Archives par mot-clé : chansonnier français W

« Diex comment porroie » au XIIIe siècle, un rondeau courtois du trouvère Adam de la Halle

trouveres_troubadours_musique_poesie_medievale_musique_ancienneSujet :    musique, chanson médiévale, vieux français, trouvères d’Arras,  rondeau, amour courtois, langue d’oïl, courtoisie.
Période :  moyen-âge central, XIIIe siècle
Auteur :     Adam de la Halle (1235-1285)
Titre :    Diex  comment porroie
Interprète  :  Ensemble Sequentia
Album  : Trouvères (1984)

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionotre  vaisseau continue de voguer, toutes voiles dehors, sur les eaux du passé et du monde médiéval.  Aujourd’hui, c’est au XIIIe siècle que nous vous entraînons, au nord de la France et dans   une province qui a vu  naître de très grands auteurs du moyen-âge central : celle d’Arras.

musique-chanson-medievale-adam-halle-diex-coment-porroie-moyen-age-s
Tiré des Œuvres complètes du trouvère Adam de la Halle (poésie et musique), Edmond de Coussemaker (1872)

Parmi  eux,   dans la famille des trouvères,   Adam de la Halle ou Adam le bossu est, sans doute, demeuré l’un des plus célèbres. Il faut dire que l’oeuvre de celui que l’on a appelé, parfois, le dernier trouvère, est particulièrement prolifique. À la lisière des compositions monodiques et des premiers envols de la musique polyphonique, il  nous a légué de nombreuses compositions et chansons :  motets et rondeaux, mais aussi pièces de théâtre aux thèmes variés,   pastourelles, congés, …, trempées de lyrisme et de courtoisie mais aussi, quelquefois, de notes plus  satiriques.

Le Ms Français 25566  ou  chansonnier français W

adam-de-la-halle-rondeau-chanson-medievale-diex-coment-porroie-ms-français-25566-moyen-age-sOn peut trouver les œuvres d’Adam de la Halle dans plusieurs sources d’époque, mais nous profitons de ce rondeau pour vous parler du manuscrit Français 25566 de la BnF, également connu sous le nom de Chansonnier  français W (consultable sur Gallica au lien suivant).

Daté du XIIIe siècle, ce beau manuscrit médiéval enluminé,  plutôt bien conservé, est donc sous bonne garde au département des manuscrits de la BnF.   Ses 283 feuillets comprennent de nombreuses œuvres de la province d’Arras, entre chansons, poésies et pièces  littéraires. Pour n’en citer que quelques auteurs, on y retrouve Jean bodel et ses célèbres « congiés », des pièces de Huon de Mery, Richard de Fournival, Baudouin de Condé  et encore d’autres auteurs du cru ou des alentours. Quant à Adam de la halle, entre rondeaux, motets et pièces plus étoffées, il s’y trouve clairement à l’honneur. Ce manuscrit médiéval contient, en effet, l’essentiel de son legs.

« Diex comment porroie » avec l’Ensemble médiéval Sequentia

Trouvères : chansons d’amour courtois du nord de la France

« Trouvères : Hofische Liebeslieder Aus Nordfrankreich« . En 1984  l’Ensemble Sequentia signait un triple album monumental  sur le thème des trouvères du nord de la France médiévale. Trois ans plus tard, l’oeuvre était rééditée sous forme de double album , avec pas moins album_sequential_trouveres_musique_chanson_medievale_amour_courtois_moyen-age_centralde 43 pièces   finement  interprétées, sous la direction de Benjamin Bagby.  

Pour qui s’intéresse de près à la musique des trouvères   du moyen-âge central ou même à la langue d’oïl, cet album demeure  incontournable. On le trouve encore à la vente, sous forme CD ou MP3, au lien suivant   :  Trouvères : Chants d’amour courtois des pays de langue d’oïl.


« Diex comment porroie » :   de la langue d’oïl
d’Adam de la halle  au français moderne

Diex, coment porroie
Sans cheli durer (résister, endurer, poursuivre, durer)
Qui me tient en joie ? (joie, amour)
Elle est simple et coie (calme, tranquille),
Diex coment porroie, etc.

Ne m’en partiroie (séparer),
Pour les iex (yeux) crever,
Se s’amours n’avoie.
Diex, coment porroie
Sans cheli durer
Qui me tient en joie.

Dieu comment pourrais-je
Résister  sans celle
Que me tient en joie.
Elle est simple et tranquille
Dieu comment pourrais-je
Résister sans celle
Que me tient en joie.

Ne m’en séparerais,
Dût-on me crever les yeux
Pour que je n’ai plus son amour.
Dieu comment pourrais-je
Résister    sans celle
Que me tient en joie.


En vous souhaitant une fort belle journée.

Frédéric EFFE.
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen-Age sous toutes ses formes.