Archives de catégorie : Sources et articles

Sources d’inspiration, réflexions générales, articles d’actualité sur le moyen-âge, la catégories des inclassables.

Bande dessinée : à la poursuite de la Légende Dorée avec Jean-Pierre Joblin & Olivier le Discot

legende-doree-bande-dessinee-financement-participatifSujet :   bande dessinée, humour,   monde médiéval, financement participatif,   Jacques de Voragine
Période : moyen-âge, XIIIe siècle.
Auteur : JP Joblin,  Olivier le Discot
Titre : la  légende dorée
Sortie prévue :   2020

Bonjour à tous

U_lettrine_moyen_age_passionne fois n’est pas coutume, nous vous présentons une opération de financement participatif en faveur d’une Bande dessinée humoristique, sur fond de XIIIe siècle mais surtout de médiéval fantasy.

   Nous  vous avions déjà parlé ici d’un de ses auteurs, Jean-Pierre Joblin, à l’occasion d’un excellent spectacle et d’un livre album autour de François  Villon.  Cette fois-ci, Joblin, qui partage ses talents entre l’écriture et l’illustration, se range uniquement du côté du scénario.   Du point de vue des thèmes, il récidive aussi avec le moyen-âge et l’humour qui lui sont tous les deux chers. Côté illustration, il retrouve, dans ce projet, son complice Olivier le Discot. Tous deux  avaient, en effet,  publié, à partir de 2008 et chez Vents d’Ouest, une trilogie dont la BD du jour est une nouvel opus.

De    la légende Dorée  de Jacques de Voragine à la BD et Frère Boulu

couverture-bande-dessinee-moyen-age-legende-doree-joblin-s

Dans le courant du XIIIe siècle, le  dominicain  et archevêque génois  Jacques de Voragine rédigea un ouvrage liturgique qui allait devenir l’un des plus lus du  Moyen-âge. On le sait par le nombre impressionnant de copie manuscrites et de traduction qui en furent faites.   Sorte de compilation hagiographique, l’ouvrage conte la vie de près de 150 saints  et martyrs chrétiens.  Il  se fera  bientôt connaître sous le nom de Legenda aurea (soit Légende dorée)   et aura une véritable    influence sur la chrétienté médiévale    et sa mythologie.

moine-humour-medieval-moyen-age-legende-doree-joblin-le-discotOn l’aura compris, la bande dessinée qui fait l’objet de l’opération de financement participatif s’inspire de l’histoire et des  Saints, décrits  par Voragine, mais avec un scénario tout à fait original et sur le ton de l’humour. Ainsi, cette Légende Dorée illustrée conte les aventures d’un petit moine replet  :  Frère Boulu.   Bon vivant, épris de bonne chère et  doté du don rare, celui de pouvoir invoquer les Saints, il se  retrouvera, une fois de plus, entraîné dans de folles aventures.   Pour ce nouvel album, elles seront l’occasion de voir défiler une galerie de truculents personnages entre lesquels on reconnaîtra quelques  têtes inspirés du monde réel,  dont  Jean Lassale : le  grandiloquent député des Pyrénées atlantiques qui s’était fait remarquer, en 2017, par sa marche à travers la France et sa candidature à la présidence de la république. Encore tout récemment, il avait aussi investi l’Assemblée Nationale vêtu d’un gilet jaune, en solidarité au mouvement populaire du même nom, ce qui avait aussi fait grand bruit dans la presse.

Quoiqu’il en soit, nous laissons ici la place aux deux compères de cette Légende dorée moderne  pour vous présenter leur opération de financement en  textes et en images.


SAINTE ULULE, PRIEZ POUR NOUS !
par Jean-Pierre  Joblin

couverture-legende-doree-bande-dessinee-s« Il y a bien longtemps, en l’abbaye de Saint-Bibin-l’Imbibé, un jeune moine vivait dans l’amour de Dieu et … du gras de canard.  Non seulement, ce jeune moine pouvait adresser ses prières au saint dont la spécialité correspondait à la nature du problème qui se posait à lui, mais les saints se matérialisaient et venaient l’aider physiquement.  C’est à croire qu’il disposait des pages jaunes de l’annuaire paradisiaque… à moins qu’elles ne fussent… dorées  ! »

– « Alors ?… Quand est-ce qu’il repart vers de nouvelles aventures votre frère Boulu ? »

– « À quand un nouvel album de La Légende Dorée ?… »

Ces questions de lecteurs, combien de fois ne les avons-nous pas entendues dans les festivals, lors de rencontres, de dédicaces ?…

Enfin, une suite

bande-dessinee-legende-doree-frere-boulu-humour-sHé bien, cette fois, après que les planches aient été exposées au Scriptorial du Mont Saint-Michel, après avoir obtenu le prix « Jeune bulle pour le scénario » au Festival Atlantis de Nantes, nous souhaitons remettre la machine en marche et nous redorer la légende !

L’éditeur d’origine n’ayant pas imaginé publier autre chose qu’un triptyque et le paysage éditorial étant ce qu’il est, nous avons décidé de prendre le démon par les cornes.     Depuis des années, nous avons gardé le lien avec un grand nombre de lecteurs enthousiastes. Et c’est pourquoi nous communiquons à ceux qui souhaiteraient participer avec eux à la résurrection de frère Boulu, le lien du financement participatif qui nous permettra de sortir un gros album de 54 pages intitulé « LE VAMPIRE DES KUKULESCHKU » (voir lien en pied d’article).

 bande-dessinee-monde-medieval-humour-legende-doree-joblin-nouvel-album-vampire

Frère Boulu, la Matago, l’abbé Retzina, frère Bruno, frère Aimable, la bande des coquillards et cette vieille carne épiscopale d’Archinaze de Tarabisco vont à nouveau trépigner, glisser, mordre, se bastonner, frémir, bondir, voltiger, festoyer, rigoler, s’empiffrer de gras de canard… et vider des tonneaux de bibinictine !  Il y aura aussi de nouveaux personnages comme Monseigneur Mosquito (inspiré d’un certain Jean Lassale),    Saint Janvier et sa nièce, une délicieuse tête à bande-dessinee-jean-lassale-humour-joblin-monde-medievalclaques nommée sainte Sanguine…  Sans compter le comte et la comtesse Kukuleschku entourés d’une nuée de vampires dans le lointain comté de Bellalugozie. Nous révélerons même le nom du véritable inventeur du boudin !  

C’est avec délectation que nous nous sommes replongés dans l’univers de « La Légende Dorée »  … Nous espérons, dans l’avenir, créer beaucoup de nouvelles aventures ! Aussi, vous qu’un Moyen âge loufoque ne saurait effrayer, vous qui appréciez Rabelais, Villon, « Astérix », « Les Tontons flingueurs », « Le nom de la Rose », « Kaamelott », « Sacré Graal » et « Le bal des vampires » …   Vous, lecteurs de fabliaux, vous, qui vous enflammez à la lecture de maintes fantaisies héroïques, vous qui appréciez les enluminures et le beau dessin, vous devriez jeter un coup d’œil sur ce que nous proposons…

André May, notre coloriste, qui a déjà œuvré sur deux de nos albums sous le pseudo de « Searus » a déployé tout son savoir-faire pour servir au mieux le dessin virevoltant et si expressif d’Olivier Le Discot.

legende-doree-bande-dessinee-ulule-humour-moyen-age

Lancement de l’album

En cas de succès de l’opération Ulule, nous nous emploierons à sortir ce tout nouvel album pour Noël 2020.   Déjà nous prévoyons un gros événementiel dans les rues de Bourges  : défilé de moines bibinictins, personnages de la série en chair et en costumes, chant de leur hymne :  « D  inn’gueu di-diding diing diing  dingue dong ».   Il est interprété, ci-dessous, par les petits chanteurs à la gueule de bois emmenés par un certain Bruno Daraquy que certains ont déjà peut-être vu sous les hardes du François Villon surgit de mon livre-CD « François Villon, corps à cœur » (musique Malto – Yil édition).

Mais, pour l’heure, il importe de se rendre en pèlerinage sur la page  de l’opération de financement du Vampire des Kukuleschku.  Les collectionneurs pourront même acquérir des planches originales et une édition luxueuse de l’album.

Joblin

Goblin Feet : en 1915, une belle poésie de JRR Tolkien dans la revue Oxford Poetry

jrr-tolkien-poesie-oxford-gobelin-monde-medieval-fantastiqueSujet  :   poésie,  oxford, gobelins,  magie, féerie,   littérature anglaise,   fantaisie, fantasy.
Période    : XXe , Angleterre victorienne,
Auteur    :  JRR Tolkien (1892 -1973)
Titre :    Goblin Feet – Les pieds de Gobelins
Sources :   Oxford Poetry   (1915)

Bonjour à tous,

E_lettrine_moyen_age_passionn 1915, paraissait, dans la revue Oxford Poetry, une poésie de JRR Tolkien qui en disait déjà long  sur son intérêt pour le monde des légendes et de la féerie et son talent à les décrire. Il avait alors 23 ans. Un peu plus tard, en 1920, on retrouverait ce texte  dans The Book of Fairy Poetry  (le  livre de la poésie des fées),  édité par  Dora Owen et illustré par Warwick Goble. Ceci marquerait même l’entrée de Tolkien dans le monde de la littérature pour enfants. A la suite de cette parution et tout au long du XXe siècle, le Goblin feet réapparaîtrait dans des ouvrages du même type ou même des anthologies poétiques. Il serait également mentionné dans une biographie de Tolkien datée de 1977 et, plus récemment encore, dans The Annotaded Hobbit de  Douglas A. Anderson (1988).

Une pièce désavouée par Tolkien lui-même

En France, cette poésie compte parmi les textes publiés les moins connus du  grand écrivain,   aussi nous avons  pensé qu’il pourrait être intéressant de vous la faire découvrir.  En 1971, cinquante ans après sa première parution, JRR  désavouerait cette pièce, en signifiant même à  un éditeur qui souhaitait la réimprimer qu’il regrettait  de l’avoir écrite ou publiée. Voici ses propres mots à ce sujet : « Je souhaiterais que cette petite chose malencontreuse, qui représente tout ce que je serais  amené, si peu de temps après, à  détester avec ferveur, puisse être enterrée à jamais. » (I wish the unhappy little thing, representing all that I came (so soon after) to fervently dislike, could be buried for ever).

Quelques pistes

Difficile d’interpréter cela. Certaines sources indiquent qu’il aurait écrit ce poème pour  sa  fiancée  d’alors (Tolkien : A Biography,    Humphrey Carpenter, 1977) « qui aimait le printemps, les fleurs et les arbres et le petit peuple des elfes« . A en juger par la qualité du texte et la richesse des éléments que  Tolkien y a mis, il n’avait pourtant pas boudé son plaisir à l’écrire.

tolkien-poesie-oxford-goblin-feet-traduction-moyen-age-fantastique-fantaisie

Illustration de la poésie Goblin  Feet de Tolkien dans the  Book of Fairy Poetry (1920)

Réaction d’un auteur devenu mature face à une oeuvre de jeunesse ? Certains auteurs soutiennent que  la phrase  de Tolkien ne devait pas être trop prise au sérieux. Il avait pu s’agir en partie d’une pointe d’auto-dérision, voire peut-être de  coquetterie de sa part. Il semble  bien, pourtant, que le texte ne lui plaisait plus.

D’autres y ont vu l’expression possible d’une certaine frustration ou grogne de Tolkien devant les maisons d’édition. N’ayant pu faire paraître son Silmarillion en même temps que le Seigneur des anneaux, malgré de longues tractations avec ses éditeurs,  il aurait pu   se lasser de voir ses « pieds de gobelins » de la première heure,  s’inscrire dans la postérité et ne plus en finir d’être republiés (cf  Jason Fisher – Early Responses to Goblin Feet).   Il est vrai qu’il était   passé, depuis, à un tout autre stade dans son processus de création.

Univers  de contes de fées victoriens

Pour abonder dans ce sens, on notera encore, avec  la spécialiste de littérature fantastique et de Tolkien Dimitri Fimi, que le vocabulaire  et l’ambiance de Goblin feet rattachent la poésie à l’imaginaire victorien en matière de contes de fées et d’êtres fantastiques : gnomes, Leprechauns, petites fées volantes telles la fée clochette de Peter Pan (voir  Dimitri  Fimi « Come sing ye light fairy things tripping so gay”: Victorian Fairies and the Early Work of J.R.R. Tolkien  » – lien alternatif pdf).  Plus tard,  Tolkien allait créer son propre bestiaire et son propre univers, en s’affranchissant largement de ces codes et de ces références. Face à ces petits pieds de gobelins qui semblaient alors l’enchanter,  il allait faire des pieds de ses hobbits une de leur plus curieuse caractéristique.  De son côté, Gollum garderait ce pas furtif des êtres décrits ici, mais les histoires de JRR allaient s’ancrer bien plus résolument dans le monde médiéval.

Retenir la magie

Quoiqu’il en soit, que Tolkien ne nous en veuille pas de republier ici  cette poésie. En accord avec de nombreux éditeurs, nous continuons de la trouver excellente. Comme nous le disions plus haut, elle présente également l’intérêt de nous montrer la fascination précoce  de l’auteur anglais pour les mondes féeriques et  magiques, autant que son aptitude à  en retraduire les ambiances. Sous les émotions   soulevées chez le poète par  cette vision nocturne,  il nous semble aussi lire une   parabole  de ce qu’il aura tenté de faire tout au long de sa vie d’écrivain    :  le merveilleux est là, quelque part dans sa vaste imagination. Il en  est le témoin fasciné et il n’a de cesse de le suivre, pour le graver de sa plume, de crainte qu’il ne disparaisse à jamais. Au fond, tout Tolkien semble déjà contenu dans cette intention :  retenir la magie  et faire en sorte que notre monde  ne réussisse jamais tout à fait à l’anéantir

Vers une traduction française  de Goblin  feet

Nous n’avons pas trouvé de traduction française de cette belle poésie et s’il en existe une, elle nous a, pour l’instant, échappé.  Aussi, nous  avons décidé  de nous y atteler. Une fois de plus, ce n’est pas une adaptation ; nous suivons presque à la lettre le fil littéral de la langue d’origine. La musicalité, le rythme   et le nombre de pieds   sont  perdus  au passage : traduire c’est trahir. Il faut s’y résoudre en poésie plus qu’en toute autre matière. L’exercice n’a d’autres prétentions que de mettre à portée des lecteurs non anglophones   le sens général de ce texte du grand Tolkien.


The Goblin feet de Tolkien
ou les pieds de gobelins

I am off down the road
Where the fairy lanterns glowed
And the little pretty flittermice are flying :
A slender band of grey
It runs creepily away
And the hedges and the grasses are a-sighing.
The air is full of wings,
And of blundering beetle-things
That warn you with their whirring and their humming.
O ! I hear the tiny horns
Of enchanted leprechauns
And the padding feet (1) of many gnomes a-coming !

Je suis au bas de la route,
Où brillaient les lanternes des fées
Et les jolies petites chauve-souris volent :
Une fine bande de gris
Qui s’enfuit de manière terrifiante
Et les haies et les herbes soupirent.
L’air est rempli d’ailes
Et de coléoptères empotés 
Qui vous mettent en garde avec leurs sifflements et bourdonnements
ô ! j’entends les petites cornes
De lutins enchantés
Et les pieds  furtifs de nombreux gnomes qui s’approchent.

O ! the lights : O ! the gleams : O ! the little tinkly sounds
O ! the rustle of their noiseless little robes :
O ! the echo of their feet—of their little happy feet :
O ! their swinging lamps in little starlit globes.

ô ! les lumières : ô ! les lueurs : ô ! les petits tintements
ô ! le bruissement de leurs petites robes silencieuses :
ô ! l’écho de leurs pieds —  de leurs petits pieds joyeux :
ô ! leurs lampes qui se balancent dans leurs petits globes étoilés.

I must follow in their train
Down the crooked fairy lane
Where the coney-rabbits long ago have gone,
And where silverly they sing
In a moving moonlit ring
All a-twinkle with the jewels they have on.
They are fading round the turn
Where the glow-worms palely burn
And the echo of their padding feet is dying !
O ! it’s knocking at my heart—
Let me go ! O ! let me start !
For the little magic hours are all a-flying.

Je dois suivre leur sillage
Jusqu’au bas de la rue de la fée tordue
où les lapins sont allés depuis longtemps déjà.
Et où ils chantent et dansent
En un cercle argenté sous la lune
Tout scintillants des joyaux  qu’ils portent.
Ils disparaissent au détour du chemin
Là où les vers luisants pâlement se consument,
Et l’écho de leurs pieds    furtifs  s’évanouit  (meurt)    maintenant !
ô ! Cela fait battre mon cœur    — 
Laissez moi partir ! ô ! laissez moi m’en aller !
Car les petites heures magiques sont sur le point de s’envoler.

O ! the warmth ! O ! the hum ! O ! the colours in the dark !
O ! the gauzy wings of golden honey-flies !
O ! the music of their feet—of their dancing goblin feet !
O ! the magic ! O ! the sorrow when it dies.

ô ! la chaleur ! ô ! le bourdonnement ! ô ! les couleurs dans l’obscurité
ô ! les ailes translucides  des mouches-à-miel    (abeilles) dorées!
ô ! la musique de leurs pieds  —  de leurs pieds dansants de gobelins
ô ! la magie ! ô ! la tristesse quand tout cela s’arrête. (cela meurt)


(1) Concernant ces padding feet.  Au sens propre  et dans le domaine textile, le mot padding  renvoie   à la notion de matelassage, de rembourrage. To pad peut encore signifier marcher à pied  mais la piste ne semble pas la bonne. En creusant un peu, on  trouve « padding feet »  utilisé dans  le sens de pieds  dont le son   est doux et étouffé. Nous avons donc opté pour « pieds furtifs »  qui ne nous satisfait qu’à moitié. De fait, nous serions  heureux d’avoir l’avis de spécialiste de langue anglaise sur la question.

En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

« En Broceliande » quand les poètes d’Oxford du XXe siècle rimaient sur les Legendes arthuriennes

broceliande-legendes-arthuriennes-poesies-oxford-poetry-inspiration-medievaleSujet : poésie, légendes arthuriennes, oxford, forêt de Brocéliande, magie, luth, roman arthurien, poètes britanniques, romantisme
Période : moyen-âge central pour les légendes, XXe siècle pour la poésie du jour.
Auteur : T. W. Earp
Titre :   « In Broceliande »
Sources : Oxford Poetry (1915)

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionu début du XXe siècle et plus précisément à partir de 1910, une revue de littérature et de poésie anglaise nommée Oxford Poetry se mit à réunir des textes d’auteurs et poètes du lieu. Présentée sous la forme d’un petit fascicule, elle fut, dès son lancement, éditée de façon annuelle. Tous les thèmes pouvaient y être abordés et on y retrouvait, en général, de très belles pièces d’auteurs, contemporains de chacun de ses numéros. Depuis sa création, Oxford Poetry a traversé le temps, en changeant maintes fois d’éditeurs et elle est, à ce jour, toujours publiée. En plus de cent-dix ans, elle a vu passer de nombreux auteurs et poètes britanniques parmi les plus grands.

Aujourd’hui, c’est l’édition de 1915 qui nous intéresse en particulier. On y retrouve, pour la première fois, un poème de JRR Tolkien intitulé « Goblin feet » (pieds de gobelin) que nous aurons l’occasion de publier plus avant mais ce qui nous occupe, pour l’instant, est une pièce d’un autre auteur, dédiée aux légendes arthuriennes.

En Brocéliande de T.W. Earp

joueuse-de-luth-legendes-arthuriennes-poesie-monde-medieval-oxford-poetryDepuis le moyen-âge central et après sa constitution en véritable corpus, sous la plume d’auteurs à la fois anglais et français, le roman arthurien n’a cessé d’inspirer les imaginations les plus fertiles, des deux côtés de la manche. A huit siècles de ses pionniers, cela est encore vrai et le restera, sans doute, pour longtemps.

(« Lady Playing a Lute », Bartolomeo Veneto (1530), Getty Museum, Los Angeles)

Daté de 1915, la pièce que nous vous proposons de découvrir a pour titre « In Broceliande » (En Brocéliande), et pour auteur T W Earp, poète et traducteur anglais des débuts du XXe siècle. Théâtre d’une partie importante des récits arthuriens, la célèbre forêt dont la localisation a divisé bien des experts en Bretagne comme en Angleterre, a été, elle aussi, une source inépuisable d’inspiration pour un grand nombre d’écrivains et de poètes (voir Brocéliande, huit siècles de légendes arthuriennes). La pièce du jour et sa mystérieuse joueuse de luth en attestent. Du côté d’Oxford et aux débuts du XXe, on rêve encore de lointain moyen-âge et de belles légendes. Sans doute sous l’influence des romantiques du XIXe siècle, (voir article sur la ballade médiévale au XIXe siècle), ce monde médiéval, imaginaire et reconstruit, est chargé de magie, de récits épiques et de belle poésie.

Traduire, c’est trahir…

legendes-arthuriennes-instruments-ancien-poesie-monde-medievalMême en ayant de très sérieuses bases d’anglais, pour quelqu’un dont les racines linguistiques sont profondément latines, la poésie anglo-saxonne a des méandres qu’il n’est pas toujours aisé de démêler. Ses rythmes, la nature incisive de sa langue, comme ses allégories la rendent souvent rebelle à la traduction et, dans bien des cas, je ne suis même pas tout à fait certain qu’on puisse la transposer sans totalement l’adapter ou la réinterpréter. Alors c’est un peu un défi que nous nous lançons ici.  De fait, sans doute par peur de trop la dénaturer, la traduction que nous avons faite de cette pièce de T W Earp, de l’anglais vers le français moderne, est pratiquement littérale. Il ne  me reste donc plus qu’à espérer que la force et la beauté de ses images résistent au passage d’une langue à l’autre. Sans en avoir tout le recul, il me semble que c’est le cas.


En Brocéliande

In the midst of the forest of silence,
Where even the leaves are mute,
Where never a bird wanders,
She plays upon a lute.

Au milieu de la forêt du silence
Où même les feuilles sont muettes
Où jamais un oiseau ne vagabonde,
Elle joue sur un luth.

With fingers gently passing,
She touches golden strings,
Till the trees almost remember
The long-departed wings,

Avec des doigts pleins de délicatesse
Elle caresse les cordes d’or
Jusqu’au moment où les arbres se souviennent presque
Des ailes envolées depuis longtemps,

And the knights and the gay ladies,
And the music that went before,
And the days of joy and passion.
They will find these things no more.

Et des chevaliers et des dames joyeuses,
Et de la musique qu’on jouait alors,
Et des jours de joie et de passion.
Ils ne retrouveront plus jamais toutes ces choses.

One plaintive lute recalling
The loud citoles and shawms,
She alone has not left them,
Of the beautiful, noble forms.

Un luth plaintif se souvient
Des citoles et des chalemies bruyantes,
Elle seule ne s’est pas dessaisie 
De leurs belles et nobles formes.

If she would cease from playing,
The people with hearts of stone
Would lead her from the forest,
And set her on a throne.

Et si elle cessait de jouer,
Les gens au cœur  de pierre,
La conduiraient hors de la forêt
Pour l’asseoir sur un trône.

She would be bright with jewels,
She would sit crowned on high,
But if she left the forest,
Alas, the trees would die.

Elle serait étincelante sous les bijoux,
Elle porterait haut la couronne,
Mais si elle quittait la forêt,
Hélas, les arbres en mourraient.

In the midst of the forest of silence,
Where even the leaves are mute,
Where never a bird wanders,
She plays upon a lute.

Au plus profond de la forêt du silence,
Où même les feuilles sont muettes,
Où jamais un oiseau ne vagabonde,
Elle joue sur un luth.


En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Soif d’aventure et de voyages ? Sur les traces de quelques explorateurs du monde médiéval

voyages-medievaux-voyages-modernes-explorateurs-moyen-ageSujet : voyages, voyageur médiéval, voyageur moderne, explorateur médiéval, destinations.
Période : moyen-âge central : du XIIe au XIVe siècle.
Explorateurs : Benjamin de Tudèle, Ibn Battûta, Jean du Plan Carpin, Guillaume de Rubrouck, André de Longjumeau.

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionvec les beaux jours, nombreux sont ceux qui profitent de leurs congés pour partir en quête de dépaysement, qu’il s’agisse de s’envoler pour des destinations lointaines ou même d’aller chercher simplement un peu d’air frais dans une autre région de France, une autre ville, un autre village. Campagne, mer ou montagne, terres inconnues ou plus familières, quoi de mieux qu’un voyage ou un séjour loin de chez soi pour découvrir de nouveaux horizons et pour se ressourcer ?

voyageur-medieval-Marco-Polo-enluminures-moyen-age
Marco, Niccolò et Matteo Polo face à Kublaï Khan,  MS Bodley 264 (XIVe s)

Au Moyen-âge, on voyage aussi et pour les raisons les plus variées. Parmi celles qui viennent en premier à l’esprit, il y a le commerce, les conquêtes, la foi, mais certains homme l’ont aussi fait par soif de découvrir le monde, ses richesses et ses mystères. Parmi, les grands voyageurs du monde médiéval, tout le monde a en tête Marco Polo (1254-1324) et son Livre des merveilles.  mais nous avons décidé de tirer, ici, le portrait de quelques autres explorateurs de cette période, dont certains l’ont même précédé. A la faveur de cette période estivale, puissent leurs exploits faire souffler sur vos propres voyages et vos futures destinations, le vent de l’aventure.

Quelques grands voyageurs du moyen-âge

« Voyager vous laisse d’abord sans voix, avant de vous transformer en conteur. »  citation de  Ibn Battûta  (1304-1377) – les voyages.

“Le Livre des Voyages” de Benjamin de Tudèle

Au XIIe siècle Benjamin de Tudèle (1130-1173), fils de Rabbin et rabbin lui-même, décide de faire le tour des synagogues et des communautés juives du monde pour en connaître les mœurs et les pratiques. Il en laissera un récit inachevé, autour de 1165, connu sous le nom de Sefer massa’otl, en français:  La Relation de Voyage ou Livre des Voyages. Originellement en hébreu, l’ouvrage ne sera traduit en latin, que dans le courant du XVIe siècle puis, en français, au XVIIe siècle.

Débuté autour de 1165, le périple de ce grand voyageur médiéval part de sa ville natale Tudèle, dans la province de Navarre, pour se centrer sur le bassin méditerranéen. Il aurait ainsi exploré la Catalogne, le Midi de la France, puis Byzance, l’Empire du levant, la Perse et l’Egypte. La Chine et l’Inde font aussi partie des destinations qu’il a mentionnées. Finalement, son long voyage s’achèvera par la Sicile, la Rhénanie et, à nouveau, la France, qu’il gagnera par les Alpes. Comme pour tous les voyageurs de son temps, certains détails de son véritable itinéraire sont sujets à débat mais son récit connut un succès retentissant. L’homme était un véritable érudit, un fin observateur, et il est resté,  dans l’histoire, comme un des grands explorateurs du Moyen-âge.

voyages-explorateur-moyen-age-monde-medieval-geographie_inverse
Carte du Monde médiéval. Charif Al Idrissi réalisée pour Roger II de Sicile, Livre de Roger, Tabula Rogeriana, 1154. Retournée pour la lisibilité; voir original en cliquant sur l’image

Avant Marco Polo, trois voyageurs à la rencontre du grand Khan et de la Mongolie

Dans le courant du XIIIe siècle, quelques moines chrétiens s’aventureront jusqu’à la Mongolie. Le premier d’entre eux Jean du Plan Carpin (1182-1252) était un franciscain d’origine italienne. Après avoir séjourné en Hongrie et en Pologne, il fut mandaté par le pape Innocent V, auprès des mongols, en temps qu’informateur et missionnaire. Son périple débuta autour de 1245 et il rédigea à l’attention du souverain pontife un récit de voyages. Sous le titre de Historia Mongolorum, cette première chronique européenne sur les mongols reçut un bon accueil dans la Chrétienté. D’un point de vue diplomatique, la mission échoua. Il était question à la fois de convertir les mongols et de les enjoindre à ne plus attaquer les terres européennes. Rien n’y fit et, en retour, ces derniers demandèrent même, la soumission des chrétiens à leur autorité.

grand-khan-mongolie-kubilai-khan-moyen-age-voyageurs-monde-medievalAutour de la même période, en 1244, un dominicain, André de Longjumeau (1200-1271) partit en mission du côté du Moyen-orient et de la Syrie. Quelques années plus tard, en 1249, il gagna, à son tour, la Mongolie pour y chercher des renforts susceptibles de se porter au secours de la Terre Sainte. L’entreprise connut peu de succès mais le moine convertit au passage, quelques locaux , ouvrant ainsi la voie à de futures expéditions.

Un peu moins d’une décennie plus tard, en 1254, Jean du Plan Carpin et André de Longjumeau furent suivis de prés par un autre franciscain d’origine flamande : Guillaume de Rubrouck (Rubruquis) (1215-1295). Après avoir suivi le roi Louis IX (Sain-Louis) en terre sainte, ce dernier partit, à son tour, en voyage, en direction de Constantinople puis de Karakorum dans le but de représenter la couronne auprès du grand Khan (ci-dessus portrait posthume de Kublaï Khan supposé le représenter en 1260, Araniko, 1294; National Palace Museum in Taipei, Taiwan). Là encore, la mission capota d’un point de vue diplomatique mais l’homme conta son voyage au roi dans une lettre : Itinerarium ad partes orientales ou Voyage dans l’empire Mongol. Tout autant que les écrits de  Jean du Plan Carpin, ce récit fut d’une aide précieuse pour la connaissance des régions traversées, mais aussi des us et coutumes et des mentalités mongoles d’alors.

Le grand voyage ou le “cadeau” d’Ibn Battûta

Au XIVe siècle, du côté du monde musulman cette fois, le grand voyageur marocain Ibn Battûta (Batutah) (1304-1377) passa de nombreuses années sur les routes, à la découverte du monde. A son retour et, à la demande du souverain du Maroc, il conta son long voyage et les merveilles qu’il avait pu contempler à un érudit et poète du nom de Ibn Juzayy. Cet ouvrage est connu sous le titre Un cadeau pour ceux qui contemplent les splendeurs des cités et les merveilles des voyages ou plus simplement : les Voyages. Il fallut attendre le XIXe siècle pour qu’il soit traduit et mis à la portée des lecteurs occidentaux.

voyages-destinations-moyen-age-ibn-battutaAvant nombre d’explorateurs du monde moderne, le long périple d’Ibn Battûta, celui de toute une vie, le fera surnommer « l’un des plus grands voyageurs de tous les temps« . Il aurait exploré l’Egypte, la Perse, l’Afrique du nord, l’Afrique subsaharienne et le Mali, la péninsule arabe et le Kenya, mais encore une partie de la Chine et de l’Asie. A l’occasion de trois grands voyages, on lui prête d’avoir parcouru, par terre et mer, près de 120 000 kilomètres. Et même si certains experts sont enclins à faire quelques coupes dans ce long trajet, ce qu’il a accompli dans le contexte de l’époque, demeure impressionnant ; de quoi susciter quelques envies chez tout voyageur des temps modernes en quête d’aventure !

Voyages médiévaux, voyages modernes

En dehors de ces quelques noms célèbres, on pourrait ajouter une foule d’autres personnages qui ont voyagé, au moyen-âge, pour des raisons diverses et pas toujours, du reste pour des destinations aussi lointaines : marchands, pèlerins, croisés, clercs et chroniqueurs, ou même encore certains poètes, troubadours ou trouvères. Les conditions étaient bien sûr tout autre et, aujourd’hui, tout cela nous parait bien lointain quand il suffit d’un simple vol d’avion pour se rendre, en quelques heures, au bout de la terre.

Autre temps, autres mœurs ! Pour le voyageur moderne, l’aventure est désormais à portée de mains et la difficulté n’est plus tant la destination et les très longs périples pour y parvenir, que de trouver une compagnie fiable, un vol économique et aussi les commodités pour s’assurer d’avoir, une fois sur place, tout le confort voulu.


Un comparateur de vols  pour partir
en France comme à l’étranger

Aujourd’hui, on peut de dire, côté voyages, fini le Moyen-âge ! Avec la montée en puissance d’Internet, de plus en plus d’agences de voyages sont devenues virtuelles et les comparateurs de vols sont désormais des points incontournables pour obtenir les meilleurs prix et réserver les meilleurs vols.

vol-voyages-pas-cherSi le secteur est concurrentiel, certains  sites sortent clairement du lot. Il faut, pour cela, être capable d’associer l’excellence technique et la rapidité de traitement, à des services attractifs. C’est le cas du comparateur de vols Alibabuy. Sur des destinations intérieures comme sur des vols internationaux, plus de 500 compagnies régulières ou Low cost et des milliers de vols sont comparés en temps réel, pour offrir les tarifs les plus bas. Outre ses fonctionnalités avancées pour trouver un vol pas cher et économique, le site permet d’ajouter à son voyage, toute une panoplie de services additionnels : hôtels, trajets de train, location de voitures, etc… Enfin, au titre des points forts, ses développeurs ont pris les devants, en ajoutant directement aux prix affichés, tous les « faux-frais » et surcoûts (frais de carte bancaire, bagages, …) qui causent, souvent, des mauvaises surprises quand on ne les découvre qu’au moment du règlement. Bref, tout est fait pour faciliter grandement l’organisation de son voyage et en matière de destinations locales ou plus lointaines, c’est un service avec lequel on peut désormais compter.


Une belle journée à tous.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes