y en aura pour tout le monde.

deco_frise

« Sor les romans vodrons parleir,
ja de ce ne me quier saler :
sor les plus haus comencerai
et des autres hontes dirai.
De cui ? per foi ! des archesvesques,
et des ligals* (*légats) et des evesques.
Des clers dirai et des chanoines,
et des abbeis et des nors moinnes.

De Citeaus redirai je mont
et de Chartresce* (*Chartreux) et de Grant mont (*Grandmont);
après, de ceaus de Prei mostrei* (*ceux de l’ordre de Premoustré)
comment il se resont provei ;
et des noirs chanoines rigleiz,
de ceaus redirons nos asseiz.

Et dou Temple et de l’Opitaul
redirons nos, et bien et mal ;
et des convers de Saint Antoinne
parlerons, certes, jusque a none :
n’ait gent qui tant saichent de guille*, (*ruse, fraude)
bien lou voit on en mainte vile.

Et des nonains et des converses
oreiz con elles sont diverses.
Des faus devins i parlerons
qui amonestent, et dirons
des logistres; ce n’est pas biens
que j’obli les fisicïens.
Li siècles per trestout enpire. »

deco_frise

Convoitise, mauvaise vie, pas de foi, pas de religion. Le pauvre pape, à qui l’on fait porter une couronne de plume de paon, n’y voit goutte, abusé par ses mauvais conseillers.

« mais sil li ont les euls creveiz
qui les autres ont avugleiz. »

Rome, le foyer de la malice et de la déchéance est en cause. Aprés tout, nous dit-il c’est sur cette même terre que Romulus avait occis son frère et qu’on tua aussi Jules César.

« Des Romains n’est il pas mervoille* (*il ne faut pas s’étonner)
s’il sont faus et malicious; »

Au passage et toujours à se fier à ses écrits puisque nous n’avons que cela de lui, il semble que Guiot de Provins passa un temps notable en Languedoc et en Provence et reçut notamment des enseignements à Arles. Même s’il est vraisemblablement déjà à Cluny quand il rédige ses lignes, en voyant cette diatribe contre l’église romaine, on ne peut s’empêcher de rapprocher cela avec les remarques de certains historiens qui virent aussi dans les croisades albigeoises un moyen additionnel pour Rome de remettre au pli les églises de Provence qui demeuraient inféodées et un peu trop indépendante en esprit. En réalité, nous en sommes pratiquement aux portes, à dix ans près, du côté chronologique.

S’il serait tout de même enlevé d’affirmer que c’est aussi une certaine Provence qui parle par la bouche de Guiot, a travers la violence, mais aussi la liberté de ses propos, on mesure tout de même bien la distance immense de cette France monastique là à l’église romaine. A titre d’anecdote mais qui tombe tout de même à point pour servir ce propos, durant la croisade albigeoise, on retrouvera chez un « hérétique » du nom de Bernard Baragnon, à Toulouse, un exemplaire de la Bible de Guiot et le tribunal inquisitorial jugera suffisamment pertinent d’en faire mention dans ses procès verbaux et lors de son instruction (voir Charles Victor Langlois,  La vie en France au moyen  âge : de la fin du XIIe au milieu  du XIVe, d’après des moralistes du temps,  page 92).

Sur Rome encore :

Rome nos assote* (*suce) et transglout* (*engloutit),
Rome trait et destruit tout,
Rome c’est les doiz de malice
dont sordent tuit li malvais vice.
C’est uns viviers plains de vermine.
Contre l’escriture devine
et contre Deu sont tuit lor fait.

On le voit, les mots de Guiot sont durs et sans appel. Le poison vient de Rome. Convoitise, simonie, mauvaise vie,… On « vend Dieu et sa mère », l’argent disparaît dans le clergé romain tel en un gouffre, et le moine dénoncera encore le fait que ses richesses ne reviennent jamais en aide concrète ou en infrastructure: « ni chaussés, hôpitaux, ni ponts ». La critique ici devient de religieuse politique et sociale. Difficile de dissocier les trois aspects, dans un moyen-âge chrétien où le clergé est une force et un pouvoir économique et politique bien réel.

deco_frise

Quant li peire ocist ses enfans
grant pechié fait. Ha Rome, Rome,
encor orcirrais tu maint home :
vos nos ocïez chescun jor,
crestïentei ait pris son tor.
Tout est alei tout est perdu
quant li chardenal sont venu,
qui vienent sai tuit alumei
de covoitise, et enbrasé.

Sa viennent plain de simonie
et comble de malvaise vie,
sa viennent sens nulle raison,
sans foi, et sens religion,
car il vendent Deu et sa meire
et traïssent nos et lor peire.

Tout defollent et tout dévorent ;
sertes, li signe nos demorent
cui nostre sires doit mostreir
quant li siècles dovrait finer;
trop voi desapertir* (*désespérer) la gent.
Que font de l’or et de l’argent
qu’il enportent outre les mons ?
Chauciees, hospitals ne pons
n’an font il pas, ce m’est a vis.

deco_frise

Q_lettrine_moyen_age_passionuant aux bons pasteurs ou aux bons évêques qui donneraient l’exemple et guideraient leurs ouailles sur la bonne voie, celle de dieu s’entend, ne les cherchez pas non plus, même si le moine admet qu’il en subsiste tout de même quelques uns :

« Mais covoitise ait tout vancu ;
trop per ait vencu lou clergié
qui sont si pris et si lie,
il n’ont vergoigne ne doutance,
ne de Deu nulle remembrance.* (*souvenir)« 

On croirait presque, dans certaines de ses descriptions, voir déjà défiler les religieux des fabliaux, comme ceux, par exemple, du Testament de l’Asne de Rutebeuf.

« Provendes (1), églises achatent,
en mainte manière baratent*. (*fraudent, trompent)
Achater sevent et revendre,
et les termes molt bien atendre,
et la bone vante de bleif; »

(1) Avec le bénéfice qu’il retire de leurs charges ecclésiastiques (la prébende), les églises investissent

Spéculateurs, rapaces, affairistes, ils vont même d’ailleurs jusqu’à s’adonner eux aussi à l’usure dont Guiot a fait, dans sa bible, un de ses grands ennemis, en suivant très logiquement les pas du nouveau testament sur la question, puisqu’il est moine chrétien.

Je ne di pas qu’il soient tut
de teil manière con je di.
Ja Deus n’arait de ceaus merci
qui font teil oevre et teille ordure,
que c’est fine puant usure.
….
Per foi lou seculeir clergié
voi je malement engignié :
il font lou siècle a mescroire.
Se font li clerc et li prevoire
et li chanoinne séculier ;
sil font la gent desespereir.

Là encore, peu de concession et une satire qui ne prend pas de gant. Pas de colère, certes, mais aucun faux semblant ni détours non plus.  Il faut sans doute se souvenir que pour être moine lui-même Guiot de Provins, pris en étau, mangera aussi son pain noir, de la bouche même du peuple, face auquel il devra répondre des abus réputés du clergé ou des abbés.

Par la suite, tous les ordres monastiques y passeront, à peu de choses près, chacun avec leurs propres travers et ils les connait bien. Et il s’en prendra, encore plus loin, aux théologiens, aux légistes.aux médecins mais nous garderons cela pour un deuxième article.

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Histoire des châteaux-forts & techniques de siège médiévales 5

Index des autres articles sur le sujet :
1. Naissance des châteaux-forts
2. Du bois vers la pierre
3. Mottes, forteresses de bois et techniques de siège
4. L’âge d’or des châteaux-forts

 5. L’AUTOMNE DES CHÂTEAUX FORTS

N_lettrine_moyen_age_passionous voici arrivé au dernier article de cette modeste série sur l’Histoire des châteaux médiévaux: des premières mottes castrales jusqu’aux derniers châteaux-forts. Après l’âge d’or, c’est maintenant de l’automne et de la fin des châteaux forts qu’il nous faut parler. Que l’on conserve bien à l’esprit ici, comme nous l’avons fait tout du long de cette série, que pour autant que nous puissions faire des chronologies, ou décider que tel ou tel château n’est plus un château-fort mais un château d’agrément, la réalité est toujours plus fine que cela: ce sont des phénomènes qui s’étalent dans le temps, les transitions ne sont jamais brutales, les définitions sont plus complexes, et les disparités commandent aussi. histoire_medievale_moyen-age_chateaux_forts_disparition
L’Histoire n’observe, bien souvent, que des vérités tendancielles qu’il est toujours difficile de figer dans des chronologies simplistes. (ci-contre le château de Lassay, Loire, XVe siècle).

Tout ceci en tête, on s’entend généralement sur le fait que deux grands phénomènes marqueront la fin progressive de l’ère des châteaux forts: le premier vient des progrès de l’artillerie, le second des mouvements dans les équilibres et les jeux de pouvoir; en l’occurrence pour ce dernier phénomène, nous faisons référence à la domination progressive du pouvoir royal sur celui des seigneurs et des vassaux. De fait, quand les châteaux forts entreront dans leur automne et même leur hiver, la féodalité y entrera avec eux.

L’avènement de la poudre à canon et de l’artillerie lourde

Détail de la Bataille de Constantinople, 1453, monastère de Moldovita, Moldavie, XVIe, Fresque de Toma de Suceava
Détail de la Bataille de Constantinople, 1453, monastère de Moldovita, Moldavie, XVIe, Fresque de Toma de Suceava

A_lettrine_moyen_age_passionu début du XIVe siècle, l’avènement de la poudre à canon et des engins de guerre utilisant cette dernière ne compliquera que de manière très relative la tâche de l’architecture médiévale défensive. Comme on l’a vu dans l’article précédent, l’usage de plus en plus fréquent, à partir du milieu du XIIe siècle, d’engins de siège titanesques tels que les trébuchets ou les mangonneaux, n’a pas suffi à empêcher que soient encore construits de nouveaux châteaux. Il en sera de même pour l’arrivée de la poudre: elle ne sera pas dans un premier temps une raison suffisante pour freiner l’élévation de tels édifices et il y aura même encore des avancées de l’architecture médiévale pour y surseoir. Du point de vue des dispositifs d’attaque, cette poudre aura encore quelques progrès à faire avant de menacer histoire_medievale_poliorcetique_chateaux_forts_artillerie_canons_primitifvéritablement les châteaux et les premières bouche de feu du XIVe ne déclasseront pas d’avantage les engins de siège mécaniques qui seront encore utilisés lors des sièges.

Du point de vue de l’architecture défensive, les architectures arrondies offrant moins de prise aux projectiles de tout type, se généraliseront. Du côté des remparts et des fortifications, pour contrer les premiers canons, on ménagera encore en lieu et même souvent en plus des archères, des trous à canons. Un certain nombre de châteaux se verra également construit de manière plus « ramassé » pour que l’ensemble des remparts et tours fassent front plus efficacement aux gros engins de siège comme aux premiers canons.

histoire_medievale_poliorcetique_chateaux_forts_artillerie_canonsConcernant le XIVe siècle et même dans une certaine mesure une grande partie du XVe siècle, il faut aussi noter qu’en dehors même des engins de siège si gros soient-ils et au delà encore du blocus des routes de la forteresse pour affamer et en démoraliser ses occupants, une des stratégies de siège majeure restera encore le travail de sape ou de mines. Or, l’Histoire nous apprend que le travail des sapeurs et ingénieurs de sape qui s’approchent des murailles ou creusent en dessous pour les détruire, continuera durant les XIVe et XVe siècle sur les bases des siècles précédents. Concernant ces techniques, l’usage d’engins explosifs pour détruire les remparts ne se généralisera pas avant le XVIe siècle (voir universalis. Histoire de l’Artillerie).

Oh le boulet…

Mons Meg, château d'Edimbourg. Canon construit en 1449 par Philippe le Bon, et donné en cadeau au roi Jacques II d'Écosse, portée 2 miles (3 km!)
Mons Meg, château d’Edimbourg. Canon construit en 1449 par Philippe le Bon, et donné en cadeau au roi Jacques II d’Écosse, portée 2 miles (3 km!)

M_lettrine_moyen_age_passionême si ce ne sera pas le seul facteur et nous verrons plus loin pourquoi, les progrès du boulet de fonte et son pouvoir dévastateur ainsi que la puissante grandissante des canons atermoieront quelque peu cette idée du château comme moyen privilégié, sinon unique, d’assurer la défense efficace des territoires, mais il faudra attendre pour cela la fin du XVe siècle. Voici une citation de Jean Delmas pour étayer ces dires ;

« L’introduction de la poudre en Occident n’entraîne pas de changements immédiats dans l’architecture militaire. Les boulets de pierre que lancent les premières bouches à feu n’entament pas l’escarpe d’Orléans (1428), n’ébrèchent que légèrement celle de Constantinople (1453). Mais le boulet de fonte triomphe de toutes les fortifications existantes. L’artillerie de Charles VIII en fait une brutale démonstration pendant la campagne d’Italie (1493). Les ingénieurs italiens, ainsi qu’Albert Durer en Allemagne, sont convaincus de la nécessité d’innover. »
Jean DELMAS, Histoire des Fortifications. Universalis.

Et même dans ce contexte, la confiance dans les édifices de pierre continuera d’avoir la vie dure. Dans les exemples de châteaux-forts les plus tardifs de la fin du XVe siècle, on tentera encore notamment « d’enfouir » en partie les châteaux pour éviter que des tirs répétés d’artillerie ne puissent ouvrir des brèches à la base de leurs murailles. La forteresse de Salses (Roussillon) construite entre la fin du XIVe siècle et le début du XVe par les rois espagnols pour contrer les avancées et l’occupation française, en est un célèbre témoin.

Les derniers châteaux-forts après les perfectionnements de l'artillerie à poudre, Salses, Forteresse du XVIe siècle
Les derniers châteaux-forts après les perfectionnements de l’artillerie à poudre, Salses, Forteresse du XVIe siècle

La recentralisation des pouvoirs militaires  autour des rois et la naissance des nations

P_lettrine_moyen_age_passion copiaparallèlement à tout cela, la centralisation progressive du pouvoir s’organisera de plus en plus autour de la couronne et du royaume. C’est en réalité une lente évolution que l’on fait souvent débuter sous le règne de Philippe Auguste et se poursuivre avec Saint-Louis, mais qui touche bien d’autres pays que la France en Europe.

C’est un fait qui semble s’affirmer depuis le XIIe siècle et ne cesse de se voir confirmer dans les siècles suivants: la féodalité dérange le pouvoir central au fur et à mesure qu’il se réaffirme ce qu’il n’a de cesse de faire. Les pouvoirs économiques, politiques ou militaires qu’ont acquis au fil du temps les plus grands vassaux, autant que les trahisons ou manoeuvres de certains d’entre eux, menacent la couronne et la position des souverains. Tout cela a conduit naturellement ces derniers à vouloir y mettre le hola, quand ce n’est pas tout simplement un terme. Qu’on se souvienne, entre autres choses, des stratégies de Philippe-Auguste pendant que le Duc de Normandie et roi d’Angleterre, Richard Coeur de Lion était encore à la croisade et que le roi de France en était revenu, prématurément et sans lui. C’est un temps de reconquête du territoire, autant que du pouvoir royal sur ses propres terres,, et peut-être avec tout cela, l’affirmation de la naissance d’un nation. Il y a encore et bien sûr la victoire aussi réelle que symbolique du roi de France à la bataille de Bouvines qui l’opposait alors à de puissants princes et vassaux français, menés par Jean Santerre, et soutenus par l’empereur du Saint-Empire Otton IV. Comme Saint Louis le fera après lui, Philippe-Auguste édictera également de nombreuses lois pour réaffirmer le pouvoir royal.

La Bataille de Bouvines, 1214, Tableau d'Horace Vernet, XIXe siècle, gallerie de Versailles
La Bataille de Bouvines, 1214, Tableau d’Horace Vernet, XIXe siècle, gallerie de Versailles

D_lettrine_moyen_age_passionans ce phénomène de reconquête du pouvoir par les rois sur l’ensemble de leur territoire, il n’y a au fond, de leur part, que des stratégies visant à récupérer ce que, graduellement, la féodalité leur avaient confisqué, A cette volonté marquée, qui se traduit dans les lois comme dans les faits, il faudra encore ajouter le fait que les croisades auront contribué à décimer les seigneurs et à affaiblir la féodalité. Ces derniers en sont revenus, en effet, souvent ruinés et dépendants du trésor de la couronne pour subsister, quand ce n’est pas simplement les pieds devant. Tout cela fait, à certains endroits, le jeu des rois. A cet effet collatéral des croisades sur les politiques intérieurs et l’équilibre des pouvoirs, viendra encore s’ajouter un autre événement marquant du moyen-âge central qui secouera encore les seigneuries locales: la guerre de cent ans. Outre les pertes qu’occasionnera chez les nobles, ce conflit qui semble ne jamais devoir finir, même s’il est entrecoupé de trêves, la guerre de cent ans entraînera encore, à sa suite, les compagnies de routiers, restes de l’Ost anglais ou de mercenaires de provenance variés et leurs exactions incessantes sur certaines parties du territoire. Il faudra bien alors que l’on se rende compte du soutien que peuvent apporter les rois ou les princes de la couronne pour y mettre fin.chateaux_architecture_medievale_philippienne_philippe_auguste_moyen-age_passion Avec tout cela, le pouvoir royal autant que l’ost du roi se fortifieront et dans les esprits c’est aussi  l’idée de nation qui commencera alors à se forger. Qui pourra alors mieux que le roi la personnifier et comment pourrait-il souffrir quelques concurrences locales dans ce contexte?
(portrait de Philippe Auguste)

Dans les facteurs d’affaiblissement de cette féodalité et pour le mentionner ici par parenthèse, il faut encore ajouter les épidémies de peste noire qui, autant que la guerre de cent ans, décimèrent les populations et changèrent la donne en faveur de la main d’oeuvre restante; une forme de rééquilibrage des forces qui finalement jouera en faveur du petit peuple et en défaveur des seigneurs. A n’en pas douter, le monde féodal se porte de plus en plus mal et les souverains tirent leur épingle du jeu. Dans ce contexte politique et économique, la construction de châteaux (re)deviendra aussi et de plus en plus, le privilège du roi; le pouvoir dont les seigneurs locaux avaient hérité quelques siècles auparavant à la faveur du contexte historique, diminuera graduellement. Le système féodal cédera, peu à peu, la place à la monarchie centralisée.

Château de Sarzay, XVe, XVIe, Indre. témoin de la guerre de cent ans
Château de Sarzay, XVe, XVIe, Indre. témoin de la guerre de cent ans

Le château redevient le fait du prince

O_lettrine_moyen_age_passionutre le fait qu’un des inconvénients du château pour la défense du territoire reste qu’il est difficile d’en déloger des ennemis aux mains desquels l’édifice serait éventuellement tombé à l’issu d’un siège, avec cette centralisation progressive du pouvoir royal, des volontés se sont donc faites jour, du côté des différentes royaumes d’Europe, de François 1er et Chambordfreiner la possibilité pour des nobles ou des seigneurs d’acquérir un peu trop de pouvoir défensif et militaire, et peut-être encore de prestige, par l’intermédiaire de la construction de châteaux. La féodalité finit aussi, à travers cela, par payer le prix de ses abus sur le fait du prince; en dehors du fait que des châteaux s’étaient construits sans toujours attendre l’autorisation des rois (cf Michel Bur) l’expérience aura aussi enseigné aux souverains que par le jeu compliqué des familles et des alliances, les vassaux et les seigneurs n’étaient pas toujours prompts à faire allégeance à leur propre couronne. Ils pouvaient même parfois se retourner contre elle. Se retranchant alors derrière les hauts murs de leurs forteresses, ils se trouvaient alors à faire la nique à leur propre souverain; or, faire ployer le genou à un noble qui possède en château reste toujours et forcément un peu plus délicat que s’il n’en possède pas (voir l’article sur le siège de château Montbrun en 1424).

Et même si l’on s’accorde généralement sur le fait que le lancement par François Ier (1515-1547) (portrait ci-dessus) du château de Chambord, véritable palace de prestige et « d’agrément », qu’il fait ériger à sa gloire marque la fin définitive des châteaux forts, on trouvera encore sous le règne Henri IVd’Henri IV (1553-1610, portrait ci-contre), ces signes forts de la volonté qu’eurent les rois, même encore bien après Philippe Auguste et Saint Louis, de centraliser autour d’eux la défense du territoire et de ne plus laisser quelques nobles locaux mettre leur pouvoir en péril. Henri IV prendra, en effet, la décision de faire détruire ou démanteler de nombreux châteaux et forteresses afin d’éviter « qu’elles ne servent de repaires aux ennemis de l’autorité royale »; signe des temps amorcé des siècles auparavant sous Philippe Auguste, poursuivi sous Saint Louis et qui raisonnera encore jusqu’au début du XVIIe siècle. Léger paradoxe aussi puisqu’au vue des progrès de l’artillerie, le château, sous Henri IV, n’est plus tout à fait indestructible, ni imprenable, mais on le voit il reste encore, à l’évidence, d’une efficacité suffisamment établie pour qu’on le craigne au point de vouloir le détruire. Dans les siècles suivants, on retrouvera jusque dans les révolutions du XVIIIe siècle, notamment en Angleterre, cette même idée puisqu’on détruira alors, sur ordre du parlement, certains châteaux-forts, non seulement pour le symbole de classe qu’il représente mais aussi de peur que quelques ennemis de la nation n’y trouvent refuge. Et à travers tout cela, c’est encore et finalement à l’efficacité défensive des châteaux-forts que l’on rendra hommage, même, entre temps les innovations de l’armement et de l’artillerie seront venues la nuancer.

Murs de chair et contre murs de pierre 

Le siège d'Orléans, 1429, Enluminure, Manuscrit Martial, d'Auvergne, 1493
Le siège d’Orléans, 1429, Enluminure, Manuscrit Martial, d’Auvergne, 1493

Q_lettrine_moyen_age_passionuoiqu’il en soit, tout facteur combiné et les progrès de l’artillerie à poudre inclus, à partir du XVe siècle, les guerres commenceront à changer défini-tivement de visage. La conception de la défense du territoire par les châteaux et par les nobles qui les occupent ne fera plus recette. Bien sûr, toutes les batailles du moyen-âge, du Xe au XVe siècles sont loin de s’être toutes jouées autour de forteresses assiégés mais on commencera alors, de manière plus systématique, à opposer aux armées d’invasion ou aux assaillants les « murs de chair » de l’armée du Roi, contre les « murs de histoire_medievale_la_fin_de_la_chevalerie_don_quichotte_picassopierre » des nobles et des seigneurs qui les avaient précédés. A noter que l’artillerie y prendra aussi sa part active puisque l’usage du canon et autres armes à feu portables ne se limiteront désormais plus à l’assaut des murailles des forteresses.

Ce sera encore, avec tout cela, la fin de l’ère de la chevalerie et des chevaliers. les archers anglais l’avait déjà mise à mal au début du XVe siècle, lors de la bataille d’Azincourt, mais avec ce nouveau type d’armes, la voilà encore bien compromise; même si on continuera encore longtemps de jouter, son rôle durant les batailles autant que les légendes qui entouraient les chevaliers, seront en recul. Bien sûr il y aura encore quelques charges à la lance et aussi l’héroïsme légendaire du chevalier Bayard, mais à quelques temps de là et à un peu plus d’un siècle de là, la chevalerie et ses valeurs auront changé de visage; Cervantes pourra même s’en rire, avec un brin de nostalgie poétique et son Don Quichotte n’aura plus alors que quelques moulins à défier (ci dessus le Don Quichotte de Picasso, XXe siècle).

Les châteaux-forts continueront d’être, pour nous de merveilleux fleurons de l’architecture médiévale comme le sont les cathédrales, mais sur le terrain et dans les faits, à leur rôle défensif, se substituera peu à peu l’édifice qui marque le prestige, celui du seigneur encore, mais surtout du roi qui les fera construire; l’esthétique et le faste primeront alors sur la nature militaire des édifices. Bien sûr, les bâtiments ne seront pas totalement dénués de dispositifs défensifs, mais on s’accorde alors pour dire qu’ils seront devenus plus « palais » ou même « châteaux » tout courts, plutôt que châteaux-forts. Pour nuancer cette question, je vous conseille un article très pertinent d’Hubert Damisch sur Persée, même s’il date déjà un peu : Histoire et Typologie de l’Architecture : le problème du château.

Aller plus loin sur les châteaux

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour conclure sur tous ces aspects et sur l’histoire médiévale des châteaux et des techniques de siège, nous voulons encore insister sur le fait que cette série d’articles n’est qu’un survol de la question et n’a d’autres ambitions d’ailleurs. Comme nous le disions, l’analyse des discontinuités, des faits marquants ou des ruptures ne sont jamais si simples en Histoire, à moins que l’on veuille fixer dans les esprits quelques étapes et quelques dates utiles. Nous ne sommes pas entrés dans tous le détail des débats de spécialistes sur ce sujet, et ils sont nombreux, mais nous espérons, au moins, en avoir effleuré quelques uns.

histoire_medievale_chateaux_forts_bibliographie_auteursPour plus d’information et de réflexion critique sur ce sujet de l’Histoire médiévale châteaux-forts, je vous enjoins à consulter les références qui suivent. Je m’y suis appuyé tout au long de ces articles sans forcément les citer toujours explicitement; c’est la liberté et le privilège que donne « l’essai » sur le devoir rendu à l’université qui, lui, exige toujours qu’une bibliographie soit exhaustive et pointue. Appelons donc cela des pistes pour ceux qui veulent creuser:  le dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle d’Eugène Viollet le Duc, les écrits de Michel Bür, de Michel Bouard et du colloque de Caen, les ouvrages de Jean Mesqui, les recherches récentes en archéologie sur ces sujets, l’excellent site persée.fr et ses précieuses sources, le fond documentaire merveilleux de la Bibliothèque Nationale de France et le site Gallica.fr, l’encyclopédie universalis encore pour le sérieux de ces auteurs et de ces articles. Et pourquoi pas encore certains articles de wikipédia quand ils sont bons, même s’ils méritent toujours d’être recroisés avec d’autres sources: les références ou les ouvrages qu’ils citent fournissent, en tout cas souvent, d’excellents points de départ pour aller chercher les informations soi-même sur toutes ces problématiques.

Merci encore de votre lecture et de votre présence!

En vous souhaitant une excellente journée, peut-être à l’ombre d’un vieux mur de pierre ou dans le songe évanescent d’une forteresse qui émerge du brouillard, par un matin blanc d’hiver. Longue vie!

Frédéric EFFE.
pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes

Histoire de châteaux-forts & techniques de siège médiévales 2

histoire_chateaux_forts_mottes_castrales_monde_medieval

Index des autres articles sur le sujet:
1. Naissance des châteaux-forts
2. Du bois vers la pierre
3. Mottes, forteresses de bois et techniques de siège
4. L’âge d’or des châteaux-forts
5L’automne des châteaux-forts

2. DU BOIS VERS LA PIERRE

D_lettrine_moyen_age_passionans notre premier article sur la naissance des châteaux-forts (ou sur le point de départ dans le temps qu’on définit comme tel), nous suivions sagement l’architecte du XIXe siècle Eugène Viollet le Duc. Il  nous y décrivait le contexte précédent le Xe siècle, l’émergence des premières mottes castrales et les balbutiements d’une féodalité en gestation. Pour aborder le siècle suivant autant que pour élargir un peu nos vues, il est désormais grand temps de nous adjoindre les découvertes du XXe siècle.

Nous parlerons donc ici d’Architecture médiévale, bien sûr, mais aussi d’archéologie médiévale puisque c’est à la lumière de cette dernière et d’éminents spécialistes de la discipline que nous examinerons la période médiévale qui succède à l’apparition des premières mottes de terre et de bois, période que l’on considère encore souvent comme une période de « transition » vers les châteaux-forts de pierre. Le mot « transition » est mis entre guillemets ici parce nous en profiterons pour revenir sur la vision un peu simpliste et linéaire que nous livre ou que nous a livré, par le passé, une certaine chronologie de l’Histoire des châteaux. Après nous être efforcé de redessiner les contours du paysage « fortifié » de cette période du XIe au XIIe et sa grande variété, nous parlerons encore de féodalité pour tenter de mieux comprendre ce contexte du XIe siècle qui voit se multiplier les châteaux de manière telle que l’on a parlé de « maillage » du territoire.

Mottes, châteaux et forteresses,
à la lumière de l’architecture médiévale

Reconstitution d'une motte castrale avec l'appui de l'archéologie, Terra Maris Museum, Hollande
Reconstitution d’une motte castrale avec l’appui de l’archéologie, Terra Maris Museum, Hollande

A_lettrine_moyen_age_passionvant même de parler « d’évolution »‘ ou d’émergence du château-fort par la motte castrale, il nous revenir sur quelques éléments vus en introduction. Pour autant que de manière « conventionnelle » (ou « réthorique » si l’on préfère), il est intéressant d’avoir un point de départ en Histoire, il ne faudrait pas non plus perdre de vue la situation réelle sur le terrain. A la lumière de découvertes faites au XXe siècle, la réalité des faits est, en effet, un peu plus complexe que ce que nous en contait Viollet le Duc dans notre article précédent; au delà du contexte historique et idéologique dans lequel notre architecte s’inscrivait, au moment de rédiger son dictionnaire raisonné d’architecture,  il avait, de fait, moins de données archéologiques à sa disposition que nous en avons aujourd’hui.

C’est ce même souci de réalisme qui animait un nombre important d’éminents spécialistes et érudits du CNRS dans le courants des années 1980. Ces derniers se réunissaient, en effet, à Caen, sous l’égide de Michel de Boüard, historien et archéologue (portrait ci-contre), à l’occasion d’un grand colloque, avec l’idée d’y faire état de leurs questions autant que de leurs réponses sur les mottes et les châteaux du moyen-âge, en vue de s’entendre sur des définitions communes dans cette jeune discipline qui était alors la leur: l’archéologie médiévale. Ces chercheurs faisaient ressortir plusieurs constats d’importance de cette réunion que nous croisons, ici, avec un nombre varié de sources plus récentes. Que ceux qui se sont attachés à notre guide de l’article précédent se rassurent, nous n’oublierons pas, au passage Eugène Viollet Le Duc; nous nous en voudrions de le semer brutalement en route, d’autant que comme nous le verrons, sur certains points, il n’est pas si aisé que cela à distancer.

Histoire des châteaux-forts : le deuil d’une chronologie simplifiée et simpliste

Motte de Rittersdorf. Kanzach, Allemagne, Réconstitution d'une motte du XIIIe siècle
Motte de Rittersdorf. Kanzach, Allemagne, Réconstitution d’une motte du XIIIe siècle

I_lettrine_moyen_age_passion copial faut bien comprendre qu’en Histoire, certaines observations « tendancielles » « tendent » quelquefois à se figer en « vérités » immuables. Ce phénomène s’explique sans doute par le fait que c’est une discipline qu’on prétend enseigner à tous et dès le plus jeune âge, ce qui n’est pas le cas des autres sciences humaines. Concernant cette pierre d’achoppement de l’Histoire, il y a, sans doute aussi, des raisons plus profondes liées à l’instrumentalisation que l’on peut faire du passé que cela soit en idéologie ou en politique, ou même quelquefois simplement le fait que les théories doivent s’échafauder sur des vides documentaires relatifs. On pourra encore ajouter que l’histoire médiévale a longtemps hérité de ses pères du XIXe dont les tendances théoriques allaient à l’évolutionnisme, dans une Histoire qui restait une « affaire nationale », pour ne pas dire « nationaliste »(*).

Quelles qu’en soient les raisons, cette façon de figer les choses, en les « vulgarisant », est bien commode pour qui veut fixer « à peu près » une version digeste (et erronée) des réalités passées, mais il faut aussi savoir s’en défier. Quand nous approchons l’histoire médiévale et le moyen-âge, nous ne cherchons pas à apprendre une leçon en vue d’un examen, ni à former des idéaux simplistes, nous cherchons à comprendre vraiment la situation. Les réalités des sociétés humaines, qu’elles soient passées ou présentes, sont toujours immensément complexes et comme toutes les sciences humaines qui ont la prétention de les approcher peuvent doutent, il nous plait de considérer que l’Histoire puisse le faire aussi, sauf à se déconsidérer, elle-même, comme discipline sérieuse et scientifique. Pour le dire de manière plus légère, il y a un moment où il faut fermer les vieux manuels d’histoire qui traitent de la période du moyen-âge, la plupart du temps, en une page et demi; c’est ce même moment où l’Histoire « racontée aux enfants » doit topaze_histoire_medievale_chronologie_chateaux_forts_mottes_castrales_moyen-age céder le pas sur l’Histoire au plus proche des faits. A la lumière des traces comme des vides laissés, elle  doit alors se livrer dans sa complexité, avec ses limites et ses tâtonnements. Et pour chercher cette Histoire là, la meilleure solution restera toujours d’aller au coeur des laboratoires et de remonter à ses chercheurs. (ci-joint un clin d’oeil au maître d’école de Pagnol, « Topaze », immortalisé par Fernandel)

Concernant l’évolution des châteaux-forts, on a souvent tendance à nous la présenter de manière très rigide et linéaire. Je dit « on a » et non pas « on avait » parce que le deuil de cette chronologie n’est pas encore fait; c’est cette même version raccourcie que vous trouverez encore souvent reprise, ici ou là, pour « résumer » (expédier?) l’histoire des châteaux-forts.

Xe siècle : Apparition des mottes castrales et des premiers châteaux à mottes. Enceinte et palissade de bois ( basse-cour ) butte au centre surélevée sur laquelle trône une tour de bois ( donjon ), rampe d’accès à cette même tour, bordée également quelquefois de sa propre palissade.

XIe siècle : Remplacement progressif du bois vers la pierre du donjon puis de l’enceinte dans ces mêmes mottes.

XIIe siècle : apparition des châteaux de pierre. Architecture philippienne. Apparition du château-fort carré, tours flanquées, courtines, chemins de ronde, donjon toujours au centre.

N’allons pas, pour l’instant, au delà du XIIe siècle pour rester sur la période qui nous intéresse aujourd’hui dans cet article. Voilà une chronologie simple, ou qui l’était pendant un temps, et dont on se contentait. En somme, tout était partie des mottes ayant évolué. Tout le monde peut retenir cette version; elle est en partie vraie mais elle ne reflète pas les choses qui sont loin d’être aussi figées sur le terrain.

A. Les Mottes castrales en question

Datation et disparition :
la question des mottes tardives

motte_castrale_chateaux_fort_de_bois_allemagne_reconstitution_histoire_moyen-age
Une Motte castrale reconstituée dans le, parc historique de Bärnau-Tachov, Allemagne

L_lettrine_moyen_age_passione premier constat sur lequel nous devons nous attarder concerne la datation des mottes castrales et notamment la datation de leur disparition. Sur l’apparition, même si les données restent maigres pour ne pas dire qu’elles ne tiennent qu’à un fil, on s’entend encore avec Viollet le Duc, sur le fait qu’elles sont apparues dans les dernières décennies du Xe siècle. En revanche, concernant leur disparition, les choses sont un peu plus élastiques, comme le confirme le  préambule du colloque de Caen sur ce sujet:

« La date à laquelle, dans telle ou telle région, l’on cesse de construire des mottes est souvent en relation avec la date où l’on avait commencé d’en édifier. Dans le nord-ouest de la France, ou en Angleterre, on n’en construit plus guère après la fin, voire après le troisième quart du XIIe siècle. Dans le sud-ouest, au contraire, où la motte est apparue plus tard, nous savons qu’il en fut élevé encore dans le second quart du XIIIsiècle, voire au XIVe. Mais il est certain que partout des mottes continuèrent d’être occupées longtemps après que l’on eut cessé d’en construire, surtout lorsque l’on avait installé sur la motte une tour de pierre. »
Michel de Boüard, Archéologie médiévale – Colloque de Caen.

La réalité de terrain fait donc état d’un décalage de près de quatre siècles dans l’apparition des mottes castrales, sur le seul sol français, (XIIIe, XIVe!) soit de 300 à 400 ans pour que l’innovation se propage du nord vers le sud de la France. Nous parlons d’une construction qui ne nécessite pas des trésors d’ingénierie et d’expertise. Même si l’architecture défensive médiévale connaîtra encore quelques progrès après le XIIIe siècle, c’est tout de même le moment où la technologie des châteaux forts est réputée être à son apogée et où, supposément , les armées se sont structurées et, du même coup, on s’est réapproprié les techniques de siège les plus sophistiquées! Que viennent faire au milieu de tout cela des mottes castrales de terre et de bois? histoire_chateaux_fort_mottes_castrale_monde_medievalLa disparité des situations sur l’ensemble du territoire impose, à l’évidence, un sérieux glissement à l’ensemble de la chronologie de départ. Au delà de ce glissement évident, cette disparition tardive soulève tout de même quelques remarques et appelle quelques questions. (ci- contre un garde de la motte du parc médiéval allemand  de Bärnau- Tachov. Qui s’y frotte s’y pique!).

Du « brouillon passager » de château-fort
au standard défensif

Réconstitution d’une motte castrale à Saint Sylvain d’Anjou, France

L_lettrine_moyen_age_passiona première des remarques est que plus qu’un simple objet « innovant », un brouillon de château-fort des origines,  la motte castrale semble, indéniablement, s’être imposée comme un « standard » défensif qui a duré dans le temps. Au fond, elle est devenue pendant près de 400 ans, la construction reconnue ou « réputée » comme la plus efficace  afin d’assurer sa défense minimum contre des petits exercices militaires (voisins ou invasions légères), pour une certaine classe de seigneurs ou une certaine aristocratie. Indéniablement encore, la rapidité de sa construction et la disponibilité des ressources de l’environnement ont joué en sa faveur. Que l’on soit riche aristocrate, seigneur peu nanti et petit propriétaire terrien, elle semble être, en effet, devenue cette fortification que l’on va pouvoir construire rapidement, face à une urgence et/ou en l’absence de grands moyens. Je dis « elle semble » motte_castrale_histoire_medievale_chateau_fort_moyen-ageparce que je voudrais éviter de répéter deux fois les erreurs déjà faites en la dépouillant de sa complexité pour en faire d’un objet temporel et « évanescent » dans une séquence chronologique, autrement dit, un simple objet factuel au bas de l’échelle des châteaux. Cela procéderait, au fond,  du même raisonnement expéditif et la complexité des représentations culturelles et symboliques attachées à chaque société, présente ou passée enjoint à la prudence dans l’exercice de la théorisation. Au fond, nous ne savons pas grand chose de toute la charge symbolique de la motte castrale dans son monde médiéval, nous ne pouvons qu’essayer de la deviner  ou la « déduire » entre les lignes. Une chose est certaine, cette construction ne peut plus être vue simplement comme une forme de fortification passagère, bien vite dépassée dans  le temps et bien vite oubliée puisqu’elle a perduré. (ci dessus photo presque surréaliste d’une motte castrale reconstituée en plein milieu du paysage urbain, Musée de Herne, Allemagne). 

De l’objet factuel à l’objet symbolique

C_lettrine_moyen_age_passiononcernant cette apparition tardive des mottes castrales sur certains territoires, la propagation d’une innovation n’est pas aussi rapide que celle que l’on connait à notre ère de grand consumérisme me direz-vous? En réalité, les mottes ont, à partir de leur localisation d’origine (entre la Loire et le Rhin), essaimé dans une grande partie de l’Europe, les voies de communication ne semblent donc pas en cause; en plus de cela, nous parlons en plus de trois siècles d’écart, pas de quelques années. Leur propagation est-elle seulement la marque de conflits qui s’étendent vers d’autres zones? Au fond, aux mêmes périodes, les seigneurs et les aristocrates ne vivent pas tous dans des châteaux de pierre, ni des mottes loin s’en faut. Certains vivent aussi derrière de simples enceintes ou dans des « maisons fortes » et n’ont pas attendus d’avoir une motte castrale pour s’y loger. Ne serait-il pas moins fastidieux alors de fortifier une construction existante plutôt que de réunir tant de bras pour élever une motte (ou plusieurs) au milieu de ses terres? Qu’exprime-t’elle, cette motte, d’un pouvoir et de ses intentions à l’attention de son environnement immédiat? Dans cette féodalité qui se structure et consacre le pouvoir des petits seigneurs sur leurs terres et « leurs gens », ne la construit-on vraiment que pour régler des conflits réels avec des seigneuries ennemies ou faire face à des envahisseurs potentiels? En élevant sa demeure si haut qu’elle puisse être vue de si loin, ne veut-on aussi marquer « visuellement » et « dominer » de sa présence et son autorité un territoire auprès de ceux qui pourraient le convoiter, autant qu’auprès de  ceux  qui l’occupent et le cultivent? Ah! Si je n’avais pas, depuis longtemps déjà, nourri quelques réserves  à l’égard de la nature scientifique des grandes théories freudiennes,  je pourrais même être tenté de m’essayer à quelques digressions psychanalytiques mais comme elles n’épuiseraient pas, de toute façon, notre sujet, qu’il nous suffise d’évoquer, d’un mot, ces « grivoiseries » autrichiennes et d’en faire une vignette clin d’oeil pour les adeptes du père fondateur de la discipline.

Q_lettrine_moyen_age_passionuoiqu’il en soit, il est assez frappant de voir, à travers la multiplication de ces constructions dans l’espace et dans le temps, ce qu’elles nous disent aussi d’un certain contexte politique et social. Ce monde féodal est en guerre, mais sans doute plus seulement et uniquement contre des envahisseurs à compter du XIe siècle. Au delà des tensions de terrain et des pillages, c’est une lutte entre vassaux, mais aussi une guerre symbolique pour la conquête du pouvoir sur les terres, une guerre de signes et de positionnement. Songez qu’on parle de Seigneurs ayant fait construire pour eux-seuls jusqu’à cinq mottes, il s’agit donc vraiment d’un maillage du territoire mais aussi d’une manifestation ostentatoire de pouvoir sur les paysages et l’environnement. Dans ce fourmillement, il faut voir aussi, certainement, l’éclatement progressif du pouvoir du haut vers le bas, et peut-être  une volonté d’y accéder ou d’en être partie-prenant par tout un tas de petits aristocrates ou propriétaires terriens qui se positionnent ainsi sur leurs terres pour les marquer de leur sceau, auprès des seigneuries voisines, tout autant qu’auprès des paysans et des gens qui les occupent déjà. Sur ce sujet, il faut lire ou relire l’article de Michel Bur « vers l’an mil, la motte castrale, instrument de révolution ».

Reconstitution d'une motte castrale et sa basse-cour, Allemagne.
Reconstitution d’une motte castrale et sa basse-cour, Allemagne.

De l’objet-pouvoir  à la mimétique de « Classe »

« Un château de peu de moyens certes!, mais un château tout de même! »

A_lettrine_moyen_age_passionvec le temps, en plus de s’imposer de manière simplement factuelle, cette construction dans laquelle Viollet le Duc ne voyait qu’un moyen de défense bâtie à la hâte, une sorte de « brouillon » de château,  est certainement devenue  aussi le signe et le symbole de quelque chose de plus qu’il est sans doute difficile de mesurer dans toute son ampleur. Cette motte castrale fait corps avec la symbolique de ce monde féodal qui se structure: forme de défense effective contre de petits exercices ou des invasions légères cela est indéniable, marque ostentatoire de pouvoir sur son environnement par son détenteur, cela est certain, mais surement est-elle encore, une marque de prestige, de rattachement, de référence, d’appartenance de classe, qui inscrit le seigneur qui la construit dans une certaine histoire,  une forme de tradition ou encore d’élitisme « de classe ». En plus de la simple efficacité défensive ou de la main mise sur un territoire, il semble qu’il puisse y avoir, aussi, dans ces constructions qui perdurent au delà d’une « certaine marche du progrès », une marque de l’accession à un univers symbolique de classe, un symbole fort qu’une simple maison fortifiée ou une enceinte ne peut suffire à démontrer. Dit autrement, la motte, signe/langage d’un pouvoir féodal qui se codifie et d’une prise de pouvoir reconstitution_motte_castrale_holland_charpente_histoire_medievale_chateau_fortaristocratique sur les terres, a d’une certaine manière, « démocratisé » en le rendant accessible à peu de frais, le symbole de l’ascension vers une classe aristocratique dirigeante pour tout un tas de petits aristocrates et petits seigneurs? (ci-contre, motte castrale de Terra Maris, charpente et construction, Hollande ).

Nous n’avons pas bien sûr, ici, la prétention de répondre à toutes ces questions, mais les soulever permet de montrer l’intérêt de dépasser le simple objet factuel et chronologique, pour considérer cette motte castrale comme un objet à la fois symbolique, sociologique et anthropologique.  Du reste, la définition que donne Philippe Durand de la  « Castellologie » – cette discpline qui étudie les châteaux et l’architecture fortifiée – recoupe tout à fait cette approche symbolique de la motte castrale sur laquelle nous venons d’insister:

« La castellologie définit le château comme un édifice aristocratique répondant à trois fonctions : défense, résidence et symbolisme. Elle en considère les différents types : le château à proprement parler, le petit château (construction de la moyenne aristocratie qui imite les édifices des grands seigneurs), la maison forte (édifice qui se compose d’un seul élément architectural) et les autres résidences aristocratiques. »
Philippe Durand Castellologie Architecture, Universalis

De l’objet  chronologique à l’objet d’étude complexe: apprehender le monde médiéval.

A_lettrine_moyen_age_passionu delà de l’évidence, que l’on ne peut réduire la motte castrale à « une simple étape du Xe siècle dans l’histoire des châteaux sur un territoire affecté de manière égale par les agressions », on ne peut, d’avantage, réduire ces premières forteresses à un  « objet factuel à l’efficacité reconnue » parce qu’au fond les objets ne sont jamais uniquement de simples « choses » comprises dans des suites d’innovations ou des séquences temporelles. Ils sont aussi, chacun à leur manière, intriqués dans leur monde, attachés à des usages, à des systèmes de références, à des logiques de classes et à des charges symboliques complexes que la seule notion de « prestige » ne peut suffire à totalement résumer.

Vestiges d'une motte castrale du XIIe siècle, Flandre, Belgique, Evergem
Vestiges d’une motte castrale du XIIe siècle, Flandre, Belgique, Evergem

Comment retraduire aujourd’hui véritablement toute cette complexité? Quoi retenir ou écarter? Quels sont les critères? Nos historiens  et nos archéologues médiévistes se battent encore avec la sémantique et les définitions données aux mots de l’époque médiévale pour en percer le sens véritable. Dans un registre plus terre à terre mais qui pose, pourtant, autant de problèmes de méthodes, il leur faut encore comme ils le soulignent si souvent eux-même – y compris dans les lignes de ce colloque de Caen – recouper les affirmations des chroniqueurs de l’époque à l’aide d’autres sources plus officielles parce qu’il n’est pas rare que ces derniers enjolivent les faits quand il ne les inventent pas tout simplement! Pour actualiser un peu nos données, je vais ajouter encore qu’au moment du colloque, pratiquement aucune politique de fouilles archéologiques systématiques n’avait été décidée sur les mottes castrales. Il semble que depuis, quelques études de terrain aient fort heureusement vu le jour, mais songez, tout ce qu’on savait alors pratiquement des mottes, en dehors de quelques fouilles, ne résidait que dans quelques documents écrits et dans quelques tapisseries d’époque (voir ci-dessous « l’incontournable » tapisserie de Bayeux au sujet des mottes castrales). O frustration légitime du scientifique et de l’archéologue qui sait qu’il a devant lui autant de livres ouverts qui ne demandent qu’à être lus mais qui requièrent pour que l’on en tourne les pages quelques crédits et quelques volontés officiels. Mais aussi combien de lignes écrites sur un objet qu’on connaissait finalement si peu. (1)

La très incontournable tapisserie de Bayeux au sujet des mottes castrales.
La très incontournable tapisserie de Bayeux au sujet des mottes castrales.

E_lettrine_moyen_age_passionn un mot, pour en conclure, toutes ces découvertes concrètes viennent nuancer les chronologies expéditives et erronées, autant qu’elles nous obligent à revisiter l’idée simple et linéaire d’une motte castrale des origines, « esquisse » dans le meilleur des cas, « brouillon » dans le pire, des premiers châteaux-forts. Nous pouvons, à travers cela, toucher un peu du doigt les limites d’une certaine histoire évolutionniste, comme les limites des simplifications excessives de la réalité du terrain à la théorisation, puis à sa vulgarisation, qu’elle soit  au service de la pédagogie ou de l’idéologie, les deux n’étant pas exclusifs; il reste difficile, en tout état de cause, de mesurer l’importance de ce que l’Histoire qu’on nous sert écarte des « vérités » tendancielles quand elle s’essaye à l’exercice de la chronologie comme de la synthèse, pour sortir de ses laboratoires vers le grand public. Quelquefois, il peut s’agir de choses bien plus subtiles qu’il n’y parait et qui peuvent être aussi hors de portée de l’historien lui-même, parce que son travail est complexe mais aussi parce son monde n’est pas le monde des représentations, des symboles et des mots qu’il cherche à étudier. Pour naviguer dans cette complexité autant que dans les vides laissés, il n’est pas rare que les outils lui manquent et l’apport des disciplines connexes ne devrait jamais être un luxe pour lui, mais c’est une leçon qu’il a tiré depuis. 

Sur la partie critique des outils, des conceptions et de l’instrumentalisation de l’Histoire, Il faut lire  quelques excellents écrits de l’Historien Alain Guerreau à commencer par celui-ci, daté de 2008 : Situation de l’Histoire médiévale.  Sur la partie très concrète de la difficulté des datations et dans un effort louable pour dépasser les polémiques, vous pouvez utilement consulter l’article de Laure Leroux daté de 2013: Du monument à son histoire : aperçu méthodologique des études castrales en France.

ENTRACTE! Vidéo de la Motte castrale de  Holstein, Allemagne.

Retour sur la définition de mottes castrales
par l’archéologie médiévale

« Il y a tant de mottes qu’on ne peut les conter »
Contre-pétrie  « cyclopédique ». (pas de quoi y passer la journée)

D_lettrine_moyen_age_passionans le même état d’esprit, à la lumière de cette archéologie médiévale qui débordait déjà de ses frontières pour s’élargir à l’Europe, nos experts de Caen se penchaient encore sur la notion même de mottes castrales pour tenter d’en définir les contours. La construction, typiquement marquée du sceau des francs, en aurait-elle pris un coup? Il semblerait que non. Les théories venues tenter de faire des mottes une innovation purement Viking, en contradiction avec ce que nous apprenait notre architecte Viollet le Duc, n’ont pas été retenues. Aucune trace de mottes n’a été retrouvée pour l’instant dans les pays du nord dont ils étaient originaires. Concernant la propagation des mottes castrales dans le courant de ces XI, XIIe, voir XIIIe siècle, elles se retrouvent un peu partout sur ce vaste territoire européen à l’exclusion toutefois de quelques pays qui ne semblent pas les avoir érigées : Norvège, Suède, Péninsule ibérique. On émet aussi l’hypothèse que ces innovations aient pu émerger de manière simultanée dans tous ces pays, sans pouvoir l’établir de manière certaine et, du coup, on retient plutôt l’idée d’une propagation.

En fonction des régions, même si le même « standard » semble revenir (les photos de cet article de mottes castrales « reconstituées » à travers l’Europe, sont là pour en faire la démonstration). On fait tout de même face à une profusion de constructions : avec ou sans basse-cour, avec ou sans donjon, mottes doubles, mottes contemporaines des mottes castrales mais ayant d’autres vocations (agricoles, défensives uniquement, etc). En remontant le cours du temps, on trouve encore des tertres élevés depuis la préhistoire. Au secours! A moi les définitions! Qu’est-ce donc qu’une motte castrale pour l’archéologie médiévale?

Motte Castrale de Brion, Puy de dome et apport de la photographie aérienne sur la détection des vestiges.
Motte Castrale de Brion, Puy de dome et apport de la photographie aérienne sur la détection des vestiges.

A_lettrine_moyen_age_passionu final, on semble tout de même prêt à s’entendre pour border le sujet et classifier les mottes, de façon à garder bien intacte la catégorie de mottes castrales, même si, on le sent bien à la lecture des minutes de ce colloque de Caen, la définition garde encore une touche de polémique chez les archéologues médiévaux d’alors, les disparités régionales et trans-nationales venant ajouter à la complexité. Pour être dignement castrale, la motte devra donc :

1. être « partiellement ou totalement » élevée de manière artificielle.

2. être dotée d’une résidence seigneuriale  qui peut, ou non, prendre la forme d’un donjon (quoique) et se tenir ou non sur la motte. Quelquefois une simple tour de défense est sur la motte et la résidence du seigneur se trouve alors dans la basse-cour.

3.
être dotée d’une basse cour à l’enceinte fortifiée? Cela ne semble pas un critère pouvant être systématisé au vue des observations régionales.

4.
être dotée d’une double fonction militaire et résidentielle pour le seigneur qui l’occupe. Elle ne peut être une simple installation militaire ou qu’un fortin bordant une frontière. Sur le dernier point, certains archéologues de ce colloque fondateur semblent  tenter d’élargir ce critère à certains mottes qui n’ont de vocation que militaires. Le faire bien sûr rendrait notre point 2. caduque, mais plus loin la fonction du château typiquement « défensif et résidentiel » serait définitivement mise à mal, autant d’ailleurs que l’opposition formelle entre Castrum romain et château de Viollet le Duc. Dans ce dernier cas, une seule catégorie de motte entrerait donc encore dans la théorie « conventionnelle » de l’histoire des châteaux-forts.

Naissance d’une discipline médiévale

O_lettrine_moyen_age_passionn le voit, même si cette architecture médiévale ne remettait pas tout en cause, une certaine vision était à revisiter avec cette nouvelle échelle d’observation et au fil de cette nouvelle discipline, elle-même alors en construction. Et la tâche se montrait déjà ardue car à peine s’affirmait-elle, que la voilà qui se morcelait déjà en régionalisme; il faut passer par la complexité pour aller vers les synthèses les plus justes. On demandait alors des études systématiques à la hauteur des ambitions et il est vrai que pour répondre à ces voeux, il semble que les études de terrain se soient multipliées à défaut de s’être systématisées dans les années suivantes. Ont-elle suffi ou suffiront-elles pour autant, à combler certain vides que l’analyse des sources documentaires et des écrits, plus du ressort de l’historien pouvaient en partie combler? Les historiens semblaient alors en douter plus que les archéologues eux-même. Pourtant, la volonté de l’archéologie médiévale était claire et affichée : naître comme une discipline à part et s’affranchir en partie de l’Histoire; avant que de théoriser ou spéculer, il fallait attendre que le terrain livre sa vérité. De l’émergence de cette archéologie médiévale est née d’ailleurs, une forme de schisme entre historiens et archéologues dont il n’est pas totalement certain qu’il soit, à ce jour, résorbé puisque les deux disciplines continuent de coexister. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces problématiques, vous pouvez vous référer très utilement au colloque de Caen en 1980 à propos des mottes castrales et des châteaux à donjon. Pour faire un point sur l’archéologie médiévale récente, sur ses apports comme sur ses difficultés vous pouvez aussi consulter utilement l’article suivant de Jean Chapelot: Retour critique sur l’évolution de l’archéologie médiévale depuis dix ans.  Revenons pour ce qui nous concerne à nos moutons!

B. Du bois vers la pierre :

Evolution hétérogène des matériaux

enceintes_fortifiees_medieval_histoire_chateaux-forts_forteresses_an_mil
An mil, reconstitution de l’habitat fortifié de Colletière, Lac de Paladru, site archéologique d’exception. Infographie de J. Martel. http://www.isere-patrimoine.fr/2924-les-fouilles-de-charavines.htm

R_lettrine_moyen_age_passioneprenons donc notre l’histoire des châteaux en repartant de la version un peu simpliste des événements pour mieux la nuancer. Du Xe au XIe siècle, l’évolution consistera, principalement, à voir se généraliser l’usage de la pierre dans la construction des forteresses et des donjons. Le donjon de bois de la motte castrale sera peu à peu remplacé par un donjon de pierre. Nul doute que dans les pays où elle abonde, on s’en était déjà servi pour construire les premières fortifications mais, pour le coup, devant le peu de résistance qu’offre le bois comme matériau, la nécessité se fait jour d’employer la pierre de manière plus systématique, quand on en a la disponibilité et les moyens. Les choses varient encore selon que la forteresse bénéficie ou non d’une protection naturelle par son site même : éperon rocheux, inaccessibilité du terrain contre plaine, présence de l’eau et de douves contre fossés secs ou même simplement selon qu’elle se trouve éloignée ou non des zones de tension. En plus de tout cela, il y a encore nécessairement des variations régionales, dans l’utilisation des matériaux ou les « standards ».

Concernant cette version du  remplacement du bois vers la pierre dans le courant du XIe siècle, je fais appel, cette fois,  à un exemple parmi tant d’autres, celui du Jura, pour qu’on comprenne bien qu’il en va de cette affirmation « commune » comme de la précédente.

« La transition ou le passage entre la motte féodale et le château de pierre s’effectue cependant de manière différente selon les sites, c’est du moins ce qu’indique les sources archivistiques. Si la plupart d’entre elles cesse d’être mentionnée dès la fin du XIIIe siècle et plus volontiers dans le courant du XIVe siècle, plusieurs signalements de « motte foussoyée » sont rencontrés à la fin du XVIe siècle. Ces chronologies permettent ainsi d’envisager une certaine persistance des mottes dans la plaine doloise, avant leur remplacement par les constructions en pierre. Cette adéquation entre abandon de la motte et construction en pierre semble donc s’opérer sur près de deux siècles. »
Le château et la seigneurie dans le Jura Xe -XVe siècle,
Serge David, J-Luc Mordefroid, Musée Archéologique du Jura,

Encore une nuance apportée par les régions à la fois sur les mottes, mais aussi sur la transition du bois vers la pierre, et, cette fois-ci, notre chronologie glisse jusqu’au XVIe siècle. Bref, il semble que nous ayons compris l’idée. Pour autant qu’elle soit séduisante, une chronologie  simple ne sied pas à l’évolution des châteaux. Ci-contre, à gauche, mottes_catrales_tardives_histoire_chateau_fort_jurala carte du Jura et des mottes à cette période, tirée du dossier susnommé consultable ici. Au passage, vous noterez l’extrême profusion de ces installations, notamment en plaine. C’est une véritable fourmillement.

Outre ce remplacement du bois vers la pierre qui est loin d’être aussi systématique et général, dans le courant du XIe siècle, il ne faut pas, non plus, perdre de vue la très grande hétérogénéité des constructions  et c’est une autre idée sur laquelle il faut aussi insister. Cela relève de l’évidence, mais tous les seigneurs ne se tiennent pas à l’époque qui nous intéresse dans des mottes castrales. Les moyens de se défendre et de se fortifier sont en effet multiples et l’Histoire des châteaux-forts ne recouvre donc pas totalement l’Histoire des résidences des aristocrates, propriétaires terriens, ou seigneurs médiévaux mais bien plutôt, l’Histoire d’une certaine aristocratie ou de certaines seigneuries, sans nul doute les plus aisées et les plus puissantes. La motte castrale gomme en quelque sorte les différences mais plus on ira vers la pierre, plus cette vérité se confirmera. Quelles sont donc ces autres constructions à prendre en compte pour avoir une vue d’ensemble du paysage fortifié de cette France, autour du XIe siècle?

Enceintes de pierre, Enceintes castrales et Donjons de pierre sans motte

Ile Saint-Honorat, Provence. Ancien Monastére Fortifie à partir du XIe siècle
Ile Saint-Honorat, Provence. Ancien Monastére Fortifie à partir du XIe siècle

P_lettrine_moyen_age_passion copiaalissade et/ou élévation, moyens  employés traditionnellement par les hommes pour se défendre de leurs congénères? Assurément, nous le disions en introduction de cette série d’articles. Depuis le début du XXe siècle,  on a, de fait, retrouvé un grand nombre de traces d’enceintes dans toute l’Europe et jusqu’aux plaines de Russie. Certaines d’entre elles ont hébergé des villes ou des villages, d’autres de petites communautés, d’autres encore des seigneurs.

Quelquefois donc, les seigneurs se protègent simplement derrière une enceinte et ne construisent ni donjon, ni motte. Les éléments fonctionnels de leur résidence sont alors dispersés dans l’enceinte. Dans certains cas, un château a bien été construit mais il l’a été postérieurement à l’occupation effective de l’enceinte. Au même titre que la notion de mottes castrales, on parle « d’enceintes castrales » pour désigner ce type d’enceinte particulière, et on est bien tenté d’ailleurs de les faire entrer aussi dans la catégorie des ancêtres du château, même si elles ne sont pas des mottes à donjons ou des donjons à mottes, bref des mottes castrales. Les découvertes de l’archéologie moderne distancent encore quelque peu ici l’architecte qui nous servait de guide lors de l’article précédent en donnant de l’élasticité aux définitions. Dans d’autres cas de figure, comme on l’avait vu avec Viollet le Duc, c’est une motte castrale sur laquelle on trouve un donjon et on en fait alors chateaux-forts_mottes_castrales_donjons_histoire_monde_medieval« l’ancêtre du château-fort à donjon », mais elle n’a pas toujours de basse-cour ni d’enceinte autour. Dans d’autres cas, encore, il y a motte, il y a seigneur, mais point de donjon sur la motte, quelquefois c’est une simple tour de défense qui domine l’installation. De la même façon, on connaît aussi et déjà au Xe et XIe siècle l’existence de donjons de pierre isolés, contemporains des mottes castrales mais sans motte. (ci-contre donjon de Loches, XIe siècle)

« Tour fortifiée résidentielle, le donjon est une création du Xe siècle finissant, surtout sous sa forme la plus originale, la motte surmontée d’une demeure en bois. Il en existe une autre version, sinon plus spectaculaire, du moins mieux conservée, le grand donjon résidentiel en pierre »
Château-fort, Article de Michel BUR sur Universalis.

Autre château-fort de pierre bâti au XIIe, XIIIe supposément, sur une motte castrale normande du XIIe,
Restormel Castle, Angleterre : château-fort de pierre rebâti au XIIe, XIIIe, (supposément) sur une motte castrale normande du XIIe. Ses fondations sont enfouies dans la butte.

L_lettrine_moyen_age_passione donjon, résidence défensive du Seigneur par excellence, élevé ou non sur une butte et ceint ou non d’une muraille, semble, par contre, rencontrer un succès certain au fur et à mesure que l’architecture médiévale se standardise. Pour rester proche de la terminologie d’usage, il faudrait remarquer avec Jean Mesqui, qu’on le dénomme alors « Grande Tour » ou « Tour maîtresse »; l’appellation de Donjon est en effet tardive et ce terme désignait, au Moyen Âge, la partie du château qui forme le siège du pouvoir féodal et non pas ce que nous nommons « donjon » depuis seulement quelques siècles. Quoiqu’il en soit, on retrouvera cette grande tour de pierre, encore construite de manière isolée, dans les siècles suivants, atteignant quelquefois des hauteurs spectaculaires, et il n’intégrera pas forcément un château. De plus en plus souvent, sans toutefois que cela soit systématique, les châteaux eux l’intégreront dans leur cour et les mottes qui en disposent, comme nous l’avons dit, les fortifieront à leur rythme ou non. Quelquefois les sites seront désertés au profit d’autres sites, quelquefois on reconstruira un château de pierre sur le même site. Pour clore le gisors-histoire_medievale_chateau_forts_mottes_castrales_moyen-age_feodalitepaysage de cette France fortifiée, ajoutons qu’il y a aussi, déjà, dans les régions où la pierre abondent et où les seigneurs sont suffisamment puissants pour s’entourer de bâtisseurs experts dans la pierre, des châteaux faits de ce matériau. Le paysage est donc hétérogène même on peut supposer que pour la facilité de leur construction et le peu de moyens qu’elles engagent, les mottes l’emportent en nombre. (ci dessus photo du très célèbre château de Gisors, XIe, XIIe siècle)

Faisceau d’innovations ou évolution buissonnante?

A_lettrine_moyen_age_passionu delà de la forme identifiée de la motte castrale, il semble donc bien que l’on soit tenté d’élargir un peu les catégories, ou en tout cas, de former une vision un peu plus complète de ce paysage fortifié d’entre la fin du Xe siècle et le début du XIIe. Un donjon seul, pas plus qu’une enceinte ne peuvent, me direz-vous, être appelé « château » et il reste vrai qu’un certain nombre des composants combinés que l’on retrouve « souvent » dans les mottes castrales font encore de cette construction  ce qu’il y a de plus proche de ce que l’on retrouvera plus tard dans les châteaux, pour peu qu’on continue de lui prêter une fonction résidentielle. Pour autant, l’évolution de la motte castrale vers le château n’est pas non plus, aussi linéaire et directe qu’on se la représente en général, ce que pressentait déjà Viollet le Duc, en quelque sorte, qui ne lui voyait que peu de filiation totnes_motte_castrale_chateaux_medievaux_angleterre_histoire_medievaleentre ces premières fortifications et les merveilles d’architecture des châteaux du XIIe sauf à en appeler à l’intervention de l’expertise militaire, autant qu’à la conscience politique et territoriale des seigneurs normands.  (ci contre Totnes, Angleterre, château à mottes normand,  XIe siècle)

« Le château normand conserve longtemps les qualités d’une forteresse combinée de façon à se défendre contre l’assaillant étranger ; son assiette est choisie pour commander des passages, intercepter des communications, diviser des corps d’armée, protéger un territoire ; ses dispositions intérieures sont comparativement larges, destinées à contenir des compagnies nombreuses. Le château français ne s’élève qu’en vue de la garde du domaine féodal ; son assiette est choisie de façon à le protéger seul ; ses dispositions intérieures sont compliquées, étroites, accusant l’habitation autant que la défense ; elles indiquent la recherche d’hommes réunis en petit nombre, dont toutes les facultés intellectuelles sont préoccupées d’une seule pensée, celle de la défense personnelle. »
Eugène Viollet le Duc. Dictionnaire raisonné d’Architecture

L_lettrine_moyen_age_passiones analyse d’Eugène Viollet le Duc reste étayées et très convaincantes, et les normands ont laissé de cette époque de véritable chef-d’oeuvre d’architecture défensive, mais il serait intéressant de voir si les enceintes castrales, de même que les donjons de pierre isolés, qui n’étaient pas juchés sur des mottes et qui en sont contemporains, n’ont pas eux-même été, au moins partiellement partie-prenant des évolutions. Au fond, au vue de ce que nous démontre l’archéologie de leur présence aux mêmeshistoire_chateau_fort_medieval_moyen-age_chateau_normand_arques_viollet_le_duc périodes, toutes ces installations auront certainement aussi évolué dans le temps, chacune de leur côté mais de manière plutôt simultanée que séquentielle. Finalement, plus surement qu’une simple relation de cause à effet, des mottes vers les châteaux, et sans remettre en cause l’inspiration et l’influence normande évidente, n’y a-t-il pu aussi avoir un effet de regroupement des innovations entres maisons fortes, enceintes castrales et mottes castrales qui auraient participé des évolutions et se seraient cristalliser par la suite et en partie dans le château-fort du XIIe, avant même que Philippe- Auguste ne le standardise, en y adjoignant, peut-être encore avec ses bâtisseurs, quelques éléments antiques retrouvés à la lumière des premières croisades (ci- contre le château normand d’Arques la bataille construit sur un motte, à partir du XIe siècle. Des débats entourent  sa datation).  Je ne prétends pas, bien sûr, diminuer l’importance des avancées de Philippe-Auguste en disant cela, pas d’avantage que l’apport normand, mais plutôt questionner ce que le fruit de deux cent ans d’expérience dans les fortifications du Xe au XIe aurait pu amener vers lui, auquel il faudrait alors rendre justice. Au fond, l’idée même relative d’un faisceau d’innovations, venu d’expertises et d’expériences variées dans la construction défensive qui s’affinent et s’aguerrissent sous la pression des agressions, pour contribuer aussi et, à leur manière, aux progrès du château-fort des siècles suivants, me paraît être, un tout cas, une piste séduisante. (Par rapport à l’image ci-dessous, veuillez noter que ce château du Pays de Galles, a été reconstruit ou restauré plusieurs fois, du vivant de son propriétaire dans le courant du XIIe siècle mais que ce dernier n’a jamais considéré l’usage de la pierre. Voir article en anglais ici sur Hen Domen pour ceux que cela intéresse).

maquette_histoire_medieval_chateau-fort_fortification_moyen_age
Hen Domen, Pays de Galles, château de bois du XIIe siècle, maquette réalisée par Peter Scholefield, sur la base de 30 ans de recherche archéologique.

C. Le paysage politique de la féodalité

D_lettrine_moyen_age_passiones mottes castrales qui tendent à évoluer vers la pierre, des donjons en pierre qui leur sont contemporains et s’érigent sans motte, des enceintes encore, un peu partout, et souvent des tours de garde pour les protéger, mais aussi pour faire le tour de ce paysage fortifié du XIe, des bâtiments civils et surtout des bâtiments religieux qui se protègent, des monastères fortifiés. Religieux, civils, seigneurs, tout le monde aux abris! Ce XIe siècle verra les forteresses et les châteaux se multiplier. Que s’y passe-t-il donc? 

Notion de « Révolution » féodale

Le XIe siècle se caractérise, semble-t’il, par une forme de « push ». J’emploie ce mot moderne à dessein mais c’est un peu ainsi qu’on peut décrire les choses, si tenté que l’on prenne en compte que cette forme de prise de pouvoir se fait dans des espaces laissés vacants ou presque par une royauté affaiblie. Devant la situation  de l’affaiblissement du pouvoir central et sous la pression des invasions, les seigneurs, les aristocrates et les propriétaires fonciers vont, en effet et d’une certaine manière, s’engouffrer dans les brèches et occuper le terrain laissé par ce vide régalien, et nous faire entrer, cette fois-ci, en plein dans cette période que l’on appelle la féodalité. Il est intéressant  de noter que pour certains auteurs, la féodalité n’est pas un régime ou une forme politique établie, au sens où ils ne la considèrent pas comme une forme figée et « stable » d’organisation mais plutôt comme une forme de transition d’une certaine forme de « barbarie » voire « d’anarchie », vers un contrôle monarchique qui exercera à nouveau ses droits et qui n’aura d’ailleurs de cesse de les reprendre sur les seigneurs dans le courant des siècles suivants, de Philippe-Auguste à Saint-Louis. On parle encore ailleurs d’une forme de « révolution » menée par ces seigneurs locaux et ces aristocrates s’étant appropriés le droit de bâtir des châteaux, droit qui était, jusque là, le fait du prince. Bien vestige_donjon_chateau_fort_tour_de_pierre_histoire_monde_medievalsûr et dans ce cadre, ce concept de révolution n’est pas connoté de  l’idée de mieux ou de progrès, mais relève plutôt du constat d’un changement radical, avec un avant et un après. (ci-contre tour de pierre du XIIe siècle, vestige d’un château La Garde-Guérin, France)

« ….Cette crise révolutionnaire a duré l’espace d’une génération, quelquefois l’espace de deux générations, et ceci a suffi à modifier complètement la situation sociale et la situation des châteaux. Alors, pendant cette période qui est marquée par des coups de boutoir violents de la part de l’aristocratie et surtout de la nouvelle aristocratie, le pouvoir sur les châteaux échappe momentanément au prince, il y a appropriation généralement brutale des droits publics et par voie de conséquence des édifices publics et en même temps on voit se construire de nouvelles forteresses sans l’autorisation du prince… »
Pierre Bonnassie, « Châteaux, pouvoir de commandements« .
Colloque d’archéologie médiévale de Caen.

Protection des territoires délocalisée :
de la délégation à la dérive?

D_lettrine_moyen_age_passione nouveaux droits, de nouvelles lois, de nouveaux châteaux ou de nouvelles mottes castrales et la naissance véritable de la féodalité. Au fond, de la vision consensuelle d’un roi, d’un prince ou d’un suzerain qui concède à ses vassaux par absence de choix la protection du territoire, on s’oriente plus résolument sur une dérive de la situation. Certains historiens la font remonter bien plus loin que le Xe, XIe siècle, mais la grande majorité d’entre eux continue d’y voir un régime  très particulier qu’il faut rattacher aux siècles dont nous parlons et dont ce XIe semble consacrer l’avènement. On a décrit cette féodalité comme un régime cruel et injuste, un régime de fortes taxes, de corvées à merci, et d’abus de pouvoir de toute nature sur les petites gens et, comme nous le disions, il  faudra attendre que ces derniers comme les rois dans un effort conjoint aux intérêts toutefois divergents, la fassent tomber graduellement pour en quelque sorte, reprendre les droits que ces petites seigneurs et aristocrates leur avait confisqué.  Les épidémies de peste, mais aussi la dépopulation de la guerre de cent ans auront leur rôle à jour et viendront en quelque sorte, accélérer les choses en changeant la donne pour les petites gens qui travaillent la terre, et du côté du roi la reconstitution d’une armée et la chateaux-fort_anglo-normands_histoire_medievale_mottes_castrales_moyen-age_feodaliteréaffirmation de sa couronne sur l’ensemble de ses territoires reconquis aidera; la guerre de cent ans n’y sera d’ailleurs pas totalement étrangère. (photo ci-contre, Dudley Castle, Angleterre, château rebâti en pierre aux XIIe sur une butte castrale normande du XIe siècle), 

La fracture féodale franco-normande

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour beaucoup donc, ces mottes castrales, ces forteresses et ses châteaux qui se multiplient sont aussi le signe de cette période et c’est une période trouble. Pour  reprendre le fil avec Viollet le Duc, c’est dans une véritable diatribe que notre architecte se lance contre la féodalité et il suivra encore dans ses raisonnements la fracture qu’il avait déjà souligné entre seigneurs français et seigneurs normands. Il nous décriera les seigneurs francs d’alors comme opportunistes, peu soucieux de l’idée de nation, ne cherchant qu’à former de nouveaux accords pour conquérir de nouvelles terres, complotant ou oeuvrant pour « s’assujettir » la protection de plusieurs suzerains. Et voyez que j’use du terme d’assujettissement du suzerain par un vassal, en pensant à la dialectique du maître et de l’esclave. Les intérêts et les dépendances sont doubles et le suzerain, comme le vassal, également instrumentalisé. Ils se soulèveront même quelquefois, vassaux unis contre suzerain. Pour revenir sur cette féodalité « à deux vitesses » ou  à deux visages que Viollet le Duc nous dépeint, l’un normand et l’autre françaischateau_fort_pierre_motte_castrale_histoire_medieval_mauvezin, Michel Bur la reprendra également. Il évoquera, en effet, des systèmes plus collaboratifs entre seigneurs et paysans et une forme de co-dépendance plus intelligente, plus nuancée. qu’il placera préférablement du côté normand: étrangers sur leur propre territoire, nouvelle-ment installés ces derniers auraient ressenti, d’une certaine manière, le besoin plus marqué de s’associer la collaboration des gens s’y trouvant. Est-ce un invariant ou une tendance? Il semble que la fracture existe mais je veux croire encore que les régions parlent différemment sur tous ses aspects et peut-être encore plus sûrement les seigneurs et la nature de chacun. Fait intéressant, Michel Bur note aussi que même construits sans autorisation et sauvagement, de nombreux châteaux avaient fait l’objet d’une régularisation a posteriori par des actes officiels. On se pose alors la question de savoir s’il y a là, après la liberté prise, un volonté tout de même de se placer sous l’égide du roi ou du prince ou sous sa protection, en cherchant son assentiment, ou s’il ne s’agit que de manoeuvres administratives pour prétendre à plus de droits sur le territoire une fois le château régularisé dans les actes. (ci-dessus le château de pierre de Mauvezin,  reconstruit au XIIIe siècle sur un château de bois qui se trouvait sur cette même motte castrale, Midi-Pyrénées,  France)

Maquette : reconstitution de l'enceinte castrale et du site fortifié de Plessis-Grimoult (Calvados), XIe siècle
Maquette : reconstitution de l’enceinte castrale et du site fortifié de Plessis-Grimoult (Calvados), XIe siècle

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoilà donc pour notre XIe et les débuts du XIIe siècle, ces mottes castrales, ces paysages hétérogènes inégalement fortifiés et pas tous de la même manière, cette féodalité qui se structure aussi, dans la violence et les vides laissées, et encore quelques incursions du côté d’une chronologie qui glisse et de la complexité à toucher le monde médiéval dans ses représentations et sa vérité toute entière. J’espère que vous aurez apprécié ces détours sur un sujet sur lequel il est tant difficile de faire court. Du reste, vous l’aurez remarqué, nous n’avons pas abordé le rôle politique et défensif  que joue la religion dans ce paysage féodal fortifié, mais les détours sont suffisamment larges quand l’on se penche uniquement sur les châteaux.

Avant d’aborder les siècles qui verront se généraliser le château-fort de pierre nous ferons, dans notre prochain article, une incursion vers les techniques de siège héritées de l’époque antique à gréco-romaine qui seront à l’oeuvre au moyen-âge notamment face à ses futurs châteaux de pierre.

En vous remerciant de votre lecture, je vous souhaite une excellente journée.  Longue vie!

Fred
Pour moyenagepassion.com

« A la recherche du monde médiéval sous toutes ses formes « 

___________________________________________________________________________(*) Histoire du XIXe et « Nationalisme » : concernant ce mot, souvent historiquement connoté au point d’entre être devenu presque suspect, et la tendance d’une certaine histoire du XIXe siècle à s’exercer à l’échelle des nations, je le constate sans le juger. Sauf preuve du contraire, au sens littéral et historique, les nations sont encore bien des entités réelles, et je n’ai rien, me concernant, contre l’idée que ceux qui occupent un territoire puissent être attachés à leur propre Histoire. Il ne faut pas confondre un concept ou, en l’occurrence, un sentiment d’attachement avec l’instrumentalisation idéologique biaisée qui peut en être faite. D’un autre côté,  on peut aussi avoir du discernement et  éviter de tomber dans la chanson de Brassens qui parlait des « imbéciles heureux qui sont nés quelque part ». Depuis des millénaires, la richesse des sociétés humaines est aussi basée sur les échanges et les apports culturels dans la connaissance et le respect mutuel. L’idée abstraite de gommer ces différences entre les peuples au prétexte qu’elles en créent est une idée simpliste qui relève plus d’une intention politique, économique et stratégique que d’une réalité.